Navigation – Plan du site
Hommage

Hommage à Henri VOGT (1930-2012)

Laurent Schmitt
p. 189-190

La disparition de Henri Vogt laisse un grand vide dans la communauté des géographes et géomorphologues français et internationaux.

Henri Vogt est né à Strasbourg le 19 mars 1930. Il a effectué ses études supérieures dans cette même ville et obtenu à l’Université de Strasbourg la licence en géographie (1953) et la maîtrise en géomorphologie (1954), puis le doctorat de 3ème Cycle (1961) et enfin le Doctorat d’Etat (1980). Jean Tricart en a fait son collaborateur dès 1959. Il a été jusqu’en 1967 Maître-Assistant, puis Chargé des fonctions de Professeur à l’Université de Strasbourg. Après avoir été pendant trois ans (1980-1983) Professeur à l’Université de Fribourg en Suisse, il a été nommé Professeur à l’Université Louis Pasteur de Strasbourg, où il a exercé jusqu’à sa retraite en 1995.

Géomorphologue, il n’a évidemment pas oublié l’aspect anthropique, qui lui a été utile dans ses études sur les relations entre milieu naturel et sociétés rurales. Ses recherches et son enseignement s’appuyaient sur deux piliers méthodologiques : l’observation naturaliste du terrain et les mesures appropriées pour une description formalisée d’une part, et la cartographie de l’autre, la carte n’étant pas pour lui uniquement l’illustration d’un travail, mais aussi, et peut-être avant tout, un outil permettant de poser les problèmes, donc un point de départ dans le raisonnement scientifique.

Pendant ses études, il a participé sous la direction de Jean Tricart au lever de la carte géomorphologique à 1/100000 du delta du Sénégal (1951), la première carte géomorphologique conçue et élaborée en France, et a dirigé les travaux de sédimentologie qu’elle exigeait. Cette première expérience lui ayant appris l’utilité de la cartographie, elle s’est poursuivie en utilisant au fur et à mesure les nouveaux outils depuis l’informatique à la télédétection et les systèmes d’information géographique. L’expérience du Rio Grande du Sud (Brésil), avec Jean Tricart et Alba Gomez, sur des questions de géomorphologie littorale, lui a permis de diriger par la suite une thèse dans ce domaine.

Henri Vogt au cours d'une mission de terrain en Algérie (1992)

Image 1000000000000385000003B1CCF34363.png

Les questions de dynamique fluviale ont été un thème important dans sa carrière, de nombreux travaux ayant été menés dans un but d’aménagement et d’aménagement intégré, tant en France qu’à l’étranger, sans parler entre 1970 et 1980 des actions de formation permanente à la dynamique fluviale à l’intention d’ingénieurs, dont un enseignement de dynamique fluviale à l’Ecole Nationale des Ponts et Chaussées à Paris en 1976. L’expérience de la dynamique fluviale et des processus d’érosion hydrique a été une base importante pour ses travaux sur l’érosion des sols et la protection des retenues. Tandis que la plupart des recherches sur l’érosion agricole des sols s’adressaient alors aux régions semi-arides et méditerranéennes, il a été l’un des premiers chercheurs français à s’intéresser à l’érosion en milieu tempéré en dehors de la zone méditerranéenne. Ceci a donné lieu à de nombreuses publications et à l’organisation en 1978 du colloque international "Erosion agricole en milieu tempéré non-méditerranéen", le premier à avoir été consacré à cette thématique dans ce domaine climatique.

La relation étroite entre milieu naturel et systèmes et méthodes de culture l’a amené à s’intéresser aux questions d’aménagement agricole et à la détermination des aptitudes agronomiques des terrains dans le cadre de problèmes généraux de développement rural, notamment en collaboration avec l’Institut National de la Recherche Agronomique et l’Ecole Nationale des Sciences Agronomiques de Nancy. Entre 1976 et 1986 il a coordonné le programme de recherche national PIREN "Diversité des modèles de développement rural" pour l’Alsace et dirigé une équipe dans le cadre du programme de la Direction Générale de la Recherche Scientifique et Technique "Bases écologiques, techniques et socio-économiques de l’aménagement rural en Alsace". De 1992 à 1995 il a été Vice-Président de la Société Européenne pour la Conservation du Sol et représentant de cette société auprès du Conseil de l’Europe. Son expérience dans ce domaine l’a amené à réaliser des missions internationales pour l’aménagement et la défense des sols contre l’érosion, le savoir acquis passant aussi aux cours de ces missions dans l’enseignement tant pour les géographes que pour les ingénieurs hydrauliciens, hydrogéologues, agronomes de pays comme le Pérou (Coopération Technique, 1962), la Colombie (Coopération Technique, 1974), l’Algérie (PNUD, 1985 ; ANRH, 1991-1992), Madagascar (Antananarivo, Tuléar, 1985), la Tunisie (FAO, 1987), l’Argentine (CENPAT, 1988) et le Brésil (coopération CAPES/COFECUB, 1991-1992).

Un séjour en 1971 à l’Académie des Sciences de Moscou lui a permis de prendre connaissance des recherches en géographie physique « globale » et en « Science des paysages » à l’aide de l’analyse des systèmes. Il a été à l’origine, avec d’autres collègues strasbourgeois, de la création en 1976 du bassin expérimental du Ringelbach dans les Vosges, et de l’organisation sur le terrain en 1978 et en 1984 des 2ème et 7ème Commissions pour les expérimentations de terrain de l’Union Géographique Internationale.

Son expertise en géomorphologie l’a amené à être collaborateur du Service de la Carte Géologique de France (1963-1970) et à participer avec d’autres géomorphologues à la Carte Géologique de la France. Il a également effectué des études sédimentologiques sur les formations quaternaires, notamment dans le cadre d’études sur les relations entre la géomorphologie et la préhistoire, et a contribué à montrer dans certains cas l’importance de la tectonique pléistocène à l’aide des critères géomorphologiques, faisant de lui un spécialiste français et international de néo-tectonique. L’évolution des versants en milieu tempéré a été un autre sujet abordé. L’étude de la morphogenèse, tant en relation avec les climats qu’avec la tectonique, a été le domaine de recherche où sa connaissance approfondie des processus, couplée à sa grande capacité de synthèse, ont permis l’explication du relief dans des régions diverses, Languedoc, Alsace, Sibérie, Brésil, Argentine.

Outre ses travaux personnels, Henri VOGT a dirigé 28 thèses de doctorat et plus de 100 mémoires d’études supérieures. Il s’est également investi dans diverses tâches collectives comme celles de Directeur des études à la Faculté de Géographie de Strasbourg (1970-1972 et 1974-1976), Directeur de l’Unité de Géographie (1984-1987), Président de la Commission de spécialistes de la Section 22 (1987-1988), responsable du DEA "Systèmes spatiaux et aménagements régionaux" (1989-1992) et co-responsable du DESS "Gestion de l’environnement : eau, sol, sous-sol" (1989-1995).

Extrêmement travailleur et rigoureux, grand connaisseur de la bibliographie y compris au-delà de ses champs de recherche directs, voire au-delà de la géographie, toujours à l’écoute des questionnements scientifiques de ses collègues et des étudiants, Henri Vogt a incontestablement beaucoup apporté à la géographie française et internationale, tant sur les plans fondamental qu’appliqué. Ses collègues appréciaient notamment en lui ses nombreuses qualités intellectuelles et humaines comme la curiosité scientifique, la disponibilité, l’égalité d’humeur, l’ouverture interdisciplinaire, le sens du travail collectif et la gentillesse. Pour ses élèves, il a été un maître à la fois exigent, pédagogue, passionnant et d’une rare culture scientifique. Il est certain que son œuvre guidera encore de nombreuses générations d’étudiants.

Le GFG présente ses condoléances à Théa Vogt et la remercie pour toutes les informations biographiques fournies à Laurent Schmitt pour la rédaction de cet hommage.

  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Groupe français de géomorphologie
  • Revues.org