Navigation – Plan du site
Comptes rendus d'ouvrages

Kevin Walsh, The archaeology of mediterranean landscapes, human-environment interaction from the Neolithic to the Roman period

Cambridge University Press, 2014, 365 p.
Christophe Morhange
p. 102
Référence(s) :

Kevin Walsh, The archaeology of mediterranean landscapes, human-environment interaction from the Neolithic to the Roman period, Cambridge University Press, 2014, 365 p.

Texte intégral

1Ce nouvel ouvrage fait la part belle aux travaux d’archéologie de l’environnement initiés en Provence il y a plus de 30 ans par l’historien-archéologue Philippe Leveau et la géomorphologue Mireille Provansal. Kevin Walsh, par ses liens scientifiques étroits avec l’université d’Aix, permet de faire rayonner de nombreux travaux originellement rédigés en langue française et restés souvent un peu confidentiels dans le monde anglo-saxon. Il s’agit là d’une très belle synthèse bien illustrée et argumentée qui s’adresse à des étudiants de niveau master et à tous les chercheurs intéressés par les questions d’étude des paléo-environnements méditerranéens, qu’ils soient archéologues, géomorphologues ou géo-archéologues. Le plan est un peu complexe, à la fois géographique par type de milieu et thématique sur la question des forçages climatiques ou anthropiques, mais efficace. Les deux premières parties définissent les termes du sujet et justifient les problématiques de cette synthèse. On peut probablement trouver que l’auteur insiste un peu trop sur les impacts des catastrophes naturelles comme Santorin vers 1650 BC, ou Pompéi en 79 AD. Le texte reste cependant prudent et anti-déterministe en insistant à la fois sur la vulnérabilité et la résilience sur le temps long. Le troisième chapitre traite des rivages. On peut s’étonner du choix de l’entrée principale par le forçage du niveau marin, qui reste pour la plupart des sites littoraux meubles, assez secondaire par rapport aux impacts du budget sédimentaire au niveau de base. On note que la figure 3.3 de la page 60 semble plutôt correspondre à des encoches litho-dépendantes qu’à des traces d’érosion d’anciens rivages. Le texte résume clairement les nombreux travaux entrepris sur les environnements portuaires depuis 20 ans. Le cas du « port intérieur » de l’Age du Bronze de Pylos est présenté mais ces travaux sont assez anciens et peu convaincants. Pour la période classique, de nombreux exemples sont clairement présentés comme Tyr, Marseille ou Rome et la bibliographie appelée sera très utile afin d’aller plus loin. L’auteur aurait pu, peut être, insister plus sur les innovations technologiques, comme l’invention du ciment hydraulique ou la multiplication des dragages à la période romaine. Le quatrième chapitre traite des milieux fluviaux et humides comme les marais. Le texte présente les différents styles morphogéniques fluviaux et insiste sur les impacts des crues. La synthèse est complexe, à l’image de l’objet d’étude, mais nuancée. L’auteur montre bien le passage des forçages climatiques aux impacts de plus en plus nets des formes et des pratiques d’occupation des sols. Les cas de Glanum, Rome et Gordion sont détaillés. Le chapitre cinq aborde la question des impacts des variations du climat sur le couvert végétal et l’érosion des sols ; alors que le chapitre six traite d’aspects plus anthropologiques comme les impacts de la spatialisation du territoire (au sens de Pinchemel et Pinchemel, 1988) en abordant les questions de la déforestation, des feux, des terrasses de culture, de la vigne et de l’olivier, etc. L’auteur tente de synthétiser plus d’un demi-siècle de travaux scientifiques contradictoires sur la question des dégradations de l’environnement méditerranéens. Les problèmes sont bien abordés grâce à des développements à l’échelle micro-régionale et à une démarche comparative. K. Walsh ne tombe jamais dans la généralisation globalisante mais montre bien la mobilité des mosaïques environnementales et la complexité des emboitements d’échelles spatio-temporelles. Les milieux insulaires sont traités dans le septième chapitre, en insistant principalement sur les aspects biogéographiques. Le chapitre huit aborde in fine les environnements montagnards méditerranéens, que l’auteur connaît particulièrement bien, le cas de la montagne Sainte Victoire ayant été traité précédemment. L’auteur fait le point sur l’état de la recherche et passe en revue un certain nombre d’études de cas comme la Crête, les Apennins, les Alpes, les Pyrénées, etc. K. Walsh insiste surtout les aspects biogéographiques, paléo-écologiques et paléo-climatiques. Il aborde la difficile question du pastoralisme et de la transhumance qui se sont développés depuis sept millénaires. La mise en place de l’empire romain, il y a environ 2000 ans, est souvent synonyme de profondes transformations de l’organisation de l’espace avec un intérêt apparemment moindre pour les hautes altitudes.

2Les lecteurs apprécieront ce texte riche de questionnements et de problématiques qui ne se limite pas à un simple état de l’art mais traduit une réflexion subtile sur les relations entres les sociétés et leurs environnements depuis 8000 ans, héritée en partie de la pensée de Philippe Leveau. Soixante pages de bibliographie et un index géographique et thématique concluent cet ouvrage qui est une synthèse très réussie et utile. La démarche de l’auteur qui se réclame de la socio-géo-archéologie est particulièrement stimulante en cette période caractérisée par un développement rapide de recherches néo-catastrophistes et hyper-déterministes. Cette démarche anthropocentrée est donc la bienvenue et mérite d’être lue et méditée.

Haut de page

Bibliographie

Pinchemel P., Pinchemel G. (1988)La face de la terre, éléments de géographie. Colin, 518 p.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Christophe Morhange, « Kevin Walsh, The archaeology of mediterranean landscapes, human-environment interaction from the Neolithic to the Roman period », Géomorphologie : relief, processus, environnement, vol. 20 - n° 1 | 2014, 102.

Référence électronique

Christophe Morhange, « Kevin Walsh, The archaeology of mediterranean landscapes, human-environment interaction from the Neolithic to the Roman period », Géomorphologie : relief, processus, environnement [En ligne], vol. 20 - n° 1 | 2014, mis en ligne le 15 mai 2014, consulté le 24 avril 2017. URL : http://geomorphologie.revues.org/10561

Haut de page

Auteur

Christophe Morhange

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Groupe français de géomorphologie

Haut de page
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Groupe français de géomorphologie
  • Revues.org