Navigation – Plan du site

Actes des 15e Journées des Jeunes Géomorphologues (Caen, 31 janvier - 1er février 2014)

Anne-Julia Rollet, Stéphane Costa et Olivier Maquaire
p. 5-6
Traduction(s) :
Proceedings of the 15th Young Geomorphologists Meeting(Caen, 31 January - 1 February 2014)

Texte intégral

Nous tenons à remercier particulièrement le comité d’organisation des JJG 2014 (S. Costa, R. Davidson, D. Delahaye, A. Beauchamp, M. Fressard, A. Glais, P. Letortu, O. Maquaire, A. Marone, B. Parey, T. Preux, R. Reulier, A.-J. Rollet) ainsi que l’UFR de géographie de l’université de Caen Basse Normandie pour l’aide fournie lors de ces journées et de leur organisation. Nous remercions également l’université de Caen Basse Normandie pour son soutien financier. Enfin notre gratitude va également à l’ensemble des relecteurs qui, en nous donnant de leur temps, ont contribué à l’amélioration de la qualité scientifique des articles présentés dans ce numéro.

1L’édition 2014 des journées des jeunes géomorphologues, portées par le Groupe Français de Géomorphologie (GFG) s’est déroulée à Caen les 31 janvier et 1er février 2014. Cet évènement a été organisé par le laboratoire LETG Caen-Géophen (UMR CNRS 6554) et l’université de Caen Basse-Normandie. Ces journées ont été l’occasion pour 14 doctorants géomorphologues (11 communications et 3 posters) de présenter leurs travaux au sein de 4 sessions thématiques : géomorphologie fluviale (2 communications), géormophologie littorale (2 communications), dynamique des versants (4 communications), et géoarchéologie (3 communications). Cette année encore, ces doctorants proviennent de la France entière (Paris, Caen, Toulouse, Brest, Grenoble, Reims, Lyon). La journée a été suivie d’une matinée sur le terrain au cœur du bassin versant de la Seulles, un des sites atelier du laboratoire LETG Caen-Géophen. Parmi les thèmes présentés, citons l’érosion des parcelles agricoles, les transferts et connexions sédimentaires versants-cours d’eau, la gestion des cours d’eau bas normands, etc.

2Les JJG 2014 confirment les grandes orientations thématiques de la géomorphologie française observées dans le cadre des précédentes éditions. Temporellement, les présentations analysent essentiellement les dynamiques actuelles ou holocènes et cette année encore la faible représentation des études structurales sur le temps long est à souligner. Spatialement, les terrains étudiés continuent de couvrir des contextes géographiques variés depuis le littoral français (Bretagne, Normandie) jusqu’aux milieux désertiques (Egypte) en passant par le Bassin parisien, le bassin versant de la Garonne, les Alpes, l’Italie et l’Arménie.

3Ce numéro spécial rassemble cinq articles issus de ces présentations. Si ces derniers ne sont pas représentatifs de la curiosité des géomorphologues français envers les terrains étrangers, ils montrent tous notre intérêt commun pour la question de l’identification des contributions des divers forçages naturels et anthropiques sur les évolutions des différents systèmes morphologiques. Deux approches peuvent être schématiquement différenciées. La première repose sur une analyse à des échelles temporelles variées (Holocène – pluriséculaire) dans le but d’observer des ruptures dans la trajectoire des systèmes étudiés en lien avec la modification plus ou moins brutale des forçages potentiels. La seconde se concentre sur une analyse évènementielle basée sur des mesures à haute résolution spatiale et temporelle dans le but de quantifier la part relative des différents forçages.

4Les études intégrant la première approche reposent principalement sur l’analyse d’archives sédimentaires, de documents historiques et des investigations géophysiques. Ainsi M. David et al et S. Lescure et al (ce volume) cherchent à identifier les facteurs de contrôle ayant entrainé une métamorphose fluviale de la Garonne. S. Lescure et al. (ce volume) participent à l’effort récent qui vise à décrire une partie spécifique de la Garonne à savoir son espace fluvio-maritime. Ils démontrent ainsi la complexité de ces espaces de transition mais parviennent tout de même à reconstituer les grandes lignes de l’évolution de ce système et à les corréler à celles observées sur d’autres grands systèmes européens (Seine, Rhône, Scheldt).

5Plus en amont, M. David et al. (ce volume) se penchent sur les facteurs influençant l'évolution du fonctionnement hydro-sédimentaire de la Garonne toulousaine sur une échelle de temps pluriséculaire. En combinant étude de cartes historiques et mesures de terrain (carottages et Tomographies de Résistivité Électrique), ils identifient une succession de phases plus ou moins actives en termes de processus hydro-géomorphologiques. Si ces phases suivent globalement les modèles reconnus sur les autres cours d'eau européens (notamment alpins), les auteurs soulignent néanmoins une double particularité de leurs observations : une simplification du chenal dès le milieu du 19e siècle et l'absence d'un style en tresse sur les données cartographiques anciennes au cours du PAG.

6En travaillant sur la reconstitution des trajectoires historiques, de nombreuses questions méthodologiques émergent du fait de la diversité des mesures anciennes et de leur résolution. Ainsi M. Jabbar et al. (ce volume) soulignent la difficulté de l’exploitation quantitative des données historiques et de leur comparaison avec les données actuelles. Ils parviennent néanmoins à développer une méthode d’analyse des levés bathymétriques anciens (19e et 20e siècles) réalisés sur les avant plages de l’Île-Tudy (sud du Finistère) en prenant en compte toutes les imprécisions inhérentes à ce type de données pour les comparer ensuite aux profils récents (2012). Alors que les précédents travaux n’observaient qu’une phase globale d’exhaussement de ce secteur depuis le début du 20e siècle (Bouffort et al., 2011), ces auteurs identifient une alternance de phases d’abaissement et d’exhaussements depuis le 19e siècle. À partir de ces résultats, il est alors plus aisé de différencier temporellement les nombreux forçages naturels (modification du régime de houle, impacts des évènements météo-marins majeurs) et anthropiques (extractions de sable et poldérisation, etc.) qui ont alternativement ou concomitamment gouverné l’évolution morphologique de ce secteur.

7Les études reposant sur une approche évènementielle des processus morphologiques actuels nécessitent l’utilisation d’outils de plus en plus performants tant sur la résolution spatiale des mesures que sur leur précision. N. Bollot et al. (ce volume) se sont ainsi interrogés sur le rôle des eaux souterraines dans l’occurrence et la répartition des glissements de terrain et l’influence des pratiques viticoles sur ces aquifères au sein du bassin versant de la Sémoigne (bassin de Paris). Ils ont alors conduit une étude hydrologique alliant perche de jaugeage à intégration équipée d’un micro-moulinet et sonde multiparamètres. Leurs premiers résultats amènent à reconsidérer la question de la susceptibilité au glissement, en ajoutant aux paramètres structurels et conjoncturels habituellement pris en compte dans les modélisations (Van den Eeckhaut et al., 2010 ; Conforti et al., 2014, Umar et al., 2014) les ressources en eaux et leurs relations avec la répartition spatiale des glissements de terrain.

8De leur côté, P. Letortu et al. (ce volume) se saisissent d’une partie des nombreuses perspectives quantitatives offertes par l’utilisation du TLS (Scanner Laser Terrestre) en géomorphologie littorale : quantification fine des taux d’ablation, visualisation de la répartition spatiale et temporelle de la production de débris, distinction entre mouvements particulaires et de masse. Leurs suivis diachroniques à haute fréquence (tous les 4-5 mois) et résolution spatiale des falaises crayeuses haut-normandes contribuent ainsi à mieux comprendre le fonctionnement du recul des falaises et fournissent ainsi des éléments de réponse aux questionnements des sociétés qui se sont imprudemment implantées très près de l’abrupt.

Haut de page

Bibliographie

Bouffort J.-M., Ferrand J.-P., Le Cornec E., Hénaff A. (2011) – Défense côtière du polder de Combrit. Schéma de confortement à court, moyen et long terme du cordon dunaire. Rapport d'étude pour le SIVOM de Combrit-Île-Tudy, 46 p.

Conforti M., Pascale S., Robustelli G., Sdao F. (2014) – Evaluation of prediction capability of the artificial neural networks for mapping landslide susceptibility in the Turbolo River catchment (northern Calabria, Italy). Catena 113, 236-250.

Umar Z., Pradhan B., Ahmad A., Jebur M.N., Tehrany M.S. (2014) – Earthquake induced landslide susceptibility mapping using an integrated ensemble frequency ratio and logistic regression models in West Sumatera Province, Indonesia. Catena 118, 124-135.

Van Den Eeckaut M., Marre A., Poesen J. (2010) – Comparison of two landslide susceptibility assessments in the Champagne-Ardenne region (France). Geomorphology 115, 141-155.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Anne-Julia Rollet, Stéphane Costa et Olivier Maquaire, « Actes des 15e Journées des Jeunes Géomorphologues (Caen, 31 janvier - 1er février 2014) », Géomorphologie : relief, processus, environnement, vol. 21 – n° 1 | 2015, 5-6.

Référence électronique

Anne-Julia Rollet, Stéphane Costa et Olivier Maquaire, « Actes des 15e Journées des Jeunes Géomorphologues (Caen, 31 janvier - 1er février 2014) », Géomorphologie : relief, processus, environnement [En ligne], vol. 21 – n° 1 | 2015, mis en ligne le 14 avril 2015, consulté le 23 mai 2017. URL : http://geomorphologie.revues.org/10824

Haut de page

Auteurs

Anne-Julia Rollet

Université de Caen Basse Normandie LETG-Caen Geophen UMR 6554CNRSEsplanade de la Paix14032 Caen (anne-julia.rollet@unicaen.fr).

Articles du même auteur

Stéphane Costa

Université de Caen Basse Normandie LETG-Caen Geophen UMR 6554CNRSEsplanade de la Paix14032 Caen (stephane.costa@unicaen.fr).

Articles du même auteur

Olivier Maquaire

Université de Caen Basse Normandie LETG-Caen Geophen UMR 6554CNRSEsplanade de la Paix14032 Caen (olivier.maquaire@unicaen.fr).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Groupe français de géomorphologie

Haut de page
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Groupe français de géomorphologie
  • Revues.org