Navigation – Plan du site

Texte intégral

Les Journées des Jeunes Géomorphologues de Strasbourg ont bénéficié de l’aide ainsi que du soutien financier du laboratoire LIVE – Laboratoire Image Ville Environnement UMR 7362, de la Faculté de Géographie ainsi que de l’Université de Strasbourg. Les organisateurs de ces journées, Jean-Michel Carozza, Damien Eartlen et Laurent Schmitt, remercient particulièrement F. Kolb, qui a assuré la gestion financière, et J. Humbert pour son appuie dans les démarches. Nous remercions l’ensemble des relecteurs qui ont accepté d’évaluer ces articles et qui, par leur travail minutieux, ont contribué à la qualité de ce numéro de la revue.

1Les Journées des Jeunes Géomorphologues (JJG) sont l’occasion de « prendre le pouls » de la discipline, de mesurer son dynamisme, d’évaluer ses dimensions innovantes aussi bien en ce qui concerne les outils ou les méthodes, les thématiques ou encore l’investissement de nouveaux territoires. Comme le rappellent M.-P. Penven et al. (2011) pour introduire les JJG de Rennes, l’objectif initial de cette réunion biennale jusqu’en 2000, annuelle depuis cette date, est double : mieux faire connaître les travaux récents et favoriser les rencontres entre jeunes doctorants de la discipline. La multiplication des rencontres – colloques et séminaires – et des modes de dissémination de la recherche – pages web, blogs scientifiques... – aurait pu rendre partiellement caduque l’intérêt d’une telle réunion. Il n’en est rien, comme en témoigne chaque année un niveau de contribution stable autour d’une trentaine de communications. Cette attractivité maintenue est liée au dynamisme et l’exigence des équipes qui organisent annuellement cette réunion et aux innovations qu’elles apportent : outre la journée de terrain sur des thématiques ciblées, l’étalement des communications sur deux journées et un temps laissé pour les échanges, l’introduction de lectures sur des thématiques spécifiques de la géomorphologie ou de disciplines connexes (géologie, pédologie, sédimentologie...) ou encore l’invitation de doctorants étrangers, ont contribué à donner à ces journées la dimension scientifique d’un colloque à part entière. L’adossement à la revue Géomorphologie : relief, processus, environnement et la publication d’un corpus de travaux présentés lors des journées dans un volume spécial participe également au maintien de cette attractivité.

2Les JJG de Strasbourg, qui se sont déroulées les 26, 27 et 28 janvier 2012, ont rassemblé une soixantaine de participants. Quatre sessions thématiques ont été proposées : Paléo-environnements (6 communications), Dynamique fluviale (6 communications), Risques géomorphologiques (7 communications) et Sols et érosion (5 communications), auxquelles il faut ajouter les deux communications de doctorants étrangers invités sur les glissements de terrain. Deux conférences, l’une sur le temps dans les sols (D. Schwartz, Professeur à l’université de Strasbourg), l’autre sur les indices granulométriques (J.-L. Mercier, Professeur émérite à l’université de Strasbourg), ont introduit chacune des journées. La répartition géographique des terrains d’étude montre une répartition égale entre la France métropolitaine (12 communications) et les terrains étrangers (Amérique du Sud : 3 ; Maghreb : 5 ; Turquie : 1 ; Pakistan : 1 ; Mongolie : 1 ; Indonésie : 1).

3Ce rapide bilan montre que les JJG 2012 s’inscrivent dans les tendances déjà exposées par E. Cossart et al. (2011). Le temps long de l’évolution des systèmes géomorphologiques, qui a été au cœur de la construction de la discipline, est aujourd’hui à l’étiage. En parallèle, l’effacement des thématiques structurales et tectoniques fait place à un recentrage des thématiques de la géomorphologie vers les processus de surface. Si l’émergence d’une géomorphologie applicable et/ou appliquée, chère à J. Tricart (1978), plus en phase avec une demande sociale, est probablement l’un des facteurs explicatifs, le redéploiement thématique d’une partie de la discipline vers la géologie, l’évolution des formations, des enseignements et des publics ainsi que la spécialisation ou la professionnalisation y contribuent tout autant. L’épiderme de la Terre, pour reprendre l’expression de J. Tricart (1962), y perd peut être en épaisseur et en congruence, isolée de son « substrat ».

4À ce recentrage que l’on peut regretter, se superpose une réelle capacité à l’appropriation des outils et des techniques, qui sont utilisées pour la redéfinition des objets et des thématiques d’étude, ainsi que la définition de nouvelles méthodologies de travail. Ainsi, la réduction d’un champ d’intervention de la géomorphologie, telle qu’elle est perçue au travers des JJG, s’accompagne d’une complexification des méthodes et des outils. Cet au travers de ces nouveaux prismes que certains problèmes classiques de la géomorphologie sont relus et renouvelés.

5Nous avons choisi d’introduire ce volume par un texte issu de l’une des conférences introductives assurée par J.-L. Mercier sur les indices granulométriques. Ce texte s’inscrit dans la filiation directe des travaux séminaux menés à Strasbourg par A. Cailleux et J. Tricart (1959). J.-L. Mercier montre que, comme de nombreuses méthodes de la géomorphologie, la granulométrie doit se renouveler pour intégrer de nouveaux savoirs. Ce renouvellement est la condition d’une utilisation optimale du potentiel de ces indicateurs qui restent encore à explorer et à exploiter, notamment dans le cadre d’une géomorphologie dynamique ou paléoenvironnementale.

6Les trois articles suivants traitent des évolutions de systèmes géomorphologiques sur le temps intermédiaire, les derniers millénaires, qui constitue aujourd’hui une des durées privilégiées dans de nombreux travaux géomorphologiques. Si la durée prise en considération rapproche ces travaux, les objets d’étude ainsi que les méthodes relèvent toutefois d’une grande diversité. A. Christol et al. s’intéressent à l’évolution d’un système lacustre à forte amplitude, le lac de Van en Turquie, par l’approche couplée stratigraphie-géomorphologie pour reconstituer les hauts niveaux lacustres. Cet approche vient compléter très utilement les données purement sédimentologiques issues des carottages lacustres. Elle illustre le potentiel des approches géomorphologiques du binôme formes-formations pour documenter l’évolution des grands systèmes lacustres continentaux à l’instar des approches menées sur le méga-lac Tchad notamment (Bouchette et al., 2010). Les formes du relief sont également au cœur des travaux de M. David et J.-M. Carozza, mais il s’agit ici de formes d’érosion, les dépressions fermées du Languedoc-Roussillon. L’origine de celles-ci est discutée à partir de la quantification de ces formes par une approche géomorphométrique et statistique. Là également, si la méthode n’est pas nouvelle, l’enchaînement de modèles d’analyse (ACP et CAH) appliqué à ces objets peut révéler son potentiel. Enfin, l’article de J. Goslin et al. élabore une reconstitution des variations des niveaux marins holocènes en contexte tidal à partir de marqueurs stratigraphiques et géochimiques (13C), qui constituent une piste prometteuse comme alternative aux indicateurs biologiques plus traditionnels.

7Sur une durée de temps intermédiaire (pluriséculaire), l’article de M. Forget décline les méthodes géo-historiques à l’étude d’un mégafleuve, le Parana. La taille du système étudié ainsi que le type de sources documentaires utilisées nécessitent une adaptation des méthodes de la géohistoire pour ce type d’objet géographique. Au-delà de l’étude de cas, cet article ouvre des pistes pour une approche qualitative des sources à faible qualité géométrique et applicable à d’autres contextes.

8Enfin, deux articles abordent la question des évolutions sur le temps court, voire très court, des systèmes géomorphologiques. E. de Bélizal s’intéresse aux réajustements post-éruptifs qui se sont produits après l’événement de 2010 sur les pentes du Mérapi et comment les populations se sont adaptées au nouveau rythme de fonctionnement du système fluvio-torrentiel sur les pentes volcaniques. Enfin, A. Nicolae Lerma montre tout le parti qu’il est possible de tirer d’une approche par une source documentaire peu conventionnelle, la vidéo, pour calibrer et valider un modèle de submersion marine dans le cas des Mar de leva sur la côte caraïbe de Colombie.

9Au travers de tous ces articles, il apparaît in fine une tendance au redéploiement des outils, des techniques et des méthodes autour d’un nouveau noyau dur de la géomorphologie centré sur le temps intermédiaire et le temps court. Cette évolution montre la capacité des jeunes géomorphologues à s’adapter et à innover dans le contexte de la recherche actuelle. Ils contribuent par là même à la définition des nouveaux paradigmes de la géomorphologie.

Haut de page

Bibliographie

Bouchette F., Schuster M., Ghienne J.-F., Denamiel C., Roquin C. , Moussa A., Duringer P. (2010) – Hydrodynamics in the Holocene Lake Mega-Chad. Quaternary Research 73, 226-236.

Cailleux A., Tricart J. (1959) Initiation à l’étude des sables et des galets. Centre de Documentation Universitaire, 3 volumes, Paris, 202 p.

Cossart E., Lavigne F., Le Cœur C. (2011) Introduction au numéro thématique : « Rythmes et temporalités en géomorphologie : de l’évolution des volumes de relief à la reconstitution d’événements instantanés » (actes des Journées des Jeunes Géomorphologues 2010, Groupe Français de Géomorphologie). Géomorphologie : relief, processus, environnement 3, 243-246.

Liskar S., Vaks A., Bar-Matthews M., Porat R., Frumkin A. (2009) – Stromatolites in caves of the Dead Sea fault escarpment: implications to latest Pleistocene lake levels and tectonic subsidence. Journal of Quaternary Sciences, 28, 80-92.

Penven M.-J., Regnault H., Mercier D. (2011) – La jeune géomorphologie au début du XXIe siècle. In Penven M.-J., Regnault H., Mercier D. (Eds.), Mobilité des formes et surfaces terrestres. Des changements passés aux changements actuels. Presses Universitaire de Rennes, Rennes, 9-16.

Tricart J. (1962)L’épiderme de la Terre : esquisse d’une géomorphologie appliquée. Masson, Paris, 167 p.

Tricart J. (1978)Géomorphologie applicable. Masson, Paris, 204 p.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Michel Carozza, « Introduction au numéro thématique », Géomorphologie : relief, processus, environnement, vol. 19 - n° 4 | 2013, 375-378.

Référence électronique

Jean-Michel Carozza, « Introduction au numéro thématique », Géomorphologie : relief, processus, environnement [En ligne], vol. 19 - n° 4 | 2013, mis en ligne le 15 décembre 2013, consulté le 27 mars 2017. URL : http://geomorphologie.revues.org/10355

Haut de page

Droits d’auteur

© Groupe français de géomorphologie

Haut de page
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Groupe français de géomorphologie
  • Revues.org