Navigation – Plan du site

Le littoral entre l’actuelle embouchure de l’oued Miliane et Soliman, Tunisie. Analyse de l’évolution du trait de côte par photo-interprétation et système d’information géographique

The coast between the current mouth of wadi Miliane and Soliman, Tunisia. Shoreline evolution analysis using photo-interpretation and geographical information system
Mourad Louati et Fouad Zargouni
p. 209-224

Résumés

L’étude détermine les vitesses et tendances d’évolution du trait de côte des plages localisées entre l’actuelle embouchure de l’oued Miliane et Soliman (baie de Tunis, nord-est de la Tunisie) et précise les principaux facteurs naturels et surtout anthropiques responsables de cette évolution. La méthode utilisée s’appuie sur la photo-interprétation et le traitement numérique des données par un système d’information géographique (SIG). Les photographies aériennes utilisées ont été prises en 1962, 1974, 1988 et 1996. Sur l’ensemble de la période d’étude (1962-1996), l’évolution surfacique du trait de côte révèle une nette variabilité spatio-temporelle. Sur le plan spatial, la plage située entre l’actuelle embouchure de l’oued Miliane et le premier brise-lame d’Ezzahra manifeste une tendance à l’accumulation, les plages formant la bande entre ce brise-lame et l’embouchure de l’oued Soltane sont stables et les plages constituant la frange entre cette embouchure et Soliman affichent une tendance à l’érosion. Sur le plan temporel, les taux d’érosion les plus importants sont enregistrés au cours de la période 1974-1996. Au sein de chacune de ces plages, l’analyse à base de transects montre aussi une forte variabilité spatio-temporelle de l’évolution de la ligne de rivage. L’Homme est le principal acteur responsable de l’érosion des plages par le dérèglement du transit sédimentaire dominant, la perturbation des échanges sédimentaires dans le profil de plage, l’extraction de sable et la dégradation des herbiers de posidonies, qui ont considérablement réduit le bilan sédimentaire des plages. Les plages en situation de stabilité sont généralement encore naturelles, éloignées de l’urbanisation en particulier. Les apports sédimentaires, surtout pendant les périodes de crue de l’oued Miliane, expliquent l’accrétion de l’unique plage.

Haut de page

Notes de la rédaction

Article soumis le 15 novembre 2011, accepté le 13 janvier 2013.

Texte intégral

Introduction

1Au cours des dernières décennies, l’occupation de plus en plus dense du littoral par les sociétés humaines a fait de la question du bilan sédimentaire un élément déterminant en matière de gestion du littoral (Cooper et Pethick, 2005 ; Rodriguez et Dean, 2009). L’espace littoral tunisien n’échappe pas à cette situation. Il regroupe en effet sur près du quart du territoire les quatre cinquièmes de la population urbaine et le tiers de la population rurale de la Tunisie, dont la population totale est estimée à 10,5 millions (Institut National de la Statistique, 2009). Il représente aussi le principal foyer de l’activité économique, assure l’essentiel de la production agricole, industrielle, constitue l’espace touristique et balnéaire et assure les échanges extérieurs (Belhédi, 1996). Dans un tel contexte, l’analyse du bilan sédimentaire et, à travers elle, la connaissance des taux et tendances d’évolution du trait de côte, apparaissent comme un préalable utile à l’aménagement du rivage (Leatherman, 2003 ; Stauble, 2003).

2L’objectif de cette étude est de déterminer les vitesses et tendances d’évolution du trait de côte d’un secteur de la baie de Tunis durant la période entre 1962 et 1996. La méthode utilisée s’appuie sur les techniques de photo-interprétation et du traitement numérique au sein d’un système d’information géographique (SIG). Pour tenter de mieux répondre à son objectif, cette étude adopte le concept de cellule sédimentaire. Aujourd’hui, la prise en compte de ce concept pour l’établissement des bilans sédimentaires et la gestion des côtes est fondamentale car elle permet de définir des sites de gestion et d’interventions cohérents, indépendants de toute limite administrative (Inman et Masters, 1994 ; Cohen et al., 2002). Ainsi, le secteur d’étude a été découpé en 7 cellules sédimentaires de longueur variant entre environ 1 et 6 km (Louati et Zargouni, 2009 ; fig. 1). Les limites, définies selon les critères de M.J. Bray et al. (1995), sont naturelles (embouchures) ou artificielles (brise-lames).

Fig. 1 – Cellules sédimentaires identifiées.
Fig. 1 – Identified sediment cells.

Fig. 1 – Cellules sédimentaires identifiées.Fig. 1 – Identified sediment cells.

Présentation du secteur d’étude

3Le secteur d’étude est la côte comprise entre l’actuelle embouchure de l’oued Miliane et la ville de Soliman (fig. 2). S’étirant sur presque une vingtaine de kilomètres, cette côte occupe le fond de la baie de Tunis, située au NE de la capitale et s’étendant entre les caps Carthage et Ras Al Fortas. De l’actuelle embouchure de l’oued Miliane à Hammam-Plage, les plages naturelles, à l’exception du site situé autour de l’embouchure, ont disparu. Les sédiments, sur lesquels s’étendent et circulent aujourd’hui les estivants, sont pour l’essentiel le fruit d’un travail de rechargement artificiel, qui a accompagné l’implantation de certains ouvrages de protection côtière. De Hammam-Plage à Soliman, les plages, à l’état naturel, sont larges de plusieurs dizaines de mètres et relayées par un cordon dunaire nettement plus important que dans les autres sites de la baie ; entre Borj-Essedria et Soliman, les dunes forment de petits champs mais très apparents dans le paysage, avec parfois une succession de plusieurs crêtes (Oueslati, 2004). Les affleurements géologiques longeant la côte de la baie sont essentiellement d’âge oligo-miocène et plio-quaternaire ; ils montrent des faciès à prépondérance d’argiles, de grès et de calcaires (El Arrim, 1996). L’alimentation sédimentaire du littoral est assurée par les oueds de Miliane, Soltane et Bzirk, dont le débit solide annuel total est actuellement estimé à 1,5 Mt (Hydrotecnica Portuguesa, 1995). La granularité des sédiments est généralement fine (D50 ~ 200 µm) sur l’estran, et fine à très fine (D50 ~ 100 µm) sur l’avant-côte (Hydrotecnica Portuguesa, 1995 ; Consulmar, 2005). La pente moyenne de l’avant-côte est de l’ordre de 1 % (SOGREAH, 1992 ; Louati et Zargouni, 2009).

4La baie de Tunis est soumise à un marnage microtidal, avec un marnage moyen de vive-eau de 30 cm (LCHF, 1982). Des enregistrements marégraphiques au port de La Goulette (Pirazzoli, 1986), des observations issues des satellites altimétriques Topex/Poséidon (Lombard, 2005) et les « modèles » (Tsimplis et al., 2008 ; Calafat et Gomis, 2009) indiquent que, durant le dernier siècle, la vitesse d’élévation du niveau de la mer a été d’environ 1,5 mm/a en Tunisie. Au large de la baie, des données issues d’observations faites au cours de missions en mer (LCHF, 1965) et l’analyse théorique de la propagation des houles dans le golfe de Tunis montrent que les vagues de direction NNE à NE sont les plus fréquentes. Leur hauteur significative et leur période moyennes, acquises à partir de KNMI/ERA-40 Atlas (http://www.knmi.nl/​waveatlas) et relatives à la période 1971-2000, sont respectivement de 1,25 m et 4,5 s. À l’approche du rivage, ces vagues déferlent et arrivent avec une obliquité faible ; les valeurs observées sur certains sites vont de 5° à 10° (SOGREAH, 1992 ; Hydrotecnica Portuguesa, 1995). La houle et la dérive littorale qu’elle induit sont les principaux agents hydrodynamiques de l’évolution des plages de la baie (Kouki, 1984 ; El Arrim, 1996 ; Louati et Zargouni, 2009). Des campagnes de mesures de la dérive littorale indiquent une vitesse moyenne d’environ 0,1 m/s (LCHF, 1965 ; SOGREAH, 1975) alors que les calculs du transit sédimentaire à l’aide de la formule empirique du LCHF donnent des taux oscillant entre 10 000 et 20 000 m3/a (LCHF, 1982). Des études appuyées sur des critères sédimentologiques et géomorphologiques témoignent qu’entre Hammam-Plage et Soliman, la dérive littorale dominante est E-W alors que de Radès à Ezzahra, elle est en sens inverse (Kouki, 1984 ; El Arrim, 1996 ; Consulmar, 2005). Les plages du secteur d’étude sont essentiellement de type dissipatif ; le nombre d’Iribarren (ξ; Battjes, 1974) varie entre 0,035 et 0,07 alors que celui de Dean (Ω ; Dean, 1973) varie de 26,5 à 27,9 (Louati et Zargouni, 2009).

5Sur le secteur d’étude, à la veille du XXe siècle, les premières habitations étaient loin du rivage, autour de la principale gare du chemin de fer d’Hammam-Lif. Durant la première moitié du XXe siècle, le bâti, qui s’est développé notamment dans les banlieues d’Ezzahra et de Hammam-Lif, se trouvait toujours derrière au moins une crête de dune. Au cours de la seconde moitié du XXe siècle, le bâti a commencé à envahir le rivage et de nouveaux espaces à vocation résidentielle (Hammam-Plage, Soliman) ou touristique (Borj-Essedria) sont apparus. Vers la fin du XXe siècle, à l’exception des embouchures des oueds et de quelques segments peu étendus, le bâti est devenu continu sur les plages du secteur d’étude (Khali, 2002). Après les tempêtes des 7-8 et 20-21 janvier 1981, qui ont fait reculer la ligne de rivage de quelques dizaines de mètres en quelques heures (LCHF, 1982 ; Sliti, 1990) et endommagé les bâtiments édifiés en bordure du littoral (Bouhafa, 1985), la baie de Tunis a vu s’implanter 19 brise-lames destinés à protéger les plages : 1 à Radès, 2 à Ezzahra (EZ1,2), 8 à Hammam-Lif (HL1-8), 1 à Hammam-Plage (HP), 2 à l’hôtel Solymar (HS1,2) et 5 à Soliman (S1-5). La construction de ces ouvrages a été réalisée entre 1985 et 1990 sur des fonds variant de -1 m à -2 m. Des recharges de plage artificielles ont accompagné l’implantation de certains brise-lames ; les volumes sont de 17 000 m3 à Radès, inconnus à Hammam-Lif et de 10 000 m3 à l’hôtel Solymar (SOGREAH, 1992).

Fig. 2 – Localisation du secteur d’étude.
Fig. 2 – Location of the study sector.

Fig. 2 – Localisation du secteur d’étude.Fig. 2 – Location of the study sector.

Matériels et méthodes

Matériels

6L’analyse de l’évolution du trait de côte s’est appuyée sur la comparaison de quatre missions de photographies aériennes verticales. Acquises en mode panchromatique, les photographies couvrent une période de 34 ans, de 1962 à 1996, avec une périodicité variant de 8 ans à 14 ans (tab. 1). Pour leur correction et leur géo-référencement, on a choisi la carte topographique au 1/25 000 de 1983 (les 4 feuilles de La Goulette), comme document de référence. Tous ces documents aériens et cartographiques ont été fournis par l’Office de la Topographie et de la Cartographie (OTC). Le site entre l’hôtel Solymar et Soliman n’était pas couvert par la mission de 1988. Après avoir été scannées (pixel de taille 1x1 m), les photographies, sauvegardées au format TIFF, ont été prétraitées par Erdas IMAGINE 9.2 (import, rehaussement radiométrique, correction géométrique et mosaïquage) et intégrées dans Arc-View GIS 3.3, qui a servi à numériser les traits de côte multi-dates et effecteur les mesures d’évolution.

Tab. 1 – Photographies aériennes couvrant le secteur d’étude.
Tab. 1 Aerial photographs covering the study sector.

Mission aérienne

Date de prise de vue

échelle

Mission Tu XXI

1962

1/12 500

Mission Tu 359

1974

1/25 000

Mission Tu 831

1988

1/10 000

Mission Tu 603-604

1996

1/10 000

Méthodes

Rehaussement des photographies et sélection d’une ligne de référence

7Un premier examen visuel des photographies importées au format IMG (format natif d’IMAGINE) permet de remarquer que certaines d’entre elles, surtout les plus anciennes, apparaissent sombres et peu contrastées, ce qui n’est pas sans poser quelques difficultés quand on sélectionne une ligne de référence et identifie des amers pendant le géo-référencement des photographies. Afin d’améliorer au mieux leur lisibilité, on a joué sur la dynamique des valeurs radiométriques et utilisé l’un des deux simples techniques de rehaussement radiométrique, à savoir l’égalisation d’histogrammes et l’étalement linéaire. En ce qui concerne en particulier la plage entre le brise-lame de Hammam-Plage et l’embouchure de l’oued Soltane (cellule sédimentaire 4), on a choisi d’écarter la mission de 1962 en raison de la surexposition des photographies. En effet, on a préféré travailler avec peu de missions mais de qualité radiométrique suffisamment bonne et conduisant à des mesures d’évolution suffisamment fiables. Après le rehaussement des photographies arrive l’étape de la sélection d’une ligne de référence. Dans la littérature, il existe plusieurs lignes de référence qui matérialisent la position du trait de côte : le choix de l’une d’entre elles est souvent problématique en photo-interprétation côtière (Robin, 2002 ; Boak et Turner, 2005). Dans cette étude, en s’appuyant sur les variations de tons en niveaux de gris sur l’estran, on a défini la ligne des pleines mers comme la ligne de référence commune à toutes les photographies utilisées.

Correction et géo-référencement des photographies

8La correction et le géo-référencement des photographies aériennes verticales est une étape indispensable pour pouvoir les superposer, les comparer et en tirer des mesures d’évolution côtière fiables. Pour géo-référencer les nôtres, on a eu recours à la méthode polynomiale, fondée sur le repérage en XY des amers communs à chaque photographie et à la carte topographique en coordonnées Lambert conique conforme. Cette méthode polynomiale est couramment utilisée dans la majorité des études diachroniques en photo-interprétation côtière (Durand, 2000 ; Sabatier et Suanez, 2003 ; Durand et Heurtefeux, 2005 ; El Abdellaoui et Ozer, 2007). Des modèles polynomiaux du second degré ont été sélectionnés alors que les amers, identifiés systématiquement, dérivent d’une dizaine de points bien répartis. Ces points invariables sont le plus souvent des extrémités de brise-lames ou de bâtiments, des intersections de routes ou des angles de parcelles agricoles ou plans d’eau qui n’ont pas changé de forme.

Mesures d’évolution

9Le mosaïquage des photographies et la numérisation de la ligne des pleines mers réalisée sur fond de photographies géo-référencées ont été suivis par des mesures d’évolution. Dans un premier temps, on a effectué pour chaque plage des mesures de variation de surface ou surface variation analysis (SVA) ; les évolutions linéaires moyennes ont été calculées en divisant les mesures surfaciques par la longueur du trait de côte numérisé (Aminti et al., 2004 ; Rogers et al., 2004). Les mesures d’évolution surfacique ont été effectuées en utilisant le modèle polygone cinématique à partir de lignes (Makota et al., 2004 ; Dehouck, 2006). Dans un second temps, des mesures à partir de transects ou transects-based analysis (TBA ; Różyński, 2004 ; Morton et al., 2005) ont été réalisées sur chaque plage. En effet, à l’aide de Digital Shoreline Analysis System (DSAS, version 2.2), une extension d’Arc-View GIS 3.x conçue par E.R. Thieler et al. (2003), une ligne de référence virtuelle a été dessinée à terre, approximativement parallèle aux traits de côte multi-temporels, servant de base à la création d’un certain nombre de transects perpendiculaires et équidistants de 20 m, 30 m ou 50 m selon la régularité de ces traits. Sur ces transects, une fois ignorées les valeurs incluses dans la marge d’erreur, des statistiques (moyenne, minimum et maximum) sur le changement de la ligne de rivage ont été automatiquement calculées par les outils de DSAS.

Estimation de la marge d’erreur

10Les taux d’évolution du trait de côte, mesurés à partir de documents iconographiques, comportent toujours une certaine part d’incertitude qu’il est nécessaire d’évaluer pour juger du degré de représentativité des résultats (Thieler et Danforth, 1994). La marge d’erreur de la méthode utilisée est estimée à ± 12 m au maximum lors de la comparaison diachronique de la position de la ligne des pleines mers. Elle résulte de la conjonction de quatre types d’erreurs inhérentes à toute méthode de ce genre (Anders et Byrnes, 1991 ; Durand, 2000 ; Robin, 2002 ; Durand et Heurtefeux, 2005 ; Faye et al., 2008) : repérage des amers (± 2 m), calcul des modèles polynomiaux par le logiciel (± 2 m), numérisation de la ligne des pleines mers (± 2,2 m) et oscillations à court terme de sa position (± 5,63 m). En ce qui concerne les oscillations à court terme de la ligne des pleines mers, sachant que sa position sur l’estran est affectée par les marées astronomiques, la pente, les conditions climatiques et les changements saisonniers du profil de plage (Stafford et Langfelder, 1971), on a tenu compte des variations marégraphiques, vu que les dates exactes des prises de vue étaient inconnues, et ignoré la dynamique du profil de plage, étant donné que les missions aériennes ont été acquises pendant la même saison (entre septembre et janvier) et en périodes de beaux temps, selon les services de l’OTC. Dans ce contexte, on a choisi une formule simple, utilisée par ailleurs par Y.-F. Thomas et A.-T. Diaw (1997) et I.-B. Faye et al. (2008), qui estime l’écart horizontal entre deux lignes de pleines mers (d) acquises par des hauteurs d’eau différentes en fonction du niveau de la marée prédite (h) et de la pente de l’estran (tang β) :

11La pente des plages et les données marégraphiques relatives aux différentes dates des prises de vue ont été estimées à partir de données provenant de travaux antérieurs. Les niveaux de marée sont ceux prédits par le LCHF (1982) pour le port de La Goulette. Le niveau maximal des pleines mers en vive-eau est de 30 cm alors que le niveau minimal en morte-eau est de 12 cm. L’estimation de la pente découle de l’analyse d’une trentaine de profils de plage réalisés entre Radès et Soliman de novembre 2003 à janvier 2004 (Consulmar, 2005). La pente moyenne de l’estran varie de 2 % à 8 % sur chacune des plages du secteur d’étude.

Résultats

Analyse de type SVA

12Sur la période 1962-1996, l’analyse de l’évolution du trait de côte de type SVA a permis de mettre en exergue une variabilité spatio-temporelle significative.

13Sur le plan spatial, d’ouest en est, la situation oppose une plage à tendance à l’accumulation, trois plages stables et trois plages à tendance à l’érosion. La première plage, entre l’actuelle embouchure de l’oued Miliane et le premier brise-lame d’Ezzahra, a enregistré un gain en surface de 2483 ± 498 m2/a (fig. 3). Les plages restées stables forment la bande entre ce brise-lame et l’embouchure de l’oued Soltane (fig. 4 à fig. 6). Les plages en érosion constituent la frange entre cette embouchure et Soliman (fig. 7 à fig. 9). Leur perte surfacique totale est de -8 982 ± 1 202,5 m2/a en moyenne. Sur l’ensemble du secteur d’étude, l’érosion l’emporte sur l’accumulation. Le bilan global est en effet de ­220 967 ± 57 816 m2 (tab. 2).

14Sur le plan temporel, le long des plages en situation d’érosion, le recul du trait de côte a commencé dès les années 1960 et devient plus important dans les années 1970. Les taux d’érosion les plus élevés, qui vont de -3 à -5,7 ± 0,5 m/a, sont enregistrés au cours de la période 1974-1996. L’absence de mesures intermédiaires entre 1974 et 1996 a pour effet de « lisser » ces taux et de rendre difficile l’évaluation de la continuité et de la régularité de l’érosion internes à cette période. C’est toute la difficulté de l’analyse à long terme, qui dépend étroitement de la quantité et de la qualité des informations disponibles (Dolan et al., 1991).

Fig. 3 – Évolution de la plage entre l’actuelle embouchure de l’oued Miliane et le premier brise-lame d’Ezzahra (cellule 1).
Fig. 3 Evolution of the beach between the current mouth of wadi Miliane and the first breakwater of Ezzahra (cell 1).

Fig. 3 – Évolution de la plage entre l’actuelle embouchure de l’oued Miliane et le premier brise-lame d’Ezzahra (cellule 1). Fig. 3 – Evolution of the beach between the current mouth of wadi Miliane and the first breakwater of Ezzahra (cell 1).

1 : position du trait de côte en 1962 ; 2 : position du trait de côte en 1974 ; 3 : position du trait de côte en 1988 ; 4 : position du trait de côte en 1996.
1: shoreline position in 1962; 2: shoreline position in 1974; 3: shoreline position in 1988; 4: shoreline position in 1996.

Fig. 4 – Évolution de la plage entre les premiers brise-lames d’Ezzahra et de Hammam-Lif (cellule 2).
Fig. 4 Evolution of the beach between the first breakwaters of Ezzahra and Hammam-Lif (cell 2).

Fig. 4 – Évolution de la plage entre les premiers brise-lames d’Ezzahra et de Hammam-Lif (cellule 2). Fig. 4 – Evolution of the beach between the first breakwaters of Ezzahra and Hammam-Lif (cell 2).

1 : position du trait de côte en 1962 ; 2 : position du trait de côte en 1974 ; 3 : position du trait de côte en 1988 ; 4 : position du trait de côte en 1996.
1: shoreline position in 1962; 2: shoreline position in 1974; 3: shoreline position in 1988; 4: shoreline position in 1996.

Fig. 5 – Évolution de la plage entre le premier brise-lame de Hammam-Lif et le brise-lame de Hammam-Plage (cellule 3).
Fig. 5 Evolution of the beach between the first breakwater of Hammam-Lif and the breakwater of Hammam-Plage (cell 3).

Fig. 5 – Évolution de la plage entre le premier brise-lame de Hammam-Lif et le brise-lame de Hammam-Plage (cellule 3). Fig. 5 – Evolution of the beach between the first breakwater of Hammam-Lif and the breakwater of Hammam-Plage (cell 3).

1 : position du trait de côte en 1962 ; 2 : position du trait de côte en 1974 ; 3 : position du trait de côte en 1988 ; 4 : position du trait de côte en 1996.
1: shoreline position in 1962; 2: shoreline position in 1974; 3: shoreline position in 1988; 4: shoreline position in 1996.

Fig. 6 – Évolution de la plage entre le brise-lame de Hammam-Plage et l’embouchure de l’oued Soltane (cellule 4).
Fig. 6 Evolution of the beach between the breakwater of Hammam-Plage and the mouth of wadi Soltane (cell 4).

Fig. 6 – Évolution de la plage entre le brise-lame de Hammam-Plage et l’embouchure de l’oued Soltane (cellule 4). Fig. 6 – Evolution of the beach between the breakwater of Hammam-Plage and the mouth of wadi Soltane (cell 4).

1 : position du trait de côte en 1974 ; 2 : position du trait de côte en 1988 ; 3 : position du trait de côte en 1996.
1: shoreline position in 1974; 2: shoreline position in 1988; 3: shoreline position in 1996.

Fig. 7 – Évolution de la plage entre l’embouchure de l’oued Soltane et le premier brise-lame de Solymar (cellule 5).
Fig. 7 – Evolution of the beach between the mouth of wadi Soltane and the first breakwater of Solymar (cell 5).

Fig. 7 – Évolution de la plage entre l’embouchure de l’oued Soltane et le premier brise-lame de Solymar (cellule 5). Fig. 7 – Evolution of the beach between the mouth of wadi Soltane and the first breakwater of Solymar (cell 5).

1 : position du trait de côte en 1962 ; 2 : position du trait de côte en 1974 ; 3 : position du trait de côte en 1988 ; 4 : position du trait de côte en 1996.
1: shoreline position in 1962; 2: shoreline position in 1974; 3: shoreline position in 1988; 4: shoreline position in 1996.

Fig. 8 – Évolution de la plage entre les premiers brise-lames de Solymar et Soliman (cellule 6).
Fig. 8 Evolution of the beach between the first breakwaters of Solymar and Soliman (cell 6).

Fig. 8 – Évolution de la plage entre les premiers brise-lames de Solymar et Soliman (cellule 6). Fig. 8 – Evolution of the beach between the first breakwaters of Solymar and Soliman (cell 6).

1 : position du trait de côte en 1962 ; 2 : position du trait de côte en 1974 ; 3 : position du trait de côte en 1996.
1: shoreline position in 1962; 2: shoreline position in 1974; 3: shoreline position in 1996.

Fig. 9 – Évolution de la plage entre le premier brise-lame de Soliman et la commune de Soliman (cellule 7).
Fig. 9 – Evolution of the beach between the first breakwater of Soliman and Soliman district (cell 7).

Fig. 9 – Évolution de la plage entre le premier brise-lame de Soliman et la commune de Soliman (cellule 7). Fig. 9 – Evolution of the beach between the first breakwater of Soliman and Soliman district (cell 7).

1 : position du trait de côte en 1962 ; 2 : position du trait de côte en 1974 ; 3 : position du trait de côte en 1996.
1: shoreline position in 1962; 2: shoreline position in 1974; 3: shoreline position in 1996.

Tab. 2 – Bilan global d’évolution du trait de côte.
Tab. 2 Global budget of the shoreline evolution.

Période d'étude (1962-1996)

Plages en érosion

Plage en accumulation

Bilan global

Evolution en surface (m2)

-305 380

84 413

-220 967

Taux d'évolution en surface (m2/a)

-8 982

2 483

-6 499

Longueur du linéaire numérisé (m)

3 407

1 411

4 818

Marge d'erreur surfacique (m2/a)

±1 202,5

±498

±1 700,5

Evolution moyenne linéaire (m)

-89,6

59,8

-45,9

Taux d'évolution linéaire (m/a)

-2,6

1,7

-1,3

Marge d'erreur linéaire (m/a)

±0,3

±0,3

±0,3

Tendance d'évolution

érosion

Accumulation

érosion

Analyse de type TBA

15L’analyse montre aussi une variabilité à la fois dans l’espace et dans le temps de l’évolution de la ligne de rivage.

Plage entre l’actuelle embouchure de l’oued Miliane et le premier brise-lame d’Ezzahra

16Entre 1962 et 1996, l’avancée du rivage de cette seule plage en accrétion est généralisée (1,8 ± 0,3 m/a) mais inégale. Le phénomène a progressé vers l’embouchure. L’avancée du rivage pendant la période 1962-1974 s’est limitée au site limitrophe de l’embouchure (2,2 ± 1 m/a), alors que le reste de la plage est demeuré stable. Entre 1974 et 1988, l’engraissement s’est généralisé à un rythme de 2,9 ± 0,8 m/a mais le phénomène est resté irrégulier. Entre 1988 et 1996, l’avancée du rivage se maintient à une vitesse de 2,8 ± 1,5 m/a et devient plus régulière.

Plages entre le premier brise-lame d’Ezzahra et l’embouchure de l’oued Soltane

17Entre 1962 et 1996, le trait de côte de la plage entre les premiers brise-lames d’Ezzahra et de Hammam-Lif a avancé au niveau des deux brise-lames d’Ezzahra à un rythme de 0,9 ± 0,3 m/a, a reculé sur une bande longue de 650 m à un rythme de -0,8 ± 0,3 m/a, et est resté stable sur le reste de la plage. Durant les deux périodes 1962-1974 et 1974-1988, la plage a reculé dans sa partie occidentale à des vitesses respectivement de -1,3 ± 1 m/a et -1,6 ± 0,8 m/a alors que la partie orientale s’est engraissée à un rythme de 1,6 ± 1 m/a et 2 ± 0,8 m/a, respectivement. Entre 1988 et 1996, si l’on exclut l’avancée du rivage (3,7 ± 1,5 m/a) au niveau de ces deux brise-lames, le retrait s’est généralisé et a progressé vers l’est à un rythme de -4,3 ± 1,5 m/a. Entre 1962 et 1996, la partie orientale de la plage située entre le premier brise-lame de Hammam-Lif et celui de Hammam-Plage a régressé (-0,6 ± 0,3 m/a) sur une frange longue de 350 m tandis que le reste du rivage n’a pas montré de variations notables. De 1962 à 1974, la moitié occidentale de la plage a enregistré une avancée non généralisée et inégale, avec une vitesse de 1,3 ± 1 m/a, alors que la majorité de la partie orientale a montré un recul du même ordre. Entre 1974 et 1988, la partie orientale a changé de tendance et une avancée, presque généralisée et irrégulière, s’amorce à un rythme de 1,1 ± 0,8 m/a. De 1988 à 1996, le rivage de cette partie de plage a de nouveau reculé au rythme plus élevé de -2,7 ± 1,5 m/a. Enfin, à l’exception des avancées locales dans sa partie centrale, où l’avancée a été de 0,7 ± 0,5 m/a, le rivage de la plage entre le brise-lame de Hammam-Plage et l’embouchure de l’oued Soltane a reculé sur la période 1974-1996, les valeurs oscillant entre -0,7 ± 0,5 m/a (partie occidentale) et -0,8 ± 0,5 m/a (partie orientale). Si l’on compare l’évolution par périodes, sur la période 1974-1988, hormis la partie centrale stable, le rivage a reculé à des vitesses comprises entre -1 ± 0,8 m/a (partie occidentale) et -1,2 ± 0,8 m/a (partie orientale). Entre 1988 et 1996, le rivage a continué à s’éroder (-1,6 ± 1,5 m/a) dans la partie orientale alors que le reste du rivage est resté en accumulation (2,1 ± 1,5 m/a).

Plages entre l’embouchure de l’oued Soltane et Solimane

18Entre 1962 et 1996, le recul (-1,6 ± 0,3 m/a) du trait de côte relatif à la plage entre l’embouchure de l’oued Soltane et le premier brise-lame de Solymar est généralisé et quasi régulier. Sur la période 1962-1974, hormis le rivage limitrophe de l’embouchure qui est resté stable, cette plage a enregistré une avancée généralisée (2,1 ± 1 m/a) et inégale. Entre 1974 et 1988 puis entre 1988 et 1996, la situation s’est inversée et le rivage a reculé à des vitesses de -2,3 ± 0,8 m/a et -4,5 ± 1,5 m/a, respectivement. Entre 1962 et 1996, à l’exception du rivage au niveau du second brise-lame de Solymar, qui a montré une accumulation (0,6 ± 0,3 m/a), le rivage entre les premiers brise-lames de Solymar et de Soliman a connu un recul généralisé vers l’est (-2,2 ± 0,3 m/a). Au cours de la période 1962-1974, cette plage n’a pas enregistré d’évolution remarquable. Entre 1974 et 1996, hormis au niveau du second brise-lame de Solymar où l’avancée a été de 1,2 ± 0,5 m/a, la plage a connu un recul généralisé et irrégulier (-3,4 ± 0,5 m/a). Enfin, de 1962 à 1996, le recul a été généralisé (-3,8 ± 0,3 m/a) entre le premier brise-lame de Soliman et Soliman, en augmentant vers l’est. La tendance à l’érosion du trait de côte a été généralisée et quasi régulière (-1,5 ± 1 m/a) sur la période 1962-1974. Cette tendance a persisté sur la période 1974-1996 mais elle est devenue très irrégulière (-5,2 ± 0,5 m/a).

Discussion

19La discussion porte sur l’intérêt de la méthodologie adoptée et sur les causes de l’évolution des plages.

20Sous un angle strictement méthodologique, trois points, témoins d’une significativité suffisante des mesures d’évolution effectuées, sont à souligner. Le premier point est l’intérêt de la détermination de la marge d’erreur : bien qu’elle puisse être surestimée, en lien avec les fluctuations éventuelles à court terme de la ligne des pleines mers, elle nous assure que, dans le cas où les valeurs d’évolution sont supérieures à la marge d’erreur, les tendances d’évolution appréhendées sont certainement liées à des changements réels de la ligne de rivage. Plus de 50 % de mesures de type SVA sont en effet comprises dans la marge d’erreur (9 mesures sur 17). Le second point est le bénéfice du recours à des missions intermédiaires pour appréhender les renversements de tendance dans l’évolution des plages. En effet, quelques segments côtiers, qui ont été stables sur la période d’étude, ne l’ont pas été durant certaines périodes intermédiaires. La partie orientale de la plage entre les premiers brise-lames d’Ezzahra et de Hammam-Lif en est un bon exemple. Selon les mesures de type TBA, cette côte a connu une avancée du rivage durant la période 1962-1988, une tendance à l’érosion au cours de la période 1988-1996 alors qu’elle est considérée comme stable entre 1962 et 1996. Le dernier point est la cohérence des deux méthodes de mesure employées. En effet, la comparaison des taux moyens d’érosion ou d’accumulation (en mètres linéaires par an) relatifs à la période d’étude et aux périodes intermédiaires (fig. 10) montre que la corrélation est positive et forte (r = 0,98).

21Entre 1962 et 1996, le recul des plages entre l’embouchure de l’oued Soltane et Soliman est lié à des causes naturelles (tempêtes et élévation marine) et à des imprudences anthropiques, qui ont réduit le bilan sédimentaire de ces plages (Hydrotecnica Portuguesa, 1995 ; Oueslati, 2004 ; Consulmar, 2005). Le rôle des tempêtes reste ambigu alors que celui de l’élévation actuelle du niveau marin demeure limité. En effet, bien que les tempêtes des 7-8 et 20-21 janvier 1981 soient célèbres pour avoir entraîné un recul du rivage de quelques dizaines de mètres en quelques heures (LCHF, 1982 ; Sliti, 1990), aucune étude n’a vérifié que ce recul était synonyme d’érosion. De plus, le recours à la célèbre formule de Bruun (1988 ; R = S/tangβ), avec une remontée actuelle du niveau marin (S) de 1,5 mm/a et une pente de l’avant-côte (β) de 1 %, le recul du trait de côte (R) devrait être de 0,15 m/a, valeur n’expliquant que 4 % à 10 % des valeurs d’érosion mesurées. Ce sont donc bien les « imprudences anthropiques » qui sont en grande partie à l’origine du déficit sédimentaire des plages par le dérèglement du transit sédimentaire, la perturbation des échanges sédimentaires transversaux, les extractions de sables et la dégradation des herbiers de posidonies. Ces actions humaines expliquent l’ampleur des taux d’érosion mesurés, ces derniers ayant varié selon les plages de -1,4 à -4,1 ± 0,3 m/a et localement de -2 à -7,1± 0,3 m/a.

22Deux plages ont bien enregistré l’effet du dérèglement du transit sédimentaire. La première est celle située entre l’embouchure de l’oued Soltane et le premier brise-lame de l’Hôtel Solymar. A. Oueslati (2004), s’appuyant sur des photographies aériennes datant de 1948, sur la carte topographique au 1/50 000 publiée en 1954 et sur des mesures récentes de terrain, a comparé la position du Marabout de Sidi Ejjehmi par rapport au trait de côte : pendant la période 1948-1989, l’accumulation a régné le long de cette plage. Ce sont les apports sédimentaires de cet oued, de l’ordre de 0,3 Mt/a, et de la dérive littorale dominante E-W qui en sont responsables. Pendant la période 1988-1996, un renversement de tendance s’est manifesté et le recul côtier a atteint le taux élevé de -4,5 ± 1,5 m/a. En se basant sur des mesures faites sur le terrain en février 2003 et février 2004 et sur la photographie n° 223 de la mission de 1996, A. Oueslati (2004) a comparé la position de l’extrémité de la rue principale d’un lotissement en cours de construction, arrivant à la conclusion que cette plage a continué à s’éroder considérablement (-5 m/a) au cours de la période 1996-2004. L’auteur affecte cette tendance érosive aigue, caractérisant la période 1988-2004, surtout à la construction en 1989 de deux brise-lames pour la protection de l’Hôtel Solymar (fig. 11). En créant un secteur de calme entre eux et le trait de côte, les brise-lames provoquent un effet de freinage de la dérive littorale, qui dépose sa charge sous la forme d’un saillant triangulaire ; au-delà, l’arrêt de l’alimentation en sédiments provoque une érosion (Paskoff, 1998). La seconde plage est située entre les premiers brise-lames de l’Hôtel Solymar et de Soliman. Durant la période 1974-1996, cette plage a enregistré un recul de -3 ± 0,5 m/a. A. Oueslati (2004) a confirmé globalement cette tendance régressive par des observations in situ, constatant que l’extrémité occidentale de la rue de la Corniche, qui donnait sur le bourrelet de l’avant-dune en 1991, donne aujourd’hui directement sur la mer alors que des poteaux d’une ligne électrique, situés loin du rivage en 1993, se sont trouvés « dans l’eau » dès 1998. Se basant également sur des mesures faites in situ en février 2003 et février 2004 et sur la photographie n° 221 de la mission de 1996, l’auteur a suivi une construction isolée et est arrivé à la conclusion que le rivage a continué à reculer à un rythme élevé (-5 m/a) sur la période 1996-2004. À l’instar de la dernière plage, A. Oueslati (2004) attribue cette tendance érosive sévère, caractéristique de la période 1974-2004, à la construction entre 1988 et 1989 de trois brise-lames à Soliman (fig. 12). L’effet de la perturbation des échanges sédimentaires sur le profil de plage s’est bien manifesté au niveau de la plage entre le premier brise-lame de Soliman et la ville du même nom. Durant la période 1974-1996, le recul du rivage a atteint -5,7 ± 0,5 m/a et la plage a quasiment disparu. Ce sont les constructions urbaines massives, empiétant sur l’avant-dune, qui expliquent largement cette tendance régressive aigue (fig. 12). En effet, de telles constructions sont un facteur de déséquilibre sédimentaire en détruisant le mécanisme d’autodéfense de plage (Paskoff, 1998 ; Oueslati, 2004) dans la mesure où une partie des sédiments du système sableux est immobilisée : les sédiments que la mer ne peut plus prélever sur l’avant-dune lors des fortes tempêtes (avant de les ramener en période d’accalmie) sont définitivement perdus pour le système littoral. Deux autres actions anthropiques non négligeables ont également participé au recul de la ligne de rivage. En premier lieu, on distingue les prélèvements de sables des estrans, des dunes et même des cours d’eau. Ces prélèvements ont connu, après les années 1970 et 1980, une augmentation impressionnante suite à la multiplication et la densification des espaces bâtis au bord et aux dépens des plages (Oueslati, 2004). En second lieu, la pollution et le chalutage illicite dans les profondeurs interdites, très remarquables durant les trois dernières décennies du XXe siècle, dégradent en particulier les herbiers de posidonies (Oueslati, 2004), qui sont bien répandus dans les fonds des plages concernées par l’érosion (Daly Yahia et al., 2003).

23En ce qui concerne la stabilité des plages entre le premier brise-lame d’Ezzahra et l’embouchure de l’oued Soltane, elle est attribuée majoritairement au fait 1) que les plages sont encore naturelles, loin de l’urbanisation en particulier, et 2) qu’elles ont bénéficié des apports sédimentaires de l’oued Soltane, véhiculés par la dérive littorale dominante E-W (fig. 13). De plus, dans le cas de la plage entre l’actuelle embouchure de l’oued Miliane et le premier brise-lame d’Ezzahra, le seul site du secteur d’étude où l’accumulation domine sur l’ensemble de la période d’étude, la tendance à l’accumulation (1974-1996) pourrait être attribuée aux apports des crues successives (octobre 1982, septembre 1986 et janvier 1990 ; Oueslati, 1999) qu’a connues Miliane et aux deux brise-lames d’Ezzahra : construits entre 1986 et 1987 et perturbant la dérive littorale W-E, ces brises-lames sont responsables d’une sédimentation en amont-dérive et d’une érosion en aval-dérive (fig. 14).

Fig. 10 – Comparaison des méthodes de mesure employées.
Fig. 10 Comparison of employed measurement methods.

Fig. 10 – Comparaison des méthodes de mesure employées.Fig. 10 – Comparison of employed measurement methods.

Fig. 11 – État de la plage entre l’embouchure de l’oued Soltane et le premier brise-lame de Solymar (photographie de 1996).
Fig. 11 – State of the beach between the mouth of wadi Soltane and the first breakwater of Solymar (photograph of 1996).

Fig. 11 – État de la plage entre l’embouchure de l’oued Soltane et le premier brise-lame de Solymar (photographie de 1996). Fig. 11 – State of the beach between the mouth of wadi Soltane and the first breakwater of Solymar (photograph of 1996).

1 : dérive littorale dominante ; 2 : sédimentation ; 3 : érosion ; 4 : extrémité de la rue principale d’un lotissement en cours de construction ; 5 : marabout de Sidi Ejjehmi.
1: dominant littoral drift; 2: sedimentation; 3: erosion; 4: the main street extremity of a plot under construction; 5: Sidi Ejjehmi marabou.

Fig. 12 – État de la plage entre le premier brise-lame de Solymar et la commune de Soliman (photographie de 1996).
Fig. 12 – State of the beach between the first breakwater of Solymar and Soliman district (photograph of 1996).

Fig. 12 – État de la plage entre le premier brise-lame de Solymar et la commune de Soliman (photographie de 1996). Fig. 12 – State of the beach between the first breakwater of Solymar and Soliman district (photograph of 1996).

1 : dérive littorale dominante ; 2 : érosion ; 3 : construction isolée mentionnée dans le texte ; 4 : extrémité occidentale de la rue de la corniche.
1: dominant littoral drift; 2: erosion; 3: isolated construction mentioned in the text; 4: western extremity of cornice street.

Fig. 13 – État de la plage entre le brise-lame de Hammam-Plage et l’embouchure de l’oued Soltane (photographie de 1996).
Fig. 13 – State of the beach between the breakwater of Hammam-Plage and the mouth of wadi Soltane (photograph of 1996).

Fig. 13 – État de la plage entre le brise-lame de Hammam-Plage et l’embouchure de l’oued Soltane (photographie de 1996).Fig. 13 – State of the beach between the breakwater of Hammam-Plage and the mouth of wadi Soltane (photograph of 1996).

Fig. 14 – État de la plage entre l’actuelle embouchure de l’oued Miliane et le premier brise-lame d’Ezzahra (photographie de 1996).
Fig. 14 – State of the beach between the current mouth of wadi Miliane and the first breakwater of Ezzahra (photograph of 1996).

Fig. 14 – État de la plage entre l’actuelle embouchure de l’oued Miliane et le premier brise-lame d’Ezzahra (photographie de 1996). Fig. 14 – State of the beach between the current mouth of wadi Miliane and the first breakwater of Ezzahra (photograph of 1996).

1 : dérive littorale dominante ; 2 : accumulation ; 3 : érosion.
1: dominant littoral drift; 2: accumulation; 3: erosion.

Conclusion

24Dans cette analyse de l’évolution du trait de côte, la prise en considération de la marge d’erreur s’est avérée particulièrement indispensable, permettant ainsi de fixer les limites des méthodes de mesure employées et d’éviter les analyses erronées. Sur la période d’étude (1962-1996), l’analyse des variations surfaciques du trait de côte a permis de mettre en évidence une nette variabilité spatio-temporelle. La plage comprise entre l’actuelle embouchure de l’oued Miliane et le premier brise-lame d’Ezzahra a montré une tendance à l’accumulation, les plages entre ce brise-lame et l’embouchure de l’oued Soltane une stabilité et les plages entre cette embouchure et Soliman une tendance à l’érosion. Les taux d’érosion les plus importants, enregistrés durant la période 1974-1996, ont varié entre -3 et -5,7 ± 0,5 m/a. L’analyse des transects de plage a aussi montré une oscillation spatio-temporelle de l’évolution de la ligne de rivage. L’avancée et le recul du rivage sont généralisés et irréguliers dans le cas des plages en accrétion et en érosion alors que les plages stables ont pu connaître pour certaines un recul et pour d’autres une avancée. Les vitesses d’érosion les plus élevées, enregistrées pendant la période 1974-1996, ont pu atteindre localement -10,7 ± 0,5 m/a. L’imprudence anthropique est le principal facteur responsable de l’érosion des plages par le dérèglement du transit sédimentaire dominant ; l’urbanisation, qui, en perturbant les échanges sédimentaires transversaux, détruit le mécanisme d’auto-défense de plage ; l’extraction de sables et la dégradation des herbiers de posidonies ont considérablement réduit le bilan sédimentaire de ces plages. Les plages en situation de stabilité morphologique sont encore naturelles, loin de l’urbanisation en particulier. Les apports sédimentaires de l’oued Miliane, second cours d’eau exoréique du pays, expliquent la situation de l’unique plage en accrétion, surtout pendant les périodes de crues fluviales.

Nous tenons à remercier les relecteurs anonymes et Gilles Arnaud-Fassetta, rédacteur en chef de la revue, qui, par leurs remarques et leurs suggestions, nous ont aidés à améliorer le contenu de ce texte, ainsi que E.J. Anthony pour le fond scientifique et les traductions en langue anglaise.

Haut de page

Bibliographie

Aminti P., Cammelli C., Cappietti L., Jackson N.L., Nordstrom K.F., Pranzini E. (2004) – Evaluation of beach response to submerged groin construction at Marina Di Ronchi, Italy, using field data and a numerical simulation model. Journal of Coastal Research 33-1, 99-120.

Anders F.J., Byrnes M.R. (1991) – Accuracy of shoreline change rates as determined from maps and aerial photographs. Shore and Beach 59-1, 17-26.

Battjes J.A. (1974) − Surf similarity. Proceeding of 14th Coastal Engineering Conference. ASCE Press, Copenhagen, 466-480.

Belhédi A. (1996) – Littoralisation et mondialisation : l’état des lieux et les enjeux. Revue Tunisienne de Géographie, 30, 9-52.

Boak E.M., Turner I.L. (2005) – Shoreline definition and detection. A review. Journal of Coastal Research 21-4, 688-703.

Bouhafa T. (1985) Érosion et protection des plages du Golfe de Tunis. Mémoire de CAR de Géographie, université de Tunis, 100 p.

Bray M.J., Carter D.J., Hooke J.M. (1995) – Littoral cell definition and budgets for central southern England. Journal of Coastal Research 11-2, 381-400.

Bruun P. (1988) – The Bruun Rule of erosion by sea level rise: a discussion on large-scale two and three dimensional usages. Journal of Coastal Research 4-4, 627-648.

Calafat F.M., Gomis D. (2009) – Reconstruction of Mediterranean sea level fields for the period 1945-2000. Global and Planetary Change 66, 225-234.

Cohen O., Dolique F., Anthony E.D., Héquette A. (2002) – L’approche morphodynamique en géomorphologie littorale. In Baron-Yelles N., Goeldner-Gionella L., Velut S. (Ed.) Le littoral, regards, pratiques et savoirs. Études offertes à Fernand Verger. Editions Rue d’Ulm, Presses universitaires de l’École Normale Supérieure, Paris, 191-214.

Consulmar (2005) Étude générale pour la protection du littoral tunisien contre l’érosion marine. Avant-projet sommaire. Agence de Protection et d’Aménagement du Littoral, tome 1, 121 p.

Cooper N.J., Pethick J.S. (2005) – Sediment budget approach to addressing coastal erosion problems in St. Ouen’s Bay, Jersey, Channel Islands. Journal of Coastal Research 21-1, 112-122.

Daly Yahia M.N., Goy J., Daly Yahia-Kéfi O. (2003) − Distribution et écologie des Méduses (Cnidaria) du Golfe de Tunis (Méditerranée sud occidentale). Oceanologica Acta 26, 645-655.

Dean R.D. (1973) – Heuristic models of sand transport in the surf zone. Proceedings of the engineering dynamics in the surf zone. Institution of Engineers, Sydney, 208-214.

Dehouck A. (2006) Morphodynamique des plages sableuses de la mer d’Iroise (Finistère). Thèse de doctorat de géographie physique, université de Bretagne Occidentale, 262 p.

Dolan R., Fenster S.M., Homes S.J. (1991) − Temporal analysis of shoreline recession and accretion. Journal of Coastal Research 7-3, 723-743.

Durand P. (2000) – Approche méthodologique pour l’analyse de l’évolution des littoraux sableux par photo-interprétation. Exemple des plages situées entre les embouchures de l’Aude et de l’Hérault (Languedoc, France). Photo-interprétation, 1-2, 3-52.

Durand P., Heurtefeux H. (2005) – Impact de l’élévation du niveau marin sur l’évolution future d’un cordon littoral lagunaire : une méthode d’évaluation ; exemple des étangs de Vic et de Pierre Blanche (littoral méditerranéen, France). Zeitschrift für Geomorphologie 50-2, 221-243.

El Abdellaoui J.E., Ozer A. (2007) – Étude diachronique et historique de l’évolution du trait de côte de la baie de Tanger (Maroc). Télédétection, 7, 1-2-3-4, 157-171.

El Arrim A. (1996) Étude de l’impact de la dynamique sédimentaire et des aménagements sur la stabilité du littoral du Golfe de Tunis. Thèse de doctorat de géologie, université de Tunis El Manar, 208 p.

Faye I.-B., Hénaff A., Gourmelon F., Diaw A.-T. (2008) – Évolution du trait de côte à Nouakchott (Mauritanie) de 1954 à 2005 par photo-interprétation. Norois, 208, 11-27.

Hydrotecnica Portuguesa (1995) Étude générale pour la protection du littoral tunisien. Rapport I-II-III-IV et V, Ministère de l’Équipement et de l’Habitat, Tunisie, 300 p.

Inman D., Masters P. (1994) − Status of research on the nearshore. Shore and Beach 62, 11-20.

Institut National de la Statistique (2009) – Recensement général de la Tunisie (en arabe).

Khali A. (2002) L’évolution des plages de Tunis avant les tempêtes de 1981 : apports des archives. Revue Tunisienne de Géographie, 34, 115-148.

Kouki A. (1984) Contribution à l’étude de la dynamique sédimentaire dans le petit Golfe de Tunis. Thèse de 3ème cycle, université de Nantes, 168 p.

LCHF (1965) Plage de la Goulette. 2 tomes + cartes et diagrammes.

LCHF (1982)Protection des plages sud de Tunis. 2ème partie, 37 p.

Leatherman S.P. (2003) – Shoreline change mapping and management along the U.S. East coast. Journal of Coastal Research Special Issue 38, 5-13.

Lombard A. (2005)Les variations actuelles du niveau de la mer : observations et causes. Thèse de doctorat d’océanographie Spatiale, université de Toulouse 3, 154 p.

Louati M., Zargouni F. (2009) – Modélisation topo-bathymétrique et transit sédimentaire. Exemple des plages sableuses de la baie de Tunis, Nord-Est de la Tunisie. Géomorphologie : relief, processus, environnement 3, 211-222.

Makota V., Sallema R., Mahika C. (2004) – Monitoring shoreline change using remote sensing and GIS: A case study of Kunduchi area, Tanzania. Western Indian Ocean Journal Marine Sciences 3-1, 1-10.

Morton R.A., Miller T., Moore L. (2005) – Historical shoreline changes along the U.S. Gulf of Mexico: a summary of recent shoreline comparisons and analyses. Journal of Coastal Research 21, 704-709.

Oueslati A. (1999) Les inondations en Tunisie. Orbis, Tunis, 268 p.

Oueslati A. (2004)Littoral et aménagement en Tunisie. Orbis, Tunis, 534 p.

Paskoff R. (1998)Les littoraux : impacts des aménagements sur leur évolution. Armand Colin, Paris, 3e édition, 257 p.

Pirazzoli P.A. (1986) – Secular trends of relative sea level change indicated by tide gauge record. Journal of Coastal Research Special Issue 1, 1-26.

Robin M. (2002) – Télédétection et modélisation du trait de côte et de sa cinématique. In Baron-Yelles N., Goeldner-Gionella L., Velut S. (Ed.) Le littoral, regards, pratiques et savoirs. Études offertes à Fernand Verger. Editions Rue d’Ulm, Presses universitaires de l’École Normale Supérieure, Paris, 95-115.

Rodriguez E.L., Dean R.G. (2009) – A sediment budget analysis and management strategy for Fort Pierce Inlet, Florida. Journal of Coastal Research 25-4, 870-883.

Rogers S.S., Sandweiss D.H., Maasch K.A., Belknap D.F., Agouris P. (2004) – Coastal change and beach ridges along the Northwest coast of Peru: image and GIS analysis of the Chira, Piura, and Colàn beach ridge plains. Journal of Coastal Research 20, 1102-1125.

Różyński G. (2004) – Long-term shoreline response of a non-tidal, barred coast. Coastal Engineering 52, 79-91.

Sabatier F., Suanez S. (2003) – Evolution of the Rhône delta coast since the end of the 19th century. Géomorphologie : relief, processus, environnement 4, 283-300.

Sliti M. (1990) Fonctionnement des brise-lames dans le système marin littoral du Golfe de Tunis. Thèse de 3ème cycle de géologie, université Bordeaux 1, 222 p.

SOGREAH (1975) Étude de l’engraissement des plages nord de Tunis. Rapport du Ministère de l’Équipement et de l’Habitat, Tunisie, Tome 3, 105 p.

SOGREAH (1992) Réhabilitation et protection des plages sud de Tunis et de Mahdia. Rapport du Ministère de l’Équipement et de l’Habitat, Tunisie, 60 p.

Stafford D.B., Langfelder J. (1971) – Air photo survey of coastal erosion. Photogrammetric Engineering 37, 565-575.

Stauble D.K. (2003) – The use of shoreline change mapping in coastal engineering project assessment. Journal of Coastal Research Special Issue 38, 178-206.

Thieler E.R., Danforth W.W. (1994) – Historical shoreline mapping (I): improving techniques and reducing positioning errors. Journal of Coastal Research 10-3, 549-563.

Thieler E.R., Martin D., Ergul A. (2003) The digital shoreline analysis system, version 2.0: Shoreline change measurement software extension for ArcView. U.S. Geological Survey Open-File Report 03-076 (http://woodshole.er.usgs.gov/projectpages/dsas/).

Thomas Y.-F., Diaw A.-T. (1997) – Suivi (1984-1993) de la rupture de la flèche de Sangomar, estuaire du Saloum, Sénégal. Photo-interprétation, 35, 3-4, 199-204.

Tsimplis M., Marcos M., Somot S., Barnier B. (2008) – Sea level forcing in the Mediterranean Sea between 1960 and 2000. Global and Planetary Change 63, 325-332.

Haut de page

Annexe

Abridged English version

The analysis of multi-temporal remote sensing data in a geographical information system (GIS) environment is increasingly used to evaluate the dynamics and stability of sandy beaches. This approach is particularly useful in the formulations of guidelines on beach management. The goal of this paper, focused on beaches located between the present mouth of wadi Miliane and Soliman (Tunis Bay, Northeast Tunisia; fig. 2), is to determine beach evolution patterns and their underlying causes in a context of strong anthropogenic pressures, using vertical aerial photographs covering the period from 1962 to 1996 (tab. 1).

The photographs were first scanned and saved in TIFF format with a resolution of 1 m in order to maintain their quality and obtain a high level of precision of shoreline change. Following this, the photographs were converted to IMG format and those with poor contrast enhanced using the histogram equalisation or linear stretching tools of Erdas IMAGINE ver.9.2. The photographs were then geo-referenced using the polynomial model, as in the majority of studies (e.g., Durand, 2000; Sabatier and Suanez, 2003; Durand and Heurtefeux, 2005; El Abdellaoui and Ozer, 2007). More than ten ground control points (GCPs), selected from the digital topographic map of 1983 at the scale of 1:25,000, were placed on every photograph. Finally, the high water line (HWL) was digitised using Arc-View GIS ver.3.3. Following the acquisition of a series of HWL, two types of analysis were realised. The first is the surface variation analysis (SVA) which yields for each beach the mean shoreline displacement (in m2/a) and the associated linear change, estimated by dividing this displacement by the digitised shoreline length (Aminti et al., 2004; Rogers et al., 2004). The second is the transects-based analysis (TBA; Różyński, 2004; Morton et al., 2005), provided by the Digital Shoreline Analysis System (DSAS, ver.2.2), a free Arc-View GIS ver.3.x extension available from the USGS (Thieler et al., 2003), and which allows calculation of the linear shoreline change rates within each beach. These types of analysis have a range of uncertainty and quantifying results that are statistically significant is critical to shoreline change studies (Thieler et al., 1994). As in studies of this type (Anders and Byrnes, 1991; Durand, 2000; Robin, 2002; Durand and Heurtefeux, 2005; Faye et al., 2008), the potential sources of errors are the localisation of GCP, photograph geo-referencing, HWL digitising and short-term oscillations of the HWL. They all generate an uncertainty band of almost ±12 m.

Over the study period (1962-1996), the SVA revealed a clear space-time variability of shoreline evolution. Regarding longshore variations, the beach situated between the present mouth of wadi Miliane and the first breakwater of Ezzahra displayed an accretion tendency (fig. 3), with a rate of 2483±498 m2/a or 1.8±0.3 m/a, whereas the beaches forming the strip between this breakwater and the mouth of wadi Soltane have been stable (fig. 4 to fig. 6), and those between this wadi mouth and Soliman in erosion with rates of -1011±248 m2/a or -1.4±0.3 m/a (fig. 7), -2956±523 m2/a or -2±0.3 m/a (fig. 8), and -5014±430 m2/a or -4.1±0.3 m/a (fig. 9). Over time, the most important erosion rates were recorded during the 1974-1996 period. The TBA showed also a strong space-time variability in shoreline evolution. Alongshore, shoreline advance or retreat were generalised and irregular in the case of the accreting and eroding beaches, whereas in the situation of the stable beaches, generally some segments regressed and others accreted. On the temporal basis, it is remarkable that during the 1974-1996 period, the erosion rate reached locally -10.7±0.5 m/a.

Human activities are the main factor responsible for beach erosion through disturbance of the dominant longshore sediment transport, disruption of sediment exchanges in the beach profile, sand extraction, and deterioration of Posidonia oceanica colonies (Paskoff, 1998; Daly Yahia et al., 2003; Oueslati, 2004). Beaches in a situation of stability have generally remained natural, far from urbanisation in particular. Sediment supply by wadi Miliane, especially during the floods of October 1982, September 1986 and January 1990 (Oueslati, 1999), explains the situation of the only beach in accretion.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Cellules sédimentaires identifiées.Fig. 1 – Identified sediment cells.
URL http://geomorphologie.revues.org/docannexe/image/10257/img-1.png
Fichier image/png, 685k
Titre Fig. 2 – Localisation du secteur d’étude.Fig. 2 – Location of the study sector.
URL http://geomorphologie.revues.org/docannexe/image/10257/img-2.png
Fichier image/png, 255k
URL http://geomorphologie.revues.org/docannexe/image/10257/img-3.png
Fichier image/png, 1,9k
Titre Fig. 3 – Évolution de la plage entre l’actuelle embouchure de l’oued Miliane et le premier brise-lame d’Ezzahra (cellule 1). Fig. 3 Evolution of the beach between the current mouth of wadi Miliane and the first breakwater of Ezzahra (cell 1).
Légende 1 : position du trait de côte en 1962 ; 2 : position du trait de côte en 1974 ; 3 : position du trait de côte en 1988 ; 4 : position du trait de côte en 1996.1: shoreline position in 1962; 2: shoreline position in 1974; 3: shoreline position in 1988; 4: shoreline position in 1996.
URL http://geomorphologie.revues.org/docannexe/image/10257/img-4.png
Fichier image/png, 226k
Titre Fig. 4 – Évolution de la plage entre les premiers brise-lames d’Ezzahra et de Hammam-Lif (cellule 2). Fig. 4 Evolution of the beach between the first breakwaters of Ezzahra and Hammam-Lif (cell 2).
Légende 1 : position du trait de côte en 1962 ; 2 : position du trait de côte en 1974 ; 3 : position du trait de côte en 1988 ; 4 : position du trait de côte en 1996.1: shoreline position in 1962; 2: shoreline position in 1974; 3: shoreline position in 1988; 4: shoreline position in 1996.
URL http://geomorphologie.revues.org/docannexe/image/10257/img-5.png
Fichier image/png, 134k
Titre Fig. 5 – Évolution de la plage entre le premier brise-lame de Hammam-Lif et le brise-lame de Hammam-Plage (cellule 3). Fig. 5 Evolution of the beach between the first breakwater of Hammam-Lif and the breakwater of Hammam-Plage (cell 3).
Légende 1 : position du trait de côte en 1962 ; 2 : position du trait de côte en 1974 ; 3 : position du trait de côte en 1988 ; 4 : position du trait de côte en 1996.1: shoreline position in 1962; 2: shoreline position in 1974; 3: shoreline position in 1988; 4: shoreline position in 1996.
URL http://geomorphologie.revues.org/docannexe/image/10257/img-6.png
Fichier image/png, 139k
Titre Fig. 6 – Évolution de la plage entre le brise-lame de Hammam-Plage et l’embouchure de l’oued Soltane (cellule 4). Fig. 6 Evolution of the beach between the breakwater of Hammam-Plage and the mouth of wadi Soltane (cell 4).
Légende 1 : position du trait de côte en 1974 ; 2 : position du trait de côte en 1988 ; 3 : position du trait de côte en 1996.1: shoreline position in 1974; 2: shoreline position in 1988; 3: shoreline position in 1996.
URL http://geomorphologie.revues.org/docannexe/image/10257/img-7.png
Fichier image/png, 135k
Titre Fig. 7 – Évolution de la plage entre l’embouchure de l’oued Soltane et le premier brise-lame de Solymar (cellule 5). Fig. 7 – Evolution of the beach between the mouth of wadi Soltane and the first breakwater of Solymar (cell 5).
Légende 1 : position du trait de côte en 1962 ; 2 : position du trait de côte en 1974 ; 3 : position du trait de côte en 1988 ; 4 : position du trait de côte en 1996.1: shoreline position in 1962; 2: shoreline position in 1974; 3: shoreline position in 1988; 4: shoreline position in 1996.
URL http://geomorphologie.revues.org/docannexe/image/10257/img-8.png
Fichier image/png, 160k
Titre Fig. 8 – Évolution de la plage entre les premiers brise-lames de Solymar et Soliman (cellule 6). Fig. 8 Evolution of the beach between the first breakwaters of Solymar and Soliman (cell 6).
Légende 1 : position du trait de côte en 1962 ; 2 : position du trait de côte en 1974 ; 3 : position du trait de côte en 1996.1: shoreline position in 1962; 2: shoreline position in 1974; 3: shoreline position in 1996.
URL http://geomorphologie.revues.org/docannexe/image/10257/img-9.png
Fichier image/png, 147k
Titre Fig. 9 – Évolution de la plage entre le premier brise-lame de Soliman et la commune de Soliman (cellule 7). Fig. 9 – Evolution of the beach between the first breakwater of Soliman and Soliman district (cell 7).
Légende 1 : position du trait de côte en 1962 ; 2 : position du trait de côte en 1974 ; 3 : position du trait de côte en 1996.1: shoreline position in 1962; 2: shoreline position in 1974; 3: shoreline position in 1996.
URL http://geomorphologie.revues.org/docannexe/image/10257/img-10.png
Fichier image/png, 138k
Titre Fig. 10 – Comparaison des méthodes de mesure employées.Fig. 10 Comparison of employed measurement methods.
URL http://geomorphologie.revues.org/docannexe/image/10257/img-11.png
Fichier image/png, 235k
Titre Fig. 11 – État de la plage entre l’embouchure de l’oued Soltane et le premier brise-lame de Solymar (photographie de 1996). Fig. 11 – State of the beach between the mouth of wadi Soltane and the first breakwater of Solymar (photograph of 1996).
Légende 1 : dérive littorale dominante ; 2 : sédimentation ; 3 : érosion ; 4 : extrémité de la rue principale d’un lotissement en cours de construction ; 5 : marabout de Sidi Ejjehmi.1: dominant littoral drift; 2: sedimentation; 3: erosion; 4: the main street extremity of a plot under construction; 5: Sidi Ejjehmi marabou.
URL http://geomorphologie.revues.org/docannexe/image/10257/img-12.png
Fichier image/png, 524k
Titre Fig. 12 – État de la plage entre le premier brise-lame de Solymar et la commune de Soliman (photographie de 1996). Fig. 12 – State of the beach between the first breakwater of Solymar and Soliman district (photograph of 1996).
Légende 1 : dérive littorale dominante ; 2 : érosion ; 3 : construction isolée mentionnée dans le texte ; 4 : extrémité occidentale de la rue de la corniche.1: dominant littoral drift; 2: erosion; 3: isolated construction mentioned in the text; 4: western extremity of cornice street.
URL http://geomorphologie.revues.org/docannexe/image/10257/img-13.png
Fichier image/png, 406k
Titre Fig. 13 – État de la plage entre le brise-lame de Hammam-Plage et l’embouchure de l’oued Soltane (photographie de 1996).Fig. 13 – State of the beach between the breakwater of Hammam-Plage and the mouth of wadi Soltane (photograph of 1996).
URL http://geomorphologie.revues.org/docannexe/image/10257/img-14.png
Fichier image/png, 253k
Titre Fig. 14 – État de la plage entre l’actuelle embouchure de l’oued Miliane et le premier brise-lame d’Ezzahra (photographie de 1996). Fig. 14 – State of the beach between the current mouth of wadi Miliane and the first breakwater of Ezzahra (photograph of 1996).
Légende 1 : dérive littorale dominante ; 2 : accumulation ; 3 : érosion.1: dominant littoral drift; 2: accumulation; 3: erosion.
URL http://geomorphologie.revues.org/docannexe/image/10257/img-15.png
Fichier image/png, 369k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Mourad Louati et Fouad Zargouni, « Le littoral entre l’actuelle embouchure de l’oued Miliane et Soliman, Tunisie. Analyse de l’évolution du trait de côte par photo-interprétation et système d’information géographique », Géomorphologie : relief, processus, environnement, vol. 19 - n° 2 | 2013, 209-224.

Référence électronique

Mourad Louati et Fouad Zargouni, « Le littoral entre l’actuelle embouchure de l’oued Miliane et Soliman, Tunisie. Analyse de l’évolution du trait de côte par photo-interprétation et système d’information géographique », Géomorphologie : relief, processus, environnement [En ligne], vol. 19 - n° 2 | 2013, mis en ligne le 26 août 2015, consulté le 18 octobre 2017. URL : http://geomorphologie.revues.org/10257 ; DOI : 10.4000/geomorphologie.10257

Haut de page

Auteurs

Mourad Louati

Laboratoire de géomatique et de géologie structurale et appliquée – Département de géologie – Faculté des Sciences de Tunis – Université de Tunis El Manar – Campus universitaire – 2092 Tunis – Tunisie (mouradloua@yahoo.com).

Articles du même auteur

Fouad Zargouni

Laboratoire de géomatique et de géologie structurale et appliquée – Département de géologie – Faculté des Sciences de Tunis – Université de Tunis El Manar – Campus universitaire – 2092 Tunis – Tunisie (fouadzargouni@yahoo.fr).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Groupe français de géomorphologie

Haut de page
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Groupe français de géomorphologie
  • Revues.org