Navigation – Plan du site

Introduction au numéro thématique « Géomorphologie applicable : des processus naturels à la gestion des milieux et des risques » (actes des 14e Journées des Jeunes Géomorphologues)

François Bétard, Yann Le Drézen et Louise Purdue
p. 115-120
Traduction(s) :
Introduction to the thematic issue “Applicable geomorphology: from natural processes to environmental and risk management” (proceedings of the 14th Young Geomorphologists Meeting)

Texte intégral

Les coordinateurs de ce numéro thématique remercient l’ensemble des membres du comité d’organisation des 14e Journées des Jeunes Géomorphologues (Gilles Arnaud-Fassetta, Edouard de Bélizal, Marie Chenet, Etienne Cossart, Monique Fort, Aline Garnier, Frédéric Gob, Franck Lavigne, Charles Le Cœur, Romain Perrier, Nathalie Thommeret). L’organisation de ces journées a bénéficié du soutien financier des laboratoires PRODIG (UMR CNRS 8586) et LGP (UMR CNRS 8591), ainsi que du soutien logistique de l’UFR de Géographie de l’Université Panthéon-Sorbonne (Paris 1). Que soient également remerciées ici Nathalie Carcaud, pour sa photographie du Val de Loire qui nous a permis de compléter l’illustration, ainsi que Monique Fort, qui a accepté de relire une première version de cet éditorial. Nous remercions enfin l’ensemble des 14 relecteurs sollicités pour l’évaluation des articles regroupés dans ce numéro spécial, ainsi que les rédacteurs en chef successifs de la revue, Gilles Arnaud-Fassetta et Pierre-Gil Salvador, qui nous ont grandement aidés dans l’étape de mise en forme finale des articles.

1Les 11 et 12 janvier 2013 se sont tenues à Paris les 14e Journées des Jeunes Géomorphologues (JJG 2013), colloque annuel placé sous le patronage du Groupe Français de Géomorphologie. Ces journées ont été conjointement organisées par les universités Panthéon-Sorbonne (Paris 1) et Paris-Diderot (Paris 7), avec le concours des laboratoires PRODIG (UMR CNRS 8586) et LGP (UMR CNRS 8591). Quatre sessions thématiques ont structuré le déroulement de cette manifestation scientifique : Session 1 « Indicateurs de la dynamique des formes », Session 2 « Enregistreurs des évolutions environnementales », Session 3 « Modélisation et quantification des changements », Session 4 « Hydrogéomorphologie des cours d’eau ». En parallèle des sessions orales au cours desquelles 21 communications ont été présentées, une exposition de posters scientifiques intitulée « La géomorphologie de la licence au doctorat », co-organisée par les étudiants de Licence, Master et Doctorat des universités Paris 1, Paris 4, Paris 7 et UPEC, s’est tenue dans le hall de l’Institut de Géographie qui accueillait l’événement. Entre deux sessions thématiques, le samedi 12 janvier en fin de matinée, a eu lieu la projection du film « Apprentis chercheurs » réalisé par Marie Chenet, insistant sur l’importance du terrain dans les études de géomorphologie à l’université. Au total, ces deux journées ont réuni une soixantaine de participants venant d’une vingtaine d’institutions différentes.

2Les Journées des Jeunes Géomorphologues sont un excellent reflet des tendances et orientations actuelles de la recherche en géomorphologie. Outre une communauté très importante et active de jeunes chercheurs travaillant sur la dynamique des cours d’eau à différentes échelles et dans des contextes variés (montagnard, planitiaire, urbain et périurbain, etc.), de nombreuses communications ont également porté sur les dynamiques de versant, génératrices d’aléas et de risques pour les sociétés. Sur cette dernière thématique, les analyses ont montré qu’elles pouvaient s’appuyer sur un ensemble d’indicateurs et de méthodes d’investigation très variés pour appréhender les mouvements de terrain à différentes échelles (approches morphométrique, dendro-géomorphologique, modélisatrice, etc.). Enfin, l’utilisation de divers marqueurs géomorphologiques pour reconstituer les changements environnementaux et climatiques, actuels ou passés, demeure très présente dans les travaux des jeunes chercheurs en géomorphologie, avec de nombreuses applications à la clé, particulièrement dans le domaine de la gestion des ressources et des risques. Partant généralement d’une recherche fondamentale, l’applicabilité des travaux est au cœur des recherches géomorphologiques de pointe qui sont développées actuellement par la génération de jeunes chercheurs. De tels travaux répondent à un besoin croissant d’expertise servant d’aide à la décision, particulièrement dans le domaine de l’évaluation et de la gestion des risques dits « naturels » (Alexander, 1991 ; Oya, 2001 ; Allison, 2002 ; Battiau-Queney, 2002 ; Mercier et al., 2013) (fig. 1), et c’est d’ailleurs souvent dans ces domaines qu’un certain nombre vont trouver (ou ont déjà trouvé) un emploi.

Fig. 1 – Géomorphologie applicable : illustration de quatre processus géomorphologiques dont la prise en compte est pertinente pour la gestion des milieux et des risques.
Fig. 1 – Applicable geomorphology: illustration of four geomorphic processes relevant to environmental and risk management.

Fig. 1 – Géomorphologie applicable : illustration de quatre processus géomorphologiques dont la prise en compte est pertinente pour la gestion des milieux et des risques. Fig. 1 – Applicable geomorphology: illustration of four geomorphic processes relevant to environmental and risk management.

A : inondation de l'Île de Chalonnes s/Loire, janvier 2004 ; B : dégradation des terres et érosion des sols de type ravinement : formation de voçorocas sur un versant déboisé du Massif de Pereiro (Ceará, Brésil) ; C : mouvements de terrain complexes et de grande ampleur : les « Ruines de Séchilienne » (Isère, France), un site à risques naturels et technologiques hautement surveillé ; D : érosion côtière sur une plage du Finistère (Bretagne Sud, Ile Tudy), après les tempêtes de janvier 2014.
A: flooding of the Chalonnes s/ Loire island, January 2014; B: land degradation and gully erosion: formation of voçorocas on a deforested hillslope of the Pereiro Massif (Ceará, Brazil); C: complex and large-scale mass movements: the “Ruines de Séchilienne” (Isère, France), a site prone to natural and technological risks equipped with a monitoring network; D: coastal erosion on a beach of Finistère (South Brittany, France, Ile Tudy), after the storms of January 2014.

A : cliché N. Carcaud ; B et C : cliché F. Bétard ; D : cliché Y. Le Drézen.
A: photo N. Carcaud; B et C: photos F. Bétard; D: photo Y. Le Drézen.

3Parmi les processus géomorphologiques aujourd’hui pris en compte dans les cartes d’aléas et les plans de prévention des risques en France, les mouvements de versant et les phénomènes d’instabilités gravitaires occupent une place importante. L’article de N. Bollot et al. (ce volume) est bien au départ une recherche fondamentale portant sur la caractérisation des dynamiques de versants dans l’Eocène de l’Est du Bassin parisien (plateaux du Tardenois et du Soissonnais). L’étude révèle un phénomène original de cambrure de versant, rangé dans la catégorie des mouvements de versants complexes. Il s’agit en fait d’un processus ancien, conduisant à la formation de versants stables, se distinguant en cela des versants affectés par des glissements récurrents reconnus dans la même région. Ce type d’étude, qui permet une évaluation du degré de stabilité des versants, contribue ainsi indirectement à la préparation des cartes d’aléas. Autre valorisation possible de leurs travaux, les auteurs estiment dans leur conclusion que les versants cambrés du Soissonnais et du Tardenois mériteraient d’être élevés au rang de géomorphosite, en raison de leur caractère remarquable et de leur exemplarité.

4Dans les Alpes, les glissements de terrain font partie des processus géomorphologiques les plus répandus et sont à l’origine de nombreux dommages socio-économiques. La détermination des facteurs de prédisposition et de déclenchement de ces mouvements de masse et leur cartographie constituent des enjeux majeurs pour les scientifiques mais également pour les gestionnaires. Basé sur une approche dendro-géomorphologique, l’article de J. Lopez-Saez et al. (ce volume) montre comment les racines déchaussées des arbres peuvent, à l’échelle locale, constituer des indicateurs particulièrement fiables de l’activité passée des mouvements de masse. Les résultats permettent en particulier d’établir des chronologies précises sur l’occurrence temporelle de l’aléa mais aussi sur son extension spatiale, ce qui constitue un préalable indispensable à l’évaluation et la gestion du risque.

5Entrant parfaitement dans le champ de compétences des géomorphologues, la prévision de l’aléa glissement de terrain reste un objectif de première importance en matière de gestion des risques et nécessite la constitution de réseaux de surveillance adaptés, dans le cadre de la mise en place de systèmes d’alerte. Le choix des techniques employées et la configuration du réseau de surveillance dépendent du type de glissement étudié et de la précision recherchée. L’article de C. Lissak et al. (ce volume) montre ainsi, à travers l’exemple d’un glissement de terrain en Basse-Normandie, comment l’instrumentation de terrain permet non seulement de comprendre le comportement et la cinématique d’un glissement lent, mais aussi de définir des seuils critiques de déclenchement en fonction de niveaux piézométriques mesurés en continu. Ce type d’étude est d’autant plus nécessaire que le glissement étudié est situé dans une zone côtière où existent d’importants enjeux économiques et humains, et qu’il participe de façon effective à la mise en place d’un système intégré de surveillance visant une meilleure protection des biens et des personnes.

6Dans le cadre de la stratégie nationale de gestion intégrée du trait de côte, faisant suite aux engagements du Grenelle de la Mer tenu en 2009, l’Etat français et les collectivités se sont récemment engagés dans une démarche de connaissance et de stratégies locales partagées, afin de mieux prendre en compte l’érosion côtière dans les politiques publiques. Dans un contexte de vulnérabilité croissante des espaces côtiers face aux changements globaux (e.g., élévation contemporaine du niveau marin), la connaissance et la gestion du risque d’érosion côtière est particulièrement d’actualité et concerne au premier chef les géomorphologues. Cette prise de conscience récente renforce la nécessité de développer l’observation du trait de côte, d’identifier les territoires à risques et de définir des indicateurs pertinents pour mesurer les vitesses d’érosion. L’article de P. Letortu et al. (ce volume) s’inscrit complètement dans ce type de démarche et de recherche applicable. Portant sur la quantification des vitesses et des rythmes de recul des falaises crayeuses de Haute-Normandie, les résultats issus de la recherche fondamentale ont directement des implications sociétales. En effet, ils contribuent à fournir, d’une part, une cartographie des vitesses de recul et de ses facteurs explicatifs, et d’autre part, d’estimer les rythmes d’évolution des falaises. Cette double approche est à même de proposer des éléments de réponse quant aux modalités de relocalisation des biens et des personnes imprudemment implantés trop près du haut de falaise.

7L’évolution du cadre réglementaire et de la législation sur les cours d’eau, en France et en Europe, a favorisé depuis une dizaine d’années l’émergence de nombreux travaux de géomorphologie fluviale applicable, même si ces travaux avaient commencé à se développer bien plus tôt, depuis au moins trois décennies (Hooke, 1986 ; Gregory et al., 2008). En France, l’approche hydrogéomorphologique est aujourd’hui la méthode préconisée pour la cartographie des zones inondables (Masson et al., 1996). À l’échelon européen, l’élaboration de la Directive-Cadre sur l’eau (DCE) en 2000 a introduit la notion d’« hydromorphologie fluviale » dans le droit, corrélativement aux principes de continuité écologique et sédimentaire des cours d’eau. Ce texte réglementaire, auquel est venu se surimposer en France la Loi sur l’Eau et les Milieux Aquatiques (LEMA) en 2006, a mis en lumière l’importance de la quantification et de la caractérisation des transferts sédimentaires pour la gestion et la restauration des cours d’eau. Les conséquences associées à ces transferts peuvent en effet être catastrophiques, non seulement pour les écosystèmes et la biodiversité, mais aussi pour les populations (inondations, pollutions). Afin de mieux comprendre les modalités de transfert des eaux et des sédiments entre les zones de production (parcelles agricoles) et l’exutoire du bassin-versant, l’article de V. Viel et al. (ce volume) propose une méthodologie permettant de dresser une cartographie des surfaces potentiellement connectées au réseau hydrographique en domaine bocager bas-normand. Cette méthode permet d’aller au-delà d’un simple niveau de sensibilité statique des sols à l’érosion, et constitue une première étape dans l’évaluation de la contribution des versants aux flux sédimentaires dans les cours d’eau. Une telle recherche contribue à faire de l’hydrogéomorphologie une discipline utile pour guider les orientations de gestion et de restauration des cours d’eau.

8Reprenant ainsi les mots de J. Tricart dans sa Géomorphologie applicable publiée en 1978, « opposer une recherche fondamentale et une recherche appliquée n’a pas de sens » : on ne saurait se résoudre à choisir entre une mission de production de connaissances fondamentales et une mission de participation à la résolution de problèmes pratiques rencontrés par les sociétés. Les travaux des jeunes chercheurs publiés dans ce volume, reflet de la recherche actuelle dans la discipline, montrent que la géomorphologie d’aujourd’hui est résolument utile. Une telle géomorphologie applicable est plus spécialement centrée sur l’étude de processus géomorphologiques ayant une portée sociétale, particulièrement en matière de gestion d’aléas et de risques tels que les inondations, l’érosion des sols, les mouvements de terrain ou encore l’érosion côtière (fig. 1). L’essor que connaît actuellement la recherche géomorphologique dans cette voie, fortement en prise avec la gestion de l’environnement et l’aménagement du territoire, offre de larges perspectives d’avenir à la discipline, dans un monde professionnel de plus en plus interconnecté avec l’université.

Haut de page

Bibliographie

Alexander D. (1991) – Applied Geomorphology and the impact of natural hazards on the built environment. Natural Hazards 4, 57-80.

Allison R. (2002)Applied Geomorphology: Theory and Practice. Wiley, Chichester, 568 p.

Battiau-Queney Y. (2002) – Géomorphologie et risques naturels. Géomorphologie : relief, processus, environnement, 1, 3-4.

Bollot N., Devos A., Pierre G., Chalumeau L., Lejeune O. (2014) – Détente mécanique et dynamique de versant dans l’Eocène de l’est du bassin de Paris, France. Géomorphologie : relief, processus, environnement, 2, 121-132.

Gregory K.J., Benito G., Downs P.W. (2008) – Applying fluvial geomorphology to river channel management: Background for progress towards a palaeohydrology protocol. Geomorphology 98, 153-172.

Hooke J.M. (1986) – Applicable and applied geomorphology of rivers. Geography 71, 1-13.

Letortu P., Costa S., Bensaid A., Cador J.M., Quénol H. (2014) – Vitesses et modalités de recul des falaises crayeuses de Haute-Normandie (France) : méthodologie et variabilité du recul. Géomorphologie : relief, processus, environnement, 2, 133-144.

Lissak C., Maquaire O., Malet J.P., Davidson R. (2014) – Piezometric thresholds for triggering landslides along the Normandy coast, France. Géomorphologie : relief, processus, environnement, 2, 145-158.

Lopez Saez J., Corona C., Stoffel M., Berger F. (2014) – Assessment of forested shallow landslide movements coupling tree ring records from stems and exposed roots. Géomorphologie : relief, processus, environnement, 2, 159-174.

Masson M., Garry G., Ballais J.L. (1996)Cartographie des zones inondables : approche hydrogéomorphologique. Ministère de l'Equipement, Ministère de l'Environnement, Editions Villes et Territoires.

Mercier D., Maquaire O., Suanez S., Costa S., Vinet F., Lissak C., Fressard M., Thiery Y. (2013) – Géomorphologie et risques naturels. In Mercier D. (dir.) : Géomorphologie de la France. Dunod, Paris, 173-186.

Oya M. (2001) Applied Geomorphology for Mitigation of Natural Hazards. Springer, Berlin, 167 p.

Tricart J. (1978)Géomorphologie applicable. Masson, Paris, 204 p.

Verstappen H.T. (1983)Applied geomorphology: geomorphological surveys for environmental development. Elsevier, Amsterdam, 437 p.

Viel V., Delahaye D., Reulier R. (2014) – Impact de l’organisation des structures paysagères sur les dynamiques de ruissellement de surface en domaine bocager. Etude comparée de 3 petits bassins versants bas-normands. Géomorphologie : relief, processus, environnement, 2, 175-188.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Géomorphologie applicable : illustration de quatre processus géomorphologiques dont la prise en compte est pertinente pour la gestion des milieux et des risques. Fig. 1 – Applicable geomorphology: illustration of four geomorphic processes relevant to environmental and risk management.
Légende A : inondation de l'Île de Chalonnes s/Loire, janvier 2004 ; B : dégradation des terres et érosion des sols de type ravinement : formation de voçorocas sur un versant déboisé du Massif de Pereiro (Ceará, Brésil) ; C : mouvements de terrain complexes et de grande ampleur : les « Ruines de Séchilienne » (Isère, France), un site à risques naturels et technologiques hautement surveillé ; D : érosion côtière sur une plage du Finistère (Bretagne Sud, Ile Tudy), après les tempêtes de janvier 2014.A: flooding of the Chalonnes s/ Loire island, January 2014; B: land degradation and gully erosion: formation of voçorocas on a deforested hillslope of the Pereiro Massif (Ceará, Brazil); C: complex and large-scale mass movements: the “Ruines de Séchilienne” (Isère, France), a site prone to natural and technological risks equipped with a monitoring network; D: coastal erosion on a beach of Finistère (South Brittany, France, Ile Tudy), after the storms of January 2014.
URL http://geomorphologie.revues.org/docannexe/image/10571/img-1.png
Fichier image/png, 587k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

François Bétard, Yann Le Drézen et Louise Purdue, « Introduction au numéro thématique « Géomorphologie applicable : des processus naturels à la gestion des milieux et des risques » (actes des 14e Journées des Jeunes Géomorphologues) », Géomorphologie : relief, processus, environnement, vol. 20 - n° 2 | 2014, 115-120.

Référence électronique

François Bétard, Yann Le Drézen et Louise Purdue, « Introduction au numéro thématique « Géomorphologie applicable : des processus naturels à la gestion des milieux et des risques » (actes des 14e Journées des Jeunes Géomorphologues) », Géomorphologie : relief, processus, environnement [En ligne], vol. 20 - n° 2 | 2014, mis en ligne le 29 septembre 2014, consulté le 29 mars 2017. URL : http://geomorphologie.revues.org/10571

Haut de page

Auteurs

François Bétard

Université Paris-Diderot (Paris 7) – Sorbonne Paris Cité – laboratoire PRODIG, CNRS UMR 8586 – case courrier 7001 – 75205 Paris cedex 13 – France (francois.betard@univ-paris-diderot.fr).

Articles du même auteur

Yann Le Drézen

Université Panthéon-Sorbonne (Paris 1) – laboratoire PRODIG, CNRS UMR 8556 – 191, rue St Jacques – 75005 Paris – France (yann.le-drezen@univ-paris1.fr).

Articles du même auteur

Louise Purdue

CEPAM (Cultures et Environnements, Préhistoire, Antiquité, Moyen Âge) – CNRS UMR 7264 – 24, avenue des Diables Bleus – 06357 Nice cedex 4 – France (louise.purdue@cepam.cnrs.fr).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Groupe français de géomorphologie

Haut de page
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Groupe français de géomorphologie
  • Revues.org