Navigation – Plan du site

Le rôle des sources historiques dans la compréhension des dynamiques fluviales d’un grand fleuve de plaine. Le cas du Paraná argentin

The role of historical sources in the understanding of the fluvial dynamics of a great plain river. The case of the Argentinian Paraná
Marie Forget
p. 445-462

Résumés

Le Paraná argentin, cinquième plus grand fleuve du monde par son débit et la taille de son bassin-versant, est aujourd’hui peu connu. Cela peut s’expliquer par le caractère récent de sa découverte et par l’histoire de son exploitation incomplète. Les relevés physiques qui y sont faits sont souvent lacunaires et couvrent une période de temps insuffisante pour comprendre les changements dans sa morphologie à l’échelle de son bassin-versant et sur le temps long. Nous avons été amenés à nous interroger sur les données capables de nous aider à retracer la dynamique fluviale de ce grand fleuve de plaine. Situé dans le Nouveau Monde, l’appropriation de ce territoire est récente et il reste encore des stigmates de sa colonisation. Le tracé du fleuve a changé et il est alors légitime de se demander si les cartes, dans leur diachronie, permettent d’identifier ce changement. Nos recherches en archives nous ont permis de rassembler 43 cartes illustrant une période multiséculaire du XVe s. jusqu’à 1904. Les échelles d’analyse sont également variées : de l’échelle régionale (1/100 000) jusqu’à l’échelle continentale (1/18 500 000). La méthode utilisée est celle de la comparaison carte à carte dans laquelle les bancs de sable et la forme en plan du fleuve sont considérés comme des marqueurs de la dynamique fluviale. Les premières cartes (XVe s.) nous montrent un tracé en tresses sur le haut Paraná et un cours du Paraguay libre de tout dépôt. La dynamique actuelle indique un fonctionnement inverse. En partant des résultats obtenus, ce travail recherche les facteurs explicatifs liés aux phénomènes territoriaux et climatiques. Les mécanismes de défrichement dans les territoires des Misiones et leur abandon progressif après l’expulsion des Jésuites permettent de poser l’hypothèse d’un basculement dans l’origine de la charge sédimentaire.

Haut de page

Notes de la rédaction

Article soumis le 1er juillet 2012, accepté le 15 septembre 2013.

Texte intégral

Beaucoup de personnes ont contribué à cet article en le commentant et en prenant le temps de la discussion. Des remerciements sont dus à J.-P. Bravard pour ses commentaires et sa relecture attentive ainsi qu’à C. Ramonell, M. Amsler, J.J. Neiff et aux relecteurs anonymes pour leurs commentaires constructifs.

Introduction

1Le Paraná, cinquième fleuve mondial par son débit (16 800 m3/s à son embouchure) possède un fonctionnement fluvial typique d’un « mégafleuve » (Latrubesse, 2008; Latrubesse et Amsler, 2009). Lors de la découverte et des premières mises en valeur du fleuve, les colons ont été confrontés à une nature étrangère, inconnue, comme le montrent les textes contant l’appropriation des nouveaux territoires, qui font pour la plupart référence aux éléments connus de l’hydrologie des fleuves européens aux dimensions plus modestes (Azara, 1998 ; Pelletier, 2009). Lorsque l’on s’intéresse à la morphologie et à la dynamique fluviale sur le temps long, l’image est alors souvent plus parlante que le texte.

2À partir du milieu du XVIIe s., les techniques de représentation cartographique deviennent suffisamment performantes pour rendre compte de la réalité du terrain. On peut alors se demander ce que peuvent apporter les nombreux travaux cartographiques qui nous sont parvenus, aux études géomorphologiques actuelles. Nous avons choisi d’analyser ces apports en termes de dynamique fluviale, permettant d’étayer la connaissance du fonctionnement des mégafleuves, qui demeure aujourd’hui assez mal documenté. Les informations extraites des cartes anciennes pourraient ainsi nous renseigner sur les mécanismes fluviaux à une échelle de temps plus long que celui généralement employé (400 ans contre 100 ans dans les études géomorphologiques actuelles en Argentine).

3Toutefois, il convient de replacer la production cartographique dans son contexte pour comprendre les éléments représentés, et analyser la perception du fleuve par une société issue de l’émigration européenne qui doit composer avec des repères neufs, qui se traduisent dans l’évolution des représentations cartographiques. Les cartes permettent de retracer l’appropriation et la mise en valeur des territoires riverains du Paraná, les colons ayant par endroit modifié la nature du fleuve. Il reste des stigmates de ces modifications, que la carte, dans sa diachronie propre, amène à identifier.

4Étant donné son orientation et son parcours de plus de 4 000 km à l’intérieur des terres latino-américaines, le Paraná est une porte d’entrée et de sortie fantastique pour l’Argentine. De ce fait, la compréhension de la dynamique fluviale sur le temps long est indispensable pour servir de base à l’évaluation des impacts provoqués par l’aménagement d’une grande voie fluviale de transport. En effet, bien que sa position géographique et son parcours dans les terres sud-américaines rappellent le tracé du Saint-Laurent ou du Mississippi, le développement du transport fluvial y a été beaucoup plus tardif. À partir du XVIIe s., les navires à voile puis à vapeur remontent et descendent le Paraná pour connecter son immense bassin-versant (3,2 M km² partagés entre l’Argentine, la Bolivie, le Paraguay, le Brésil et l’Uruguay) aux débouchés maritimes du Río de la Plata. Toutefois, les interventions humaines qui modifient la dynamique naturelle du fleuve n’apparaissent qu’à la moitié du XXe s. avec des travaux de dragage. Avant cette période, la dynamique fluviale n’est donc pas impactée par des interventions directes sur les processus naturels.

5L’hypothèse principale est donc de savoir si il est possible de déterminer le fonctionnement du fleuve à petite échelle de temps et d’espace à travers l’analyse des cartes anciennes et des récits de voyage entre le XVIIe et le début du XXe s. Ces analyses quantitatives permettraient de compléter les enregistrements quantitatifs qui n’apparaissent dans le bassin qu’à partir de la seconde moitié du XXe s. Afin de garder une certaine cohérence dans la problématique et de réduire la taille de la zone d’étude, le cadre de travail est centré sur le cours argentin du Paraná (des chutes d’Iguazú jusqu’au Río de la Plata ; fig. 1).

6Ce travail a pour objectif de déterminer les modifications de la dynamique fluviale engendrées par l’appropriation d’un territoire neuf grâce à une approche originale couplant données géomorphologiques et données géohistoriques. Cette démarche nous amène à avoir recours à des documents divers, depuis les cartes historiques datant du XVIe s. jusqu’aux images satellites actuelles (2009). Les échelles d’analyse sont également variées, les cartes anciennes représentant le Paraná d’une échelle régionale (1/100 000) à une échelle continentale (1/18 500 000).

7La méthode utilisée est celle d’une démarche déductive qui permet de comparer les cartes entre elles, utilisant la théorie des systèmes fluviaux (Schumm, 1971, 1977). À l’échelle du bassin-versant, le processus et la réponse fluviale sont liés pour comprendre le fonctionnement du Paraná. Les bancs de sable ainsi que la forme en plan du fleuve sont alors considérés comme des marqueurs de la dynamique fluviale. Les cartes anciennes permettent donc de proposer des hypothèses : en se fondant sur les résultats de la dynamique fluviale, il est possible de remonter aux causes ayant entraîné une morphologie particulière. En effet, les cartes les plus anciennes (XVe s.) du corpus représentent un tracé en tresses sur le haut Paraná alors que le cours du Paraguay est libre de tout dépôt. Or, il semble que la dynamique actuelle indique un fonctionnement inverse (Amsler et Drago, 2009).

8La problématique suivante émerge alors de ces premières constatations : comment enrichir les recherches de géomorphologie fluviale actuelles par les informations qui nous sont transmises via les cartes anciennes ? La cartographie ancienne nous donne-t-elle de nouvelles clés dans la compréhension de la dynamique socio-fluviale à un pas de temps plus long que celui généralement utilisé, qui, en Argentine, est de l’ordre de la décennie ? Nous répondrons à cette problématique en proposant des hypothèses susceptibles d’expliquer les modifications de la dynamique fluviale sur les quatre derniers siècles. Toutefois, il convient de noter que ce travail est un travail en cours et que les hypothèses proposées doivent être validées par des mesures et des observations de terrain venant les confirmer ou les infirmer.

9Cette étude présentera dans un premier temps les atouts de l’utilisation des cartes anciennes dans le fonctionnement d’un fleuve de très grande dimension et peu connu. L’usage de ce type de sources nécessite toutefois une analyse critique approfondie, ce qui nous amènera à détailler les précautions nécessaires à l’utilisation des documents anciens. Puis, en développant l’exemple du haut Paraná, ce travail s’intéressera à l’identification des changements dans la morphologie du fleuve sur le temps long. Enfin, nous validerons de manière partielle les hypothèses et proposerons la mise en place de recherches complémentaires.

Fig. 1 – Carte générale du bassin-versant du Paraná et de ses sous-bassins.
Fig. 1 – General map of the Paraná watershed and its tributaries.

Fig. 1 – Carte générale du bassin-versant du Paraná et de ses sous-bassins. Fig. 1 – General map of the Paraná watershed and its tributaries.

A : Caractéristiques générales du bassin de la Plata. 1 : bassin de la Plata ; 2 : sous-bassins ; a : Paraguay et Uruguay ; b : Haut Paraná ; c : Paraná moyen ; d : Bas Paraná ; e : autre sous-bassin ; 3 : frontières internationales ; 4 : villes principales. B : Morphologie et aménagements des cours d’eau. 5 : écoulement dans un chenal unique encaissé : aménagement fluvial simple ; 6 ; présence de chutes dans un substrat basaltique : aménagement fluvial maîtrisé ; 7 : écoulement dans des chenaux multiples : aménagement fluvial complexe qui demande la maîtrise des dimensions d’un mégafleuve ; 8 : barrages.
A: General characteristics of the Plata watershed. 1: Plata watershed; 2: composed of a: Paraguay and Uruguay; b: Upper Paraná; c: Middle Paraná; d: Lower Paraná; e: others; 3: international borders; 4: main cities. B: Morphology and regional river development. 5: flow into a single deep channel: simple regional river development; 6: presence of falls in the basaltic substrate: controlled regional river development; 7: flow into multiple channels: complex regional river development, which supposes the control of the river’s dimensions; 8: dams.

Les atouts de la cartographie ancienne dans l’analyse des grands espaces sur le temps long

10Les recherches en archives dans les villes européennes (Paris, Londres, Madrid, Séville, Simancas) et argentines (Buenos Aires, Santa Fe, Corrientes) ont permis de rassembler une soixantaine de cartes couvrant une période de cinq siècles, du XVIe s. à la première moitié du XXe s. Malgré la grande quantité de cartes collectées, le corpus documentaire impose certaines limites car les données fondamentales sont fournies par le document ancien. C’est pourquoi l’échelle spatiale de l’étude est limitée par la précision des représentations, elle-même conditionnée par l’échelle géographique des différentes cartes. La figure 2 présente la relation entre la date de production et l’échelle des documents. Y sont représentées toutes les cartes dont l’échelle est clairement indiquée sur le document original. Si l’échelle n’est pas communiquée, il est difficile de la déterminer du fait des erreurs fréquentes de projection et de localisation.

11Le corpus documentaire intègre une large gamme de représentations depuis des cartes à très petite échelle (1/40 000 000) à des plans de navigation à grande échelle (1/10 000). Les cartes à petite échelle, bien que toujours utilisées à la fin du XIXe s., tendent à être remplacées par des cartes à plus grande échelle. De la fin du XVIIe s. jusqu’au milieu du XVIIIe s., la cartographie du bassin hydrographique se fait à petite échelle (entre 1/3 500 000 et 1/2 000 000) alors qu’un siècle plus tard, la majorité de la production se situe autour du 1/100 000 avec l’apparition progressive de plans de navigation précis à l’échelle 1/10 000. Le corpus documentaire réuni présente donc des atouts considérables en termes d’emboîtement d’échelles et permet de prendre en compte l’intégralité du bassin-versant, ce qui est relativement rare dans les travaux actuels.

12L’évolution de la cartographie en Europe influence les progrès dans la représentation du Nouveau Monde, mais avec un certain retard. En effet, le genre topographique d’une grande précision apparaît en Europe au XVIe s. (Broc, 1986) mais n’est adapté qu’à la représentation des régions du Monde les mieux connues, excluant de fait le bassin du Paraná. Pour les terres de la Vice Royauté de la Plata, après la période des découvertes où les cartographies sont nombreuses – cette période de découvertes, qui prend fin vers 1540-1550, se caractérise par une production importante de cartes plus ou moins exactes réalisées par relevés de terrain, sur la base de récits d’exploration ou de recopiage –, on passe progressivement du stade de la simple reconnaissance à celui de la colonisation, qui demande une représentation plus fine du territoire. Celle-ci se base alors essentiellement sur des voyages d’exploration visant à une connaissance plus exhaustive du territoire. L’évolution dans la cartographie se distingue nettement à partir du XVIIe s., durant lequel transparaît une meilleure compréhension des facteurs physiques : la localisation des éléments-clés du territoire s’améliore (embouchures, confluences, sauts rocheux, forêts ripariennes, mines de métaux précieux et établissements coloniaux et autochtones qui y sont associés).

13Tout comme l’échelle des cartes commande le degré de précision et la capacité d’avoir une vision d’ensemble du bassin, le fond documentaire conditionne le cadre temporel de l’analyse des modifications morphologiques du fleuve. Le corpus étant varié, l’intervalle de temps offert par l’analyse des cartes est plus important que celui généralement employé dans les études géomorphologiques portant sur le Paraná. Depuis peu, les travaux de géomorphologie fluviale en Argentine tendent à adopter le siècle comme durée de référence (Ramonell et al., 2000). Or les cartes anciennes représentant le Paraná permettent de travailler sur les quatre derniers siècles : la première carte connue est celle de Sebastien del Cano, datée de 1523, et la dernière carte considérée comme faisant partie du corpus est une carte de navigation datant de 1932 (Derrotero de Navegación, 1932).

14Il existe toutefois des lacunes dans la couverture temporelle de la zone étudiée, la production cartographique n’étant pas linéaire (fig. 3). Ainsi, certains intervalles de temps sont caractérisés soit par un hiatus dans les archives soit par la présence de périodes (1500-1530, 1540-1560, 1580-1620, 1640-1660, 1710-1730, 1760-1780 et 1890-1910) moins propices à la diffusion de la cartographie. Il est possible de distinguer quatre périodes : 1) 1430-1570, regroupant les cartes de la découvertes peu précises et utilisables de manière qualitative ; 2) 1630-1730, intervalle durant lequel la cartographie s’affine avec une production moyenne d’une carte tous les dix ans ; 3) 1750-1890, période la plus féconde avec des cartes de très bonne qualité, en grand nombre et à des échelles variées ; 4) 1910-1930, qui représente le passage de la carte au plan, avec des informations précises et fiables se fondant sur des relevés chiffrés dont l’usage quantitatif est possible. Durant cette période disparaissent également les problèmes liés à la projection que connaissent les cartes des périodes précédentes.

15Partir d’un corpus documentaire aussi riche est en soit une gageure. En effet, les documents n’ont pas tous la même valeur scientifique et ne peuvent être utilisés sans une critique adéquate de leur provenance, de leur réalisation, de leur objectif et de la qualité de leur réalisation. L’analyse du corpus en montre donc la richesse et permet d’en contourner les pièges.

Fig. 2 – Évolution dans le temps de l’échelle dans les représentations cartographiques.
Fig. 2 – Map scale against time.

Fig. 2 – Évolution dans le temps de l’échelle dans les représentations cartographiques. Fig. 2 – Map scale against time.

1 : Juan Sebastien Del Cano, 1523, Carte de la côte Est de l’Uruguay et d’Argentine ; 2 : Diego Ribeiro, Carte de l’Amérique, 1529 ; 3 : Caboto, Carte du río de la Plata, 1544 ; 4 : Diego Homem, Carte de l’Amérique du Sud et d’une partie des Indes occidentales, 1558 ; 5 : Domingo Teixeira, Planisphère nautique, 1573 ; 6 : Nicolas Sanson d’Abbeville, L’Amérique, en plusieurs cartes nouvelles, et exactes, etc. en divers traités de géographie, et d’histoire XVII; 7 : Anonyme, Mapa de los Ríos Paraná y Marañón, con expresión de algunos de sus afluentes y de las poblaciones de españoles que hay en este terrítorio, XVIe ; 8 : Nicolas Sanson d’Abbeville, Amérique méridionale, 1650 ; 9 : Anonyme, Mapa de la Laguna Brava y de los Ríos Uruguay, Paraná y Paraguay, con diseño de las fortificaciones y lugar de las minas de oro que según declaración de un indio llamado Domingo, poseían los jesuítas en aquellos lugares, 1656 ; 10 : Nicolas Sanson d’Abbeville, Le Paraguay, le Chili, la Terre et les Isles Magellaniques, 1656 ; 11 : Nicolas Sanson d’Abbeville, Paraguay subdivisé entre ses principales parties suivant les dernières relations 1665 ; 12 : Nicolas Sanson d’Abbeville, Amérique méridionale revue et corrigée en plusieurs lieux 1669 ; 13 : Nicolas Sanson Abbeville, Le Cours de la rivière des Amazones dressé sur la relation du R.P. Christophe d’Acugna, 1680 ; 14 : Anonyme, Delineación Gidrographica (sic) y Geográfica del Río de la Plata con su entrada, canales, bancos, bajos y arrecifes, hecho por el Capitan Juan Andres Esmaili, vecino de Cadiz, 1685 ; 15 : Anonyme, Carte figurative du bassin du Paraná, ca. 1690 ; 16 : Anonyme, Carte du Paraná, de l’Uruguay et du Grande, 1730 ; 17 : Guillaume de Covens, Carte de l’Amérique Méridionale, 1742 ; 18 : Carlos Rechberg, Quas Provincia Societatis JESU Paraguanca excolit ad flumina Paraná y Uruguay, 1744, 19 : Anonyme, Carte du Paraná, de l’Uruguay et du Rio de la Plata, cal. 1750 ; 20 : Felix de Azara (1746-1811) Atlas de cartas geograficas de los païses de la America Meridional en que estuvieron situadas las mas importantes Misiones de los Jesuites, como tambien de los Territorios sobre cuya posesion verbaron alli las principales cuestiones entre España y Portugal, acompañado de varios documentos sobre estas ultimas cal. 1753 ; 21 : Anonyme, Carte géographique des délimitations territoriales, 1820 ; 22 : M. Parchappe et A. d’Orbigny, Carte de la République Argentine, 1828 ; 23 : Capitaine Sullivan, Carte de l’embouchure de l’Iguazú et de Corrientes, 1837 ; 24 : Thomas Page, Cours inférieur et bouches du río Paraguay, 1853 ; 25 : Victor Martin de Moussy, Carte de des provinces de Corrientes et Misiones,1865 ; 26 : Victor Martin de Moussy, Carte de la confédération argentine, Uruguay, Paraguay, d’une partie du Brésil et de Bolivie, 1867 ; 27 : A. Selstang et R. Foster, Carte de navigation, 1876 ; 28 : Ministère des Travaux Publics de la République Argentine, Direction générale des travaux hydrauliques, Carte de navigation de Rosario à Paraná, 1903-1904 ; 29 : Ministère des Travaux Publics de la République Argentine, Commission du Haut Paraná, Carte de Navigation d’Esquina à Buenos Aires, 1913.
1: Juan Sebastien Del Cano, 1523, East Casot of Uruguay and of the Plate river basin; 2: Diego Ribeiro, Map of America, 1529; 3: Caboto, map of the Plate River, 1544; 4: Diego Homem, Map of South America and part of oriental Indies, 1558; 5: Domingo Teixeira, Nautic planisphere, 1573; 6: Nicolas Sanson d’Abbeville, America in many new and exacts maps, 17th c.; 7: Anonymous, Map of the Paraná and Marañón, rivers with expression of some of their tributaries and of the main establishments del territory, 16th c.; 8: Nicolas Sanson d’Abbeville, South America, 1650 ; 9: Anonymous, Map of the Laguna Brava and of the Uruguay, Paraná and Paraguay rivers, with mention of the fortification and the location of the gold mines, 1656; 10: Nicolas Sanson d’Abbeville, Paraguay,Chili, and Magelanes Island, 1656; 11: Nicolas Sanson d’Abbeville, Paraguay subdivised in its principal parts 1665; 12: Nicolas Sanson d’Abbeville, South America rivised and modified, 1669; 13: Nicolas Sanson Abbeville, Amazon River by R.P. Christophe d’Acugna, 1680; 14: Anonymous, Geodesic (sii) and geographic elimination of the Plate River by el Capitan Juan Andres Esmaili de Cadiz, 1685; 15: Anonymou, Figurative map of the Paraná river watershed, ca. 1690; 16: Anonymous, Map of the Paraná, Uruguay and Grande rivers, 1730; 17: Guillaume de Covens, Map of South America, 1742; 18: Carlos Rechberg, Quas Provincia Societatis JESU Paraguanca excolit ad flumina Paraná y Uruguay, 1744; 19: Anonymous, Map of the Paraná,Uruguay and Plate rivers, cal. 1750; 20: Felix de Azara (1746-1811) Atlas of geographic maps of South Americans countries where were located the most important jesuitic misions, cal. 1753; 21: Anonymous, Geographic map of teritorial limits, 1820; 22: M. Parchappe and A. d’Orbigny, Map of Argentina Republic, 1828; 23: Capitaine Sullivan, Map of Iguazú river’s mouth and the town of Corrientes, 1837; 24: Thomas Page, Lower course and mouth of the Paraguay River, 1853 ; 25: Victor Martin de Moussy, Map of the provinces of Corrientes and Misiones,1865; 26: Victor Martin de Moussy, Map of Argentinian confederation, Uruguay, Paraguay, and a part of Brazil and Bolivia, 1867; 27: A. Selstang et R. Foster, Navigation map 1876; 28: Ministerio de Obras Publicas,Diretion of hydrolic works, Navigation maps from Rosario to Paraná, 1903-1904; 29: Secretary of Public Work, Commission on High Paraná River, Map of Navigation from Esquina to Buenos Aires, 1913.

Fig. 3 – Nombre de cartes anciennes produites par décennies.
Fig. 3 – Number of antique maps from the corpus produced by decade.

Fig. 3 – Nombre de cartes anciennes produites par décennies. Fig. 3 – Number of antique maps from the corpus produced by decade.

Richesses et pièges des cartes anciennes

16Ces documents, créés selon des objectifs et avec des méthodes différentes, offrent une représentation du territoire d’une grande richesse et d’une bonne qualité graphique (Bravard et Béthemont, 1989 ; Bravard, 2011). À l’origine, les cartes anciennes représentent en priorité les régions situées à proximité des grands cours d’eau (Río de la Plata, Paraná, Paraguay et Uruguay) car ceux-ci sont des voies de communication faciles permettant de remonter loin à l’intérieur du continent. De ce fait, deux types d’informations prévalent sur les cartes anciennes : les éléments morphologiques contraignant la navigation (bancs de sable, tronçons de faible profondeur, sauts rocheux), le tracé des routes fluviales (qui peuvent être extrapolées comme étant le thalweg principal du fleuve), la localisation précises des îles servant aux escales (qui sont complétées par des descriptions sur la faune et la flore ainsi que sur leur taille) et, enfin, les colonies et les missions jésuites implantées à proximité du fleuve.

17La plupart de ces cartes n’ont jamais été utilisées dans les travaux scientifiques sur le fonctionnement fluvial du Paraná, bien qu’il soit possible d’en extraire des informations qualitatives et pseudo-quantitatives apportant des éléments nouveaux sur les dynamiques passées du Paraná. Il faut toutefois souligner que le corpus de cartes est de valeur inégale. En effet, les cartes sont d’un niveau de précision et d’une fiabilité variables. Les informations fournies dépendent en général du mode de représentation, souvent (mais pas toujours) corollaire de la période de production. Avant la première moitié du XVIIe s., les cartes ne fournissent que des données qualitatives qui doivent, de surcroît, être comparées avec les textes de la même période décrivant le cours du Paraná et renseignant sur la qualité des informations graphiques. Un tri, fondé sur le mode de représentation et sur sa fiabilité, a donc dû être fait dans le corpus cartographique.

18Les cartes collectées reflètent le travail de cartographes aux méthodes de travail diverses. En effet, entre le XVIe et le XIXe s., les cartes produites ne sont pas uniquement le fruit du travail de cartographes professionnels et peuvent être l’œuvre de cartographes amateurs, voyageurs, explorateurs, marins et colons n’ayant été formés ni aux techniques des relevés terrestres, ni à la cartographie (Broc, 1986). De plus, les informations portées sur les cartes dépendent directement des objectifs du cartographe et de ses intérêts et de sa connaissance des territoires du système fluvial. Sur le terrain, les cartographes reportent ce qui leur semble important ou ce qu’ils croient l’être. De ce fait, il convient de distinguer les productions réalisées sur le terrain de celles, tout aussi nombreuses, des cartographes de cabinet compilant les informations depuis l’Europe. Ces cartes se fondent alors sur des sources secondaires et leur exactitude n’est vérifiée par aucun travail de terrain. Les cartes ainsi produites, de qualités diverses, possèdent de surcroît des modes de représentation et des codes sémiologiques propres (Pelletier, 2001, 2009). Pour pouvoir les utiliser de manière adéquate, il est nécessaire de déterminer la fiabilité de chacune d’entre elles afin d’exploiter au mieux les éléments représentés.

19Neuf cartes du XVIe s. ont été collectées. La première carte, datée de 1523, est attribuée à Juan Sebastien del Cano (fig. 4) et représente la côte est de l’Uruguay et de l’Argentine. L’hydrographie y est symbolisée bien que la distinction entre les trois principaux organismes fluviaux (Paraná, Paraguay et Uruguay) soit très claire. Toutefois, leurs tracés restent très approximatifs : la modification du tracé du Paraná au niveau de Corrientes – à cet endroit, le Paraná abandonne son écoulement N-S pour s’écouler E-W –, pourtant évidente, n’a pas encore été identifiée. La confluence entre le Paranaíba et l’Iguaçu est, elle, clairement reconnue et le cours du Paraguay ainsi que sa confluence avec le Paraná sont relativement bien représentés. Il est probable que Sebastien del Cano ait basé sa représentation sur des informations fournies par les natifs rencontrés. En effet, l’erreur commise sur la localisation des sources du fleuve, ici représentées à l’ouest, prouve qu’il ne s’y est pas rendu car, bien que les techniques de relevé de cette époque manquent de précision, ce type d’erreur n’est plus commise. Les informations fournies par les cartes anciennes comprennent ainsi un certain nombre d’erreurs qui relèvent de la connaissance erronée ou des erreurs liées aux techniques cartographiques.

Fig. 4 – A : Côte Est de l’Uruguay et du bassin de la Plata, Juan Sebastian del Cano, ca. 1523. Collection personnelle du Dr Buenaventura, Asunción Paraguay. B : Carte de Diego Ribeiro, 1529, Bibliothèque Apostolique du Vatican. C. Carte de l’hémisphère occidental, Diego Guttierez, 1567, Rosenwald Collection, Library of Congress, no. 1303.
Fig. 4 – A: East coast of Uruguay and of the Plata river basin in Juan Sebastian del Cano, ca. 1523. Dr Buenaventura Caviglia’s Personal collection, Asunción Paraguay. B. Map of Diego Ribeiro, 1529, Vatican Apostolic Library. C. Map of the Western Hemisphere, Diego Gutierrez, 1567, Rosenwald Collection, Library of Congress, no. 1303.

Fig. 4 – A : Côte Est de l’Uruguay et du bassin de la Plata, Juan Sebastian del Cano, ca. 1523. Collection personnelle du Dr Buenaventura, Asunción Paraguay. B : Carte de Diego Ribeiro, 1529, Bibliothèque Apostolique du Vatican. C. Carte de l’hémisphère occidental, Diego Guttierez, 1567, Rosenwald Collection, Library of Congress, no. 1303. Fig. 4 – A: East coast of Uruguay and of the Plata river basin in Juan Sebastian del Cano, ca. 1523. Dr Buenaventura Caviglia’s Personal collection, Asunción Paraguay. B. Map of Diego Ribeiro, 1529, Vatican Apostolic Library. C. Map of the Western Hemisphere, Diego Gutierrez, 1567, Rosenwald Collection, Library of Congress, no. 1303.

1 : identification de la confluence Paraguay/Paraná (localisation erronée) ; 2 : localisation effective de la confluence ; 3 : orientation des cours d’eau proposée dans les cartes A et B.
1: identification of the confluence Paraguay/Paraná (false location); 2: effective location of the confluence; 3: orientation of the courses of water proposed in maps A. and B.

20Quatre cartes anciennes de cette période sont présentées ici (fig. 5) pour déterminer la fiabilité de la représentation. En effet, les phénomènes de copie sont fréquents entre le XVIe et le XIXe s., notamment dans les zones du monde récemment découvertes. Une comparaison rapide des cartes de la figure 5 montre que les erreurs de représentation se propagent d’une carte à l’autre. Par exemple, le dessin du Paraná entre la carte de del Cano et celle de Diego Ribeiro, produite 40 ans plus tard, est quasiment identique. Pour déterminer la validité scientifique des données cartographiques, les informations représentées sur les cartes anciennes sont comparées, confirmées ou infirmées par l’analyse des sources écrites de la même période : parmi les plus connues, il faut citer Ulrich Schmidl (1544), Woodbine Parish (1839), Alcide d’Orbigny (1845), Thomas Page (1859), Victor Martin de Moussy (1864) ou encore Charles Knight (1866). En comparant les images aux descriptions plus ou moins scientifiques de ces textes, nous avons pu nous assurer que la représentation graphique correspond bien à la réalité du terrain. Ce n’est pas toujours le cas car de nombreuses informations graphiques semblent avoir été recopiées de cartes plus anciennes. De ce fait, la mobilité du fleuve est mal perçue à travers les cartes mais les erreurs peuvent être corrigées et le tracé en plan général du fleuve confirmé par la localisation des îles et des bancs de sable les plus importants. Les textes de Charles Knight, par exemple, décrivent avec exactitude le voyage des bateaux de l’expédition en donnant la distance parcourue entre les îles, leur morphologie et celle du fleuve. Ces descriptions des paysages permettent de reconstituer l’environnement dans lequel évoluent les colons et sa relation avec les éléments contenus sur les cartes du XVIIIe s.

Fig. 5 – A : Le Paraguay subdivisé entre ses principales parties suivant les dernières relations, Nicolas Sanson d’Abbeville, 1665, Bibliothèque Nationale de France. B : Carte du Paraguay et des pays adjacents, ca. 1700, Anonyme, collection personnelle. C : Paraquariae provinciae Soc. Iesu cum adjacent. novissima post descriptio per egrinationes iterate, and multi Observationes Missionariorum ejusdem Patrum Soc. tum hujus provinciae, cum and Peruanae, Anonyme, 1722, Bibliothèque Nationale de France. D : Misiones, Quas Provincia Societatis JESU Paraguanca excolit ad flumina Paraná y Uruguay, Carlos Rechberg, 1744.
Fig. 5 – A: Paraguay divided up into its main parts, Nicolas Sanson d’Abbeville, 1665, Bibliothèque Nationale de France. B. Map of Paraguay and neighbouring countries, ca. 1700, Anonymous, personal collection. C: Paraquariae provinciae Soc. Iesu cum adjacent. novissima post descriptio per egrinationes iterate, and multi Observationes Missionariorum ejusdem Patrum Soc. tum hujus provinciae, cum and Peruanae, Anonymous, 1722, France National Library. D: Misiones Provincia Quas Societatis JESU Paraguanca excol ad flumina Paraná y Uruguay, Carlos Rechberg, 1744.

Fig. 5 – A : Le Paraguay subdivisé entre ses principales parties suivant les dernières relations, Nicolas Sanson d’Abbeville, 1665, Bibliothèque Nationale de France. B : Carte du Paraguay et des pays adjacents, ca. 1700, Anonyme, collection personnelle. C : Paraquariae provinciae Soc. Iesu cum adjacent. novissima post descriptio per egrinationes iterate, and multi Observationes Missionariorum ejusdem Patrum Soc. tum hujus provinciae, cum and Peruanae, Anonyme, 1722, Bibliothèque Nationale de France. D : Misiones, Quas Provincia Societatis JESU Paraguanca excolit ad flumina Paraná y Uruguay, Carlos Rechberg, 1744. Fig. 5 – A: Paraguay divided up into its main parts, Nicolas Sanson d’Abbeville, 1665, Bibliothèque Nationale de France. B. Map of Paraguay and neighbouring countries, ca. 1700, Anonymous, personal collection. C: Paraquariae provinciae Soc. Iesu cum adjacent. novissima post descriptio per egrinationes iterate, and multi Observationes Missionariorum ejusdem Patrum Soc. tum hujus provinciae, cum and Peruanae, Anonymous, 1722, France National Library. D: Misiones Provincia Quas Societatis JESU Paraguanca excol ad flumina Paraná y Uruguay, Carlos Rechberg, 1744.

1 : distance entre l’embouchure et la confluence sous-estimée ; 2 : non identification de la direction du Paraná et mauvaise appréciation des tailles respectives du Paraná et du Paraguay ; 3 : coude du Paraná au niveau de la confluence qui ne correspond plus à l’écoulement actuel.
1: underestimation of the distance between the mouth and the confluence; 2: non- identification of the direction of the Paraná River and bad appreciation of the respective sizes of the Paraná and the Paraguay rivers; 3: curve in the flow of the Paraná River at the confluence, which does not correspond to the current flow.

21Pour simplifier le processus de validation de la qualité des informations, nous proposons un schéma de fiabilité des différentes cartes du corpus (fig. 6). Comme il est difficile de représenter toutes les cartes, nous avons choisi neuf cartes dans le corpus, qui peuvent être considérées comme représentatives de l’évolution de la cartographie entre le XVIe et le XIXe s. Ces cartes ont été comparées avec les textes de la même période. Nous proposons donc un tableau qui retrace l’apparition de différents indicateurs de la qualité de la représentation (fig. 6). Les éléments partiellement contrôlés par les cartographes ont été représentés en gris clair alors que les éléments les mieux représentés sont affichés en gris plus foncé. Il apparaît alors que ce n’est qu’à la fin du XVIIIe s. que tous les indicateurs sont totalement contrôlés par la cartographie. Avant 1865, les indicateurs ne sont pas complets mais la connaissance du système fluvial du Paraná se construit petit à petit, avec des avancées et des reculs successifs. La figure 6 montre alors la rupture entre documents considérés comme anciens et ceux modernes qui se fondent sur des relevés exacts et le style topographique. Le tournant est visible dans le corpus à partir des plans de navigation produits au début du XXe s.

22Au regard des éléments ainsi rassemblés, il apparaît que :

  • Les données cartographiques datant d’avant le XVIIIe s. ne sont pas suffisamment fiables pour être intégrées à une étude pseudo-quantitative. En effet, l’évolution dans la représentation de la surface terrestre et le progrès dans les méthodes de cartographie permettent, à partir de la seconde moitié du XVIIIe s., d’extraire des informations sur la morphologie fluviale en se basant sur la taille et la forme des objets représentés. Par exemple, le contour des îles et des bancs de sable s’affine et leur représentation reflète mieux la réalité du terrain. Plusieurs observations découlent ainsi de la comparaison des cartes de la figure 5.

  • Les cartes de la fin du XVIIe s. (fig. 5A et B) figurent le Paraná à une échelle comparable. L’analyse de ces deux représentations montre que des erreurs de localisation se propagent d’un siècle à l’autre. L’auteur de la seconde carte n’identifie pas le changement de direction dans l’écoulement du fleuve à partir de Corrientes alors que les distances séparant le delta du Paraná et sa confluence avec le Paraguay sont très approximatives. En revanche, la carte de Nicolas Sanson d’Abbeville (fig. 5A) est d’une grande précision dans le tracé du fleuve et dans le dessin de sa morphologie alors que ce cartographe est connu pour être un cartographe de cabinet, qui recompile des sources secondaires.

  • Les cartes C et D de la figure 5, qui datent du début du XVIIIe s., sont semblables en de nombreux points à la représentation proposée par Sanson d’Abbeville. Elles ont toutefois été produites par des personnes connaissant très bien le terrain. La figure D, par exemple, a été réalisée par un prêtre jésuite dans le but de localiser les missions jésuites des territoires argentins et paraguayens. Une attention particulière est portée au Paraná, qui est l’unique voie de communication entre les missions et les colonies de l’époque (Levinton, 2007, 2009 ; Carbonell de Massy et Levinton, 2010). Il est alors possible de proposer l’hypothèse suivante : la courbe faite par le Paraná au niveau de la confluence avec le Paraguay (fig. 5A, C et D) correspond à l’actuel tracé du fleuve à cette époque. Aujourd’hui, l’écoulement du fleuve ne suit plus ce tracé qui reste toutefois visible sur les images satellitales sous la forme de paléochenaux. Les cartes anciennes combinées au travail de terrain nous documentent sur les changements survenus dans la morphologie fluviale.

Fig. 6 – Degré de fiabilité attribué aux données graphiques contenues dans le corpus.
Fig. 6 – Degree of reliability that can be attributed to the graphical data within the corpus.

Fig. 6 – Degré de fiabilité attribué aux données graphiques contenues dans le corpus.Fig. 6 – Degree of reliability that can be attributed to the graphical data within the corpus.

Identification des changements survenus dans la dynamique fluviale

23Les changements dans le tracé du fleuve peuvent être identifiés par une analyse diachronique des cartes anciennes et des documents récents, qui renseignent également les modifications de la forme en plan du fleuve.

24Dans le corpus de cartes, le lit du Paraná est généralement représenté comme un cours chargé d’îles de taille différentes. Les auteurs ont sans doute été dans l’incapacité de géolocaliser avec exactitude les îles de milieu de chenal, les éléments représentés peuvent être analysés en termes qualitatifs (voire pseudo-quantitatifs) selon la théorie des systèmes fluviaux dans laquelle les îles et les bancs de sables sont considérés comme des marqueurs de la dynamique fluviale (Schumm, 1971, 1977). Afin d’affiner l’analyse, il est nécessaire de sélectionner une carte de référence qui permette la comparaison avec les informations cartographiques et satellitales les plus récentes. L’objectif est de réaliser cette comparaison grâce à un système d’information géographique (ArcGIS 9) autorisant les requêtes spatiales. Pour ce faire, les cartes sélectionnées doivent avoir été réalisées avec un système de projection explicite et une localisation correcte des points de référence. Le géoréférencement de nombreuses cartes a été réalisé mais la plupart d’entre elles (notamment celles produites avant le XVIIe s.) n’ont pas permis d’obtenir des résultats exploitables du fait de la déformation trop importante du résultat final les rendant illisibles. Dans le corpus, nous avons donc choisi la carte la plus ancienne et la plus précise qui supporte le traitement. Cette carte est datée du milieu du XVIIIe s. et est extraite de la collection d’un séminaire jésuite de la région lyonnaise. Elle représente le haut Paraná et le Paraná moyen, dont la représentation est le fruit de techniques et de mesures cartographiques précises qui permettent la comparaison avec les données actuelles. En outre, elle permet de distinguer les formes en plan des différents tronçons du Paraná, depuis la ville de Ontivera (ville actuelle d’Itaipu) jusqu’à la ville de Buenos Aires (fig. 1).

25En vue de présenter clairement l’intérêt de l’utilisation des données historiques dans les analyses géomorphologiques, nous avons choisi d’analyser ici un tronçon du haut Paraná. Cette méthode a donc été appliquée sur une section allant de la ville de Corrientes à celle de Posadas qui se compose successivement d’un tracé à méandres dans un chenal unique incisé dans le substrat basaltique et d’une section en tresses caractérisée par la présence de nombreuses îles et bancs de sable jusqu’à la confluence du fleuve avec le Paraguay (fig. 1). À partir de ce point, l’écoulement change de direction et le lit du fleuve est moins chargé en îles. La carte datant du XVIIIs. représente les chutes d’Apipé et les affleurements rocheux qui ponctuent le tronçon du Haut Paraná. La construction, en 1984, de la centrale hydroélectrique de Yaciretá sur ce tronçon nous a conduit à comparer la carte ancienne à des documents antérieurs au remplissage du lac de retenue ennoyant aujourd’hui la morphologie naturelle du fleuve (fig. 7). La comparaison des images satellitales de 1983 et de la carte ancienne indique que la forme de l’île d’Apipé n’a que très peu évolué entre les deux dates. La stabilité de la forme de cette île végétalisée de grande dimension permet de confirmer la précision cartographique du XVIIIe s. : sa localisation ainsi que ses contours sont identiques ou très proches de ceux relevés à la fin du XXe s.

26Ces observations sont généralisables à l’ensemble des îles de grande taille qui ont pour la plupart été conservées. La modification relative de leurs contours s’explique par la dynamique fluviale mais le cœur des îles, couvert de végétation, est très stable. Cette précision n’est toutefois pas généralisable à l’ensemble des éléments représentés sur la carte ancienne. En effet, l’échelle de la carte n’a pas permis la transcription précise des îles plus petites ou des bancs de sable, qui se reconnaissent aisément à leur forme circulaire. En effet, la sémiologie graphique utilisée adopte un procédé de simplification et de schématisation car aucun dépôt actuel n’est caractérisé par une telle circularité. Au mieux, les îles et les dépôts se développent selon une géométrie oblongue (Bonetto et Orfeo, 1984 ; Peireira et Montagnini, 2009). Nous nous sommes donc fondés sur ces observations pour discriminer les marqueurs de la dynamique fluviale, en considérant que les îles ayant une surface circulaire d’une dimension inférieure à 3 mm de diamètre sur la carte, correspondent à des dépôts sableux de surface ou de subsurface (Torre Revello, 1938 ; Hooke et Kaine, 1982 ; Gurnell et Peiry, 2005 ; Federzoni, 2006). En revanche, les îles de taille supérieure et de forme plus allongée semblent représenter des îles relativement stables, vraisemblablement végétalisées (Smith, 1981 ; Hickin, 1984 ; McCarthy et Ellery, 1992 ; fig. 7).

27Sur cette base, les sections présentant le plus de similitudes et de différences ont été numérotées afin de faciliter l’analyse du style fluvial et de saisir les principales modifications qui les ont affectées au cours des 250 dernières années. Six sections ont été distinguées (fig. 7) :

  • La première section se situe au niveau de la ville actuelle de Posadas (fondée en 1870) et correspond au passage d’un style à méandres (dans un chenal unique) à un style mixte (tresses et anastomoses). Le fleuve commence à s’écouler dans des chenaux multiples, style qu’il conserve jusqu’à son embouchure. Dans cette section, le fleuve semble avoir conservé un fonctionnement stable car aucune métamorphose fluviale ne s’y est produite à une échelle de temps pluriséculaire. De fait, la structure géologique n’est pas propice aux changements de style fluvial, le fleuve incisant dans le substrat gréseux. L’ajustement du fleuve aux modifications des conditions de l’écoulement se propage préférentiellement vers les sections de l’aval dans lesquelles le fleuve dépose et incise plus aisément. L’absence de dépôts sableux dans cette section pourrait également s’expliquer par des conditions hydrodynamiques au XVIIIe s. qui favorisent le transit des sédiments. En revanche, aujourd’hui, de nombreux bancs de sable assez mobiles encombrent la quasi-totalité du lit de cette section d’une vingtaine de kilomètres de long.

  • La seconde section correspond à l’île d’Apipé, relativement stable entre les deux dates : sa forme triangulaire reste inchangée bien qu’elle gagne en superficie vers l’amont. Au XVIIIe s. l’île est plaquée contre la rive droite du Paraná, dégageant les chenaux septentrionaux. Aujourd’hui, la section est plus largement encombrée et les chenaux d’écoulement principaux, qui peuvent atteindre le nombre de quatre, longent le sud de l’île pour les premiers et la traversent en son milieu pour les seconds. Ils confluent au niveau de l’étranglement pour passer les chutes d’Apipé où le Paraná s’écoule dans un chenal unique.

  • La troisième section est également centrée sur une zone d’ajustement et présente un net élargissement du lit principal du Paraná. Ce qui correspondait à la queue de l’île d’Apipé au XVIIIe s. s’est développé en une île végétalisée et sépare le flux en trois voire quatre chenaux. À l’aval s’agencent d’autres îles allongées déjà présentes dans le lit du Paraná au XVIIIe s.

  • La quatrième section s’étend sur environ 200 km entre les sauts d’Apipé et la ville de Corrientes. Cette section est caractérisée par un écoulement en chenaux multiples mais des différences existent dans les conditions d’écoulement, comme le montre la densité d’îles et de bancs de sable représentés sur la carte ancienne. Les dépôts de chenaux semblent être plus nombreux au XVIIIe s. alors que les îles végétalisées apparaissent relativement stables.

  • La cinquième section, au niveau de la ville de Corrientes, encadre le changement d’orientation du Paraná vers le sud après sa confluence avec le Paraguay. Cette zone semble être un point nodal du Paraná, c’est-à-dire une section restée inchangée sur le temps long. Quelques modifications apparaissent entre la carte ancienne et la carte actuelle, mais elles sont peu nombreuses. On constate par exemple que l’anabranche au niveau de la ville de Resistencia n’est pas encore représentée sur la carte du XVIIIe s.

  • La sixième et dernière section est celle où les changements ont été les plus nombreux. Sur une courte distance, le Paraná traverse la plaine alluviale pour s’écouler sur sa marge occidentale entre les villes de Goya et d’Esquina (110 km) avant de s’écouler à nouveau sur sa marge orientale. Cette section est représentée sur la carte du XVIIIe s. comme une portion de l’écoulement à chenal unique où aucun dépôt sableux n’a été répertorié. Aujourd’hui, il s’agit du tronçon le plus complexe du haut Paraná. Les quatre chenaux sont couplés à quatre anabranches dont l’écoulement est pérenne. L’analyse de cette section, où semblent se concentrer les effets des modifications des sections de l’amont, permet de proposer les hypothèses suivantes : 1) soit le Paraná a connu une forte augmentation des apports sédimentaires dans cette section sans avoir la compétence pour les évacuer (les zones d’aggradation se sont par la suite stabilisées dans un contexte climatique proche de l’actuel), 2) soit il a connu une diminution importante des débits liquides ne permettant plus l’évacuation vers l’aval de la charge sédimentaire en provenance des bassins versants d’amont.

28Les données obtenues par la comparaison des cartes à une échelle de temps pluriséculaire montrent que certaines sections ont été plus modifiées que d’autres sur ce tronçon de 300 km. En gardant à l’esprit que les hypothèses sont fondées sur une analyse cartographique diachronique, il est possible d’affirmer que le style fluvial reste relativement stable à l’échelle du tronçon. À plus grande échelle, la stabilité est plus relative puisque le fleuve s’ajuste aux conditions d’écoulement solide (Qs) et liquide (Ql) en formant des sections rectilignes ou anastomosées. La forme en plan des différentes sections est changeante et peut connaître des phases de transition d’un style fluvial à l’autre. Partant de l’hypothèse que les îles actuelles sont l’héritage des dynamiques fluviales antérieures, il s’agit de comprendre les causes des modifications de la morphologie fluviale du Paraná. Les facteurs clés sont vraisemblablement liés aux changements climatiques et aux modifications de l’occupation du sol, qui influent tous deux directement sur la charge liquide et solide du Paraná et indirectement sur les variations du style fluvial du Paraná.

Fig. 7 – Comparaison de la forme en plan du tronçon du Haut Paraná, de la ville de Corrientes (Corrientes) à la ville de Posadas (Misiones).
Fig. 7 – Comparison of fluvial patterns of the Upper Paraná section, from the city of Corrientes (Corrientes) to the city of Posadas (Misiones), Argentina.

Fig. 7 – Comparaison de la forme en plan du tronçon du Haut Paraná, de la ville de Corrientes (Corrientes) à la ville de Posadas (Misiones). Fig. 7 – Comparison of fluvial patterns of the Upper Paraná section, from the city of Corrientes (Corrientes) to the city of Posadas (Misiones), Argentina.

A : Hydrologie. a : aux courantes : 1 : berges du chenal principal (chenaux multiples) ; 2 : bras secondaires/anastomoses ; 3 : affluents principaux ; b : au stagnantes : 4 : cuvettes de débordement. B. Géologie. 5 : chutes, affleurements rocheux. C : Données sédimentaires. 6 : Île végétalisée ; 7 : banc de sable. D : Données anthropiques. 8 : principales villes. Sources : carte ancienne datée du XVIIIe s., Anonyme, Collection privée et cartes topographiques 1/100 000 les plus récentes de la République argentine : Bella Vista 2960-II 1995, Eldorado 2754-I 1975, Corrientes 2760-IV 1996, Cataratas Iguazu 2554-III 1963, Itati 2757-III 1994, Obera 2754-III 1974, Posadas 2757-IV 1981 (avant la mise en eau du barrage de Yacyreta).
A. Hydrology. A: waters: 1: banks of main riverbed (multiple channels); 2: secondary arms/anastomoses; 3: main tributaries; b: stagnant waters: 4: lagoon. B. Geology. 5: falls, rocky falls. C: Sedimentary data. 6: vegetated islands; 7: sandy deposits. D. Anthropic data. 8: main cities. Sources: old map dated the 18th c., Unknown, private Collection and most recent topographic maps of the Argentine Republic (1:100,000): Bella Vista 2960-II 1995, El Dorado 2754-I 1975, Corrientes 2760-IV 1996, Cataratas Iguazu 2554-III 1963, Itati 2757-III 1994, Obera 2754-III 1974, Posadas 2757-IV 1981 (before the construction of the Yacyreta dam).

Résultats et validation partielle des hypothèses

29Les cartes du XVIIIe s. représentent le haut Paraná avec un style en tresses et le cours du Paraguay libre de tout dépôt alors que les dynamiques fluviales actuelles semblent indiquer un fonctionnement inverse avec de rares dépôts dans le haut Paraná alors que le cours inférieur du Paraguay est encombré d’îles. Aujourd’hui, le Bermejo, affluent du Paraguay, fournit environ 80 % de la charge sédimentaire du Paraná (Drago, 1977 ; Drago et Amsler, 1981 ; Bonetto et Orfeo, 1984 ; Orfeo, 1995 ; Amsler et Drago, 1999 ; Amsler et Prendes, 2000 ; Amsler, 2006 ; Itaipu Binational, 2006 ; Amsler et Drago, 2009 ; Pinto Martins, 2008 ; Ramonell et Montagnini, 2008). En revanche, sur les cartes anciennes, la morphologie fluviale à l’aval de la confluence laisse penser que très peu de sédiments arrivent depuis le Paraguay. Pourtant, l’encombrement du lit et le tressage dans les sections 1 et 4 suggèrent un transport sédimentaire significatif. Il semble donc qu’au XVIIIe s., la charge sédimentaire vienne préférentiellement des Misiones argentines, paraguayennes et brésiliennes, ce qui coïnciderait également avec le début des défrichements dans le bassin-versant brésilien. De plus, il a été montré que le Bermejo peut avoir cessé de fournir des sédiments durant une certaine période de temps (Peireira et Montagnini, 2009). Les différences dans les morphologies fluviales peuvent s’expliquer dans un premier temps à l’aide des données relatives aux changements climatiques enregistrés dans le bassin-versant et, dans un second temps, en interrogeant les dynamiques de mise en valeur de l’espace par les missionnaires jésuites. Les défrichements dans les territoires des Missions auraient pu entraîner de facto un apport sédimentaire important par le biais de l’érosion des sols. L’abandon progressif des cultures après l’expulsion des Jésuites expliquerait alors le basculement de la provenance de la charge sédimentaire.

Les effets du changement climatique sur la morphologie fluviale du Paraná

30Les variables de contrôle de la charge sédimentaire sont la fourniture en sédiments et la capacité du système fluvial à transporter cette charge mobilisable. Les fluctuations climatiques des XVIIIe et XIXe s. transforment ces variables en fonction des températures et des précipitations dans les différents secteurs du bassin-versant. Dans une étude réalisée par M. Cioccale (1999), les changements climatiques depuis le XIIIe s. sont clairement énoncés. Les précipitations tendent à diminuer lors de la phase paroxysmique du Petit Age Glaciaire (PAG) daté du milieu du XVIIIe s. jusqu’au début du XIXe s. dans les régions pampéennes et andines de la République Argentine (Cioccale, 1999). L’épisode du PAG apparaît dans les registres sédimentaires (Latrubesse et Ramonell, 1990 ; De Blij et Muller, 1993) et historiques (Furlong Cardiff, 1937 ; Prieto et Jorba, 1990) à la fin du Moyen Âge par la mise en évidence de conditions plus froides et plus sèches (Iriondo et Garcia, 1993 ; Iriondo et Krohling, 1995). Certains affluents actuels du Paraná, comme le Salado et sans doute le Bermejo, sont déconnectés du Paraná à cette période. La cartographie jésuite produite entre le XVIIe et le XVIIIe s. (Furlong Cardiff, 1937) montre par ailleurs d’importantes modifications dans les systèmes fluviaux (réduction de la longueur des cours d’eau actifs, changements de chenaux, bifurcations) ainsi que la diminution voire la disparition de lacs et de marais. Toutefois, les pulsations climatiques n’affectent pas les régions riveraines du Paraná de manière identique : les systèmes fluviaux de la rive gauche du Paraná semblent s’être étendus lors des épisodes froids et bénéficient toujours d’un climat subtropical (Cioccale, 1999) alors que ceux de rive droite se sont nettement réduits en raison des conditions climatiques moins favorables. Cette différenciation régionale liée au PAG semble donc confirmer l’hypothèse selon laquelle le haut Paraná fournit à cette époque une plus forte charge sédimentaire que le Paraguay. Cette hypothèse est renforcée par les travaux qui ont montré qu’à l’échelle du bassin-versant du Paraná, la majorité des sédiments stockés ont été exportés avant le début du PAG : l’augmentation des précipitations et le développement des systèmes fluviaux, entre 1100 à 1400 environ, engendrent une « vidange » des sédiments disponibles (Riccardi, 1995). Les sédiments fini-pléistocènes et holocènes sont alors mis à jour par une surface d’érosion (Carignano, 1997) et sont moins mobilisables lors des épisodes climatiques différenciés du PAG.

La déforestation : un facteur important dans la modification de la charge sédimentaire

31La différentiation des conditions climatiques dans le bassin favorise l’érosion des couches superficielles des sols rouges tropicaux des provinces du nord-ouest, mobilisées par des précipitations plus importantes. La mise en valeur du bassin par les missions jésuites à la même époque (XVIII-XIXe s.) augmente également la quantité de sédiments mobilisables. Les provinces de Misiones, Corrientes, Entre Rios (Argentine), de Canindeyú, Alto Paraná, Itapúa, Misiones, Ñeembucú (Paraguay), Río Grande do Sul, Paraná et Mato Grosso (Brésil) sont en effet plus peuplées que les provinces capitales respectives d’Asunción et de Buenos Aires et la mise en culture est réalisée de manière intensive (Bravet, 1768 ; Furlong Cardiff, 1937 ; Lugon, 1970 ; Haubert, 1986 ; Lacombe, 1993 ; Laborie et Lima, 1998 ; Levinton, 2008, 2009 ; Carbonell de Massy et Levinton, 2010). Ces missions développent des cultures propices aux caractéristiques de la région : Yerba maté, blé, sorgho et autres céréales (Levinton, 2007, 2009), dont le mode de mise en culture sur brûlis a pu engendrer une déstabilisation des sols. La déforestation de plusieurs dizaines voire centaines d’hectares (en fonction de la taille de la mission) a probablement fragilisé les sols peu épais (Levinton, 2007). De plus, les cultures les plus importantes se situent en bord de fleuve, faisant fonctionner le réseau en archipels des missions qui échangent grâce à la voie fluviale. La localisation des zones de déforestation est alors favorable à une exportation directe des sols rouges tropicaux vers la partie aval du bassin.

32Pour le moment, il manque encore certaines preuves de terrain qui permettent de confirmer avec certitude cette hypothèse. Des recherches sur des paléo-formes liées à la déforestation et à l’érosion verticale pourraient étayer la démonstration. La littérature scientifique actuelle montre toutefois que ces mécanismes sont possibles : E. Latrubesse et M. Amsler (2009) ont montré des processus similaires sur le río Araguaia au Brésil. Ce bassin est affecté par des phénomènes de déforestation liés au développement de cultures de soja (Latrubesse et Amsler, 2009). Dans cette grande rivière, les signaux morphologiques montrent une augmentation importante de l’érosion et de la charge sédimentaire ainsi qu’une une réponse importante de la rivière qui acquiert un style en tresses. Sur le haut bassin, des formes d’érosion linéaires sont enregistrées (Carstro et al., 1999) et le cours moyen montre une tendance à l’engraissement, ce qui indique un rapide ajustement fluvial en réponse à la déforestation. Par ailleurs, il a été montré que la période de réponse du système fluvial aux perturbations humaines est de l’ordre d’une décennie (Latrubesse et Amsler, 2009). Si l’on considère cette période de réponse dans un environnement semblable, il est donc possible d’affirmer que les modifications engendrées par les défrichements sur le haut Paraná ont pu être enregistrées par la cartographie ancienne.

La réponse du système

33Pour comprendre la réponse du système, les paramètres utilisés sur des systèmes fluviaux de taille plus modeste ne sont pas toujours mesurables pour un cours d'eau de la taille du Paraná, et celles qui existent sont moins nombreuses et plus fragmentaires. Une extrapoltion de ces données chiffrées est peu représentative des tronçons les plus éloignés des stations de mesures, souvent de plus d’une centaine de kilomètres. Dans ce cas, il est utile d’utiliser un paramètre de synthèse, reflétant la réponse du système aux modifications de l’écoulement et de la quantité de sédiments transportés. La puissance spécifique (ω) permet d’extrapoler les valeurs ponctuelles aux tronçons moins bien documentés et de quantifier la capacité d’ajustement du fleuve. Cet indicateur permet de déterminer les tronçons les plus dynamiques et ceux où sont stockés les sédiments. L’équation utilisée pour calculer la puissance spécifique permet de poser des hypothèses sur le potentiel d’ajustement : ω (en W/m²) = (ρgQpbp)/l (Bravard et Petit, 2000) avec Qpb (en m3/s) = débit à pleins bords avec un temps de retour de 1,5 ans (courbe de Gumbel), p (en m/m) = pente, ρ = masse volumique de l’eau qui varie en fonction de la turbidité, g (en m/s2) = constante, l (en m) = largeur moyenne de la section (en période de hautes eaux). Pour le Paraná argentin, les puissances spécifiques calculées sur la période 1906-2009 sont très faibles. Quasiment constantes sur la totalité du cours d’eau, elles restent inférieures à 10 W/m² à l’exception du tronçon 1, qui atteint 17,24 W/m² (fig. 8A). Il a été établi que la valeur ω de chaque tronçon affecte la capacité de transport des sédiments et par conséquent sa forme en plan (Nanson et Croke, 1992). Si la valeur de ω est suffisamment proche d’un seuil, alors une petite variation dans la quantité ou dans la qualité de la charge sédimentaire transportée modifie le style fluvial du fait de la faible puissance d’écoulement du fleuve. D’après G.C. Nanson et J.C. Croke (1992), pour des valeurs de ω inférieures à 20 W/m², la forme en plan du fleuve est de type à méandres. Le style en tresses observé durant le XVIIIe s. dans le tronçon du Haut Paraná, où les pentes, les profondeurs et la sinuosité des chenaux sont peu importantes, peut être expliqué par le fait que la valeur de ω est proche du point d’inflexion qui sépare le style en tresses et le style à méandres (20 W/m² ; Nanson et Croke, 1992). Par ailleurs, des études morphométriques, confirmées par le travail de terrain et l’analyse des documents anciens, permettent de considérer que le débit du fleuve n’a pas considérablement changé depuis le XVIIIe s (Popolizo, 1998 ; Iriondo et al. 2007). De ce fait, le fleuve a ajusté son écoulement à la modification de la charge sédimentaire : sa sinuosité et sa profondeur ont augmenté alors que sa pente a diminué et que le chenal principal s’est contracté. Les modifications du style fluvial identifiées sur les cartes anciennes montrent que ces ajustements ont été relativement rapides (de l’ordre du siècle). En effet, les tronçons les plus sensibles sont caractérisés par un style mixte qui s’ajuste rapidement aux changements de la charge solide associés aux phénomènes climatiques et anthropiques.

Fig. 8 – A : Carte de localisation des stations de mesures présentées dans le tableau de synthèse regroupant les paramètres nécessaires au calcul de la puissance spécifique. B : Puissances spécifiques des différents tronçons du Paraná.
Fig. 8 – A: Location of the gauging stations related to the synthesis table of the data needed to calculate the specific stream power. B: Specific stream powers on the different sections of the Paraná River.

Fig. 8 – A : Carte de localisation des stations de mesures présentées dans le tableau de synthèse regroupant les paramètres nécessaires au calcul de la puissance spécifique. B : Puissances spécifiques des différents tronçons du Paraná. Fig. 8 – A: Location of the gauging stations related to the synthesis table of the data needed to calculate the specific stream power. B: Specific stream powers on the different sections of the Paraná River.

La largeur des rectangles est proportionnelle à la valeur de la puissance spécifique et leur longueur symbolise la longueur du tronçon considéré.
The width of the boxes drawned corresponds to the importance of the specific stream power whereas the length of the boxes symbolises the length of the considered section.

Fig. 9 – Croquis des facteurs explicatifs du basculement de la charge sédimentaire entre le milieu du XVIIIe et le début du XIXe s.
Fig. 9 – Sketch of the explanatory factors of the sedimentary load shift between the mid-18th and the early 19th c.

Fig. 9 – Croquis des facteurs explicatifs du basculement de la charge sédimentaire entre le milieu du XVIIIe et le début du XIXe s. Fig. 9 – Sketch of the explanatory factors of the sedimentary load shift between the mid-18th and the early 19th c.

1 : principales villes ; 2 : région d’installation des communautés jésuites ; 3 : flux sédimentaires du Bermejo très faibles ; 4 : zone climatique semi-aride à aride durant cette période ; 5 : zone climatique subtropicale ; 6 : provenance préférentielle du flux sédimentaire depuis le haut Paraná.
1: main cities; 2: region of installation of the Jesuit communities; 3: very weak sedimentary load coming from the Bermejo river; 4: semi-arid to arid climatic zone during this period; 5: subtropical climatic zone; 6: sedimentary load coming preferentially from the High Paraná River.

Conclusion

34Les résultats présentés dans cet article ne sont que les premières étapes d’un travail en cours. L’hypothèse du basculement de la provenance de la charge sédimentaire et du changement du style fluvial du Paraná au fil des siècles doit être complétée et validée par l’obtention de datations absolues dans le cœur des îles de milieu de chenal.

35Une étude sur la structure des îles anciennes devrait probablement matérialiser les héritages du XVIIIe s. à travers la taille des particules sédimentaires et leur composition hétérogène. L’étude granulométrique projetée devrait permettre de comparer la charge de fond actuelle du Paraná et celle déposée dans les principales zones de dépôt, requérant un investissement logistique et financier importants. La réalisation de sondages à la tarière manuelle dans les îles végétalisées du chenal et dans les paléochenaux est envisagée. Il est également possible de considérer la datation OSL des différents échantillons. Cette méthode permettrait de valider les différentes hypothèses chronométriques. D’autres méthodes sont également possibles comme les datations 210Pb ou 14C.

36L’utilité de ce travail est de montrer les changements survenus sur le Paraná depuis le XVIIIe s. Avec la construction d’un grand nombre de petites retenues dans le haut bassin brésilien, de deux grands barrages (Yacireta et Itaipu) et avec le développement de la navigation fluviale pour laquelle le dragage est devenu important, les impacts anthropiques sur le transport sédimentaire perturbent de plus en plus le fonctionnement naturel du fleuve. Cette étude est donc importante pour établir des enregistrements sur le temps long auxquels peuvent être confrontés les impacts récents et leurs conséquences.

37Pour conclure, il est donc possible de souligner l’importance des données fournies par les cartes anciennes qui, grâce à une analyse comparative, nous ont permis de déterminer un changement dans le fonctionnement du Paraná. La connaissance du terrain et la détermination de la validité des documents anciens sont deux éléments clés du bon usage des sources. Nous pouvons donc affirmer, que malgré leur obsolescence, les cartes anciennes permettent de venir compléter avec succès les recherches actuelles sur les grands fleuves de plaine.

Haut de page

Bibliographie

Amsler M. (2006) – Evolución de la carga de lavado en el alto Paraná (1968–2004). Incidencia sobre las sedimentaciones en la planicie aluvial del Paraná Medio. Actas III Congreso Iberoamericano sobre Control de la Erosión y los Sedimentos, Buenos Aires, Argentina.

Amsler M., Drago E. (1999) – A review of the suspended sediments budget at the confluence of Paraná and Paraguay. Rivers Symposium on Hydrological and Geochemical Processes in Large-Scale River Basins, Manaus, Brazil.

Amsler M., Drago E. (2009) – A review of suspended sediment budget at the confluence of the Paraná and Paraguay rivers. Hydrological Process 23, 22, 3230-3235.

Amsler M., Prendes H. (2000) – Transporte de sedimentos y procesos fluviales asociados. In Paoli C., Schreider M. (Eds): El Río Paraná en su tramo medio. Centro de Publicacions Universitarias, Universidad Nacional del Litoral, Santa Fe, Argentina, 233-306.

Azara F.D. (1998) Viaje por la América Meridional. Buenos Aires, El Elefante Blanco, 490 p.

Bonetto A., Orfeo O. (1984) – Caracteres sedimentologicos de la carga en suspension del rio Paraná entre Confluencia y Esquina (Prov. Corrientes). Revista de la Asociacion de Minerologia, Petrologia y Sedimentologia 15, 3-4, 51-61.

Bravard J.-P., Béthemont J. (1989) – Cartography of rivers in France. In Petts G. (Ed.): Historical Changes of Large, Alluvial Rivers. John Wiley and Sons, London, 95-111.

Bravard J.-P. (2011) – La valorisation de la cartographie historique des rivières d’Europe, de la recherche sur la dynamique des paysages à la gestion des eaux. In Federzoni L., Masotti L. (Eds.): Il Paesaggio dei Technici. Attualità delle cartografia historica per il governo delle acque. Coll. Bologna, Cremona 2008, Ed. Marsilio, Venezia, soumis.

Bravard J.-P., Petit F. (2000) Les cours d’eau. Paris, Armand Colin, 222 p.

Bravet (1768)Le Paraguai jésuite ou description succincte des terres dont les jésuites espagnols se sont emparés dans l’Amérique Méridionale... extrait fidèlement des Mémoires de sieur Bravet, ingénieur à la Martinique, que ces Pères firent généralissime de leurs troupes dans la guerre contre les Xaraïes, en 1718. Bibliothèque nationale de France, département Réserve des livres rares, 8-OL-752, 58 p.

Broc N. (1986)La géographie de la Renaissance. Editions du Comité des Travaux historiques et Scientifiques, Paris, 258 p.

Carbonell de Massy R., Levinton N. (2010)Un pueblo llamado Jesus. Fundacion Paracuaria Missionsprokur, Asuncíon, 95 p.

Carignano C. (1997)Caracterización y Evolución durante el Cuaternario Superior, de los ambientes geomorfologicos en el noroeste de la provincia de Cordoba. Thèse de doctorat, Facultad de Ciencias Exactas, Físicas y Naturales, Université Nationale de Cordoba, 207 p.

Carstro S., Borges de Campos A. (1999) – The Upper Araguai Basin and the effect of human-induced erosion. Boletim Goiano de Geografia, 19, 1, 128-139.

Cioccale M.A. (1999) – Climatic fluctuations in the central region of Argentina in the last 1000 years. Quaternary International 62, 37-45.

De Blij H.J., Muller P.O. (1993)Physical geography: The global environment. Wiley, New York, 576 p.

de Massy RC, Levinton N (2010)Un pueblo llamado Jesus. Fundacion Paracuaria Missionsprokur, Asuncion, 95 p.

Derrotero de Navegación (1932)3 volumes (1. Rosario – Esquina, 1928 ; 2. Esquina – Confluencia, 1926 ; 3. Confluencia – Asunción, 1927).

Drago E. (1977) – Erosion y sedimentacion en un tramo del cauce del Rio Paraná Medio. Revista Geologica Aregntina XXXII, 4, 277-290.

Drago E., Amsler M. (1981) – Sedimentos suspendidos en el tramo medio del Rio Paraná: variaciones temporales e influencia de los principales tributaries. Revista de la Asociacion de Ciencias Naturales del Litoral 15, 1-6.

Echaurri G. (1739)Autobiografia. Asuncion.

Federzoni L. (2006)Marco Antonio Pasi a Ferrara, Cartografia e governo del territorio al crepuscolo del Rinascimiento. Istituto Geografico Militare, Florence, Rivista L’Universo 6, 204 p.

Furlong Cardiff G. (1937) – Cartografia jesuitica del Rio de La Plata. Publicaciones del Instituto de Investigacíon de Historia LXXI, 125 p.

Gurnell A., Peiry J.-L. (2005) – Using historical data in fluvial geomorphology. In Kondolf M., Piegay H. (Eds.): Tools in Fluvial Geomorpholy. John Wiley and Sons, Chichester, 77-99.

Haubert M. (1986) La vie quotidienne des indiens et des Jésuites du Paraguay au temps des Missions. Hachette, Paris, 310 p.

Hickin E.J. (1984) – Vegetation and river channel dynamics. Canadian Geographer 28, 2, 111-126.

Hinchliff T.W. (1863)South American sketches: or, A visit to Rio Janeiro, the Organ Mountains, La Plata, and the Paranà. Longman, Roberts & Green, 208 p.

Hooke J.M., Kaine J.P. (1982)Historical changes in the physical environment: A Guide to sources and techniques. Butterworth, London, 236 p.

Iriondo M.H., Garcia N.O. (1993) – Climatic variations in the Argentine Plains during the last 18,000 years. Paleogeography, Paleoclimatology, Paleoecology 101, 209-220.

Iriondo M., Krohling D. (1995) – El Sistema eolico pampeano. Comunicacion Museo Provincial Ciencias Naturales Florentino Ameghino 5, 1, 1-68.

Iriondo, M., Paggi J., Parma M. (2007)The Middle Paraná River: limnology of a subtropical wetland. Springer, Berlin, 382 p.

Itaipu Binational (2006)Relatorio referente a reuniao do board de consultores civis. Efeitos sedimentologicos no reservatorio da UHE Itaipu. Rapport interne s/n vol.

Knight C. (1866)Excerpt relating to the Paraná-Paraguay river system from the entry on the Argentine Confederation. The English Cyclopaedia, http://www.bluemacaws.org/hist31.htm.

Laborie J.-C., Lima A. (1998)La mission jésuite du Brésil : lettres & autres documents (1549- 1570). Chandeigne, Paris, 350 p.

Lacombe R. (1993)Guaranis et Jésuites : un combat pour la liberté, 1610-1707. Société d’ethnographie, Karthala, Paris, 301 p.

Latrubesse E. (2008) – Patterns of anabranching channels: The ultimate end-member adjustment of mega rivers. Geomorphology 101, 1, 130-145.

Latrubesse E., Ramonell C.G. (1990) – La formacion algarrobito-registro de la pequefia Edad del Hielo en la provincia de San Luis, Argentina. 2nd IGCP 281 Meeting, Quaternary Climates of South America, Medellin, Special publication.

Latrubesse E., Amsler M. (2009) – The geomorphologic response of a large pristine alluvial river to tremendous deforestation in the South American tropics: the case of the Araguai River (Brazil). Geomorphology 113, 3-4, 239-252.

Levinton N. (2007)Yacyreta, una nueva significacion. Buenos Aires Entidad Binacional Yacyreta, 283 p.

Levinton N. (2008)La arquitectura Jesuitico-Guarani. Una experiencia de interracion cultural. Buenos Aires Fundacion Paracuria Missionsprokur.

Levinton N. (2009)El espacio jesuitico Guarani. Centro de Estudios Antropologicos de la Universidad Catolica, Asuncion, 295 p.

Lugon C. (1970)La république des Guaranis 1610-1768 : les jésuites au pouvoir. Economie et humanisme, Editions Ouvrières, Paris, 244 p.

McCarthy T.S., Ellery W.N. (1992) – Avulsion mechanisms on the Okavango fan, Botswana: the control of a fluvial system by vegetation. Sedimentology 39, 779-795.

Nanson G.C., Croke J.C. (1992) – A genetic classification of floodplains. Geomorphology 4, 459-486.

Orfeo O. (1995)Sedimentologia del rio Paraná en el area de confluencia con el rio Paraguay. Universidad Nacional de La Plata, Geologia, 286 p.

Parish W. (1839)Buenos Aires and the provices of the Rio de la Plata. J. Murray, London, 415 p.

Peireira M.S., Montagnini M. (2009) – Disparidades de evolucion y transporte sedimentario en ensanchamientos sucesivos del Rio Paraná. Cuarto Synopsium sobre Hydraulica de Rios.

Pelletier M. (2001)Cartographie de la France et du monde, de la Renaissance au Siècle des Lumières. Bibliothèque nationale de France, Paris, 107 p.

Pelletier M. (2009)De Ptolémée à La Guillotière (XV-XVIè). Des cartes pour la France, pourquoi ? Comment ? CTHS, Paris, 175 p.

Pinto Martins D. (2008)Aménagements hydroélectriques et impacts sur la dynamique des flux d’eau et de sédiments. Le cas du haut Paraná, Brésil. Thèse de doctorat en géographie, université Louis-Lumière (Lyon 2), 304 p.

Popolizio, E. (1997) – Bases Conceptuales y Metodológicas. Resistencia, Chaco, Argentina. Geociencias Revista Nordeste. 2da. Epoca., Fac. de Humanidades. UNNE., Serie Investigación y Ensayos, 46 p.

Prieto M., Jorba R.A. (1990) – Las anomalias climaticas en la Cuenca del Plata y NOA y sus consecuencias socioeconomicas.Siglos XVI-XVII y XVIII, Revista Argentina de Geografia, 1, 41-103.

Ramonell C.G., Amsler M.L., Toniolo H. (2000) – Geomorfologia del cauce principal. In Paoli C., Schreider M. (Eds), El Río Paraná en su tramo medio. Una contribución al conocimiento y prácticas ingenieriles en un gran río de llanura. Centro de Publicaciones de la Universidad Nacional del Litoral, Santa Fe, 173-232.

Ramonell C.G., Montagnini M. (2008) – Morphologic and sediment transport adjustments around artificial point construction in a large, meandering river (Bermejo, Argentina). In Hulscher D.J. (Ed.), River, Coastal and Estuarine Morphodynamics: RCEM 2007. Taylor and Francis Group, London, 1143-1147.

Riccardi C. (1995) – Paleoclimatologia cambio global. Espacio Academico Nacional de Geografi 10, 91-126.

Schumm S.A. (1971) – Fluvial geomorphology: Channel adjustment and river metamorphosis. In Schem H.W. (Ed.): River Mechanics. H.W. Shen, Fort Collins, 5-22.

Schumm S.A. (1977)The fluvial system. John Wiley and Sons, New York, 338 p.

Smith D.E. (1981) – Riparian vegetation and sedimentation in the braided river. Arizona State University, Geography, 116 p.

Torre Revello J. (1938)Mapas y planos referentes al virreinato del Plata conservados en al Archivo General de Simancas. Instituto de Investigaciones Historicas, Buenos Aires, 68 p.

Haut de page

Annexe

Abridged English version

This work develops the advantages of using old maps in geomorphological studies of large alluvial rivers. The Paraná River, the fifth largest river system in the world (discharge rate of 16,800 m3/s at its mouth) has a typical mega-river functioning (Latrubesse and Amsler, 2009). When the river was first discovered, the settlers faced a foreign unknown nature. The texts recounting this discovery refer to the known hydrology of European rivers, which are of much smaller dimensions (Azara, 1998; Pelletier, 2009). Therefore, using the images often offers more meaning than using the texts. From the mid-17th c., mapping techniques become sufficiently efficient to reflect the reality of the land. One can then ask what the antiquarian cartography can bring to present-day geomorphologic studies. We have chosen to analyse these contributions in terms of river dynamics. Indeed, even today the functioning of mega-rivers is poorly known. The information extracted from old maps tells us about the mechanisms of the river over a much longer timescale than that usually employed (400 years instead of the 100 years of conventional studies). The maps, in their own diachronic, lead to the identification of these changes. To maintain some consistency in the set of problems and to reduce the size of the study area, the framework will be centred on the course of the Argentinian Paraná River (from the Iguazú Falls to the Plata River; fig. 1). Presenting an original approach, the aim of this work is to determine the modifications to the river dynamics engendered by the appropriation of a new territory. We have chosen to cross the geohistorical and geomorphological analysis. This approach allows us to use any sorts of documentation, ranging from the historical maps from the 16th c. up to current satellite images (Landsat TM 2009). The scales of analysis are also varied: the old maps represent the Paraná River from a regional scale (1:100,000) to a continental one (1:18,500,000). The methodology used follows a deductive approach, comparing the maps with each other. This approach also follows the theory of river systems, which binds the functioning processes and the responses of the river on the catchment scale (Schumm, 1971, 1977). The sandbars and the planform of the river are considered as markers of river dynamics. The maps are therefore a response: it is possible to trace the causes based on the results. The causes are related to the spatial and climatic phenomena. Early maps show a braided pattern on the upper Paraná River, with the Paraguay River at the same time seeming to be free of any deposit. The present fluvial dynamics indicates an opposite pattern. This work is thus built around the following problems: is it possible to enrich the current research concerning the functioning of the river with the information passed on to us from the old maps? Does the ancient cartography give us new keys to the understanding of the socio-fluvial dynamics using a longer timescale? Our searches conducted in the archives of European cities (Paris, London, Madrid, Seville, Simancas) and Argentinian ones (Buenos Aires, Santa Fe, Corrientes) enabled us to assemble 60 maps depicting a period spanning five centuries (from the 6th c. until 1932). The spatial scale of the study is limited by the accuracy of ancient representations, itself conditioned by the scale of representation. Figure 2 symbolises the relationship between the production date and the scale of the maps. The corpus of maps also determines the period of analysis. The first known map of the Paraná River is Sebastien del Cano’s map dating from 1523, and the final map taken into account is a Map of Navegacion (derotero) dated 1932. However, there are gaps in the temporal coverage of the study area (fig. 3). These documents, based on different objectives and methodologies, offer a rich representation of the territory with good graphic qualities (Bravard et Béthemont, 1989, 2011). The scientific validity of the maps is then to be determined. To do so, the information shown on the maps is compared, confirmed or refuted by the contemporary literature. Many written sources exist, which complement the graphical information. The knowledge of the area is then often used and often written by conquistadores and travellers who describe their journey on the Parana. It is only at the beginning of the 18th c. that the scientific descriptions of the banks of Parana inform us more both on the river functioning and on the natural environment represented on the maps. Among the most famous, we must cite Ulrich Schmidl (1544), Parish (1839), Alcide d’Orbigny (1845), Thomas Page (1859), Victor Martin de Moussy (1864), and Knight (1866). Data obtained by comparing the maps over a timescale of several centuries show that some sections have experienced more changes than others on this 300 km stretch. Keeping in mind that the assumptions are based on a diachronic map analysis, it is possible to affirm that the fluvial style remains relatively stable at this spatial scale. On a larger scale, the stability is more relative. The river pattern adjusts to solid (Qs) and liquid (Ql) flows, forming straight or braided sections. These changes and experience transitions are observed from one pattern to another. We can then make the hypothesis that the present islands are the legacy of past river dynamics. It is therefore possible to understand to what the changes in the Paraná River’s morphology are due. The key factors are surely climate change and land use, which have a direct influence on the liquid and solid flows of the Paraná River. Indeed, these factors can explain a change of pattern.

The results outlined in this article are only the first step in a work in progress. The hypothesis as to the change of origin of the sediment load and the change in planform of the Paraná River over the centuries should be implemented by obtaining absolute dating in the very heart of the islands. A study of the structure of ancient islands would probably materialise the legacies of the 18th c., through the sizes of the sediment particles and their heterogeneous composition. The projected grain-size study would involve comparing the current sediment bed load of the Paraná River and those on the main deposit areas. These studies, however, require heavy logistics and funding. Besides, manual drillings could be performed in the islands and the inherited palaeochannels. It is also possible to consider OSL dating of different samples. This method would provide absolute proof. Other methods are also possible such as the 210 Pb or 14C although they are more difficult to apply in the Paraná River environment. The usefulness of this work is quite clear. The Paraná River has changed since the 18th c. with the construction of a lot of small dams in the Brazilian catchment and two large size dams (Yacyreta and Itaipu), and with the development of inland navigation, which leads to a high demand of dredging. These interventions perturb the natural sediment transport in the main channel. This study is important for establishing long-term baseline information against which engineering intervention can be measured.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Carte générale du bassin-versant du Paraná et de ses sous-bassins. Fig. 1 – General map of the Paraná watershed and its tributaries.
Légende A : Caractéristiques générales du bassin de la Plata. 1 : bassin de la Plata ; 2 : sous-bassins ; a : Paraguay et Uruguay ; b : Haut Paraná ; c : Paraná moyen ; d : Bas Paraná ; e : autre sous-bassin ; 3 : frontières internationales ; 4 : villes principales. B : Morphologie et aménagements des cours d’eau. 5 : écoulement dans un chenal unique encaissé : aménagement fluvial simple ; 6 ; présence de chutes dans un substrat basaltique : aménagement fluvial maîtrisé ; 7 : écoulement dans des chenaux multiples : aménagement fluvial complexe qui demande la maîtrise des dimensions d’un mégafleuve ; 8 : barrages.A: General characteristics of the Plata watershed. 1: Plata watershed; 2: composed of a: Paraguay and Uruguay; b: Upper Paraná; c: Middle Paraná; d: Lower Paraná; e: others; 3: international borders; 4: main cities. B: Morphology and regional river development. 5: flow into a single deep channel: simple regional river development; 6: presence of falls in the basaltic substrate: controlled regional river development; 7: flow into multiple channels: complex regional river development, which supposes the control of the river’s dimensions; 8: dams.
URL http://geomorphologie.revues.org/docannexe/image/10399/img-1.png
Fichier image/png, 298k
Titre Fig. 2 – Évolution dans le temps de l’échelle dans les représentations cartographiques. Fig. 2 – Map scale against time.
Légende 1 : Juan Sebastien Del Cano, 1523, Carte de la côte Est de l’Uruguay et d’Argentine ; 2 : Diego Ribeiro, Carte de l’Amérique, 1529 ; 3 : Caboto, Carte du río de la Plata, 1544 ; 4 : Diego Homem, Carte de l’Amérique du Sud et d’une partie des Indes occidentales, 1558 ; 5 : Domingo Teixeira, Planisphère nautique, 1573 ; 6 : Nicolas Sanson d’Abbeville, L’Amérique, en plusieurs cartes nouvelles, et exactes, etc. en divers traités de géographie, et d’histoire XVII; 7 : Anonyme, Mapa de los Ríos Paraná y Marañón, con expresión de algunos de sus afluentes y de las poblaciones de españoles que hay en este terrítorio, XVIe ; 8 : Nicolas Sanson d’Abbeville, Amérique méridionale, 1650 ; 9 : Anonyme, Mapa de la Laguna Brava y de los Ríos Uruguay, Paraná y Paraguay, con diseño de las fortificaciones y lugar de las minas de oro que según declaración de un indio llamado Domingo, poseían los jesuítas en aquellos lugares, 1656 ; 10 : Nicolas Sanson d’Abbeville, Le Paraguay, le Chili, la Terre et les Isles Magellaniques, 1656 ; 11 : Nicolas Sanson d’Abbeville, Paraguay subdivisé entre ses principales parties suivant les dernières relations 1665 ; 12 : Nicolas Sanson d’Abbeville, Amérique méridionale revue et corrigée en plusieurs lieux 1669 ; 13 : Nicolas Sanson Abbeville, Le Cours de la rivière des Amazones dressé sur la relation du R.P. Christophe d’Acugna, 1680 ; 14 : Anonyme, Delineación Gidrographica (sic) y Geográfica del Río de la Plata con su entrada, canales, bancos, bajos y arrecifes, hecho por el Capitan Juan Andres Esmaili, vecino de Cadiz, 1685 ; 15 : Anonyme, Carte figurative du bassin du Paraná, ca. 1690 ; 16 : Anonyme, Carte du Paraná, de l’Uruguay et du Grande, 1730 ; 17 : Guillaume de Covens, Carte de l’Amérique Méridionale, 1742 ; 18 : Carlos Rechberg, Quas Provincia Societatis JESU Paraguanca excolit ad flumina Paraná y Uruguay, 1744, 19 : Anonyme, Carte du Paraná, de l’Uruguay et du Rio de la Plata, cal. 1750 ; 20 : Felix de Azara (1746-1811) Atlas de cartas geograficas de los païses de la America Meridional en que estuvieron situadas las mas importantes Misiones de los Jesuites, como tambien de los Territorios sobre cuya posesion verbaron alli las principales cuestiones entre España y Portugal, acompañado de varios documentos sobre estas ultimas cal. 1753 ; 21 : Anonyme, Carte géographique des délimitations territoriales, 1820 ; 22 : M. Parchappe et A. d’Orbigny, Carte de la République Argentine, 1828 ; 23 : Capitaine Sullivan, Carte de l’embouchure de l’Iguazú et de Corrientes, 1837 ; 24 : Thomas Page, Cours inférieur et bouches du río Paraguay, 1853 ; 25 : Victor Martin de Moussy, Carte de des provinces de Corrientes et Misiones,1865 ; 26 : Victor Martin de Moussy, Carte de la confédération argentine, Uruguay, Paraguay, d’une partie du Brésil et de Bolivie, 1867 ; 27 : A. Selstang et R. Foster, Carte de navigation, 1876 ; 28 : Ministère des Travaux Publics de la République Argentine, Direction générale des travaux hydrauliques, Carte de navigation de Rosario à Paraná, 1903-1904 ; 29 : Ministère des Travaux Publics de la République Argentine, Commission du Haut Paraná, Carte de Navigation d’Esquina à Buenos Aires, 1913.1: Juan Sebastien Del Cano, 1523, East Casot of Uruguay and of the Plate river basin; 2: Diego Ribeiro, Map of America, 1529; 3: Caboto, map of the Plate River, 1544; 4: Diego Homem, Map of South America and part of oriental Indies, 1558; 5: Domingo Teixeira, Nautic planisphere, 1573; 6: Nicolas Sanson d’Abbeville, America in many new and exacts maps, 17th c.; 7: Anonymous, Map of the Paraná and Marañón, rivers with expression of some of their tributaries and of the main establishments del territory, 16th c.; 8: Nicolas Sanson d’Abbeville, South America, 1650 ; 9: Anonymous, Map of the Laguna Brava and of the Uruguay, Paraná and Paraguay rivers, with mention of the fortification and the location of the gold mines, 1656; 10: Nicolas Sanson d’Abbeville, Paraguay,Chili, and Magelanes Island, 1656; 11: Nicolas Sanson d’Abbeville, Paraguay subdivised in its principal parts 1665; 12: Nicolas Sanson d’Abbeville, South America rivised and modified, 1669; 13: Nicolas Sanson Abbeville, Amazon River by R.P. Christophe d’Acugna, 1680; 14: Anonymous, Geodesic (sii) and geographic elimination of the Plate River by el Capitan Juan Andres Esmaili de Cadiz, 1685; 15: Anonymou, Figurative map of the Paraná river watershed, ca. 1690; 16: Anonymous, Map of the Paraná, Uruguay and Grande rivers, 1730; 17: Guillaume de Covens, Map of South America, 1742; 18: Carlos Rechberg, Quas Provincia Societatis JESU Paraguanca excolit ad flumina Paraná y Uruguay, 1744; 19: Anonymous, Map of the Paraná,Uruguay and Plate rivers, cal. 1750; 20: Felix de Azara (1746-1811) Atlas of geographic maps of South Americans countries where were located the most important jesuitic misions, cal. 1753; 21: Anonymous, Geographic map of teritorial limits, 1820; 22: M. Parchappe and A. d’Orbigny, Map of Argentina Republic, 1828; 23: Capitaine Sullivan, Map of Iguazú river’s mouth and the town of Corrientes, 1837; 24: Thomas Page, Lower course and mouth of the Paraguay River, 1853 ; 25: Victor Martin de Moussy, Map of the provinces of Corrientes and Misiones,1865; 26: Victor Martin de Moussy, Map of Argentinian confederation, Uruguay, Paraguay, and a part of Brazil and Bolivia, 1867; 27: A. Selstang et R. Foster, Navigation map 1876; 28: Ministerio de Obras Publicas,Diretion of hydrolic works, Navigation maps from Rosario to Paraná, 1903-1904; 29: Secretary of Public Work, Commission on High Paraná River, Map of Navigation from Esquina to Buenos Aires, 1913.
URL http://geomorphologie.revues.org/docannexe/image/10399/img-2.png
Fichier image/png, 42k
Titre Fig. 3 – Nombre de cartes anciennes produites par décennies. Fig. 3 – Number of antique maps from the corpus produced by decade.
URL http://geomorphologie.revues.org/docannexe/image/10399/img-3.png
Fichier image/png, 83k
Titre Fig. 4 – A : Côte Est de l’Uruguay et du bassin de la Plata, Juan Sebastian del Cano, ca. 1523. Collection personnelle du Dr Buenaventura, Asunción Paraguay. B : Carte de Diego Ribeiro, 1529, Bibliothèque Apostolique du Vatican. C. Carte de l’hémisphère occidental, Diego Guttierez, 1567, Rosenwald Collection, Library of Congress, no. 1303. Fig. 4 – A: East coast of Uruguay and of the Plata river basin in Juan Sebastian del Cano, ca. 1523. Dr Buenaventura Caviglia’s Personal collection, Asunción Paraguay. B. Map of Diego Ribeiro, 1529, Vatican Apostolic Library. C. Map of the Western Hemisphere, Diego Gutierrez, 1567, Rosenwald Collection, Library of Congress, no. 1303.
Légende 1 : identification de la confluence Paraguay/Paraná (localisation erronée) ; 2 : localisation effective de la confluence ; 3 : orientation des cours d’eau proposée dans les cartes A et B. 1: identification of the confluence Paraguay/Paraná (false location); 2: effective location of the confluence; 3: orientation of the courses of water proposed in maps A. and B.
URL http://geomorphologie.revues.org/docannexe/image/10399/img-4.png
Fichier image/png, 933k
Titre Fig. 5 – A : Le Paraguay subdivisé entre ses principales parties suivant les dernières relations, Nicolas Sanson d’Abbeville, 1665, Bibliothèque Nationale de France. B : Carte du Paraguay et des pays adjacents, ca. 1700, Anonyme, collection personnelle. C : Paraquariae provinciae Soc. Iesu cum adjacent. novissima post descriptio per egrinationes iterate, and multi Observationes Missionariorum ejusdem Patrum Soc. tum hujus provinciae, cum and Peruanae, Anonyme, 1722, Bibliothèque Nationale de France. D : Misiones, Quas Provincia Societatis JESU Paraguanca excolit ad flumina Paraná y Uruguay, Carlos Rechberg, 1744. Fig. 5 – A: Paraguay divided up into its main parts, Nicolas Sanson d’Abbeville, 1665, Bibliothèque Nationale de France. B. Map of Paraguay and neighbouring countries, ca. 1700, Anonymous, personal collection. C: Paraquariae provinciae Soc. Iesu cum adjacent. novissima post descriptio per egrinationes iterate, and multi Observationes Missionariorum ejusdem Patrum Soc. tum hujus provinciae, cum and Peruanae, Anonymous, 1722, France National Library. D: Misiones Provincia Quas Societatis JESU Paraguanca excol ad flumina Paraná y Uruguay, Carlos Rechberg, 1744.
Légende 1 : distance entre l’embouchure et la confluence sous-estimée ; 2 : non identification de la direction du Paraná et mauvaise appréciation des tailles respectives du Paraná et du Paraguay ; 3 : coude du Paraná au niveau de la confluence qui ne correspond plus à l’écoulement actuel.1: underestimation of the distance between the mouth and the confluence; 2: non- identification of the direction of the Paraná River and bad appreciation of the respective sizes of the Paraná and the Paraguay rivers; 3: curve in the flow of the Paraná River at the confluence, which does not correspond to the current flow.
URL http://geomorphologie.revues.org/docannexe/image/10399/img-5.png
Fichier image/png, 1,1M
Titre Fig. 6 – Degré de fiabilité attribué aux données graphiques contenues dans le corpus.Fig. 6 – Degree of reliability that can be attributed to the graphical data within the corpus.
URL http://geomorphologie.revues.org/docannexe/image/10399/img-6.png
Fichier image/png, 198k
Titre Fig. 7 – Comparaison de la forme en plan du tronçon du Haut Paraná, de la ville de Corrientes (Corrientes) à la ville de Posadas (Misiones). Fig. 7 – Comparison of fluvial patterns of the Upper Paraná section, from the city of Corrientes (Corrientes) to the city of Posadas (Misiones), Argentina.
Légende A : Hydrologie. a : aux courantes : 1 : berges du chenal principal (chenaux multiples) ; 2 : bras secondaires/anastomoses ; 3 : affluents principaux ; b : au stagnantes : 4 : cuvettes de débordement. B. Géologie. 5 : chutes, affleurements rocheux. C : Données sédimentaires. 6 : Île végétalisée ; 7 : banc de sable. D : Données anthropiques. 8 : principales villes. Sources : carte ancienne datée du XVIIIe s., Anonyme, Collection privée et cartes topographiques 1/100 000 les plus récentes de la République argentine : Bella Vista 2960-II 1995, Eldorado 2754-I 1975, Corrientes 2760-IV 1996, Cataratas Iguazu 2554-III 1963, Itati 2757-III 1994, Obera 2754-III 1974, Posadas 2757-IV 1981 (avant la mise en eau du barrage de Yacyreta).A. Hydrology. A: waters: 1: banks of main riverbed (multiple channels); 2: secondary arms/anastomoses; 3: main tributaries; b: stagnant waters: 4: lagoon. B. Geology. 5: falls, rocky falls. C: Sedimentary data. 6: vegetated islands; 7: sandy deposits. D. Anthropic data. 8: main cities. Sources: old map dated the 18th c., Unknown, private Collection and most recent topographic maps of the Argentine Republic (1:100,000): Bella Vista 2960-II 1995, El Dorado 2754-I 1975, Corrientes 2760-IV 1996, Cataratas Iguazu 2554-III 1963, Itati 2757-III 1994, Obera 2754-III 1974, Posadas 2757-IV 1981 (before the construction of the Yacyreta dam).
URL http://geomorphologie.revues.org/docannexe/image/10399/img-7.png
Fichier image/png, 424k
Titre Fig. 8 – A : Carte de localisation des stations de mesures présentées dans le tableau de synthèse regroupant les paramètres nécessaires au calcul de la puissance spécifique. B : Puissances spécifiques des différents tronçons du Paraná. Fig. 8 – A: Location of the gauging stations related to the synthesis table of the data needed to calculate the specific stream power. B: Specific stream powers on the different sections of the Paraná River.
Légende La largeur des rectangles est proportionnelle à la valeur de la puissance spécifique et leur longueur symbolise la longueur du tronçon considéré.The width of the boxes drawned corresponds to the importance of the specific stream power whereas the length of the boxes symbolises the length of the considered section.
URL http://geomorphologie.revues.org/docannexe/image/10399/img-8.png
Fichier image/png, 444k
Titre Fig. 9 – Croquis des facteurs explicatifs du basculement de la charge sédimentaire entre le milieu du XVIIIe et le début du XIXe s. Fig. 9 – Sketch of the explanatory factors of the sedimentary load shift between the mid-18th and the early 19th c.
Légende 1 : principales villes ; 2 : région d’installation des communautés jésuites ; 3 : flux sédimentaires du Bermejo très faibles ; 4 : zone climatique semi-aride à aride durant cette période ; 5 : zone climatique subtropicale ; 6 : provenance préférentielle du flux sédimentaire depuis le haut Paraná.1: main cities; 2: region of installation of the Jesuit communities; 3: very weak sedimentary load coming from the Bermejo river; 4: semi-arid to arid climatic zone during this period; 5: subtropical climatic zone; 6: sedimentary load coming preferentially from the High Paraná River.
URL http://geomorphologie.revues.org/docannexe/image/10399/img-9.png
Fichier image/png, 376k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marie Forget, « Le rôle des sources historiques dans la compréhension des dynamiques fluviales d’un grand fleuve de plaine. Le cas du Paraná argentin », Géomorphologie : relief, processus, environnement, vol. 19 - n° 4 | 2013, 445-462.

Référence électronique

Marie Forget, « Le rôle des sources historiques dans la compréhension des dynamiques fluviales d’un grand fleuve de plaine. Le cas du Paraná argentin », Géomorphologie : relief, processus, environnement [En ligne], vol. 19 - n° 4 | 2013, mis en ligne le 15 décembre 2015, consulté le 01 mai 2017. URL : http://geomorphologie.revues.org/10399 ; DOI : 10.4000/geomorphologie.10399

Haut de page

Auteur

Marie Forget

Environnement, Ville, Société – UMR 5600 – Avenue P. Mendès France – 69500 Bron Cedex – France (forget7982@hotmail.com).

Haut de page

Droits d’auteur

© Groupe français de géomorphologie

Haut de page
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Groupe français de géomorphologie
  • Revues.org