Navigation – Plan du site

L’évolution holocène de la basse vallée de la Marne (Bassin parisien, France) entre influences climatiques et anthropiques

Holocene evolution of the lower Marne valley (Paris basin, France): mixed climatic and anthropogenic influences
Yann Le Jeune, Chantal Leroyer et Jean-François Pastre
p. 459-476

Résumés

Le remplissage de fond de vallée du cours inférieur de la Marne a été étudié sur plusieurs sites. L’étude des séquences sédimentaires, les analyses palynologiques, les datations 14C et la prise en compte des données archéologiques ont permis de reconstituer l’évolution du fond de vallée durant l’Holocène. Le début de l’Holocène se caractérise par une incision importante dans les alluvions mises en place lors des périodes froides antérieures. Durant le Préboréal et le Boréal, le niveau de la rivière remonte progressivement, permettant le dépôt de sédiments organiques sur les rives alors que des limons calcaires laminés se déposent en eaux plus profondes. Les données palynologiques montrent des impacts faibles et locaux des populations mésolithiques sur l’environnement. Après une phase d’incision qui pourrait être liée à l’événement 8,2 ka, les dépôts atlantiques sont ensuite principalement représentés par des tufs carbonatés à oncolithes et des dépôts organiques. Les données polliniques montrent en parallèle le développement progressif des activités agricoles dans le bassin-versant pendant le Néolithique ancien. Cependant, jusqu’au début du Subboréal, le fond de vallée reste marqué par l’absence de dépôts détritiques. Les premiers dépôts significatifs de limons dans le fond de vallée de la Marne n’interviennent en effet qu’au cours du Subboréal, soit plus d’un millénaire après les premiers défrichements importants. Le renforcement des activités agricoles entraîne par la suite une érosion importante de la couverture loessique sur les pentes. Les chenaux, principaux et secondaires, sont remblayés par plusieurs mètres de limons. Cette évolution souligne ainsi le passage d’un contrôle climatique à un contrôle anthropique. Les résultats obtenus posent en outre les bases d’une séquence de référence pour les dépôts alluviaux holocènes dans le centre du Bassin parisien.

Haut de page

Notes de la rédaction

Article soumis le 4 juin 2012, accepté le 18 novembre 2012.

Texte intégral

Introduction

1Dans le centre du Bassin parisien, les études paléoenvironnementales se sont développées en contexte alluvial conjointement à l’archéologie préventive durant ces vingt dernières années. Les grandes vallées (Seine, Somme, Yonne), riches en formations alluviales quaternaires (i.e., Antoine et al., 2007), ont souvent donné lieu à des opérations d’archéologie préventive lors de l’installation de gravières. Autour de Paris, ces aménagements se sont éloignés de la capitale au fur et à mesure de l’exploitation des sédiments et de l’urbanisation des vallées, permettant l’émergence de nombreuses études sur la sédimentation alluviale tardiglaciaire et holocène préservée dans les fonds de vallée (Pastre et Leroyer, 1997 ; Pastre et al., 2002 a et b, 2006). Les travaux ont notamment porté sur la Marne, principal affluent de la Seine qu’elle rejoint à l’est de Paris (fig. 1). De nombreuses études géomorphologiques et palynologiques ont été effectuées, conjointement aux diagnostics et fouilles archéologiques réalisées par l’Association pour les fouilles archéologiques nationales (AFAN) et, plus récemment, par l’Institut national de recherches archéologiques préventives (INRAP) et l’équipe archéologique du Conseil général de la Seine-Saint-Denis. Ces études visaient à mieux comprendre la réponse de la rivière face aux changements environnementaux récents, notamment climatiques et anthropiques. Les travaux ont particulièrement porté sur le site de la Haute-Île (site 2, fig. 1) à Neuilly-sur-Marne. Une étude géophysique électromagnétique (Vergnaud et al., 1999) a permis de cartographier une ancienne île formée d’alluvions grossières rapportées au Saalien sur la base d’une comparaison des faciès avec les séquences des terrasses anciennes étudiées aux environs (Michel, 1965). Cette nappe alluviale est recouverte d’alluvions fines holocènes. Ces alluvions ont fait l’objet d’études approfondies, débouchant sur une première reconstitution des séquences sédimentaires, à l’échelle d’un méandre (Le Jeune et al., 2005). Ces études ont été menées de pair avec des recherches archéologiques, les Hommes ayant occupé cette ancienne île du Mésolithique jusqu’au second Âge du Fer (Lanchon et Le Jeune, 2004). D’autres études ont récemment été effectuées sur le site de Haute-Île mais également sur d’autres sites localisés plus en amont, notamment à Changis-sur-Marne et Vignely (sites 11 et 9, fig. 1). Parallèlement, de nombreuses analyses palynologiques ont été effectuées pour divers sites de la basse vallée de la Marne. Cet article propose une synthèse stratigraphique et paléoenvironnementale centrée sur la sédimentation alluviale holocène du paléo-lit mineur à l’échelle de la basse vallée (120 km de long ), entre Changis-sur-Marne en amont et Neuilly-sur-Marne en aval.

2Après une présentation du cadre géographique et des méthodes employées, les séquences sédimentaires de référence (Changis-sur-Marne, Vignely, la Haute-Île) seront décrites et comparées. Les résultats seront ensuite mis en parallèle avec les données palynologiques et archéologiques. Cette synthèse permettra de mettre en relation les faciès sédimentaires observés, l’occupation humaine et la végétation, et ainsi d’expliquer les variations hydrologiques reconnues dans les séquences.

Fig. 1 – Topographie de la basse vallée de la Marne et sites mentionnés dans le texte
Fig. 1 - Topography of the lower Marne valley and location of the studied sites

Fig. 1 – Topographie de la basse vallée de la Marne et sites mentionnés dans le texteFig. 1 - Topography of the lower Marne valley and location of the studied sites

1 : Joinville-le-Pont « Les Quais » ; 2 : Neuilly-sur-Marne « La Haute-Île » ; 3 : Méandre de Chelles ; 4 : Chelles « Le Fossé de Travers Ouest » ; 5 : Jablines « Le Marais de Croupeton » ; 6 : Annet-sur-Marne « La Boucle de Jablines » ; 7 : Fresnes-sur-Marne « Le Chemin des Noues » et « L’Île du Gord » ; 8 : Lesches « Les Prés du Refuge » ; 9 : Vignely « La Corvée » et « La Noue Fenard » ; 10 : Méandre de Meaux ; 11 : Changis-sur-Marne « Les Petreaux » ; 12 : Luzancy « La Gode » ; 14 : La Beuvronne (Orth et al., 2004) ; 15 : Jossigny (Brunet et Le Jeune, 2004).
1: Joinville-le-Pont “Les Quais”; 2: Neuilly-sur-Marne “La Haute-Île”; 3: Méandre de Chelles; 4: Chelles “Le Fossé de Travers Ouest”; 5: Jablines “Le Marais de Croupeton”; 6: Annet-sur-Marne “La Boucle de Jablines”; 7: Fresnes-sur-Marne “Le Chemin des Noues” and “L’Île du Gord”; 8: Lesches “Les Prés du Refuge”; 9: Vignely “La Corvée” and “La Noue Fenard”; 10: Méandre de Meaux; 11: Changis-sur-Marne “Les Petreaux”; 12: Luzancy “La Gode”; 14: La Beuvronne (Orth
et al., 2004); 15: Jossigny (Brunet and Le Jeune, 2004).

Présentation du secteur d’étude

3Bien que considérée comme la plus longue rivière de France (514 km), la Marne possède un bassin-versant relativement modeste (12 730 km²). Celui-ci est entouré par les bassins hydrographiques de la Seine (stricto sensu) au sud et de l’Aisne, affluent de l’Oise au Nord (fig. 1). Le secteur étudié correspond à la basse vallée de la Marne, entre la confluence avec le Petit Morin en amont et la jonction avec la Seine en aval, soit une section de vallée d’environ 120 km de long (fig. 1). Cette section se caractérise par la présence de nombreux méandres encaissés. Le bassin-versant est surtout développé dans des formations secondaires et tertiaires (calcaires et craies à silex). Ces formations peuvent être recouvertes par une couverture loessique importante (Antoine, 2002). La pente actuelle de la rivière dans son cours inférieur est très faible, de l’ordre de 0,17 m/km, et la Marne dessine de larges méandres encaissés entre les assises marno-calcaires (Bartonien moyen) du plateau du Multien au nord et les calcaires et meulières du plateau de Brie au sud. La surrection est faible au centre du Bassin parisien (1 m/10 ka ; Jost et al., 2007). L’incision générale de la rivière est donc également de faible ampleur, ce qui permet le déplacement latéral du cours d’eau et la préservation des alluvions. Ce contexte est en outre propice à des phénomènes de capture comme celle du Grand-Morin par la Marne (Pastre et Leroyer, 1997). La paléo-vallée du Grand-Morin reste ainsi bien visible dans la topographie actuelle (site n° 8, fig. 1).

4Trois sites ont fait l’objet d’études approfondies. Deux d’entre eux correspondent à des rives convexes de méandres (sites de Changis-sur-Marne et de la Haute Île, localisés à respectivement à 120 et 30 km de la confluence avec la Seine), le dernier se localisant dans une section de vallée globalement rectiligne (site de Vignely situé à 60 km de la confluence avec la Seine ; fig. 1). Des analyses complémentaires ont toutefois été menées sur d’autres sites localisés principalement dans la vallée de la Marne et localement dans celle de son affluent la Beuvronne et sur la retombée nord du plateau de Brie (fig. 1).

Méthodes

5Pour mener à bien ce travail, une approche pluridisciplinaire a été menée. Elle repose notamment sur des études sédimentologiques, des datations absolues (14C ; tab. 1), des analyses palynologiques, ainsi que sur la prise en compte des données archéologiques disponibles.

6L’étude des dépôts alluviaux de fond de vallée a été effectuée grâce à des prospections à la tarière mécanique, menées sur les sites de Changis-sur-Marne, Vignely et Neuilly-sur-Marne, et la réalisation d’une dizaine de carottages. Des coupes ont également été ouvertes lors de la réalisation des tranchées de diagnostic archéologique, permettant d’observer les alluvions sur parfois plus de 4 m d’épaisseur (notamment sur le site de Haute Île ; Le Jeune et al., 2005). Les observations effectuées dans les coupes ont permis de définir des séquences sédimentaires (numérotées de S1 à S6 du plus récent au plus ancien, suivant la terminologie déjà utilisée sur le site de Haute Île ; Le Jeune et al., 2005). La variabilité spatiale des faciès est en effet trop importante pour permettre une compréhension de leur géométrie par le seul biais de sondages. Ces séquences ont été reconnues sur la base non seulement des types de faciès mais aussi de leur localisation dans les formations alluviales. Elles ont donc une valeur de chronologie relative, ce qui n’exclut pas la présence de variations latérales de faciès en leur sein.

7Ce cadre chronologique relatif a été complété par la prise en considération des données archéologiques. La présence de mobilier sur le site de la Haute-Île a ainsi permis de fournir un calage chronologique. L’essentiel du calage chronostratigraphique provient toutefois des datations radiocarbone. 31 datations ont été réalisées aux laboratoires du CRDC à Lyon ou de Beta Analytics à partir de fragments de bois, de racines, de charbons ou de niveaux organiques, prélevés dans les coupes ou les carottages. Les dates ont été calibrées avec le logiciel OxCal 4.10 et la courbe IntCal 2009.

8L’étude des sédiments fluviatiles a été enrichie par des études palynologiques : 18 séquences, réparties sur 11 sites, ont été prélevées sur coupes ou par carottages (fig. 1) dans les fonds de vallée (lit mineur fossile, paléochenaux latéraux ou paléoméandres recoupés). Alors que les travaux initiaux portaient exclusivement sur le train de méandres des « Boucles de Jablines » (Leroyer, 1997), les études documentent maintenant l’ensemble du bassin aval de la Marne depuis le secteur de la confluence du Petit-Morin (méandre de Luzancy) en amont jusqu’à la confluence avec la Seine en aval. Si les analyses concernent principalement la Marne, elles considèrent aussi un affluent (La Beuvronne) et un marais (Lesches). Ces séquences polliniques présentent une liaison plus ou moins forte avec des occupations humaines : elles peuvent être situées en contrebas d’un site archéologique (Lesches pour le Néolithique récent, Neuilly-sur-Marne pour le Mésolithique puis le Néolithique moyen I), se trouver dans un secteur où les vestiges d’une période sont abondants (« Les Boucles de Jablines » pour le Néolithique ancien) ou être éloignées des sites archéologiques immédiats (Joinville-le-Pont). L’étude palynologique de ces 18 séquences a permis de définir l’histoire de la végétation du bassin aval de la Marne durant l’Holocène (fig. 1). Parfaitement intégrée dans la dynamique régionale (Leroyer, 1997 ; Leroyer et al., 2011), elle est résumée par l’individualisation de sept zones polliniques dont les limites chronologiques sont calées par un corpus de 49 datations 14C. Outre l’approche dynamique à commande climatique (Chaussé et al., 2008), les analyses polliniques permettent d’identifier les influences humaines sur le paysage végétal. Le recours aux indices polliniques d’anthropisation (présence de taxons cultivés, de cortèges rudéraux et adventices, variation des ligneux significatifs de défrichements), la confrontation aux données archéologiques et la liaison plus ou moins forte des profils avec les occupations humaines permettent de réellement appréhender l’impact anthropique selon les périodes (Leroyer, 2003, 2004, 2006 ; Leroyer et Allenet, 2006).

Tab. 1 – Datations 14C effectuées sur le site de Neuilly-sur-Marne « La Haute-Île » et séquences associées (calibration 2σ, OxCal 4.10, courbe IntCal 2009)
Tab. 1 – Radiocarbon ages obtained at Neuilly-sur-Marne « La Haute-Île » site and associated sequences (calibration 2σ, OxCal 4.10, IntCal 2009 curve)

Tab. 1 – Datations 14C effectuées sur le site de Neuilly-sur-Marne « La Haute-Île » et séquences associées (calibration 2σ, OxCal 4.10, courbe IntCal 2009)Tab. 1 – Radiocarbon ages obtained at Neuilly-sur-Marne « La Haute-Île » site and associated sequences (calibration 2σ, OxCal 4.10, IntCal 2009 curve)

Nouvelles données sédimentologiques et stratigraphiques

Changis-sur-Marne, « Les Petreaux »

9Le site se situe sur la rive droite de la Marne, sur la rive convexe d’un méandre situé à 1,5 km au nord-ouest du village de Changis-sur-Marne (site n° 11 ; fig. 1 et fig. 2) et qui correspond au premier méandre de la basse vallée. La rive convexe du méandre est occupée par un ensemble de terrasses alluviales, non datées à ce jour, s’échelonnant entre 51 et environ 70 m NGF. Les alluvions faisant l’objet d’une exploitation en carrière, des diagnostics et fouilles archéologiques extensives ont été réalisés sur plusieurs dizaines d’hectares. Ils ont permis de mettre en évidence des traces d’occupation s’étendant du Ve millénaire av. J.-C. jusqu’au IVe siècle apr. J.-C. (Lafage et al., 2006, 2007 ; Lanchon et al., 2008) et ce, notamment au niveau de la basse terrasse. Toutefois, les coupes accessibles lors des opérations archéologiques n’ont permis d’observer que les limons de débordement constituant la partie supérieure des formations alluviales. Dans le cadre du présent travail, deux séries de sondages ont été effectués à la tarière mécanique le long de transects orientés ENE-WSW (transect 1) et ESE-WNW (transect 2), entre le lit actuel de la Marne et la basse terrasse (fig. 2). Bien que le lit rocheux n’ait pu être atteint, ces carottages ont permis d’étudier les dépôts sur une épaisseur d’environ 8 m. Les dépôts les plus anciens, présents en continuité à la base de la basse terrasse et de la plaine alluviale actuelle, sont formés de galets et graviers siliceux pris dans une matrice sableuse. Ils sont localement recouverts au niveau de la basse terrasse par des sables limoneux jaunes (transect 2, T28 et T23). Au niveau de la plaine alluviale actuelle (transect 1, T12 à T3), on observe ensuite des dépôts de sables limono-argileux contenant de rares galets siliceux. Ces dépôts sont surmontés par des limons calcaires finement lités, souvent riches en bois et coquilles de mollusques. Des intercalations de tourbe ont également été observées. De nombreux fragments de bois de taille centimétrique à décimétrique ont été retrouvés dans ces dépôts. Plus à l’est, des limons argileux gris parfois chargés de fragments de matière organique (bois et charbons millimétriques à centimétriques) ont localement été reconnus (transect 1, T7-T8 ; transect 2, T20-T21). Ces limons, qui peuvent être interprétés comme un remblaiement de paléochenal, sont préservés tantôt au sommet de l’unité grossière inférieure (transect 1 ou transect 2, T21), tantôt au dessus des sables limoneux jaunes (transect 2, T20). Du mobilier archéologique (lithique et céramique) remanié, datant du Néolithique et du début du Moyen-Âge, y a été identifié. Enfin, la dernière unité correspond à un remblaiement de limons argileux gris à beige de 2 à 3 m d’épaisseur, couvrant l’ensemble de la séquence sauf localement la basse terrasse (transect 2, T28 et T23). Dans ces limons ont été retrouvés plusieurs charbons de bois, parfois associés à des fragments de terre brûlée.

Fig. 2 – Séquences sédimentaires et coupes schématiques des transects 1 et 2 à Changis-sur-Marne
Fig. 2 – Sedimentary sequences and schematic representation of the cross-profiles 1 and 2 at Changis-sur-Marne

Fig. 2 – Séquences sédimentaires et coupes schématiques des transects 1 et 2 à Changis-sur-MarneFig. 2 – Sedimentary sequences and schematic representation of the cross-profiles 1 and 2 at Changis-sur-Marne

1 : sables limoneux ocres ; 2 : limons argileux gris à beige ; 3 : limons argileux gris avec fragments organiques ; 4 : limons organo-minéraux à coquilles et bois ; 5 : tuf calcaire, tourbe et limons organiques ; 6 : limons calcaires organiques lités ; 7 : sables limoneux gris-bleu à beige ; 8 : grave sableuse.
1: brown sandy silt; 2: light brown to grey clayey silt; 3: gray clayey silt with organic material; 4: organic silt with shells and wood; 5: oncolithic tufa, peat and organic silt; 6: laminated calcareous organic silt; 7: grey-blue sandy silt; 8: sand and gravel.

Vignely, « La Noue Fenard »

10Le site de Vignely se situe à quelques kilomètres en aval de Meaux, 40 km en aval de Changis-sur-Marne (fig. 1). Il se localise en rive droite de la Marne, dans une section de vallée rectiligne entre deux méandres (fig. 3A). Le secteur a fait l’objet d’importantes recherches archéologiques facilitées par l’exploitation des alluvions en carrières. Ces travaux ont notamment mis en évidence des occupations importantes du Néolithique ancien (site de La Porte aux Bergers) au nord du village actuel et du Néolithique moyen (site de La Noue Fenard) au sud (Lanchon et al., 2001, 2006). L’ouverture d’une coupe au lieu-dit la Corvée avait également permis une première étude du remblaiement alluvial, près du site de la Porte aux Bergers (fig. 3B ; Pastre et al., 2002a). Dans le cadre du présent travail, des carottages ont été effectués à la tarière mécanique le long d’un transect situé à environ 500 m au nord de cette coupe (fig. 3C). Ils ont permis d’observer les sédiments entre le site de la Noue Fenard et la Marne. Contrairement au site de Changis-sur-Marne, les sondages ont permis d’atteindre localement le substrat rocheux, constitué ici des calcaires marneux du Bartonien. La base du remblaiement alluvial est composée d’une unité grossière généralement peu épaisse, recouverte par des sables limoneux pouvant atteindre 4 m d’épaisseur. Au dessus se trouvent des limons calcaires lités associés à des tourbes, déjà reconnus dans la coupe (unité 5). Ces limons sont localement (sondage T4) surmontés par des niveaux marneux similaires à ceux reconnus dans la coupe (unité 6). Les sondages indiquent la présence de deux paléochenaux remblayés par des limons riches en matière organique et des tourbes. Le premier paléochenal, le plus profond, est reconnu à l’ouest du transect, à proximité de la Marne (T0 à T3-4). Plus à l’est, les sondages T5 à T7 montrent la présence d’un paléochenal secondaire situé entre 40 et 41 m NGF. Ce remblaiement apparaît clairement déconnecté du paléochenal précédent. Il pourrait correspondre à un paléochenal tardif ayant conservé une tranche d’eau suffisante pour permettre la préservation de la matière organique. Ce chenal pourrait correspondre à celui mentionné au niveau des sondages T5 à T7 sur le plan d’intendance de la paroisse de Vignely (établi vers 1780) et appelé « Communes de la paroisses de Vignely ». Le remblaiement alluvial s’achève enfin avec la mise en place de limons argileux gris à beige épais de 2 à 4 m et couvrant l’ensemble du profil. Lors des études menées sur la coupe de la Corvée (Pastre et al., 2002a), six datations 14C ont été réalisées sur des fragments de bois prélevés dans les séquences organiques limoneuses (fig. 3 et tab. 1). Elles montrent que la mise en place des limons calcareux et tourbeux s’est effectuée au Préboréal et au Boréal, tandis que le remblaiement du chenal principal est daté du Subboréal.

Fig. 3 – Séquences sédimentaires et coupe schématique pour le site de Vignely
Fig. 3 – Sedimentary sequences and schematic sections at Vignely

Fig. 3 – Séquences sédimentaires et coupe schématique pour le site de VignelyFig. 3 – Sedimentary sequences and schematic sections at Vignely

A : Localisation des transects et coupes étudiés. B : Coupe de la Corvée (d’après Pastre et al., 2002a, modifié). 1 : sables et graviers (Pléniglaciaire) ; 2a : sables argileux à graviers (Tardiglaciaire) ; 2b : sables limoneux (Tardiglaciaire) ; 3 : limons argileux avec graviers ; 4 : limons argileux avec bois (début Préboréal) ; 5a-b : alternance de limons organiques et de limons minéraux lités (5a), passant latéralement à des tourbes (5b) ; 5c-f : limons tourbeux tufacés lités, passant latéralement et à des tourbes riches en bois (5g) ; 5h : tourbe argileuse humifiée ; 6 : marnes gris clair litées ; 7a : marnes grises non litées ; 7b : marnes blanches non litées ; 8a : sables graveleux avec bois ; 8b : sables graveleux ; 8c : limons organo-minéraux ; 8d : tourbe ; 8e : limons sableux ; 8f : limons sableux organo-minéraux ; 8g : limons calcaires ; 9 : limons argileux organo-minéraux ; 10 : argiles limoneuses gris-beige ; 11 : bois. C : Transect étudié. 1 : limons argileux gris à beige ; 2 : limons organo-minéraux ; 3 : limons calcaires organiques lités, tourbe et limons organiques, localement limons marneux (sommet T4-5) ; 4 : sables limoneux gris-bleu à beige ; 5 : grave sableuse ; 6 : calcaires marneux.
A: Location of the studied profile and section. B: The Corvée section (after Pastre et al., 2002a, modified). 1: sand and gravel (LGM); 2a: clayey sand with gravels (Lateglacial); 2b: silty sand (Lateglacial); 3: clayey silt with gravels; 4: wood rich clayey silt (early Preboreal); 5a-b: laminated organic and mineral silts (5a), peaty silts with tufa, 
laterally turning to peat (5b); 5c-f: laminated peaty silt with tufa lateraly turning to rich wood peat (5g); 5h: humified clayey peat; 6: laminated grey marl; 7a: grey marl; 7b: white marl; 8a: wood rich sands and gravels; 8b: sand and gravels; 8c: organic silt; 8d: peat; 8e: sandy silt; 8f: sandy organic silt; 8g: calcareous silt; 9: clayey organic silt; 10; grey-light brown clayey silt; 11: woods. C: Studied profile. 1: grey-beige clayey silt; 2: organic silt; 3: laminated calcareous organic silt, peat and organic silt, marly silt (T4-5 top); 4: sandy grey to blueish silt; 5: sands and gravels; 6: marly limestones.

Neuilly-sur-Marne, « la Haute-Île » (transect 6)

11Le méandre de « La Haute-Île » à Neuilly-sur-Marne se localise une trentaine de kilomètres en aval de Vignely. Il a déjà fait l’objet d’une étude portant sur l’enregistrement alluvial holocène (Le Jeune et al., 2005). Douze sondages à la tarière complémentaires dont un carottage tubé (C11) ont récemment été réalisés le long d’un transect long de 100 m (transect 6 ; fig. 4), entre la Marne actuelle et la paléorive située à l’est de l’ancienne île. Comme à Changis-sur-Marne et à Vignely, la base du remblaiement est composée d’alluvions grossières à sableuses déposées au dessus du substrat marno-calcaire. Ces alluvions, localement érodées (T4/C11), sont recouvertes par des limons argilo-sableux bleutés épais en moyenne de 3 m. Au-dessus se trouvent des argiles limoneuses organiques noires localement riches en bois. Ces niveaux sont interprétés comme des faciès de rive, composés de paléosols hydromorphes développés sur les dépôts limoneux antérieurs. La présence de concrétions d’oxydes ferriques verdâtres témoigne du passage d’une humidité modérée à un contexte plus humide anoxique. Cette hydromorphie croissante est attribuée à une remontée de la Marne (Le Jeune et al., 2005). Les travaux antérieurs (tranchée 25 ; Le Jeune et al., 2005) et l’étude du transect 6 suggèrent que ces paléosols sont synchrones avec le dépôt de limons calcaires finement lités reconnus par le biais des tarières (T1 à T8 ; fig. 4) sur une épaisseur pouvant atteindre 2 m. A la mise en place de ces limons succède une phase d’érosion. Cette incision, déjà observée en coupe (tranchée 25 ; Le Jeune et al., 2005), apparaît clairement dans les carottages T3 à T9 du transect 6 (fig. 4). L’accumulation reprend ensuite avec la mise en place de tufs calcaires à oncolithes. Ces tufs, épais de 3 m, passent latéralement, vers les rives, à des limons organiques plus ou moins tourbeux. Une nouvelle phase d’incision est ensuite reconnue à l’ouest du transect, suivie par la mise en place de limons organiques (T1 et T2 ; fig. 4). A l’instar des tufs, ces limons contiennent de nombreux fragments de bois et coquilles de mollusques. La séquence s’achève avec la mise en place de plus de 3 m de limons argileux (fig. 4).

12La présence de vestiges archéologiques attribués au Mésolithique moyen à récent et au Néolithique ancien (Lanchon et Le Jeune, 2004) dans les limons organiques apporte un premier élément de calage chronologique. Celui-ci a été complété par la réalisation de 25 datations 14C, permettant une reconstitution fine de la mise en place des sédiments. Les datations effectuées sur des racines et des bois retrouvées au contact entre les limons argilo-sableux et les tourbes dans les carottes C11 et T3 (fig. 4) indiquent un âge préboréal. Ce résultat confirme l’existence d’une phase d’incision au début de l’Holocène, déjà reconnue dans divers sites du Bassin parisien (Pastre et al., 2002b). La mise en place des tourbes et argiles organiques semblent s’être poursuivie jusqu’au début de l’Atlantique. L’incision de ces dépôts a de fait été datée entre 7570±70 BP et 6205±35 BP (fig. 4). Ce résultat est cohérent avec l’âge des vestiges archéologiques retrouvés dans les limons organiques. Les datations obtenues pour les tufs montrent que leur mise en place s’étend entre l’Atlantique récent et le début du Subboréal.

Fig. 4 – Séquences sédimentaires et coupe schématique du transect 6 à Neuilly-sur-Marne, « La Haute-Île », carottages C11 et C5 et datations associées (C5 repris de Le Jeune et al., 2005)
Fig. 4 – Sedimentary sequences and schematic sections of transect n° 6 at Neuilly-sur-Marne “La Haute-Île”, C11 and C5 cores and associated ages (C5 after Le Jeune et al., 2005)

Fig. 4 – Séquences sédimentaires et coupe schématique du transect 6 à Neuilly-sur-Marne, « La Haute-Île », carottages C11 et C5 et datations associées (C5 repris de Le Jeune et al., 2005)Fig. 4 – Sedimentary sequences and schematic sections of transect n° 6 at Neuilly-sur-Marne “La Haute-Île”, C11 and C5 cores and associated ages (C5 after Le Jeune et al., 2005)

a : limons argileux gris à beige ; b : limons organo-minéraux à coquilles et bois ; c : tuf calcaire/limons organiques ; d : limons calcareux organiques lités et argiles limoneuses organique noires à la base ; e : limons argilo-sableux bleutés ; f : grave sableuse ; g : marnes et argiles tertiaires ; h : incision ; 1 : sol actuel ; 2 : limons argileux beiges ; 3 : limons argileux gris ; 4 : limons organo-mineraux avec bois et coquilles ; 5 : tuf calcaire à oncolithe, avec coquilles et bois ; 6 : limons calcareux organo-minéraux ; 7 : limons calcaires tourbeux lités ; 8 : tourbe ; 9 : sables limoneux ; 10 : grave sableuse ; 11 : racines humifiées tronquées ; 12 : traces d’oxydation autour d’anciennes racines (pédogenèse).
a: grey-beige clayey silt; b: organic silt with shells and woods; c: oncolithic tufa/organic silt; d: laminated calcareous organic silt overlying black organic silty clay; e: bluish sandy silt; f: sand and gravel; g: Tertiary marls and clays; h: incision; 1: present soil; 2: beige clayey silt; 3: grey clayey silt; 4: organic silt with shells and woods; 5: oncolithic tufa with shells and woods; 6: calcareous laminated organic silt; 7: calcareous laminated peaty silt; 8: peat; 9: sandy silt; 10: sand and gravels; 11: truncated humified roots; 12: traces of oxidation around ancient roots (pedogenesis).

L’anthropisation du milieu à partir des données polliniques

13Le paysage végétal durant le Mésolithique et les phases ancienne et moyenne du Néolithique sont bien documentés dans les séquences du bassin de la Marne (fig. 5). Dès la palynozone VI (9100 – 7300 cal. BP ; n° 1, fig. 5), une hausse du cortège rudéral et des Poacées, concomitante du recul du chêne et du noisetier est perceptible dans plusieurs profils polliniques, liés à une occupation mésolithique (Neuilly-sur-Marne) ou hors contexte archéologique (Lesches, Annet-sur-Marne « la Boucle de Jablines »). Ces modifications de la végétation sont significatives d’une légère pression sur le milieu forestier qui entraîne une rudéralisation de la végétation dès la période mésolithique, influences humaines précoces déjà reconnues en vallée de la Seine (Leroyer, 2004). Au début de la palynozone VII (7300 – 6700 cal. BP ; n° 2, fig. 5), plusieurs séquences témoignent de la présence de céréales, d’une hausse notable des rudérales, d’une progression des herbacées de prairies et d’un léger recul des ligneux (chênes, ormes, noisetiers). Ces marqueurs d’activités agro-pastorales sont uniquement enregistrés dans les profils liés à des sites du Néolithique ancien (Luzancy, Neuilly-sur-Marne), ou implantés dans le secteur des « Boucles de Jablines », fortement peuplé à cette période ; Leroyer, 2006 ; Leroyer et Allenet, 2006). Durant le Néolithique moyen (6700 – 5600 cal BP), toutes les séquences du secteur des « Boucles de Jablines » témoignent d’un recul des indices polliniques d’anthropisation en accord avec la raréfaction des sites archéologiques et d’une augmentation de la distance existant entre les profils polliniques et les occupations humaines (Leroyer et Allenet, 2006). En revanche, à Neuilly-sur-Marne et à Chelles, où des vestiges archéologiques des deux phases du Néolithique moyen ont été découverts, des activités agro-pastorales sont successivement enregistrées conjointement à une pression sur le milieu forestier. L’impact de ces populations semble encore restreint, n’entraînant pas une profonde déstabilisation de la végétation puisque leurs activités ne se marquent clairement dans les séquences polliniques que si celles-ci bénéficient d’un fort contexte archéologique comme durant le Mésolithique et le Néolithique ancien. Documentée par presque toutes les séquences polliniques, la première partie de la palynozone VIII (5600 – 4100 cal BP ; n° 3, fig. 5) se caractérise par un essor des marqueurs d’activités agro-pastorales (présence de céréales, hausse du cortège rudéral) et ce, même lorsque les profils ne sont pas associés à des occupations humaines. L’impact sur le milieu forestier est plus difficile à discerner car l’essor des aulnaies dans les fonds de vallée constitue alors un filtre conséquent à la perception des boisements de versant (Leroyer, 1997 ; Leroyer et al., 2011). Toutefois, des défrichements sont clairement enregistrés lorsque les séquences sont associées à des occupations humaines comme à Fresnes-sur-Marne, Lesches et Chelles (Leroyer, 2003). Ces enregistrements presque systématiques d’activités agro-pastorales constituent une rupture par rapport aux phases précédentes du Néolithique puisque leur perception n’est plus tributaire de la proximité des occupations. Ces observations témoignent d’une intensification des pratiques agricoles à partir du Néolithique récent/final d’autant que les vestiges archéologiques de cette période ne sont pas plus abondants que ceux des phases précédentes du Néolithique. La deuxième partie de la zone pollinique VIII (4100 – 3300 cal. BP) et le début de la zone IX (3300 – 2900 cal. BP), contemporains de l’âge du Bronze, sont documentés par seulement sept séquences polliniques. Malgré la rareté des vestiges archéologiques du Bronze ancien et moyen, les analyses ne témoignent pas d’une profonde déprise humaine : les rudérales conservent des fréquences conséquentes, les céréales sont plus ou moins sporadiques et les courbes des principaux ligneux sont fluctuantes. Au Bronze final, les indices d’agriculture ne progressent pas très fortement alors que les sites archéologiques de cette période sont abondants dans le bassin aval de la Marne. En revanche, la proximité des séquences polliniques avec les occupations humaines permet de bien percevoir le défrichement des aulnaies au profit des prairies. Les activités des populations de l’Âge du Fer, période couverte par la zone régionale IX, ne sont documentées que par trois profils polliniques (n° 4, fig. 5) car la sédimentation limoneuse, alors prédominante, limite la préservation des pollens (Pastre et al., 2003). La tendance semble être à une accentuation de l’ouverture du milieu et à une augmentation des activités agricoles mais les informations sont trop restreintes pour conclure à une hausse très prononcée de l’impact anthropique dans le bassin de la Marne, d’autant que cette évolution n’est pas systématiquement perçue dans les autres vallées du Bassin parisien (Leroyer et Allenet, 2006 ; Leroyer et al., 2009).

Fig. 5 – Corrélation des séquences polliniques du bassin aval de la Marne et seuils de perception de l’anthropisation du milieu en fonction de la proximité des occupations humaines
Fig. 5 – Pollen sequences correlation in the lower Marne valley and thresholds of perception for human impact based on the vicinity of human settlements

Fig. 5 – Corrélation des séquences polliniques du bassin aval de la Marne et seuils de perception de l’anthropisation du milieu en fonction de la proximité des occupations humainesFig. 5 – Pollen sequences correlation in the lower Marne valley and thresholds of perception for human impact based on the vicinity of human settlements

Les lignes noires verticales indiquent les périodes couvertes par les séquences polliniques. 1 : enregistrement d’une pression sur le couvert forestier et d’une légère rudéralisation de la végétation à côté des sites du Mésolithique récent ; 2 : enregistrement d’activités agro-pastorales et de défrichements à côté des sites du Néolithique ancien et moyen ; 3 : présence d’indices polliniques d’agriculture même sans liaison avec des sites du Néolithique récent ; 4 : enregistrement d’une ouverture accrue du milieu à la fin de l’âge du Bronze et durant l’âge du Fer.
The black lines show the time periods represented in the pollen sequences. 1:
pressure records on forest cover and slight development of ruderal vegetation in the vicinity of late Mesolithic sites; 2: agro-pastoral activities and clearings records near early to middle Neolithic sites; 3: pollen evidences for agriculture development even without connection to the late Neolithic sites; 4: records of increasing land clearing during the late Bronze Age and the Iron Age.

Synthèse

Comparaison des séquences de Changis-sur-Marne, Vignely et Neuilly-sur-Marne

14Les observations effectuées à Changis-sur-Marne, Vignely et la Haute-Île permettent de proposer une reconstitution d’ensemble de l’évolution holocène de la basse vallée de la Marne (fig. 6). Plusieurs phases de sédimentation (appelées ici « séquences ») ont été reconnues. Sur les trois sites, la sédimentation holocène fait suite à une phase incision marquée des dépôts antérieurs. Cette incision peut être rapportée au début du Préboréal sur la base des datations réalisées sur les sites de Vignely (9620±70 BP) et la Haute-Île (9650±50 BP). La sédimentation reprend ensuite avec la mise en place de limons calcaires lités. Partout où ils ont été observés, ces limons passent latéralement à des tourbes et limons organiques (séquence S5). Cette phase d’accumulation a été datée sur les sites de Vignely et de la Haute-Île et s’achève durant le Boréal (âges de 7780±80 BP à Vignely et 7570±70 BP à la Haute-Île). La séquence se termine par une phase d’érosion reconnue notamment à la Haute-Île. La mise en place d’argiles remaniées observées sur la coupe de Vignely (fig. 3B) ou à la Haute-Île (sondage T1 du transect 6 ; fig. 4) pourrait s’expliquer par cette érosion des sédiments plus anciens (Le Jeune et al., 2005). A l’issue de cette phase d’érosion sont mis en place des tufs calcaires à oncolithes, passant latéralement à des limons organiques riches en bois (séquence S4). Les dépôts attribuables à S4 ont été reconnus à Changis-sur-Marne et la Haute-Île où les plus anciens sont datés de 6205±35 BP. La différence de faciès semble refléter la diversité des conditions de dépôt : les limons organiques sont interprétés comme des faciès de berge (Pastre et al., 2002a), alors que les dépôts calcaires sont associés à des tranches d’eau plus importantes. La séquence S4 n’a pas été reconnue sur le site de Vignely. Les études menées sur la coupe de la Corvée (Pastre et al., 2002a) montrent cependant la présence d’une phase d’érosion, antérieure à 3800±70 BP, qui pourrait correspondre à la fin de la séquence S4. La séquence suivante (S3) est marquée par des dépôts de limons argileux ou organiques, riches en coquilles et en bois. Les datations disponibles indiquent que ces sédiments se sont mis en place entre 3800±70 BP et 3020±BP à Vignely, ce qui est cohérent avec les observation faites sur le site de la Haute-Île (Le Jeune et al., 2005). Enfin, les séquences suivantes S1 et S2 correspondent à des dépôts massifs de limons argileux. Les études menées en coupe sur le site de la Haute-Île (Le Jeune et al., 2005) permettent de distinguer des séquences de limons de débordement (limons argileux beiges, S1) de celles formées essentiellement de limons déposés en contexte anoxique (limons argileux gris S2). Les observations effectuées sur les trois sites soulignent ainsi les similitudes de faciès à l’échelle de la basse vallée de la Marne. Les datations obtenues sur la coupe de Vignely (tab. 1 ; Pastre et al., 2002a) sont en outre conformes avec la chronologie établie pour la Haute-Île. Ces résultats peuvent ainsi être rapprochés des études palynologiques afin de proposer un schéma général d’évolution du fond de vallée de la Marne pendant l’Holocène.

Fig. 6 – Synthèse des séquences alluviales holocènes rencontrées sur les sites de Neuilly-sur-Marne « La Haute-Île », Vignely « La Noue Fenard » et Changis-sur-Marne « Les Petreaux »
Fig. 6 – Synthesis of the Holocene alluvial sequences studied at Neuilly-sur-Marne “La Haute-Île”, Vignely “la Noue Fenard” and Changis-sur-Marne “Les Petreaux” sites

Fig. 6 – Synthèse des séquences alluviales holocènes rencontrées sur les sites de Neuilly-sur-Marne « La Haute-Île », Vignely « La Noue Fenard » et Changis-sur-Marne « Les Petreaux »Fig. 6 – Synthesis of the Holocene alluvial sequences studied at Neuilly-sur-Marne “La Haute-Île”, Vignely “la Noue Fenard” and Changis-sur-Marne “Les Petreaux” sites

1 : limons argileux beiges ; 2 : limons argileux gris ; 3 : limon argileux gris et limons organiques ; 4 : limons organiques, coquilles et bois ; 5 : tuf à oncolithes, tourbe et limons organiques ; 6 : tourbe et limons calcareux laminés ; 7 : limons sableux et grave ; 8 : premier impact anthropique sur la forêt (données palynologiques) ; 9 : développement de l'agriculture (données palynologiques) ; 10 : premier dépôt de sédiments détritiques dans un affluent (Orth, 2004) ; 11 : premier dépôt important de sédiment holocène détritique sur le site de la « Haute-Île ».
1: light brown clayey silt; 2: grey clayey silt; 3: grey clayey silt and organic silt; 4: organic silt, shells and woods; 5: oncolithic tufa and peat; 6: peat and laminated calcareous mud; 7: sandy silt and gravel ; 8: first anthropogenic impact on forest (palynological records); 9: agricultural development (palynological records); 10: first Holocene detrital sediment in the Beuvronne catchment (Orth, 2004); 11: first main Holocene detrital sediment in the “Haute-Île” records.

L’évolution holocène du fond de vallée de la Marne : du forçage climatique au forçage anthropique

15La sédimentation holocène de la Marne succède à la mise en place d’apports détritiques formée d’une part d’alluvions grossières à sableuses, d’autre part de dépôts limoneux (séquence S6, fig. 7 et n° 1, fig. 8). Ces derniers ont été récemment attribués au Tardiglaciaire (Pastre et al., 2000). Ces dépôts peuvent être interprétés comme des limons de débordement associés à des crues. Les faciès sédimentaires que l’on observe au niveau du paléo-lit mineur semblent traduire des dépôts de débordement associés à des crues, avec des dépôts en contexte anoxique (limons argilo-sableux bleutés) passant plus haut à des sables et limons-sablo graveleux beiges, repris par la pédogenèse en période d’étiage. Le régime de la rivière est probablement ici encore au moins partiellement nival pendant cette période climatique (Orliac, 1994). Le début de l’Holocène est marqué par une incision importante des fonds de vallée du Bassin parisien, comme reconnue à Vignely et la Haute-Île. Cette érosion linéaire (n° 2, fig. 7) est attribuée au réchauffement postglaciaire et au développement de la végétation limitant l’érosion sur les versants et donc les apports sédimentaires aux cours d’eau (Pastre et al., 2002a et b). La remontée progressive du niveau de l’eau va ensuite entraîner le dépôt de limons calcaires lités, passant latéralement à des tourbes et limons organiques sur les rives (S5, n° 3, fig. 8). L’aspect lité et homogène de ce faciès traduit un écoulement calme et régulier. Cette séquence couvre le Préboréal, le Boréal et une partie de l’Atlantique ancien (fig. 6). Elle s’achève par une phase d’incision datée entre 7570±70 BP et 6205±35 BP (fig. 4 et n° 4, fig. 7). Cette incision, qui s’accompagne d’une remobilisation des sédiments antérieurs, est vraisemblablement d’origine climatique (Le Jeune et al., 2005). Elle pourrait correspondre à une phase de refroidissement brutal associé à l’événement 7500 BP (8,2 ka cal. BP) enregistré dans les glaces du Groenland (Alley et al., 1997). Cette hypothèse doit cependant être confirmée dans la mesure où les analyses polliniques ne témoignent pas de ce refroidissement climatique. La sédimentation calcaire reprend ensuite avec la mise en place de tufs à oncolithes typiques de milieux peu turbides. Ces tufs passent latéralement sur les rives à des tourbes et limons organiques (S4, fig. 6 et n° 5, fig. 7). Cette séquence couvre une partie de l’Atlantique ancien, l’ensemble de l’Atlantique récent et le début du Subboréal. Or, cette période est marquée par une anthropisation croissante du milieu, attestée par les analyses palynologiques. On constate ainsi un décalage entre les changements affectant les versants et l’absence de modification du système fluvial. Ce décalage, déjà mis en évidence dans d’autres fonds de vallée (Lang et Hönscheidt, 1999), indique que l’impact des flux sédimentaires induits par les pratiques agricoles reste local. Une nouvelle phase d’érosion marque la fin de la séquence S4 (n° 6, fig. 7). Mal datée dans la vallée de la Marne, elle serait antérieure à 3800±70 BP (Vignely ; fig. 3B). Elle aboutit localement à la disparition des dépôts atlantiques, comme à Vignely. Cette modification dans la dynamique fluviale peut être imputée à une perte d’inertie du bassin-versant vis-à-vis des précipitations, du fait de la réduction du couvert forestier (Rey et al., 2004) consécutive au développement de l’agriculture, notamment à partir de 5000 cal. BP. Les études palynologiques soulignent en effet l’ampleur des défrichements et l’intensification des activités agro-pastorales durant le Subboréal. L’ouverture du milieu pourrait ainsi dans un premier temps avoir provoqué un transfert plus rapide de l’eau vers le réseau hydrographique, d’où le creusement observé dans les sites étudiés. Dans un second temps, le transfert de sédiments sur les versants, effectif notamment au Néolithique récent (Brunet et Le Jeune, 2004), aboutit au remblaiement des fonds de vallée, comme reconnu dans la vallée de la Beuvronne, affluent de la Marne, aux environs de 4500 cal. BP (Orth et al., 2004). Dans le fond de vallée de la Marne, le changement de sédimentation n’est observé que près d’un millénaire plus tard, vers 3600 cal. BP, avec la mise en place de limons organo-minéraux à coquilles et bois passant progressivement à des limons argileux plus ou moins organiques (S3b, n° 6, fig. 7). Ces limons de crue sont associés à une érosion d’origine anthropique dans le bassin-versant et inhibent par ailleurs la formation des tufs calcaires, lesquels disparaissent progressivement du fait de l’augmentation de la turbidité.

16Le Subboréal se caractérise ainsi par une augmentation significative de l’influence anthropique sur les dynamiques sédimentaires, avec toutefois un décalage chronologique entre les enregistrements de versant et ceux du drain principal. L’influence anthropique se poursuit au cours du Subatlantique tout comme l’augmentation de l’occupation humaine des plateaux qui peut être déduite de la carte archéologique (fig. 8). L’érosion des loess pédogénéisés des plateaux aboutit ainsi au dépôt de 3 à 4 m de limons argileux (S1 et S2, fig. 6 ; n° 8, fig. 7 ; Pastre et al., 2002b, 2006). Cet alluvionnement se fait en partie par débordement lors de phases de crue et nivelle progressivement la topographie héritée des périodes précédentes. Les chenaux secondaires se développent au contact de la basse terrasse (n° 8 et 9, fig. 7). Des périodes érosives mineures sont localement reconnues en bordure de ces chenaux, qui entraînent la disparition des dépôts et donc la perte d’informations archéologiques précieuses. Le remblaiement limoneux du fond de vallée, qui se poursuit jusqu’à la période actuelle (n° 10, fig. 7), s’accompagne d’un exhaussement des berges, donc d’une remontée du plan d’eau (Le Jeune et al., 2005).

Fig. 7 – Schéma général d’évolution du fond de la basse vallée de la Marne pendant l’Holocène
Fig. 7 – General schema of evolution in the lower Marne valley during Holocene

Fig. 7 – Schéma général d’évolution du fond de la basse vallée de la Marne pendant l’HolocèneFig. 7 – General schema of evolution in the lower Marne valley during Holocene

A : Limons argileux beiges à gris ; B : Limons argileux gris et limons organiques ; C : Limons organo-mineraux à coquilles et bois ; D : Tuf à oncolithe, tourbe et limons organo-minéraux riches en bois ; E : Limons calcareux organiques lités et tourbe ; F : Sables limoneux gris-bleu à beiges ; G : Grave sableuse ; H : Grave sableuse ocre. 1 : crues et dépôt de sédiments détritiques pendant le Tardiglaciaire ; 2 : incision du début du Préboréal ; 3 : remontée graduelle du plan d’eau, dépôt de limons calcareux lités passant à des tourbes et limons organiques sur les berges ; 4 : incision pendant l’Atlantique ancien (événement 8,2 ka cal. BP ?) ; 5 : dépôt de tufs à oncolithes passant latéralement à des tourbes et limons organiques sur les berges ; 6 : incision du Subboréal, position variable selon les sites ; 7 : dépôts de limons organiques ; 8 : crues, dépôts de limons argileux par débordement depuis la fin du Suboréal ; 9 : mise en place de chenaux secondaires et érosion des berges au Subatlantique ; 10 : profil actuel du fond de vallée ; 11 : niveau de crue ; 12 : niveau d'étiage ; 13 : érosion ; 14 : montée du niveau d'eau ; 15 : variations importantes du niveau d'eau (crues).
A: Beige-grey clayey silt; B: Grey clayey silt and organic silt; C: Organic silt with shells and woods; D: Oncolithic tufa, peat and organic silt; E: Laminated calcareous organic silt and peat; F: Beige to blueish sandy silt; G: Sands and gravels; H: Brown sands and gravels. 1: floods and sediment deposition during the Late Glacial; 2: early Preboreal incision; 3: progressive rise of the water level, laminated calcareous organic silt sedimentation (peat and organic silts on the riverside edges); 4: early Atlantic incision (8.2 k cal. BP event?); 5: oncolithic tufa deposits laterally turning to peat and organic silt on the riverside edges; 6: Subboreal incision, variable positions depending on the site; 7: organic silt deposits; 8: floods, deposition of clayey silts; 9: developments of secondary channels, edges instabilities; 10: present day valley; 11: flood level; 12: low water level; 13: erosion; 14: water level rise; 15: strong variations in water level (floods).

Fig. 8 – Carte archéologique simplifiée des environs de la basse vallée de la Marne
Fig. 8 – Simplified archaeological map of the lower Marne valley

Fig. 8 – Carte archéologique simplifiée des environs de la basse vallée de la Marne Fig. 8 – Simplified archaeological map of the lower Marne valley

1 : Moyen-âge ; 2 : Gallo-romain ; 3 : Âge du Fer ; 4 : Âge du Bronze ; 5 : Néolithique ; 6 : Mésolithique ; 7 : limites du bassin-versant de la Marne.
1: Middle Age; 2 : Gallo-Roman; 3: Iron Age; 4: Bronze Age; 5: Neolithic; 6: Mesolithic; 7: catchment boundary.

Base de donnée PATRIARCHE, Ministère de la Culture et de la Communication.
PATRIARCHE database, French Ministry of Culture and Communication.

Conclusion

17La basse vallée de la Marne apparaît comme particulièrement favorable à l’enregistrement de séquences alluviales holocènes. Les recherches menées sur plusieurs sites ont permis de reconstituer l’évolution du fond de vallée depuis le Préboréal. Elles soulignent le passage d’une dynamique principalement liée aux fluctuations climatiques à une dynamique de plus en plus influencée par l’occupation humaine du bassin-versant. Cette occupation est bien connue grâce aux analyses palynologiques et aux datations associées. Les datations réalisées dans les alluvions de la Marne indiquent toutefois la présence d’un décalage chronologique entre le développement de l’agriculture au Néolithique et son enregistrement dans les sédiments de fonds de vallée. Ces résultats apportent en outre des informations permettant d’améliorer la recherche de vestiges archéologiques dans la vallée. La mise en place d’alluvions fines durant la première partie de l’Holocène semble ainsi à même de favoriser la préservation de berges mésolithiques, comme reconnu plus au nord, dans les vallées de la Somme (Ducrocq, 2001) et du Thérain (Coutard et al., 2010). De même, les tourbes de la séquence S4, associées à des berges mésolithiques et néolithiques archéologiquement « sensibles » ou à des chenaux secondaires, semblent plus prometteuses pour l’étude de l’ensemble de l’Atlantique, bien que moins développées. Les résultats obtenus doivent enfin être complétés par l’étude des remblaiements de fond de vallée des affluents et celle des séquences colluviales de plateau, afin de mieux appréhender l’évolution des paysages à l’échelle du bassin de la Marne et, ainsi, de permettre des comparaisons avec les régions voisines.

Nous remercions les relecteurs anonymes pour leurs remarques constructives qui ont permis d’améliorer le manuscrit, ainsi que Stéphane Cordier (Université Paris-Est Créteil) pour son aide dans la finalisation du manuscrit et David Bridgland (Université de Durham, Royaume-Uni) pour l’édition du texte en anglais. Ces études n’auraient pas pu être menées sans le financement du Conseil général de Seine-Saint-Denis et le soutien du responsable de son service archéologique, M. Olivier Meyer. Nous remercions également tous les archéologues qui nous ont grandement aidé et permis d’intervenir à leurs côtés, notamment Yves Lanchon, Paul Brunet, Véronique Brunet et Françoise Lafage.

Haut de page

Bibliographie

Alley R.B., Mayevski P.A., Sowers T., Stuiver M., Taylor K.C., Clark P.U. (1997) Holocene climatic instability: A large, widespread event 8200 years ago. Geology 25, 483-486.

Antoine P. (2002) – Les loess en France et dans le Nord-Ouest Européen. Revue Française de Géotechnique, 99, 3-21.

Antoine P., Limondin-Lozouet N., Chaussé C., Lautridou J.-P., Pastre J.-F., Auguste P., Bahain J.-J., Falguères C., Galeb B. (2007) Pleistocene fluvial terraces from northern France (Seine, Yonne, Somme): synthesis and new results. Quaternary Science Reviews 26, 2701-2723.

Brunet V., Le Jeune Y. (2004) – Présentation préliminaire de l’occupation néolithique de Montévrain et de Jossigny (Seine-et-Marne). Société Préhistorique Française, Internéo 7 : Actes de la Journée d’information du 22 novembre 2008, 127-139.

Chaussé C. Leroyer C., Girardclos O., Allenet G., Pion P., Raymond P. (2008) – Holocene history of the river Seine in Paris (France): contribution of bio-chronostratigraphic and geomorphological data from the Quai Branly. The Holocene 18, 967-980.

Coutard S., Ducrocq T., Limondin-Lozouet N., Bridault A., Leroyer C., Allenet de Ribemont G., Pastre J.-F. (2010) – Contexte géomorphologique, chronostratigraphique et paléoenvironnemental des sites mésolithiques et paléolithiques de Warluis dans la vallée du Thérain (Oise, France). Quaternaire 21, 357-384.

Ducrocq T. (2001)Le Mésolithique du Bassin de la Somme. Insertion dans un cadre morphostratigraphique, environnemental et culturel. Publications du CERP 7, Lille, 253 p.

Jost A., Violette S., Goncalvès J., Ledoux E., Guyomard Y., Guillocheau F., Kageyama M., Ramstein G., Suc J.-P. (2007) – Long-term hydrodynamic response induced by past climatic and geomorphologic forcing: The case of the Paris basin, France. Physics and Chemistry of the Earth, Parts A/B/C, 368-378.

Lafage F., Auxiette G., Brunet P., Martial E., Matterne V. (2006) – Premières tentatives d’interprétation spatiale d’un site rural du Bronze final à Chnagis-sur-Marne (Seine-et-Marne). Bulletin de la Société préhistorique française, 103, 323-377.

Lafage F., Auxiette G., Brunet P., Delattre V., Le Jeune Y., Martial E., Matterne V., Praud I. (2007) – Changis-sur-Marne « les Pétreaux » : trois siècles d’évolution d’établissements ruraux de la fin du Bronze final au début du premier Âge du Fer. Bulletin de la Société préhistorique française, 104, 307-341.

Lanchon Y., Le Jeune Y. (Eds.) (2004)Neuilly-sur-Marne « la Haute Ile » (Seine-Saint-Denis). Études archéologiques et paléoenvironnementales. I.N.R.A.P. direction Centre/Ile-de-France, Centre archéologique départemental de Seine-Saint-Denis, Service régional d’archéologie d’Ile-de-France, 133 p.

Lanchon Y., Brunet P., Brunet V., Chambon P. (2001) – Le site néolithique de Vignely (77) « la Noue Fenard ». Actualité archéologique régionale. Actes des journées archéologiques d’Île-de-France, Paris, 1-2 décembre 2001, service régional d’archéologie d’Île-de-France, 64-77.

Lanchon Y., Brunet P., Brunet V., Chambon P. (2006) – Fouille de sauvetage d’un monument funéraire et d’une enceinte néolithiques à Vignely la Noue Fenard (Seine-et-Marne) : premiers résultats. In Impacts interculturels au Néolithique moyen. Du terroir au territoire : sociétés et espaces. Actes du 25e colloque interrégional sur le Néolithique, Dijon, 20-21 oct. 2001, 25e supplément de la Revue archéologique de l’Est, 335-351.

Lanchon Y., Bostyn F., Hachem L., Maigrot Y., Martial E., Boitard-Bidault E. (2008) – Le Néolithique ancien dans la basse vallée de la Marne : l’habitat de Changis-sur-Marne « Les Pétreaux » (Seine-et-Marne). Revue Archéologique d’Île-de-France, 1, 43-94.

Lang A., Hönscheidt S. (1999) – Age and source of colluvial sediments at Vaihingen–Enz, Germany. Catena 38, 89-107.

Le Jeune Y., Pastre J.-F., Arcay D., Aubry L., Camerlynck C., Confalonieri J., Lanchon Y., Vergnaud D., Vissac C. (2005) – Variabilité de l’enregistrement alluvial holocène ; l’exemple du méandre de la Haute-Île (vallée de la Marne, Bassin parisien), premiers résultats. Quaternaire 16, 4, 299-313.

Leroyer C. (1997)Homme, climat, végétation au Tardi- et Postglaciaire dans le Bassin Parisien : apports de l’étude palynologique des fonds de vallées. Thèse de l’Université Panthéon-Sorbonne (Paris 1), 2 vol., 786 p.

Leroyer C. (2003) – Environnement végétal des structures funéraires et anthropisation du milieu durant le Néolithique récent/final dans le Bassin parisien. Sans dessus dessous – La recherche du sens en préhistoire. Recueil d’études offert à J. Leclerc et C. Masset. Revue Archéologique de Picardie, 21, 83-92.

Leroyer C. (2004) – L’anthropisation du Bassin parisien du VIIe au IVe millénaire d’après les analyses polliniques de fonds de vallées : mise en évidence d’activités agro-pastorales très précoces. In Richard H. (Ed.), Néolithisation précoce. Première trace d’anthropisation du couvert végétal à partir des données polliniques. Presses Universitaires de Franche-Comté, Collection Annales littéraires, série Environnement, Sociétés et Archéologie, 7, Besançon, 11-27.

Leroyer C. (2006) – L’impact des groupes néolithiques du Bassin parisien sur le milieu végétal : évolution et approche territoriale d’après les données polliniques. In Duhamel P. (Ed.), Impacts interculturels au Néolithique moyen. Du terroir au territoire : sociétés et espaces. Actes du 25e colloque interrégional sur le Néolithique, Dijon 2001. Revue archéologique de l’Est, 25e supplément, 133-150.

Leroyer C., Allenet G. (2006) – L’anthropisation du paysage végétal d’après les données polliniques : l’exemple des fonds de vallées du Bassin parisien. In Allee P., Lespez L. (Eds.) Lérosion entre société, climat et paléoenvironnement. Presses Universitaires Blaise Pascal, collection Nature et Société, 3, Clermont-Ferrand, 63-72.

Leroyer C., Boulen M., Marguerie D., Lorho T., Prat B., Argant J., Allenet de Ribemont G., Aoustin D., Diot M.-F., Gaudin L., Guenet P., Latour-Argant C., Marembat L., Perrière J., Tixier C., Vivent D. (2009) – Base de données et S.I.G. palynologiques sur l’Âge du Fer en France : une autre approche du paysage végétal et de son anthropisation. In Bertrand I., Duval A., Gomez de Soto J., Maguer P. (Eds.), Habitats et paysages ruraux en Gaule et regards sur d’autres régions du monde celtique – Actes du XXXIe colloque international de l’AFEAF, Chauvigny 2007, T. II. Mémoire A.P.C. XXXV, 447-468.

Leroyer C., Coubray S., Allenet de Ribemont G., Perrière J., Pernaud J.-M. (2011) – Vegetation dynamics, human impact and exploitation patterns in the Paris basin through the Holocene: palynology vs. anthracology. Saguntun, extra 11, 81-82.

Michel J.-P. (1965) – Etude sédimentologique de la gravière Boutelet dans les alluvions anciennes de la Marne à Chelles. Bulletin de l’Association française pour l’étude du Quaternaire, 2, 2-3-4, 267-276.

Orliac M. (1994) – Le climat de « Pincevent » : données issues de l’observation des éléments. In Taborin Y. (Ed.), Environnements et habitats magdaléniens dans le centre du Bassin parisien. Maison des Sciences de l’Homme, Paris, Document d’Archéologie Française, 43, 36-38.

Orth P., Pastre J.-F., Gauthier A., Limondin-Lozouet N., Kunesch S. (2004) Les enregistrements morphosédimentaires et biostratigraphiques des fonds de vallée du bassin-versant de la Beuvronne (Bassin parisien, Seine-et-Marne, France) : perception des changements climato-anthropiques à l’Holocène. Quaternaire 15, 4, 285-298.

Pastre J.-F., Leroyer C. (1997) – La capture du Grand-Morin par la Marne (Bassin parisien, France) : âge et mécanisme. Géographie physique et Quaternaire 51, 3, 347-350.

Pastre J.-F, Leroyer C., Limondin-Lozouet N., Chaussé C., Fontugne M., Gebhardt A., Hatté C., Krier V. (2000) – Le Tardiglaciaire des fonds de vallée du Bassin Parisien (France). Quaternaire 11, 107-122.

Pastre J.-F., Leroyer C., Limondin-Lozouet N., Fontugne M., Hatté C., Krier V. (2002a) – L’Holocène du Bassin parisien : variations environnementales et réponses géoécologiques des fonds de vallées. In Richard H., Vignot A. (Eds.), Equilibres et ruptures dans les écosystèmes durant les 20 derniers millénaires en Europe de l’Ouest. Collection Annales Littéraires, 730, série Environnement Société et Archéologie 3, Presses Universitaires de Franche-Comté, Besançon, 61-73.

Pastre J.-F., Leroyer C., Limondin-Lozouet N., Orth P., Chaussé C., Fontugne M., Gauthier A., Kunesch S., Le Jeune Y., Saad M-C. (2002b)Variations paléoenvironnementales et paléohydrologiques durant les 15 derniers millénaires : les réponses morphosédimentaires des vallées du Bassin parisien (France), In Bravard J.-P., Magny M. (Eds.) Les fleuves ont une histoire. Paléo-environnement des rivières et des lacs français depuis 15 000 ans. Éditions Errance, Paris, 29-44.

Pastre J.-F., Leroyer C., Limondin-Lozouet N., Antoine P., Gauthier A., Orth P. (2003) – Quinze mille ans d’environnement dans le Bassin parisien (France) : mémoires sédimentaires des fonds de vallée. In Muxart T., Vivien D., Villalba B., Burnouf J. (Eds.), Des milieux et des Hommes : fragments d’histoires croisées. Elsevier, Collection Environnement, Paris, 29-41.

Pastre J.-F., Orth P., Le Jeune Y., Bensaadoune S. (2006) – L’homme et l’érosion dans le Bassin Parisien (France). La réponse des fonds de vallée au cours de la seconde partie de l’Holocène. In Allée P., Lespez L. (Eds.), L’érosion entre société, climat et paléoenvironnement. Actes de la Table Ronde en l’honneur de R. Neboit Guilhot. Presses Universitaires Blaise Pascal, collection Nature et Société, 3, Clermont Ferrand, 237-247.

Rey F., Ballais J.-L., Marre A., Rovéra G., (2004) – Rôle de la végétation dans la protection contre l’érosion hydrique de surface. Geoscience 336, 991-998.

Vergnaud D., Camerlynck C., Le Jeune Y. (1999) – Reconnaissance spatiale d’un méandre : La Haute-Ile à Neuilly-sur-Marne (93) : prospection géophysique couplée au GPS différentiel. Actes du 2e colloque Géophysique des sols et des formations superficielles (GEOFCAN). INRA, Orléans, 163-168.

Haut de page

Annexe

Abridged English version

In the context of rescue archaeology, many multidisciplinary studies have been initiated within the last twenty years in the lower valley of the Marne River to provide a better understanding of the relationships between alluvial sedimentary sequences, climate variability, anthropogenic impact and environmental changes during the Holocene (Pastre and Leroyer, 1997; Pastre et al., 2002 a and b; Le Jeune et al., 2005; Pastre et al., 2006). The lower Marne valley, in the centre of the Paris Basin, is characterised by many large meanders incised in calcareous Tertiary deposits, often covered by loess (fig. 1). There is only weak uplift in this area (1 m/10 ka; Jost et al., 2007). Incision by the Marne River and downstream gradient (0.17 m/km) are also limited, leading to strong lateral migration of the watercourse and a high potential for the preservation of fluvial deposits. Recent research has included mechanical auger survey and coring, palynological analysis, archaeological mapping and radiocarbon dating (tab. 1). The alluvial sequences were studied at three main sites, two of them located on convex meander banks (Changis-sur-Marne, fig. 2, and Neuilly-sur-Marne, fig. 4) and another straighter part of the valley (Vignely; fig. 3). We used auger survey to construct simplified cross-sections across the valley bottom between the older terrace and the modern river bed. Some cores were taken at the Haute-Île site for sampling and radiocarbone dating.

Palynological analyses of 18 sequences, together with 49 radiocarbon dates, allow us to define the Holocene vegetation history of the lower Marne valley. These new results fit well within the regional framework that was previously defined for the Paris Basin (Leroyer, 1997; Leroyer et al., 2011). In addition to the interpretation of environmental evolution, the focus of this palynological synthesis was to identify the human impact on vegetation (fig. 5). Towards the end of the Mesolithic (early Atlantic, palynozone VI), the vegetational record shows the first human impact at some sites, with an increase of ruderal taxa and Poaceae and a decline of oak and hazel. This shows a pioneering human impact also observed in the Seine valley (Leroyer, 2004). At the beginning of the Neolithic (palynozone VII), the first cereal pollen appeared, ruderal and grassland taxa increased and arboreal pollen slightly declines. Theses agro-pastoral signatures are recorded when close to archaeological sites (Leroyer and Allenet, 2006; Leroyer, 2006). They seem to decrease during the middle Neolithic, as archaeological sites become rare, excepted for Neuilly-sur-Marne and Chelles. The end of the Neolithic (palynozone VIII) shows a global impact of agro-pastoral activities, even though there is no known archaeological site hereabouts. Clearings are well recorded in palynological sequences that are close to human occupation (Fresnes-sur-Marne, Lesches et Chelles; Leroyer, 2003). The pollen data for the Bronze Age (second part of palynozone VIII and the beginning of zone IX) do not show any lowering of human impact, whereas archaeological sites are quite rare, except for the late Bronze Age. Thereafter, the Iron Age (palynozone IX) is recorded in only three sequences, as massive silty deposits reduce pollen preservation (Pastre et al., 2003). An emphasis on clearings and agro-pastoral activities seems to be the trend but we lack sufficient records to infer a regional strengthening of human impact, since that phenomenon is not always detected in other valleys of the Paris Basin (Leroyer and Allenet, 2006; Leroyer et al., 2009).

The comparison of the sequences observed in Changis-sur-Marne, Vignely and Neuilly-sur-Marne (fig. 6) leads us to offer a reconstruction of the general evolution of the lower Marne valley during the Holocene (fig. 7). Holocene sedimentation by the Marne River began after the incision of the valley bottom and local erosion of the previous Lateglacial deposits (sequence S6, N1 and #2, fig. 7). That incision is well known in the Paris Basin (Pastre et al., 2002a) and is recorded here at Neuilly-sur-Marne and Vignely. This erosion event is linked with post-glacial warming and development of vegetation in the valley (Pastre et al., 2002 a and b). The water level began to rise slowly during the Preboreal and Boreal periods, resulting in laminated calcareous and organic mud deposition in deep water, whereas organic deposits and peats were formed at the shallower riverside edges (sequence S5, #3, fig. 7). That sequence seems to continue into the early Atlantic. An incision event is then recorded between 7570±70 BP and 6205±35 BP (#4, fig. 7). That erosion led to local remobilisation of previous deposits and could be connected to the global cooling associated with the 7500 BP event (8.2 ka cal. BP; Alley et al., 1997). Calcareous sedimentation, forming oncolithic tufa, occurred (sequence S4, #5, fig. 7), with organic deposits at the margins, until the beginning of the Subboreal period. That sequence coincides with increasing human impact on vegetation, as recorded in the palynological data, but there is no corresponding evidence recorded in the valley-bottom sediments. Another incision event followed (#6, fig. 7), apparently before 3800±70 BP (Vignely, fig. 3) and perhaps associated with destabilisation of the catchment following forest clearance and increasing agro-pastoral activities during the late Neolithic. The initial impact would perhaps have been to induce more rapid transfer of water from the slopes of the valley to the river (Rey et al., 2004), given that no significant clastic deposits are recorded in the valley bottoms. During the Subboreal, the sedimentation of the Marne River remained mainly organic, with initial organic silts associated with numerous wood fragment and mollusc shells (sequence S3, #7, fig. 7). The first macroscopic non-organic silty deposits appear later, ca. 3600 cal. BP (base of the S3b sequence, fig. 6), whereas they are observed around 4500 cal. BP in the upstream parts of tributaries (Orth et al., 2004) or in colluvial contexts (Brunet and Le Jeune, 2004). The time lag between significant deforestation, colluvial deposition, and clastic sedimentation in the valley bottom is already known from other valleys (Lang and Hönscheidt, 1999). It could be estimated here as one millennium between the late Neolithic impact on the plateau and the silt deposition recorded at Neuilly-sur-Marne. The Subboreal period appears to be the threshold between climatic and anthropogenic factors as the primary influence on the evolution of the Marne River. The deposits formed subsequently, during the Subatlantic, are mostly silty. Erosion of loess from the plateau accelerated in parallel with the increasing human occupation that can be determined from archaeological data (fig. 8). It brought massive deposits of clayey silts in the valley bottom (sequences S1 and S2, #8, fig. 7) and increased incidence of flooding. Related deposition led to the formation of secondary channels abutting the older terrace (#8 and #9, fig. 7). Massive silt deposition gave rise to the modern form of the valley bottom (#10, fig. 7), with the modern river channel entrenched into the Holocene deposits.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Topographie de la basse vallée de la Marne et sites mentionnés dans le texteFig. 1 - Topography of the lower Marne valley and location of the studied sites
Légende 1 : Joinville-le-Pont « Les Quais » ; 2 : Neuilly-sur-Marne « La Haute-Île » ; 3 : Méandre de Chelles ; 4 : Chelles « Le Fossé de Travers Ouest » ; 5 : Jablines « Le Marais de Croupeton » ; 6 : Annet-sur-Marne « La Boucle de Jablines » ; 7 : Fresnes-sur-Marne « Le Chemin des Noues » et « L’Île du Gord » ; 8 : Lesches « Les Prés du Refuge » ; 9 : Vignely « La Corvée » et « La Noue Fenard » ; 10 : Méandre de Meaux ; 11 : Changis-sur-Marne « Les Petreaux » ; 12 : Luzancy « La Gode » ; 14 : La Beuvronne (Orth et al., 2004) ; 15 : Jossigny (Brunet et Le Jeune, 2004).1: Joinville-le-Pont “Les Quais”; 2: Neuilly-sur-Marne “La Haute-Île”; 3: Méandre de Chelles; 4: Chelles “Le Fossé de Travers Ouest”; 5: Jablines “Le Marais de Croupeton”; 6: Annet-sur-Marne “La Boucle de Jablines”; 7: Fresnes-sur-Marne “Le Chemin des Noues” and “L’Île du Gord”; 8: Lesches “Les Prés du Refuge”; 9: Vignely “La Corvée” and “La Noue Fenard”; 10: Méandre de Meaux; 11: Changis-sur-Marne “Les Petreaux”; 12: Luzancy “La Gode”; 14: La Beuvronne (Orth et al., 2004); 15: Jossigny (Brunet and Le Jeune, 2004).
URL http://geomorphologie.revues.org/docannexe/image/10060/img-1.png
Fichier image/png, 361k
Titre Tab. 1 – Datations 14C effectuées sur le site de Neuilly-sur-Marne « La Haute-Île » et séquences associées (calibration 2σ, OxCal 4.10, courbe IntCal 2009)Tab. 1 – Radiocarbon ages obtained at Neuilly-sur-Marne « La Haute-Île » site and associated sequences (calibration 2σ, OxCal 4.10, IntCal 2009 curve)
URL http://geomorphologie.revues.org/docannexe/image/10060/img-2.png
Fichier image/png, 836k
Titre Fig. 2 – Séquences sédimentaires et coupes schématiques des transects 1 et 2 à Changis-sur-MarneFig. 2 – Sedimentary sequences and schematic representation of the cross-profiles 1 and 2 at Changis-sur-Marne
Légende 1 : sables limoneux ocres ; 2 : limons argileux gris à beige ; 3 : limons argileux gris avec fragments organiques ; 4 : limons organo-minéraux à coquilles et bois ; 5 : tuf calcaire, tourbe et limons organiques ; 6 : limons calcaires organiques lités ; 7 : sables limoneux gris-bleu à beige ; 8 : grave sableuse.1: brown sandy silt; 2: light brown to grey clayey silt; 3: gray clayey silt with organic material; 4: organic silt with shells and wood; 5: oncolithic tufa, peat and organic silt; 6: laminated calcareous organic silt; 7: grey-blue sandy silt; 8: sand and gravel.
URL http://geomorphologie.revues.org/docannexe/image/10060/img-3.png
Fichier image/png, 257k
Titre Fig. 3 – Séquences sédimentaires et coupe schématique pour le site de VignelyFig. 3 – Sedimentary sequences and schematic sections at Vignely
Légende A : Localisation des transects et coupes étudiés. B : Coupe de la Corvée (d’après Pastre et al., 2002a, modifié). 1 : sables et graviers (Pléniglaciaire) ; 2a : sables argileux à graviers (Tardiglaciaire) ; 2b : sables limoneux (Tardiglaciaire) ; 3 : limons argileux avec graviers ; 4 : limons argileux avec bois (début Préboréal) ; 5a-b : alternance de limons organiques et de limons minéraux lités (5a), passant latéralement à des tourbes (5b) ; 5c-f : limons tourbeux tufacés lités, passant latéralement et à des tourbes riches en bois (5g) ; 5h : tourbe argileuse humifiée ; 6 : marnes gris clair litées ; 7a : marnes grises non litées ; 7b : marnes blanches non litées ; 8a : sables graveleux avec bois ; 8b : sables graveleux ; 8c : limons organo-minéraux ; 8d : tourbe ; 8e : limons sableux ; 8f : limons sableux organo-minéraux ; 8g : limons calcaires ; 9 : limons argileux organo-minéraux ; 10 : argiles limoneuses gris-beige ; 11 : bois. C : Transect étudié. 1 : limons argileux gris à beige ; 2 : limons organo-minéraux ; 3 : limons calcaires organiques lités, tourbe et limons organiques, localement limons marneux (sommet T4-5) ; 4 : sables limoneux gris-bleu à beige ; 5 : grave sableuse ; 6 : calcaires marneux.A: Location of the studied profile and section. B: The Corvée section (after Pastre et al., 2002a, modified). 1: sand and gravel (LGM); 2a: clayey sand with gravels (Lateglacial); 2b: silty sand (Lateglacial); 3: clayey silt with gravels; 4: wood rich clayey silt (early Preboreal); 5a-b: laminated organic and mineral silts (5a), peaty silts with tufa, laterally turning to peat (5b); 5c-f: laminated peaty silt with tufa lateraly turning to rich wood peat (5g); 5h: humified clayey peat; 6: laminated grey marl; 7a: grey marl; 7b: white marl; 8a: wood rich sands and gravels; 8b: sand and gravels; 8c: organic silt; 8d: peat; 8e: sandy silt; 8f: sandy organic silt; 8g: calcareous silt; 9: clayey organic silt; 10; grey-light brown clayey silt; 11: woods. C: Studied profile. 1: grey-beige clayey silt; 2: organic silt; 3: laminated calcareous organic silt, peat and organic silt, marly silt (T4-5 top); 4: sandy grey to blueish silt; 5: sands and gravels; 6: marly limestones.
URL http://geomorphologie.revues.org/docannexe/image/10060/img-4.png
Fichier image/png, 449k
Titre Fig. 4 – Séquences sédimentaires et coupe schématique du transect 6 à Neuilly-sur-Marne, « La Haute-Île », carottages C11 et C5 et datations associées (C5 repris de Le Jeune et al., 2005)Fig. 4 – Sedimentary sequences and schematic sections of transect n° 6 at Neuilly-sur-Marne “La Haute-Île”, C11 and C5 cores and associated ages (C5 after Le Jeune et al., 2005)
Légende a : limons argileux gris à beige ; b : limons organo-minéraux à coquilles et bois ; c : tuf calcaire/limons organiques ; d : limons calcareux organiques lités et argiles limoneuses organique noires à la base ; e : limons argilo-sableux bleutés ; f : grave sableuse ; g : marnes et argiles tertiaires ; h : incision ; 1 : sol actuel ; 2 : limons argileux beiges ; 3 : limons argileux gris ; 4 : limons organo-mineraux avec bois et coquilles ; 5 : tuf calcaire à oncolithe, avec coquilles et bois ; 6 : limons calcareux organo-minéraux ; 7 : limons calcaires tourbeux lités ; 8 : tourbe ; 9 : sables limoneux ; 10 : grave sableuse ; 11 : racines humifiées tronquées ; 12 : traces d’oxydation autour d’anciennes racines (pédogenèse).a: grey-beige clayey silt; b: organic silt with shells and woods; c: oncolithic tufa/organic silt; d: laminated calcareous organic silt overlying black organic silty clay; e: bluish sandy silt; f: sand and gravel; g: Tertiary marls and clays; h: incision; 1: present soil; 2: beige clayey silt; 3: grey clayey silt; 4: organic silt with shells and woods; 5: oncolithic tufa with shells and woods; 6: calcareous laminated organic silt; 7: calcareous laminated peaty silt; 8: peat; 9: sandy silt; 10: sand and gravels; 11: truncated humified roots; 12: traces of oxidation around ancient roots (pedogenesis).
URL http://geomorphologie.revues.org/docannexe/image/10060/img-5.png
Fichier image/png, 535k
Titre Fig. 5 – Corrélation des séquences polliniques du bassin aval de la Marne et seuils de perception de l’anthropisation du milieu en fonction de la proximité des occupations humainesFig. 5 – Pollen sequences correlation in the lower Marne valley and thresholds of perception for human impact based on the vicinity of human settlements
Légende Les lignes noires verticales indiquent les périodes couvertes par les séquences polliniques. 1 : enregistrement d’une pression sur le couvert forestier et d’une légère rudéralisation de la végétation à côté des sites du Mésolithique récent ; 2 : enregistrement d’activités agro-pastorales et de défrichements à côté des sites du Néolithique ancien et moyen ; 3 : présence d’indices polliniques d’agriculture même sans liaison avec des sites du Néolithique récent ; 4 : enregistrement d’une ouverture accrue du milieu à la fin de l’âge du Bronze et durant l’âge du Fer.The black lines show the time periods represented in the pollen sequences. 1: pressure records on forest cover and slight development of ruderal vegetation in the vicinity of late Mesolithic sites; 2: agro-pastoral activities and clearings records near early to middle Neolithic sites; 3: pollen evidences for agriculture development even without connection to the late Neolithic sites; 4: records of increasing land clearing during the late Bronze Age and the Iron Age.
URL http://geomorphologie.revues.org/docannexe/image/10060/img-6.png
Fichier image/png, 260k
Titre Fig. 6 – Synthèse des séquences alluviales holocènes rencontrées sur les sites de Neuilly-sur-Marne « La Haute-Île », Vignely « La Noue Fenard » et Changis-sur-Marne « Les Petreaux »Fig. 6 – Synthesis of the Holocene alluvial sequences studied at Neuilly-sur-Marne “La Haute-Île”, Vignely “la Noue Fenard” and Changis-sur-Marne “Les Petreaux” sites
Légende 1 : limons argileux beiges ; 2 : limons argileux gris ; 3 : limon argileux gris et limons organiques ; 4 : limons organiques, coquilles et bois ; 5 : tuf à oncolithes, tourbe et limons organiques ; 6 : tourbe et limons calcareux laminés ; 7 : limons sableux et grave ; 8 : premier impact anthropique sur la forêt (données palynologiques) ; 9 : développement de l'agriculture (données palynologiques) ; 10 : premier dépôt de sédiments détritiques dans un affluent (Orth, 2004) ; 11 : premier dépôt important de sédiment holocène détritique sur le site de la « Haute-Île ».1: light brown clayey silt; 2: grey clayey silt; 3: grey clayey silt and organic silt; 4: organic silt, shells and woods; 5: oncolithic tufa and peat; 6: peat and laminated calcareous mud; 7: sandy silt and gravel ; 8: first anthropogenic impact on forest (palynological records); 9: agricultural development (palynological records); 10: first Holocene detrital sediment in the Beuvronne catchment (Orth, 2004); 11: first main Holocene detrital sediment in the “Haute-Île” records.
URL http://geomorphologie.revues.org/docannexe/image/10060/img-7.png
Fichier image/png, 274k
Titre Fig. 7 – Schéma général d’évolution du fond de la basse vallée de la Marne pendant l’HolocèneFig. 7 – General schema of evolution in the lower Marne valley during Holocene
Légende A : Limons argileux beiges à gris ; B : Limons argileux gris et limons organiques ; C : Limons organo-mineraux à coquilles et bois ; D : Tuf à oncolithe, tourbe et limons organo-minéraux riches en bois ; E : Limons calcareux organiques lités et tourbe ; F : Sables limoneux gris-bleu à beiges ; G : Grave sableuse ; H : Grave sableuse ocre. 1 : crues et dépôt de sédiments détritiques pendant le Tardiglaciaire ; 2 : incision du début du Préboréal ; 3 : remontée graduelle du plan d’eau, dépôt de limons calcareux lités passant à des tourbes et limons organiques sur les berges ; 4 : incision pendant l’Atlantique ancien (événement 8,2 ka cal. BP ?) ; 5 : dépôt de tufs à oncolithes passant latéralement à des tourbes et limons organiques sur les berges ; 6 : incision du Subboréal, position variable selon les sites ; 7 : dépôts de limons organiques ; 8 : crues, dépôts de limons argileux par débordement depuis la fin du Suboréal ; 9 : mise en place de chenaux secondaires et érosion des berges au Subatlantique ; 10 : profil actuel du fond de vallée ; 11 : niveau de crue ; 12 : niveau d'étiage ; 13 : érosion ; 14 : montée du niveau d'eau ; 15 : variations importantes du niveau d'eau (crues).A: Beige-grey clayey silt; B: Grey clayey silt and organic silt; C: Organic silt with shells and woods; D: Oncolithic tufa, peat and organic silt; E: Laminated calcareous organic silt and peat; F: Beige to blueish sandy silt; G: Sands and gravels; H: Brown sands and gravels. 1: floods and sediment deposition during the Late Glacial; 2: early Preboreal incision; 3: progressive rise of the water level, laminated calcareous organic silt sedimentation (peat and organic silts on the riverside edges); 4: early Atlantic incision (8.2 k cal. BP event?); 5: oncolithic tufa deposits laterally turning to peat and organic silt on the riverside edges; 6: Subboreal incision, variable positions depending on the site; 7: organic silt deposits; 8: floods, deposition of clayey silts; 9: developments of secondary channels, edges instabilities; 10: present day valley; 11: flood level; 12: low water level; 13: erosion; 14: water level rise; 15: strong variations in water level (floods).
URL http://geomorphologie.revues.org/docannexe/image/10060/img-8.png
Fichier image/png, 404k
Titre Fig. 8 – Carte archéologique simplifiée des environs de la basse vallée de la Marne Fig. 8 – Simplified archaeological map of the lower Marne valley
Légende 1 : Moyen-âge ; 2 : Gallo-romain ; 3 : Âge du Fer ; 4 : Âge du Bronze ; 5 : Néolithique ; 6 : Mésolithique ; 7 : limites du bassin-versant de la Marne.1: Middle Age; 2 : Gallo-Roman; 3: Iron Age; 4: Bronze Age; 5: Neolithic; 6: Mesolithic; 7: catchment boundary.
Crédits Base de donnée PATRIARCHE, Ministère de la Culture et de la Communication. PATRIARCHE database, French Ministry of Culture and Communication.
URL http://geomorphologie.revues.org/docannexe/image/10060/img-9.png
Fichier image/png, 453k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Yann Le Jeune, Chantal Leroyer et Jean-François Pastre, « L’évolution holocène de la basse vallée de la Marne (Bassin parisien, France) entre influences climatiques et anthropiques », Géomorphologie : relief, processus, environnement, vol. 18 - n° 4 | 2012, 459-476.

Référence électronique

Yann Le Jeune, Chantal Leroyer et Jean-François Pastre, « L’évolution holocène de la basse vallée de la Marne (Bassin parisien, France) entre influences climatiques et anthropiques », Géomorphologie : relief, processus, environnement [En ligne], vol. 18 - n° 4 | 2012, mis en ligne le 02 février 2015, consulté le 20 octobre 2017. URL : http://geomorphologie.revues.org/10060 ; DOI : 10.4000/geomorphologie.10060

Haut de page

Auteurs

Yann Le Jeune

Ministère de la Culture et de la Communication – Direction Régionale des Affaires Culturelles des Pays-de-la-Loire – Service Régional de l’Archéologie – 1, rue Stanislas Baudry – BP 63518 – 44035 Nantes Cedex 1 – France ; UMR 8591, Laboratoire de Géographie Physique – Université Panthéon-Sorbonne (Paris 1) – Meudon – France (yann.le-jeune@culture.gouv.fr).

Chantal Leroyer

Ministère de la Culture et de la Communication – UMR 6566-CREAAH « Centre de Recherche en Archéologie, Archéosciences, Histoire » – Laboratoire « ArchéoSciences » – Université Rennes 1 – Campus de Beaulieu – Bâtiment 24-25 – CS 74205 – 35042 Rennes – France (chantal.leroyer@univ-rennes1.fr).

Jean-François Pastre

UMR 8591, Laboratoire de Géographie Physique – Université Panthéon-Sorbonne (Paris 1) – Meudon – France (jean-francois.pastre@cnrs-bellevue.fr).

Haut de page

Droits d’auteur

© Groupe français de géomorphologie

Haut de page
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Groupe français de géomorphologie
  • Revues.org