Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Adrian Harvey, Introducing geomorphology. A guide to landforms and processes

Dunedin Academic Press, Edinburgh, 2012, 124 p.
Monique Fort
p. 383
Référence(s) :

Adrian Harvey, Introducing geomorphology. A guide to landforms and processes, Dunedin Academic Press, Edinburgh, 2012, 124 p.

Texte intégral

1L’ouvrage d’Adrian Harvey, qui fait partie d’une collection de textes introductifs aux Sciences de la Terre et de l’Environnement, est séduisant pour plusieurs raisons. Il est compact, précis, remarquablement illustré. Son auteur a enseigné pendant plusieurs décennies la géomorphologie aux étudiants de Licence et il livre ici sa version épurée de notre discipline, tout en la rendant très attrayante pour le néophyte. Il part d’un constat : les voyageurs s’arrêtent souvent pour admirer des paysages parce qu’ils les trouvent beaux. Adrian Harvey a l’ambition de décrypter ce qui se cache derrière ces paysages et de proposer une initiation à la géomorphologie qui soit accessible à tous, étudiants débutants et grand public curieux, sans pour autant éluder les problèmes fondamentaux de la recherche.

2Le premier chapitre donne la ligne éditoriale de l’ouvrage : après quelques définitions, A. Harvey montre combien les échelles spatiales et temporelles sont imbriquées dans tout paysage, des mégaformes héritées des temps longs aux processus actuels qui apportent leurs retouches de façon plus ou moins efficace et rapide aux reliefs et modelés. Les concepts de base de la discipline sont également abordés : forces constructrices et destructrices, relations magnitude-fréquence des processus, systèmes et seuils géomorphologiques, sensibilité des paysages, notions d’équilibre dynamique, etc.

3Les chapitres suivants développent cette approche. Le chapitre 2 est consacré à la géomorphologie globale, avec la distribution des grandes unités morphostructurales calée non seulement sur celle des plaques tectoniques et des mouvements qui les animent mais aussi sur les grandes zones climatiques et le rôle des climats du passé, des glaciations en particulier. Avec des exemples appropriés (même si quelques croquis gagneraient à être révisés), l’auteur montre bien l’imbrication des deux forçages, tectoniques et climatiques.

4Le troisième chapitre intitulé « Géomorphologie régionale » aborde à la fois les formes, liées aux différents types de roche, les ensembles morphostructuraux et leur contrôle sur le réseau hydrographique, et les théories d’évolution des reliefs, comme celles de Davis. Ces différents aspects sont illustrés par les grands types de relief européens, dont l’explication tient également compte des grandes variations de climat au cours des âges.

5L’échelle locale fait l’objet du chapitre 4, deux fois plus long que les précédents. C’est à ce niveau que s’exercent les processus tels que météorisation, dynamique des versants et des lits fluviaux, dynamiques éoliennes, glaciaires et littorales. Ceux-ci s’inscrivent à la fois dans les temps actuels, passés et futurs, comme le montrent les nombreux exemples choisis dans toutes les régions du globe (cuirasses latéritiques, tors, formations de versants périglaciaires, lignes de rivage lacustres abandonnées, côtes submergées).

6Après les emboitement d’échelles spatiales, A. Harvey revient dans le chapitre 5 sur les temporalités et l’évolution des reliefs au cours du temps, en particulier leurs différentes séquences de mise en place. C’est aussi pour lui l’occasion de poser le problème des chronologies, relatives et absolues, et des méthodes associées dont le choix doit être adapté selon la durée et le matériau considérés, comme il le montre avec deux exemples qui lui sont chers, l’emblématique Carlingill en Grande Bretagne) et le sud-est de l’Espagne.

7L’ouvrage se termine avec un bref sixième chapitre consacré aux interactions de la géomorphologie avec la société : c’est l’occasion d’évoquer non seulement l’impact des activités humaines sur les processus et les systèmes morphogéniques mais aussi le rôle de plus en plus incontournable de la géomorphologie appliquée à la gestion environnementale.

8L’enthousiasme que l’on ressent à travers la lecture de ce texte sobre, qui va à l’essentiel sans pour autant masquer la complexité des choses, est communicatif, et devrait produire le même effet que la parution déjà ancienne, à la fin des années 60, de l’ouvrage de Georges Viers « Eléments de Géomorphologie » : créer auprès du lecteur potentiel une envie de connaître et de décrypter la vraie nature des formes de relief. L’ouvrage d’A. Harvey profite en plus des techniques de production modernes (utilisation de la couleur, nombreuses photos) et ce, pour un prix très abordable. Manuel peut-être, mais il s’agit là surtout d’un guide intelligent et stimulant dont le texte en anglais, assorti d’un long glossaire, s’ajoutent aux autres qualités intrinsèques de l’ouvrage pour en recommander à toutes et à tous très vivement la lecture.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Monique Fort, « Adrian Harvey, Introducing geomorphology. A guide to landforms and processes », Géomorphologie : relief, processus, environnement, vol. 18 - n° 3 | 2012, 383.

Référence électronique

Monique Fort, « Adrian Harvey, Introducing geomorphology. A guide to landforms and processes », Géomorphologie : relief, processus, environnement [En ligne], vol. 18 - n° 3 | 2012, mis en ligne le 04 novembre 2012, consulté le 20 novembre 2017. URL : http://geomorphologie.revues.org/10075

Haut de page

Auteur

Monique Fort

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Groupe français de géomorphologie

Haut de page
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Groupe français de géomorphologie
  • Revues.org