Navigation – Plan du site
Comptes rendus d'ouvrages

Jean Nicod, Sources et sites des eaux karstiques

Méditerranée hors série, 2012, université d’Aix-Marseille, 277 p., 313 figures, 52 photos couleur, 8 planches photos h.-t. et 5 cartes h.-t.
Nathalie Vanara
p. 101
Référence(s) :

Jean Nicod, Sources et sites des eaux karstiques, Méditerranée hors série, 2012, université d’Aix-Marseille, 277 p., 313 figures, 52 photos couleur, 8 planches photos h.-t. et 5 cartes h.-t.

Texte intégral

1Jean Nicod nous livre, avec ce recueil de près de 300 pages, une magnifique synthèse dédiée aux sources et sites karstiques du pourtour du bassin méditerranéen et accessoirement d'Europe centrale. Un travail d'une telle ampleur est le fruit d'une vie de recherches passionnées. À la fois compilation et tentative de réflexion, cette synthèse représente la somme de minutieuses observations de terrain enrichies de nombreuses informations réunies lors de divers congrès et colloques. Fidèle à ce qui devrait faire la force de la géographie, l'auteur articule son propos autour des interactions entre milieux karstiques et activités des sociétés dans une rétrospective historique où les hypothèses les plus récentes viennent enrichir le fond des observations décantées du passé. Les 18 chapitres sont organisés en quatre grandes parties ; les cartes hors-texte 1 à 5 (p. 259-263) sont indispensables pour la localisation des exemples donnés.

2L'auteur débute par une typologie (sources karstiques de déversement, de débordement, vauclusiennes et artésiennes ; fig. 1.2) élargie aux relations entre ces sources et les réseaux karstiques couplés à l'évolution des vallées (fig. 1.5). La conclusion concerne les régimes, températures, turbidités et hydrochimies des sources et leurs particularités méditerranéennes. Les chapitres 2 à 6 présentent des exemples concrets de ces différents types en France (Jura, Grands Causses, Alpes-Maritimes et Provence), Allemagne (sud et centre), Italie (Préalpes vénitiennes, Abbruzzes et Sardaigne), Liban (Béqaa) et Syrie (Ghab). Cette première partie se termine sur les sources littorales et sous-marines méditerranéennes et leurs difficultés de captage en raison de l'intrusion de l'eau de mer dans le karst (fig. 7.5).

3La seconde partie s'intéresse aux lacs karstiques méditerranéens dont les étendues, les origines et les fonctionnements sont divers. La typologie du chapitre 1 considère deux critères : la nature géomorphologique des cuvettes lacustres (tab. 8.1) et le fonctionnement hydrologique (tab. 8.2). Les exemples concernent les dolines-lacs (chaîne ibérique), les lacs-cuvettes glacio-karstiques (zone briançonnaise) et les lacs de vaux (Haut Jura). Le chapitre 9 est consacré aux pays dinariques (Balkans) qui possèdent des lacs karstiques de presque tous les types, des plus classiques (lacs tectono-karstiques) aux plus originaux (lacs jouant le rôle de cheminée d'équilibre). Le chapitre 10 permet à l'auteur de développer, à partir de quatre lacs helléniques, les problèmes d'aménagement ; si la régression des étendues karstiques fut la règle jusqu'à la seconde moitié du XXe siècle, les récents soucis écologiques ont permis la sauvegarde de certains lacs (Kastoria, Macédoine occidentale) ou leur reconstitution partielle (Karka en Thessalie). Les lacs karstiques du Taurus (Turquie, tab. 11.1) sont généralement hérités des lacs pliocènes cloisonnés par des mouvements tectoniques ; plus étendus lors des phases humides du Quaternaire, ils se sont restreints lors de l'optimum climatique de l'Holocène. Les lacs du gypse ou des évaporites se distinguent par des évolutions originales perceptibles à l'échelle du temps court : apparition ou vidange brutale, colmatage rapide, milieux anoxiques (fig. 12.1 et fig. 12.2, tab. 12.1). Le chapitre 13 clôt cette partie en évoquant les lacs du Moyen Atlas (Maroc) dans l'optique de la sécheresse climatique actuelle et de l'incidence des prélèvements anthropiques.

4La troisième partie est consacrée aux usages de l'eau des sources karstiques dans une perspective historique. Le chapitre 14 présente des captages antiques célèbres, particulièrement ceux des sources ayant alimenté les aqueducs romains (Palmyre, Pétra), certains ayant été repris par des adductions modernes (Tunis). Puis l’auteur s’attache aux dysfonctionnements dus aux activités humaines, notamment ceux induits par les travaux souterrains (tunnels) et les pollutions qui exigent désormais la protection des sources karstiques (chapitre 15). Les barrages-réservoirs (chapitre 16, tab. 16.1) soulèvent des problèmes notamment au niveau de l'étanchéité des réserves : celui de Montejaque en Andalousie n'a jamais pu être rempli en raison des pertes dans l'endokarst et il fut abandonné en 1925, un an seulement après sa construction (encadré 16.1).

5La quatrième partie s'intéresse aux tufs et travertins dont l'auteur rappelle utilement les définitions. Les modalités de dépôts sont diverses et permettent à l'auteur de proposer une typologie (fig. 17.5). Les variations climatiques et la fragilité grandissante des écosystèmes en rapport avec les activités anthropiques expliquent la fin des grandes accumulations travertineuses holocènes et la survivance des barrages et des cascades seulement dans quelques sites privilégiés, ce qui est regrettable (chapitre 18) car certains constituent des milieux naturels exceptionnels (Lagunas de Ruidera en Espagne centrale), d'autres sont d'une grande importance archéologique et historique (habitats troglodytes, exemple de Saint-Guilhem-le-Désert, fig. 18.12 et fig. 18.13).

6En conclusion, on ne peut que souligner l'originalité de cet ouvrage, fruit de 50 années d'observations, et sa grande qualité, récompensée en 2013 par le prix Martel de la Société de géographie de Paris.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Nathalie Vanara, « Jean Nicod, Sources et sites des eaux karstiques », Géomorphologie : relief, processus, environnement, vol. 20 - n° 1 | 2014, 101.

Référence électronique

Nathalie Vanara, « Jean Nicod, Sources et sites des eaux karstiques », Géomorphologie : relief, processus, environnement [En ligne], vol. 20 - n° 1 | 2014, mis en ligne le 15 mai 2014, consulté le 27 juin 2017. URL : http://geomorphologie.revues.org/10559

Haut de page

Droits d’auteur

© Groupe français de géomorphologie

Haut de page
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Groupe français de géomorphologie
  • Revues.org