Navigation – Plan du site

Les impacts des lahars du volcan Merapi (Java, Indonésie) après l’éruption de 2010

Lahar-related impacts after the 2010 eruption of Merapi volcano (Java, Indonesia)
Édouard de Bélizal
p. 463-480

Résumés

L’objectif de cet article est de présenter les impacts des lahars survenus sur les flancs du volcan Merapi après l’éruption explosive de 2010. À partir d’une analyse diachronique d’images satellite et de relevés de terrain, les dépôts de lahar ont été cartographiés et leur extension mesurée. Les résultats mettent en avant la fréquence d’occurrence particulièrement élevée et la répartition spatiale des lahars après l’éruption de 2010 ainsi que les types de dommages survenus. Des exemples étudiés à grande échelle permettent également de caractériser les processus morphogènes liés aux lahars, principalement sur le talus distal du Merapi, sur lequel de tels écoulements ne se sont pas produits depuis près de 40 ans. Le réajustement des chenaux y a donc été particulièrement rapide. Trois dynamiques ont ainsi été identifiées : les défluviations, les élargissements/incision de chenaux, qui forment de véritables corridors, et les débordements. Dans ce contexte de changements géomorphologiques rapides, la question des risques de catastrophe liés à l’aléa lahar au Merapi est posée, en insistant sur la gestion de crise originale qui a été mise en place. Cet article traduit la nécessité d’adopter une démarche d’analyse intégrée pour saisir l’ensemble des enjeux liés aux rapides mutations des paysages sur les flancs d’un volcan actif et peuplé.

Haut de page

Notes de la rédaction

Article soumis le 1er juillet 2012, accepté le 21 septembre 2013.

Texte intégral

Cette étude présente quelques uns des résultats issus de la thèse de doctorat de l’auteur, sous la direction de Franck Lavigne (Pr, université Paris 1, Laboratoire de Géographie Physique de Meudon – UMR 8591) et portant sur les impacts géomorphologiques et socio-économiques des lahars consécutifs à l’éruption de 2010 au Merapi. Elle a été réalisée dans le cadre du programme de recherche MIAVITA (Mitigate and Assess Risk from Volcanic Impact on Terrain and Human Activities), Work Package 5 « Vulnérabilité socio-économique et résilience ». Le programme MIAVITA a été financé par la Commission Européenne au titre du programme n° 7 recherche-développement, domaine « Environnement », groupe 6.1 « Changement climatique, pollution, risques ». Nous tenons à exprimer notre gratitude à l’ensemble des personnes qui ont apporté leur aide sur le terrain : Dr Surono (Center for Volcanology and Geological Hazard Mitigation), Cholik (BPPTK), Danang Sri Hadmoko (Universitas Gadjah Mada, Yogyakarta), Marie Coquet, Baptiste Le Mauff et Anne-Kyria Robin (université Paris 1). Enfin, nous remercions Gilles Arnaud-Fassetta, rédacteur en chef de la revue, le coordinateur de ce numéro, J.-M. Carozza, ainsi que les deux relecteurs anonymes dont les commentaires et suggestions ont été très appréciés.

Introduction

1Le terme indonésien « lahar » désigne un mélange de matériaux volcanoclastiques transportés par de l’eau, circulant dans le lit des rivières radiales d’un édifice volcanique et pouvant parcourir une distance de plusieurs dizaines de kilomètres (Smith et Lowe, 1991 ; Vallance, 2000). En transportant le matériel déposé par les éruptions depuis le talus proximal vers le talus distal d’un volcan, les lahars participent activement à la géomorphologie des volcans composites, à l’équilibre de leur pente et à la formation de la ring plain aux pieds de l’édifice. Il s’agit d’écoulements rapides, très concentrés en charge solide de toutes tailles. Leur haute concentration (C) en matériaux de toutes dimensions (blocs, cailloux, graviers, sables, limons) leur confère un comportement rhéologique variable depuis les écoulements hyperconcentrés (20 % < C < 60 %) jusqu’aux coulées de débris (C > 60 %), qui les distingue des épisodes hydrologiques torrentiels (Fisher et Schmincke, 1984 ; Lavigne et al., 2000 a et b ; Vallance, 2000 ; Lavigne et Suwa, 2004). Pendant une éruption, l’eau liquide nécessaire à la remobilisation des matériaux pyroclastiques peut provenir de la rupture d’un lac de cratère ou bien de la fusion d’une couche de neige ou d’un glacier. Dans le domaine intertropical, les pluies abondantes peuvent remobiliser pendant plusieurs années les téphras émis par une éruption. Ainsi, durant plus de dix ans après l’éruption du Pinatubo (Philippines), des lahars de forte magnitude ont été déclenchés par les pluies de mousson et les typhons, déposant 2 km3 de dépôts sur environ 1 000 km² (Newhall et Punongbayan, 1996). Ils représentent un aléa non négligeable pour les populations riveraines. Au cours du XXsiècle, la plupart des pertes humaines en milieu volcanique ont d’ailleurs été provoquées par des lahars : 5500 personnes disparues à Blitar lors de l’éruption du Kelut en 1919 (Bourdier et al., 1997 ; Thouret et al., 1998) et plus de 26 000 personnes ensevelies à Armero en 1985 au pied du Nevado del Ruiz (Pierson et al., 1990 ; Thouret, 1990 ; Voight et al., 2000).

2Le volcan Merapi est un stratovolcan javanais caractérisé par une activité éruptive particulièrement récurrente au XXe siècle, permettant de renouveler régulièrement (tous les 4 à 6 ans) le stock de téphras remobilisables sur le cône proximal de l’édifice. Ses fréquents lahars ont été l’objet de nombreuses publications (Jitousono et al., 1995 ; Shimokawa et al., 1995 ; Lavigne, 1999 ; Lavigne et al., 2000 a et b ; Thouret et al., 2000 ; Lavigne et Thouret, 2002). Le transfert de matériel le long des vallées radiales du volcan y est abondant et joue un rôle décisif dans les processus morphogènes du Merapi. Toutefois, cette dynamique est restée souvent restreinte à un secteur particulier de l’édifice. En effet, la plupart des éruptions du XXe siècle ont été provoquées par l’effondrement gravitaire d’un dôme, qui déclenchait des coulées pyroclastiques à blocs et à cendres d’extension modérée (6-8 km), et confinées dans les vallées sur tout le secteur occidental du volcan puis sur le secteur méridional à partir de 2006 (Abdurachman et al., 2000 ; Schwarzkopf et al., 2005 ; Charbonnier et Gertisser, 2008 ; Gomez et al., 2008 ; Thouret et al., 2010). Ces dynamiques éruptives étaient de magnitude réduite puisque le volume total émis n’a pas dépassé 4106 m3 (Andreastuti et al., 2000 ; Newhall et al., 2000). Les lahars postéruptifs se sont étendus jusque sur le talus médial du volcan. En revanche, l’éruption majeure de 2010 a déposé 36 3106 m3 de matériel pyroclastique mis en place par des coulées, des déferlantes ou des retombées (Charbonnier et al., sous presse ; Komorowski et al., sous presse). L’amont de la quasi-totalité des vallées de l’ouest et du sud du Merapi étant désormais pourvu en stock pyroclastique, les lahars se sont révélés particulièrement nombreux durant la mousson qui a suivi l’éruption. Ils se sont répandus jusque sur le talus distal du volcan, sur des portions de rivières qui n’avaient pas connu de tels événements depuis près de 40 ans (Lavigne et al., 2000a).

3Cet article se focalise ainsi sur les conséquences de ces lahars et met en avant les dynamiques morphogènes qui les caractérisent ainsi que les types de dégâts qu’ils ont causés principalement sur le talus distal. Les densités de population très élevées autour du Merapi (> 900 hab./km²), inévitables dans l’île de Java où 120 millions de personnes vivent sur moins de 140 000 km², soulèvent enfin la question des risques et de leur prévention.

Méthodes

4L’étude des impacts des lahars s’est d’abord appuyée sur une base de données qui recense chaque événement de lahar du 26 octobre 2010 au 25 janvier 2012. Les informations réunies proviennent de sources variées : rapports du bureau de volcanologie (BPPTK), observations de terrain, revue de presse réalisée d’après plusieurs quotidiens indonésiens nationaux et régionaux, données statistiques récupérées auprès des administrations des villages touchés (tab. 1). Les données recueillies permettent d’élaborer une chronologie des lahars et une première évaluation des dommages qu’ils ont provoqués. Les sites sur lesquels les dégâts ont été majeurs ont été étudiés en détail selon une double procédure de mesures de terrain et de photo-interprétation : Sirahan (rivière Putih), Ngerdi (rivière Gendol), Panggung (rivière Opak) et Tamanagung (rivière Pabelan). La formation des corridors de lahars sur un talus distal épargné depuis les années 1970 a nécessité de mesurer régulièrement l’élargissement et l’incision des chenaux dans plusieurs rivières fortement laharigènes au télémètre. Le tracé des lits mineurs a été digitalisé d’après des images satellites du volcan (fig. 1) avant l’éruption (Spot 5 du 17 mai 2008). La forme des corridors et des dépôts de lahars de 2010-2011 ont été cartographiés d’après des images acquises après l’éruption (Spot 5 du 15 novembre 2010 et images GeoEye du 11 juin 2011). L’évolution de la forme des réseaux hydrographiques, l’occupation des sols, les dommages ont ainsi pu être représentés à grande échelle pour chaque exemple. Certains événements et leurs effets morphogènes pour chaque site d’étude ont pu être reconstruits à l’aide des indices laissés sur les infrastructures par les lahars (tab. 2). Enfin, l’étude de la gestion de crise a été abordée à l’aide d’entretiens réalisés avec les responsables locaux (membres du BPPTK, responsables administratifs).

Fig. 1 – Couverture des images satellites utilisées et sites d’études. MNT : Aster GDEM.
Fig. 1 – Satellite imagery, location map and study sites. DEM: Aster GDEM.

Fig. 1 – Couverture des images satellites utilisées et sites d’études. MNT : Aster GDEM. Fig. 1 – Satellite imagery, location map and study sites. DEM: Aster GDEM.

1 : couverture de l’image Quickbird (2006) ; 2 : couvertures des images GeoEye (2011) ; 3 : couverture de l’image Spot 5 (2008) ; 4 : couverture de l’image Spot 5 (2010).
1: frame of the 2006 Quickbird image; 2: frame of the 2011 GeoEye images; 3: frame of the SPOT 5 2008; 4: frame of the Spot 5 2011.

Tab. 1 – Données utilisées pour reconstituer la chronologie des lahars.
Tab. 1 – Data used for the chronology of lahars after the 2010 Merapi eruption.

Source

Type de document / méthode d’acquisition

Information donnée

Avantages

Limites

Archives du Bureau de Volcanologie (BPPTK)

Comptes-rendus d’observation quotidiens des cinq observatoires permanents du Merapi.

Rivières empruntées par les lahars.

Série chronologique à très haute fiabilité.

Pas de mesure systématique de l’épaisseur.

Date, heure de début et de fin au niveau des observatoires.

Quelques informations complémentaires (relevés pluviométriques notamment).

Pas d’enregistrement vidéo des événements depuis les caméras fixes. Aucune information hydrologique.

Parfois : épaisseur moyenne de l’écoulement.

Entretiens avec les usagers des vallées (carriers, surveillants, marchands)

Entretien directif sur la fréquence d’occurrence des lahars.

Chronologie approximative.

Mise en évidence des événements les plus marquants.

Chronologie incertaine.

Permet d’obtenir des informations sur les événements survenus en fin de journée ou début de soirée (pas d’image possible).

Articles de presse

Textes rédigés par les quotidiens nationaux Java Pos, Kompas, Kedaulatan Rakyat (KR).

Vallées empruntées par les lahars. Date de l’événement.

Série chronologique.

Pas d’informations sur les caractéristiques physiques du flux.

Durée parfois mentionnée.

Informations sur les dégâts provoqués par les événements.

Confusion entre crues torrentielles et lahars.

Dommages.

Dégâts à vérifier auprès des institutions locales.

Tab. 2 – Éléments de terrains utilisés pour reconstruire la dynamique des flux.
Tab. 2 – Field evidences of lahar dynamics.

Lahars

Éléments de reconstitution de l’intensité des lahars

29 novembre 2010, 19 mars et 1er mai 2011 dans la Boyong et la Code

Vitesse estimée d’après vidéo amateur réalisée à Yogyakarta au pont de Kota Baru.

Largeur et profondeur au même endroit d’après photographies et marques de terrain (mudlines et extension des dépôts).

9 janvier 2011 dans la Putih

Vitesse estimée d’après les rapports du BPPTK (heure de passage du front à l’observatoire de Ngepos puis à Jumoyo).

Largeur et profondeur à Ngepos d’après les données du BPPTK.

30 mars 2011 dans la Pabelan

Vitesse estimée d’après les rapports du BPPTK (heure de passage du front à l’observatoire de Babadan puis à Tamanagung).

Largeur et profondeur estimée à Tamanagung d’après évidences de terrain au lendemain du lahar (endommagement des piles du pont, largeur et épaisseur des dépôts).

Résultats

Des lahars abondants après l’éruption de 2010

5Les dépôts de lahar visibles sur les images satellites de juin et octobre 2011 ont été digitalisés afin d’en représenter la répartition spatiale (fig. 2). Le cadrage restreint des vues GeoEye et la présence d’une abondante couverture nuageuse n’ont pas permis de cartographier les dépôts pour les vallées les plus septentrionales du volcan (Apu, Ladon, Juweh). Pendant la saison de mousson 2010-2011, c’est sur l’ensemble de l’ouest et du sud du volcan que se sont déclenchés les lahars (fig. 2). La chronologie construite d’après la base de données recense 240 lahars survenus dans 17 vallées lors de la saison des pluies 2010-2011 (fig. 3). Ils ont été les plus fréquents dans la Putih (18 % des occurrences), où ils ont déposé près de 5 Mm3 de matériel volcanoclastique (De Bélizal, 2012). La répartition des lahars après l’éruption de 2010 oblige donc les populations du Merapi à faire face à un aléa qui n’est plus confiné à un ou deux bassins versants, mais qui est désormais très fréquent aussi bien dans les rivières de l’ouest (Putih) que dans les rivières du sud (Gendol, Boyong). Dans six vallées de l’ouest comme du sud des extensions supérieures à 15 km, l’extension des dépôts montre que les lahars ont atteint jusqu’à 20 km le long de la Opak ou de la Putih, ce qui ne s’était pas produit depuis plusieurs décennies. L’image satellite Spot 5 de 2008 montre en effet que les parties distales de ces rivières étaient entièrement végétalisées avant l’éruption de 2010.

Fig. 2 – Le stock pyroclastique de 2010 et les dépôts de lahars en juin 2011 (images Spot 5 2008 et 2010 ; GeoEye 2011).
Fig. 2 – 2010 pyroclastic deposits and 2010-2011 lahars deposits (June 2011 from Spot 5 2008 and 2010; GeoEye 2011).

Fig. 2 – Le stock pyroclastique de 2010 et les dépôts de lahars en juin 2011 (images Spot 5 2008 et 2010 ; GeoEye 2011). Fig. 2 – 2010 pyroclastic deposits and 2010-2011 lahars deposits (June 2011 from Spot 5 2008 and 2010; GeoEye 2011).

1 : dépôts pyroclastiques de 2010 ; 2 : dépôts de lahar en juin 2011 ; 3 : espaces urbains ; 4 : rivière ; 5 : route principale.
1: 2010 pyroclastic deposits; 2: lahar deposits (June 2011); 3: urban area; 4: river; 5: main road.

Fig. 3 – Nombre de lahars par mois durant la saison des pluies 2010-2011.
Fig. 3 – Amount of lahars per month during the 2010-2011 rainy season.

Fig. 3 – Nombre de lahars par mois durant la saison des pluies 2010-2011. Fig. 3 – Amount of lahars per month during the 2010-2011 rainy season.

1 : nombre de lahars ; 2 : précipitations mensuelles.
1: amount of lahars; 2: monthly rainfalls.

Les processus morphogènes associés aux lahars sur le talus distal du volcan

6Les occurrences répétées de dizaines de lahars, associées à leur extension sur le talus distal, ont conduit à des changements majeurs dans les formes géomorphologiques des réseaux hydrographiques. Ces transformations sont particulièrement visibles sur le talus distal, où les rivières ne drainent plus des fonds de vallées à parois subverticales élevées. Pour certaines (Putih, Opak), les traces des derniers lahars survenus dans les années 1970 n’étaient du reste pas visibles avant l’éruption de 2010.

Formation d’un corridor de lahars : l’exemple de la Opak

7Dans les villages Panggung et Teplok (14 km du cratère) le long de la Opak, la réponse géomorphologique du réseau hydrologique face aux lahars met en danger des centaines de personnes. Durant le XXe siècle, aucun lahar n’a été signalé dans ces villages, qui se sont donc étendus jusqu’aux abords directs de la Opak. Avant l’éruption de 2010, il s’agissait d’une petite rivière de 1,5 m à 2 m de profondeur et de 2 m de large où aucune preuve géomorphologique (e.g., terrasses de dépôts de lahar) ne montrait l’occurrence récente de lahars jusqu’à son confluent avec la rivière Gendol, 9 km plus en aval.

8Toutefois, à partir de novembre 2010 jusqu’en mai 2011, 17 lahars s’y sont produits. Le 30 décembre 2010, le pont de Panggung fut bouché par l’embâcle formé par accumulation de débris. Les lahars suivants se déversèrent alors dans l’affluent qui rejoignait la rivière en aval des villages. Rapidement remblayé à son tour, le petit cours d’eau se ménagea un nouveau chemin vers la rivière Opak juste en aval du pont de Panggung (fig. 4), qu’un lahar emporta finalement le 3 janvier 2011. Le matériel qui y était bloqué se répandit immédiatement dans les rizières et les champs de la rive orientale de la Opak (fig. 4). À la fin de janvier 2011, le réajustement très rapide de la rivière a conduit à la formation d’un corridor large de 20 m et profond de 4 m, que les lahars successifs n’ont cessé d’élargir vers l’ouest et à l’intérieur duquel le cours d’eau ouvrit un lit dont la géométrie variait d’un jour à l’autre. Toute une partie des villages de Panggung et Teplok s’est retrouvée située brutalement dans ce nouveau corridor de lahars (fig. 4). Des levées ont été construites avec le matériel volcanoclastique puis consolidées par des sacs de sable, mais elles demeurent sans effet en cas d’événement de forte magnitude. Ainsi, le 22 mars 2011, un lahar a sapé la base des levées situées en rive concave de la petite sinuosité en aval du pont de Panggung. Celles-ci se sont effondrées et une première pulsation du lahar a dévasté une partie du village où des épaisseurs de boue entre 0,5 m et 1 m ont été mesurées. Vingt minutes après le passage du front, le débit de pointe (Q) de l’écoulement correspondant à la deuxième pulsation du lahar a pu être calculé. D’après la section mouillée et la vitesse moyenne l’écoulement de surface, Q a été évalué in situ à  245 m3/s (De Bélizal, 2012). Le lahar est entré dans Teplok, guidé par le réseau des rues et des chemins, où des épaisseurs de boue de 0,1 m à 1 m ont été mesurées. Deux hectares ont été endommagés : cultures ensevelies, 6 maisons partiellement détruites, pertes de mobilier et de biens électroniques. Ce réajustement morphologique s’est opéré en quelques mois et témoigne de l’aspect particulièrement morphogène des lahars : formation et élargissement d’un corridor et recomposition du réseau hydrographique par captures à l’échelle locale.

Fig. 4 – Le corridor de lahar de la Opak dans les villages de Panggung et Teplok.
Fig. 4 – Widening of the channel of the Opak River in Panggung and Teplok villages.

Fig. 4 – Le corridor de lahar de la Opak dans les villages de Panggung et Teplok.Fig. 4 – Widening of the channel of the Opak River in Panggung and Teplok villages.

1 : fleuve Opak ; 2 : autres rivières ; 3 : route principale ; 4 : zone densément bâtie ; 5 : zone cultivée ; 6 : débordement ; 7 : dépôts de lahars ; 8 : épaisseur des dépôts ; 9 : ancien affluent capturé par la Opak ; 10 : élargissement du chenal de la Opak ; 11 : maisons détruites car désormais situées dans le corridor de lahars ; 12 : zone d’habitations détruites ; 11 : zone d’habitations endommagées.
1: Opak River; 2: river; 3: main road; 4: densely populated areas; 5: crops and rice fields; 6: overflow; 7: lahar deposits; 8: depth of the deposits; 9: river captured by the Opak River; 10: widened channel; 11: houses destroyed as they are now located on the new lahar corridor; 12: destroyed and buried houses; 13: damaged houses.

Les défluviations

9Dans d’autres cas où des lahars d’intensité plus forte (Q > 1 000 m3/s ; De Bélizal, 2012) se produisent dans des chenaux très sinueux, l’énergie du flux peut former un corridor divisé en deux chenaux. Deux exemples illustrent ce cas de figure.

10Les lahars dans la vallée Putih ont commencé dès le 5 novembre 2010, pendant l’éruption, et ont remobilisé les matériaux fins des retombées aériennes. Situé à 20 km du cratère, Sirahan est un village traversé par la rivière Putih. Les 18 lahars de novembre et décembre 2010 ont déposé plus de 5 m de dépôts volcanoclastiques dans le chenal de la rivière, qui s’est en outre élargi de plus de 10 m. Au début de janvier 2011, le lit de la rivière, endigué par des levées de 6 m de haut, s’est donc trouvé surélevé au-dessus du niveau du village. Le 9 janvier 2011, un lahar de 4 m de profondeur maximale a débordé dans la partie distale de la Putih, et notamment à Sirahan. À la faveur d’une sinuosité du chenal, le flux a rompu la digue et s’est accumulé dans les rizières tandis qu’une autre partie a suivi la pente naturelle en empruntant la route principale (fig. 5). Celle-ci a été entièrement détruite par le lahar qui a creusé un nouveau chenal rectiligne de 3,5 m de profondeur au milieu du village, jusqu’à ce qu’il retrouve la Putih quelques centaines de mètres plus en aval. Les 25 lahars survenus depuis janvier 2011 jusqu’à la fin de la saison des pluies en mai ont suivi ce corridor dédoublé à Sirahan. En conséquence, 254 maisons ont été endommagées, dont 37 entièrement détruites, et 30 ha de terres arables ont été ensevelis sous 3 m de dépôts dans la zone d’accumulation (fig. 3). À la fin de la saison humide 2010-2011, l’environnement de Sirahan est apparu profondément modifié. La Putih coule désormais dans un corridor élargi de 30 m, sur un lit exhaussé de 7 m par rapport à son niveau originel. Elle est aujourd’hui endiguée par des levées de blocs, de graviers et de sables grossiers afin de prévenir la réactivation du corridor secondaire qui traverse le village.

Fig. 5 – Défluviation des lahars de la Putih à Sirahan.
Fig. 5 – New channel of the Putih River in Sirahan.

Fig. 5 – Défluviation des lahars de la Putih à Sirahan. Fig. 5 – New channel of the Putih River in Sirahan.

1 : lit mineur ; 2 : route principale ; 3 : limites de Sirahan ; 4 : zone densément bâtie ; 5 : zone cultivée ; 6 : défluviation ; 7 : sens de débordement ; 8 : dépôts de lahars ; 9 : épaisseur des dépôts ; 10 : zone d’habitations détruites ; 11 : zone d’habitations endommagées.
1: river channel; 2: main road; 3: limits of village; 4: densely populated areas; 5: crops and rice fields; 6: changes of the river channel; 7: overflow; 8: lahar deposits; 9: depth of the deposits; 10: destroyed and buried houses; 11: damaged houses.

11Un phénomène similaire s’est produit à Ngerdi, en aval de la commune Sindumartani, dans la partie distale de la Gendol (21 km du sommet). La plupart des maisons endommagées par le lahar du 1er mai 2011 étaient situées à proximité de la Gendol, dont le lit mineur était de taille réduite avant le début des lahars (3 m de large pour 1,5 m de profondeur). Au niveau du village Kayen, le lit mineur forme une sinuosité vers l’est que le lahar n’a pas suivie (fig. 6). Celui-ci a traversé les rizières sur lesquelles il a déposé plus de 40 000 m² de dépôts de quelques décimètres d’épaisseur puis a directement frappé le village de Ngerdi en endommageant plus ou moins sévèrement 51 maisons. Au fur et à mesure que l’écoulement perdait en concentration et retrouvait une dynamique plus torrentielle, un nouveau chenal s’est encaissé de près d’1 m dans les nouveaux dépôts. Le lendemain, la Gendol était divisée en deux corridors de lahars au niveau de la petite boucle de Kayen : une partie du flux a emprunté l’ancien tracé de la rivière tandis qu’une autre partie a suivi le nouveau chenal qui traversait le village (fig. 6).

12Ces évolutions rapides du tracé aval de la Putih et de la Gendol, associées à une forte récurrence des lahars qui produisent des défluviations plus ou moins dévastatrices, permettent de comprendre l’étendue des dégâts sur le talus distal du Merapi. Les changements de tracé ponctuels des cours d’eau sont dus à la dynamique des coulées de débris, à très forte charge solide, qui force le lahar à chercher toujours le chemin le plus rectiligne (Pierson, 1995 ; Iverson, 1997).

Fig. 6 – Défluviation des lahars de la Gendol à Ngerdi.
Fig. 6 – New channel of the Gendol River in Ngerdi.

Fig. 6 – Défluviation des lahars de la Gendol à Ngerdi. Fig. 6 – New channel of the Gendol River in Ngerdi.

1 : lit mineur ; 2 : route principale ; 3 : limites du desa Sindumartani ; 4 : zone densément bâtie ; 5 : zone cultivée ; 6 : défluviation ; 7 : sens de débordement ; 8 : dépôts de lahars ; 9 : épaisseur des dépôts ; 10 : zone d’habitations détruites ; 11 : zone d’habitations endommagées.
1: river channel; 2: main road; 3: limits of village; 4: densely populated areas; 5: crops and rice fields; 6: changes of the river channel; 7: overflow; 8: lahar deposits; 9: depth of the deposits; 10: destroyed and buried houses; 11: damaged houses.

Les débordements

13Dans le cas de la Pabelan à Tamanagung (18 km du cratère), une partie du village a été dévastée en mars 2011 en même temps qu’une partie des ponts jumeaux de la quatre-voie Yogyakarta-Semarang était emportée (fig. 7). Une vingtaine de maisons étaient construites sur une terrasse surélevée de 2,5 m au-dessus du corridor de lahar large de 47 m, incisé de 13 m et drainé par la Pabelan. Le lahar du 30 mars 2011, nourri par la rencontre de lahars survenus dans plusieurs affluents de la Pabelan en amont (Trising et Senowo notamment), contraint par les sinuosités de la vallée, a été dévié directement vers la terrasse qu’il a réactivé et la recouvrant sur près de 4,5 m, détruisant au passage les maisons qui s’y trouvaient construites (fig. 7). Le débordement a eu lieu pendant le débit de pointe du lahar, évalué à plus de 1800 m3/s au niveau des ponts jumeaux d’après le produit de la section mouillée (490 m²) et de la vitesse maximale de l’écoulement de surface évaluée à 12,2 km/h soit 3,7 m/s (De Bélizal, 2012).

Fig. 7 – L’inondation du village de Tamanagung.
Fig. 7 – Lahar overflow in Tamanagung village.

Fig. 7 – L’inondation du village de Tamanagung. Fig. 7 – Lahar overflow in Tamanagung village.

1 : rivière Pabelan ; 2 : corridor de lahar ; 3 : berges ; 4 : rebord de terrasse ; 5 : point côté ; 6 : route principale ; 7 : ancienne voie de chemin de fer ; 8 : zone densément bâtie ; 9 : zone cultivée ; 10 : débordement ; 11 : dépôts de lahar du 30 mars ; 12 : zone d’habitations détruites ; 13 : épaisseur des dépôts du 30 mars ; 14 : pont détruit le 30 mars; 15 : pilier du pont emporté puis déposé.
1: Pabelan River; 2: lahar corridor; 3: banks; 4: terrace; 5: altitude; 6: main road; 7: ancient railway; 8: densely populated area; 9: crops and rice fields; 10: overflow; 11: 30 March 2011 lahar deposits; 12: destroyed and buried houses; 13: depth of the deposits of the 30 March 2011; 14: destroyed bridge; 15: pier transported by the lahar.

14À la différence des exemples abordés plus haut, ces débordements ponctuels, intenses mais souvent brefs dans le temps et plus restreints spatialement sont le processus le plus fréquent sur l’ensemble des parties distales des rivières. À la moindre augmentation du débit d’un lahar, l’ensevelissement des terrains adjacents est inévitable. Les villages situés le long de la Gendol ont été endommagés par des débordements ponctuels du flux, comme Jaranan, situé à 16 km du cratère (fig. 8). L’exemple de Jaranan montre que les débordements liés aux lahars se produisent généralement en deux temps. 1) Une première pulsation concentrée en matériaux grossiers (blocs décimétriques) peut s’étendre sur l’interfluve avec un fort impact destructeur ; cette première vague associée à l’écoulement turbulent du lahar, peut déposer jusqu’à 2 m de matériel volcanoclastique en un seul épisode. 2) Lorsque le débit se réduit, les pulsations deviennent plus espacées dans le temps et sont surtout moins concentrées, incisant alors les dépôts mis en place au début du lahar (Vallance, 2000 ; fig. 8).

Fig. 8 – Dégâts provoqués par un débordement ponctuel du lahar du 19 mars 2011 dans la Gendol à Jaranan, 5 km en amont de Ngerdi.
Fig. 8 – Damages caused by an overflow of the 19 March 2011 lahar in the Gendol River (Jaranan village, 5 km upstream Ngerdi).

Fig. 8 – Dégâts provoqués par un débordement ponctuel du lahar du 19 mars 2011 dans la Gendol à Jaranan, 5 km en amont de Ngerdi. Fig. 8 – Damages caused by an overflow of the 19 March 2011 lahar in the Gendol River (Jaranan village, 5 km upstream Ngerdi).

Après une première vague qui a notamment transporté des blocs et dévasté les constructions (premier plan), s’ensuivirent des pulsations moins concentrées qui ont incisé ces premiers dépôts sur 65 cm.
After a first pulse that carried boulders, which destructed buildings (foreground), ensued less concentrated pulses that have incised 65 cm inside the first deposit.

Cliché : E. de Bélizal, mars 2011.
Photo taken in March 2011 by E. De Bélizal

15Dans la Gendol, les données géomorphologiques et les marqueurs anthropiques montrent que même si aucun lahar récent n’a atteint la partie distale de la rivière, des épisodes similaires ont déjà eu lieu par le passé. À la différence de la Putih ou de la Opak, un corridor de 200 m de large est bien visible sur les images avant éruption, hérité d’anciens épisodes de lahars durant le XXe siècle et attestés par la présence de dépôts graveleux et de blocs anguleux bordant le chenal. La présence de petites digues de béton (4 m de hauteur) le long de ce corridor montre que les populations locales connaissaient l’occurrence de lahars dans cette partie de la Gendol et avaient prévu de réserver une surface pouvant être inondée (fig. 9). Aucune habitation ne s’y trouve et seules quelques cultures fruitières irriguées ont été aménagées. Les lahars qui ont suivi l’éruption de 2010 ont circulé dans cet espace délimité par les digues de béton et n’ont pas débordé dans les villages voisins.

Fig. 9 – Évidences d’un ancien corridor de lahars endigué en aval de la Gendol.
Fig. 9 – Evidences of a former dammed floodplain in the downstream part of the Gendol River.

Fig. 9 – Évidences d’un ancien corridor de lahars endigué en aval de la Gendol. Fig. 9 – Evidences of a former dammed floodplain in the downstream part of the Gendol River.

1 : digues de la Gendol ; 2 : rivière Gendol ; 3 : lit majeur ; 4 : sens d’écoulement des lahars ; 5 : route principale.
1: Dykes along the Gendol River; 2: Gendol River; 3: floodplain; 4: lahar overflows; 5: main road.

A et B : images Google Earth 2006 et 2011 ; C : cliché mai 2012 par E. De Bélizal.
A et B: Google Earth 2006 and 2011; C: photo taken in May 2012 by E. De Bélizal.

16Ainsi, les dommages liés aux lahars sont dus à une triple dynamique morphogène de défluviations, de réajustement du lit majeur et de débordements sur le talus distal du Merapi (fig. 10). Les exemples ont été abordés séparément, mais cela ne doit toutefois pas laisser supposer un cloisonnement des processus, qui peuvent être bien souvent synchrones en un même endroit. Leurs conséquences, du reste, ne jouent pas sur la même échelle de temps et peuvent se combiner. La formation des corridors provoque des transformations durables du réseau hydrographique. Les défluviations produisent des corridors dédoublés que seul le génie civil peut résorber à grands renforts de travaux de voirie pour éviter que des villages entiers ne soient dévastés. Enfin, les débordements ponctuels désignent des processus plus immédiats, plus fréquents et aux conséquences moins importantes sur la forme du réseau hydrographique mais tout aussi dommageables pour les populations riveraines.

17Les villages du talus distal sont situés en-dehors de la zone d’extension des coulées pyroclastiques et n’ont été que rarement touchés par les lahars depuis 40 ans. Les habitants des villages n’étaient donc pas préparés au risque comme ceux des autres communes situées plus proches du cratère. L’expérience de l’aléa a donc fait défaut dans nombre de cas (De Bélizal, 2012) et les constructions ont été faites trop près des rivières car les preuves morphologiques d’anciens lahars n’étaient pas toujours visibles. Mis à part sur une portion de la Gendol où les vestiges d’un corridor endigué a permis aux lahars de s’écouler sans pénétrer dans les villages, les transformations du réseau hydrographique ont été rapides et mis en danger certains villages épargnés depuis plusieurs années par les aléas volcaniques. Face à cet aléa, les populations ont néanmoins réussi à s’organiser pour en limiter les risques.

Fig. 10 – Aperçu synthétique des processus morphogènes des lahars sur le talus distal du Merapi.
Fig. 10 – Morphogenic processes of lahars on the distal slope of Merapi volcano.

Fig. 10 – Aperçu synthétique des processus morphogènes des lahars sur le talus distal du Merapi. Fig. 10 – Morphogenic processes of lahars on the distal slope of Merapi volcano.

A : Situation avant l’éruption de 2010. B : Dynamiques des lahars pendant la saison des pluies 2010-2011. C : Situation après la saison des pluies 2010-2011 ; P1 : profil transversal de la Opak avant l’éruption de 2010 ; P2 : profil transversal de la Opak après la saison des pluies 2010-2011 ; 1 : lit mineur ; 2 : zone densément bâtie ; 3 : zone cultivée ; 4 : route ; 5 : pont ; 6 : corridor de lahars ; 7 : zone de maisons désormais situées dans le corridor de lahars ; 8 : corridor de lahars endigué ; 9 : brèche dans la digue ; 10 : sens d’écoulement des lahars ; 11 : débordement ; 12 : dépôts de lahars ; 13 : zone d’habitations endommagées ou détruites.
A: Situation before the 2010 eruption. B: Lahar behaviour during the 2010-2011 rainy season. C: Situation after the 2010-2011 rainy season; P1: transverse profile of the Opak River before the 2010 eruption; P2: transverse profile of the Opak River after the 2010-2011 rainy season from; 1: river channel; 2: densely populated areas; 3: crops and rice fields; 4: road, 5: bridge; 6: lahar corridor; 7: houses destroyed as they are now located on the new lahar corridor; 8: dammed lahar corridor; 9: breach in the dyke; 10: direction of lahars; 11: overflow; 12: lahar deposits; 13: destroyed or damaged houses.

Des dégâts matériels dans la partie distale du Merapi et leurs conséquences à plusieurs échelles

Des habitations détruites

18Les dégâts ont été recensés pour l’ensemble des lahars survenus pendant la saison humide 2010-2011 et au début de celle de 2011-2012. Au total, 860 maisons (fig. 11 et fig. 12) ont été touchées, 215 entièrement détruites et/ou ensevelies, 645 endommagées, les habitants pouvant continuer à y vivre après quelques réparations. Compte tenu du nombre d’habitations détruites et abandonnées et celles sévèrement endommagées qui ne peuvent plus abriter leurs propriétaires, on estime l’effectif total des personnes sans-abris à plus de 3 000. Pour ces dernières, certains centres d’accueils aménagés pendant la phase éruptive du Merapi ont été ré-ouverts au début de l’année 2011 en même temps que les dégâts devenaient dramatiques, notamment dans la Putih où certains villages ont été quasi-entièrement rayés de la carte (Sirahan).

Fig. 11 – Habitations détruites et endommagées par les lahars autour du Merapi après l’éruption de 2010.
Fig. 11 – Destroyed and damaged houses by lahars at Merapi volcano after the 2010 eruption.

Fig. 11 – Habitations détruites et endommagées par les lahars autour du Merapi après l’éruption de 2010. Fig. 11 – Destroyed and damaged houses by lahars at Merapi volcano after the 2010 eruption.

1 : sommet du Merapi ; 2 : chef-lieu de province ; 3 : chef-lieu de district ; 4 : route principale ; 5 : rivière ; 6 : > 50 maisons détruites ; 7 : 30-50 maisons détruites; 8 : 10-30 maisons détruites ; 9 : < 10 maisons détruites ; 10 : > 200 maisons endommagées ; 11 : 30-70 maisons endommagées ; 12 : 10-30 maisons endommagées ; 13 : < 10 maisons endommagées.
1: summit of Merapi; 2: province main town; 3: district main town; 4: main road; 5: river; 6: >50 destroyed houses; 7: 30-50 destroyed houses; 8: 10-30 destroyed houses; 9: <10 destroyed houses; 10: >200 damaged houses; 11: 30-70 damaged houses; 12: 10-30 damaged houses; 13: <10 damaged houses.

D’après De Bélizal, 2012, modifié.
After De Bélizal, 2012, modified.

Fig. 12 – A : Habitation détruite à Sirahan (Putih). B : Habitation endommagée à Ngerdi (Gendol) par la défluviation passant au beau milieu du village.
Fig. 12 – A: Destroyed house in Sirahan (Putih), March 2011. B: Damaged house in Ngerdi (Gendol) May 2011. Note the new channel of the Gendol River flowing along the village.

Fig. 12 – A : Habitation détruite à Sirahan (Putih). B : Habitation endommagée à Ngerdi (Gendol) par la défluviation passant au beau milieu du village.Fig. 12 – A: Destroyed house in Sirahan (Putih), March 2011. B: Damaged house in Ngerdi (Gendol) May 2011. Note the new channel of the Gendol River flowing along the village.

Clichés E. de Bélizal, mai 2011.
Photos: E. De Bélizal, may 2011.

Des ressources menacées

19Les premières estimations officielles suggèrent que près de 70 ha de surfaces agricoles ont été ensevelies, principalement dans la Putih. À Jumoyo (3 km en amont de Sirahan), 21 ha de surfaces agricoles ont disparu, principalement des rizières (17 ha), des cultures fruitières destinées aux marchés locaux (piment, fruit du serpent), du bois de construction et des cultures vivrières (manioc, arachides). Le long de la Gendol aval, 4,4 ha de rizières ont été ensevelis, principalement à Ngerdi. En quelques mois sont ainsi survenus d’importants changements dans l’occupation des sols des communes fortement touchées par les lahars et les inévitables répercussions socio-économiques sont encore mal connues pour des communautés rurales qui dépendent très largement de l’agriculture. L’exploitation des dépôts de lahar subit également quelques difficultés liées à l’abondance soudaine de matériaux volcanoclastiques. Ces derniers représentent une ressource appréciable en blocs d’andésite, en graviers et en sables fins ou grossiers vendus à bon prix comme matériel de construction d’excellente qualité. L’andésite, transportée depuis les zones sommitales, où elle forme les dômes, jusqu’au talus distal par les coulées pyroclastiques et les lahars, est connue depuis plusieurs siècles comme la « pierre des temples ». Quant aux sables grossiers des dépôts (cendres volcaniques), ils entrent dans la composition d’un béton réputé plus solide que celui obtenu avec les granulats de rivière. La forte teneur en sables grossiers des matrices interclastiques des dépôts de lahars de 2010-2011 (De Bélizal et al., 2013) offre donc une ressource particulièrement prisée par les populations locales, qui peut contribuer à contrebalancer les pertes provoquées par l’éruption (De Bélizal, 2012). Toutefois, l’explosion de l’offre a provoqué une baisse du plus du double des prix pratiqués dans la région de Yogyakarta, risquant de mettre en difficulté l’ensemble des travailleurs qui ne dépendent que de cette activité (tab. 3). À ces impacts s’ajoutent les destructions des aménagements liés à l’eau. Dans la partie distale de la Gendol, près de 1 000 m de petits canaux et arroyos aménagés pour l’irrigation des rizières ont été détruits et 90 puits ont été bouchés. Sur une plus petite échelle, le canal de Mataram, qui alimente en eau le nord de l’agglomération de Yogyakarta pour des besoins sanitaires et agricoles, a subi de fortes diminutions de son débit depuis la fin de l’éruption à cause de l’ensablement de certaines écluses (fig. 13). La charge en suspension du fleuve Progo qui alimente ce canal semble en effet s’enrichir considérablement après les confluents successifs du fleuve avec les rivières qui drainent le versant occidental du Merapi.

Tab. 3 – Évolution des prix d’achat et de vente de chargements de 6 m3 de sable extraits des dépôts de lahars au Merapi depuis 2001.
Tab. 3 – Prices of 6 m3 of sand from Merapi volcano since 2001.

Années (valeurs en milliers de rupiahs)

Prix d'achat

Prix de vente

2001

150

400

2010

300

800

2012

70

300

Noter que les prix ont doublé entre 2001 et 2010 (raréfaction des occurrences de lahars et des dépôts exploitables) puis ont fortement diminué après 2010. Valeurs en rupiah indonésienne (Rp ; valeur indicative : 12 000 Rp = 1 €).
Note that prices have doubled between 2001 and 2010 (deposits became almost empty), then sharply declined after 2010. Prices are given in Indonesian rupiah (Rp; indicative value: 12,000 Rp = 1 €).

D’après De Bélizal et al., 2011, modifié.
Modified from De Bélizal et al., 2011.

Fig. 13 – L’ensablement des écluses d’accès au canal de Mataram.
Fig. 13 – Silting of the Mataram canal.

Fig. 13 – L’ensablement des écluses d’accès au canal de Mataram. Fig. 13 – Silting of the Mataram canal.

Noter la présence de quatre personnes en train de creuser le sable.
Note the presence of four sand miners.

Cliché E. de Bélizal, janvier 2011.
Photo: E. De Bélizal, January 2011.

Des infrastructures endommagées

20Les barrages et les ponts situés sur le trajet des rivières ont été détruits très rapidement par les lahars. Dans les quatre mois qui ont suivi l’éruption, la quasi-totalité des ponts ont été emportés sur les versants occidental et méridional du Merapi. Le 30 mars 2011, un lahar de très forte intensité (Q ~ 1 800 m3/s ; De Bélizal, 2012) a emporté la moitié des ponts jumeaux de Tamanagung (fig. 7 et fig. 14), situé sur la route Yogyakarta-Semarang qui est une quatre-voie structurante dans le réseau routier de l’île de Java. Ces ponts étaient les seuls ouvrages d’art franchissant la Pabelan, les autres ayant disparu entre décembre 2010 et février 2011. Pendant les six semaines de réparation qui ont duré d’avril à fin mai 2011, le trafic des bus et des poids lourds a été autorisé au compte-goutte, uniquement la nuit à partir de 19 h. Pendant la journée, les gros véhicules devant rejoindre le nord (Magelang puis Semarang) ont fait le tour du volcan par l’est, ce qui a rajouté de longues heures de trajet. La route Yogyakarta-Semarang, en outre, a été fréquemment close au niveau du petit pont avec la Putih, enseveli dès décembre 2010. À quinze reprises depuis janvier 2011, la route a été recouverte par les dépôts de lahars, dont le curage prenait parfois toute la nuit. Le 23 janvier 2011, la route a été fermée à 14 h en prévision d’un lahar volumineux signalé plus en amont ; celui-ci est arrivé à 14 h 20 et a coulé pendant plus de 2 h, laissant derrière lui près de 2 m de blocs, de graviers et de sables sur une longueur de 500 m. Le déblaiement de la chaussée a duré jusqu’à 3 h le lendemain matin. Pendant ce temps, l’ensemble du trafic de la quatre-voie a été dévié vers les monts Menoreh, situés une dizaine de kilomètres plus à l’ouest. Durant toute la saison humide de 2010-2011, la forte récurrence des lahars a ainsi contribué à fragiliser des populations à peine remises de l’éruption de 2010 et à augmenter leur vulnérabilité. En effet, les impacts des lahars ont remis en cause le fonctionnement structurel de nombreux villages : habitations détruites, ressources ensevelies, accessibilité limitée. L’origine de ces dommages est à mettre en lien avec les impacts géomorphologiques des lahars sur le réseau hydrographique (fig. 10).

Fig. 14 – Le pont de Tamanagung partiellement détruit par le lahar du 30 mars 2011.
Fig. 14 – Bridge in Tamanagung partially destroyed by the 30 March lahar.

Fig. 14 – Le pont de Tamanagung partiellement détruit par le lahar du 30 mars 2011. Fig. 14 – Bridge in Tamanagung partially destroyed by the 30 March lahar.

A : Les deux piliers restant. B : Le troisième pilier, entraîné par le lahar du 30 mars 2011 jusqu’à 950 m en aval du pont.
A: The two remaining piers are deeply damaged. B: The third pier has been carried away by the lahar and eventually deposited 950 m downstream.

Clichés : E. de Bélizal, avril 2011.
Photos: E. De Bélizal, April 2011.

Une gestion de crise originale et efficace

21Malgré les dommages très importants, les pertes humaines en 2010-2011 n’ont pas été aussi élevées que l’on aurait pu le craindre puisque l’on a déploré trois tués et une quinzaine de blessés. Les habitants ont organisé eux-mêmes un système d’alerte précoce. Dans chaque bassin-versant, une surveillance communautaire spontanée a été développée pour fournir une information en temps réel des conditions des rivières. Certains habitants ont pu obtenir gratuitement des talkies walkies et des émetteurs radio grâce à des ONG lors de l’éruption de 2010, et ont ensuite continué à les utiliser pour lancer l’alerte en cas de lahars. Dans de nombreux cas, les informateurs sont des « Linmas » (agents de sécurité d’un village) ainsi que des « SAR » (Save And Rescue), de jeunes bénévoles qui ont aidé les autorités lors des évacuations pendant l’éruption. Très rapidement, un réseau d’information s’est développé le long des rivières du Merapi, et a permis de communiquer des informations en direct sur les conditions météorologiques et hydrologiques. En cas de lahars, les surveillants situés plus en amont transmettent l’information aux surveillants en aval et l’alerte se répand peu à peu. En moyenne, les riverains peuvent être prévenus entre 15 et 30 min avant que le lahar n’arrive à leur position, d’après des calculs du délai entre l’alerte et l’arrivée du front du lahar, effectués dans des villages situés à 17 km du cratère dans les vallées Boyong, Opak et Gendol en février et mars 2011 (De Bélizal et al., 2013). Dans certains villages plus en aval, comme à Sirahan (Putih), le délai peut même être d’une heure avant l’arrivée de la première pulsation. L’anticipation a permis de sauver de nombreuses vies : dans le cas de Tamanagung, la totalité des 19 maisons démolies par le lahar du 30 mars avait été évacuée environ 20 min avant l’arrivée du front. Dans le cas du lahar du 22 mars dans la Opak, le lahar a été rapporté dès 13 h 30 grâce aux talkies walkies et aux radios du poste de surveillance du village (fig. 15). Le message a été transmis directement ou par sms à la plupart des habitants. Ceux qui vivent trop près de la rivière, qui sont malades ou âgés ont pu être évacués, aidés par les motos ou les voitures des voisins. Trente minutes plus tard, le lahar est arrivé et a endommagé plusieurs maisons à Panggung (14 h) puis à Teplok (14 h 20). Dans la crainte d’inondations plus intenses, certains habitants qui restaient ont décidé de sauver quelques objets et meubles tandis que d’autres évacuèrent le bétail vers les champs plus éloignés de la rivière. Enfin, à 16 h, le débit a diminué progressivement et le nettoyage des maisons a immédiatement commencé. Les personnes qui avaient évacué sont rentrées chez elles au crépuscule (vers 18 h). Le lendemain, des volontaires ont aidé les habitants à effectuer les travaux de réparation si bien qu’au bout de quelques jours, la plupart des dépôts de boue dans les roues et les maisons faiblement impactées avait entièrement disparu (fig. 15). Au final, cet exemple permet de bien comprendre comment les communautés locales se sont très vite adaptées à la menace que représentent les lahars. Devant la récurrence élevée de l’aléa, un système de surveillance s’est spontanément développé et a permis aux populations des villages d’évacuer à temps. Lorsqu’un village est touché, le nettoyage et les réparations des rues et des maisons qui n’ont pas été trop endommagées est particulièrement rapide et montre la résilience très élevée des communautés du Merapi.

Fig. 15 – Un exemple de gestion de crise : le lahar du 22 mars 2011 à Panggung, rivière Opak.
Fig. 15 – An example of a crisis management: The 22 March 2011 lahar in Panggung (Opak).

Fig. 15 – Un exemple de gestion de crise : le lahar du 22 mars 2011 à Panggung, rivière Opak. Fig. 15 – An example of a crisis management: The 22 March 2011 lahar in Panggung (Opak).

Les trois photographies montrent, de gauche à droite, la mosquée (centre géographique et culturel du village) avant l’arrivée du lahar (protégée par quelques sacs de sable), pendant l’inondation (repérer le flux boueux sur la droite de l’image) puis pendant le nettoyage (clichés : E.De Bélizal, mars 2011). 1 : mobilité des habitants ; 2 : protection des biens ; 3 : réparations.
The three photos show, from left to right, the mosque (geographic and cultural centre of the village) before the arrival of lahar (protected by a few sand bags), during the flood (note the muddy stream on the right of the image), then during the cleaning (recovery process). Photos: E. De Bélizal, March 2011. 1: mobility of dwellers; 2: protection of goods; 3: recovering process.

Discussion

Temporalités et variabilité de l’aléa et des risques associés aux lahars

22Après l’éruption de 2010, les impacts les plus riches d’enjeux sont principalement situés sur le talus distal de l’édifice volcanique (> 15 km du sommet). Ce phénomène, sans être exceptionnel, n’est pas non plus systématique et il convenait de le renseigner précisément pour montrer la particularité des lahars après une éruption explosive de récurrence centennale (Surono et al., sous presse). Effectivement, le talus distal correspond à la zone d’épandage des matériaux volcanoclastiques (ring plain) puisque les rivières n’y sont plus confinées dans des vallées à hauts versants. La diminution de la pente amène les lahars à perdre de l’énergie et à déposer leur charge solide dont l’accumulation peut provoquer l’exhaussement des lits mineurs, favorisant ainsi les défluviations. L’article n’a volontairement pas abordé les processus morphogénétiques des lahars plus en amont (entre 4 et 10 km du cratère) dans les vallées du talus médian, compte tenu d’une mauvaise visibilité sur les images satellites. Mais l’érosion produite par les occurrences répétées de lahars a provoqué, dans les rivières encaissées des talus proximal et médian, des éboulements et affaissements de berge qui ont contribué là aussi à l’élargissement des chenaux d’écoulement. Des études complémentaires sont nécessaires pour quantifier ces processus.

23L’ampleur des dommages liés aux lahars de 2010-2011 est sans commune mesure avec celle des lahars survenus à la fin du XXe siècle, après les coulées pyroclastiques d’effondrement de dôme. Les lahars les plus intenses ont toujours été déclenchés après les éruptions de magnitude élevée. Pendant et après l’éruption de 1930-1931, des écoulements de plusieurs millions de mètres cubes ont été identifiés (Schmidt, 1934 ; Lavigne et al., 2000b ; Thouret et al., 2000). Ils se sont propagés jusque sur le talus distal du Merapi, où ils ont emporté plusieurs ponts et enseveli au moins un village. Mieux renseignés sont les lahars intenses qui ont eu lieu entre 1973 et 1976 (Shimokawa et al., 1995 ; Lavigne et al., 2000b), qui ont vraisemblablement remobilisé les dépôts des coulées pyroclastiques de 1969, 1972 et 1974 (Voight et al., 2000). Ces lahars, survenus dans le sud-ouest du volcan (Putih, Bebeng et Krasak) ainsi que dans le sud (Boyong et Kuning) ont détruit en 3 ans au moins 532 maisons, emportant au passage 9 ponts et tuant 38 personnes. Ces deux séries d’événements de forte ampleur sont survenues après une phase éruptive de forte intensité (Voight et al., 2000) et de magnitude plus élevée que les effondrements de dôme habituels. Effectivement, après les coulées à blocs et à cendre de 1994 et de 2006, les lahars n’ont pas été particulièrement destructeurs. Ils sont restés confinés dans les chenaux encaissés des parties amont des rivières et n’ont pratiquement jamais atteint le talus distal du volcan (Lavigne et al., 2000b). Il est donc probable que la magnitude plus réduite des coulées pyroclastiques provoquées par effondrement de dôme ne produise pas ensuite de lahars particulièrement intenses. Toutefois, on n’oubliera pas que le stock pyroclastique alimentant les lahars n’est pas le seul facteur de leur déclenchement ; l’intensité des précipitations joue également un rôle important, voire déterminant, dans la remobilisation de ce matériel (Lavigne, 1998 ; Lavigne et al., 2000 a et b). La variabilité et l’intensité des pluies – difficile à mesurer en l’absence de capteurs situés suffisamment haut sur le volcan – pourraient également expliquer pourquoi les lahars de 2010-2011 ont atteint d’importantes extensions et ont été aussi récurrents (De Bélizal et al., 2013). Enfin, une autre explication peut être liée à la présence des barrages à sédiments (sabo-dam) installés dans le lit des rivières pour justement canaliser les flux de lahars et en réduire le débit. Dans la Boyong, plusieurs sabo-dams neufs étaient en place après l’éruption de 1994 et ont permis de limiter l’extension en aval des lahars (Lavigne et al., 2000 a et b ; Thouret et al., 2000 ; Lavigne et Thouret, 2002). L’ensevelissement progressif des barrages pendant plus de 15 ans a réduit leur efficacité : le 29 novembre 2010, un lahar a traversé la Boyong et a atteint le centre-ville de Yogyakarta. Fort heureusement, l’écoulement, déjà fortement dilué, n’a pas causé de dommages importants mais l’événement montre que l’agglomération est de nouveau exposée aux lahars, ce qui appelle à une une réactualisation des cartes de risques existantes (Lavigne, 1999).

24L’exemple des lahars qui ont suivi l’éruption de 2010 au Merapi permet en tout cas de bien saisir l’ampleur des conséquences sociétales d’une éruption explosive sur un stratovolcan tropical, qui jouent sur le long terme. Plusieurs mois après la fin des phases éruptives, les populations vivant à plus de 10 km du cratère sont toujours menacées par l’aléa lié aux lahars. Un an après l’éruption, plus de 40 événements ont encore été signalés entre octobre 2011 et janvier 2012. Le stock de téphras rejetés en 2010 étant abondant, il est probable que les défluviations temporaires, les débordements et les ajustements de la géométrie des lits fluviaux vont se poursuivre pendant plusieurs années. D’autres stratovolcans calco-alcalins, comme le Pinatubo (Luzon, Philippines) ou la Soufriere Hills (Montserrat, Antilles britanniques), fournissent des cas d’étude similaires. Par exemple, l’éruption plinienne de juin 1991 au Pinatubo a été suivie pendant près d’une décennie de très nombreux écoulements de lahars qui ont tué 600 personnes, contraignant au relogement de quelque 42 000 familles (Tayag et Punongbayan, 1994 ; Newhall et Punongbayan, 1996 ; Gaillard et al., 2001). Dans le cas de Montserrat, les dépôts pyroclastiques issus des éruptions de 1997 et 2008-2010 (Pattullo, 2000 ; Rozdilsky, 2001 ; Mitchell, 2002 ; Oxford Policy Management, 2010) ont été remobilisés en lahars qui ont élargi la vallée de la Belham et formé un lobe volcanoclastique aggradant à l’embouchure de la Belham. Liés à ces impacts géomorphologiques qui suivent l’éruption sur de nombreuses années, les conséquences socio-économiques sont parfois dramatiques. Autour du Pinatubo, notamment dans le bassin-versant de la Pasig-Protero, la disparition des villages s’est accompagnée de politiques de relogement qui n’ont pas été sans conflit (Gaillard et al., 2001 ; Gaillard, 2008). À Montserrat, les habitations riveraines de la vallée Belham sont actuellement en train de disparaître, obligeant les autorités à clore toute une partie d’une île dont les dimensions sont déjà modestes (Rozdilsky, 2001 ; Oxford Policy Management, 2010). Les lahars post-éruptifs montrent bien que les impacts des éruptions explosives s’inscrivent dans une temporalité qui dépasse très largement celle des phases éruptives proprement dites.

La réponse des autorités à la gestion des risques

25Les gouvernements régionaux jouent un rôle décisif dans la gestion de crise pendant les éruptions du Merapi mais semblent curieusement absents depuis que l’activité du volcan s’est stabilisée en décembre 2010. Aucun système d’alerte officiel ne fonctionne pour prévenir les riverains de l’arrivée d’un lahar et les évacuations ne sont pas encadrées. L’ensemble des initiatives est entièrement organisé par les communautés locales sans aucune supervision officielle. L’efficacité de ce système spontané doit être très fortement nuancée par le problème des fausses alertes, qui risquent de se produire dans ce cas de figure où l’information se transmet très vite et presque sans contrôle.

26Toutefois, le gouvernement national n’est pas inactif et a voté un budget très élevé pour la reconstruction et la réhabilitation des zones touchées par des coulées de lahar. Le Bureau national pour la prévention des catastrophes (Badan Nasional Penanggulangan Bencana, BNPB) a investi 640 000 USD pour rehausser la chaussée de la quatre-voie Yogyakarta-Semarang et éviter qu’elle ne soit envahie par les lahars, notamment au niveau de la Putih. Le pont de Panggung a été reconstruit en mars 2011 mais sans pile centrale au milieu du chenal pour éviter de nouveaux endommagements. Certaines maisons doivent être reconstruites mais la planification n’est pas encore aboutie : à Sirahan, les habitants s’estiment lésés par rapport au village voisin Candi qui aurait reçu plus d’aides. Un budget de 135 millions USD a été alloué à la réparation et à la (re)construction de 77 sabo-dams, nécessaires pour réduire la vitesse et la charge solide des lahars. Ces coûts risquent d’être revus à la hausse si des lahars continuent de se produire pendant les prochaines années. Au Pinatubo (Philippines), le coût total des lahars, dix ans après l’éruption de 1991, a été évalué à près d’un milliard USD (Gaillard et al., 2001).

27En termes de prévention et de préparation (preparedness), élément fondamental de la gestion de crise (De La Cruz-Reyna et al., 2000), les autorités scientifiques indonésiennes sont en train de publier une série de cartes d’aléa au 1/12 000 centrées sur les parties aval des rivières pour aider les autorités et les populations locales à s’adapter. La cartographie, qui s’appuie sur des relevés de terrain situant précisément les zones où les lahars ont débordé et pourront déborder ensuite, représente les extensions probables à l’aide de deux outils de modélisation numérique LaharZ et Titan 2D. Ces programmes sont utilisés par les géophysiciens pour étudier le comportement des écoulements (Geophysical Mass Flow Group, 2007 ; Procter et al., 2009) ou pour produire des cartes de risque (Iverson et al., 1998 ; Huggel et al., 2008 ; Muñoz-Salinas et al., 2009). Les zones de débordements potentiels sont représentées explicitement mais l’intérêt de ce type de document réside également dans l’indication des chemins d’évacuation, censée aider les riverains à prendre les bonnes directions. Naturellement, ces cartes devront être fréquemment actualisées pour s’adapter au mieux aux fréquentes évolutions environnementales. On peut d’ailleurs regretter que les limites des corridors ne soient pas explicitement représentées : les rivières semblent être considérées comme des objets spatiaux statiques alors qu’au contraire, cet article a montré combien leur forme peut changer rapidement en réponse aux lahars. Malgré tout, bien diffusées, ces cartes devraient être utiles aux responsables des villages pour se joindre au système de surveillance et d’alerte spontanées qui existe déjà afin de mieux protéger leurs administrés.

Aléas, ressource et risques

28Les risques liés aux lahars ne sont pas spatialement restreints aux villages proches des rivières mais concernent surtout les corridors recouverts de dépôts volcanoclastiques, qui représente une matière première de matériel de construction appréciée. L’exploitation, toutefois, suppose une exposition problématique aux aléas. Depuis une vingtaine d’années, des centaines de camions et de travailleurs se rendent chaque jour dans les espaces où les lahars sont susceptibles de se produire, dépendant de ce paradoxe qui fait de l’aléa le vecteur d’une ressource prisée. Les conditions socio-économiques difficiles autour du Merapi obligent beaucoup de personnes à se tourner vers cette activité qui n’est quasiment pas encadrée par les pouvoirs publics, restant donc illégale à bien des égards (De Bélizal et al., 2011). Durant les années 2000, de plus en plus de personnes se sont rendu dans les corridors de lahars pour exploiter les dépôts et gagner chaque jour jusqu’à l’équivalent de quatre fois le salaire quotidien d’un saisonnier agricole. Juste avant l’éruption, cette activité d’extraction représentait un secteur économique dynamique, permettant de relier les espaces du volcan Merapi à des réseaux commerciaux régionaux, nationaux voire internationaux (De Bélizal et al., 2011). Suite à l’éruption de 2010, l’exposition des travailleurs aux lahars n’est plus anecdotique du fait de la fréquence très élevée de l’aléa. L’exploitation des dépôts volcanoclastiques va désormais de pair avec un danger considérable, qui ne rentre dans absolument aucun schéma de gestion des autorités. Ce phénomène de combinaison complexe entre l’aléa et la ressource n’est pas une spécificité du Merapi puisque l’on retrouve des situations similaires sur d’autres volcans indonésiens (Semeru, Kelut, Batur), aux Philippines (J.-C. Gaillard, com. orale), aux Comores (Morin et Lavigne, 2009 ; Morin et al., 2009) et à Montserrat (Oxford Policy Management, 2010 ; M. Froude, com. écrite). Entre 2000 et 2010, 118 personnes ont été tuées alors qu’elles creusaient les dépôts volcanoclastiques du Merapi. Grâce aux systèmes d’alerte spontanés après l’éruption de 2010, les travailleurs ont toujours réussi à évacuer à temps mais de nombreux camions et pelleteuses ont été emportés par les lahars. Cette activité et ses implications en terme de danger sont essentielles pour comprendre l’ensemble de la géographie des risques liés aux lahars au Merapi (De Bélizal et al., 2013).

Conclusion

29L’article s’est attaché à montrer que les lahars qui ont suivi l’éruption de 2010 du Merapi ont été à l’origine de nombreux dégâts, essentiellement liés à la recomposition et à l’ajustement des chenaux d’écoulement à l’échelle locale. Les dommages liés aux ponts emportés, aux barrages ensevelis, aux routes coupées et aux maisons détruites ont atteint en quelques mois seulement la valeur des dégâts cumulés sur plusieurs années du XXe siècle. L’explication de ces dommages passe par un examen géomorphologique des réponses du réseau hydrographique à l’occurrence répétée de lahars, afin de mettre en évidence des processus susceptibles de se produire durant les prochaines saisons des pluies. Les élargissements de chenaux placent peu à peu certaines parties des villages à l’intérieur d’un corridor traversé par les lahars ; les défluviations produisent des destructions très étendues sur le territoire d’une commune ; enfin, les débordements menacent de destructions sévères des portions plus réduites. Le contexte d’éruption explosive de forte intensité et de magnitude élevée a impliqué le déplacement des impacts liés aux lahars vers un talus distal qui avait toujours été épargné au cours des précédentes décennies. Une toute nouvelle géographie des risques du volcan s’esquisse alors, principalement effectuée par les volcanologues et les géophysiciens de l’observatoire du volcan, qui s’attachent à prendre pleinement en compte un aléa susceptible de se produire avec une forte intensité pendant plusieurs années encore. Des cartes d’aléas ont d’ores et déjà été publiées par le BPPTK, délimitant pour chaque rivière les zones de débordement avérées et celles probables. Dans un avenir proche, cette question des risques méritera d’être étudiée plus en profondeur, notamment à l’aide de bilans de vulnérabilité et d’analyses d’enjeux afin de proposer des cartes de risque pertinentes.

Haut de page

Bibliographie

Abdurachman E.K., Bourdier J.-L., Voight B. (2000)Nuées ardentes of 22 November 1994 at Merapi volcano, Java, Indonesia. Journal of Volcanology and Geothermal Research 100, 345-361.

Andreastuti S.D., Alloway B.V., Smith I.E.M. (2000)A detailed tephrostratigraphic framework at Merapi volcano, Central Java, Indonesia: implications for eruption predictions and hazard assessment. Journal of Volcanology and Geothermal Research 100, 51-67.

Bourdier J.-L., Pratomo I., Thouret J.-C., Boudon G., Vincent P.-M. (1997) – Observations, stratigraphy and eruptive processes of the 1990 eruption of Kelut volcano, Indonesia. Journal of Volcanology and Geothermal Research 79, 181-203.

Charbonnier S.J., Gertisser R. (2008) – Field observations and surface characteristics of pristine block-and-ash flow deposits from the 2006 eruption of Merapi Volcano, Java, Indonesia. Journal of Volcanology and Geothermal Research 177, 971-982.

Charbonnier S.J., Germa A., Connor C.B., Gertisser R., Preece K., Komorowski J.-C., Lavigne F., Dixon T., Connor L. (sous presse)Evaluation of the impact of the 2010 pyroclastic density currents at Merapi volcano from high-resolution satellite imagery, field investigations and numerical simulations. Journal of Volcanology and Geothermal Research.

De Bélizal E. (2012)Les corridors de lahars du volcan Merapi (Java, Indonésie) : des espaces entre risque et ressource. Contribution à la géographie des risques au Merapi. Thèse de doctorat en géographie, université Panthéon-Sorbonne (Paris 1), 414 p.

De Bélizal E., Lavigne F., Grancher D. (2011) – Quand l’aléa devient ressource : l’activité d’extraction des matériaux volcaniques autour du volcan Merapi (Indonésie) dans la compréhension des risques locaux. Cybergeo: European Journal of Geography article 525, URL: http://cybergeo.revues.org/23555.

De Bélizal E., Lavigne F., Hadmoko D.S., Degeai J.-P., Dipayana G.A., Mutaqin B.W., Marfai M.A., Coquet M., Le Mauff B., Robin A.K., Cholik N., Nurnaning A. (2013) – Rain-triggered lahars following the 2010 eruption of Merapi Volcano, Central Java, Indonesia. Journal of Volcanology and Geothermal Research 261, 330-347.

De La Cruz-Reyna S., Meli R.P., Quaas R.W. (2000) – Volcanic crisis management. In Sigurdsson H., Houghton B., McNutt S.R., Rymer H., Stix J. (Eds.), Encyclopedia of Volcanoes. Academic Press, San Diego, 1199-1214.

Fisher R.V., Schmincke H.U. (1984)Pyroclastic rocks. Springer Verlag, Berlin, 472 p.

Gaillard J.-C. (2008) – Active paradigms of volcanic risk perception: the case of Mt. Pinatubo in the Philippines. Journal of Volcanology and Geothermal Research 172, 315-328.

Gaillard J.-C., D’Ercole R., Leone F. (2001) Cartography of population vulnerability to volcanic hazards and lahars of Mount Pinatubo (Philippines): a case study in Pasig-Protero River basin (province of Pampanga). Géomorphologie : relief, processus, environnement 3, 209-222.

Geophysical Mass Flow Group [GMFG] (2007)Titan 2D: User Guide – Release 2.0.0, 2007-07-09. University of Buffalo, USA, 58 p.

Gomez C., Lavigne F., Lespinasse N., Hadmoko D.S., Wassmer P. (2008) – Longitudinal structure of pyroclastic flow deposits, revealed by GPR survey, at Merapi Volcano, Java, Indonesia. Journal of Volcanology and Geothermal Research 176, 439-447.

Huggel C., Schneider D., Julio Miranda P., Delgado Granados H., Kääb A. (2008) – Evaluation of ASTER and SRTM DEM for lahar modeling: A case study on lahars from Popocatépetl Volcano, Mexico. Journal of Volcanology and Geothermal Research 170, 99-110.

Iverson R.M. (1997) – The physics of debris flow. Reviews of Geophysics 35, 245-296.

Iverson R.M., Schilling S.P., Vallance J.W. (1998) – Objective delineation of lahar-inundation hazard zones. Geological Society of America Bulletin 110, 972-984.

Jitousono T., Shimokawa E., Tsuchiya S., Haryanto, Djamal H. (1995) – Debris flow following the 1984 eruption with pyroclastic flows in Merapi volcano, Indonesia. In Processings of the Workshop on Erosion Control through Volcanic Hydrological Approach (WECVHA), Sabo Technical Center, Yogyakarta, 131-149.

Komorowski J.-C., Jenkins S., Baxter P.J., Picquout A., Lavigne F., Charbonnier S.J., Gertisser R., Preece K., Cholik N., Budi-Santoso A., Surono M. (sous presse)Paroxysmal dome explosion during the Merapi 2010 eruption: Processes and facies relationships of associated high-energy pyroclastic density currents. Journal of Volcanology and Geothermal Research.

Lavigne F. (1998) – Les lahars du volcan Merapi, Java Central, Indonésie: déclenchement, budget sédimentaire, dynamique, et zonage des risques associés. Thèse de doctorat en géographie, université Blaise-Pascal (Clermont-Ferrand 2), 539 p.

Lavigne F. (1999) – Lahar hazard micro-zonation and risk assessment in Yogyakarta city, Indonesia. In Thouret J.-C. (Ed.): Urban Hazards and Risks: Consequences of Large Eruptions and Earthquakes. GeoJournal 49, 173-183.

Lavigne F., Thouret J.-C. (2002) – Sediment transportation and deposition by rain-triggered lahars at Merapi Volcano, Central Java, Indonesia. Geomorphology 49, 45-69.

Lavigne F., Suwa H. (2004) – Contrasts between debris flows, hyperconcentrated flows and stream flows at a channel of Mount Semeru, East Java, Indonesia. Geomorphology 61, 41-58.

Lavigne F., Thouret J.-C., Voight B., Suwa H., Sumaryono A. (2000a) – Lahars at Merapi Volcano: an overview. Journal of Volcanology and Geothermal Research 100, 423-456.

Lavigne F., Thouret J.-C., Voight B., Young K., Lahusen R., Marso J., Suwa H., Sumaryono A., Sayudi D.S., Dejean M. (2000b) – Instrumental lahar monitoring at Merapi Volcano, Central Java, Indonesia. Journal of Volcanology and Geothermal Research 100, 457-478.

Mitchell T. (2002) – Discussion of ‘Second hazards assessment and sustainable hazards mitigation: disaster recovery on Montserrat’ by Jack L. Rozdilsky. Natural Hazards Review 3, 74-76.

Morin J., Lavigne F. (2009) – Institutional and social response to hazards related to Karthala volcano, Comoros – Part. II: Deep-seated root causes of Comorian vulnerabilities. Shima: The international journal of research into Island cultures 3, 54-71.

Morin J., Lavigne F., Bachelery P., Finizola A., Villeneuve N. (2009) – Institutional and social responses to hazards related to Karthala volcano, Comoros – Part. I: Analysis of the May 2006 eruptive crisis. Shima: The international journal of research into Island cultures 3, 33-53.

Muñoz-Salinas E., Castillo-Rodríguez M., Manea V., Manea M., Palacios D. (2009)Lahar flow simulations using LAHARZ program: Application for the Popocatépetl volcano, Mexico. Journal of Volcanology and Geothermal Research 182, 13-22.

Newhall C.G., Punongbayan R.S. (1996)Fire and mud: eruption and lahars of Mt Pinatubo, Philippines. University of Washington Press / Philippine Institute of Volcanology and Seismology, Seattle / Quezon City, 1126 p.

Newhall C.G., Bronto S., Alloway B., Banks N.G., Bahar I., Del Marmol M.A., Hadisantono R.D., Holcomb R.T., McGheein J., Miksic J.N., Rubin M., Sayudi S.D., Sukyar R., Andreastuti S., Tilling R.I., Torley R., Trimble D., Wirakusumah A.D. (2000) – 10,000 Years of explosive eruptions of Merapi Volcano, Central Java: archaeological and modern implications. Journal of Volcanology and Geothermal Research 100, 9-50.

Oxford Policy Management [OPM] (2010)Montserrat mining and quarrying industry, final report. Oxford Policy Management, Oxford, 78 p.

Pattullo P. (2000)Fire from the mountain: The tragedy of Montserrat and the Betrayal of its people. Constable and Robinson, London, 218 p.

Pierson T.C. (1995) – Flow characteristics of large eruption-triggered debris flows at snow-clad volcanoes: constraints for debris-flow models. Journal of Volcanology and Geothermal Research 66, 283-294.

Pierson T.C., Janda R.J., Thouret J.-C., Borrero C.A. (1990) – Perturbation and melting of snow and ice by the 13 November 1985 eruption of Nevado del Ruiz, Colombia, and consequent mobilization, flow and deposition of lahar. Journal of Volcanology and Geothermal Research 41, 17-66.

Procter J.N., Cronin S.J., Zernack A.V. (2009)Landscape and sedimentary response to catastrophic debris avalanches, western Taranaki, New Zealand. Sedimentary Geology 220, 271-287.

Rozdilsky J.L. (2001) – Second hazards assessment and sustainable hazards mitigation: disaster recovery on Montserrat. Natural Hazards Review 2, 64-71.

Schmidt K.J. (1934)Die Schuttströme am Merapi auf Java nach dem Ausbruch von 1930 (Flows at Merapi, Java, after the 1930 eruption). De Ingenieur in Nederland Indie, Batavia, 69 p.

Schwarzkopf L.M., Schminke H.U., Cronin S.J. (2005) – A conceptual model for block-and-ash flow basal avalanche transport and deposition based on deposits architecture of 1998 and 1994 Merapi flows. Journal of Volcanology and Geothermal Research 139, 117-134.

Shimokawa E., Jitousono T., Tsuchiya S., Djamal H., Haryanto (1995) – Sediment yield from the 1984 pyroclastic flow deposits covered hillslopes in Merapi volcano, Indonesia. In Processings of the Workshop on Erosion Control through Volcanic Hydrological Approach (WECVHA). Sabo Technical Center, Yogyakarta, 150-162.

Smith G.A., Lowe D.R. (1991) – Lahars: volcano-hydrologic events and deposition in the debris flow-hyperconcentrated flow continuum. In Fisher R.V., Smith G.A. (Eds.): Sedimentation in Volcanic Settings. SEPM Special Publications 45, Tulsa, 60-70.

Surono M., Jousset P., Pallister J., Boichu M., Buongiorno F., Budisantoso A., Costa F., Andreastuti S., Prata F., Schneider D., Clarisse L., Humaida H., Sumarti S., Bignami C., Griswold J., Carn S., Oppenheimer C., Lavigne F. (sous presse) – The 2010 explosive eruption of Java’s Merapi volcano – a ‘100-year’ event. Journal of Volcanology and Geothermal Research.

Tayag J.C., Punongbayan R.S. (1994) – Volcanic disaster mitigation in the Philippines: experience from Mt. Pinatubo. Disasters 18, 1-15.

Thouret J.-C. (1990)Effects of the November 13, 1985 eruption on the snow pack and ice cap of Nevado del Ruiz volcano, Colombia. Journal of Volcanology and Geothermal Research 41, 177-201.

Thouret J.-C., Abdurachman E.K., Bourdier J.-L., Bronto S. (1998) – Origin, characteristics, and behavior of lahars following the 1990 eruption of Kelud volcano, Easter Java (Indonesia). Bulletin of Volcanology 59, 460-480.

Thouret J.-C., Lavigne F., Kelfoun K., Bronto S. (2000) – Toward a revised hazard assessment at Merapi Volcano, Central Java. Journal of Volcanology and Geothermal Research 100, 479-502.

Thouret J.-C, Lube G., Liew S.C., Cronin S.J., Surono (2010) – Analysis of the 2006 eruption deposits of Merapi Volcano, Java, Indonesia, using high-resolution IKONOS images and complementary ground based observations. Remote Sensing of Environment 114, 1949-1967.

Vallance J.W. (2000) – Lahars. In Sigurdsson H., Houghton B., McNutt S.R., Rymer H., Stix J. (Eds.): Encyclopedia of Volcanoes. Academic Press, San Diego, 601-616.

Voight B., Constantine E.K., Siswowidjoyo S., Torley R. (2000) – Historical eruptions of Merapi Volcano, Central Java, Indonesia, 1768–1998. Journal of Volcanology and Geothermal Research 100, 69-138.

Haut de page

Annexe

Abridged English version

Lahars are rapidly flowing, highly concentrated and poorly sorted sediment-laden mixtures of water and rock debris from a volcano, other than normal stream flows (Smith and Lowe, 1991). They are one of the most destructive phenomena associated with composite volcanoes, and have generated many disasters (Kelut, Indonesia, 1919; Nevado del Ruiz, Colombia, 1985). After the 1991 eruption of Pinatubo volcano (Philippines), rain-triggered lahars reworked about 2 km3 of deposits on 1000 km² during the 1990s, and buried many villages (Newhall and Punongbayan, 1996). This example shows that lahars following a major eruption may have long-term impacts, leading to important changes in the geomorphic and social patterns on the volcano flanks. During the 2010 explosive eruption of Merapi volcano, about 3 to 4 x 107 m3 of tephra were ejected by pyroclastic density currents (PDC) and aerial fallouts (Charbonnier et al., in press; Komoroswki et al., in press). This volume represents a substantial pyroclastic stock likely to be remobilised by rainfalls during the following monsoon seasons. The aim of this paper is to study the impacts generated by the Merapi rain-triggered lahars during the first monsoon season (2010-2011) after the major VEI-4 eruption. The methodology is fivefold. (i) We collected data from official reports and clippings from Indonesian newspapers in order to build a chronology of lahars following the eruption (tab. 1). (ii) We used satellite imagery (Spot 5 2008 and 2010; GeoEye 2011) in order to digitalise the lahar deposits and to map the main geomorphic processes at a local scale (fig. 1 and fig. 2). (iii) We performed fieldwork (topographic measures) in order to complete these examples (tab. 2). (iv) We made inquiries with local stakeholders in order to characterise the lahar-related damages. (v) We made inquiries with local people and authorities in order to understand how the crisis was managed.

During the rainy season that followed the 2010 eruption from October 2010 to May 2011, 240 lahars were reported (fig. 3). They occurred on 17 rivers, both on the western and southern slopes. This represents a major change in Merapi volcano: for the last decades, lahars used to happen only in one or two catchment areas, because they were closely related to the pyroclastic deposits formed by dome-collapse block-and-ash flows, which occurred on a narrow area. As the 2010 pyroclastic density currents affected a broad part of the volcano (fig. 2), the following lahars were triggered on almost all the rivers located under the active cone. Moreover, those lahars reached the distal areas of Merapi volcano: many settlements, which had not been affected by lahars for decades, had suddenly to face frequent lahar onslaughts. Thus, lahar-related impacts led to important changes that need to be studied, in order to better assess how they can threaten local people.

From fieldwork and remote sensing, three main geomorphic processes induced by repeated lahar occurrences were identified. (i) Widening of the channels and creation of a lahar corridor in the Opak River in Panggung (fig. 4). (ii) Changes in the river channels, such as in the Putih River in Sirahan (fig. 5) and in the Gendol River in Ngerdi (fig. 6). (iii) Avulsions on almost every river when a lahar occurs, but more precisely studied for Tamanagung village along the Pabelan River (fig. 7) and along the Gendol River (fig. 8). Evidences of an old lahar corridor protected by ancient concrete dykes along the Gendol River (fig. 9) show that lahars used to reach this downstream location many decades ago. Thus, many villages in this area were protected. These three processes due to lahar flows represent the main geomorphic changes on river channels (fig. 10), leading to damages on the villages.

More than 3000 people became homeless after the first rainy season following the 2010 eruption, as 860 houses were buried or partially destroyed, mainly on the rivers Putih, Opak and Gendol (fig. 11 and fig. 12). Crops, rice fields, irrigation arroyos, and road networks were also strongly affected by lahars (fig. 13 and fig. 14), and constrained local people to adapt themselves to these important disturbances of their daily life: sand mining in lahar deposits increased strongly (tab. 3). Finally, the article highlights the community-based crisis management that developed along the rivers: the early warning system is given by local dwellers. By monitoring the conditions of every river, they keep sharing information using transmitters, handy-talkies and social networks, in order to alert threatened people when a lahar is reported upstream. Most of the time, the evacuation order is given by volunteers 15 min to 30 min before the lahar reach their location, as illustrated by the lahar which happened on the 22nd of March on the Opak River (fig. 15).

After the 2010 eruption, lahar-related risk is then particularly high on Merapi volcano. Hazard-prone areas extended drastically, reaching the distal areas of the volcano, and generated many damages. The results provided herein are focused on some examples of the geomorphic impacts due to lahars, on the related damages (fig. 10), and on the way local people adapt themselves. If the self-evacuations raise the fact that those people can face the lahars onslaughts, one must not forget that the risk will remain very high for the following years.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Couverture des images satellites utilisées et sites d’études. MNT : Aster GDEM. Fig. 1 – Satellite imagery, location map and study sites. DEM: Aster GDEM.
Légende 1 : couverture de l’image Quickbird (2006) ; 2 : couvertures des images GeoEye (2011) ; 3 : couverture de l’image Spot 5 (2008) ; 4 : couverture de l’image Spot 5 (2010).1: frame of the 2006 Quickbird image; 2: frame of the 2011 GeoEye images; 3: frame of the SPOT 5 2008; 4: frame of the Spot 5 2011.
URL http://geomorphologie.revues.org/docannexe/image/10406/img-1.png
Fichier image/png, 760k
Titre Fig. 2 – Le stock pyroclastique de 2010 et les dépôts de lahars en juin 2011 (images Spot 5 2008 et 2010 ; GeoEye 2011). Fig. 2 – 2010 pyroclastic deposits and 2010-2011 lahars deposits (June 2011 from Spot 5 2008 and 2010; GeoEye 2011).
Légende 1 : dépôts pyroclastiques de 2010 ; 2 : dépôts de lahar en juin 2011 ; 3 : espaces urbains ; 4 : rivière ; 5 : route principale.1: 2010 pyroclastic deposits; 2: lahar deposits (June 2011); 3: urban area; 4: river; 5: main road.
URL http://geomorphologie.revues.org/docannexe/image/10406/img-2.png
Fichier image/png, 704k
Titre Fig. 3 – Nombre de lahars par mois durant la saison des pluies 2010-2011. Fig. 3 – Amount of lahars per month during the 2010-2011 rainy season.
Légende 1 : nombre de lahars ; 2 : précipitations mensuelles.1: amount of lahars; 2: monthly rainfalls.
URL http://geomorphologie.revues.org/docannexe/image/10406/img-3.png
Fichier image/png, 170k
Titre Fig. 4 – Le corridor de lahar de la Opak dans les villages de Panggung et Teplok.Fig. 4 – Widening of the channel of the Opak River in Panggung and Teplok villages.
Légende 1 : fleuve Opak ; 2 : autres rivières ; 3 : route principale ; 4 : zone densément bâtie ; 5 : zone cultivée ; 6 : débordement ; 7 : dépôts de lahars ; 8 : épaisseur des dépôts ; 9 : ancien affluent capturé par la Opak ; 10 : élargissement du chenal de la Opak ; 11 : maisons détruites car désormais situées dans le corridor de lahars ; 12 : zone d’habitations détruites ; 11 : zone d’habitations endommagées.1: Opak River; 2: river; 3: main road; 4: densely populated areas; 5: crops and rice fields; 6: overflow; 7: lahar deposits; 8: depth of the deposits; 9: river captured by the Opak River; 10: widened channel; 11: houses destroyed as they are now located on the new lahar corridor; 12: destroyed and buried houses; 13: damaged houses.
URL http://geomorphologie.revues.org/docannexe/image/10406/img-4.png
Fichier image/png, 1,1M
Titre Fig. 5 – Défluviation des lahars de la Putih à Sirahan. Fig. 5 – New channel of the Putih River in Sirahan.
Légende 1 : lit mineur ; 2 : route principale ; 3 : limites de Sirahan ; 4 : zone densément bâtie ; 5 : zone cultivée ; 6 : défluviation ; 7 : sens de débordement ; 8 : dépôts de lahars ; 9 : épaisseur des dépôts ; 10 : zone d’habitations détruites ; 11 : zone d’habitations endommagées.1: river channel; 2: main road; 3: limits of village; 4: densely populated areas; 5: crops and rice fields; 6: changes of the river channel; 7: overflow; 8: lahar deposits; 9: depth of the deposits; 10: destroyed and buried houses; 11: damaged houses.
URL http://geomorphologie.revues.org/docannexe/image/10406/img-5.png
Fichier image/png, 737k
Titre Fig. 6 – Défluviation des lahars de la Gendol à Ngerdi. Fig. 6 – New channel of the Gendol River in Ngerdi.
Légende 1 : lit mineur ; 2 : route principale ; 3 : limites du desa Sindumartani ; 4 : zone densément bâtie ; 5 : zone cultivée ; 6 : défluviation ; 7 : sens de débordement ; 8 : dépôts de lahars ; 9 : épaisseur des dépôts ; 10 : zone d’habitations détruites ; 11 : zone d’habitations endommagées.1: river channel; 2: main road; 3: limits of village; 4: densely populated areas; 5: crops and rice fields; 6: changes of the river channel; 7: overflow; 8: lahar deposits; 9: depth of the deposits; 10: destroyed and buried houses; 11: damaged houses.
URL http://geomorphologie.revues.org/docannexe/image/10406/img-6.png
Fichier image/png, 979k
Titre Fig. 7 – L’inondation du village de Tamanagung. Fig. 7 – Lahar overflow in Tamanagung village.
Légende 1 : rivière Pabelan ; 2 : corridor de lahar ; 3 : berges ; 4 : rebord de terrasse ; 5 : point côté ; 6 : route principale ; 7 : ancienne voie de chemin de fer ; 8 : zone densément bâtie ; 9 : zone cultivée ; 10 : débordement ; 11 : dépôts de lahar du 30 mars ; 12 : zone d’habitations détruites ; 13 : épaisseur des dépôts du 30 mars ; 14 : pont détruit le 30 mars; 15 : pilier du pont emporté puis déposé.1: Pabelan River; 2: lahar corridor; 3: banks; 4: terrace; 5: altitude; 6: main road; 7: ancient railway; 8: densely populated area; 9: crops and rice fields; 10: overflow; 11: 30 March 2011 lahar deposits; 12: destroyed and buried houses; 13: depth of the deposits of the 30 March 2011; 14: destroyed bridge; 15: pier transported by the lahar.
URL http://geomorphologie.revues.org/docannexe/image/10406/img-7.png
Fichier image/png, 882k
Titre Fig. 8 – Dégâts provoqués par un débordement ponctuel du lahar du 19 mars 2011 dans la Gendol à Jaranan, 5 km en amont de Ngerdi. Fig. 8 – Damages caused by an overflow of the 19 March 2011 lahar in the Gendol River (Jaranan village, 5 km upstream Ngerdi).
Légende Après une première vague qui a notamment transporté des blocs et dévasté les constructions (premier plan), s’ensuivirent des pulsations moins concentrées qui ont incisé ces premiers dépôts sur 65 cm.After a first pulse that carried boulders, which destructed buildings (foreground), ensued less concentrated pulses that have incised 65 cm inside the first deposit.
Crédits Cliché : E. de Bélizal, mars 2011.Photo taken in March 2011 by E. De Bélizal
URL http://geomorphologie.revues.org/docannexe/image/10406/img-8.png
Fichier image/png, 1,2M
Titre Fig. 9 – Évidences d’un ancien corridor de lahars endigué en aval de la Gendol. Fig. 9 – Evidences of a former dammed floodplain in the downstream part of the Gendol River.
Légende 1 : digues de la Gendol ; 2 : rivière Gendol ; 3 : lit majeur ; 4 : sens d’écoulement des lahars ; 5 : route principale.1: Dykes along the Gendol River; 2: Gendol River; 3: floodplain; 4: lahar overflows; 5: main road.
Crédits A et B : images Google Earth 2006 et 2011 ; C : cliché mai 2012 par E. De Bélizal.A et B: Google Earth 2006 and 2011; C: photo taken in May 2012 by E. De Bélizal.
URL http://geomorphologie.revues.org/docannexe/image/10406/img-9.png
Fichier image/png, 1,4M
Titre Fig. 10 – Aperçu synthétique des processus morphogènes des lahars sur le talus distal du Merapi. Fig. 10 – Morphogenic processes of lahars on the distal slope of Merapi volcano.
Légende A : Situation avant l’éruption de 2010. B : Dynamiques des lahars pendant la saison des pluies 2010-2011. C : Situation après la saison des pluies 2010-2011 ; P1 : profil transversal de la Opak avant l’éruption de 2010 ; P2 : profil transversal de la Opak après la saison des pluies 2010-2011 ; 1 : lit mineur ; 2 : zone densément bâtie ; 3 : zone cultivée ; 4 : route ; 5 : pont ; 6 : corridor de lahars ; 7 : zone de maisons désormais situées dans le corridor de lahars ; 8 : corridor de lahars endigué ; 9 : brèche dans la digue ; 10 : sens d’écoulement des lahars ; 11 : débordement ; 12 : dépôts de lahars ; 13 : zone d’habitations endommagées ou détruites.A: Situation before the 2010 eruption. B: Lahar behaviour during the 2010-2011 rainy season. C: Situation after the 2010-2011 rainy season; P1: transverse profile of the Opak River before the 2010 eruption; P2: transverse profile of the Opak River after the 2010-2011 rainy season from; 1: river channel; 2: densely populated areas; 3: crops and rice fields; 4: road, 5: bridge; 6: lahar corridor; 7: houses destroyed as they are now located on the new lahar corridor; 8: dammed lahar corridor; 9: breach in the dyke; 10: direction of lahars; 11: overflow; 12: lahar deposits; 13: destroyed or damaged houses.
URL http://geomorphologie.revues.org/docannexe/image/10406/img-10.png
Fichier image/png, 755k
Titre Fig. 11 – Habitations détruites et endommagées par les lahars autour du Merapi après l’éruption de 2010. Fig. 11 – Destroyed and damaged houses by lahars at Merapi volcano after the 2010 eruption.
Légende 1 : sommet du Merapi ; 2 : chef-lieu de province ; 3 : chef-lieu de district ; 4 : route principale ; 5 : rivière ; 6 : > 50 maisons détruites ; 7 : 30-50 maisons détruites; 8 : 10-30 maisons détruites ; 9 : < 10 maisons détruites ; 10 : > 200 maisons endommagées ; 11 : 30-70 maisons endommagées ; 12 : 10-30 maisons endommagées ; 13 : < 10 maisons endommagées.1: summit of Merapi; 2: province main town; 3: district main town; 4: main road; 5: river; 6: >50 destroyed houses; 7: 30-50 destroyed houses; 8: 10-30 destroyed houses; 9: <10 destroyed houses; 10: >200 damaged houses; 11: 30-70 damaged houses; 12: 10-30 damaged houses; 13: <10 damaged houses.
Crédits D’après De Bélizal, 2012, modifié.After De Bélizal, 2012, modified.
URL http://geomorphologie.revues.org/docannexe/image/10406/img-11.png
Fichier image/png, 603k
Titre Fig. 12 – A : Habitation détruite à Sirahan (Putih). B : Habitation endommagée à Ngerdi (Gendol) par la défluviation passant au beau milieu du village.Fig. 12 – A: Destroyed house in Sirahan (Putih), March 2011. B: Damaged house in Ngerdi (Gendol) May 2011. Note the new channel of the Gendol River flowing along the village.
Crédits Clichés E. de Bélizal, mai 2011.Photos: E. De Bélizal, may 2011.
URL http://geomorphologie.revues.org/docannexe/image/10406/img-12.png
Fichier image/png, 1,4M
Titre Fig. 13 – L’ensablement des écluses d’accès au canal de Mataram. Fig. 13 – Silting of the Mataram canal.
Légende Noter la présence de quatre personnes en train de creuser le sable.Note the presence of four sand miners.
Crédits Cliché E. de Bélizal, janvier 2011.Photo: E. De Bélizal, January 2011.
URL http://geomorphologie.revues.org/docannexe/image/10406/img-13.png
Fichier image/png, 434k
Titre Fig. 14 – Le pont de Tamanagung partiellement détruit par le lahar du 30 mars 2011. Fig. 14 – Bridge in Tamanagung partially destroyed by the 30 March lahar.
Légende A : Les deux piliers restant. B : Le troisième pilier, entraîné par le lahar du 30 mars 2011 jusqu’à 950 m en aval du pont.A: The two remaining piers are deeply damaged. B: The third pier has been carried away by the lahar and eventually deposited 950 m downstream.
Crédits Clichés : E. de Bélizal, avril 2011.Photos: E. De Bélizal, April 2011.
URL http://geomorphologie.revues.org/docannexe/image/10406/img-14.png
Fichier image/png, 872k
Titre Fig. 15 – Un exemple de gestion de crise : le lahar du 22 mars 2011 à Panggung, rivière Opak. Fig. 15 – An example of a crisis management: The 22 March 2011 lahar in Panggung (Opak).
Légende Les trois photographies montrent, de gauche à droite, la mosquée (centre géographique et culturel du village) avant l’arrivée du lahar (protégée par quelques sacs de sable), pendant l’inondation (repérer le flux boueux sur la droite de l’image) puis pendant le nettoyage (clichés : E.De Bélizal, mars 2011). 1 : mobilité des habitants ; 2 : protection des biens ; 3 : réparations.The three photos show, from left to right, the mosque (geographic and cultural centre of the village) before the arrival of lahar (protected by a few sand bags), during the flood (note the muddy stream on the right of the image), then during the cleaning (recovery process). Photos: E. De Bélizal, March 2011. 1: mobility of dwellers; 2: protection of goods; 3: recovering process.
URL http://geomorphologie.revues.org/docannexe/image/10406/img-15.png
Fichier image/png, 656k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Édouard de Bélizal, « Les impacts des lahars du volcan Merapi (Java, Indonésie) après l’éruption de 2010 », Géomorphologie : relief, processus, environnement, vol. 19 - n° 4 | 2013, 463-480.

Référence électronique

Édouard de Bélizal, « Les impacts des lahars du volcan Merapi (Java, Indonésie) après l’éruption de 2010 », Géomorphologie : relief, processus, environnement [En ligne], vol. 19 - n° 4 | 2013, mis en ligne le 15 décembre 2015, consulté le 30 avril 2017. URL : http://geomorphologie.revues.org/10406 ; DOI : 10.4000/geomorphologie.10406

Haut de page

Auteur

Édouard de Bélizal

Université Paris-Est Créteil - Faculté LLSH – Département de Géographie – Centre Multidisciplinaire de Créteil – 61, avenue du Général de Gaulle – 94010 Créteil Cedex – UMR 8591 Laboratoire de Géographie Physique – 1, place Aristide Briand – 92195 Meudon Cedex (edouard.dbelizal@gmail.com).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Groupe français de géomorphologie

Haut de page
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Groupe français de géomorphologie
  • Revues.org