Navigation – Plan du site
Hommages à Georges Clauzon

Décès de Georges CLAUZON

Gilles Arnaud-Fassetta, Monique Fort et Jean-Pierre Suc
p. 93

La disparition de Georges Clauzon, au terme d’une longue et implacable maladie, laisse un grand vide et beaucoup de peine dans la communauté des géomorphologues et, au delà, de nombreux scientifiques internationaux.

Georges a apporté énormément à la géomorphologie française. Il a osé, avec un grand courage intellectuel, remettre certains dogmes en cause, se fondant sur un décryptage visuel attentif des paysages, servi par une logique de la reconstitution et de l’enchaînement des faits. Visionnaire, ses idées sont désormais admises par tous : oui, la Crise de salinité messinienne est bien à l’origine du creusement des canyons du Rhône, du Nil, du Var et de la quasi-totalité des fleuves méditerranéens, épisode très vite suivi par un ennoyage et un remblaiement sédimentaire généralisé. Collaborant à de nombreux projets impliquant des géologues, géophysiciens, océanographes, paléontologues, pétroliers, il est un de ceux qui aura fait reconnaître l’apport incontournable de notre discipline dans le domaine plus général des géosciences.

Il a formé des générations entières d’étudiants, leur apprenant tout à la fois la rigueur scientifique, la façon de l’exprimer, l’ouverture de la géographie aux temps longs de l’histoire de notre planète et à ses disciplines connexes (stratigraphie) et, enfin, l’interdisciplinarité, lorsqu’elle permet d’être encore plus intelligent et plus fort à plusieurs que tout seul (lien continent/océan). Pour nous, ses anciens étudiants, Georges restera celui qui déjoua les nombreuses chausse-trappes du Messinien, le magicien qui faisait tourner et retourner encore ses cristaux de démonstration gros comme aquò pour nous expliquer, avec beaucoup de pédagogie et de passion (mais peut-on enseigner sans passion ?), toute la complexité de la minéralogie et des sept systèmes cristallins. Le conteur enfin, qui décrivait, avec toute l’élégance du verbe, l’entrée en Méditerranée du navire océanographique américain Glomar-Challenger par Gibraltar, bateau sur lequel on allait pouvoir confirmer la présence d’évaporites sous le fond du bassin méditerranéen. L’homme pouvait tenir ainsi des heures (et son public aussi) sur la façon de (re)considérer ces trouvailles stratigraphiques pour faire l’histoire de Mare Nostrum, son assèchement au Messinien et son remplissage au Pliocène. Ses travaux avaient d’ailleurs été primés en 2007 par la Société Géologique de France.

Georges Clauzon a saisi au vol l’épisode crucial de la Crise de salinité messinienne et de son impact si marqué sur les fleuves pour conférer à la géomorphologie une approche moderne et quantitative, la rapprochant ainsi au plus près de la géodynamique et de la sédimentologie.

A tous les membres de sa famille, à tous ses proches, nous adressons nos plus sincères condoléances, la disparition de Georges étant d’une tristesse absolue.

Georges Clauzon, 31 janvier 2007.

Image 1.png

Georges Clauzon, en plein travail dans les Dardanelles en octobre 2007.

Image 2.png

Photo : J.-P. Suc.

  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Groupe français de géomorphologie
  • Revues.org