Navigation – Plan du site

Cartographie de l’occupation des sols en relation avec les mouvements gravitaires et le ravinement dans le Rif nord-occidental (Maroc)

Land use mapping and its relation to mass wasting and gullying in North-Western Rif (Morocco)
Mohamed Mastere, Brigitte Van Vliet-Lanoë et Lahsen Ait Brahim
p. 335-352

Résumés

Différents travaux ont traité de la cartographie et de l’analyse de l’occupation des sols (OS) au Maroc nord-occidental. Toutefois, aucune analyse quantitative ou qualitative n’a été effectuée sur l’interrelation existante entre les mouvements gravitaires (MG) et l’OS. Cet article s’intéresse à la cartographie et à la caractérisation des MG et des badlands (BL) dans la province de Chefchaouen (Maroc nord-occidental), et à l’analyse de leur relation spatiale avec les différentes classes d’OS. Les MG dominants du secteur sont les glissements, les écroulements, les coulées de débris et les sapements de berge. Les badlands (BL) ne sont pas en soi des MG mais ils sont caractérisés par une succession de talwegs et de crêtes liés à une érosion linéaire, générant une perte de terres agricoles ; c’est raison pour laquelle leur localisation et leur extension sont également analysées. L’OS est caractérisée par la forêt dense, le matorral ou maquis, les terrains reboisés, les terrains agricoles sensu stricto, les terrains nus, les zones urbanisées et les plans d’eau. L’analyse de la distribution spatiale des MG en fonction de l’OS montre que les fortes fréquences de MG et BL sont liées aux terres agricoles (45 %), les zones forestières denses subissant un défrichement accru (24 %) et les zones de maquis (11 %), en raison du caractère discontinu de leur végétation. Les glissements, les sapements de berge et les badlands sont omniprésents sur les terrains agricoles. Quant aux coulées de débris et aux écroulements, ils se développent là où les massifs rocheux (calcaires, grès, et quartzites) dominent, en association avec un mélange de matorrals et d’îlots de forêt dense.

Haut de page

Notes de la rédaction

Article soumis le 29 janvier 2012, accepté le 3 mai 2013.

Texte intégral

Ce travail a été réalisé dans le cadre de l’action intégrée N° AI-192-08 entre l’Institut Universitaire Européen de la Mer (Brest, France) et la Faculté des sciences d’El Jadida, en collaboration avec la Faculté des Sciences de Rabat. La recherche a été financée par une allocation de recherche EGIDE (partenariat Huber Curien Volubilis 17174P), d’une part, et un financement du gouvernement marocain géré par le CNRST (contrat E-22, 2009), d’autre part. Les auteurs remercient les relecteurs anonymes pour leurs remarques justifiées et fort constructives, qui ont permis d’améliorer la qualité de cet article.

Introduction

1Les régions montagneuses du Nord-Ouest de l’Afrique sont caractérisées par des précipitations hivernales élevées, responsables d’une évolution importante des versants avec développement de mouvements gravitaires (MG), tels que des glissements de terrain, des coulées de débris, des écroulements et des ravinements intenses ou badlands (BL) (Mastere, 2011). À ces phénomènes s’ajoutent les processus d’érosion de grande ampleur (Heusch, 1970 ; Arnoldus, 1977 ; Sabir et al., 2000 ; Lahmar et Ruellan, 2007) du fait de la forte agressivité des précipitations. Ceci se manifeste au niveau des bassins versants des régions montagneuses du Nord-Ouest de l’Afrique par une zone amont dénudée et appauvrie de l’horizon arable des sols, alors que la partie aval souffre d’un surplus hydrique. Suite à cette dégradation, l’ensemble du bassin-versant perd de sa capacité d’infiltration et d’emmagasinement de l’eau. La capacité d’évacuation des eaux du réseau de drainage est souvent dépassée, accentuant ainsi l’impact érosif des cours d’eau (Roose, 1991 ; Naïmi et Bouadib, 1997 ; Sitteri, 1999).

2Ces phénomènes se trouvent de plus en plus amplifiés par le développement rapide de l’urbanisation et la sensibilité des terrains aux MG se trouve ainsi accrue, induisant des conséquences dramatiques pour les personnes et leurs biens. La perte annuelle moyenne en sols est estimée à environ 40 t.ha-1.a-1 (Ait Brahim et al., 2002). Dans ces régions, le paramètre occupation des sols (OS) est l’un des facteurs majeurs conditionnant l’occurrence des MG et des BL qui, généralement, se développent avec un changement de l’occupation des sols (Mastere, 2011). La couverture végétale arborée, en favorisant un ruissellement de sub-surface via la matte racinaire et un ancrage par enracinement profond, a un effet protecteur vis-à-vis du splash et constitue un facteur stabilisant et limitant pour l’érosion hydrique (Ziemer, 1981 ; Ketcheson et Stonehouse, 1983 ; King et al., 1996 ; Gérard et Gardner, 2002 ; Rey et al., 2004 ; Schiettecatte et al., 2008) et les MG sur les versants (Gérard et Gardner, 2002 ; Mastere, 2011), surtout si le substrat (argileux, argilo-marneux) présente des caractéristiques géotechniques médiocres en terme d’infiltration.

3Il est admis que la nature du couvert végétal et les systèmes de culture pratiqués constituent deux importants paramètres pour réduire les risques d’érosion et les MG (Tribak, 1990 ; Roose, 1994). La végétation constitue un facteur de régulation thermique car elle permet de réduire les écarts journaliers, réduisant ainsi la désagrégation mécanique des roches due à la gélifraction et à la thermoclastie (Auzet, 1987 ; Rovéra et al., 1999) et la déchirure de la matte racinaire. Comme c’est le cas dans la province de Chefchaouen, la végétation permet de lutter contre les MG, les BL et l’érosion, par fixation des sols grâce aux systèmes racinaires (Handel et al., 1997), en permettant d’améliorer la cohésion des sols, donc de renforcer leurs propriétés mécaniques (Sanchez et Puig De Fabregas, 1994 ; Van-Dijk et al., 1996). Elle favorise l’infiltration de sub-surface des pluies (drainage oblique), souvent torrentielles dans la région, au détriment de la saturation profonde en eau de la roche-mère des sols. En absence de couverture végétale, en revanche, les roches se saturent en eau par infiltration directe (fractures et fissures de retrait), en deçà des limites de plasticité, ce qui favorise le cisaillement interne en partie à l’origine de l’initiation d’un MG.

4L’objectif de ce travail est de se focaliser sur le rôle de l’OS dans la stabilité des versants dans le contexte montagneux de l’Afrique du Nord (Rif Occidental, Maroc), sans pour autant omettre l’action que peuvent jouer les autres paramètres de prédisposition dans la genèse des MG. Dans une telle démarche, les outils géomatiques (MNT, techniques d’analyse spatiale, systèmes d’information géographique – SIG) s’avèrent parfaitement adaptés. Notre travail a été conduit en deux grandes étapes : la cartographie de l’OS de la province de Chefchaouen a d’abord été menée par l’intégration de données multi-sources. Ensuite, la superposition et le croisement des MG et des BL avec l’OS ont été réalisés sous ArcGis 10, ce qui nous a permis d’analyser la distribution spatiale des différents phénomènes. Celle-ci a été matérialisée par des résultats géostatistiques.

Secteur d’étude : la province de Chefchaouen

5La province de Chefchaouen (chef-lieu : Chefchaouen) se situe dans la partie nord-occidentale du Maroc et du continent africain (fig. 1A et B) et appartient administrativement à la région économique de Tanger – Tétouan (fig. 1C et D). Le secteur d’étude est limité au nord par la mer d’Alboran sur une longueur d’environ 120 km.

Fig. 1 Situation du secteur d’étude.
Fig. 1 – Location map.

Fig. 1 – Situation du secteur d’étude. Fig. 1 – Location map.

A : Position du Maroc sur la planisphère terrestre ; B : Carte du Maroc avec la partie nord-occidentale de la chaîne rifaine (carré noir) ; C : Limites administratives de la province de Chefchaouen (polygone noir) avec 16 : région de Tanger – Tétouan ; 15 : région de Taza – Al Hoceima – Taounate ; D : Modèle Numérique d’Altitude (MNA) de la province de Chefchaouen généré automatiquement à partir des données ASTER GDEM.
A: Morocco’s position on the map of the globe; B: Morocco with the black square that shows the northwestern part of the Rifain belt; C: Administrative limits of the Chefchaouen province (black polygon) with 16: Tangier – Tetoua region; 15: Taza – Al Hoceima –Taounate region; D: DEM of the Chefchaouen province automatically generated from ASTER GDEM data.

Cadre géologique

6Le secteur d’étude fait partie de l’édifice rifain situé au nord-ouest du Maroc (fig. 1). Ce domaine constitue la terminaison occidentale de la chaîne alpine des Maghrébides qui affleure le long de la côte méditerranéenne de l’Afrique du Nord depuis la Calabre jusqu’à l’Arc de Gibraltar (Durand-Delga, 1972 ; Didon et al., 1973 ; Chalouan, 1986 ; Chalouan et al., 2008). Au niveau de la province de Chefchaouen affleurent les trois domaines structuraux qui caractérisent l’ensemble de la chaîne rifaine, limités entre eux par de grands accidents chevauchants à vergence NW (fig. 2) : 1) le Rif interne, subdivisé par un complexe structural formé de trois nappes, à savoir les Sebtides, les Ghomarides et la Dorsale calcaire ; 2) le domaine des flyschs, structuré en un complexe de nappes empilées à partir de la déformation d’un sillon initial subsident, le ‘Flysch Trough’ : la nappe du Jbel Tisirène, d’âge fini-jurassique-début crétacé, la nappe de Beni Ider, d’âge paléogène à burdigalien, les unités Pré-Dorsaliennes et la nappe des grès à faciès numidien, de même âge que l’unité précédente ; 3) le domaine externe, contrastant avec les domaines précédents par la nature de ses matériaux essentiellement marneux, marno-schisteux et argileux. Il a été intensément déformé (Lespinasse, 1975). Ce domaine est représenté dans le secteur par la zone intra-rifaine, en particulier par l’unité externe de Kétama-Tanger, et l’unité interne de Tanger.

7L’analyse de la fracturation et des données géotechniques montrent que l’infiltration de l’eau le long des différents types de fractures et de certaines formations géologiques du secteur d’étude (alternances calcaires-argiles et argiles-marnes sensibles aux variations de teneur en eau) entraîne l’accroissement des pressions interstitielles en profondeur, ce qui réduit automatiquement la résistance au cisaillement des formations à caractéristiques mécaniques médiocres. Ceci se traduit par une instabilité de terrain dont l’action est accentuée au niveau des versants avec des pentes supérieures à 20° (Mastere et al., 2011).

Fig. 2 Cadre géologique de la chaîne Rifaine avec la localisation du secteur d’étude (polygone noir).
Fig. 2 – Geological setting of Rifain belt with the location of the study area (black polygon).

Fig. 2 – Cadre géologique de la chaîne Rifaine avec la localisation du secteur d’étude (polygone noir).Fig. 2 – Geological setting of Rifain belt with the location of the study area (black polygon).

1 : mer ; 2 : avant-pays ; 3 : Dorsale Calcaire ; 4 : nappes de flyschs ; 5 : Sebtides et Ghomarides ; 6 : unité de Tanger – Kétama ; 7 : volcanisme néogène et quaternaire ; 8 : Méso-Rif ; 9 : Pré-Rif ; 10 : Intra-Rif ; 11 : terrains post-nappes ; 12 : villes.
1: sea; 2: foreland; 3: limestone ridge; 4: flysch thrusts; 5: Sebtides and Ghomarides; 6: Tangier – Ketama unit; 7: Neogene to Quaternary volcanism; 8: mezzo-Rif area; 9: pre-Rif area; 10: intra-Rif area; 11: post-thrusts terrains; 12: cities.

D’après Rampnoux et al., 1979, modifié.
From Rampnoux et al., 1979; modified.

Cadre géographique et géomorphologique

8D’un point de vue morphologique, la Province se situe dans l’une des parties les plus accidentées de la chaîne du Rif. Les montagnes qui s’y trouvent sont issues d’une structuration géologique relativement récente. La majorité de ces montagnes est formée par des crêtes siliceuses représentées par de grandes barres constituées de grès et de quartzites ainsi que des calcaires de la Dorsale, toutes très accidentées avec des sommets dépassant 2 000 m. À ces terrains résistants s’ajoutent des lithologies meubles, le plus souvent marneuses et occupant les pentes jusqu’aux drains. La partie aval des versants formés par des barres rocheuses est fréquemment recouverte par un tablier d’éboulis ou de grèzes litées. Ces dernières favorisent un drainage latéral des versants en relation avec des barrières capillaires liées au litage (Meilliez et Van Vliet Lanoë, 2008) et constituent une ressource essentielle de granulats pour la région.

9Ce contexte est associé à un climat à la fois méditerranéen et océanique ainsi qu’à la tectonique active de surrection du domaine rifain (Ait Brahim, 2003 ; Tahayt, 2008). Le résultat est une dynamique érosive intense à travers tout le secteur. La morphologie résultante se trouve donc caractérisée par des reliefs très accidentés marqués par l’encaissement des vallées au niveau des Sebtides, de fortes pentes, des dénivellations puissantes et des retombées en parois rocheuses des massifs, notamment sur le terrains de la Dorsale Calcaire et au niveau des grands contacts chevauchants, comme cela a été mentionné par G. Maurer (1968) puis A. El Gharbaoui (1981). Le relief du secteur est dominé par des formes imposantes à caractère montagneux dans la partie nord-est puis s’affaiblit en se dirigeant vers la partie externe de la chaîne où les pentes deviennent de plus en plus douces dans la partie sud-ouest, avec les roches plus tendres (fig. 1D). L’opposition climatique fondamentale entre les deux versants méditerranéen et atlantique est due à la configuration de la chaîne rifaine en relation avec le style éjectif de son plissement.

10Cette opposition se traduit par une brutalité des précipitations, plus forte sur le versant atlantique, une grande variabilité des températures et une diversité du couvert végétal. Le secteur d’étude s’étend de la ville de Jebha au nord-est à la ville d’Ouazzane au sud-ouest. Il peut être subdivisé en deux sous régions climatiques séparées par une barrière naturelle de haute montagne (Mastere, 2011) : 1) un climat humide et doux de basse montagne, s’étalant du pied de la Dorsale Calcaire et les crêtes des nappes structurales de Kétama et de Tisirène, jusqu’à la région d’Ouazzane. Cette région, dont l’altitude moyenne se maintient en dessous de 1 000 m, est très humide pendant l’hiver ; 2) un climat méditerranéen, marqué par un été chaud et sec et un hiver subhumide et froid, caractérisant la région qui s’étend à la partie de haute montagne de la Dorsale Calcaire et les nappes de Kétama et de Tisirène jusqu’à la limite littorale. En plus de ces deux principales subdivisions climatiques, il faut également distinguer un climat très humide et frais d’altitude, sur un domaine très restreint. Celui-ci se limite aux crêtes qui culminent entre 1 500 m et 2 000 m d’altitude et présentes essentiellement entre les deux régions de Bab-Taza et Bab-Berred. La figure 3 illustre les précipitations moyennes mensuelles calculées sur les dernières soixante-dix ans (entre 1941 et 2012) pour le secteur d’étude. Les maximas pluviométriques se situent en novembre et décembre, avec un maximum secondaire en janvier et février. Les mois les plus secs sont toujours juillet et août, ce dernier recevant néanmoins, surtout sur les reliefs, quelques orages qui peuvent être violents suite à la présence des nuages orographiques enclavés entre les sommets.

11Le secteur d’étude est l’un des plus peuplés du Maroc Nord-Occidental et du bassin méditerranéen. La province abrite 1,76 % de la population totale du Maroc (RGPH, 2004), avec une densité moyenne de 120 hab./km², soit une densité environ quatre fois plus élevée que celle enregistrée à l’échelle nationale (37 hab./km²). L’agriculture est la principale ressource des habitants de la province : elle emploie 85 % de la population active.

Fig. 3 – Variations des précipitations moyennes mensuelles de la station météorologique de Chefchaouen entre 1941 et 2012.
Fig. 3 – Changes in mean monthly rainfall of the Chefchaouen weather station between 1941 and 2012.

Fig. 3 – Variations des précipitations moyennes mensuelles de la station météorologique de Chefchaouen entre 1941 et 2012.Fig. 3 – Changes in mean monthly rainfall of the Chefchaouen weather station between 1941 and 2012.

Matériels et méthodologie générale

12Pour réaliser la carte d’occupation des sols, nous avons eu recours à la conception d’une base de données multi-sources. Celle-ci se compose de plusieurs couches, à savoir :

  • L’information concernant les essences forestières mises à notre disposition par le Haut-Commissariat des Eaux et Forêts et de la Lutte contre la Désertification (HCEFLCD). Cette couche a subi une actualisation par interprétation visuelle des données satellitaires très haute résolution de Spot 5 avec une résolution de 2,5 m. De plus, elle a fait l’objet de plusieurs fusionnements et ajustements dans un souci de simplification de la lecture.

  • Les zones urbaines, les terrains agricoles, les terrains nus et les surfaces d’eau ont été reconnus par 1) classification multi-spectrale supervisée des données satellitaires Landsat 7 ETM+ et 2) interprétation visuelle de l’imagerie satellitaire très haute résolution (Spot 5).

  • Le réseau routier a directement été extrait à partir de la couverture topographique IGN. Nous avons eu recours aux images satellitaires récentes pour actualiser cette couche d’information.

  • Ce travail a été complété par des données collectées sur le terrain dans le cadre d’un travail effectué pour le Haut-Commissariat des Eaux et Forêts et de la Lutte contre la Désertification (HCEFLCD) durant l’été 2010.

Cartographie de l’occupation des sols

L’occupation humaine

13La province est constituée de 40 communes au total, dont 33 rurales et 7 urbaines (fig. 4 A et B). Le nombre d’habitants actuels de la province est de l’ordre de 600 000. Les montagnes de la région sont peu habitées, la population se regroupe en toute logique là où se trouvent l’eau et les terres cultivables, généralement au pied des reliefs calcaires ou gréseux et dans les vallées. Selon le RGPH (2004), la population rurale représente 90,23 % de la population totale alors que la population urbaine ne dépasse guère 9,77 % dont plus de 30 % dans la commune urbaine de Chefchaouen. L'analyse multi-dates des images satellitaires (Spot 5) a mis en évidence une importante extension spatiale depuis les années 1980. Cette extension s’est faite sans schéma directeur d’aménagement ni plan d’occupation des sols. Ces extensions sont liées à une forte croissance démographique et à l’exode rural des paysans et des habitants des villages enclavés vers les autres endroits plus ouverts et relativement desservis par des routes. Ces nouvelles zones d’implantation humaine sont éparses et peuvent se situer tantôt sur les hauts sommets, qui peuvent atteindre jusqu’à 1 500 m d’altitude, tantôt sur des zones de plaines (< 900 m d’altitude). Les habitations situées au pied des versants de la Dorsale Calcaire et des grandes barres quartzitiques numidiennes illustrent ce phénomène. C’est le cas aussi des quartiers périphériques qui ont été construits anarchiquement sur des « replats » qui jouxtent les falaises et les grands escarpements de la Dorsale Calcaire (fig. 5A et B).

Fig. 4 – A : Noms, superficies, et densité de la population par commune. B : Distribution des communes rurales et urbaines du secteur d’étude.
Fig. 4 – A: Names, areas, and population density by municipality. B: Distribution of rural and urban communities in the study area.

Fig. 4 – A : Noms, superficies, et densité de la population par commune. B : Distribution des communes rurales et urbaines du secteur d’étude. Fig. 4 – A: Names, areas, and population density by municipality. B: Distribution of rural and urban communities in the study area.

1 : Communes rurales ; 2 : Communes Urbaines ; 3 : Principales villes.
1: urban communes; 2: rural communes; 3: Major cities.

(*) : RGPH (2004).
(*): RGPH (2004).

Fig. 5 – A et B : fermes localisées au pied de la Dorsale Calcaire (commune urbaine de Chefchaouen, 07/ 2011).
Fig. 5 – A and B: farms located at the foot of the Dorsale Calcaire (urban municipality, 2011/07).

Fig. 5 – A et B : fermes localisées au pied de la Dorsale Calcaire (commune urbaine de Chefchaouen, 07/ 2011). Fig. 5 – A and B: farms located at the foot of the Dorsale Calcaire (urban municipality, 2011/07).

Noter le tablier de grèzes litées en pied de parois (B).
Note the apron of stratified scree at the foot of the wall (B).

Auteur des clichés : M. Mastere, 2011.
Photos credit: M. Mastere, 2011.

Types de cultures

14D’après les levés de terrain et la base de données fournie par le Ministère de l’Agriculture et de la Pêche Maritime, trois types de pratiques agricoles ont été définis : 1) les cultures annuelles dominées par les céréales suivies par les légumineuses et les cultures fourragères. Les rendements sont variables mais peu élevés en moyenne. Ces types de cultures impliquent un sol nu en hiver ; 2) les cultures irriguées couvrent une superficie très réduite. Elles se répartissent sur un grand nombre de petites parcelles irriguées à partir des sources. Ces parcelles, peu importantes par leur extension, présentent cependant une valeur économique très appréciable ; 3) l’arboriculture est dominée par l’olivier, qui occupe une place importante en termes des recettes chez les paysans de la région.

La forêt : essences forestières et reboisement

15La diversité des reliefs et la grande variabilité annuelle des précipitations favorisent une couverture végétale très diversifiée et répartie en forêts, matorrals ou maquis, jachères et cultures. La dynamique de la dégradation des formations végétales se trouve souvent à l’origine des paysages composites. Les essences forestières essentielles sont le sapin (Abies alba), le cèdre (Cedrus atlantica), le chêne vert (Quercus ilex) et le pin maritime (Pinus pinaster). Deux autres espèces forestières secondaires peuvent être distinguées, à savoir le chêne zen (Quercus canariensis) et le pin d’Alep (Pinus halepensis). Cependant, et d’une manière générale, l’étagement de la végétation peut se répartir en fonction du relief et des précipitations (Benabid, 1994, 2000). La couverture végétale a été représentée par trois classes : forêt dense, matorral et terrains reboisés (fig. 7).

Les routes

16Les routes peuvent constituer l’un des paramètres anthropiques générateurs de MG, comme cela été démontré pour le glissement du versant de Bou Halla (Mastere, 2011 ; Mastere et al., 2011). Leur entaille dans le versant induit fréquemment une rupture de la pente d’équilibre naturel du versant. Elles peuvent aussi constituer des couloirs de circulation et d’infiltration des eaux, ce qui catalyse la formation des MG (fig. 6). Le secteur d’étude est desservi par trois types de routes (nationales, régionales et provinciales) constituant un réseau d’une longueur totale d’environ 653 km.

Fig. 6 – A : Carrières exploitant les formations de grèzes à l’aplomb du glissement de Bou Halla. B : Ecoulement de l’eau de la résurgence qui se fait parallèlement à la pente du versant. C : Ecoulement de l’eau de source canalisé artificiellement. D : Formations des grèzes litées.
Fig. 6 – A: Quarries exploiting the scree formations directly below the Bou Halla landslide.. B: Flow of the resurgence water that is made in parallel of the hillside slope. C: Flow of the spring water artificially channeled. D: Stratified scree formations.

Fig. 6 – A : Carrières exploitant les formations de grèzes à l’aplomb du glissement de Bou Halla. B : Ecoulement de l’eau de la résurgence qui se fait parallèlement à la pente du versant. C : Ecoulement de l’eau de source canalisé artificiellement. D : Formations des grèzes litées. Fig. 6 – A: Quarries exploiting the scree formations directly below the Bou Halla landslide.. B: Flow of the resurgence water that is made in parallel of the hillside slope. C: Flow of the spring water artificially channeled. D: Stratified scree formations.

Auteur des clichés : Mastere, 2011.
Photos credit: Mastere, 2011

Fig. 7 – Carte d’occupation des sols de la province de Chefchaouen.
Fig. 7 – Land-use map of Chefchaouen province.

Fig. 7 – Carte d’occupation des sols de la province de Chefchaouen. Fig. 7 – Land-use map of Chefchaouen province.

1 : terrains nus ; 2 : forêt dense ; 3 : matorral ; 4 : reboisement ; 5 : surface en eau ; 6 : terrains agricoles ; 7 : zones urbaines ; 8 : routes.
1: naked area; 2: dense forest; 3: shrubs; 4: reforestation areas; 5: free water bodies; 6: farmlands; 7: urban zones; 8: roads.

La carte d’OS de la province de Chefchaouen

17Les différentes couches précédemment décrites ont été superposées en utilisant la même référence spatiale à l’aide d’un SIG pour l’obtention de la carte d’OS de la province de Chefchaouen (fig. 7). La cartographie inclut les sept principales classes définies plus haut. L’analyse des superficies relatives de ces sept classes (fig. 8) montre que presque la moitié (45 %) de la superficie totale du secteur d’étude est occupée par les terrains agricoles. En second, viennent les terrains correspondant aux forêts (24,29 %). Ces forêts se répartissent sur l’ensemble du secteur, notamment dans les régions relativement accidentées et d’accès très difficile pour l’Homme (Dorsale Calcaire, massif de Beni Bouzera, terrains culminants de la nappe d’Ouazzane, nappe du grès numidien). Les matorrals ou maquis représentent la troisième classe en terme de superficie (11,27 %) et forment soit une sorte d’auréole autour des forêts, soit des zones bien individualisées, surtout dans la partie NE du secteur. Les terrains nus occupent 10,73 % de la superficie totale ; ils se présentent sous forme de couloirs perpendiculaires à la côte méditerranéenne. Les zones urbaines ou reboisées et les surfaces en eau occupent respectivement 4,25 %, 3,06 % et 1,27 % de la surface totale. Les deux tiers des zones reboisées et des surfaces en eau se concentrent au niveau de la région d’Ouazzane et ses alentours. Quant aux zones urbaines, elles sont éparses sur tout le secteur d’étude, avec des maximums au niveau des localités de Chefchaouen, Bab Barred et Bab Taza.

Fig. 8 – Fréquences des différentes classes d’occupation des sols de la province de Chefchaouen.
Fig. 8 – Frequencies of different land-use classes of the Chefchaouen province.

Fig. 8 – Fréquences des différentes classes d’occupation des sols de la province de Chefchaouen.Fig. 8 – Frequencies of different land-use classes of the Chefchaouen province.

Cartographie des mouvements gravitaires

18Les mouvements gravitaires peuvent être définis comme étant une manifestation de l’instabilité de la partie superficielle de la surface terrestre sous l’effet d’agents gravitaires et hydrauliques. Depuis les premières classifications des MG (Sharpe, 1938 ; Nemčok et al., 1972 ; Varnes, 1978 ; Hutchinson, 1988 ; Sassa, 1988), une grande variété de mouvements gravitaires a été reconnue en fonction de leur nature, de leur cinématique et de leur dynamique.

Classification des mouvements gravitaires dans le Rif Marocain

19Les nombreux auteurs ayant travaillé sur les MG dans le Rif Marocain (Millies-Lacroix, 1968 ; Fares, 1994 ; Mansour 1998 ; El Khattabi 2001 ; El Kharim 2002 ; El Khattabi et Carlier, 2004 ; Mansour et Ait Brahim, 2005 ; Sossey Alaoui 2005) ont généralement tous fait appel à la classification et aux définitions de D.J. Varnes (1978) ou à la version reprise et améliorée de celles-ci par D.M. Cruden et D.J. Varnes (1996). De cette dernière découle celles de J. Corominas (1989) et de J. Corominas et A. Garcia Yagüe (1997). Les géologues ingénieurs francophones optent pour la classification de G. Colas et G. Pilot (1976), qui dérive de celle proposée par A. Nemčok et al. (1972). Une vue d’ensemble sur ces travaux permet de conclure que trois types de classification peuvent être distingués. Le premier type est fondé sur la morphologie et la géométrie des mouvements de terrain ; le deuxième type est basé sur la cinématique ou la dynamique des phénomènes ; le troisième type combine la plupart des critères des deux précédentes classifications. Des divergences existent donc entre les différentes classifications. Cela concerne à la fois les volumes concernés, les matériaux affectés, les modes de déplacement et les conséquences qui peuvent en résulter. Ceci rend la tâche de classification des MG de notre secteur difficile à établir dans la mesure où la chaîne rifaine présente une grande variété de terrains, associée à une forte complexité morphologique. Cependant, en faisant appel à la classification et aux définitions fournies par l’Association Internationale des Géomorphologues (Dikau et al., 1996), associées aux travaux de synthèse élaborés par M.J. Selby (1993), nous avons pu mettre en place une typologie globale des MG pour l’ensemble de la région rifaine et pour notre secteur d’étude en particulier.

Inventaire des mouvements gravitaires de la province de Chefchaouen

20Toute étude de cartographie visant à étudier la relation entre les MG et un ou plusieurs paramètres qui régissent leur genèse dans un secteur donné, doit inévitablement être précédée par la collecte d’un maximum d’informations sur la position des MG hérités et actuels, ce qui revient à effectuer une cartographie dynamique et diachronique. Celle-ci permet d’enregistrer leurs emplacements qui constituent l’élément de base pour définir leurs types en relation avec leurs paramètres de prédisposition. Pour effectuer un inventaire des mouvements de terrain, plusieurs techniques peuvent se présenter, qui dépendent de la taille des phénomènes, de l’étendue de la zone d’étude, de l’échelle des cartes de base, des images satellitaires et des photographies aériennes, de la qualité et la précision des informations accessibles et des ressources disponibles pour mener à bien un tel travail (Guzzetti et al., 2000). 

21Etant donné l’étendue de la zone d’étude (5 086 km²) et la fréquence des MG, l’inventaire et la caractérisation de ces derniers se sont basés presqu’essentiellement sur l’interprétation visuelle des images satellitaires haute et très haute résolution (2,5 m), complétée par des traitements numériques sous SIG et des vérifications de terrain. Cette approche était motivée par le fait que la majorité des traces laissées par un mouvement de terrain sont d’ordre morphologique et peuvent résulter de changements de forme, de position ou d’apparence de la surface topographique, permettant ainsi leurs cartographie et leur classification à partir de l’interprétation et l’analyse des données spatiales (Varnes, 1978 ; Hansen, 1984 ; Hutchinson, 1988). Cela était conditionné par des observations et la vérification de plusieurs cas de MG sur le terrain. Ensuite, nous avons généralisé dans la mesure du possible les critères sur le reste des phénomènes puisque 1) la signature morphologique d’un mouvement de terrain dépend de la dynamique de la masse glissée et du volume déplacé et 2) un même type de mouvement implique une réponse morphologique analogue (Varnes, 1978 ; Hansen, 1984 ; Hutchinson, 1988 ; Cruden et Varnes, 1996).

22Le mode de cartographie très haute résolution nous a permis de mettre en place une cartographie de synthèse comprenant quatre grandes familles de morphologies gravitaires, à savoir  1) les glissements représentés essentiellement par des glissements superficiels, 2) les glissements – sapements de berge, initiés par l’action érosive des rivières, 3) les écroulements, 4) les coulées de débris (fig. 9). On y ajoutera une famille à part, les badlands, qui correspondent à une morphologie résultant du ravinement et de la dégradation des sols (fig. 10), dont les zones plus importantes ont été intégrés dans l’analyse statistique géospatiale. Les différents phénomènes inventoriés ont été représentés en deux temps (fig. 11A et B) : une carte des phénomènes dits naturels, représentant les glissements, les glissements – sapements, les écroulements et les coulées de débris (fig. 11A), et une carte d’inventaire des phénomènes dits induits, représentant les badlands, les sapements de berge et les sapements de route (fig. 11B).

Fig. 9 – Extraits d’images satellitaires de MG inventoriés.
Fig. 9 Extracts from satellites images of inventoried MW.

Fig. 9 – Extraits d’images satellitaires de MG inventoriés. Fig. 9 – Extracts from satellites images of inventoried MW.

A : Glissement superficiel avec zone de départ rotationnelle. B : Coulée de débris. C : Glissement – sapement. D : Écroulement. E : L’écroulement (D) sur l’image satellitaire.
A: Superficial landslide with rotational departure zone. B: Debris flow. C: Undermining – landslide. D: Rock fall. E: The rock fall (D) on satellite image.

Fig. 10 – A : Vue d’ensemble d’un paysage de badlands de la région d’Ouazzane. B et C : Sections de badlands entaillées dans les formations pélitiques de Zoumi, avec leurs zooms respectifs B1 et C1, et B2 et C2 leurs filtres respectifs montrant l’intensité de la dégradation par ravinement subie par les versants.
Fig. 10 A: Overview of a landscape in badlands of the Ouazzane region. B and C: Badlands sections developed in the politic formations of Zoumi, with their respective focuses B1 and C1. B2 and C2 are their respective filters showing the intensity of the degradation by soil erosion undergone by hillsides.

Fig. 10 – A : Vue d’ensemble d’un paysage de badlands de la région d’Ouazzane. B et C : Sections de badlands entaillées dans les formations pélitiques de Zoumi, avec leurs zooms respectifs B1 et C1, et B2 et C2 leurs filtres respectifs montrant l’intensité de la dégradation par ravinement subie par les versants.Fig. 10 – A: Overview of a landscape in badlands of the Ouazzane region. B and C: Badlands sections developed in the politic formations of Zoumi, with their respective focuses B1 and C1. B2 and C2 are their respective filters showing the intensity of the degradation by soil erosion undergone by hillsides.

Fig. 11 – Cartes d’inventaires. A: Phénomènes gravitaires naturels. B : Phénomènes gravitaires induits.
Fig. 11 – Inventories maps. A: Natural gravitational phenomena. B: Induced gravitational phenomena.

Fig. 11 – Cartes d’inventaires. A: Phénomènes gravitaires naturels. B : Phénomènes gravitaires induits.Fig. 11 – Inventories maps. A: Natural gravitational phenomena. B: Induced gravitational phenomena.

A – 1 : glissement ; 2 : glissement – sapement ; 3 : écroulement ; 4 : coulée de débris ; 5 : principales villes. B – 1 : badlands ; 2 : sapement de berge; 3  : sapement de route ; 4 : principales villes.
A – 1: landslide; 2: undermining – landslide; 3: rock-fall; 4: debris flow; 5: principal cities; B – 1: badlands; b: undercutting banks; 3: undercutting roads; 4: main cities.

Relation entre l’OS et les MG

23Afin d’examiner la relation entre les différentes classes d’OS et les différents types de MG inventoriés dans la province de Chefchaouen, nous avons procédé à une analyse de la distribution spatiale des MG par leur intersection et superposition avec les classes de l’OS, ce qui a permis d’aboutir à une signification statistique :

  • Les fréquences globales et spécifiques des phénomènes inventoriés ont été calculées (fig. 12). La figure 12A montre que les fréquences les plus importantes se localisent prioritairement dans trois classes d’OS qui, par ordre d’importance, sont les terrains agricoles (44,46 %), les zones de forêts qui subissent un défrichement accru (26,07 %) et les matorrals (17,92 %). Pour les classes restantes, les fréquences de MG ne dépassent guère 7 %. La même constatation est généralement valable pour les glissements, les sapements et les badlands (fig. 12A, E et F) puisque leur abondance est maximale au niveau des terrains agricoles. Quant aux coulées de débris et aux écroulements, ils se développent plutôt dans les classes de matorrals et de forêts au sein des principaux massifs rocheux.

  • La figure 13 illustre l’abondance spécifique de chaque type de MG par classe d’OS, en permettant d’identifier leur fréquence d’occurrence. Les glissements présentent des fréquences assez importantes (17-22 %) dans les différentes classes d’OS, à l’exception de la classe des zones reboisées, suivant les courbes de niveau pour renforcer la stabilité des versants, et de celle des matorrals qui sont installés sur des formations généralement à dominance gréseuse et/ou quartzitique. Les pourcentages les plus significatifs des coulées de débris se situent préférentiellement dans les classes de forêts, de reboisement ou des matorrals, qui colonisent les versants raides des massifs rocheux montagneux, difficiles à exploiter et propices aux coulées de débris. La présence d’une certaine quantité de débris fins permet leur mobilisation en cas de précipitations abondantes. Quant aux écroulements, ils sont présents dans les différentes classes avec un maximum dans les terrains reboisés (18 %) et le maquis (27 %), les versants rocheux raides et secs étant généralement végétalisés de manière discontinue et difficiles à exploiter par l’Homme. Les zones urbanisées sont caractérisées par un pourcentage relativement élevé de surfaces éboulées (21 %) en raison de leur installation le plus souvent au pied des parois pour épargner les terres cultivables.

  • Le secteur d’étude, à l’image du reste de la chaîne rifaine, se caractérise par d’importants épisodes de crue causés par de fortes précipitations. Les aléas hydro-climatiques constituent la cause principale des processus d’érosion qui façonnent les versants, mais aussi qui modèlent les paysages fluviaux en donnant naissance à des sapements de berge, par la modification de la dynamique des cours d’eau, d’une part, et en réactivant ou en initiant certains MG, d’autre part. Les valeurs très élevées des précipitations (1 200 mm) du secteur d’étude font que les sapements sont présents sur toute la région d’étude, affectant les différentes classes d’OS à hauteur de 39 % à 62 %. Ces observations, si elles sont aussi vraies pour les badlands qui ont des pourcentages comparables (15-24 %), épargent la classe des terrains nus (1,17 %) en raison de l’absence des conditions nécessaires à la formation des badlands, i.e. une pente significative qui permettrait la concentration des eaux dans les talwegs.

Fig. 12 – A : Fréquences des MG (tous types confondus) pour chaque classe d’OS de la province de Chefchaouen. B : Fréquences des glissements. C : Fréquences des coulées de débris. D : Fréquences des écroulements. E : Fréquences des glissements – sapements. F : Fréquences des badlands.
Fig. 12 A: Frequencies of MW (all types) for each class of LU in the Chefchaouen province. B: Frequency of landslides. C: Frequency of debris flows. D: Frequency of rock-falls. E: undermining – landslide. F: Frequency of badlands.

Fig. 12 – A : Fréquences des MG (tous types confondus) pour chaque classe d’OS de la province de Chefchaouen. B : Fréquences des glissements. C : Fréquences des coulées de débris. D : Fréquences des écroulements. E : Fréquences des glissements – sapements. F : Fréquences des badlands. Fig. 12 – A: Frequencies of MW (all types) for each class of LU in the Chefchaouen province. B: Frequency of landslides. C: Frequency of debris flows. D: Frequency of rock-falls. E: undermining – landslide. F: Frequency of badlands.

1 : terrains agricoles ; 2 : terrains nus ; 3 : forêt dense ; 4 : matorral ; 5 : reboisement ; 6 : zone urbaine.
1: farmland; 2: naked area; 3: dense forest; 4: shrubs areas; 5: reforestation; 6: urban zones.

Fig. 13 – Fréquences de chaque type de MG par classe d’OS de la province de Chefchaouen.
Fig. 13 Frequencies of each MW type of MG by in each class land-use of the Chefchaouen province.

Fig. 13 – Fréquences de chaque type de MG par classe d’OS de la province de Chefchaouen. Fig. 13 – Frequencies of each MW type of MG by in each class land-use of the Chefchaouen province.

A : Dans les terrains nus. B : Dans les terrains urbains. C : Dans les terrains agricoles. D : Dans les terrains reboisés. E : Dans les forêts denses. F : Dans les terrains de terrains de matorrals. 1 : glissement – sapement ; 2 : badlands ; 3 : glissement ; 4 : écroulement ; 5 : coulée de débris.
A: In the naked soils. B: In the urban areas. C: In farmlands. D: In the reforested areas. E: In dense forests. F: In the shrubs. 1: undercutting – landslide; 2: badlands; 3: landslide; 4: rock-fall; 5: debris flow.

Discussion

24L’occupation des sols de la province de Chefchaouen est caractérisée par une forte empreinte de l’activité humaine qui se manifeste principalement par une dégradation du couvert végétal exacerbant les effets de l’érosion hydrique, le sapement de berges et le développement de badlands. Ces deux derniers représentent à eux seuls environ 20 % de la surface totale des terres exploitées en agriculture et pâturage.

25Le déboisement pour une agriculture sur brûlis constitue le moyen classique de fertilisation des terres utilisé par les autochtones, comme en témoignent les habitants de Had Ouled Beni Rezaïn (Bab Barred). À cela s’ajoute la pauvreté de la population, qui engendre la coupe sauvage de la forêt pour le bois de chauffage ou le charbon de bois. Dans le même sens, l’impact des incendies naturels a des conséquences beaucoup plus graves que celles du défrichement en raison de la non-sélection des espèces végétales. Les incendies représentent un danger permanent pour la forêt et l’équilibre des versants : combustion des racines et hydrophobie des zones brulées. Ils se produisent généralement en période estivale, en relation avec un déficit hydrique marqué, et sont déclenchés par des orages ou l’activité humaine. En juillet 2010, au moins cinq incendies majeurs ont ravagé des centaines d’hectares de forêts de la province de Chefchaouen. De ce fait, les zones amont des versants connaissent une érosion accélérée et un appauvrissement de la partie arable des sols alors que les parties aval souffrent d’une concentration du drainage et par conséquent d’un apport sédimentaire important. De ce fait, la plupart des versants perdent de leur capacité d’infiltration et d’emmagasinement de l’eau en sub-surface. Ce phénomène augmente le ruissellement et la déstabilisation des versants par les cours d’eau, permettant d’initier des MG notamment par le biais de glissements-sapements et de sapements de berge. 

26Depuis 1994, le Plan Directeur de Reboisement (PDR) lancé par la Direction des Eaux et Forêts et de la Lutte contre la Désertification préconise des plantations selon les courbes de niveau, comme l’ont préconisé plusieurs agronomes (Johnson, 1983 ; Krlnard et Kennedy, 1987 ; Savage et al., 1989 ; Kennedy, 1993 ; Willis et al., 1998). Cette pratique s’avère efficace dans les secteurs relativement limités où elle est pratiquée (3 % de la surface totale de la province). Par ailleurs, le remblaiement artificiel ou l’occupation des têtes de versant par les constructions et l’aménagement routier constituent un problème majeur à l’échelle régionale puisque ces pratiques affectent environ 10 % des terrains autres que ceux exploités par les activités agropastorales. Ils modifient le ruissellement de surface, déstabilisent les versants par sapement, concentrent le drainage ou l’infiltration et favorisent donc le déclenchement des mouvements gravitaires. Le couplage de la déstabilisation mécanique des pieds de versant par l’exploitation des granulats en carrière accentue ce problème. Les exploitations de grèzes litées en carrière induisent, surtout en aval des massifs calcaires karstifiés, une perturbation du drainage superficiel au profit d’une infiltration profonde, par exemple au niveau de Bou Halla et la ville de Chefchaouen. Les travaux de terrassement pour l’habitat, l’infiltration localisée par la mise en place des fosses septiques et les fuites des canalisations aggravent le problème dans les zones où l’urbanisation est galopante.

27La pression anthropique s’est encore accentuée au cours de la dernière décennie par le biais des travaux de mise en place d’un vaste réseau routier. Effectuée dans le cadre du plan de désenclavement des nombreuses communes rurales de la province de Chechaouen), la mise en place des routes a entraîné de nombreuses ruptures de pente et le déclenchement prévisible des MG. Ce phénomène s’acentue après les premières pluies, surtout au niveau des versants à pente supérieure à 10 %, à substrat marneux et/ou à faible couverture végétale. En fait, l’impact perturbateur d’une activité humaine envahissante sur la végétation et les versants accentue de facto les problèmes hydrologiques et géotechniques inhérents au Rif marocain. Les variations de pluviosité liées à la l’Oscillation Nord Atlantique (NAO ; Berger et al., 1979 ; Till, 1987 ; Till et Guiot, 1990 ; Terray et al., 2004 ; Driouech et al., 2009) au Maroc ont maintenant un impact exacerbé par rapport à celui existant par le passé, même lors d’épisodes très humides.

Conclusion

28Ce travail s’est attaché à la cartographie de l’occupation des sols (OS) au niveau de la province de Chefchaouen afin de comprendre ses relations avec la répartition spatiale des mouvements gravitaires (MG) et celle des badlands. Il en ressort que l’OS est un facteur de contrôle majeur de déclenchement des MG. Ces derniers sont caractérisés par des relations fonctionnelles très étroites avec les différentes OS du secteur. L’association des observations de terrain aux données sur les essences forestières a été complétée par l’interprétation des images satellitaires Spot 5. Il a été démontré que cette région est très sensible aux MG. La relation entre les MG et l’OS est caractérisée par une grande hétérogénéité spatiale. Celle-ci s’explique par la grande diversité des classes de l’OS, elle-même contrôlée par différents paramètres tels que l’action de l’eau, la lithologie, le contexte géomorphologique et les aménagements humains. Il en ressort que le Rif occidental représente une zone très vulnérable et fragile, où les manifestations de l’érosion et autres formes d’instabilités de versants sont exacerbées par l’accroissement de la pression anthropique sur l’OS. Dans la chaine rifaine et notamment sa partie occidentale, l’évolution actuelle des versants est sous la dépendance d’une instabilité très active dont les formes et les modalités sont multiples. L’inégale répartition de ces formes, dans l’espace et dans le temps, reflète le degré de sensibilité des différents milieux et met en cause plusieurs facteurs d’ordre non seulement naturel mais aussi anthropique. L’action anthropique, qui s’est accentuée lors de la dernière décennie, est à l’origine des mouvements de terrain et du développement de badlands, ce qui devrait inciter les décideurs à accompagner leurs projets d’infrastructure et d’urbanisme par des aménagements préventifs visant à la stabilisation hydrique et gravitaire des versants.

Haut de page

Bibliographie

Ait Brahim L., Sossey Alaoui F., Siteri N.H., El HamdouniI., Tahri M., Baghdada B. (2002) – Prise en compte des glissements de terrain dans la quantification des pertes en sols dans le bassin-versant Nakhla. Bulletin du Réseau d’Érosion, 21, 50-64.

Ait Brahim L. (2003) Cinématique de la chaîne rifaine et variation dans le temps et dans l’espace du champ de contraintes du Tortonien à l’Actuel. Notes et Mémoires du Service Géologique du Maroc, 447, 41-50.

Arnoldus H. (1977) Prédiction des pertes en terres par érosion en nappe et en griffe. Aménagement des bassins versants. Bulletin Pédologique de l’Organisation des Nations Unies pour l’Alimentation et l’Agriculture, 121-149.

Auzet A.-V. (1987) L’érosion des sols par l’eau dans les régions de grande culture : aspects agronomiques. Centre d’études et recherches éco-géographiques, Ministère de l’Environnement / Ministère de l’Agriculture, Paris, 60 p.

Benabid A. (1994) – Connaissance sur la végétation du Maroc : phytogéographie, phytosociologie et séries de végétation. Lazaroa, 14, 21-97.

Benabid A. (2000) Flore et écosystèmes du Maroc : évaluation et préservation de la biodiversité. Ibis Press, Paris, 360 p.

Berger A.-L., Guiot J., Mathieu L., Munaut A.-V. (1979) – Tree rings and climate in Morocco. Tree-Ring Bulletin, 39, 61-75.

Chalouan A. (1986) Les nappes ghomarides (Rif Septentrional, Maroc). Un témoin varisque dans la chaîne alpine. Thèse d’État, université de Strasbourg, 317 p.

Chalouan A., Michard A., El Kadiri K., Negro F., Frizon de Lamotte D., Soto J.-I., Saddiqi O. (2008) – The Rif Belt. In Michard A., Saddiqi O., Chalouan A., Frizon de Lamotte D. (Eds.), Continental Evolution: The Geology of Morocco Structure, Stratigraphy, and Tectonics of the Africa-Atlantic-Mediterranean Triple Junction. Series: Lecture Notes in Earth Sciences 116, XVIII, 203-302.

Colas G., Pilot G. (1976) – Description et classification des glissements de terrain. Bulletin de Liaison des laboratoires des Ponts et Chaussées, numéro spécial, 21-30.

Corominas J. (1989) Clasificación y reconocimiento de los movimientos de ladera. In Corominas J. (Ed.) Estabilidad de taludes y laderas naturales. Sociedad Española de Geomorfologia, Barcelona, Monografia 3, 1-30.

Corominas J., Garcia Yagüe A. (1997) Terminologia de los movimientos de ladera. IV Simposio nacional sobre taludes y laderas inestables, Granada, 1051-1072.

Cruden D.M., Varnes D.J. (1996) – Landslide types and processes. In Turner A.K., Schuster R.L. (Eds.) Landslides, Investigation and Mitigation. Transportation Research Board, Special Report 247, 36-75.

Didon J., Durand-Delga M., Kornprobst J. (1973) – Homologies géologiques entre les deux rives du détroit de Gibraltar (Cordillères bétiques occidentales, Espagne). Bulletin de la Société Géologique de France, XV, 2, 77-105.

Dikau R., Brunsden D., Schrott L., Ibsen M.L. (Eds.) (1996) Landslide recognition. Identification, movements and causes. Wiley, Chichester, 251 p.

Driouech F., Déqué M., Mokssit A. (2009) – Numerical simulation of the probability distribution function of precipitation over Morocco. Climate Dynamics 32, 1055-1063.

Driouech F., Déqué M., Sánchez-Gómez E. (2010) – Weather regimes-Moroccan precipitation link in a regional climate change simulation. Global and Planetary Change 72, 1-10.

Durand-Delga M. (1972) – La courbure de Gibraltar; extrémité occidentale des chaînes alpines, unit l’Europe et l’Afrique. Eclogae Geologicae Helvitea, 65-2, 267-278.

El Gharbaoui A. (1981) La Terre et l’Homme dans la péninsule tingitane. Étude sur l’Homme et le milieu dans le Rif occidental. Travaux de l’Institut Scientifique, série Géologie et Géographie Physique, Rabat, 15, 439 p.

El Kharim Y. (2002) Etude des mouvements de versants dans ta région de Tétouan (Rif occidental) : inventaire, analyse et cartographie. Thèse de doctorat es Sciences, université Abdelmalek Essaadi, Tétouan, 250 p.

El Khattabi J. (2001) Démarche méthodologique pluridisciplinaire intégrant une approche transversale pour l’étude des instabilités de versants : application aux versants du Rif Central (Maroc). Thèse de doctorat, université d’Artois, 258 p.

El Khattabi J., Carlier E. (2004) – Tectonic and hydrodynamic control of landslides in the northern area of the Central Rif, Morocco. Engineering Geology 71, 255-264.

Fares A. (1994) Essai méthodologique de la cartographie des risques naturels liés aux mouvements de terrain. Application à l’aménagement de la ville de Taounate (Rif, Maroc). Thèse de doctorat, université de Franche Comté, 177 p.

Gérard J., Gardner R. (2002) – Relationships between landsliding and land use in the Likhu Khola drainage basin, Middle Hills, Nepal. Mountain Research and Development 22-1, 48-55.

Guzzetti F., Cardinali M., Reichenbach P., Carrara A. (2000) – Comparing landslide maps: A case study in the upper Tiber River Basin, central Italy. Environmental Management, 25-3, 247-363.

Handel S.N., Robinson G.R., Parsons W.F.J., Mattei J.H. (1997) – Restoration of woody plants to capped landfills: root dynamics in an engineered soil. Restoration Ecology, 5, 178-186.

Hansen A. (1984) – Engineering geomorphology: the application of an evolutionary model of Hong Kong’s terrain. Zeitschrift für Geomorphologie, Supplement band 51, 39-50.

Heusch B. (1970) – L’érosion dans le Pré-rif : une étude quantitative de l’érosion hydraulique dans les collines marneuses du Pré-rif occidental. Annales des recherches forestières, Rabat, 12, 9-176.

Hutchinson J.N. (1988) – General report: Morphological and geotechnical parameters of landslides in relation to geology and hydrology. Proceedings 5th International Symposium on Landslides, Lausanne, 1, 3-35.

Johnson R.L. (1983) Nuttall oak direct seeding still successful after 11 years. Research Note SO-301, U.S. Department of Agriculture, Forest Service, Southern Forest Experiment Station, New Orleans, 3 p.

Kennedy H.E. (1993) – Artificial regeneration of bottomland oaks. In Loftis D.L., McGee C.E. (Eds.) Oak regeneration: serious problems, practical recommendations. Symposium proceedings 1992 September 8-10, Knoxville, TN. General Technical Report SE-64. Asheville, NC, U.S. Department of Agriculture, Forest Service, Southeastern Forest Experiment Station, 3 p.

Ketcheson J.W., Stonehouse D.P. (1983) – Conservation tillage in Ontario. Journal of Soil and Water Conservation 38, 253-254.

King K.W., Richardson C.W., Willians J.R. (1996) – Simulation of sediment and nitrate loss on a vertisol with conservation practices. Transactions of the American Society of Agricultural Engineers 39, 2139-2145.

Krlnard R.M., Kennedy H.E. (1987) Fifteen-year growth of six planted hardwood species on Sharkey clay soil. Research Note SO-336, U.S. Department of Agriculture, Forest Service, Southern Forest Experiment Station, New Orleans, 4 p.

Lahmar R., Ruellan A. (2007) – Soil degradation in the Mediterranean region and cooperative strategies. Cahiers Agricultures, 16-4, 318-323.

Lamb P.J., Peppler R.A. (1987) – North Atlantic Oscillation: concept and application. Bulletin of American Meteorological Society 68, 1218-1225.

Lamb P.J., El Hamly M., Portis D.H. (1997) – North-Atlantic Oscillation. Géo Observateur 7, 103-113.

Lespinasse P. (1975) Géologie des zones externes et des flyschs entre Chaouène et Zoumi (centre de la chaîne rifaine, Maroc). Thèse d’État, université de Toulouse 1, 248 p.

Mansour M. (1998) Geodynamic processes and cartography of ground movements in the area of Chefchaouen (District of Bouhalla-Amtrass). Application to the stabilization of main road Nb: 39. Western Rif, Morocco. Thèse de doctorat, université Paris-Diderot (Paris 7), 192 p.

Mansour M., Ait Brahim L. (2005) – Utilisation de la télédétection pour l’analyse de la fracturation du domaine interne rifain (Maroc) : relation avec la répartition des sources. Télédétection, 5, 1-2-3, 95-103.

Mastere M. (2011) La susceptibilité aux mouvements de terrain dans la province de Chefchaouen (Rif central, Maroc) : analyse spatiale, modélisation probabiliste multi-échelle et impact sur l’aménagement et l’urbanisme. Thèse de doctorat, université de Bretagne Occidentale, 316 p.

Mastere M., Van Vliet Lanoë B., Mansour M., Aït Brahim L. (2011) Spatiotemporal analysis of landslides using digital photogrammetry and DEM. Revue Télédétection, 10, 147-156.

Maurer G. (1968) Les montagnes du Rif central. Étude géomorphologique. Thèse, université Paris-Diderot (Paris 7), 499 p.

Meilliez F., Van Vliet Lanoë B. (2008) – Formations superficielles anthropiques. In Dewolf Y., Bourrié G. (Eds.) Les formations superficielles. Genèse – Typologie – Classification, paysages et environnements – Ressources et risques. Ellipses, Edition Marketing, Paris, 373-384.

Millies-Lacroix C.A. (1968) – Les glissements de terrain. Présentation d’une carte prévisionnelle des mouvements de masse dans le Rif (Maroc septentrional). Mines et Géologie, 27, 45-55.

Naïmi M., Bouadib M. (1997) Bassin-versant Nakhla. Etude pédologique. Rapport IAV, Rabat, 52 p.

Nemčok A., Pašek J., Rybář J. (1972) – Classification of landslides and other mass movements. Rock Mechanics 4, 71-78.

Portis D.H., Walsh J.E., El Hamly M., Lamb P.J. (2001) – Seasonality of the North Atlantic Oscillation. Journal of Climate 14, 2069-2078.

Rampnoux J.-P., Angelier J., Colleta B., Fudral S., Guillemin M., Pierre G. (1979) – Sur l’évolution néotectonique du Maroc septentrional. Géologie méditerranéenne, 6, 439-464.

Rey F., Ballais J.-L., Marre A., Rovéra G. (2004) – Rôle de la végétation dans la protection contre l’érosion hydrique de surface. Comptes Rendus Geoscience 336, 991-998.

RGPH (2004) Rescencement général de la population et de l’habitat. Rapport national du Haut Commissariat au Plan, Rabat, 166 p.

Roose E. (1991) Conservation des sols en zone méditerranéenne. Synthèse et proposition d’une nouvelle stratégie de lutte antiérosive : la gestion conservatoire de l’eau, de la biomasse et de la fertilité des sols. Cahiers Office de la Recherche Scientifique et Technique Outre-Mer, 26-2, 145-181.

Roose E. (1994) Introduction à la GCES. Bulletin pédologique de la FAO, Rome, 70, 420 p.

Rovéra G., Robert Y., Coubat M., Nedjaï R. (1999) – Erosion et stades biorhexistasiques dans les ravines du Saignon (Alpes de Provence) ; essai de modélisation statistique des vitesses d’érosion sur marnes. Etudes de Géographie Physique, 28, 109-115.

Sabir M., Merzouk A., Roose E., Laouina A. (2000) Les stratégies et méthodes traditionnelles et modernes de lutte antiérosive. Ecole Nationale Forêstière d’Ingénieurs, Salé, 502 p. (ronéo).

Sanchez G., Puig De Fabregas J. (1994) – Interactions of plant growth and sediment movement on slopes in a semi-arid environment. Geomorphology 9, 243-260.

Sassa K. (1988) – Special Lecture: Geotechnical model for the motion of landslides. Proceedings 5th International Symposium on Landslides, Lausanne, 1, 37-55.

Savage L., Prftchett D.W., DePoe C.E. (1989) – Reforestation of a cleared bottomland hardwood area in northeast Louisiana. Restoration and Management Notes, 7-2, 88.

Schiettecatte W., Dohondt L., Cornelis W.M., Acosta M.L., Leal Z., Lauwers N., Almoza Y., Alonso G.R., Diaz J., Ruiz M., Gabriels D. (2008) – Influence of land use on soil erosion risk in the Cuyaguateje watershed (Cuba). Catena 74, 1-12.

Selby M.J. (1993) Hillslope Materials and Processes (2nd Edition). Oxford University Press, Oxford, 451 p.

Sharpe C.F.S. (1938) Landslides and related phenomena: A study of mass movements of soiland rock. Columbia University Press, New York, 137 p.

Sitteri N.H. (1999) Apports de la télédétection et des SIG à la cartographie et à la quantification de l’érosion hydrique dans le bassin-versant Nakhla (Rif Septentrional). Mémoire de DESA, université de Rabat, 170 p.

Sossey Alaoui F. (2005) Traitement et intégration des données satellitaires optiques et radar dans un SIG en vue de l’obtention de carte de l’aléa lié aux instabilités de terrain dans la péninsule de Tanger (Rif septentrional, Maroc). Thèse de doctorat, université Mohamed V, Faculté des Sciences, Rabat, 175 p.

Tahayt A. (2008) Apport des mesures de la géodésie spatiale dans l’étude des déformations tectoniques actuelles dans la Méditerranée occidentale. Thèse de doctorat, université Paul-Sabatier (Toulouse 3), 231 p.

Terray L., Demory M.E., Déqué M., De Coetlogon G., Maisonnave E. (2004) – Simulation of late-twenty-first-century changes in wintertime atmospheric circulation over Europe due to anthropogenic causes. Climate 17, 4630-4635.

Till C. (1987) – Caractéristiques des chronologies de Cernes définies sur le cèdre de l’Atlas (Cedrusatlantica (Endl.) Carrière) au Maroc pour étudier l’évolution des Forêts et du climat. Estratto da Dendrochronologia 5, 143-181.

Till C., Guiot J. (1990) – Reconstruction of precipitation in Morocco since A.D. 1100 based on Cedrus Atlantica tree-ring width. Quaternary Research 33, 337-351.

Tribak A. (1990) – Dynamique et typologie des versants : essai sur l’intensité, la fréquence et la localisation des processus d’érosion actuels dans quelques bassins pré-rifains (Maroc). Revue de la Géographie Alpine, LXXVIII, 1-2-3, 227-240.

Trouet V., Esper J., Graham N.E., Baker A., Scourse J.D., Frank D.C. (2009) – Persistent positive North Atlantic Oscillation mode dominated the Medieval Climate Anomaly. Science 324, 5923, 78-80.

Van-Dijk P.M., Kwaad F.J.P.M., Klapwijk M. (1996) – Retention of water and sediment by grass strips. Hydrological Processes 10, 1069-1080.

Varnes D.J. (1978) – Slope Movement Types and Processes. In Schuster R.L., Krizek R.J. (Eds.) Landslides: Analysis and Control. Transportation Research Board, National Research, Special Report 176, 11-33.

Willis K., Woodson C., Hamel P.H. (1998) – Small mammal populations on agricultural land in Mississippi Alluvial Valley restored to forests: first year results. In Proceedings of the Mississippi Chapter of the Wildlife Society Annual Meeting, 1996 October 17, Jackson, MS, 11-12.

Ziemer R.R. (1981) Roots and the stability of forested slopes. In Davies T.R.H., Pearce A.J. (Eds.) Erosion and Sediment Transport in Pacific Rim Steeplands. Proceedings of the Christchurch Symposium, 25-31 January 1981, Christchurch, New Zealand. International Association of Scientific Hydrological Publications 132, 343-361.

Haut de page

Annexe

Abridged English version

Mountainous regions of the Northwestern part of Africa are characterized by high winter precipitations, which result in landforms evolution and mass wasting (MW), such as landslides, debris flows, and rock-falls. Intense undercutting and badlands (BL) phenomena can be found within this zone. These phenomena are amplified with the rapid development of urbanization. Therefore, the sensitivity to MW is increasing, leading to dramatic consequences for people and their property. In these regions, land use (LU) constitutes a major factor of MW and BL occurrence conditioning, which usually grow with the change of land use (Mastere, 2011). By example, the tree cover, promoting a subsurface runoff (root mat) and stabilization by deep rooting, induces a protective effect towards the splash, reducing erosion susceptibility (Ketcheson and Stonehouse, 1983; King et al., 1996; Rey et al., 2004; Schiettecatte et al., 2008). Tree cover limits MW on hillsides, especially if the substrate is characterized by weak geotechnical properties (clay, marly clay). It promotes too the infiltration of torrential rain sand limits depth water’s saturation into rock and soils. There, it is then difficult to reach the plasticity limit, responsible for a decrease in internal shear stress leading to MW initiation. The complete absence of a plant cover, or its scarcity on slopes, can catalyze the erosive effect by sheet and rill wash, like on plowed grounds. The aim of this study is to understand the role of LU on slopes stability in a mountainous environment of North Africa (Western Rif, Morocco).

Geographic Information Systems (GIS) and spatial analysis techniques are used as a powerful tool for the extraction of spatial information. Our work follows two main steps. Mapping of the province of Chefchaouen LU is first conducted by the integration of multi-source data. Then the overlapping and the crossing of MW and BL with the LU classes are performed with ArcGIS10 to analyze their relationship and their spatial distribution, which will be materialized in form of statistical results. To achieve the land use map, we have designed a multi-source database. It consists of several layers. (i) Information concerning available forest species was provided to us by the “Haut-Commissariat des Eaux et Forêts et de la Lutte contre la Désertification” (HCEFLCD). This layer is then updated by visual interpretation of very high-resolution remote-sensing data of Google Earth Pro database. This data layer has to undergo (very laborious procedure) of some merging and adjustment in order to simplify the reading of information. (ii) Urban areas, farmland, bare grounds and standing water bodies have been recognized by multispectral supervised classification of Landsat 7 ETM+ data, in combination with direct visual interpretation of very high-resolution satellite imagery (SPOT 5). (iii) The road network has been directly extracted from the ING topographic maps. These information layers are regularly updated by checking recent satellite images. This work has been completed by data collected during the field mapping (index cards, pictures) under requested inquiry by the HCEFLCD.

The LU of the Chefchaouen province is characterized by a strong anthropogenic imprint that is mainly marked by plant cover degradation enhancing hydric erosion, banks undermining and development of the badlands: these two last factors represent about 20% of the total area of the cultivated zone (agriculture and free pasture). Deforestation by slash and burn agriculture is a common way to fertilize land, as testified by the inhabitants of Had Ouled Beni Rezaïn village (Bab Barred). Furthermore, the population poverty leads to forest clearance for firewood or charcoal fabrication. Also the non-selective impact of natural fires is worse for slope stability than slash and burn practice as they usually destroy most species to the roots, leading to hydrophobic surfaces and enhanced runoff. They commonly occur in summer, lighten by man or thunderstorms in conjunction with a marked hydrologic deficit. In July 2010, at least five major fires have devastated hundreds of hectares of forests in this province. The slopes in the upstream areas support erosion and soil loss from arable land, while the down slopes suffer flooding and large sediment deposition, especially during thunderstorms. As a result, most of the hillsides have lost, with the destruction of the soil surface horizon, their capability in infiltration and water storage. It results in the oversaturation of the drainage net, leading to flash floods that favor undermining-landslides and banks undercutting, responsible for MW initiation. The reforestation action carried out following contour line’s plantation by the HCEFLCD is only effective on relatively limited areas of the province (3% of the total area).

Another problem raised is the colonization of the heads of slopes with constructions (urbanization, sealing) and road development (embankments, drains). They are the other major regional issues as they affect about 10% of areas other than those operated by ago-pastoral activities. They modify the surface runoff, destabilize slopes (undermining), concentrated drainage or seepage and thus promote the triggering of gravitational movements. The coupling of mechanical destabilization of slopes basis by important aggregates quarrying accentuates this problem. Here, stratified screes are common on limestone and derive laterally the vertical drainage due to the formation of capillary barriers. The exploitations of scree gravel for road pavement, especially in the downstream of karst massifs induce a disruption of surface drainage in favor of a deep infiltration (example: Bou Halla village and Chefchaouen city). Excavation works of housing, localized infiltration by the installation of septic tanks and leaking pipes exacerbate this problem within a galloping urbanization area. In fact, the disruptive impact of human activity on vegetation and slopes increase hydrological and geotechnical problems inherent in the Rifain belt. Changes in rainfall associated with the NAO (North Atlantic Oscillation) in Morocco (Lamb and Peppler, 1987; Lamb et al., 1997; Portis et al., 2001; Trouet et al., 2009; Driouech et al., 2010) has nowadays an exaggerated impact compared to the former century, even during periods of wetter periods. The anthropogenic transformation of the landscape, especially since 50 years, is largely responsible for the genesis of MW in this region. The main objective of this work is to focus on LU mapping in Chefchaouen province, and secondly to understand its relationship with the spatial distribution of MW and badlands. It appears that LU is at regional scale a major agent controlling MW genesis. They are characterized by very narrow functional relationships of the various entities in our sector. The combination of field observations with forest trees data provided by the HCEFLCD is complemented efficiently by the interpretation of SPOT 5 satellite imagery.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 Situation du secteur d’étude. Fig. 1 – Location map.
Légende A : Position du Maroc sur la planisphère terrestre ; B : Carte du Maroc avec la partie nord-occidentale de la chaîne rifaine (carré noir) ; C : Limites administratives de la province de Chefchaouen (polygone noir) avec 16 : région de Tanger – Tétouan ; 15 : région de Taza – Al Hoceima – Taounate ; D : Modèle Numérique d’Altitude (MNA) de la province de Chefchaouen généré automatiquement à partir des données ASTER GDEM.A: Morocco’s position on the map of the globe; B: Morocco with the black square that shows the northwestern part of the Rifain belt; C: Administrative limits of the Chefchaouen province (black polygon) with 16: Tangier – Tetoua region; 15: Taza – Al Hoceima –Taounate region; D: DEM of the Chefchaouen province automatically generated from ASTER GDEM data.
URL http://geomorphologie.revues.org/docannexe/image/10328/img-1.png
Fichier image/png, 1,4M
Titre Fig. 2 Cadre géologique de la chaîne Rifaine avec la localisation du secteur d’étude (polygone noir).Fig. 2 – Geological setting of Rifain belt with the location of the study area (black polygon).
Légende 1 : mer ; 2 : avant-pays ; 3 : Dorsale Calcaire ; 4 : nappes de flyschs ; 5 : Sebtides et Ghomarides ; 6 : unité de Tanger – Kétama ; 7 : volcanisme néogène et quaternaire ; 8 : Méso-Rif ; 9 : Pré-Rif ; 10 : Intra-Rif ; 11 : terrains post-nappes ; 12 : villes.1: sea; 2: foreland; 3: limestone ridge; 4: flysch thrusts; 5: Sebtides and Ghomarides; 6: Tangier – Ketama unit; 7: Neogene to Quaternary volcanism; 8: mezzo-Rif area; 9: pre-Rif area; 10: intra-Rif area; 11: post-thrusts terrains; 12: cities.
URL http://geomorphologie.revues.org/docannexe/image/10328/img-2.png
Fichier image/png, 2,7M
Titre Fig. 3 – Variations des précipitations moyennes mensuelles de la station météorologique de Chefchaouen entre 1941 et 2012.Fig. 3 – Changes in mean monthly rainfall of the Chefchaouen weather station between 1941 and 2012.
URL http://geomorphologie.revues.org/docannexe/image/10328/img-3.png
Fichier image/png, 299k
Titre Fig. 4 – A : Noms, superficies, et densité de la population par commune. B : Distribution des communes rurales et urbaines du secteur d’étude. Fig. 4 – A: Names, areas, and population density by municipality. B: Distribution of rural and urban communities in the study area.
Légende 1 : Communes rurales ; 2 : Communes Urbaines ; 3 : Principales villes.1: urban communes; 2: rural communes; 3: Major cities.
Crédits (*) : RGPH (2004).(*): RGPH (2004).
URL http://geomorphologie.revues.org/docannexe/image/10328/img-4.png
Fichier image/png, 1,4M
Titre Fig. 5 – A et B : fermes localisées au pied de la Dorsale Calcaire (commune urbaine de Chefchaouen, 07/ 2011). Fig. 5 – A and B: farms located at the foot of the Dorsale Calcaire (urban municipality, 2011/07).
Légende Noter le tablier de grèzes litées en pied de parois (B). Note the apron of stratified scree at the foot of the wall (B).
Crédits Auteur des clichés : M. Mastere, 2011.Photos credit: M. Mastere, 2011.
URL http://geomorphologie.revues.org/docannexe/image/10328/img-5.png
Fichier image/png, 1,7M
Titre Fig. 6 – A : Carrières exploitant les formations de grèzes à l’aplomb du glissement de Bou Halla. B : Ecoulement de l’eau de la résurgence qui se fait parallèlement à la pente du versant. C : Ecoulement de l’eau de source canalisé artificiellement. D : Formations des grèzes litées. Fig. 6 – A: Quarries exploiting the scree formations directly below the Bou Halla landslide.. B: Flow of the resurgence water that is made in parallel of the hillside slope. C: Flow of the spring water artificially channeled. D: Stratified scree formations.
Crédits Auteur des clichés : Mastere, 2011. Photos credit: Mastere, 2011
URL http://geomorphologie.revues.org/docannexe/image/10328/img-6.png
Fichier image/png, 3,4M
Titre Fig. 7 – Carte d’occupation des sols de la province de Chefchaouen. Fig. 7 – Land-use map of Chefchaouen province.
Légende 1 : terrains nus ; 2 : forêt dense ; 3 : matorral ; 4 : reboisement ; 5 : surface en eau ; 6 : terrains agricoles ; 7 : zones urbaines ; 8 : routes.1: naked area; 2: dense forest; 3: shrubs; 4: reforestation areas; 5: free water bodies; 6: farmlands; 7: urban zones; 8: roads.
URL http://geomorphologie.revues.org/docannexe/image/10328/img-7.png
Fichier image/png, 2,6M
Titre Fig. 8 – Fréquences des différentes classes d’occupation des sols de la province de Chefchaouen.Fig. 8 – Frequencies of different land-use classes of the Chefchaouen province.
URL http://geomorphologie.revues.org/docannexe/image/10328/img-8.png
Fichier image/png, 347k
Titre Fig. 9 – Extraits d’images satellitaires de MG inventoriés. Fig. 9 Extracts from satellites images of inventoried MW.
Légende A : Glissement superficiel avec zone de départ rotationnelle. B : Coulée de débris. C : Glissement – sapement. D : Écroulement. E : L’écroulement (D) sur l’image satellitaire.A: Superficial landslide with rotational departure zone. B: Debris flow. C: Undermining – landslide. D: Rock fall. E: The rock fall (D) on satellite image.
URL http://geomorphologie.revues.org/docannexe/image/10328/img-9.png
Fichier image/png, 8,0M
Titre Fig. 10 – A : Vue d’ensemble d’un paysage de badlands de la région d’Ouazzane. B et C : Sections de badlands entaillées dans les formations pélitiques de Zoumi, avec leurs zooms respectifs B1 et C1, et B2 et C2 leurs filtres respectifs montrant l’intensité de la dégradation par ravinement subie par les versants.Fig. 10 A: Overview of a landscape in badlands of the Ouazzane region. B and C: Badlands sections developed in the politic formations of Zoumi, with their respective focuses B1 and C1. B2 and C2 are their respective filters showing the intensity of the degradation by soil erosion undergone by hillsides.
URL http://geomorphologie.revues.org/docannexe/image/10328/img-10.png
Fichier image/png, 5,3M
Titre Fig. 11 – Cartes d’inventaires. A: Phénomènes gravitaires naturels. B : Phénomènes gravitaires induits.Fig. 11 – Inventories maps. A: Natural gravitational phenomena. B: Induced gravitational phenomena.
Légende A – 1 : glissement ; 2 : glissement – sapement ; 3 : écroulement ; 4 : coulée de débris ; 5 : principales villes. B – 1 : badlands ; 2 : sapement de berge; 3  : sapement de route ; 4 : principales villes.A – 1: landslide; 2: undermining – landslide; 3: rock-fall; 4: debris flow; 5: principal cities; B – 1: badlands; b: undercutting banks; 3: undercutting roads; 4: main cities.
URL http://geomorphologie.revues.org/docannexe/image/10328/img-11.png
Fichier image/png, 2,1M
Titre Fig. 12 – A : Fréquences des MG (tous types confondus) pour chaque classe d’OS de la province de Chefchaouen. B : Fréquences des glissements. C : Fréquences des coulées de débris. D : Fréquences des écroulements. E : Fréquences des glissements – sapements. F : Fréquences des badlands. Fig. 12 A: Frequencies of MW (all types) for each class of LU in the Chefchaouen province. B: Frequency of landslides. C: Frequency of debris flows. D: Frequency of rock-falls. E: undermining – landslide. F: Frequency of badlands.
Légende 1 : terrains agricoles ; 2 : terrains nus ; 3 : forêt dense ; 4 : matorral ; 5 : reboisement ; 6 : zone urbaine.1: farmland; 2: naked area; 3: dense forest; 4: shrubs areas; 5: reforestation; 6: urban zones.
URL http://geomorphologie.revues.org/docannexe/image/10328/img-12.png
Fichier image/png, 598k
Titre Fig. 13 – Fréquences de chaque type de MG par classe d’OS de la province de Chefchaouen. Fig. 13 Frequencies of each MW type of MG by in each class land-use of the Chefchaouen province.
Légende A : Dans les terrains nus. B : Dans les terrains urbains. C : Dans les terrains agricoles. D : Dans les terrains reboisés. E : Dans les forêts denses. F : Dans les terrains de terrains de matorrals. 1 : glissement – sapement ; 2 : badlands ; 3 : glissement ; 4 : écroulement ; 5 : coulée de débris.A: In the naked soils. B: In the urban areas. C: In farmlands. D: In the reforested areas. E: In dense forests. F: In the shrubs. 1: undercutting – landslide; 2: badlands; 3: landslide; 4: rock-fall; 5: debris flow.
URL http://geomorphologie.revues.org/docannexe/image/10328/img-13.png
Fichier image/png, 433k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Mohamed Mastere, Brigitte Van Vliet-Lanoë et Lahsen Ait Brahim, « Cartographie de l’occupation des sols en relation avec les mouvements gravitaires et le ravinement dans le Rif nord-occidental (Maroc) », Géomorphologie : relief, processus, environnement, vol. 19 - n° 3 | 2013, 335-352.

Référence électronique

Mohamed Mastere, Brigitte Van Vliet-Lanoë et Lahsen Ait Brahim, « Cartographie de l’occupation des sols en relation avec les mouvements gravitaires et le ravinement dans le Rif nord-occidental (Maroc) », Géomorphologie : relief, processus, environnement [En ligne], vol. 19 - n° 3 | 2013, mis en ligne le 10 novembre 2015, consulté le 26 juin 2017. URL : http://geomorphologie.revues.org/10328 ; DOI : 10.4000/geomorphologie.10328

Haut de page

Auteurs

Mohamed Mastere

Institut National d’Aménagement et d’Urbanisme – Avenue Alla El Fassi – Rabat – Instituts – BP 6215 – Maroc (mohamed.mastere@gmail.com). CNRS, UMR 6538 Domaines Océaniques – Université de Brest – Institut Universitaire Européen de la Mer – Rue Dumont d’Urville – 29280 Plouzané – France. Université Mohammed V Agdal – Faculté des Sciences de Rabat – Laboratoire GEORISK– Avenue Ibn Batouta – BP 1014 – Rabat – Maroc.

Brigitte Van Vliet-Lanoë

Université de Brest – Institut Universitaire Européen de la Mer – Rue Dumont d’Urville – 29280 Plouzané – France.

Articles du même auteur

Lahsen Ait Brahim

Université Mohammed V Agdal – Faculté des Sciences de Rabat – Laboratoire GEORISK– Avenue Ibn Batouta – BP 1014 – Rabat – Maroc.

Haut de page

Droits d’auteur

© Groupe français de géomorphologie

Haut de page
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Groupe français de géomorphologie
  • Revues.org