Navigation – Plan du site

Impact de l’organisation des structures paysagères sur les dynamiques de ruissellement de surface en domaine bocager. Etude comparée de 3 petits bassins versants bas-normands

Impact of landscape structure organization on runoff dynamics in bocage landscapes. Comparative study of 3 small watersheds in Lower Normandy
Vincent Viel, Daniel Delahaye et Romain Reulier
p. 175-188

Résumés

La caractérisation et la quantification des transferts sédimentaires dans les hydrosystèmes bas-normands constituent aujourd’hui des enjeux majeurs, non seulement en termes de connaissance du fonctionnement des hydrosystèmes, mais également pour la gestion des milieux et de leurs ressources naturelles (Directive Cadre sur l’Eau, Loi sur l’Eau et les Milieux Aquatiques). En effet, les conséquences associées à ces transferts peuvent être catastrophiques pour les populations (inondations, pollutions), pour les écosystèmes continentaux et aquatiques ou la biodiversité. Les quantifications menées aux exutoires de différents bassins versants bocagers soulignent régulièrement l’importance des transferts sédimentaires. Cependant, l’origine des sédiments et les modalités de leur transfert entre les zones de production et le cours d’eau restent difficiles à déterminer. En effet, si de nombreux stockages intermédiaires peuvent intervenir en amont des haies, l’organisation de l’occupation du sol et des structures paysagères (fossés, routes, etc.) peuvent également se combiner pour former un réseau de drainage artificiel susceptible de connecter au chenal principal des surfaces parfois très éloignées du cours d’eau. Comprendre les dynamiques hydro-sédimentaires internes à un bassin versant bocager nécessite donc de s’interroger sur le rôle des interactions entre les différentes composantes du milieu (parcelles, réseaux de haies, voirie et fossés) et ses conséquences sur la capacité des sédiments à rejoindre le cours d’eau. Pour cela, nous proposons ici une méthodologie permettant de dresser une cartographie des surfaces potentiellement connectées au réseau hydrographique en domaine bocager. Cette méthode, appliquée à trois petits bassins versants bas-normands, développe une approche plus dynamique du système érosif qui permet d’identifier les surfaces potentiellement contributives à la charge solide d’un bassin versant bocager, ce qui constitue une étape préalable indispensable à l’estimation de la connectivité sédimentaire entre versants et cours d’eau au sein de bassins versants bocagers.

Haut de page

Notes de la rédaction

Article soumis le 3 juin 2013, accepté le 17 février 2014.

Texte intégral

Introduction

1L’élaboration de la Directive Cadre sur l’Eau (DCE) en 2000 et de la Loi sur l’Eau et les Milieux Aquatiques (LEMA) en 2006 a mis en lumière l’importance de la quantification et de la caractérisation des transferts sédimentaires dans les cours d’eau pour la gestion des milieux et de leurs ressources naturelles. En effet, les conséquences associées à ces transferts peuvent être catastrophiques pour les écosystèmes continentaux et aquatiques, la biodiversité, et même pour les populations (inondations, pollutions). De nombreux travaux ont souligné l’importance de ces transferts dans les cours d’eau du nord-ouest de la France (Massei, 2001 ; Meybeck et al., 2003 ; Laignel et al., 2006 ; Lefrançois, 2007 ; Vongvixay, 2012 ; Viel, 2012 ; Viel et al., 2013a, b). Pour améliorer la gestion de ces transferts, différentes études se sont donc attachées à évaluer les productions sédimentaires de chacune des composantes de l’hydrosystème.

2Parmi l’ensemble des sources susceptible d’alimenter la charge solide des cours d’eau, plusieurs travaux ont mis en évidence une production sédimentaire importante sur les versants. Des processus de ruissellement sont en effet couramment observés dans les parcelles agricoles d’un large quart grand ouest de la France (Auzet, 1987a, b ; Ouvry, 1992 ; Cerdan, 2001 ; Delahaye, 2002 ; Le Bissonnais et al., 2002 ; Souchère et al., 2003 ; Le Gouée, 2004 ; Douvinet, 2008 ; Mérot et al., 2009 ; Le Gouée et al., 2010 ; Colmar et al., 2010 ; Lemercier et al., 2010). Ces processus, parfois peu visibles, sont responsables de pertes en sol non négligeables qui conduisent à une fragilisation du potentiel agronomique.

3Il est difficile cependant d’établir a priori des liens de cause à effet entre l’observation de processus d’érosion dans les parcelles agricoles et la présence d’une charge sédimentaire dans les cours d’eau car des dépôts intermédiaires peuvent se produire sur les versants ou dans les fonds de vallées. De fait, si une production sédimentaire peut être observée à l’échelle de la parcelle, l’agencement dans l’espace du réseau de haies ou de talus peut déconnecter du cours d’eau une part plus ou moins grande du bassin versant (Mérot et al., 1999). À l’inverse, les effets de la topographie, de l’occupation du sol et des réseaux de routes, de haies, de fossés, etc. qui composent la structure paysagère d’un bassin versant peuvent également se combiner. Ils forment alors un réseau de drainage artificiel complexe, qui modifie parfois profondément le cheminement purement topographique du ruissellement sur les versants, et connecte des surfaces parfois très éloignées du cours d’eau (Carluer et De Marsily, 2004 ; Bocher, 2005 ; Tortrat, 2005 ; Macary, 2009 ; Gascuel-Odoux et al., 2009). L’entité « bassin versant » doit donc être considérée comme un système complexe où les processus observés à l’échelle de la parcelle ne permettent pas de comprendre la réponse globale du bassin versant (Delahaye, 2002 ; Cerdan et al., 2004 ; Slaymaker, 2006 ; Delahaye, 2005 ; Delahaye et al., 2010). L’analyse des dynamiques de ruissellement sur les versants ne peut par conséquent se contenter d’analyser de manière cloisonnée le rôle de chacun des linéaires constitutifs de la structure paysagère, mais doit au contraire s’interroger sur le rôle des interactions entre les différentes composantes du milieu (parcelles, réseaux de haies, voirie et fossés) et ses conséquences sur la capacité des sédiments à rejoindre le cours d’eau.

4La majorité des études qui se sont attachées à étudier les dynamiques de ruissellement entre les versants et le cours d’eau a été jusqu’à présent principalement menée en domaine d’openfield (Cerdan et al., 2001 ; Delahaye, 2002 ; Souchère et al., 2003 ; Douvinet, 2008 ; Le, 2012 ; Couturier et al., 2013). Le cheminement des écoulements de surface est principalement dépendant de la topographie et de l’organisation dans l’espace de l’occupation du sol. En revanche, les dynamiques de ruissellement en domaine bocager sont plus difficiles à appréhender compte tenu de la complexité du cheminement du ruissellement de surface induite par les structures paysagères. C’est pourquoi, avant même de quantifier la contribution des versants dans le budget sédimentaire global d’un bassin versant bocager, nous avons cherché à mieux comprendre et à évaluer l’influence de ces structures et de leur organisation dans l’espace sur la capacité théorique des sédiments érodés dans les parcelles agricoles à rejoindre le cours d’eau. Pour cela, nous proposons ici une méthodologie permettant de dresser une cartographie des surfaces potentiellement connectées au réseau hydrographique. Cette méthode permet alors d’aller au-delà d’un simple niveau de sensibilité statique des sols à l’érosion. Elle développe une approche plus dynamique du système érosif qui permet d’identifier les surfaces potentiellement contributives à la charge solide d’un bassin versant bocager et constitue une étape préalable à l’estimation de la connectivité sédimentaire entre versants et cours d’eau au sein de bassins versants bocagers.

Complexité du cheminement du ruissellement de surface sur les versants en domaine bocager

Inventaire des liens hydrologiques

5La circulation d’un excès d’eau à la surface des versants est responsable d’une grande majorité des processus d’érosion des sols dans le grand ouest de la France. La formation de cet excès d’eau dépend de nombreux paramètres d’ordre climatique, lithologique, pédologique, d’humectation du sol, etc., qui combinés les uns avec les autres définissent différents terroirs hydrologiques au sein desquels l’eau peut circuler en surface et/ou en sub-surface des versants (Ambroise, 1998a et b ; Cosandey et Robinson, 2012). Toutefois, seule la circulation en surface de l’eau est susceptible de mobiliser des sédiments dans les parcelles agricoles et de les transporter depuis les parcelles agricoles jusqu’au cours d’eau. Chercher à identifier les parcelles potentiellement responsables de la charge solide des cours d’eau revient alors à s’interroger sur les facteurs susceptibles d’affecter le parcours des sédiments à la surface des versants.

6En domaine de bocage, l’organisation de la structure paysagère rend les dynamiques de ruissellement de surface particulièrement complexe. L’agencement des différents linéaires de la structure paysagère met en effet en jeu des connexions et des déconnexions hydrologiques qui diffèrent des dynamiques purement topographiques observées généralement en domaine d’openfield (Moussa et al., 2002 ; Ludwig et al., 1996 ; Mérot et al., 1999).

7L’efficacité hydrologique du maillage bocager sur les écoulements de surface est sans doute le paramètre le plus souvent étudié en domaine bocager. Son efficacité n’est plus à prouver. La comparaison en Bretagne de bassins présentant des caractéristiques physiques semblables a montré que les volumes de crues étaient de 1,5 à 3 fois plus importants sur un bassin ouvert que sur un bassin versant bocager, pour les mêmes averses (Mérot, 1978). Cependant, toutes les haies n’ont pas le même impact sur les écoulements de surface. Le critère le plus important est la position de la haie par rapport à la pente (Mérot, 1978 ; Carnet, 1978 ; Mérot et al., 1999). En effet, une haie parallèle à la pente n’aura aucun effet sur les écoulements de surface alors qu’une haie placée perpendiculairement permettra, dans certaines conditions une ré-infiltration totale ou partielle du ruissellement (fig. 1, n° 1).

Fig. 1 – Complexité des dynamiques de ruissellement en domaine bocager.
Fig. 1 – Modes of surface runoffs transfers.

Fig. 1 – Complexité des dynamiques de ruissellement en domaine bocager. Fig. 1 – Modes of surface runoffs transfers.

1 : haies ; 2 : connexion directe ; 3 : connexion par les fossés ; 4 : connexion par le réseau routier.
1:hedges; 2: direct connexion; 3: connexion by ditches; 4: connexion by roads network.

8Cependant, au-delà de la position de chacune des haies les unes indépendamment des autres, c’est le cloisonnement hydrologique permis par le maillage bocager dans son ensemble qui joue un rôle important. Le cloisonnement total d’une parcelle permet la formation d’une zone de stockage pouvant constituer un point d’infiltration (Mérot, 1999). Une haie oblique par rapport à la pente va ainsi dévier le ruissellement jusqu’à ce qu’une éventuelle seconde haie vienne stopper les écoulements. En l’absence de ces points d’infiltration, le ruissellement reprendra une dynamique topographique et pourra se connecter au cours d’eau. C’est pourquoi, malgré un souci de conservation des haies perpendiculaires à la pente, la fragmentation de plus en plus importante du maillage bocager est à l’origine de la connexion au cours d’eau de surfaces parfois importantes des bassins versants bocagers.

9Le rôle hydrologique des fossés est aisément identifiable. Situés le long de la voirie ou en association avec les linéaires de haies, ils permettent une prise en charge du ruissellement de surface et l’évacuation des surplus hydrologiques vers le cours d’eau (Adamiade, 2004). Ces derniers forment alors un réseau de drainage artificiel qui permet, malgré une densité de haies parfois élevée, la connexion au cours d’eau de surfaces éloignées du chenal (fig. 1, n° 3).

10Le réseau routier a également un impact fondamental sur les dynamiques spatiales du ruissellement sur les versants. En effet, ces aménagements imperméables ont la capacité, lorsqu’ils recoupent le cours d’eau, de transférer le ruissellement issu de parcelles agricoles situées plus en amont sur les versants (Sebbab, 2000 ; Moussa et al., 2002 ; Bocher, 2005). Le rôle hydrologique du réseau routier est cependant très variable selon la morphologie du tablier. Un tablier surélevé sur le versant favorise la déviation ou le stockage des écoulements en amont de l’ouvrage. L’impact sera alors identique à celui d’une haie. Dans les faits, cet impact est souvent limité dans le sens où les aménageurs prévoient généralement de positionner une buse sous le tablier afin d’éviter que l’ouvrage ne soit noyé. Lorsque la route est insérée dans le versant, son rôle hydrologique est très limité et l’ouvrage ne modifie pas la dynamique topographique des écoulements de surface. Enfin, si le réseau routier prend la forme d’un creux, il joue alors le rôle de « collecteur » et assure la fonction de transfert du ruissellement vers les points bas du bassin versant. C’est ensuite l’organisation dans l’espace du réseau routier qui déterminera la connexion ou non des écoulements de surface vis-à-vis du cours d’eau. Or, en domaine de bocage, le réseau routier, particulièrement dense pour permettre l’accès à l’ensemble des petites parcelles, prend le plus souvent cette forme en creux. En effet, positionné généralement entre deux haies sur talus, les écoulements de surface sont contraints de suivre le linéaire routier selon la topographie générale imposée par le réseau (fig. 1, n° 4).

11De ce fait, en domaine bocager, le positionnement des entrées de champs, sans doute l’élément le moins souvent pris en compte dans les études sur les dynamiques de ruissellement, joue un rôle fondamental. Formant une échancrure dans le maillage bocager, ces petits aménagements agricoles assurent le contact entre les parcelles agricoles et le réseau routier. Ils jouent alors le rôle de lien hydrologique entre les surfaces produisant sédiments et ruissellement et les linéaires qui assurent la fonction de transfert. Ils augmentent ainsi considérablement le niveau de connectivité d’un bassin versant. L’impact bénéfique du réseau de haies peut ainsi être réduit à néant lorsque les entrées de champs sont positionnées en bas de parcelles agricoles sur les versants.

12Il est donc possible d’identifier quatre types d’impacts de la structure paysagère et de l’occupation du sol sur les dynamiques spatiales des transferts sédimentaires sur les versants (fig. 1) :

  • Les surfaces, qui jouent un rôle de production ou d’infiltration du ruissellement ;

  • Les haies, qui modifient ou limitent l’écoulement des eaux sur les versants, déconnectant certaines portions de versants du cours d’eau ;

  • Les entrées de champs, qui assurent la connexion entre les parcelles agricoles et les réseaux ;

  • Les linéaires, qui favorisent le transfert du ruissellement depuis les parcelles agricoles vers le cours d’eau : les réseaux de fossés et le réseau routier.

Vers l’évaluation d’une connectivité potentielle entre versants et cours d’eau

13Afin d’appréhender l’ensemble des interactions spatiales induites par les différents linéaires caractéristiques des paysages de bocage, il est nécessaire de se tourner vers une échelle d’observation intermédiaire, comprise entre celle de la parcelle agricole et du bassin versant, et adaptée à l’analyse de la connectivité des écoulements de surface entre les versants et le cours d’eau. L’analyse de la connectivité s’est largement développée depuis le début des années 2000 (Burt et Pinay, 2005 ; Ali et Roy, 2009). Ce concept, développé en premier lieu par les écologues pour décrire les transferts de matières liquide ou solide et d’énergie induits par l’eau (Amoros et Bornette, 2002 ; Pringle, 2003 ; Braken et Croke, 2007), a progressivement été associé à des problématiques hydrologiques et géomorphologiques pour décrire les relations non linéaires d’une échelle à l’autre des transferts d’eau, de sédiments ou de nutriments au sein d’un versant ou d’un bassin versant (Hooke, 2003 ; Stieglitz et al., 2003 ; Lane et al., 2004 ; Croke et al., 2005 ; Brierley et al., 2006 ; Bracken et Croke, 2007 ; Tetzlaff et al., 2007 ; Mc Guire et Mc Donnell, 2010 ; Bracken et al., 2013). L’objectif est alors souvent de mesurer l’impact des structures spatiales sur le cheminement des flux sédimentaires en surface (Western et al., 2001 ; Knudby et Carrera, 2005 ; Tetzlaff et al., 2009) ou en subsurface des versants (Creed et Band, 1998 ; Vidon et Hill, 2004 ; Ocampo et al., 2006). L’engouement observé pour le concept de connectivité s’explique donc par l’approche multiscalaire du fonctionnement des bassins versants qu’il rend possible (Sivapalan, 2003 ; Slaymaker, 2006). En effet, en permettant de déterminer avec précision les parcelles ou les groupes de parcelles qui contribuent potentiellement à la charge solide d’un cours d’eau, l’analyse de la connectivité, qu’elle soit hydrologique ou sédimentaire, permet de mettre en relation des processus interdépendants (tels que l’érosion des sols sur les versants et le transport solide d’un cours d’eau) qui se déroulent à des échelles spatiales différentes, à savoir la parcelle agricole et le bassin versant. Cela permet de prendre en compte les paramètres responsables d’une part de la production de sédiments, et ceux responsables d’autre part de la circulation parfois complexe du ruissellement sur les versants. En cela, l’analyse de la connectivité hydrologique et sédimentaire dans un bassin versant est devenue essentielle à la compréhension du comportement des bassins versants (Lane et al., 2004 ; Fryirs et al., 2007a et b ; Mc Donnell et al., 2007 ; Pringle, 2003 ; Tezlaff et al., 2007 ; Ali et Roy, 2009 ; Bracken et al., 2013).

Typologie des connexions hydrologiques sur les versants

14Analyser la connectivité des sédiments entre les versants et le cours d’eau revient à définir un référentiel géographique intermédiaire entre l’échelle de la parcelle agricole, adéquate pour l’évaluation de la sensibilité des sols au ruissellement et à l’érosion, et l’échelle du bassin versant communément utilisée pour analyser les flux sédimentaires d’un cours d’eau. Cette échelle intermédiaire peut être définie comme un «îlot de ruissellement » (Viel, 2006). À partir des liens hydrologiques identifiés précédemment, il est possible de proposer une typologie simple de ces connexions hydrologiques (fig. 2).

Fig. 2 –Typologie des connexions hydrologiques au sein d’un bassin versant bocager.
Fig. 2 Methodological approach to analyse hydrological connectivity between slopes and stream.

Fig. 2 –Typologie des connexions hydrologiques au sein d’un bassin versant bocager. Fig. 2 – Methodological approach to analyse hydrological connectivity between slopes and stream.

1 : surface directement connectée ; 2 : surface non connectée ; 3 : surface connectée par les structures linéaires.
1: directly connected surface; 2: surface disconnected from the stream; 3: surface connected by linear developments.

Source : Viel, 2012.
After Viel, 2012.

15Trois cas de figures sont ainsi possibles. Le premier type de connexion des sédiments au cours d’eau représente les connexions dites « directes » (1). Il s’agit d’espaces où la dynamique des écoulements de surface n’est pas modifiée par les différents réseaux anthropiques (fig. 1, n° 2). Ce sont les connexions les plus simples où seules la pente et l’occupation du sol interviennent sur le cheminement des sédiments sur les versants. En domaine bocager, il s’agit des parcelles ou groupes de parcelles connexes à un cours d’eau drainé de manière permanente. En domaine d’openfield, en l’absence d’obstacles au ruissellement, ces surfaces peuvent remonter beaucoup plus haut sur les versants.

16Cependant, comme on l’a vu, l’organisation spatiale de la structure paysagère influence fortement les chemins de l’eau sur les versants. C’est pourquoi nous avons également distingué des connexions dites « indirectes » (2). Il s’agit ici des surfaces pour lesquelles la dynamique du ruissellement n’est plus uniquement déterminée par la topographie et l’occupation du sol. Ces surfaces correspondent alors aux parcelles agricoles connectées au cours d’eau grâce à l’intervention d’au moins un des réseaux (haies, talus ou fossés) composant la structure paysagère. Ce sont le plus souvent des parcelles éloignées du cours d’eau et connectées artificiellement par les différents types de réseaux. C’est au travers de ce type de connexions que l’on mesure l’impact de la structure paysagère sur la connectivité potentielle des sédiments entre les versants et le cours d’eau.

17Enfin, les surfaces n’appartenant ni aux connexions directes, ni aux connexions indirectes sont considérées comme n’étant pas connectées au cours d’eau (3).

Démarche méthodologique

18De nombreuses études se sont attachées à déterminer la connectivité sédimentaire entre les versants et le cours d’eau de petits bassins versants agricoles. Ces dernières sont principalement réalisées à partir de modélisations spatiales (Carluer, 1998 ; Bocher, 2005 ; Carluer et De Marsily, 2004 ; Lane et al., 2004 ; Fryirs, 2007b ; Tortrat et al., 2004 ; Tortrat, 2005 ; Gascuel-Odoux et al., 2009 ; Aurousseau et al., 2009 ; Macary, 2009 ; Couturier et al., 2013) dont les données d’entrée ont été digitalisées par photo-interprétation, validées a posteriori sur le terrain. D’autres ont développé une approche mixte entre mesures sur le terrain et modélisation empirique (Croke et al., 2005).

19Nous avons fait le choix d’appliquer la typologie présentée ci-dessus sur la base d’un relevé exhaustif de la structure paysagère et de l’occupation du sol sur le terrain. Cette démarche nécessite du temps. Elle est néanmoins nécessaire si l’on souhaite poser un diagnostic précis sur l’état des connexions sur les versants. En effet, certains linéaires tels que les fossés ne sont pas visibles par photo-interprétation, notamment lorsqu’ils sont associés au réseau de haies. Leur rôle est pourtant déterminant lorsqu’ils forment un réseau continu permettant au ruissellement de surface d’être connecté au cours d’eau. D’autres détails tels qu’une incision dans une haie, non visible sur les photographies aériennes, peuvent aussi avoir des conséquences importantes sur la connectivité des écoulements à l’échelle du bassin versant.

Modalité d’acquisition des données

20L’impact hydrologique des haies est fortement influencé par son positionnement par rapport à la pente, la présence d’un talus et le niveau de fractionnement du maillage bocager. Le rôle hydrologique des haies est donc loin d’être homogène et nécessite d’être évalué. Pour cela, nous avons réalisé la typologie, proposée par Vandewielle (1998, reprise dans Viel, 2012), basée sur l’intégration de différents critères principalement qualitatifs et associés (i) aux caractéristiques intrinsèques de la haie (présente d’un talus, végétation composant la haie) et (ii) au positionnement de la haie sur les versants (position par rapport à la pente, position sur le versant, la pente du versant et le type de parcelle située en amont de la haie). Après validation de la typologie sur le terrain, seules les haies présentant un rôle hydrologique « fort » ou « très fort » ont été considérées comme pouvant constituer un obstacle au ruissellement de surface. Les ripisylves, très discontinues et situées en contrebas des parcelles, n’ont pu être considérées comme des obstacles au ruissellement.

21Concernant le réseau de fossés, nous n’avons considéré dans cette étude que les fossés connectés au réseau hydrographique. Seuls ces derniers sont en effet susceptibles de réaliser la fonction de transfert du ruissellement entre les parcelles agricoles et le cours d’eau. Le sens d’écoulement de chacun des fossés a été déterminé selon la pente observée sur le terrain. Dans les faits, il existe parfois de légères contre-pentes qui rendent plus complexe le fonctionnement des réseaux de fossés. Cependant, lors des épisodes hivernaux, le suivi terrain réalisé entre 2007 et 2012 a montré que l’ensemble des fossés raccordés au réseau de drainage principal a fonctionné selon la pente principale de ces derniers.

22Enfin, concernant le réseau routier, nous avons considéré que seules les routes présentant une forme « en creux » étaient susceptibles d’assurer la fonction de transfert du ruissellement entre les parcelles agricoles et le cours d’eau. La connexion du réseau routier avec les parcelles est ensuite définie en fonction du positionnement des entrées de champs. Les entrées de champs situées en bas de parcelles, susceptibles d’assurer la connexion entre les parcelles agricoles et le réseau routier, ont systématiquement été repérées in situ. L’impact de chacun de ces linéaires a également été validé sur le terrain lors de nombreux épisodes de ruissellement estivaux et hivernaux compris entre 2007 et 2012.

Modalités de cartographie des îlots de connexion

23L’application de la typologie proposée permet, sur la base des relevés de terrain, de proposer une cartographie des surfaces connectées au cours d’eau. Cette cartographie a été réalisée en deux étapes successives. Une première étape propose une évaluation de la connectivité sédimentaire potentielle ne tenant compte que de la topographie et des différents réseaux qui composent la structure paysagère, indépendamment de l’occupation du sol qui peut être variable d’une année à l’autre. Elle permet d’identifier le niveau de connectivité hydro-sédimentaire maximal du bassin versant. Toutefois, l’ensemble des surfaces potentiellement connectées au cours d’eau ne contribuent pas nécessairement à la charge solide du cours d’eau car seules les parcelles cultivées sont susceptibles de produire des volumes importants de sédiments. De la même manière, de nombreuses études ont montré le rôle pondérateur que peuvent avoir les surfaces enherbées selon leur positionnement au sein du bassin versant (Souchère et al., 2003 ; Douvinet, 2008 ; Viel, 2006). En effet, positionnées en bas de parcelles, elles permettent potentiellement la ré-infiltration totale ou partielle des écoulements de surface, et une possibilité de piégeage (effet de peigne) des sédiments transportés. A l’inverse, lorsqu’elles sont positionnées en haut de versant, aucune ré-infiltration ne peut être envisagée. Ainsi, plus que le pourcentage d’herbages dans les îlots de ruissellement, c’est leur organisation et leur structuration dans l’espace qui définit leur capacité à ré-infiltrer partiellement ou en totalité le ruissellement. Nous avons donc dans un second temps cherché à évaluer le jeu de la variété de l’occupation du sol et son positionnement sur les versants sur la possibilité de ré-infiltration des écoulements de surface. Pour cela, seules les parcelles cultivées pour lesquelles aucune ré-infiltration des écoulements de surface par les herbages n’est possible ont été conservées. Au sein de chaque îlot de ruissellement, une parcelle agricole a été considérée comme déconnectée lorsque les écoulements de surface traversent une parcelle enherbée plus en aval, ou lorsqu’une bande enherbée est positionnée en bas de la parcelle agricole.

Présentation des bassins versants étudiés

24La typologie proposée a été appliquée sur les bassins versants du Tortillon, de la Petite Seuline et de Lingèvres, trois petits bassins versants bas-normands de taille voisine, comprise entre 10 et 15 km². Ces derniers présentent une densité de drainage ainsi que des pourcentages de surfaces cultivées et enherbées très comparables (fig. 3).

Fig. 3 – Principales caractéristiques des bassins versants étudiés.
Fig. 3 Characteristics of studied area.

Fig. 3 – Principales caractéristiques des bassins versants étudiés. Fig. 3 – Characteristics of studied area.

25Ils diffèrent cependant les uns des autres par l’organisation spatiale de l’occupation sur sol sur les versants et le niveau de conservation du maillage bocager, ce qui leur confère des densités de haies variables. L’application de la typologie des connexions hydrologiques sur chacun de ces bassins permet ainsi d’évaluer les rôles respectifs de la densité des linéaires (haies, talus, fossés) et de leur organisation sur les versants sur le niveau de connectivité hydrologique potentiel d’un bassin versant bocager.

26Le bassin versant du Tortillon (12,4 km²) est situé au sud-ouest du département du Calvados, sur les schistes et les grès du Briovérien. Il se caractérise par un ensemble de petits vallons tous drainés, au réseau hydrographique très développé et encaissé. Il présente un maillage bocager particulièrement dense (87 m/ha) et réparti de manière uniforme sur l’ensemble du bassin. Le bassin versant de la Petite Seuline (13,2 km²) se situe à une trentaine de kilomètres au sud-ouest de l’agglomération caennaise. Egalement situé sur les schistes du Briovérien, il présente un réseau hydrographique dense et des versants en pente forte. D’un point de vue paysager, il présente un maillage bocager très inégalement conservé. Les bas de versants ainsi que les fonds de vallées sont très majoritairement enherbés et présentent une densité de haies élevée, contrairement aux versants qui sont généralement dépourvus de haies et largement cultivés. Le bassin versant de Lingèvres (14,9 km²) se localise à 20 km à l’ouest de Caen. Il se caractérise par la présence de deux unités paysagères nettement identifiées. La partie sud se caractérise par une proportion importante de surfaces toujours en herbe et un maillage bocager remarquablement conservé. A l’inverse, la partie nord du bassin se caractérise par un paysage d’openfield, intensivement cultivé et dépourvu de haies en dehors de la ceinture de bas-fonds qui reste enherbée.

Résultats et discussion

27Cartographie des connexions sédimentaires potentielles entre les versants et le cours d’eau

28La cartographie des surfaces connectées au cours d’eau (fig. 4A) montre tout d’abord que malgré des densités parfois importantes de haies sur talus, la connectivité sédimentaire potentielle entre les versants et le cours d’eau reste élevée.

Fig. 4 – Cartographie des connexions hydrologiques et intégration des surfaces enherbées sur les bassins versants de la Petite Seuline, de Lingèvres et du Tortillon.
Fig. 4 Hydrological connectivity mapping and integration of grassland areas.

Fig. 4 – Cartographie des connexions hydrologiques et intégration des surfaces enherbées sur les bassins versants de la Petite Seuline, de Lingèvres et du Tortillon. Fig. 4 – Hydrological connectivity mapping and integration of grassland areas.

1 : surface directement connectée ; 2 : surface non connectée ; 3 : surface connectée par les structures linéaires.
1: directly connected surface; 2: surface disconnected from the stream; 3: surface connected by linear developments.

29Les surfaces connectées aux cours d’eau représentent 4,6 km² de la superficie de la Petite Seuline (35 %), 7,5 km² de celui de Lingèvres (50 %) et jusqu’à 10,5 km² de celui du Tortillon, soit 85 % de la surface globale (fig. 5).

Fig. 5 – Pourcentage des bassins versants connectés au cours d’eau.
Fig. 5 Part of the watersheds connected to the stream flow.

Fig. 5 – Pourcentage des bassins versants connectés au cours d’eau. Fig. 5 – Part of the watersheds connected to the stream flow.

1 : surface directement connectée ; 2 : surface connectée par les structures linéaires ; 3 : surface enherbée ou déconnectée par les herbages ; 4 : densité de haies.
1: directly connected surface; 2: surface connected by linear developments; 3: grassland area or surface disconnected by grassland area; 4: hedge density.

30Sans surprise, les surfaces directement connectées sont localisées au niveau des talwegs. Leur extension sur les versants est bien souvent réduite à une seule parcelle. Ce type de connexion est estimé à 3 km² pour le bassin de la Petite Seuline, soit 23 % du bassin ; 4,7 km² pour celui de Lingèvres (soit 31 %) et 3,9 km² pour celui du Tortillon (soit 31,5 %). A densité de drainage équivalente, les surfaces directement connectées représentent des superficies plus importantes sur les bassins de Lingèvres et du Tortillon que sur celui de la Petite Seuline. Ceci s’explique par le maintien d’une ceinture de bas fonds de part et d’autre de la plaine alluviale du bassin versant de la Petite Seuline. L’extension des surfaces directement connectées sur les versants y est donc très faible. Sur les deux autres bassins, la première haie est généralement située plus haut sur les versants. Les surfaces directement connectées y représentent donc une superficie plus importante.

31La proportion des surfaces indirectement connectées au cours d’eau est sans doute plus surprenante. Il s’agit de parcelles ou de groupes de parcelles d’une superficie plus réduite que les îlots précédents (3 ha en moyenne contre 3,8 ha pour les îlots directement connectés), le plus souvent situés en position intermédiaire sur les versants ou sur les interfluves. Ces parcelles représentent des surfaces non négligeables estimées à 15 % du bassin de la Petite Seuline, 19 % de celui de Lingèvres et jusqu’à 51 % de celui du Tortillon, presque intégralement connectées par l’intermédiaire des entrées de champs et du réseau routier.

32Ces premiers résultats mettent en évidence plusieurs caractéristiques des dynamiques de ruissellement en domaine bocager. Ils montrent tout d’abord que contrairement aux idées reçues, les surfaces potentiellement contributrices à la charge solide du cours d’eau ne se limitent pas aux parcelles agricoles localisées le long du cours d’eau. Malgré des densités de haies parfois très importantes, il est possible d’atteindre dans certains bassins bocagers des niveaux de connectivité potentiels proches de ceux observés en domaines d’openfield (Le Gouée et Delahaye, 2008). Le bassin versant du Tortillon en est un bon exemple. La présence de bocage ne garantit donc pas un cloisonnement total des versants. Par conséquent, si le rôle hydrologique des haies a été clairement démontré (Mérot, 1978), le rôle régulateur des haies vis-à-vis du ruissellement érosif, traditionnellement associé aux paysages de bocage doit être fortement nuancée.

33La cartographie de la typologie des connexions potentielles met également clairement en évidence qu’aucune corrélation ne peut être établie entre la densité de haies des bassins versants étudiés et le pourcentage de surfaces connectées au cours d’eau. C’est en effet sur le bassin versant du Tortillon, qui présente la densité de haies la plus importante, que le niveau de connectivité hydro-sédimentaire est le plus élevé. La densité de haies est donc un indicateur bien insuffisant pour évaluer le cloisonnement hydrologique d’un bassin versant. C’est donc l’organisation spatiale, plus que la densité des haies, qui détermine l’efficacité du maillage bocager et qu’il convient donc d’analyser.

34La connectivité importante observée au sein des bassins versants étudiés ne s’explique pas uniquement par l’inefficacité hydrologique du maillage bocager. D’autres facteurs explicatifs apparaissent déterminants. La forte proportion de surfaces directement connectées (comprise entre 23 % et 31,5 %) s’explique principalement par une densité de drainage très élevée, favorisée par un contexte lithologique peu aquifère. Dans le bassin versant du Tortillon, l’aire minimale de drainage du cours d’eau est de 10 ha. Les ruisseaux sont donc présents dès les parties amont du bassin, au contact des parcelles agricoles. La densité de drainage joue alors un rôle capital car elle multiplie les zones de contact entre les parcelles agricoles et le cours d’eau et permet de raccourcir les distances entre les zones de production des sédiments et le réseau hydrographique principal (Le Gouée et Delahaye, 2008). Une densité de drainage élevée favorisera par conséquent une connectivité potentielle élevée entre les parcelles agricoles et le cours d’eau.

35Les surfaces indirectement connectées représentent des proportions non négligeables au sein des bassins versants étudiés. La proportion importante de ce type de connexion montre clairement que le niveau de connectivité du ruissellement érosif d’un bassin versant est également fortement influencé par l’organisation spatiale du réseau routier, des entrées de champs et des fossés. Ces derniers jouent en effet le rôle de « collecteurs » du ruissellement qu’ils transfèrent ensuite au cours d’eau. Leur organisation sur les versants définit en effet des relais de processus qui limitent fortement le rôle a priori bénéfique du maillage bocager et augmentent significativement le niveau de connectivité des bassins versants bocagers.

36Ce type de connexions représente cependant des proportions très variables dans chacun des bassins versants comprises entre 15 % pour le bassin versant de la Petite Seuline et 51 % pour celui du Tortillon (fig. 4). Cette variabilité s’explique par la densité et l’organisation spatiale des réseaux routiers et de fossés. En effet, le réseau routier est particulièrement dense (37,2 m/ha), efficacement agencé et recoupe à de très nombreuses reprises le cours d’eau dans le bassin versant du Tortillon. Sur le bassin de la Petite Seuline, ce dernier ne présente qu’une densité de (21,3 m/ha) et ne recoupe que ponctuellement le cours d’eau. Sur le bassin de Lingèvres, la majorité de surfaces indirectement connectées s’explique par un réseau de fossés très développé dans les parties amont du bassin situées sur des argiles à silex. C’est donc une densité de drainage élevée, associée à un réseau de routes et de fossés denses et efficacement agencés qui favorisent des niveaux de connectivités remarquables tel que celui observé sur le bassin versant du Tortillon. C’est pourquoi, au-delà de la densité des obstacles aux écoulements de surface, ce sont la densité de drainage et l’organisation spatiale des linéaires assurant la fonction de transfert du ruissellement depuis les parcelles agricoles vers le cours d’eau qui apparaissent comme les plus déterminants du niveau de connectivité hydrologique d’un bassin versant bocager.

Rôle de l’organisation de l’occupation du sol au sein des îlots de connexion

37L’intégration de l’occupation du sol au sein des surfaces potentiellement connectées montre un impact marqué des surfaces en herbe sur les niveaux de connectivité hydrologique potentiels, ramenant les surfaces connectées à des superficies comprises entre 9 % et 39 % des bassins versants de Lingèvres, de la Petite Seuline et du Tortillon (fig. 4B ; fig. 5). Cependant, le rôle des surfaces enherbées est bien inégal d’un îlot à l’autre. En domaine bocager, les parcelles de bas-fonds situées le long du cours d’eau sont très humides. Elles sont donc difficilement cultivables et restent presque intégralement enherbées. Ainsi, sur l’ensemble des surfaces directement connectées, seul un nombre très réduit de parcelles est susceptible de contribuer à la charge solide transportée par le cours d’eau, presque exclusivement localisées le long de cours d’eau d’ordre 1. La densité de drainage s’impose donc de nouveau comme un paramètre fondamental. Plus elle est élevée, plus la probabilité d’observer des connexions directes entre les versants et le cours d’eau est importante. Cependant, ces surfaces ne représentent qu’une superficie très faible à l’échelle globale d’un bassin versant, ici comprise entre 2 % pour le bassin de la Petite Seuline et 9 % pour celui du Tortillon.

38L’organisation des prairies au sein des îlots indirectement connectés apparaît cependant nettement moins efficace. Différents facteurs explicatifs ont été identifiés. Sur ces îlots, situés en position intermédiaire ou d’interfluve sur les versants, les surfaces en herbe sont nettement moins présentes, ce qui réduit les surfaces potentiellement filtrantes. D’autre part, l’effet pondérateur des herbages est également bien souvent court-circuité par le réseau routier. Le positionnement des entrées de champs joue alors un rôle déterminant en tant que lien entre les surfaces qui produisent le ruissellement et le réseau routier qui en assure la fonction de transfert. Au final, les surfaces indirectement cultivées et connectées représentent 7 % du bassin de la Petite Seuline, 11 % de celui de Lingèvres et jusqu’à 30 % de celui du Tortillon. Dans les espaces bocagers, la majorité des surfaces cultivées et connectées au cours d’eau, potentiellement responsables des transferts sédimentaires mesurés dans le cours d’eau, se trouvent donc éloignées de ce dernier.

39Ces résultats soulignent donc que l’identification des surfaces potentiellement responsables de la charge solide d’un cours d’eau ne peut se réduire à la recherche des parcelles cultivées localisées le long du chenal lui-même, ces dernières ne représentant qu’un très faible pourcentage des surfaces potentiellement contributrices. Au contraire, cela revient principalement à identifier les surfaces indirectement connectées et donc à s’interroger prioritairement sur les interactions spatiales induites par chacun des éléments de la structure paysagère bocagère.

Conclusion

40L’analyse des modes de transfert du ruissellement sur les versants au travers de la connectivité hydrologique apparaît donc comme une étape fondamentale dans la compréhension des dynamiques spatiales du ruissellement en domaine bocager. En permettant de déterminer les interactions entre chacun des éléments constitutifs de la structure paysagère et de reconstituer le cheminement parfois complexe des écoulements sur les versants, elle met en avant les processus intermédiaires entre l’échelle de la parcelle agricole et celle du bassin versant. Elle permet donc de déterminer un potentiel de surfaces connectées au cours d’eau et par conséquent, de localiser les parcelles agricoles susceptibles de contribuer aux transferts sédimentaires mesurés à l’exutoire des bassins versants.

41L’application de la typologie des espaces de ruissellement a permis de dresser une cartographie des surfaces potentiellement connectées au cours d’eau. Cette cartographie montre clairement que les bocages ne sont pas des espaces cloisonnés. Malgré des densités d’obstacles au ruissellement, l’eau peut circuler dans les réseaux (routes et fossés) et rejoindre le cours d’eau.

42Nos résultats soulignent qu’il est nécessaire d’aller au-delà de deux lieux communs associés aux paysages de bocage : (i) ce n’est pas la densité de haies mais l’organisation du maillage bocager qui détermine son efficacité hydrologique, et (ii) l’impact des obstacles au ruissellement, même s’ils sont efficacement agencés doit être fortement nuancé. Plus que les obstacles au ruissellement, ce sont la densité et l’organisation dans l’espace des réseaux assurant la fonction de transfert du ruissellement entre les parcelles agricoles et l’exutoire du bassin versant qui influencent le plus le niveau de connectivité hydrologique d’un bassin versant. Ces réseaux forment des relais de processus particulièrement efficaces capables de réduire considérablement la capacité de stockage associée aux haies. Il apparaît donc fondamental de prendre en compte dans les diagnostics le positionnement des entrées de champs. Associées à une densité de drainage élevée et à un réseau routier très développé, ces dernières jouent un rôle clé dans la connectivité d’un bassin versant bocager. L’intégration des surfaces enherbées au sein des surfaces connectées renforce ce constat. En effet, la grande majorité des surfaces localisées le long du cours d’eau sont enherbées. Ce sont donc les surfaces connectées par les réseaux anthropiques, situées plus en amont sur les versants et majoritairement cultivées qui représentent les surfaces potentiellement contributrices les plus importantes dans chacun des bassins versants étudiés. Il apparaît cependant nécessaire d’aller au-delà de cette vision « statique » (Lexarta-Artza et Wainwright, 2009) ou « structurelle » (Bracken et Croke, 2007 ; Turnbull et al., 2008) de la connectivité hydrologique pour s’interroger sur la « fonctionnalité » (Wainwright et al., 2011) de chacune des surfaces connectées au cours d’eau si l’on souhaite évaluer la contribution des versants dans le budget sédimentaire global des bassins investigués. Il ne doit donc s’agir ici que d’une première étape dans l’évaluation de la contribution des versants aux flux sédimentaires exportés d’un bassin. Il est en effet maintenant nécessaire de quantifier in situ la contribution des versants aux exutoires des îlots de connexion identifiés pour passer d’une connectivité potentielle à une connectivité réelle.

Haut de page

Bibliographie

Adamiade C. (2004)Influence d’un fossé sur les écoulements rapides au sein d’un bassin versant. Thèse de Doctorat, Université Pierre et Marie Curie, Paris, 246 p.

Ali G., Roy A. (2009) – Revisiting hydrologic sampling strategies for an accurate assessment of hydrologic connectivity in humid temperate systems. Geography Compass 3, 1, 350-374.

Ambroise B. (1998a) – Genèse des débits dans les petits bassins tempérés : 1. Processus et facteurs. Revue des Sciences de l’eau, 4, 471-495.

Ambroise B. (1998b)La dynamique du cycle de l’eau dans un bassin versant – Processus, facteurs, modèles. Bucarest, éd. HGA, 200 p.

Amoros C., Bornette G. (2002) – Connectivity and biocomplexity in waterbodies of riverine floodplains. Freshwater Biology 47, 4, 761-776.

Aurousseau P., Gascuel-Odoux C., Squividant H., Tortrat F., Trepos R., Cordier M.O. (2009) – A plot drainage network as a conceptual tool for the spatial representation of surface flow pathway in agricultural catchments. Computers and Geosciences 35, 276-288.

Auzet A.V. (1987a) – L’érosion des sols cultivés en France sous l’action du ruissellement. Annales de Géographie, 537, 529-556.

Auzet A.V. (1987b)L’érosion des sols par l’eau dans les régions de grande culture : aspects agronomiques. Rapport du Ministères de l’Agriculture et de l’Environnement, 60 p.

Bocher E. (2005)Impact des activités humaines sur le parcours des écoulements de surface dans un bassin versant bocager : essai de modélisation. Thèse de Doctorat, Université de Rennes 2, 337 p.

Bracken L.J., Croke J. (2007) – The concept of hydrological connectivity and its contribution to understanding runoff-dominated geomorphic systems. Hydrological processes 21, 1749-1763.

Bracken L.J., Wainwright J., Ali G.A., Tetzlaff D., Smith M.W., Reaney S.M., Roy A.G. (2013) – Concepts of hydrological connectivity: Research approaches, pathways and future agendas. Earth-Science Reviews 119, 17-34.

Brierley G., Fryirs K., Jain V. (2006) – Landscape connectivity: the geographic basis of geomorphic applications. Area 38, 2, 165-174.

Burt T.P., Pinay G. (2005) – Linking hydrology and biochemistry in complex landscapes. Progress in Physical Geography 29, 297-316.

Carluer N. (1998) Vers une modélisation hydrologique adaptée à l’évaluation des pollutions diffuses : prise en compte du réseau anthropique. Application au bassin versant de Naizin. Thèse de Doctorat, Université Paris 6, 381 p.

Carluer N., Marsily G. (2004) – Assessment and modelling of the influence of man-made networks on the hydrology of a small watershed: implications for fast flow components, water quality and landscape management. Journal of Hydrology 285, 76-95.

Carnet C. (1978)Etude des sols et de leur régime hydrique en région granitique de Bretagne : une approche du rôle du bocage. Thèse de Doctorat, Université de Rennes 1, 235 p.

Cerdan O. (2001)Analyse et modélisation du transfert de particule solide à l’échelle de petits bassins versants cultivés. Thèse de Doctorat, Université d’Orléans et INRA, 163 p.

Cerdan O., Souchère V., Lecomte V., Couturier A., Le Bissonnais Y. (2001) – Incorporating soil surface crusting processes in an expoert-based runoff model : Sealing and Transfer by Runoff and Erosion related to Agricultural Management. Catena 46, 189-205.

Cerdan O., Le Bissonnais Y., Govers G., Lecomte V., van Oost K., Couturier A., King C., Dubreuil N. (2004) – Scale effect on runoff from experimental plots to catchments in agricultural areas in Normandy. Journal of Hydrology 299, 4-14.

Colmar A., Walter C., Le Bissonnais Y., Daroussin J. (2010) - Démarche de validation régionale par avis d’experts du modèle MESALES d’estimation de l’aléa érosif. Etude et gestion des sols, 71, 1, 19-32.

Couturier A., Darousssin J., Souchère V., Le Bissonnais Y., Cerdan O., King D. (2013) – Improvement of surface flow network prediction for the modeling of erosion processes in agricultural landscapes. Geomorphology 183, 120-129.

Cosandey C., Robinson M. (2012)Hydrologie continentale. 2nde edition, Armand Colin, 447 p.

Creed I. F., Band L. E. (1998) - Exploring functional similarity in the export of nitrate-N from forested catchments: a mechanistic modelling approach. Water Resource Science 34, 11, 3079-3093.

Croke J., Mockler S., Fogarty P., Takken I. (2005) – Sediment concentration changes in runoff pathways from a forest road network and the resultant spatial pattern of catchment connectivity. Geomorphology 68, 257-268.

Delahaye D. (2002)Apport de l’analyse spatiale en Géomorphologie. Modélisation et approche multiscalaire des risques. Mémoire d’Habilitation à Diriger des Recherches (HDR), Université de Rouen, 2 volumes, 471 p.

Delahaye D. (2005) – Modelling the watershed as a Complex Spatial System: A review. In Guermond (Ed.): Modeling Process in Geography, Wiley ed., 191-213.

Delahaye D., Douvinet J., Langlois P. (2010) – Le bassin versant : de l’unité spatiale aux sous unités fonctionnelles. In Weisbuch et Zwirn (Ed.) : Qu’appelle-t-on aujourd’hui les sciences de la complexité ? Vuibert, 301-328.

Douvinet J. (2008)Les bassins versants aux « crues rapides » dans le Bassin Parisien – Analyse de la structure et de la dynamique de systèmes spatiaux complexes. Thèse de Doctorat, Université de Caen Basse-Normandie, 381 p.

Fryirs K., Brierley G., Preston N.J., Kasai M. (2007a) – Buffers, barriers and blankets: the (dis)connectivity of catchment-scale sediment cascades. Catena 70, 49-67.

Fryirs K., Brierley G., Preston N.J., Spencer J. (2007b) – Catchment-scale (dis)connectivity in sediment flux in the upper Hunter catchment, New South Wales, Australia. Geomorphology 84, 297-316.

Gascuel-Odoux C., Aurousseau P., Cordier M.O., Durand P., Garcia F. G., Masson V., Salmon-Monviola J., Tortrat F., Trepos R. (2009) – A decision-oriented model to evaluate the effect of land use and agricultural management on herbicide contamination in stream water. Environmental Modelling & Software 24, 1433-1446.

Hooke J. (2003) – Coarse sediment connectivity in river channel systems: a conceptual framework and methodology. Geomorphology 56, 79-94.

Knudby C., Carrera J. (2005) – On the relationship between indicators of geostatistical, flow and transport connectivity. Advances in Water Resources 28, 4, 405-421.

Laignel B., Dupuis E., Durand A., Dupont. J.P., Hauchard E., Massei N. (2006) – Erosion balance in the watersheds of the western Paris Basin by high-frequency monitoring of discharge and suspended sediment in surface water. C.R. Geoscience 338, 556-564.

Lane S.N., Brookes C. J., Kirby M. J., Holden J. (2004) – A network-index-based version of TOPMODEL for use with high-resolution digital topographic data. Hydrological Processes 18, 191-201.

Le M.H. (2012) - Modélisation multi-échelle et simulation numérique de l’érosion des sols de la parcelle au bassin versant. Thèse de Doctorat, Université d’Orléans, 158 p.

Le Bissonnais Y., Torette J., Bardet C., Daroussin J. (2002)L’érosion hydrique des sols en France, Rapport INRA – IFEN, 109 p. (disponible sur http://erosion.orleans.inra.fr/rapport2002/).

Le Gouée P. (2004)Le ruissellement et l’érosion des sols dans le bassin versant du Moulin de Pontorsier (Sud Manche). Une étude expérimentale pour la gestion concertée des ressources environnementales en domaine bocager, Rapport année 2004 (non publié). Université de Caen Basse-Normandie, 153 p.

Le Gouée P., Delahaye D. (2008)Modélisation et cartographie de l’aléa érosion des sols et des espaces de ruissellement dans le Calvados. Rapport d’étude (non publié), 242 p.

Le Gouée P., Delahaye D., Bermond M., Marie M., Douvinet J., Viel V. (2010) – A large scale assessment model of soil erosion hazard in Basse-Normandie (Northern-Western France). Earth Surface Processes and Landforms 35, 8, 887-901.

Lefrançois J. (2007)Dynamique et origines des matières en suspension sur petits bassins versants agricoles sur schistes. Thèse de doctorat, Université de Rennes 1, 260 p.

Lemercier B., Berthier L., Buquen G., Dutin G., Guichard S., Le Bris A.L., Renault-Gardan S., Quidu O., Walter C., Cluzeau D., Guernion M., Mercier V., Pérès G., Piron D., Rougé L., Le Dû-Blayo L., Michel K, Gouéry P., Bourget E., Corpetti T., Tico S., Dupont C., Giteau J.L., Guérillot C., Hanocq D. (2010) – Programme « Sols de Bretagne » (2005 – 2010), rapport final. Document UMR 1069 SAS, 111 p. + annexes. http://www.sols-debretagne.fr/atelecharger/RAPPORTS-DE-SYNTHESE-DE-SOLS-DEBRETAGNE/Rapport-final-du-programme-Solsde-Bretagne-%282005-2010%29/.

Lexartza-Artza I., Wainwright J. (2009) – Hydrological connectivity: Linking concepts with practical implications. Catena 79, 146-152.

Ludwig B., Auzet A.V., Boiffin J. Papy F., King D., Cadoeuf J. (1996) – Etats de surface, structure hydrographique et érosion en rigole de bassins versants cultivés du Nord de la France. Etude et Gestion de Sols, 3, 1, 53-70.

Macary X. (2009)Approche spatio-temporelle de l’impact des activités agricoles et des éléments paysagers sur le risque de transfert de MES vers les eaux de surface, à l’échelle de petits bassins versants normands, Mémoire de fin d’études, ENITA de Bordeaux, 59 p.

Massei N. (2001)Transport de particules en suspension dans l’aquifère crayeux karstique et à l’interface craie/alluvions. Thèse de Doctorat, Université de Rouen, 199 p.

McDonnel J.J., Sivapalan M., Vaché K., Dunn S., Grant G., Haggerty R., Hinz C., Hooper R., Kirchner J., Roderick M.L., Selker J., Weiler M. (2007) – Moving beyond heterogeneity and process complexity: a new vision for watershed hydrology. Water Resources Research 43, W07301, 6 p.

Mc Guire K.J., Mc Donnell J.J. (2010) – Hydrological connectivity of hillslopes and streams: Characteristic time scales and nonlinearities. Water Resources Research, 46 p.

Mérot P. (1978) - Le bocage en Bretagne granitique : une approche de la circulation des eaux, Thèse de Doctorat, Université de Rennes 1, 196 p.

Mérot P. (1999) – The influence of hedgerow systems on the hydrology of agricultural catchments in a temperate climate. Agronomie 19, 655-669.

Mérot P., Gascuel-Oudoux C., Walter C., Zhang X., Molenat J. (1999) – Influence du réseau de haies des paysages bocagers sur le cheminement de l’eau de surface. Revue des sciences de l’eau, 12, 1, 23-31.

Mérot P., Aurousseau P., Gascuel-Odoux C., Durand P. (2009) – Innovative assessment tools to improve water quality and watershed management in farming areas. Integrated Environmental Assessment and Management 5, 1, 158-166.

Meybeck M., Laroche L., Dürr H.H., Syvitski J.P.M. (2003) – Global variability of daily total suspended solids and their fluxes in rivers. Global and Planetary Change 39, 65-93.

Moussa R., Voltz M., Andrieux P. (2002) – Effects of the spatial organization of agricultural management on the hydrological behaviour of a farmed catchment during flood events, Hydrological Processes 16, 393-412.

Ocampo C.J., Sivapalan M., Oldham C. (2006) – Hydrological connectivity of upland-riparian zones in agricultural catchments: implications for runoff and nitrate transport. Journal of Hydrology 331, 3-4, 643-658.

Ouvry J.F. (1992) – L’évolution de la grande culture et de l’érosion des terres dans le Pays de Caux. Bull. Assoc. Géogr. Franç., 2, 107-113.

Pringle C.M. (2003) – What is hydrological connectivity and why is it ecologically important? Hydrological Processes 17, 2685-2689.

Sebbab H. (2000)Application des SIG à l’étude de l’impact de la voirie et des structures linéaires sur l’écoulement et l’érosion hydrique des sols viticoles de Champagne. Thèse de Doctorat, Université de Rennes 2, 302 p.

Sivapalan M. (2003) – Process complexity at hillslope scale, process simplicity at the watershed scale: is there a connexion? Hydrological Processes 17, 5, 1037-1041.

Slaymaker O. (2006) – Towards the identification of scaling relations in drainage basin sediment budgets. Geomorphology 80, 1-2, 8-19.

Souchère V., Cerdan O., Ludwig B., Le Bissonnais Y., Couturier A., Papy F. (2003) – Modelling ephemeral gully erosion in small cultivated catchments, Catena 50, 489-505.

Stieglitz M., Shaman J., Mc Namara J., Engel V., Shanley J., Kling G.W. (2003) – An approach to understanding hydrologic connectivity on the hillslope and the implications for nutriment transport. Global Biogeochemical Cycles 17, 4, 1105-1120.

Tetzlaff D., Soulsby C., Bacon P.J., Youngson A.F., Gibbins C., Malcolm I.A. (2007) – Connectivity between landscapes and riverscapes – a unifying theme in integrating hydrology and ecology in catchment science? Hydrological Processes 21-10, 1385-1389.

Tetzlaff D., Seibert J., Mc Guire K.J., Laudon H., Burns D.A., Dunn S.M., Soulsby C. (2009) – How does landscape structure influence catchment transit time across different geomorphic provinces? Hydrological Processes 23, 945-953.

Tortrat F., Aurousseau P., Squividant H., Gascuel-Odoux C., Cordier M.O. (2004) – Modèle Numérique d’Altitude (MNA) et spatialisation des transferts de surface : utilisation de structures d’arbres reliant les exutoires de parcelles et leurs surfaces contributives. Journal Bulletin SFPT, 172, 128-136.

Tortrat F. (2005)Modélisation orientée décision des processus de transfert par ruissellement et subsurface des herbicides dans les bassins agricoles. Thèse de Doctorat, Agrocampus Rennes, 174 p.

Turnbull L., Wainwright J., Brazier R.E. (2008) – A conceptual framework for understanding semi-arid land degradation: ecohydrological interactions across multiple-space and time scales. Ecohydrology 1, 1, 23-34.

Vandewiele A. (1998)Mise en place d’une base de données géographiques afin d’évaluer l’influence de l’évolution du maillage bocager sur les phénomènes de ruissellement et de proposer un schéma d’aménagements linéaires. Mémoire de maîtrise, Université de Rouen, 232 p.

Vidon P.G.F., Hill A.R. (2004) – Landscape controls on the hydrology of stream riparian zones. Journal of Hydrology 292, 1-4, 210-228.

Viel V. (2006)L’analyse spatiale comme outil d’approche des dynamiques de ruissellement en milieu bocager – étude comparée des bassins versants du Bactot et du Bordel. Mémoire de Master, Université de Caen Basse-Normandie, 149 p.

Viel V. (2012)Analyse spatiale et temporelle des transferts sédimentaires dans les hydrosystèmes normands. Exemple du bassin versant de la Seulles. Thèse de doctorat, Université de Caen Basse-Normandie, 367 p.

Viel V., Rollet A.J., Delahaye D., Cador J.M. (2013a) – Creation of an observatory of sediment transfers in Lower Normandy hydrosystems in the context of implementing the Water Framework Directory, In Arnaud-Fassetta G. and Reynard (Eds): Continental hydrosystems and territory and the different laws and practices of water management in Europe. Hydrosystèmes continentaux et territoires européens confrontés aux différentes lois sur l’eau, Pfeil, Munich, 113-124.

Viel V., Vongvixay A., Grimaldi C., Delahaye D., Gilliet N., Rollet A.J., Lespez L., Gascuel C. (2013b) – Dynamique temporelle des flux sédimentaires dans les bassins versants agricoles. In Mérot, Dubreuil, Delahaye et Desnos (Eds) : Le climat change dans le Grand Ouest, Evaluation, Impacts, Perceptions, Presses Universitaires de Rennes, 239-250.

Vongvixay A. (2012) - Mesure et analyse de la dynamique temporelle des flux solides dans les petits bassins versants. Cas d’un bassin versant agricole en région d’élevage (Le Moulinet, Basse-Normandie, France), Thèse de doctorat, INSA de Rennes, Université Européenne de Bretagne, 164 p.

Wainwright J., Turnbull L., Ibrahim T.G., Lexartza-Artza I., Thornton S.T., Brazier R.E. (2011) – Linking environmental regimes, space and time: Interpretations of structural and functional connectivity. Geomorphology 126, 187-404.

Western R., Blöschl G., Grayson R.B. (2001) – Toward capturing hydrologically significant connectivity in spatial patterns. Water Resources Research 37, 1, 83-97.

Haut de page

Annexe

Abridged English version

Quantification and characterisation of hydrological and sedimentary transfers are now major challenges to preserving European soils and water resources (Law on Water, Water Framework Directive, WFD). Indeed, the consequences associated with these transfers can be catastrophic for continental and aquatic ecosystems, biodiversity and population (floods, pollution). In bocage catchments, stream water quality is currently deteriorated by sediment fluxes. Sediment production due to soil erosion on the slopes is one first potential source of a stream sediment load. However, sediment origin and dynamics into the catchment remain difficult to analyse from local to global scale because of intermediary traps caused by hedges network on the slopes. Moreover, land use and catchment landscape structure will combine to create a complex network of artificial drainage that will profoundly change runoff pathway on slopes and connect to the main channel surfaces sometimes very remote from the stream. Therefore, it is difficult to establish a priori links of cause and effect between the marked sensitivity of soils to erosion, as seen across the agricultural plots on one hand, and sediment transfers exported from the catchment on the other. The entity “catchment” should therefore be considered as a complex system where the processes observed at plot scale does not necessarily determine the overall catchment response. Consequently, beyond a level of surfaces static sensitivity, it is necessary, in parallel, to develop a dynamic approach to the erosive system, highlighting the impact of spatial interactions between different components of the environment (plots, hedge-networks, ditches and roads) on the dynamics of runoffs at the surface of slopes.

Hydrological linkages that determine the flow of runoff on slopes may be of different natures. However, they are constrained by a constant: the organisation of slope systems that guides the setting in motion of water at ground surface. Runoff dynamics are then influenced by two factors: land use and linear features such as hedges, embankments, ditches or road network, whose impact on the runoff flow on slopes is to be evaluated. Four types of impacts can be distinguished (fig. 1): (i) surfaces (they play a role in runoff production: land use and road network); (ii) linear features (they promote connection of runoff to the stream: the network of ditches and roads); (iii) field entries (they provide the connection between agricultural parcels and networks); (iv) hedges (they deviate or store water runoff on the slopes).

However, each hydrological effects of land use and catchment landscape structure will combine their impacts. To understand interaction induced by these linear structures, it is necessary to turn to an intermediate scale, between agricultural plots and the catchment scale, to analyse the connectivity of surface runoff between slopes and the stream. Analysis of the connectivity has been developing greatly since the early 2000s. The enthusiasm felt for this concept is mainly due to the multi-scalar approach of catchment functioning that the concept makes possible. Indeed, by linking interdependent processes such as soil erosion on hillsides and sediment transport by a river – taking place at different spatial scales, namely the agricultural parcel and the catchment – it permits to locate parcels or groups of parcels potentially contributing to the stream sediment load. Therefore, it provide a tool to measure the impact of the structure of land use and linear developments on the overall functioning of a catchment and contribute to the debate on the issues of measurement scale of transfers within catchment areas (plot, slope and catchment).

To measure potential sediment connectivity, a typology of the catchment hydrologic connectivity has been drawn up and mapped (fig. 2). Three categories have been distinguished, which split the catchment entity into a set of islets, which are, or are not, connected to the river. This leads to distinguishing: (i) surfaces “directly connected” to the stream. This is the simplest connection, where no obstacle gets to modify the purely topographic dynamics of runoff flow. These parcels or groups of plots are most often located along the river; (ii) “indirectly connected surfaces”. In this case, the linear developments are responsible for connecting the runoff to the river; (iii). the rest of the catchment is then considered as being “disconnected” by the river.

This typology has been mapped on three small catchments of similar size (~ 15 km²) located in Lower-Normandy (fig. 3). However, they differ from each other by hedges densities and the spatial organisation of land cover or landscape linear structures.

Results underline that despite high densities of hedges, potential hydrological connectivity remain important. It is estimated between 35 and 85% of the global area of the studied catchments (fig. 4). Therefore, bocage landscape does not guarantee a total partitioning of slopes. Two other factors control hydrological connectivity of a catchment. On one hand, drainage density play a key role on directly connected areas (from 23 to 31,5% of studied catchment area) because it determines contact zones between agricultural plots and the rivers. The natural water system is also supplemented by roads and ditches networks which greatly increase the sediment connectivity. Indirectly connected areas are estimated from 15% to 51% of the catchment area. Thereby, the locations of the field entries play a key role in sediment connectivity of a bocage catchment.

The implementation of grassland location into connected area strengthens the impact of the roads and ditches spatial organisation (fig. 5). Indeed, only a few cultivated agricultural plots are located along the stream. They are only positioned along 1st Strahler order, in the upstream part of the studied catchments. In contrast, the role of grasslands on indirectly connected areas is smaller because the infiltration it make possible is shorted by roads and ditches networks. Thus, our study demonstrates that spatial interactions induced by man-made linear structure are the major controlling factors of the sediment connectivity of a bocage catchment.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Complexité des dynamiques de ruissellement en domaine bocager. Fig. 1 – Modes of surface runoffs transfers.
Légende 1 : haies ; 2 : connexion directe ; 3 : connexion par les fossés ; 4 : connexion par le réseau routier. 1:hedges; 2: direct connexion; 3: connexion by ditches; 4: connexion by roads network.
URL http://geomorphologie.revues.org/docannexe/image/10619/img-1.png
Fichier image/png, 1,1M
Titre Fig. 2 –Typologie des connexions hydrologiques au sein d’un bassin versant bocager. Fig. 2 Methodological approach to analyse hydrological connectivity between slopes and stream.
Légende 1 : surface directement connectée ; 2 : surface non connectée ; 3 : surface connectée par les structures linéaires. 1: directly connected surface; 2: surface disconnected from the stream; 3: surface connected by linear developments.
Crédits Source : Viel, 2012. After Viel, 2012.
URL http://geomorphologie.revues.org/docannexe/image/10619/img-2.png
Fichier image/png, 184k
Titre Fig. 3 – Principales caractéristiques des bassins versants étudiés. Fig. 3 Characteristics of studied area.
URL http://geomorphologie.revues.org/docannexe/image/10619/img-3.png
Fichier image/png, 118k
Titre Fig. 4 – Cartographie des connexions hydrologiques et intégration des surfaces enherbées sur les bassins versants de la Petite Seuline, de Lingèvres et du Tortillon. Fig. 4 Hydrological connectivity mapping and integration of grassland areas.
Légende 1 : surface directement connectée ; 2 : surface non connectée ; 3 : surface connectée par les structures linéaires. 1: directly connected surface; 2: surface disconnected from the stream; 3: surface connected by linear developments.
URL http://geomorphologie.revues.org/docannexe/image/10619/img-4.png
Fichier image/png, 1,2M
Titre Fig. 5 – Pourcentage des bassins versants connectés au cours d’eau. Fig. 5 Part of the watersheds connected to the stream flow.
Légende 1 : surface directement connectée ; 2 : surface connectée par les structures linéaires ; 3 : surface enherbée ou déconnectée par les herbages ; 4 : densité de haies. 1: directly connected surface; 2: surface connected by linear developments; 3: grassland area or surface disconnected by grassland area; 4: hedge density.
URL http://geomorphologie.revues.org/docannexe/image/10619/img-5.png
Fichier image/png, 130k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Vincent Viel, Daniel Delahaye et Romain Reulier, « Impact de l’organisation des structures paysagères sur les dynamiques de ruissellement de surface en domaine bocager. Etude comparée de 3 petits bassins versants bas-normands », Géomorphologie : relief, processus, environnement, vol. 20 - n° 2 | 2014, 175-188.

Référence électronique

Vincent Viel, Daniel Delahaye et Romain Reulier, « Impact de l’organisation des structures paysagères sur les dynamiques de ruissellement de surface en domaine bocager. Etude comparée de 3 petits bassins versants bas-normands », Géomorphologie : relief, processus, environnement [En ligne], vol. 20 - n° 2 | 2014, mis en ligne le 01 janvier 2016, consulté le 29 mars 2017. URL : http://geomorphologie.revues.org/10619 ; DOI : 10.4000/geomorphologie.10619

Haut de page

Auteurs

Vincent Viel

Université Paris 7-Diderot – UMR CNRS 8586 Prodig – 5 rue Thomas Mann – 75013 Paris – France (vincent.viel@univ-paris-diderot.fr).

Daniel Delahaye

Université de Caen Basse-Normandie – Laboratoire LETG- Caen-GEOPHEN – Esplanade de la Paix – 14032 Caen Cedex 5 – France (daniel.delahaye@unicaen.fr).

Articles du même auteur

Romain Reulier

Université de Caen Basse-Normandie – Laboratoire LETG- Caen-GEOPHEN – Esplanade de la Paix – 14032 Caen Cedex 5 – France (romain.reulier@unicaen.fr).

Haut de page

Droits d’auteur

© Groupe français de géomorphologie

Haut de page
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Groupe français de géomorphologie
  • Revues.org