Navigation – Plan du site
Compte rendu d'ouvrage

Palmer A.N. (Ed.), « U.S. National Parks. Pioneering steps in the management of natural resources », Dynamiques Environnementales, n° 31

Presses Universitaires de Bordeaux, 2013, 200 p.
François Bétard
p. 377-378
Référence(s) :

Palmer A.N. (Ed.), « U.S. National Parks. Pioneering steps in the management of natural resources », Dynamiques Environnementales, n° 31

Presses Universitaires de Bordeaux, 2013, 200 p.

Texte intégral

1Ce numéro thématique de la revue Dynamiques Environnementales, consacré à quelques-uns des plus célèbres Parcs Nationaux des Etats-Unis d’Amérique (Grand Canyon, Death Valley, Mammoth Cave, Hawaii…), est un volume de 200 pages richement illustré et documenté, entièrement rédigé en anglais. Edité sous la direction scientifique d’Arthur N. Palmer, Professeur de géologie à l’Université d’État de New York, l’ouvrage s’articule autour de contributions rédigées principalement sous la plume de scientifiques du National Park Service, l’agence fédérale en charge de gérer les parcs nationaux aux Etats-Unis. Après un éditorial signé par J. Nicod et une introduction d’une page où A.N. Palmer présente la thématique du numéro, l’ouvrage est composé de huit chapitres correspondant à une sélection de parcs nationaux américains, choisis principalement en raison de leur valeur esthétique, culturelle et/ou historique, mais aussi pour leur valeur géoscientifique, en tant que témoins importants de l’Histoire de la Terre. Abondamment illustré par des photographies, cartes et schémas tous en couleur (incluant de nombreuses photographies panoramiques en double page, notamment au début de chaque chapitre), le numéro se termine par une magnifique collection de « cartes postales » illustrant les paysages géomorphologiques remarquables de quelques parcs nationaux devenus des hauts-lieux du tourisme mondial, puis par un quizz original et un article consacrés aux cartes anciennes, qui constituent un patrimoine scientifique ex situ éclairant l’histoire de l’exploration de l’Ouest américain.

2Pionniers de la protection de la nature, les Etats-Unis procèdent au classement de Yellowstone dès 1872, consacrant ainsi le premier parc national du monde. En 1890 sont créés les parcs de Yosemite et de Sequoia, puis en 1906 celui de Mesa Verde. Aujourd’hui, les Etats-Unis comptent 59 parcs nationaux gérés par le National Park Service, totalisant une superficie d’espaces protégés d’environ 210 000 km². La sélection de chapitres réunis dans ce numéro n’offre finalement qu’un petit aperçu de l’incroyable géodiversité qu’offre le territoire étasunien, et des défis qui se posent aujourd’hui pour les scientifiques et les gestionnaires travaillant dans les parcs, face aux menaces qui pèsent sur les milieux et à la fréquentation touristique croissante qui affecte ces espaces fortement attractifs. Le choix éditorial assumé par A.N. Palmer est de faire la part belle au patrimoine souterrain, dont l’exceptionnelle richesse en termes de géodiversité et de biodiversité demeure trop méconnue. Cela tient évidemment à la personnalité scientifique de l’éditeur et des différents auteurs, qui présentent une forte affinité pour la spéléologie et le monde souterrain en général. De fait, les contributions accordent une large place aux grottes et cavités, karstiques ou pseudo-karstiques, qu’abrite le sous-sol de nombreux parcs nationaux américains, dans une perspective largement pluridisciplinaire (géologie, géomorphologie karstique, hydrogéologie, biospéléologie, biologie de la conservation, géographie culturelle, ethno-archéologie…). Tournés autant vers la recherche fondamentale que vers la recherche appliquée, la plupart des chapitres consacrent plusieurs pages aux problèmes de gestion qui se posent aujourd’hui sur ces espaces protégés, le principal défi pour les gestionnaires étant de concilier la conservation du patrimoine et l’exploitation économique. L’expérience séculaire du National Park Service montre que la bonne gestion des sites passe toujours par des prises de décision concertées, basées sur les études scientifiques les plus récentes et sur l’engagement civique via la sensibilisation du public (éducation à l’environnement et aux géosciences).

3Le premier chapitre est consacré au Grand Canyon du Colorado, qui est sans doute le parc le plus connu des USA et l’un des géomorphosites majeurs de la planète (Migoń, 2010). Considéré comme l’archétype du paysage sculpté par l’érosion fluviale en structure tabulaire, le Grand Canyon expose les couches paléozoïques sub-horizontales de l’Arizona sur une profondeur moyenne de 1 300 mètres. L’auteur du chapitre, W. Ranney, ne se limite pas à présenter la structure et l’histoire géologique que l’on peut lire dans cette immense coupe naturelle, puisqu’il ouvre largement la discussion sur l’âge, l’évolution et les processus géomorphologiques à l’origine du creusement du Grand Canyon, qui font encore débat aujourd’hui au sein de la communauté scientifique. Les différentes hypothèses sont examinées, notamment à la lumière des travaux récents de thermo- et radiochronométrie, et en lien avec les dynamiques de soulèvement tectonique ayant affecté le plateau du Colorado au cours du Cénozoïque. La plupart des auteurs s’accordent aujourd’hui sur un âge « récent » pour l’incision du Grand Canyon vers 5-6 Ma, et sur le rôle pivot joué par les processus karstiques dans les systèmes de connexion et de capture hydrographique caractérisant l’évolution du bassin du Colorado.

4Dans le chapitre suivant intitulé « National Parks: A refuge for Hidden Cave and Karst Resources », G. Veni et D. Pate exposent les principaux enjeux qui se posent pour le National Park Service en termes de préservation des grottes et cavités karstiques ou pseudo-karstiques. Quatre parcs sont présentés et analysés à titre d’exemples. Dans le Parc National de Big Bend (Texas), une grotte pseudo-karstique, régionalement importante par sa taille, est mondialement reconnue en tant qu’habitat-refuge pour une espèce de chauve-souris (Leptonycteris nivalis) particulièrement en danger : l’enjeu premier est bioconservatoire. Sur le territoire du Monument National de Wupatki (Arizona), un système original de fractures d’origine extensive et de cavités karstiques donne un aperçu unique de la géologie locale dans ses liens avec la préhistoire, avec des sites emprunts de légendes et mythes liés au peuplement ancien de la région : l’enjeu est avant tout culturel. Dans le Parc National du Grand Canyon, des études sur les spéléothèmes et l’hydrologie des grottes révèlent de nouveaux indicateurs témoignant de l’âge et de l’origine du canyon : l’enjeu est clairement scientifique. Enfin, dans le Parc National des Everglades (Floride), le karst souterrain renferme une ressource hydrogéologique servant à alimenter en eau plus de 5 millions de personnes dans le sud de la Floride ; l’enjeu est ici lié à la gestion durable de la ressource en eau.

5Avec le chapitre consacré au Parc National de Mammoth Cave, situé dans le Kentucky, les auteurs P. Kambesis et R.W. Brucker nous dévoilent les caractéristiques structurales, géomorphologiques et hydrologiques du système karstique de la plus longue grotte du monde, avec ses 675 km de conduits actuellement explorés. La grotte est un centre d’intérêt mondial pour les recherches karstiques menées dans un cadre pluridisciplinaire (programme « Cave Research Foundation »). Parmi les nombreuses menaces environnementales mettant en péril ce patrimoine souterrain exceptionnel, on compte la pollution de l’air et de l’eau, les espèces envahissantes, l’artificialisation des rivières et le syndrome du « nez blanc » qui a décimé les populations de chiroptères dans l’Est des Etats-Unis. Les difficultés de gestion sont liées au fait que le réseau de galeries souterraines s’étend au-delà des limites du Parc, avec de larges portions du réseau ne bénéficiant pas de la protection fédérale du National Park Service.

6L’« Obed Wild and Scenic River », rivière située sur le Plateau Cumberland dans le Tenessee, fait l’objet du chapitre qui suit. Cet espace protégé se heurte au défi de la croissance de la population dans le bassin hydrographique, qui impacte de plus en plus la qualité de l’eau. J.C. Hugues et ses collaborateurs développent actuellement les recherches scientifiques pour améliorer la compréhension des écosystèmes aquatiques de la rivière et pour trouver des solutions durables afin de protéger la qualité de l’eau tout en soutenant les communautés locales.

7Dans le chapitre suivant, dévolu au Parc National des grottes de Carlsbad à la frontière entre le Nouveau Mexique et le Texas, les auteurs J.M. Queen et A.N. Palmer illustrent à nouveau toute la richesse du patrimoine souterrain que l’on trouve dans le réseau d’espaces protégés et gérés par le National Park Service. L’espace en question est renommé pour ses immenses grottes riches en concrétions carbonatées aux formes variées, et aussi pour ses paléorécifs datant du Permien. Le processus de formation des grottes, complexe, est discuté, et les travaux les plus récents montrent que la dissolution du calcaire s’est d’abord opérée sous l’action d’un mélange d’eau douce exogène avec une eau saumâtre endogène, suivie d’une dissolution ultérieure par de l’acide sulfurique au niveau de la nappe phréatique. Les formes concrétionnées ont, quant à elles, été fortement influencées par la circulation d’air dans le réseau de galeries. Abritant la plus remarquable grotte aménagée des Etats-Unis, le Parc est confronté à des problèmes de gestion qui nécessitent de concilier la protection des grottes et l’accès pédagogique et sécurisé du public, tout en soulignant le risque potentiel des impacts anthropiques.

8Avec le chapitre consacré au Parc National du Death Valley, c’est l’un des paysages géomorphologiques emblématiques de l’Ouest américain qui est traité ici par J. Black. Situé dans l’une des régions les plus chaudes et les plus sèches des Etats-Unis, le Parc abrite des habitats naturels rares et exceptionnels, ainsi que de nombreuses espèces endémiques de plantes et d’animaux adaptés à l’hyper-aridité ambiante. En réalité, ces espèces se maintiennent grâce aux sources et exsurgences des nappes phréatiques alimentées par les montagnes, proches ou lointaines. De fait, l’exploitation des eaux souterraines, à la fois localement et dans l’ensemble du système hydrologique, menace le maintien des biotopes associés aux sources et met en péril les nombreuses espèces endémiques en danger d’extinction. Des recherches pluridisciplinaires sont menées sur le territoire du Parc dans l’optique d’aider les gestionnaires à mieux comprendre et protéger ces milieux originaux aujourd’hui menacés.

9Le chapitre consacré au Parc National des volcans d’Hawaii fait voyager le lecteur au milieu de l’Océan Pacifique, dans l’un des archipels volcaniques les plus isolés au monde. Comme de nombreux autres parcs américains, Hawaii est à la fois une réserve internationale de Biosphère et un site inscrit au Patrimoine Mondial de l’UNESCO. F. Stone et ses co-auteurs dressent succinctement le portrait physiographique et volcanologique de l’archipel, avant de se focaliser sur les grottes de laves dont ils proposent une typologie : tubes de lave, grottes de ventilation des cratères, grottes de fissure et de zones de rift, grottes de crête, grottes moulées par des arbres et grottes marines. En focalisant sur les grottes de laves, les auteurs nous offrent un autre regard, peu habituel, sur les volcans d’Hawaii, en mettant en exergue toute la richesse et la diversité de ce patrimoine souterrain : géologique, minéral, paléontologique, archéologique, biologique, culturel, religieux et récréatif.

10Le dernier chapitre illustre, à partir de l’exemple des Black Hills dans les Montagnes Rocheuses, quelques-unes des cavités les plus vastes et les plus complexes du monde. Les grottes les grandes et les plus spectaculaires se situent dans le Parc National de Wind Cave et dans le Monument National de Jewel Cave, dans le Dakota du Sud. Après une présentation des caractères de ces grandes cavités et des étapes de leur exploration, A.N. Palmer expose les différents stades de formation et de développement du karst souterrain. Plusieurs des salles souterraines et des minéralisations associées datent de plus de 300 millions d’années (Mississippien), et sont le résultat de processus chimiques et biochimiques favorisés par la circulation d’acide sulfurique. Des débats animent encore la communauté scientifique à propos de l’origine des cavités et de l’élargissement ultérieur des conduits karstiques dans la masse calcaire. Quoi qu’il en soit, ce paléokarst représente un géopatrimoine exceptionnel à préserver, en permettant la reconstitution de toute l’histoire géologique des Blacks Hills ainsi qu’une partie de son histoire antérieure.

11Au terme de la lecture de cet ouvrage, plusieurs remarques de conclusion peuvent être faites. Sur le fond d’abord : loin de refléter l’extraordinaire géodiversité qu’abritent les parcs nationaux des USA, avec quelques cas célèbres non représentés tel le fameux Parc de Yellowstone, A.N. Palmer offre au lecteur un regard nouveau et original sur les grands espaces protégés du continent nord-américain. Construit grâce aux opportunités de ses collaborations avec les scientifiques du National Park Service, et de son affinité manifeste pour la spéléologie et les recherches karstiques, ce numéro thématique de la revue Dynamiques Environnementales place avantageusement le patrimoine souterrain au cœur de l’ouvrage. Basé sur les résultats les plus récents des recherches scientifiques fondamentales développées sur les territoires concernés, les chapitres qui le composent ouvrent grand la porte aux études appliquées en examinant les problèmes de gestion et les solutions durables pour protéger le patrimoine naturel et culturel des parcs, en surface comme en milieu souterrain. Le caractère pluridisciplinaire de la plupart des recherches qui y sont présentées permettent de combler le « gap » souvent existant entre géodiversité et biodiversité (Gray, 2013), tout en ouvrant sur le patrimoine culturel et archéologique très riche des grottes et cavités karstiques ou pseudo-karstiques, encore trop méconnu aux Etats-Unis. Sur la forme, le numéro s’apparente presque à un « beau-livre », de grand format (A4) et entièrement en couleur, où les photographies sont largement mises à l’honneur. Destiné à être feuilleté pour la qualité de ses illustrations autant qu’à être lu pour son contenu scientifique rigoureux, je ne peux que recommander cet ouvrage, particulièrement à ceux qui s’intéressent aux espaces protégés et, plus spécialement encore, à ceux travaillant en géomorphologie karstique et concernés par les thématiques de conservation du patrimoine souterrain.

Haut de page

Bibliographie

Gray M. (2013)Geodiversity: Valuing and Conserving Abiotic Nature, 2nd Edition, Wiley-Blackwell, Chichester, 508 p.

Migoń P. (2010)Geomorphological Landscapes of the World, Springer, Berlin, 375 p.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

François Bétard, « Palmer A.N. (Ed.), « U.S. National Parks. Pioneering steps in the management of natural resources », Dynamiques Environnementales, n° 31 », Géomorphologie : relief, processus, environnement, vol. 20 - n° 4 | 2014, 377-378.

Référence électronique

François Bétard, « Palmer A.N. (Ed.), « U.S. National Parks. Pioneering steps in the management of natural resources », Dynamiques Environnementales, n° 31 », Géomorphologie : relief, processus, environnement [En ligne], vol. 20 - n° 4 | 2014, mis en ligne le 16 février 2015, consulté le 28 juin 2017. URL : http://geomorphologie.revues.org/10815

Haut de page

Droits d’auteur

© Groupe français de géomorphologie

Haut de page
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Groupe français de géomorphologie
  • Revues.org