Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Zbigniew W. Kundzewicz (Ed.), Changes in flood risk in Europe

IAHS Special Publication 10, CRC Press, Taylor and Francis, 2012, 518 p.
Monique Fort
p. 478-480
Référence(s) :

Zbigniew W. Kundzewicz (Ed.), Changes in flood risk in Europe, IAHS Special Publication 10, CRC Press, Taylor and Francis, 2012, 518 p.

Texte intégral

1Alors que plusieurs régions du Monde viennent encore de connaître des inondations catastrophiques, l’ouvrage édité par Zbigniew W. Kundzewicz apporte une importante contribution au débat sur les liens réels pouvant exister entre changement climatique et accroissement des risques naturels, des inondations en particulier. Plusieurs questions sont posées en introduction, auxquelles les auteurs vont essayer de répondre à l’échelle européenne. Le risque d’inondation a-t-il augmenté au cours des périodes récentes, et si oui comment, où et pourquoi ? Peut-on imputer cette évolution à un changement climatique ? Doit-on plutôt invoquer les mutations socio-économiques et des changements d’utilisation des sols ? Si les contributeurs de l’ouvrage sont en priorité des hydrologues analysant les liens entre précipitations et débits, leurs résultats ont pour objectif d’apporter des éléments de réflexion aux gestionnaires et aux assureurs qui, chacun à leur façon, veulent anticiper sur l’avenir. L’ouvrage, subdivisé en 27 chapitres, est structuré en trois parties.

2La première partie s’attache à mettre en évidence les différentes facettes des changements observés à l’échelle de l’Europe. Le chapitre 2 pose le débat : même s’il dépend de facteurs climatiques clairement identifiés, le risque d’inondation s’explique aussi par d’autres causes et sa gestion doit par conséquent être adaptée à cette complexité. Les deux chapitres suivants dressent un catalogue critique des plus grandes crues ayant affecté l’Europe au cours du XXe siècle (chapitre 3), et plus précisément au cours de la période 1961-2005 (chapitre 4), pour laquelle sont analysés et confrontés les types de circulation atmosphériques avec les variations spatiales et saisonnières des inondations répertoriées. Le chapitre 5 essaie de mieux cerner les changements hydrologiques en lien avec une augmentation de l’exposition des sociétés au risque d’inondation tandis que dans le chapitre 6, le rôle des précipitations intenses est spécifiquement analysé. Cette première partie s’achève par une reconstitution historique des grandes crues à l‘échelle du dernier millénaire, qui pose bien le problème des sources documentaires et iconographiques, des instruments de mesure anciens, des repères de crues et de tout autres « proxies » qui permettent d’estimer la magnitude de ces crues du passé.

3La deuxième partie est composée d’une série d’études nationales et régionales plus ou moins développées dont les perspectives et méthodes peuvent varier d’un pays à l’autre. En Autriche (chapitre 8), les auteurs essaient par des études statistiques de faire la part des facteurs climatiques, de l’occupation des sols et des équipements de berges, stigmatisant l’occupation croissante des plaines inondables, tout comme en Tchéquie (chapitre 9) où le peuplement des plaines d’inondation plus dense que par le passé oblige à changer radicalement de comportement et de modalités de gestion.

4Le chapitre 10 consacré à la France a pour objectifs, à partir des données de plus de 200 stations et d’un indice d’écoulement, de dégager des tendances plus ou moins perceptibles dans l’évolution des débits des rivières (maximum annuel, hautes eaux annuelles) sur les 40 dernières années (1968-2008), prenant en compte les fortes oppositions régionales entre le nord, davantage menacé par une augmentation des maxima annuels, et le sud et le sud-est, où la tendance est décroissante.

5Le cas allemand (chapitre 11) est étudié via une approche holistique et modélisatrice, incluant les températures, l’humidité atmosphérique, l’intensité des précipitations, le débit des rivières ainsi que les dommages matériels causés par les crues et les mesures de protection déjà existantes. La période considérée (les 60 dernières années) permet de mettre en évidence, à l’échelle de l’ensemble du pays, une nette amplification des extrêmes hydroclimatiques, indépendamment des effets d’une urbanisation croissante qui ne jouent qu’à l’échelle locale.

6L’étude sur les inondations en Grèce (chapitre 12) est originale, non seulement du fait de la spécificité du milieu méditerranéen, du caractère morcelé de la topographie et de la raideur et la faible superficie de chaque bassin versant mais également par l’évocation des crues du passé, assortie d’une réflexion sur les mythes portant sur les grands cataclysmes, notamment les inondations diluviennes et leur contrôle (cf. les travaux d’Hercule), ainsi que les efforts de gestion des crues par la Grèce ancienne puis classique. Ces évocations sont mises en parallèle avec les expériences tant positives que négatives de la Grèce moderne et montrent que si le problème des crues a toujours existé depuis des millénaires, l’expansion urbaine des dernières décennies requiert de la part des gestionnaires un contrôle des crues auquel doivent être associées des mesures environnementales de protection des écosystèmes aquatiques.

7Le contraste est grand avec le chapitre 13 consacré à l’Islande : la rapidité et la brutalité des crues, liées aux débâcles des rivières gelées ou aux jökulhlaups engendrés par l’activité volcanique, risquent d’augmenter en magnitude et fréquence du fait du réchauffement climatique, et les principales questions qui se posent aux autorités sont celles du contrôle en temps réel des rivières menaçantes et de l’amélioration de la réactivité de la défense civile.

8Avec le chapitre 14, on revient en terre méditerranéenne avec l’Italie, pays également affecté par des glissements de terrain, éruptions volcaniques et séismes meurtriers. Raisonnant sur l’analyse d’une très large base de données, les auteurs montrent, sans pour autant dégager de tendance temporelle, que les inondations et les glissements de terrain sont les deux risques les plus fréquents et les plus dommageables car ils affectent essentiellement des zones peuplées des régions montagneuses du nord et des régions pauvres du sud de la péninsule.

9Le territoire des Pays-Bas (chapitre 15) fut largement conquis sur la mer, désormais maintenue à distance par tout un système de digues et de contrôles de la nappe phréatique (poldérisation). L’histoire récente de ce pays est rythmée par de graves inondations, causées par l’invasion marine (1916, 1953) mais aussi par les flots du Rhin et de la Meuse (1926, 1988, 1993, 1995). L’événement de 1995 ainsi que la rupture de digues liée à la sécheresse de 2003 ont accéléré la prise de conscience de la fragilité de ces protections dont l’entretien, certes indispensable dans un contexte de changement climatique, représente un coût considérable.

10En Norvège (chapitre 16), les crues sont en général liées à la fonte des neiges printanières (souvent combinées aux précipitations) ou aux pluies, en été ou à l’automne, même si quelques unes peuvent être causées par des débâcles de glaces de rivières ou par la rupture de barrage glaciaire. La régulation des débits, associée dans ce pays au nombre important de barrages hydro-électriques, n’empêche pas l’augmentation en fréquence d’événements pluvieux catastrophiques engendrés par la remontée de cyclones tropicaux le long des côtes atlantiques. De fait, on peut craindre pour les années à venir une intensification de ce type de crue.

11En Pologne (chapitre 17), on retrouve les mêmes causes d’inondation qu’en Norvège même si les débâcles liées à la fonte de glaces de rivières y jouent un rôle plus important. La présence des Carpathes du pays est un élément essentiel (combinaison des pluies orographiques et de la fonte nivale) tout comme la structure du réseau favorisant la convergence des ondes de crues vers les zones densément habitées et industrialisées de l’aval (crues de 1997 et 2010). La fréquence des crues tend à augmenter (même si la Pologne souffre d’un manque d’archives hydrologiques liée à son passé politique mouvementé), avec des conséquences plus lourdes qu’autrefois du fait de la croissance économique récente.

12Le bref chapitre (18) consacré à la Suisse part du constat d’une apparente augmentation des inondations catastrophiques au cours des quatre dernières décennies. Les données disponibles portent sur les cinq derniers siècles. Si l’ampleur des crues actuelles n’excède pas celle des crues passées, leur recrudescence récente s’expliquerait par des modifications de la circulation atmosphérique (position du courant jet) qui affecterait de la même façon des pays proches (République Tchèque et Italie notamment).

13Le cas du Royaume-Uni (chapitre 19) est un peu différent. Les crues qui peuvent affecter la multitude de ses bassins versant sont essentiellement d’origine pluviale (cf. l’abondante bibliographie). La fréquence accrue de ces crues au cours des 50 dernières années sur l’ensemble du Royaume s’expliquerait par l’augmentation des précipitations hivernales et de leur intensité et validerait de fait l’influence d’un changement des circulations d’ouest en lien avec une variation positive de la NAO (Oscillation Nord Atlantique). Ce constat ne réfute pas pour autant l’influence – selon les cas positive ou négative – des interventions humaines sur la gestion des hydrosystèmes, dans un contexte d’accroissement général des vulnérabilités socio-économiques et matérielles.

14Le chapitre 20 présente les acquis du projet européen AdaptAlp, dont l’objectif était la mise en évidence d’un forçage climatique à l’échelle des régions alpines européennes (Allemagne, Autriche, France, Italie, Slovénie, Suisse) à partir de variations et tendances éventuelles enregistrées par des séries hydrologiques (177 stations) suffisamment longues (> 40 ans) et de bonne qualité (relevés quotidiens). Sans clairement démontrer le forçage climatique, l’augmentation des débits printaniers liés à la fonte des neiges, ainsi que l’allongement de la durée de ces hautes eaux et leur démarrage plus précoce semblent néanmoins suggérer un tel forçage.

15Le chapitre 21, qui conclut cette deuxième partie régionale, est consacré à la péninsule Ibérique où la variabilité interannuelle des débits rend difficile toute mise en évidence d’une tendance climatique nette, surtout sur le versant méditerranéen, même si l’existence d’une corrélation entre crues du versant atlantique et variation de la NAO semble assez forte.

16La troisième partie essaie de faire le bilan de toutes ces données et de ce que l’on peut en tirer. Le chapitre 22 revient sur les méthodes statistiques permettant de déceler des tendances au sein de séries temporelles hydrométéorologiques et sur les tests de signification, paramétriques ou non, qui permettent d’évaluer la pertinence des résultats obtenus.

17Le chapitre 23 discute les notions de « détection » et de « changement climatique » et de la difficulté qu’il y a à extraire la part d’un facteur tel que le réchauffement climatique d’un contexte général dominé par l’influence de multiples facteurs tels que l’activité solaire, l’activité orbitale, la composition atmosphérique, les changements de l’état de surface du sol (albedo, couverture végétale, perméabilité, degré d’humidité…), les oscillations océaniques, tous facteurs dans lesquels le rôle des activités humaines est de plus en plus prégnant. Ceci pose le problème plus général de l’attribution systématique de tout changement détecté à un changement climatique, et de la correspondance automatique entre un changement climatique donné et ses impacts, par exemple sur le débit des rivières.

18Le chapitre 24 s’interroge sur la possibilité d’attribuer les changements détectés à une variation des ressources en eau. Après avoir rappelé les différentes composantes du cycle de l’eau et les modèles généralement utilisés pour extraire dans ce cycle la part revenant au débit des rivières, une discussion s’engage sur la part des différents facteurs de variation (précipitation températures, teneur en CO2, utilisation du sol, impact de l’irrigation). Comme le montrent les cartes à l’échelle européenne et l’exemple du Danube, les variations des précipitations semblent être le facteur prédominant des évolutions constatées au cours du XXe siècle, mais cela reste encore à étayer. Et si l’on passe à une échelle plus globale, les changements d’utilisation des sols seraient le second principal facteur à intervenir dans le développement des inondations.

19Le chapitre 25 reprend la discussion précédente en se demandant comment on peut réellement identifier au cours du temps des changements du risque d’inondation, étant donné la complexité du phénomène et sa rareté. La réponse réside dans les méthodes d’analyse statistiques et les échelles utilisées, qui doivent privilégier les variations saisonnières et les tendances régionales. Autre question pertinente : comment peut-on attribuer les changements observés à une cause plutôt qu’à une autre ? La réponse n’est pas évidente. Dernier point encore plus délicat à traiter : comment passer des variations de débit à la vulnérabilité et aux dommages causés et/ou à venir ? Le constat reste pour l’instant négatif.

20Le chapitre 26 apporte le point de vue des réassureurs qui s’intéressent au risque « réalisé ». En faisant le bilan des pertes engendrées par les inondations catastrophiques subies depuis 1971 selon les différents types de crue (lente, rapide…), il apparaît clairement que le risque d’inondation ne va faire que s’accroître dans les années à venir, ce qui amène les compagnies d’assurance à demander que des mesures soient prises pour diminuer les pertes et prévenir les catastrophes à venir, posant indirectement la question des coûts-bénéfices et celle d’une approche « soutenable » de la prévention des risques.

21Le dernier chapitre (chapitre 27) tente une prospective du risque d’inondation en Europe en se basant sur les études précédentes et en appliquant l’indice des hautes eaux régionales (RHFI présenté dans le chapitre 3). Reste à voir si les prévisions évoquées se vérifieront dans l’avenir...

22Au total, il ressort de la lecture de cet ouvrage que la question posée au départ (crues extrêmes vs. changement climatique) n’a pas de réponse simple ni univoque. D’une part, des données hydrologiques précises manquent souvent pour les périodes antérieures à 1950, ce qui rend difficile la mise en évidence d’une évolution tendancielle ; d’autre part, les modèles climatiques comportent des imperfections que l’on ne peut totalement gommer. Enfin, la corrélation entre une perturbation climatique donnée et sa réponse hydrologique est en général complexe et non linéaire et, dans ces conditions, il est bien délicat de faire la part entre un forçage externe (le climat) et l’adaptation par auto-organisation de l’hydrosystème ou par un changement progressif des composantes, physiques ou humaines, du bassin-versant. Ces considérations rendent d’autant plus difficiles la mise au point de politiques de mitigation et de prévention qui seraient pourtant nécessaires.

23Le plan de l’ouvrage (notamment l’ordre des pays évoqués) pourrait se discuter, mais l’ensemble offre une base de données solide, des traitements statistiques élaborés, une illustration de qualité, qui devraient intéresser tous ceux, hydro-géomorphologues ou climato-géomorphologues, qui travaillent sur le risque d’inondation dans les régions européennes. Nous ne pouvons donc que fortement recommander cet ouvrage.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Monique Fort, « Zbigniew W. Kundzewicz (Ed.), Changes in flood risk in Europe », Géomorphologie : relief, processus, environnement, vol. 18 - n° 4 | 2012, 478-480.

Référence électronique

Monique Fort, « Zbigniew W. Kundzewicz (Ed.), Changes in flood risk in Europe », Géomorphologie : relief, processus, environnement [En ligne], vol. 18 - n° 4 | 2012, mis en ligne le 07 février 2013, consulté le 18 août 2017. URL : http://geomorphologie.revues.org/10077

Haut de page

Auteur

Monique Fort

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Groupe français de géomorphologie

Haut de page
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Groupe français de géomorphologie
  • Revues.org