Navigation – Plan du site

Cellules morphologiques le long du littoral de Raguse (Sicile, Italie)

Morphological cells along the Ragusa littoral (Sicily, Italy)
Giorgio Anfuso, José Ángel Martínez del Pozo, Nelson Rangel Buitrago et Driss Nachite
p. 203-218

Résumés

L’étude a été menée sur un secteur de 90 km de long du littoral sud de la Sicile (Italie), à partir de l’analyse diachronique de cartes topographiques, de photographies aériennes entre 1967 et 2008, et des outils d'analyse spatiale. Une série d’informations a été obtenue sur les zones en érosion ou en accrétion, sur le modèle de circulation générale des sédiments et sur la distribution de cellules littorales. Les structures anthropiques et les promontoires naturels constituent d'importantes limites divisant le littoral en cellules morphologiques. L’examen des ports, à Scoglitti, Punta Secca, Marina di Ragusa, Donnalucata et Pozzallo, montre que la plupart d’entre eux fonctionne comme des limites au transit sédimentaire prédominant, dirigé vers l’est, causant ainsi une accrétion du côté amont-dérive (ouest) et une érosion du côté aval-dérive (est) de ces structures. Au cours de la période 1967-2008, environ 62 000 m2 et 42 000 m2 de surface de plage ont été respectivement formées en amont-dérive des ports de Scoglitti et Donnalucata. La construction du port de Pozzallo a donné lieu à une limite de convergence qui a favorisé une importante accumulation (94000 m2) à l’est de la structure portuaire. Les structures naturelles, les plus importantes, ont été observées à Punta Zafaglione, Punta Braccetto et Cava d'Aliga. La connaissance de la distribution des cellules littorales acquiert une grande importance pour la gestion de l’érosion côtière, qui peut être atténuée par l'installation de systèmes de contournement dans les ports, les marinas et par le rechargement des zones en érosion, souvent situées en aval-dérive des ports et des marinas (si ces structures fonctionnent comme limite au transit) et dans la partie centrale des cellules littorales (lorsque ces structures fonctionnent en tant que limites de convergence).

Haut de page

Notes de la rédaction

Article soumis le 17 mars 2011, accepté le 5 janvier 2012

Texte intégral

Ce travail a été en partie réalisé au Centre de recherche CACYTMAR (Junta de Andalucía - Universidad de Cádiz) et constitue une contribution à l'Andalousie PAI RNM-328. Nos sincères remerciements vont à Morris Floridia pour son assistance sur le terrain.

Introduction

1De nombreuses études sur les zones côtières ont mis l’accent sur l'importance de l'approche par « budget sédimentaire » pour l’étude des systèmes littoraux, à savoir la reconnaissance, en termes qualitatif ou quantitatif, des apports, des directions de transport et des sorties du système des sédiments (Johnson et Asce, 1959 ; Bowen et Inman, 1966 ; Chapman, 1981 ; Carter, 1988 ; Bray et al., 1995 ; Bray, 1997 ; Masselink et Pattiaratchi, 2001 ; Cooper et Pethick, 2005). La première étape dans ce sens est l'identification des cellules côtières, qui sont le résultat d'interactions complexes entre les paramètres environnementaux (en particulier les caractéristiques des vagues et leurs directions d’approche) et la morphologie des zones côtières (structures naturelles et artificielles). Ces interactions contrôlent la répartition des zones d’érosion et d'accrétion le long du littoral, comme cela a été observé par plusieurs auteurs. Des études, considérées comme classiques, ont été réalisées sur la Gold Coast en Australie par Chapman (1981), où cet auteur a distingué différentes cellules indépendantes en utilisant des cartes, des photographies aériennes et des traceurs naturels (minéraux lourds) et artificiels (fluorescents).

2Aux États-Unis, Stapor (1971, 1973) a mené une étude détaillée sur l’évolution et les échanges sédimentaires entre les différentes îles-barrières en Floride, où il a analysé l'évolution du trait de côte en comparant des cartes de différentes dates, tout en soulignant le manque de données pour étudier la zone submergée. Cet auteur a identifié six cellules le long du littoral étudié (Stapor, 1971) et a mis en évidence la coexistence de deux sens de transports opposés et de même ordre de grandeur (Stapor, 1973).

3Jarrett (1977) a analysé le comportement d'un système de jetées dans l’embouchure de l'Oregon (Caroline du Nord, Etats-Unis), afin de concevoir un système engendrant un mouvement de franchissement par les flux de sédiments (sediment bypassing) et donc permettant de maintenir en équilibre les plages situées en aval des jetées. Pour cela, les auteurs ont quantifié les flux de sédiments, à l'aide des formules basées sur les caractéristiques des houles calculées pour la période 1965-1975, des cartes topographiques, des photographies aériennes et des profils bathymétriques. Ils ont ainsi individualisé six cellules et recommandé un dragage, non seulement de la plage en amont des jetées mais aussi de la zone infralittorale proche, pour éviter l'accumulation des sédiments au niveau de la tête des structures.

4Le travail de Bowen et Inman (1966) est l'une des premières études menées sur les cellules littorales et la détermination du budget sédimentaire le long de la côte californienne (Etats-Unis).

5Des études plus récentes ont été menées par Patsch et Griggs (2006) qui ont décrit l'existence de vingt cellules, séparées par des limites morphologiques bien définies, et calculé le budget sédimentaire, tout en quantifiant les apports provenant aussi bien des rivières que de l'érosion des falaises. Ils ont individualisé une nette bidirectionnalité du transport avec une prévalence de la composante vers le sud, et un transport opposé particulièrement en été. Les auteurs ont noté que les cellules sont relativement isolées les unes des autres et le transfert des sédiments se produit pendant les grandes tempêtes où les sédiments fins, en suspension dans la zone infralittorale proche, sont capables de franchir les limites et donc passer d’une cellule à l'autre. Ils ont souligné aussi l'influence des ports dans le transport littoral et l'importance du dragage et de l’utilisation des matériaux dragués pour régénérer ces zones.

6Plusieurs études sur les cellules littorales ont été réalisées en Europe (Lowry et Carter, 1982 ; de Vriend, 1991 ; de Ruig et Louisse, 1991 ; de Vriend et al., 1993 ; Bray et al., 1995). Par exemple, Ruig et Louisse (1991), sur la côte hollandaise, ont régulièrement contrôlé la morphologie de ce système littoral depuis 1936, ce qui a permis de réunir un ensemble valable de données morphologiques. Ces auteurs ont aussi décrit l’évolution spatio-temporelle des différents ensembles morphologiques et ont calculé la tendance de cette évolution en termes de volumes de sable mis en jeu. Bray et al. (1995) et Bray (1997) ont étudié la distribution des cellules littorales et du budget sédimentaire au sud de l'Angleterre, Carter (1988) a analysé les cellules littorales à Magilligan Point en Irlande du Nord et Suanez et Provansal (1998) ont étudié l'évolution du delta du Rhône (France) par l'analyse des données bathymétriques couvrant la période 1962-1995 et évalué le bilan sédimentaire de cette zone.

7Enfin, il faut souligner, en accord avec Pilkey et Dixon (1996), Hansom (2001) et Pethick (2001), que l’identification des cellules littorales, des entrées et sorties de sédiments dans chaque cellule et la compréhension des processus de transfert entre cellules adjacentes, seront de plus en plus importantes dans l'évaluation des impacts régionaux et locaux de l'élévation du niveau marin et des tempêtes et, éventuellement, à moyen et à long terme, seront utiles à l’élaboration des stratégies de défense côtière.

8Dans ce travail, on aborde l’étude de la position et les caractéristiques des principales limites des cellules littorales le long d'un secteur côtier de la Sicile (Italie) et ce, en tenant compte des résultats de l'évolution des côtes au cours de la période 1967-1999 et en considérant également le type et la répartition des structures naturelles et anthropiques au sein de ce système littoral. Les résultats obtenus constituent une information utile, mise à la disposition des décideurs et gestionnaires locaux comme guide pour la gestion intégrée de l'érosion côtière du littoral étudié, et aussi une étude de cas qui élargit la base de données existante, les connaissances générales sur les processus et le comportement de la zone littorale.

La zone d'étude

9Administrativement, le littoral étudié appartient à la Province de Raguse, au sud de la Sicile (fig. 1). L’orientation du littoral varie de NO-SE dans le secteur nord, de l'embouchure du fleuve Dirillo au promontoire de Punta Secca, à ONO-ESE pour le secteur central, de Punta Secca à Cava d'Aliga, à E-O dans le secteur sud, de Cava d'Aliga à Punta Castellazzo (fig. 1). Les zones littorales montrent des pentes douces et des contours bathymétriques parallèles au trait de côte (fig. 1 et fig. 2).

Fig. 1 – Carte de localisation du secteur d'étude.
Fig. 1 Location map of the study area.

Fig. 1 – Carte de localisation du secteur d'étude. Fig. 1 – Location map of the study area.

Fig. 2 – Exemple de cartes bathymétriques.
Fig. 2 – Exemple of bathymetric maps.

Fig. 2 – Exemple de cartes bathymétriques. Fig. 2 – Exemple of bathymetric maps.

A : Punta Braccetto (réalisée en Août 2011 par la Explorer Marine SBoSS). B : Zone du torrent Modica (réalisée en Mars 2007 par l’administration provinciale).
A: Punta Braccetto (survey carried out in August 2011 by the Explorer Marine SBoSS). B: Modica Stream areas (survey carried out in March 2007 by the province administration).

10Par ailleurs, à partir de l’analyse de divers rapports, de données inédites et de travaux de recherche (Anfuso, 1993, 1999), il est possible d’affirmer que la plage sous-marine présente une pente très faible avec la zone infralittorale proche (< 5 m de profondeur), approximativement de 1 %, et qui tend à augmenter légèrement en s’éloignant de la côte (1,2 % à 10 m de profondeur). Ces plages, composées d’un sédiment sableux riche en quartz, s’appuient sur des dunes et des falaises entaillées dans des grès, des marnes et des calcaires. La plupart des falaises sont composées de calcaire et de grès cimentés correspondant à la formation miocène Ragusa (Grasso, 1997), entre Casuzze et Marina di Ragusa, Cava d'Aliga et Sampieri, à Marina di Modica et Pozzallo, et de grès consolidés Plio-Quaternaire à Punta Braccetto. Toutes ces falaises sont composées de roches dures très résistantes à l'attaque des vagues, à l'érosion météorique et aux processus d'altération (Anfuso et Martinez, 2009).

11Un promontoire en érosion s’est formé à Camarina dans les argiles du Miocène supérieur, appelées formation Tellaro (Grasso, 1997). D'autres falaises en érosion, marquées par des taux de recul trop faibles pour être caractérisés par la méthodologie utilisée, sont formées dans des marnes consolidées du Miocène à Pietre Nere, des marnes non consolidées du Plio-Quaternaire à Scoglitti et à Caucana, des marnes non consolidées, des sables calcaires très fins et des galets du Quaternaire à l’embouchure du fleuve Irminio. La contribution sédimentaire due au recul des falaises reste très limitée, les éléments érodés étant généralement très fins et rapidement vannés par les vagues et les courants. Les apports fluviaux ne sont pas non plus significatifs, les cours d’eau drainant le plus souvent des bassins versants crayeux ; en outre, les apports sédimentaires ont été fortement restreints par la construction de barrages et de digues ces dernières décennies (Anfuso et Martinez, 2005).

12Concernant les caractéristiques hydrodynamiques, la zone se situe en contexte microtidal (l’amplitude moyenne des marées d’équinoxes étant de 20 cm) et elle est principalement soumise à des vents soufflant du SSO à l'ONO, les vents du SSE ne prenant de l’importance qu’en automne et au printemps. Selon les données enregistrées par la bouée offshore située à Mazzara del Vallo, dans le détroit de Sicile, les tempêtes les plus fréquentes et les plus fortes arrivent de l’O et de l'ONO, avec des hauteurs significatives maximales de la houle dépassant 5 m ; les moins fortes arrivent du SE, avec des hauteurs significatives maximales de 3 à 4 m (fig. 3).

Fig. 3 – Hauteurs significatives des vagues enregistrées au cours de la période 1989-1999 par la bouée offshore située à Mazzara del Vallo (Canal de Sicile), sur une profondeur d'eau d'environ 20 m.
Fig. 3 Significant wave height recorded during the 1989-1999 period by the offshore buoy located at Mazzara del Vallo (Sicily Channel), over a water depth of about 20 m.

Fig. 3 – Hauteurs significatives des vagues enregistrées au cours de la période 1989-1999 par la bouée offshore située à Mazzara del Vallo (Canal de Sicile), sur une profondeur d'eau d'environ 20 m. Fig. 3 – Significant wave height recorded during the 1989-1999 period by the offshore buoy located at Mazzara del Vallo (Sicily Channel), over a water depth of about 20 m.

La bouée appartient au Service Hydrographique et Marégraphique Italien.
The buoy belongs to the Italian wave climate service.

13L’orientation du littoral fait que le secteur nord est essentiellement affecté par les tempêtes provenant de l’ouest, tandis que les secteurs central et sud sont touchés par des tempêtes provenant de l’est et de l’ouest qui donnent lieu à d'importants courants longitudinaux, et du sud, qui induisent principalement un transport transversal. Par conséquent, la dérive littorale principale, dans cette région, est orientée d'ouest en est (fig. 1), ce qui se traduit par une diminution de la taille des sédiments d'ouest en est, et un transport inverse dans les secteurs centre et sud (Martínez et Anfuso, 2008).

Méthodologie

14L'analyse de la cinématique du trait de côte a été réalisée sur une période de 32 ans (à moyen terme, selon Crowell et al., 1993), par le biais de la méthode EPR « End point rate » (Fenster et al., 1993 ; Fenster et Dolan, 1993 ; Crowell et al., 1997 ; Douglas et al., 1998), en utilisant la carte topographique de 1967 (échelle 1:25000) et des orthophotographies géoréférencées de 1999. Localement, des photographies aériennes de 1977, 1987 et 2000 ont été utilisées et une mise à jour de l'évolution côtière a été réalisée à l'aide des orthophotographies de 2008. Ces documents ont été scannés, géoréférencés et rectifiés, selon les méthodes décrites par Leatherman (1983) et Jiménez et al. (1997), pour ainsi pallier les problèmes d'échelle et de distorsion (Lillesand et Kiefer, 1987 ; Crowell et al., 1997 ; Moore, 2000). Les zones d'érosion et d'accrétion obtenues en comparant les côtes étudiées, ont été établies au moyen de procédures d'analyse spatiale fournies par un Système d'Information Géographique.

15La ligne de référence du trait de côte a été définie comme étant la position instantanée de la ligne de rivage (terminologie en accord avec Boak et Turner, 2005) qui est très souvent utilisée lorsqu’on travaille dans un contexte microtidal comme celui de la Méditerranée (Suanez et Provansal, 1998 ; Durand, 1998, 2000 ; Sabatier et Suanez, 2003).

16Etant donné l’impossibilité de reconstituer l'état de la marée au moment de la prise des photographies aériennes, on a considéré que la position journalière de la ligne de rivage est ainsi sujette à une incertitude maximale de ± 4 m, en tenant compte de la pente de la zone intertidale des plages étudiées (Dolan et al., 1980 ; Anonymus, 2005 ; Faye et al., 2008).

17Les effets de la hauteur des vagues n'ont pas été considérés, dans la mesure où aucune condition de tempête n’a été observée sur les photographies. Les effets des variations saisonnières des conditions météo-marines et de l'influence des tempêtes sur l'évolution du trait de côte ont une importance limitée en raison de la longueur de la période considérée (Dolan et al., 1991). Une erreur supplémentaire de délimitation du trait de côte a été déterminée, avec une précision de ± 8 m ; elle est associée aux cartes topographiques, aux échelles des photographies et aux limites de leur résolution spatiale. L’erreur maximale possible s’élève ainsi à ± 12 m et les variations de surface des plages (calculées sur des secteurs de 200 m de longueur le long du rivage) de moins de 2 400 m2 n'ont pas été considérées comme représentatives et n'ont pas été reportées sur les figures présentées.

18En ce qui concerne les cellules littorales, elles peuvent être définies selon des critères morphologique, sédimentologique et/ou hydrodynamique (May et Tanner, 1973 ; Lowry et Carter, 1982 ; Carter, 1988). Dans ce travail, ce sont les critères morphologiques qui ont été utilisés et les limites des cellules sont placées dans les lieux de discontinuités établis dans la direction du transport des sédiments (Bray et al., 1995). Les limites sont considérées comme « fixes » si elles montrent une grande stabilité temporelle ; « mobiles » si elles ont vu leur position changer en fonction des caractéristiques des vagues à l’approche des côtes (Carter, 1988 ; Bray et al., 1995) ; « divergentes » si la dérive littorale se scinde en cette limite ou point ; « convergentes » lorsque des dérives littorales convergent en cette limite ou de « transit » si une accumulation a été enregistrée d’un côté et l'érosion de l'autre côté de cette limite (Lowry et Carter, 1982).

19Les limites absolues font obstacle au passage de tous les sédiments, alors que si elles permettent un contournement elles sont considérées comme perméables ou partielles. Les zones d’accrétion ou d'érosion proches des limites des cellules ont été signalées sur les figures respectivement par « a » et « e ». Enfin, et grâce à des observations approfondies de terrain, des informations ont été recueillies sur les zones d'accumulation des sédiments, à savoir des zones de formation de dunes et des directions de migration de dunes vers les terres.

Résultats

20Le littoral étudié fonctionne comme une grande et unique unité physiographique, subdivisée en plusieurs cellules de dimensions différentes, séparées par des limites fixes, naturelles ou artificielles. Dans le détail, et au niveau de la zone d’étude, les sédiments se déplacent généralement d'ouest en est, en relation avec un transit littoral qui peut être bloqué par les structures côtières naturelles et anthropiques, donnant lieu à des zones d'accrétion ou d’érosion. Dans la suite du texte, la distribution des cellules sera décrite d’ouest en est, afin de parvenir à une meilleure compréhension du fonctionnement côtier local et des effets des structures naturelles et anthropiques.

21Dans le secteur nord, une cellule assez longue s'étend du port de Gela (au-delà de la zone d’étude) au port de Scoglitti (fig. 4). La dérive littorale principale se dirige vers le sud-est, impliquant une accumulation des sédiments en amont-dérive (nord) du port de Scoglitti, qui constitue une limite de transit plutôt imperméable (fig. 5A).

Fig. 4 – Zones d’érosion/accrétion pour la période 1967-1999 et caractéristiques des principales limites des cellules littorales du secteur de l'embouchure du fleuve Dirillo - Punta Secca (secteur nord).
Fig. 4 Erosion/accretion areas for the 1967-1999 period and main cell limit characteristics for the Dirillo River mouth - Punta Secca sector (northern sector).

Fig. 4 – Zones d’érosion/accrétion pour la période 1967-1999 et caractéristiques des principales limites des cellules littorales du secteur de l'embouchure du fleuve Dirillo - Punta Secca (secteur nord). Fig. 4 – Erosion/accretion areas for the 1967-1999 period and main cell limit characteristics for the Dirillo River mouth - Punta Secca sector (northern sector).

Fig. 5 – A : Accumulation des sédiments en amont du port de Scoglitti. B : Brise-lames au sud du port de Scoglitti.
Fig. 5 – A: Sand accumulation up-drift of Scoglitti port. B: breakwaters emplaced south of Scoglitti port.

Fig. 5 – A : Accumulation des sédiments en amont du port de Scoglitti. B : Brise-lames au sud du port de Scoglitti. Fig. 5 – A: Sand accumulation up-drift of Scoglitti port. B: breakwaters emplaced south of Scoglitti port.

Noter (fig. 5A) comme les sédiments commencent à contourner le quai nord et entrent dans le port (relevé bathymétrique d’Avril 2007 réalisé par l’administration provinciale).
Sediments are bypassing the northern dock entering onto the structure (fig. 5A) (bathymetric survey carried out by the province administration in April 2007).

22Durant la période 1967-1999, environ 45 000 m2 de la plage ont été gagnés et un accroissement plus récent (16 760 m2) a été observé durant la période 1999-2008. Les sédiments accumulés ne sont pas mobilisés par la dérive littorale associée aux houles de direction opposée provenant des deuxième et troisième quadrants. Six brise-lames ont été progressivement installés pour remédier aux problèmes d'érosion en aval-dérive (au sud, fig. 5B), qui désormais menacent la stabilité de la route côtière déjà protégée par un enrochement. Dans la partie centrale de la cellule étudiée, le long du secteur allant de Punta Zafaglione à Scoglitti, les problèmes d'érosion ont augmenté ces dernières années, causant le recul de certaines plages, des éboulements de falaises et des dégâts sur la route littorale.

23La cellule littorale entre Scoglitti et Punta Secca est constituée de sous-cellules formées de secteurs de plages ouvertes et de poches de différentes dimensions limitées par des caps et des falaises, le plus important étant Punta Braccetto et Torre di Mezzo (fig. 4). Ces limites fonctionnent comme des limites fixes, de transit et perméables, permettant aux sédiments de contourner ces obstacles du NO au SE en fonction de la direction de la dérive littorale dominante (fig. 4).

24Dans le secteur côtier présenté dans la figure 4, les dunes en migration vers l'intérieur des terres sont situées le long de la zone de l’embouchure du fleuve Dirillo à Punta Zafaglione et entre Scoglitti et l’embouchure du fleuve Ippari (fig. 6).

Fig. 6 – Occupation progressive des dunes par des constructions balnéaires, serres et terrains de culture, entre Scoglitti et l’embouchure du fleuve Ippari.
Fig. 6 – Progressive emplacement of summer houses, greenhouses and cultivations on the dune field between Scoglitti and Ippari river mouth.

Fig. 6 – Occupation progressive des dunes par des constructions balnéaires, serres et terrains de culture, entre Scoglitti et l’embouchure du fleuve Ippari. Fig. 6 – Progressive emplacement of summer houses, greenhouses and cultivations on the dune field between Scoglitti and Ippari river mouth.

25Plus en détail, ces dunes ont connu dans les dernières décennies une dégradation progressive due à la pression anthropique accrue par la construction des résidences balnéaires, l’implantation de serres et le développement de cultures (fig. 6). À Punta Braccetto, les dunes sont situées dans une aire protégée et migrent vers l’intérieur des terres, occasionnant ainsi l’enfouissement de la végétation autochtone (fig. 7A). La marina de Punta Secca et le port de Marina di Ragusa forment des limites fixes et de convergence (fig. 8).

Fig. 7 – Exemples de l'impact anthrophique sur le littoral.
Fig. 7 – Human-induced changes on the coast.

Fig. 7 – Exemples de l'impact anthrophique sur le littoral. Fig. 7 – Human-induced changes on the coast.

A : Migration des dunes vers l'intérieur des terres à Punta Braccetto ; B : Plage à l'embouchure du fleuve Irminio où affleurent d’anciens dépôts fluviomarins (galets, blocs) ; C : Bars, restaurants et infrastructures balnéaires aménagés sur la plage en accrétion à l’est du port de Pozzallo.
A: Landward migrating dunes at P. Braccetto; B: The beach at the Irminio River mouth where outcrop ancient marine and fluvial deposits composed by white cobbles and blocks; C: Bars, restaurants and beach facilities emplaced on the accreting beach east of Pozzallo port.

Fig. 8 – Zones d’érosion/accrétion pour la période 1967-1999 et caractéristiques des principales limites des cellules littorales du secteur Punta Secca–Cava Aliga (secteur central).
Fig. 8 Erosion/accretion areas for the 1967-1999 period and main cell limit characteristics for the P. Secca – Cava d’Aliga sector (central sector).

Fig. 8 – Zones d’érosion/accrétion pour la période 1967-1999 et caractéristiques des principales limites des cellules littorales du secteur Punta Secca–Cava Aliga (secteur central). Fig. 8 – Erosion/accretion areas for the 1967-1999 period and main cell limit characteristics for the P. Secca – Cava d’Aliga sector (central sector).

26La première est perméable, bidirectionnelle et peut être facilement contournée par les sédiments transitant principalement d'ouest en est, bien qu’environ 4 000 m3 de sédiments sont piégés annuellement à Punta Secca. Le port de Marina di Ragusa, inauguré en juillet 2009, bloque la dérive dirigée vers l'ouest, et les sédiments érodés dans la partie centrale de cette cellule (Caucana) s'accumulent dans les zones profondes près du quai ouest. Ces dernières années, une certaine accrétion a été notée, mais elle n’a pas affecté le haut de plage, étant donné qu’une partie des sédiments est redistribuée en retour vers la partie centrale de la cellule par la dérive, dirigée vers l'ouest. Ceci est dû à la forme de la digue occidentale qui permet aux vagues de se propager tout le long de celle-ci, phénomène observé visuellement durant les tempêtes du SE. Sur le côté oriental du port de Marina di Ragusa, une large plage artificielle, protégée par deux brise-lames submergés, a été créée avec les sédiments dragués lors de la construction du port. Les sédiments dragués, qui provenaient des régions de Caucana et Casuzze, ont ainsi été soustraits de leur cellule d'origine et transférés artificiellement dans la cellule attenante, située à l'est de Marina di Ragusa.

27La cellule littorale adjacente est enfermée entre le port de Marina di Ragusa et le port de Donnalucata (fig. 8). Ce dernier a donné lieu à une large accrétion en amont-dérive (à l'ouest, de quelques 42 000 m2) et une érosion en aval-dérive (à l’est). De cette manière, il constitue une limite au transit. L'entrée du port, orientée vers le sud-ouest, agit comme un piège à sédiments pour un transit sédimentaire dirigé vers l'ouest. À l’intérieur de la cellule, des sédiments se sont accumulés derrière les deux brise-lames, sur 70 m de large à Marina di Ragusa et sur 240 m de large à Plaja Grande. Dans le détail, les structures de protection à Marina di Ragusa ont donné lieu à une accrétion de la plage (d’environ 11 500 m2 durant la période 1967-1999) et le brise-lame à Plaja Grande a donné lieu à une sédimentation considérable (d’environ 60 000 m2) au cours de la période 1967-1977, avec 5 000 m2 de nouvelle plage formée durant la période 1977-1999. Ces deux brise-lames ont fonctionné pendant plusieurs années en tant que limites convergentes et presque absolues. À l'heure actuelle, ces ouvrages forment un rivage aligné vis-à-vis du swash (swash aligned coast), piégeant une grande quantité de sédiments perdue par le système. L'érosion est alors générée dans la partie centrale de la cellule, précisément à l’embouchure du fleuve Irminio, où affleurent galets et blocs blancs qui proviennent d’anciens dépôts fluviomarins (fig. 7B).

28À proximité vers l’est, la cellule littorale, établie entre le port de Donnalucata et le promontoire de Cava d’Aliga (fig. 8), fonctionne comme une limite divergente. La répartition des zones d’érosion/accrétion dans cette cellule est fortement conditionnée par seize brise-lames progressivement construits en aval-dérive du port de Donnalucata, suivant l’effet « domino » (Cooper et al., 2009). Actuellement, les résidences secondaires situées en aval-dérive des structures mentionnées sont protégées par des enrochements. Les sédiments accumulés au niveau des brise-lames à l'est de Donnalucata, ont donné lieu à la formation d'avant-dunes en migration vers l'intérieur, menaçant ainsi les résidences et envahissant les zones agricoles.

29Le littoral entre Cava d'Aliga et le port de Pozzallo comprend plusieurs cellules, formées par des plages de poche (Sampieri, Marina di Modica et Maganuco) délimitées par des promontoires naturels fonctionnant comme limites de transit partiel (fig. 9).

Fig. 9 – Zones d’érosion/accrétion pour la période 1967-1999 et caractéristiques des principales limites des cellules littorales du secteur de Cava d'Aliga–Punta Castellazzo (secteur sud).
Fig. 9 Erosion/accretion areas for the 1967-1999 period and main cell limit characteristics for the Cava d’Aliga – P. Castellazzo sector (southern sector).

Fig. 9 – Zones d’érosion/accrétion pour la période 1967-1999 et caractéristiques des principales limites des cellules littorales du secteur de Cava d'Aliga–Punta Castellazzo (secteur sud). Fig. 9 – Erosion/accretion areas for the 1967-1999 period and main cell limit characteristics for the Cava d’Aliga – P. Castellazzo sector (southern sector).

30À ces endroits, au cours des dernières décennies, d’importantes réserves de sédiments provenant de la zone subtidale proche ont favorisé l'accrétion des plages, la formation de dunes et leur migration vers les terres, favorisée par les vents d'ouest (fig. 9).

31La plus orientale des cellules littorales est enfermée entre le port de Pozzallo et le promontoire de Punta Castellazzo (fig. 9). Elle comprend plusieurs sous-cellules, une petite plage de poche à Pozzallo et deux autres grandes plages ; une à l'est, entre le village de Pozzallo et le promontoire de Pietre Nere, et l’autre à l'ouest, entre ce dernier promontoire et celui de Punta Castellazzo. Le port de Pozzallo forme une limite convergente et absolue, avec des processus d’accrétion particulièrement importants dans le secteur oriental, où d'énormes volumes de sédiments piégés dans la zone littorale causent ainsi des problèmes d’ensablement. La plage de Pozzallo s’est engraissée d’environ 95 000 m2 de sédiments, pour la plupart accumulés durant la période 1987-1999, après la modification et l'élargissement de la structure portuaire. Des infrastructures touristiques, bars, restaurants, diverses installations et une allée ont été construits sur la plage récemment formée (fig. 7C). Le promontoire de Punta Castellazzo, partiellement protégé par 4 brise-lames, qui ont favorisé l'accumulation de 4 000 m2 de plage au cours de la période 1987-1999, agit comme limite divergente. Une certaine quantité de sédiments a été piégée à Pietre Nere, où un brise-lame de 150 m de long a fonctionné comme une limite convergente, formant ainsi près de 14 000 m2 de surface de plage durant la période 1967-1999, le plus gros de l'accrétion (8 600 m2) étant observé au cours de la décennie 1977-1987 (Martinez et Anfuso, 2008). Le transit littoral vers l’ouest force le pivotement de la ligne de rivage, observable au niveau des sous-cellules bornées par des limites fixes, à transit partiel, constituées par le secteur à falaise de Pietre Nere et Pozzallo. Les principaux processus d'érosion sont observables à Santa Maria del Focallo, occasionnant des dommages au niveau de la route littorale et une réduction de la surface de la plage et de la dune (fig. 10).

Fig. 10 – Recul du pied de dune à Santa Maria del Focallo.
Fig. 10 – Dune foot retreat at Santa Maria del Focallo beach.

Fig. 10 – Recul du pied de dune à Santa Maria del Focallo. Fig. 10 – Dune foot retreat at Santa Maria del Focallo beach.

Discussion

32Au niveau du littoral étudié, les effets du degré du compartimentage et de division du littoral en cellules sur la forme des plages et la circulation en zone infralittorale sont assez évidents. Ils sont dus à la formation par les vagues d’un déplacement longitudinal des sédiments avec une accrétion en amont-dérive et une érosion en aval-dérive. Ce processus s'est traduit par un pivotement du trait de côte, bien visible au niveau des plages de poche limitées par d’importants caps (plage de Sampieri, secteur sud, fig. 9), ou dans les grandes cellules littorales délimitées par des structures naturelles ou artificielles qui ont fonctionné comme limites fixes, dans le sens de Bray et al. (1995).

33Dans le détail, les structures naturelles et artificielles affectent la dérive littorale en fonction de leur emplacement, leur forme et leurs dimensions, et les caractéristiques des vagues incidentes (Bray et al., 1995). La plupart des secteurs à caps et falaises constituent des limites d’importance variable, qui ont permis des transports périodiques unidirectionnels ou bidirectionnels, ces transports ayant lieu sous forme de charge de fond au niveau des barres littorales (Anfuso et Martínez, 2005). Pour une première approche de la morphologie et du type de barres littorales présentes, différentes photos aériennes de 1987 et de 2008 ont été analysées (fig. 11).

Fig. 11– Photos aériennes de 1987 (A, B et C) et 2008 (D) montrant différents secteurs avec des barres littorales.
Fig. 11 Images from the 1987 (A, B and C) and 2008 (D) aerial photogrammetric flights showing different coastal sectors containing longshore bars.

Fig. 11– Photos aériennes de 1987 (A, B et C) et 2008 (D) montrant différents secteurs avec des barres littorales. Fig. 11 – Images from the 1987 (A, B and C) and 2008 (D) aerial photogrammetric flights showing different coastal sectors containing longshore bars.

A : zone entre Marina di Acate et Punta Zafaglione ; B : Branco Grande ; C : Santa Maria del Focallo ; D : Pietre Nere, où on observe une pointe rocheuse et un brise-lame.
A: A coastal sector located between M. di Acate and P. Zafaglione; B: Branco Grande area. C: Santa Maria del Focallo beach; D: Pietre Nere area, it is possible to notice an headland and a breakwater.

34Les barres observées sont du type VI, selon la classification de Greenwood et Davidson-Arnott (1979), qui comprend aussi bien des barres linéaires que des barres sinueuses et festonnées en croissant, allant du numéro 1 au numéro 4, et se développant dans un environnement à énergie modérée avec un déferlement glissant. Toutes ces caractéristiques correspondent à celles observées au niveau du littoral étudié et, tenant compte de la classification de Wijnberg et Kroon (2002), les barres observées appartiennent à la catégorie « subtidale » et, au sein de celle-ci, aux sous-catégories des barres longitudinales appelées « two-dimentional » et « three-dimentional ». Les barres observées dans la zone étudiée ont une certaine similitude avec celles décrites sur le littoral du delta de l'Ebre (Espagne) par Guillén et Palanques (1993), mais diffèrent de celles observées dans le delta du Rhône (France) par Suanez et al. (1998) qui les ont classées dans les types IV et V de la classification de Greenwood et Davidson-Arnott (1979).

35Les photographies aériennes des secteurs situés au nord (fig. 11A et B), avec une houle bien marquée, montrent clairement la présence de barres longitudinales partiellement sinueuses, la barre externe se situant à une distance approximative de 120 à 200 m de la rive, entre Marina di Acate et Punta Zafaglione (fig. 1 et fig. 11A), et de 160 à 250 m à Branco Grande (fig. 1 et fig. 11B). Dans les secteurs central et sud du littoral étudié, on observe généralement au moins deux barres parfaitement rectilignes et allongées parallèlement à la ligne du rivage. De bons exemples peuvent être observés au niveau de l'embouchure du fleuve Irminio, dans la zone de Pietre Nere et à Santa Maria del Focallo. À Santa Maria del Focallo, on compte trois barres (fig. 11C), la plus externe se trouvant à environ 250 m du rivage. À Pietre Nere on observe deux barres, l’interne étant située à une distance d'environ 20-30 m de la ligne du rivage alors que l’externe se trouve à une distance approximative de 160 m (fig. 11D). La figure 11D montre également comment la barre interne est interrompue au niveau de la pointe rocheuse de Pietre Nere tandis que la barre externe contourne cette pointe, permettant ainsi aux sédiments transportés comme charge de fond de contourner la pointe rocheuse. Donc, en tenant compte des observations citées ci-dessus et des valeurs de la pente de la zone infralittorale proche, il est possible d’affirmer que le transport de fond au niveau des barres se fait le long de zones étroites et parallèles au littoral, jusqu'à une profondeur d'au moins 2,5 à 3 m, qui peut évidemment être sujette à des variations en fonction des conditions des vagues incidentes et de la morphologie des fonds. Plus important encore, les limites artificielles fixes, représentées par les ports de Scoglitti, Marina di Ragusa, Pozzallo et Donnalucata et, secondairement, par la marina de Punta Secca, ont beaucoup plus influencées la dynamique sédimentaire que les limites naturelles, en opposition aux conclusions de Bray (1997). Ce dernier a avancé que les structures naturelles, en raison de leurs dimensions, acquièrent une grande importance dans le compartimentage du littoral et sa division en cellules côtières au sud de l'Angleterre.

36L'érosion, dans la partie centrale des cellules étudiées, montre une tendance commune pondérée par la construction de structures de protection en dur fonctionnant comme des limites fixes. Par conséquent, les brise-lames ont favorisé les processus d'accrétion à Scoglitti, Marina di Ragusa, Plaja Grande, Donnalucata, Pietre Nere et Punta Castellazzo, mais ils décalent l’érosion en aval-dérive, fait signalé dans d'autres secteurs côtiers par Jayappa et al. (2003), Zviely et Klein (2003), Phillips (2007) et Rodriguez et Dean (2009) ; c'est un phénomène qui a donné lieu à un rivage aligné vis-à-vis du swash (swash aligned coast).

37Les résultats obtenus mettent clairement en évidence que le compartimentage du littoral et sa division en cellules sont d’une grande importance pour la compréhension et la recherche de solutions aux problèmes d'érosion du littoral étudié. En fait, l’importante érosion enregistrée ces dernières décennies est essentiellement liée à la construction des ports qui constituent des limites absolues au transit côtier, générant ainsi des problèmes d'érosion dans les zones en aval-dérive. D’importantes quantités de sédiments se sont accumulées en amont-dérive des ports, dans la plage et la zone infralittorale proche. En outre, les ports enregistrent des processus d’ensablement quand leurs entrées sont situées dans la zone infralittorale proche et interceptent donc le transport littoral. Les quais du port de Scoglitti, qui a été agrandi à plusieurs reprises depuis les années 1960 (fig. 12), ont été élargis une fois de plus en 2008, pour un coût de 10 millions d'euros.

Fig. 12 – Evolution de la structure du port de Scoglitti qui a été modifiée à plusieurs reprises pour tenter de résoudre les problèmes d’ensablement.
Fig. 12 – Evolution of Scoglitti port structure that was modified several times in the attempt of solving infilling problems.

Fig. 12 – Evolution de la structure du port de Scoglitti qui a été modifiée à plusieurs reprises pour tenter de résoudre les problèmes d’ensablement. Fig. 12 – Evolution of Scoglitti port structure that was modified several times in the attempt of solving infilling problems.

38Étonnamment, aucun système de contournement n’a été mis en place, et afin de pallier ce problème d’ensablement, les quais ont été élargis à plusieurs reprises, aggravant ainsi l'érosion en aval-dérive. Le port de Marina di Ragusa, qui a été inauguré en juillet 2009, est en train de connaître des problèmes d’ensablement. Dans tous les cas, pour pallier l’érosion en aval-dérive, les techniques dures ont été préférées aux solutions douces, lorsque des habitations ou des terrains risquaient d'être détruits, sans qu'aucun plan adéquat ou d'examen à long terme des effets secondaires n'aient été envisagés. Aujourd'hui, les solutions douces deviennent de plus en plus populaires : des travaux de rechargement des plages ont été réalisés à Caucana en 2004 et des remblaiements sont prévus pour les zones centrales en érosion des cellules littorales, à savoir le secteur de Punta Zafaglione-Scoglitti, les zones de Casuzze et Caucana, l’embouchure du torrent Modica et la plage de Santa Maria del Focallo. Enfin, un important problème local est causé par la formation des dunes et leur migration vers les terres, et ce en raison des quantités énormes de sédiments transportés vers l’intérieur et donc perdus pour le système. La mise en place de clôtures et une stabilisation par les végétaux devrait être envisagée pour arrêter la migration des dunes, alors que les sédiments piégés pourraient être utilisés pour nourrir les zones érodées.

39En ce qui concerne les politiques de gestion de l'érosion côtière en Italie, les responsabilités sont réparties verticalement, entre les administrations nationales, régionales, provinciales et municipales. La Sicile ne dispose pas d’un plan général de gestion de l'érosion côtière, ni à l'échelle régionale, ni même à l’échelle provinciale. En 2009, les compétences en matière de protection du littoral ont été transférées des provinces aux municipalités qui ne sont pas techniquement prêtes et qui, en plus, manquent d'une vision globale sur les processus d'érosion, qui dépassent largement les limites de ces administrations. En fait, en amont-dérive des principaux ports, comme Scoglitti, Donnalucata et Pozzallo, l'accrétion des plages favorise le développement des activités récréatives et de l'économie locale, alors que c’est l’inverse pour les zones en érosion, souvent situées dans la municipalité limitrophe. C’est le cas du port de Pozzallo : les sédiments érodés de la plage de Santa Maria del Focallo (sur la municipalité d’Ispica) ont été piégés à l'est du port sur la municipalité de Pozzallo. Les processus d'érosion de la plage de Santa Maria del Focallo engendrent des pertes économiques importantes pour la municipalité d’Ispica en raison de la diminution de la largeur de la plage qui impacte à la baisse l'attrait touristique de la zone (baisse du marché de la location en été), des dégâts à la route littorale et des dépenses associées à la reconstruction et la mise en place de structures de protection.

Conclusions

40Le littoral étudié est compartimenté en premier lieu par les structures humaines et en second lieu par des éléments naturels, en sept cellules littorales principales de différentes dimensions et caractéristiques. La répartition des zones d’accrétion et d’érosion le long du littoral étudié résulte de l'interaction entre un transit longitudinal principal dirigé vers l’est (couplé à un transit secondaire en sens inverse) et des structures côtières naturelles et anthropiques. Les ports fonctionnent comme limites de transit ou de convergence, c'est-à-dire que l’accrétion prend place sur l’un ou les deux côtés de cette limite. Les zones d'érosion sont situées immédiatement en aval-dérive des ports, où de telles structures ont stoppé le transit sédimentaire, ou dans la partie centrale des cellules littorales, lorsque ces ports fonctionnent comme limite de convergence et que le transit opposé atteint une certaine importance. En outre, les ports enregistrent des processus d’ensablement périodiques, mais aucun système de contournement n’a été mis en place et leurs quais ont été allongés à plusieurs reprises depuis leur construction, ce qui implique un coût financier important. Cela provoque également une augmentation de l'accrétion en amont-dérive et une érosion corolaire en aval-dérive, compensée par la construction de structures de protection en dur (essentiellement des brise-lames) qui, localement, favorisent la sédimentation mais décalent l’érosion en aval-dérive (effet domino).

41Ainsi, d'énormes volumes de sédiments ont été piégés à proximité des ports de Scoglitti, Donnalucata et Pozzallo et, en correspondance avec les structures de protection, dans plusieurs localités. Dans de nombreux cas, des plages de grandes dimensions ont été formées et des activités de loisirs s’y sont installées (bars, restaurants, etc.), permettant ainsi le développement de l'économie locale, alors que les zones en érosion ont subi les processus inverses.

42En ce qui concerne la gestion de l’érosion côtière, depuis 2009, les compétences ont été transférées aux municipalités locales et plusieurs projets de rechargement sont prévus pour la zone centrale en érosion de différentes cellules littorales. Cependant, il n’y a aucun plan de gestion qui prend en compte le compartimentage du littoral et la mise en œuvre de systèmes de contournement des sédiments.

Haut de page

Bibliographie

Anfuso G. (1993) – Evoluzione temporale e caratteristiche tessiturali dei sedimenti della fascia costiera compresa tra punta d’Aliga e la Foce del Fiume Dirillo-Acate. Tesi di laurea, Università di catania, 78 p.

Anfuso G. (1999) Il litorale ragusano compreso tra Cava d’Aliga e la foce del fiume Dirillo. Bollettino Accademia Gioena Scienze Naturali 31, 355, 287-301.

Anfuso G., Martínez J.A. (2005) Towards management of coastal erosion problems and human structure impacts using GIS tools: case study in Ragusa Province, Southern Sicily, Italy. Environmental Geology 48, 646–659.

Anfuso G., Martinez J.A. (2009) – Assessment of coastal vulnerability through the use of GIS tools in South Sicily (Italy). Environmental Management 43, 533-545.

Anonymus (2005)Monitoraggio volumetrico, sedimentologico e morfometrico dell’intero litorale ibleo. Final Report, Provincia Regionale di Ragusa, 57 p.

Boak E., Turner I. (2005) – Shoreline definition and detection: a review. Journal of Coastal Research 21, 4, 688-703.

Bowen A.J., Inman D.L. (1966)Budget of littoral sands in the vicinity of Point Arguello, California. U.S. Army Coastal Engineering Research Center, Tech. Memorandum, 19, 41 p.

Bray M. (1997) – Episodic shingle supply and the modified development of Chesil Beach, England. Journal of Coastal Research 13, 4, 1035-1049.

Bray M., Carter D., Hooke J. (1995) – Littoral cell definition and budgets for central southern England. Journal of Coastal Research 11, 2, 381 - 400.

Carter R.W.G. (1988) Coastal environments. Academic Press, 617 p.

Chapman D.M. (1981) – Coastal erosion and the sediment budget, with special reference to the Gold Coast, Australia. Coastal Engineering 4, 3, 207-227.

Cooper A., Anfuso G., Del Río L. (2009) – Bad beach Management: European perspectives. The Geological Socity of America, Special Paper 460, 167-179.

Cooper N., Pethick J. (2005) Sediment budget approach to addressing coastal erosion problems in St. Ouen’s Bay, Jersey, Channel Island. Journal of Coastal Research 21, 1, 112-122.

Crowell M., Douglas B.C., Leatherman S.P. (1997) – On forecasting future U.S. shoreline positions: a test of algorithms. Journal of Coastal Research 13,4, 1245-1255.

Crowell M., Leatherman S.P., Buckley M. (1993) – Shore-line change rate analysis: long term versus short term data. Shore and Beach 61, 2, 13-20.

de Ruig J.H.M., Louisse C.J. (1991) – Sand budget trends and changes along the Holland Coast. Journal of Coastal Research 7,4, 1013-1026.

de Vriend H.J. (1991) – Mathematical modelling and large scale coastal behaviour. Journal of Hydraulic Research 29, 6, 1-2, 727-753.

de Vriend H.J., Capobianco M., Chesher T., De Swart H.E., Latteux B., Stive M.J.F. (1993) – Approaches to long-term modelling of coastal morphology: a review. Journal of Coastal Engineering 21, 225-269.

Dolan R., Fester M.S., Holme S.J. (1991) – Temporal analysis of shoreline recession and accretion. Journal of Coastal Research 7, 3, 723-744.

Dolan R., Hayden B., May P., Suzette R. (1980) – The reliability of shoreline change measurements from aerial photographs. Shore and Beach 48, 22–29.

Douglas B.C., Crowell M., Leatherman S.P. (1998) – Considerations for shoreline position prediction. Journal of Coastal Research 14,3, 1025-1033.

Durand P. (1998) – Cinématique d’un littoral sableux à partir de photographies aériennes et de cartes topographiques. Exemple du littoral d’Argelès-Plage à Saint-Cyprien (Roussillon, France), Géomorphologie : relief, processus, environnement 2, 155-166.

Durand P. (2000) – Approche méthodologique pour l’analyse de l’évolution des littoraux sableux par photo-interprétation. Exemple des plages situées entre les embouchures de l’Aude et de l’Hérault (Languedoc, France). Photo-Interprétation 1-2, 3-17.

Faye I., Henaff A., Gourmelon F., Tahirou Diaw A. (2008) – Evolution du trait de côte à Nouakchott (Mauritanie) de 1954 à 2005 par photo-interprétation. Norois, 208, 11-27.

Fenster M.S., Dolan R. (1993) – Historical shoreline trends along the outer banks, North Carolina: processes and responses. Journal of Coastal Research 9, 1, 172-188.

Fenster M.S., Dolan R., Elder J.F. (1993) – A new method for predicting shoreline positions from historical data. Journal of Coastal Research 9, 1, 147-171.

Grasso M. (1997)Carta geologica del settore centro meridionale dell’Altopiano Ibleo (Provincia di Ragusa, Sicilia Sud Orientale). Istituto di Geologia e Geofisica, Università di Catania.

Greenwood B., Davidson-Arnott R. (1979) – Sedimentation and equilibrium in wave formed bars: a review and case study. Canadian Journal of Earth Sciences 16, 312-332.

Guillén J., Palanques A. (1993) – Longshore bar and trough systems in a microtidal, storm-wave dominated coast: The Ebro Delta (Northwestern Mediterranean). Marine Geology 115, 239-252.

Hansom J. (2001) – Coastal sensitivity to environmental change: a view from the beach. Catena 42, 2-4, 291-305.

Jarrett J.T. (1977)Sediment budget analysis, Wrightsville beach to Kure beach, N.C. Proc. Coastal Sediments’77, 5th Symposium of the Waterway, Port Coastal and Ocean Division of ASCE, Charleston, South Carolina, November 2-4, 1977, ASCE, New York, 986-1005.

Jayappa K.S., Kumar G.T., Subrahmanya K.R. (2003) – Influence of coastal structures on the beaches of southern Karnataka, India. Journal of Coastal Research 19,2, 389-408.

Jiménez J., Sánchez-Arcilla A., Bou J., Ortiz M. (1997) – Analysing Short-term shoreline changes along the Ebro delta (Spain) using aerial photographs. Journal of Coastal Research 13, 4, 1256-1266.

Johnson J.W., Asce M. (1959) – The supply and loss of sand to the coast. Journal of the Waterways and Harbors Division, Amer. Soc. Civil Engrs 85, WW3, 227-251.

Leatherman S. (1983) – Shoreline mapping: a comparison of techniques. Shore and Beach 51, 28-33.

Lillesand T., Kiefer R. (1987)Remote sensing and image interpretation. 2nd edition. New York, Wiley.

Lowry P., Carter R.W.G. (1982) – Computer simulation and delimitation of littoral drift cells on the south coast of Co. Wexford, Ireland. Journal Heart Science R. Dublin Soc. 4, 121-132.

Martínez J.A., Anfuso G. (2008) – Spatial approach to medium-term coastal evolution in south Sicily (Italy): implications for coastal erosion management. Journal of Coastal Research 24,1, 33-42.

Masselink G., Pattiaratchi C.B. (2001) – Seasonal changes in beach morphology along the sheltered coastline of Perth, Western Australia. Marine Geology 172, 243-263.

May J.P., Tanner W.F. (1973) – The littoral power gradient and shoreline changes. In Coates D. R. (Ed.): Coastal Geomorphology, 43-61.

Moore L. (2000) – Shoreline mapping techniques. Journal of Coastal Research 16, 1, 111-124.

Patsch K., Griggs G. (2006)Littoral Cells, Sand Budgets, and Beaches: Understanding California's Shoreline. Santa Cruz: Institute of Marina Sciences, University of California, Santa Cruz.

Pethick J. (2001) – Coastal management and sea level rise. Catena 42, 2-4, 307-322.

Phillips M. (2007) – Beach Response to a Total Exclusion Barrage: Cardiff Bay, South Wales, UK. Journal of Coastal Research 23, 3, 794-805.

Pilkey O., Dixon K. (1996)The Corps and the Shore. Island Press, Washington D.C., USA, 272 p.

Rodríguez E., Dean R. (2009) – A sediment budget analysis and management strategy for fort Piece Inlet, Florida. Journal of Coastal Research 25, 4, 870-883.

Sabatier F., Suanez S. (2003) – Evolution of the Rhone Delta coast since the end of the 19th century. Géomorphologie : relief, processus, environnement 4, 283-300.

Stapor F.W. (1971) – Sediment budgets on a compartmented low-to-moderate energy coast in northwest Florida. Marine Geology 10, 2, 1-7.

Stapor F.W. (1973) – History and sand budgets of the barrier island system in the Panama City, Florida Region. Marine Geology 14, 4, 277-286.

Suanez S., Provansal M. (1998) – Large scale evolution of the littoral of the Rhone delta (Southeast France). Journal of Coastal Research 14, 2, 493-501.

Wijnberg K., Kroon A. (2002) – Barred beaches. Geomorphology 48, 103-120.

Zviely D., Klein M. (2003) – The environmental impact of the Gaza Strip coastal constructions. Journal of Coastal Research 19, 4, 1122-1127.

Haut de page

Annexe

Abridged English version

Many geomorphologists and coastal managers have underlain the importance of budgetary approach to study littoral systems, i.e. the recognition, in qualitative or quantitative term, of sediment inputs, transport pathways and sediment outputs (Carter, 1988; Bray, 1997). The first step in this sense is the identification of coastal cells which are the result of the complex interaction between environmental parameters (especially waves characteristics and approaching directions) and coastal morphology (natural and human-made structures). In this work, location and characteristics of main cell limits along the Ragusa Province littoral (Sicily, Italy), were investigated taking into account human and natural structures distribution and types, and considering the erosion and accretion areas obtained comparing the 1967 topographic map and the 1999 orthophotographs by means of spatial analysis procedures provided by GIS tools.

In the studied area, sediments are broadly transported from west to east because of longshore transport which impinges on natural and human-made coastal structures, giving rise to the accreting/eroding areas depicted in figures 3, 4 and 5.

Main longshore drift flows south-eastward accumulating sediments updrift (north) of Scoglitti port which constitutes an almost absolute transit limit. In the 1967-1999 period, about 45,000 m2 of new beach were formed and further increased (16,760 m2) was observed in the 1999-2008 period (fig. 3). Accumulated sediments are not removed by second and third quadrants approaching waves and associated currents. Six breakwaters were progressively constructed to solve downdrift (south) erosion problems which now threats the backing coastal road protected by a rip-rap revetment. In the central part of the investigated cell, along Punta Zafaglione – Scoglitti sector, erosion problems were increasing in past years generating beach loss, rock falls in backing cliff and damages to littoral road.

The littoral cell between Scoglitti and Punta Secca is made up of sub-cells formed by linear coastal sectors and pocket beaches of different dimensions limited by headlands and cliffed sectors, the most important being Punta Braccetto and Torre di Mezzo.The marina and the port respectively located at Punta Secca and Marina di Ragusa are fixed, convergent limits (fig. 4). Marina di Ragusa port, inaugurated July 2009, is stopping estward drift and sediments eroded in central part of this cell (e.g. at Caucana) are accumulating in deep water areas close to the western dock.

Adjacent littoral cell is enclosed between Marina di Ragusa and Donnalucata ports (fig. 4). The second gave rise to large accretion updrift (west, almost 42,000 m2) and erosion downdrift (east), this way constituting an absolute, transit limit. Erosion was consequently generated in central part of the cell, namely at the Irminio River mouth, where sand was winnowed and ancient deposits outcrop. Nearby, eastward littoral cell is enclosed between Donnalucata port and Cava d’Aliga headland which works as divergent limit. Distribution of erosion/accretion areas within this cell is strongly conditioned by sixteen breakwaters (fig. 1) progressively constructed downdrift of Donnalucata port, according to the “domino” effect. Presently, summer houses located downdrift of mentioned structures are protected by rip-rap revetments. The littoral between Cava d’Aliga and Pozzallo port contains several cells formed by pocket beaches (e.g. at Sampieri, Marina di Modica and Maganuco), delimited by natural headlands working as partial, transit limits (fig. 5). At these places, during past decades, important sediment supplies from nearshore favoured beach accretion, dune formation and landward migration because of westerly winds. The easternmost littoral cell is enclosed between Pozzallo port and Punta Castellazzo headland. Pozzallo port gave rise to the formation of an absolute, convergent limit, with accretion processes especially evident in the eastern side where huge volumes of sediments were impounded in nearshore zone creating infilling problems, and in Pozzallo beach, producing about 95,000 m2 of beach accretion mostly recorded in the 1987-1999 period after the modification and enlargement of port structure. Tourism developments, e.g. bars, restaurants, beach facilities and a promenade were constructed on recently formed beach. Main erosion processes were observed at Santa Maria del Focallo where beach surface reduction and damage of the littoral road took place.

Summing up, ports and marinas worked as transit or convergent limits, i.e. accretion took place at one or both side of limit. Erosion areas were located immediately downdrift of ports, when such structures worked as transit limits, or in central part of littoral cells enclosed between ports, when mentioned structures worked as convergent limits and opposite transport achieved a certain importance. Further, ports recorded periodic infilling processes but bypass systems were never implemented and their docks were elongated several times since their construction. This supposed a great amount of money and the increase of updrift accretion and related downdrift erosion processes, counteracted by the progressive construction of hard protective structures (essentially breakwaters) which locally favoured sedimentation but shifted erosion downdrift according to the domino effect. Huge volumes of sediments were impounded close to Scoglitti, Donnalucata and Pozzallo ports and in correspondence with protection structures at several localities. In many cases very large beaches were formed and recreational activities emplaced (bars, restaurants, etc.) enhancing local economy, the opposite being true for eroding areas. Until 2009, coastal erosion management was within the scope of the Ragusa Province Administration that projected several nourishment works for central eroding areas of different cells. A general management plan, which should take into account coastal compartmentalization and implement sediment bypassing systems in correspondence with ports and human structures, is still missing.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Carte de localisation du secteur d'étude. Fig. 1 Location map of the study area.
URL http://geomorphologie.revues.org/docannexe/image/10642/img-1.png
Fichier image/png, 132k
Titre Fig. 2 – Exemple de cartes bathymétriques. Fig. 2 – Exemple of bathymetric maps.
Légende A : Punta Braccetto (réalisée en Août 2011 par la Explorer Marine SBoSS). B : Zone du torrent Modica (réalisée en Mars 2007 par l’administration provinciale). A: Punta Braccetto (survey carried out in August 2011 by the Explorer Marine SBoSS). B: Modica Stream areas (survey carried out in March 2007 by the province administration).
URL http://geomorphologie.revues.org/docannexe/image/10642/img-2.png
Fichier image/png, 412k
Titre Fig. 3 – Hauteurs significatives des vagues enregistrées au cours de la période 1989-1999 par la bouée offshore située à Mazzara del Vallo (Canal de Sicile), sur une profondeur d'eau d'environ 20 m. Fig. 3 Significant wave height recorded during the 1989-1999 period by the offshore buoy located at Mazzara del Vallo (Sicily Channel), over a water depth of about 20 m.
Légende La bouée appartient au Service Hydrographique et Marégraphique Italien. The buoy belongs to the Italian wave climate service.
URL http://geomorphologie.revues.org/docannexe/image/10642/img-3.png
Fichier image/png, 113k
Titre Fig. 4 – Zones d’érosion/accrétion pour la période 1967-1999 et caractéristiques des principales limites des cellules littorales du secteur de l'embouchure du fleuve Dirillo - Punta Secca (secteur nord). Fig. 4 Erosion/accretion areas for the 1967-1999 period and main cell limit characteristics for the Dirillo River mouth - Punta Secca sector (northern sector).
URL http://geomorphologie.revues.org/docannexe/image/10642/img-4.png
Fichier image/png, 295k
Titre Fig. 5 – A : Accumulation des sédiments en amont du port de Scoglitti. B : Brise-lames au sud du port de Scoglitti. Fig. 5 – A: Sand accumulation up-drift of Scoglitti port. B: breakwaters emplaced south of Scoglitti port.
Légende Noter (fig. 5A) comme les sédiments commencent à contourner le quai nord et entrent dans le port (relevé bathymétrique d’Avril 2007 réalisé par l’administration provinciale). Sediments are bypassing the northern dock entering onto the structure (fig. 5A) (bathymetric survey carried out by the province administration in April 2007).
URL http://geomorphologie.revues.org/docannexe/image/10642/img-5.png
Fichier image/png, 271k
Titre Fig. 6 – Occupation progressive des dunes par des constructions balnéaires, serres et terrains de culture, entre Scoglitti et l’embouchure du fleuve Ippari. Fig. 6 – Progressive emplacement of summer houses, greenhouses and cultivations on the dune field between Scoglitti and Ippari river mouth.
URL http://geomorphologie.revues.org/docannexe/image/10642/img-6.png
Fichier image/png, 1019k
Titre Fig. 7 – Exemples de l'impact anthrophique sur le littoral. Fig. 7 – Human-induced changes on the coast.
Légende A : Migration des dunes vers l'intérieur des terres à Punta Braccetto ; B : Plage à l'embouchure du fleuve Irminio où affleurent d’anciens dépôts fluviomarins (galets, blocs) ; C : Bars, restaurants et infrastructures balnéaires aménagés sur la plage en accrétion à l’est du port de Pozzallo.A: Landward migrating dunes at P. Braccetto; B: The beach at the Irminio River mouth where outcrop ancient marine and fluvial deposits composed by white cobbles and blocks; C: Bars, restaurants and beach facilities emplaced on the accreting beach east of Pozzallo port.
URL http://geomorphologie.revues.org/docannexe/image/10642/img-7.png
Fichier image/png, 299k
Titre Fig. 8 – Zones d’érosion/accrétion pour la période 1967-1999 et caractéristiques des principales limites des cellules littorales du secteur Punta Secca–Cava Aliga (secteur central). Fig. 8 Erosion/accretion areas for the 1967-1999 period and main cell limit characteristics for the P. Secca – Cava d’Aliga sector (central sector).
URL http://geomorphologie.revues.org/docannexe/image/10642/img-8.png
Fichier image/png, 371k
Titre Fig. 9 – Zones d’érosion/accrétion pour la période 1967-1999 et caractéristiques des principales limites des cellules littorales du secteur de Cava d'Aliga–Punta Castellazzo (secteur sud). Fig. 9 Erosion/accretion areas for the 1967-1999 period and main cell limit characteristics for the Cava d’Aliga – P. Castellazzo sector (southern sector).
URL http://geomorphologie.revues.org/docannexe/image/10642/img-9.png
Fichier image/png, 399k
Titre Fig. 10 – Recul du pied de dune à Santa Maria del Focallo. Fig. 10 – Dune foot retreat at Santa Maria del Focallo beach.
URL http://geomorphologie.revues.org/docannexe/image/10642/img-10.png
Fichier image/png, 4,1M
Titre Fig. 11– Photos aériennes de 1987 (A, B et C) et 2008 (D) montrant différents secteurs avec des barres littorales. Fig. 11 Images from the 1987 (A, B and C) and 2008 (D) aerial photogrammetric flights showing different coastal sectors containing longshore bars.
Légende A : zone entre Marina di Acate et Punta Zafaglione ; B : Branco Grande ; C : Santa Maria del Focallo ; D : Pietre Nere, où on observe une pointe rocheuse et un brise-lame.A: A coastal sector located between M. di Acate and P. Zafaglione; B: Branco Grande area. C: Santa Maria del Focallo beach; D: Pietre Nere area, it is possible to notice an headland and a breakwater.
URL http://geomorphologie.revues.org/docannexe/image/10642/img-11.png
Fichier image/png, 2,2M
Titre Fig. 12 – Evolution de la structure du port de Scoglitti qui a été modifiée à plusieurs reprises pour tenter de résoudre les problèmes d’ensablement. Fig. 12 – Evolution of Scoglitti port structure that was modified several times in the attempt of solving infilling problems.
URL http://geomorphologie.revues.org/docannexe/image/10642/img-12.png
Fichier image/png, 2,2M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Giorgio Anfuso, José Ángel Martínez del Pozo, Nelson Rangel Buitrago et Driss Nachite, « Cellules morphologiques le long du littoral de Raguse (Sicile, Italie) », Géomorphologie : relief, processus, environnement, vol. 20 - n° 3 | 2014, 203-218.

Référence électronique

Giorgio Anfuso, José Ángel Martínez del Pozo, Nelson Rangel Buitrago et Driss Nachite, « Cellules morphologiques le long du littoral de Raguse (Sicile, Italie) », Géomorphologie : relief, processus, environnement [En ligne], vol. 20 - n° 3 | 2014, mis en ligne le 01 janvier 2016, consulté le 26 juin 2017. URL : http://geomorphologie.revues.org/10642 ; DOI : 10.4000/geomorphologie.10642

Haut de page

Auteurs

Giorgio Anfuso

Dpto Ciencias de la Tierra – Facultad de Ciencias del Mar y Ambientales – Universidad de Cádiz – Polígono Río San Pedro s/n – 11510 Puerto Real Espagne (giorgio.anfuso@uca.es).

José Ángel Martínez del Pozo

Instituto de Arqueología de Mérida – CSIC. Plaza de España, 15 – 06800 Mérida (Badajoz) – Espagne.

Nelson Rangel Buitrago

Dpto Ciencias de la Tierra – Facultad de Ciencias del Mar y Ambientales – Universidad de Cádiz – Polígono Río San Pedro s/n – 11510 Puerto Real Espagne.

Driss Nachite

Université Abdelmalek Essaadi – Faculté Polydisciplinaire – BP. 745 Poste Principale – 92004 Larache – Maroc.

Haut de page

Droits d’auteur

© Groupe français de géomorphologie

Haut de page
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Groupe français de géomorphologie
  • Revues.org