Navigation – Plan du site
Compte rendu d'ouvrage

André Monaco, Wolfgang Ludwig, Mireille Provansal, Bernard Picon (Coord.), Le golfe du Lion. Un observatoire de l'environnement en Méditerranée

Editions Quae, Collection Update Science et Technologies, Versailles, 2009, 372 p.
Frédéric Bertrand
p. 189-190
Référence(s) :

André Monaco, Wolfgang Ludwig, Mireille Provansal, Bernard Picon (Coord.), Le golfe du Lion. Un observatoire de l'environnement en Méditerranée, Editions Quae, Collection Update Science et Technologies, Versailles, 2009, 372 p.

Texte intégral

1Le golfe du Lion est devenu, depuis le début des années 1950 et une première série de travaux du laboratoire d'océanographie physique du Muséum d'Histoire Naturelle (H. Lacombe et P. Tchernia) et du Centre de recherches océanographiques (C. Francis-Boeuf et V. Romanovsky), le chantier occasionnel pour de nombreux programmes nationaux et européens. Si l'approche exploratoire des premières recherches a permis de révéler certains traits géomorphologiques et hydrologiques originaux de cette partie de la Méditerranée occidentale (effondrements et subsidence post-oligocènes associés à l'ouverture de la mer Ligure, ravinement d'une pente continentale peu inclinée par des canyons en cours de rajeunissement actif, renouvellement des eaux par cascading hivernal, dessalure des eaux de surface vers le SW sous l'influence des eaux du Rhône), l'adoption progressive, ici comme ailleurs, d'une approche intégrative a permis d'élargir les champs de recherche à l'ensemble d'un système d'interactions sociétés-milieux de dimension régionale. Un dispositif de recherche pluridisciplinaire du CNRS, le programme ORME (Observatoire régional méditerranéen de l'environnement), centré sur la zone atelier du golfe du Lion a permis à quatre spécialistes, respectivement océanographe (André Monaco), géochimiste (Wolfgang Ludwig), géomorphologue (Mireille Provansal) et sociologue (Bernard Picon) de coordonner la rédaction d'un ouvrage réunissant 68 auteurs afin de dresser un état des connaissances pluridisciplinaires acquises sur un objet environnemental défini comme un « anthroposystème méditerranéen » (p. 13). L'approche et l'intégration des différents « compartiments » du système sont abordées sous l'angle de la dynamique de l'eau et sédiments de la matière, ce qui conduit logiquement à centrer le questionnement sur l'origine, la nature et les transformations des flux, à la fois objets et ressources (p. 14).

2Face à la complexité d'un système incluant l'Homme, on sait gré aux auteurs de présenter, non pas une analyse synthétique et complète de l'unité fonctionnelle « golfe du Lion » mais une approche par sous-systèmes offrant une série d'éclairages pluridisciplinaires à différents échelles d'espaces et de temps sur ses trois secteurs fondamentaux se succédant d'amont en aval selon le continuum hydrologique terre-mer.

3Ainsi, la première partie (chap. 1 à 7, 104 p.) présente trois bassins versants particulièrement étudiés en raison de l'importance actuelle et passée de leurs apports liquides et solides à la mer Méditerranée (Rhône, chap. 6 et chap. 7), de leurs caractéristiques naturelles ou liées aux activités humaines typiques du bassin occidental de la Méditerranée (Têt, chap. 1 et son affluent la Lentilla, chap. 3), ou encore des enjeux de gestion liés à la densité de l'occupation humaine (Hérault, chap. 5). Les échanges terre-mer sont replacés à l'échelle régionale dans le contexte de la variabilité hydroclimatique (chap. 2) sans que soit négligé le rôle de la végétation terrestre et les conséquences hydrologiques sur le cycle de l'eau et des changements en cours de la végétation (chap. 4).

4Les « zones humides et estuariennes » occupent, à bon droit étant donné leur situation à l'interface-terre et leur caractère hautement convoité, la seconde partie (chap. 8 à 14, 112 p.), centrale, de l'ouvrage. Malgré un titre discutable – le vocable « estuarien » est malvenu dans cette portion de la mer Méditerranée où les actions de la marée sont négligeables en raison du faible marnage (+15 à -15 cm par rapport au niveau marin moyen) – nombreux sont ceux qui trouveront matière à actualiser leurs connaissances sur des milieux appartenant à des environnements très différents, depuis l'étang de Berre, à l'est, jusqu'à la lagune de Salses-Leucate, à l'ouest, en passant par la Camargue, autour de l'étang de Vaccarès, et la lagune de Thau, mais qui constituent véritablement la toile de fond du golfe du Lion en leur qualité d'étang littoral (cf. colloque de la Commission d'Océanographie du Comité National Français de Géographie de 1980). La coexistence, autour de ces étangs littoraux, entre les sociétés humaines et les systèmes écologiques sont le thème des deux contributions sur la Camargue (chap. 8) et sur l'étang de Berre (chap. 14) où le développement d'activités autour d'aménagements – notamment hydrauliques – ont été à l'origine des perturbations sur les milieux humides et des conflits d'usages les plus notables. Parmi les autres chapitres complétant le panorama des activités humaines dans la bande côtière et procédant tous d'une intégration poussée entre sciences de la nature et sciences économiques et sociales, on retiendra les développements sur les relations entre biologie et usages mettant en exergue l'impact des pompages et des aménagements hydrauliques sur la salinisation des eaux dans les nappes souterraines et les ressources hydriques en Camargue (chap. 10) et l'impact des aménagements littoraux, par le biais des conditions de migrations fluvio-marines, sur une ressource vivante aussi convoitée que l'anguille européenne (chap. 12). L'étude biochimique de la lagune de Salses-Leucate présente les sources et les trajectoires des contaminants dans un étang littoral relativement préservé de l'eutrophisation grâce à sa « marinisation » (chap. 11), l'impact de l'aménagement (ouverture des passes) devant être considéré, ici, comme bénéfique.

5La troisième partie (chap. 15 à 21, 88 p.) couvre le domaine plus spécifiquement marin et côtier en considérant son évolution sous l'effet des forçages anthropiques et du changement climatique. Un chapitre rappelle utilement les principaux mécanismes qui régissent la circulation océanique et font du golfe du Lion le « poumon » de la circulation méditerranéenne (chap. 16) tandis que la précocité, dès 1990, de l'augmentation de la température et de la salinité des eaux de surface avec comme effet probable à long terme un ralentissement de la circulation thermo-haline font de cette mer une zone test des changements environnementaux globaux et régionaux (chap. 15). Le possible renforcement des dynamiques marines et l'augmentation des surcotes combinés à la montée du niveau marin et la réduction des apports meubles sont considérés, à l'instar de beaucoup de côtes basses d'accumulation, comme les facteurs d'aggravation future des phénomènes d'érosion littorale dont on regrettera qu'elle ne soit évoquée en détail qu'à propos du golfe de Beauduc (chap. 21) alors que le phénomène concerne plus largement les plages de l'ouest du golfe (thèse de P. Durand, 1999, non citée). L'originalité majeure du système du golfe du Lion provient de ce que le sous-système rhodanien inférieur (plaine alluviale, plaine deltaïque et plate-forme continentale) est passé d'un fonctionnement de rétention sédimentaire partielle à un fonctionnement « transparent », forcé par les aménagements et convoyant une grande partie des apports sédimentaires en nette diminution en dehors du champ d'action des vagues (chap. 20). Le passage entamé au XIXe siècle à une économie de pénurie sédimentaire justifie l'attention portée aux événements extrêmes et à leurs impacts sur les bilans de matière et les cycles biogéochimiques dont dépend l'évolution du littoral et de la zone côtière dans son ensemble (chap. 17).

6Une conclusion courte (7 p.) mais à forte portée réflexive met en perspective les travaux du programme ORME à l'aune du concept de vulnérabilité et des enjeux que représentent les ressources en eau et les ressources vivantes de la zone atelier. La réflexion s'appuie sur la reconnaissance, en Camargue et autour de l'étang de Berre, de clivages nature-sociétés en tant que facteurs aggravants de risques et d'une demande économique et sociale en matière de gestion intégrée (chap. 9) ainsi que sur la mise en évidence de l'importance de l'apprentissage institutionnel pour caractériser les propriétés des dispositifs de gestion intégrée des zones côtières dans la lagune de Thau et la baie de Paulliles sur la côte roussillonnaise (chap. 13). Plusieurs projet de recherches ont pu développer ces pistes de réflexion depuis la publication de l'ouvrage en 2009, que ce soit sur les côtes du golfe de Lion, dans le cadre du programme de l'ANR (projet MISEEVA), du programme LITEAU du MEDDE (projets MICROGAM, GELAMED, InterSAGE) ou du programme CRISSIS (projet CSFRS), ou sur des côtes basses d'accumulation comparables comme celle du golfe de Gascogne (programme LITEAU-BARCASUB).

7Par la richesse de son propos pluridisciplinaire, sa vocation pédagogique – soutenue par l'abondance et la qualité des illustrations – et son ambition de participer à l'éclosion d'observatoires de l'environnement côtier, cet ouvrage illustre parfaitement les enjeux actuels de la recherche sur les zones côtières et montre le rôle essentiel des chercheurs dans la territorialisation de ces espaces de concertation. Il mérite d'être rendu accessible à tous les enseignants-chercheurs et à tous les étudiants préparant ou se destinant aux métiers liés à la connaissance et à la gestion des milieux marins côtiers.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Frédéric Bertrand, « André Monaco, Wolfgang Ludwig, Mireille Provansal, Bernard Picon (Coord.), Le golfe du Lion. Un observatoire de l'environnement en Méditerranée  », Géomorphologie : relief, processus, environnement, vol. 21 – n° 2 | 2015, 189-190.

Référence électronique

Frédéric Bertrand, « André Monaco, Wolfgang Ludwig, Mireille Provansal, Bernard Picon (Coord.), Le golfe du Lion. Un observatoire de l'environnement en Méditerranée  », Géomorphologie : relief, processus, environnement [En ligne], vol. 21 – n° 2 | 2015, mis en ligne le 09 juillet 2015, consulté le 30 avril 2017. URL : http://geomorphologie.revues.org/11032

Haut de page

Droits d’auteur

© Groupe français de géomorphologie

Haut de page
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Groupe français de géomorphologie
  • Revues.org