Navigation – Plan du site
Hommages à Georges Clauzon

La géographie-géomorphologie honorée par la SGF

Gilles Arnaud-Fassetta
p. 94-95

Une excellente nouvelle que j’ai le plaisir de diffuser à la communauté géomorphologique : le Prix Fontannes 2007 de la Société Géologique de France (SGF) a été attribué à Georges Clauzon pour l’ensemble de ses travaux, notamment ceux portant sur la crise de salinité messinienne. L’information figure depuis peu sur le site web de la SGF (http://sgfr.free.fr/prix.html).

Géographe de formation (mais aussi géologue), Georges Clauzon a toujours été très proche des Sciences de la Terre (chronologie, sédimentologie, stratigraphie séquentielle), tant par ses recherches qu’à travers ses cours et TP dispensés à l’université de Provence. Le « coup de génie » de ce chercheur est d’avoir su parfaitement retranscrire, prose délectable et coupes stratigraphiques à l’appui, ce que pouvaient représenter - en termes de fluctuations eustatiques - les phases d’incision et de remblaiement observées dans les canyons bordant la Méditerranée et d’avoir su mettre en relation l’assèchement de la Méditerranée, perçu par les séries évaporitiques profondes, avec les canyons messiniens remplis au Pliocène. Les récents propos de Laurent Jolivet (université Pierre et Marie Curie) replacent d’ailleurs très bien le travail de Georges Clauzon dans le contexte de l’époque : « La surface d’érosion messinienne et les canyons associés, le remplissage particulier des canyons par des Gilbert deltas impliquant un remplissage brutal, étaient des contributions décisives à la compréhension de la crise, au moins aussi importante que la découverte initiale de la couche d’évaporites profondes. On se rappelle qu’à l’époque, la Méditerranée était pour beaucoup sensée s’être effondrée au Pliocène ! Il aura fallu un géographe de formation initiale, passionné par le terrain, pour montrer aux géologues l’importance de cette période et commencer à la regarder de façon moderne ».

Image 1.png

La photographie se localise à une trentaine de kilomètres au nord de Nice, près de la confluence Tinée/Var. On observe sur l’image les deux sites successivement occupés par le Var : au premier plan, le lit actuel de la rivière à environ 200 mètres d’altitude ; à l’arrière-plan, le canyon ainsi que le talweg fossiles du Var messinien perchés entre 900 et 1 000 mètres, dans une position totalement insolite, sur une ligne de crête... De surcroît, pour migrer de son implantation messinienne à l’actuelle, le fleuve a dû sauter l’obstacle intermédiaire du Collet de Huesti, haut de 1 164 m (à droite sur l’image) par le processus classique de « l’épigénie d’aggradation ». La conclusion qui découle d’un tel « shift » illustre le pouvoir d’investigation de la méthode des « niveaux repères » issus de la crise de salinité. En l’occurrence, il permet de décrypter l’évolution géodynamique quaternaire du secteur marquée par une incision de 1 000 mètres du fleuve résultant de la surrection de l’arc de Nice au cours de cette période. Ainsi, contre toute attente, un marqueur eustatique s’avère un révélateur tectonique.

La contribution de Georges Clauzon sur le scénario de la crise de salinité messinienne a donc été essentielle, mais il aura fallu attendre près de 35 ans pour que la communauté de chercheurs reconnaisse qu’il avait vu juste et très tôt, et qu’elle lui rende enfin ce vibrant et respectueux hommage qu’il mérite tant. La « retraite » depuis septembre 2003 ne le prive pas, bien au contraire pourrait-on même dire, de poursuivre sa brillante carrière de chercheur en association avec le Laboratoire de Géomorphologie et Tectonique (CEREGE, Aix-en-Provence). Dès qu’il le peut, il multiplie les occasions de faire du terrain autour de la Méditerranée, en particulier avec son collègue palynologue Jean-Pierre Suc (université Claude-Bernard Lyon 1). L’association de ces deux « vétérans du Néogène », leurs publications régulières dans des revues à large diffusion, continuent de donner des sueurs froides aux autres équipes internationales travaillant sur le sujet. Ne manquez donc pas le prochain Clauzon et al. et, pour ceux qui auraient quelque peu oublié le début, replongez-vous dans les premières publications et/ou consultez le site consacré au Messinien (http://www.messinianonline.it).

Et à Georges, notre collègue, toutes nos félicitations.

Paris, le 3 janvier 2007

  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Groupe français de géomorphologie
  • Revues.org