Navigation – Plan du site

Approche des environnements volcaniques en géographie : méthodes et échelles

Édouard de Bélizal et Franck Lavigne
p. 201-204
Traduction(s) :
Methods, spatial and temporal scales to appraise volcanic environments in geography

Texte intégral

1Si la seconde édition de de l’Encyclopedia of Volcanoes, publiée chez Academic Press par Haraldur Sigurdsson et al., (2015) fait la part belle au volcanisme et aux phénomènes éruptifs, elle offre néanmoins un assez bon aperçu de l’élargissement thématique des études portant sur les volcans. Ils sont devenus des objets scientifiques et des terrains étudiés à travers les méthodes et problématiques d’autres sciences. Les recherches anthropologiques sur les représentations (Dove, 2007) ou les religions (Chester & Duncan, 2013a et b), les approches archéologiques (Sheets, 2015) participent à une connaissance intégrée des espaces volcaniques à laquelle les géographes ont participé. L’étude du complexe volcanique Rinjani-Salamas par Lavigne et al. (2013) a mis en avant une approche multidisciplinaire pour reconstituer l’impact global d'une éruption, nécessitant la participation de tout un cortège scientifique traduisant les différentes approches scientifiques du volcan. Forts de leur démarche multiscalaire, les géographes sont à même de saisir la variabilité spatiale et temporelle des environnements volcaniques, caractérisés par le balancement entre le moment plus ou moins bref d’une éruption et l’évolution plus longue, marquée par une anthropisation croissante. Pour toutes ces échelles, des méthodes existent et sont à perfectionner : c’est l’objectif de la « volcanographie », terme créé par Franck Lavigne et Frédéric Leone lors des Xe Journées Géorisque à l’Université Paul Valéry – Montpellier 3 le 14 février 2014.

2Le présent numéro de Géomorphologie : relief, processus, environnement propose quatre approches des environnements volcaniques à des échelles spatiales et temporelles variées. Les études recouvrent des thématiques transversales axées autour des ressources qui attirent et fixent des populations autour des volcans, mais prennent en compte aussi les risques qui les menacent. Des rétroactions existent aussi entre l’anthropisation et la vulnérabilité des espaces, appelant une approche systémique, englobante, des milieux volcaniques.

3C’est le sens de l’étude présentée par Christopher Gomez (University of Canterbury, Nouvelle-Zélande) et Patrick Wassmer (Université de Strasbourg, Laboratoire de Géographie Physique de Meudon, France) sur les paysages du volcan Unzen (Kyūshū, Japon). S’appuyant sur une méthode classique associant terrain et géomatique, mais tout en expérimentant un outil nouveau, ils cartographient les changements environnementaux susceptibles de fragiliser l’équilibre du milieu. Cela permet aux auteurs d’envisager les milieux volcaniques comme un système dont la résilience serait fragilisée par l’anthropisation. Espaces habités, espaces occupés, les volcans sont des milieux aménagés souvent depuis des millénaires, comme le rappelle l’article d’Anne-Kyria Robin (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, doctorante au Laboratoire de Géographie Physique de Meudon, France) et de ses partenaires. Leur étude nous conduit à un changement d’échelle et de temporalité, mais aussi de méthode (travail de terrain et traitements de laboratoire). La description des obsidiennes du volcan Nemrut (Turquie) pose la question de l’exploitation des matériaux volcaniques en présentant les caractéristiques géologiques d’une ressource qui fut longtemps stratégique. C’est à un autre type d’exploitation, mais sur un espace et une temporalité bien plus restreintes que s’intéresse le travail d’Anouk Ville (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, France) et ses co-auteurs dans le cadre du programme SEDIMER. À l’échelle d’une carrière située dans une vallée du Merapi (Indonésie), les conséquences de l’exploitation des dépôts volcanoclastiques (blocs et sables) sur la morphologie du fond de vallée sont calculées à l’aide de mesures photogrammétriques, complétées par une campagne de mesures sur le terrain. Le dernier article, enfin, illustre un autre exemple d’étude géomorphologique à très grande échelle sur les comportements d’un processus géomorphologique rapide, les lahars (coulées de débris volcaniques). Sur une portion plus en amont de la même vallée étudiée par Ville et al. au Merapi, Sandy Budi Wibowo (Université Gadjah Mada, Indonésie et doctorant au Laboratoire de Géographie Physique de Meudon, France) et ses collaborateurs ont déployé un dispositif vidéo couplé à des capteurs sismiques et acoustiques pour associer l’image du flux d’un lahar à sa signature sismique. Cela permet de préciser la variabilité temporelle des dynamiques de l’écoulement au point de mesure. 

4Ces quatre études apportent un éclairage synthétique des méthodes utilisées pour qualifier et quantifier, à différentes échelles et sur différentes temporalités, les processus géomorphologiques à l’œuvre sur les volcans actifs. Elles rappellent toute l’importance qu’occupe le terrain dans la recherche géographique, ainsi que la diversité des données récupérées et que les géographes sont capables d’analyser et d’interpréter. Précisons que si la compréhension des environnements volcaniques passe par une solide analyse des processus physiques qui les modèlent, elle nécessite également la prise en compte des sociétés qui les habitent et les transforment. Rédigés par des géographes volcanographes, ces quatre articles ont tous en filigrane les thématiques des risques et des ressources volcaniques, qui sont au cœur des problématiques environnementales et territoriales sur les espaces volcaniques. 

5Nous remercions vivement l’ensemble des auteurs et de leurs co-auteurs pour le travail fourni ainsi que les relecteurs pour leur disponibilité et la rigueur de leur travail. Toute notre gratitude également à Pierre-Gil Salvador qui a effectué un patient travail de collecte et d’édition des manuscrits révisés.

Haut de page

Bibliographie

Chester D.K., Duncan A.M., Al Ghasyah Dhanhani H. (2013a)Volcanic eruptions, earthquakes and Islam. Disaster Prevention and Management 22, 3, 278-292.

Chester D.K., Duncan A.M. (2013b) – Volcanoes, earthquakes and God: Christian perpsectives on natural disasters. Rethinking Mission.

Dove M.R. (2007) – Volcanic Eruption as Metaphor of Social Integration: A Political Ecological Study of Mount Merapi, Central Java. In Connell J. and Waddell E. (Eds.), Environment, Development and Change in Rural Asia-Pacific: Between Local and Global. New York, NY: Routledge, 16-37.

Sigurdsson H., Houghton B., McNutt S.R., Rymer H., Stix J. (dir., 2015) Encyclopedia of Volcanoes. Academic Press, San Diego, 1456 p.

Sheets P. (2015) Archaeology and volcanism. In Sigurdsson H., Houghton B., McNutt S.R., Rymer H., Stix J. (Eds.), Encyclopedia of Volcanoes. Academic Press, San Diego.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Édouard de Bélizal et Franck Lavigne, « Approche des environnements volcaniques en géographie : méthodes et échelles », Géomorphologie : relief, processus, environnement, vol. 21 – n° 3 | 2015, 201-204.

Référence électronique

Édouard de Bélizal et Franck Lavigne, « Approche des environnements volcaniques en géographie : méthodes et échelles », Géomorphologie : relief, processus, environnement [En ligne], vol. 21 – n° 3 | 2015, mis en ligne le 08 octobre 2015, consulté le 18 août 2017. URL : http://geomorphologie.revues.org/11070

Haut de page

Auteurs

Édouard de Bélizal

Université Paris-Ouest Nanterre La Défense – CNRS, Laboratoire de Géographie Physique, UMR 8591 – 1 place Aristide Briand, 92190 Meudon (edouard.dbelizal@gmail.com).

Articles du même auteur

Franck Lavigne

Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne – Laboratoire de Géographie Physique, UMR 8591 CNRS, Bâtiment Y – 1 place Aristide Briand, 92195 Meudon Cedex (Franck.Lavigne@univ-paris1.fr).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Groupe français de géomorphologie

Haut de page
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Groupe français de géomorphologie
  • Revues.org