Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Géraldine Regolini, Cartographier les géomorphosites : objectifs, publics et propositions méthodologiques

Université de Lausanne, Institut de Géographie, Lausanne, Géovisions, 38, 2012, 294 p.
Dominique Sellier
p. 383-384
Référence(s) :

Géraldine Regolini, Cartographier les géomorphosites : objectifs, publics et propositions méthodologiques, Université de Lausanne, Institut de Géographie, Lausanne, Géovisions, 38, 2012, 294 p.

Texte intégral

1La thèse soutenue le 16 décembre 2011 par Géraldine Bissig-Regolini à la Faculté des Géosciences et de l’Environnement de l’Université de Lausanne, sous la direction d’Emmanuel Reynard, traite d’abord de cartographie. Elle intéresse un thème éminemment géographique puisqu’elle concerne un moyen fondamental de transmission de connaissances entre des chercheurs spécialisés et des publics qui connaissent les reliefs comme cadre de leurs activités mais qui ignorent généralement tout de leur explication et de ses principes. En réponse à ce constat, le travail traite de procédés de vulgarisation, à l’aide de la cartographie, c’est-à-dire de la valorisation du patrimoine géomorphologique par des méthodes encore peu explorées, dans une perspective principalement touristique et à partir de milieux de montagne particulièrement attractifs. Ce travail aborde un thème difficile, parce qu’il implique une technique soumise à de multiples contraintes, parce que la vulgarisation scientifique demeure un exercice compliqué et parce que la connaissance des publics visés est un paramètre malaisé à maîtriser. La cartographie des géomorphosites est conçue ici comme un instrument de valorisation destiné à des publics et pas seulement comme un outil de travail réservé à des spécialistes.

2La thèse, qui porte en l’occurrence sur la carte imprimée, présente un objectif méthodologique : définir les éléments destinés à établir un procédé commun de cartographie à l’attention de tous les utilisateurs impliqués dans la valorisation des géomorphosites. Elle porte donc sur une cartographie réalisée dans une perspective de valorisation ainsi que sur les principes de l’élaboration et de l’utilisation des cartes géotouristiques. Elle témoigne d’une recherche originale par son sujet, novatrice par sa méthode et instructive par ses résultats. Le mémoire est présenté comme une démonstration, selon un plan conforme aux termes de son titre.

3L’introduction décrit les objets fondamentaux du travail et rappelle les définitions des « géomorphosites », conçus ici en fonction de celle qui en a été donnée par Mario Panizza (« forme du relief dont les attributs géomorphologiques particuliers et significatifs en font une composante du patrimoine culturel au sens large d’un territoire donné »). Elle présente les axes de recherches dont ces géomorphosites sont l’objet (évaluation, conservation, valorisation), afin de mettre en perspective la place de leur cartographie et les questions méthodologiques que celle-ci soulève. La problématique est organisée en fonction d’un schéma général de transmission de connaissances : dresser un état des lieux de la cartographie des géomorphosites, conçue dans le cadre du géotourisme, analyser les modalités de perception de cette cartographie par le public, rechercher des méthodes pour améliorer l’adéquation entre les cartes et leurs lecteurs. La vallée de Maderan, située dans le canton d’Uri, en Suisse centrale, est choisie comme terrain d’expérience et deux échantillons de publics sont retenus : scolaires et randonneurs. Les cadres théoriques pour la cartographie des géomorphosites sont précisés et se conforment aux méthodes de définition, d’évaluation et de valorisation des géomorphosites élaborées par les chercheurs de l’école de Lausanne et du Working Group Geomorphosites de l’International Association of Geomorphologists (valeur des géomorphosites, caractéristiques tangibles et intangibles). Dans la suite, l’auteur affirme, à juste titre, que la carte peut être un outil d’inventaire et d’évaluation des géomorphosites, ainsi qu’un outil pédagogique.

4La vallée de Maderan est ensuite présentée comme site d’étude. Les descriptions qui accompagnent ce chapitre sont significatives de la compétence scientifique initiale indispensable à toute opération de vulgarisation, mais aussi de l’intérêt géomorphologique, pédagogique et touristique de la région retenue. Le patrimoine géomorphologique et géologique fait l’objet d’un inventaire cohérent, concernant notamment les héritages glaciaires, karstiques et fluviaux.

5Les considérations méthodologiques relatives à la cartographie des géomorphosites, présentées à partir d’un état des lieux et d’une typologie des cartes géotouristiques, représentent ensuite l’un des passages les plus instructifs de la thèse. Les cartes géomorphologiques sont toujours claires pour celui qui les dessine et qui est imprégné des données de son terrain. Elles le sont moins pour le lecteur qui ne connaît pas ce terrain (la matière) et qui peine à apprendre les codes utilisés pour le représenter (la méthode). D’où l’amertume du premier, mal récompensé de ses travaux, et le découragement du second qui doit consentir un effort pour les comprendre. Le problème à résoudre, qui n’est pas nouveau, mais qui demeure un authentique sujet de transmission d’un savoir, donc de vulgarisation, est bien de rendre les cartes de spécialistes accessibles au grand public, comme souligné à plusieurs reprises dans la thèse. On ne peut donc qu’adhérer aux conclusions de l’auteur, qui insistent sur la sous-exploitation du potentiel de communication offert par les cartes et qui préconisent une approche intégrée de la cartographie géotouristique, même si le débat reste ouvert au sujet des qualités respectives des méthodes top-down et bottom-up en cartographie.

6La perception et la compréhension des formes de relief et des processus géomorphologiques par un public profane s’inscrit logiquement dans la suite. Elles sont appréhendées à partir d’enquêtes réalisées en fonction des caractères du relief, mais aussi des publics. Ces enquêtes sont menées auprès d’élèves d’écoles secondaires du Tessin et de randonneurs adultes. Compte tenu du manque d’informations sur le public des géomorphosites, elles sont d’un enseignement particulièrement utile, tant par leurs résultats que par la méthode élaborée. L’analyse des réponses aux questionnaires à l’aide de photos commentées est un modèle. Le choix des échantillons (site, classes) et le nombre de cas traités laissent cependant des interrogations sur la représentativité effective des conclusions des enquêtes, comme le reconnaît l’auteur, avec une honnêteté intellectuelle exemplaire. Les questions posées concernent un sujet largement méconnu du public, alors qu’il appartient à son environnement ordinaire. Les réponses obtenues témoignent des carences des programmes d’enseignement au sujet de la géographie en général et de la géomorphologie en particulier, dans le pays concerné comme dans d’autres. L’enquête aurait ainsi pu comprendre un volet sur les demandes du public à ce sujet, ou sur ses réactions lorsqu’il apprend qu’un relief, lui aussi, s’explique.

7La mise en forme graphique et didactique des cartes géotouristiques fournit, pour finir, des propositions attendues, ce qui montre, s’il en était encore besoin, les qualités du plan. Il est normal que ce chapitre soit l’un des plus longs. Là encore, la méthode est pertinente et, pour aller directement au but, la carte géodidactique de Golzern se présente comme un document réussi par ses contenus scientifiques comme par sa présentation. Le fond de carte est adapté aux objectifs pédagogiques et le choix engagé de la légende se prête à une lecture sur le terrain comme à une liaison efficace avec le texte. Sa réalisation repose sur une analyse préliminaire des capacités de l’élève face à l’appréhension des cartes, ainsi que sur une étude méthodique des fonds de carte « préférés » et de leur appréciation. Le résultat ne fait cependant pas perdre de vue le manque de représentativité des publics testés. A ce propos, la thèse dénote un peu d’optimisme au sujet des capacités de lecture des cartes par les individus, quel que soit leur âge et accorde peut être aussi une confiance excessive dans le modèle constructiviste, qui procède de saines réactions, mais qui connaît, lui aussi, des limites.

8La conclusion insiste, à juste titre, sur l’intérêt de la cartographie comme moyen de valoriser les géomorphosites et pour vulgariser la géomorphologie. Elle insiste aussi sur la nécessité de bien connaître les publics, ce qui dépend de nombreuses conditions et ce qui demeure une tache difficile. On rejoint ici l’un des problèmes propres à la vulgarisation scientifique, c’est-à-dire à la transmission des savoirs en dehors des structures conventionnelles de l’enseignement.

9Cet ouvrage, très enrichissant par ses contenus, présente un intérêt méthodologique évident au sujet de deux des thèmes les plus complexes en matière de valorisation des géomorphosites : leur illustration cartographique et la connaissance de leurs publics, même s’il est à craindre que la vulgarisation de la géomorphologie repose encore un certain temps sur des procédures empiriques et, de ce fait, hétérogènes. Il convient, en tout cas de saluer le caractère novateur, la démarche pédagogique et la haute qualité de ce travail, publié en mai 2012 dans la série Géovisions éditée par l'Institut de géographie de l'université de Lausanne (http://www.unil.ch/​igul/​page83721.html).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Dominique Sellier, « Géraldine Regolini, Cartographier les géomorphosites : objectifs, publics et propositions méthodologiques », Géomorphologie : relief, processus, environnement, vol. 18 - n° 3 | 2012, 383-384.

Référence électronique

Dominique Sellier, « Géraldine Regolini, Cartographier les géomorphosites : objectifs, publics et propositions méthodologiques », Géomorphologie : relief, processus, environnement [En ligne], vol. 18 - n° 3 | 2012, mis en ligne le 04 novembre 2012, consulté le 26 mai 2017. URL : http://geomorphologie.revues.org/10076

Haut de page

Auteur

Dominique Sellier

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Groupe français de géomorphologie

Haut de page
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Groupe français de géomorphologie
  • Revues.org