Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Avijit Gupta, Tropical geomorphology

Cambridge University Press, Cambridge, 2011, 386 p.
Jean-Claude Thouret
p. 477-478
Référence(s) :

Avijit Gupta, Tropical geomorphology, Cambridge University Press, Cambridge, 2011, 386 p.

Texte intégral

1Le nouveau manuel intitulé « Tropical geomorphology », rédigé par Avijit Gupta, est divisé en trois parties et 19 chapitres. S’y ajoutent 23 pages de références classiques et nouvelles ainsi qu’un index fourni de lieux et termes utilisés. Il s’agit d’un manuel moderne, bien présenté et bien illustré dans la tradition de cet éditeur universitaire. Chaque chapitre comprend des parties très structurées et synthétiques, courtes et faciles à suivre, des tableaux regroupant les données essentielles, un point sur la question ou un état des lieux sous forme d’encadrés brefs. Chaque chapitre s’achève par une liste de questions ou d’exercices à l’adresse des étudiants. On regrettera simplement le très petit nombre (11) de figures en couleur rassemblées avant le derniers tiers de l’ouvrage, alors que le prix pratiqué de 75 dollars US (environ 60 euros) échappe à la portée de la majorité des étudiants.

2« Tropical geomorphology » est résolument moderne dans la présentation comme sur le fond car l’auteur dispose non seulement d’une expérience de première main dans de nombreuses régions tropicales, humides et arides mais aussi d’un don pédagogique qui lui permet de présenter des concepts modernes de façon accessible. L’expérience acquise par l’auteur lui permet de dépasser les descriptions antérieures tandis que sa volonté pédagogique s’appuie sur une approche quantitative et appliquée de la géomorphologie. L’ouvrage présente en effet plusieurs applications de la géomorphologie contribuant à la gestion durable de l’environnement tropical, selon le fil directeur du changement climatique auquel ces régions font face et devront s’adapter dans le proche avenir.

3Le contenu de « Tropical geomorphology » est organisé autour de trois grands centres d’intérêt : 1) le cadre géologique, les formes de relief et les processus géomorphologiques à l’œuvre dans les régions tropicales humides et arides ; 2) le transfert de l’eau et des sédiments de la montagne à la mer, considéré comme un passage de la « source au puits » ; 3) les modifications anthropiques des processus et l’évaluation des rythmes auxquels ils agissent, y compris pour les effets du changement climatique annoncé.

4La première partie (p. 3-58) est une introduction au cadre et aux grands « facteurs de contrôle » de l’évolution du relief qui agissent dans la plus vaste partie de la planète comprise entre les deux Tropiques. L’ouvrage commence traditionnellement par le cadre géologique des Tropiques mais il annonce, dès l’introduction, une modernisation des concepts de la géomorphologie tropicale. Le premier tableau, qui liste les facteurs de contrôle, les processus principaux, les héritages du Quaternaire et les changements actuels et futurs, est instructif à cet égard. La géologie des Tropiques (chapitre 1) reste traditionnelle même si l’auteur met davantage en évidence l’érosion des formes et la production de sédiments, de la haute montagne à l’océan. En revanche, il incorpore les formes et processus d’origine volcanique ainsi que les formes de relief régies par la tectonique à grande et petite échelle. Le chapitre 3 est dévolu à l’hydrologie, qui est étudiée dans ses relations avec les processus d’érosion induits par les pluies et le ruissellement. Le quatrième chapitre, plus court, traite de l’érosion et ses interactions avec la végétation, ce qui amorce la transition avec l’altération traitée parmi les processus dans la principale partie de l’ouvrage.

5La seconde partie (p. 61-303), de loin la plus étoffée, traite des processus géomorphologiques : altération, pentes, rivières, vallées alluviales, grandes rivières, côtes et deltas, les tropiques arides, les montagnes tropicales, les formes volcaniques, le karst et, enfin, le Quaterrnaire. Cette seconde partie a davantage l’allure d’un catalogue juxtaposant les processus, les domaines géomorphologiques avec les régions mais le fil directeur est clairement la géomorphologie fluviale et le transport des sédiments, domaine de prédilection et d’expertise de l’auteur. L’altération (météorisation et altération chimique au chapitre 5) et les pentes, à la fois la forme et les processus qui les gouvernent, au chapitre 6, reçoivent une attention particulière. Les chapitres 7, 8 et 9, soit 3 sur 19 appellent notre attention sur les rivières, les vallées alluviales et les grandes rivières, sans doute le moteur de l’érosion et du transfert de sédiments dans les Tropiques. On regrettera le fait que les chapitres 7 et 9 soient séparés alors qu’ils pourraient être regroupés, les grandes rivières sur trois continents (Amazone, Zambèze, Gange-Brahmapoutre, Mékong) étant des cas d’étude excellemment traités, dont l’auteur est un fin connaisseur et le leader incontestable du groupe de travail de l’Association internationale des géomorphologues (AIG/IAG). Les côtes basses et rocheuses, les littoraux spécifiques comme les mangroves, sont accompagnés par le chapitre 11 traitant des deltas, dans lequel le cas du Gange-Brahmapoutre est à nouveau abordé. Les tropiques arides ne reçoivent que la portion congrue (un chapitre de 22 pages) de l’attention de l’auteur même si les processus éoliens ne sont pas oubliés. Ceci est un peu court au vu des informations rassemblées par les chercheurs, notamment anglo-saxons, en Afrique et en Amérique ou encore en Australie. L’auteur a une sensibilité et des racines largement implantées dans le monde tropical humide ou contrasté. L’importance des montagnes intertropicales est rappelée mais ces milieux particuliers, étudiés ici sous l’angle des processus glaciaires en majorité, ne reçoivent pas un traitement suffisant au vu des progrès réalisés par la géomorphologie tectonique depuis 15 ans environ, par exemple en Himalaya ou dans les Andes tropicales. L’ouvrage devenu classique de Burbank et Anderson, réédité en 2011, sera, pour les étudiants, un complément indispensable à l’analyse de ces orogènes actifs.

6La troisième partie (p. 307-348) expose les changements anthropogéniques intervenus dans les Tropiques, la géomorphologie urbaine et une prospective future face au changement climatique. Cette section de l’ouvrage est novatrice. Elle expose d’abord la diversité des processus d’altération anthropique des formes, sols et couverts végétaux tropicaux et elle en analyse les effets à travers le transfert de sédiments ainsi que ceux des barrages sur les grandes rivières. Cette section est aussi novatrice car elle consacre un chapitre à la géomorphologie urbaine en examinant les processus morphogéniques qui dérivent des modifications de l’hydrologie, de la sédimentologie et de la morphologie du drainage par l’Homme. Trois cas d’étude des aléas géomorphologiques en milieu urbain sont décrits à Singapour, Kingston et Bangkok. L’ouvrage s’achève sur une vision du futur des régions tropicales modifié par le changement climatique, qui se traduira par le réchauffement, les modifications de la répartition des précipitations et par la hausse du niveau marin : l’auteur identifie les effets de ces modifications climatiques et eustatiques sur les processus intertropicaux.

7Cet ouvrage « dépoussière » la façon parfois traditionnelle dont les géomorphologues (surtout en dehors des pays anglo-saxons) perçoivent les Tropiques, en mettant en lumière les processus et leur combinaison tant sur les pentes que dans les rivières. Le texte met au cœur des préoccupations des scientifiques et des praticiens les modifications actuelles de l’environnement tropical, souligne l’importance de l’anthropisation des systèmes actuels, qui modifie les concepts de la géomorphologie tropicale, et, enfin, il s’adresse résolument aux étudiants. « Tropical geomorphology » n’est pas un ouvrage de recherche approfondi et compliqué, les équations et formules mathématiques étant volontairement limitées à l’essentiel. En revanche, il fournit des concepts révisés et un angle de vue moderne, de type « environnemental », au chercheur et surtout un outil pédagogique clair et bien documenté aux enseignants du second degré et de l’Université. Il faut en féliciter l’auteur qui nous fait profiter de sa longue immersion, revisitée, dans la géomorphologie des Tropiques.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Claude Thouret, « Avijit Gupta, Tropical geomorphology », Géomorphologie : relief, processus, environnement, vol. 18 - n° 4 | 2012, 477-478.

Référence électronique

Jean-Claude Thouret, « Avijit Gupta, Tropical geomorphology », Géomorphologie : relief, processus, environnement [En ligne], vol. 18 - n° 4 | 2012, mis en ligne le 07 février 2013, consulté le 26 juin 2017. URL : http://geomorphologie.revues.org/10072

Haut de page

Auteur

Jean-Claude Thouret

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Groupe français de géomorphologie

Haut de page
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Groupe français de géomorphologie
  • Revues.org