Navigation – Plan du site

Systèmes fluviaux du Sud-Ouest marocain et leur évolution depuis le Pléistocène supérieur.

Fluvial systems of southwestern Morocco and their evolution since the Late Pleistocene.
André Weisrock, Laurent Wahl, Abderrahmane Ouammou et Lahoucine Chakir
p. 229-248

Résumés

Les principaux oueds du Sud-Ouest marocain, bénéficiant d'un cadre montagneux, fonctionnent selon des écoulements quasi-pérennes à des écoulements éphémères avec un gradient qui n'obéit pas strictement à la logique latitudinale. En dehors des interventions anthropiques, le système fluvial dépend surtout de l'irrégularité de la pluviométrie dans le temps et l'espace, ainsi que de la localisation, configuration et nature lithologique des bassins versants. Ces facteurs confèrent une grande mobilité aux positions des zones proximales, médianes et distales des organismes fluviaux. Quatre caractéristiques apparaissent originales : la construction de cônes intérieurs par certains tributaires importants avec l'élargissement du domaine à chenaux tressés, la variété des types d'accumulations carbonatées, la relation avec les inféroflux et la relation avec les systèmes éoliens. Le bilan morphodynamique actuel est une incision linéaire, hormis pour certains cônes intérieurs. Trois phases principales de modification des processus morphodynamiques apparaissent dans les héritages du Quaternaire récent : des phases d'aggradation de matériaux fins distaux (le Pléistocène supérieur entre environ 50 et 30 ka principalement, et l'Holocène moyen, autour de 5 ka) ; des phases d'apports colluviaux prédominants (avant 50 ka, vers 45 ka et surtout entre 30 et 17 ka) ; des phases d'incision linéaire prédominante (surtout à l'Holocène inférieur et supérieur). Les premières résultent d'une métamorphose des zones médianes du système fluvial qui, après l'accumulation de dépôts fins de crue, ont pu évoluer temporairement en systèmes palustres. Les secondes indiquent un fonctionnement actif du système fluvial aride, avec une érosion sévère dans les zones proximales et un engorgement des zones médianes et distales des bassins versants. Les dernières montrent une inversion de la relation débit solide/débit liquide surtout dans les zones médianes et distales, liée à des causes complexes où interviennent eustatisme, climat et anthropisation.

Haut de page

Notes de la rédaction

Article reçu le 18 mars 2005, accepté le 11 novembre 2006.

Texte intégral

Les auteurs remercient A. Devos, B. Kaiser, J. Riser et J.-C. Thouret pour leurs minutieuses relectures et leurs commentaires constructifs ayant permis d'améliorer cet article. Ils remercient C.A. Whiteman pour les traductions anglaises, ainsi que D. Brion, M. Deshaies, P. Guery, D. Harmand et P. Serrat pour l'élaboration des figures.

Introduction

1Avec l’essor de la géomorphologie climatique, les caractéristiques des systèmes fluviaux de la zone aride et semi-aride ont fait l’objet de nombreuses études et sont aujourd’hui bien connues, depuis les synthèses françaises de J. Tricart et A. Cailleux (1960), R. Coque (1968), X. de Planhol et P. Rognon (1970), J. Dresch (1982), nourries au départ d’observations surtout nord-africaines et sahariennes. Leurs enseignements essentiels ont été confirmés et précisés dans les travaux des écoles anglo-saxonnes (Glennie, 1970 ; Graf, 1988 ; Thomas, 1989 ; Cooke et al., 1993 ; Abrahams et Parsons, 1994 ; Nanson et al., 2002), élargis principalement aux exemples du Proche-Orient, des Etats-Unis et de l'Australie. Parallèlement, des progrès considérables ont été accomplis en matière de géodynamique fluviale (Leopold et al., 1964 ; Schumm, 1977 ; Knighton, 1984 ; Bravard et Petit, 1997), permettant de relier les caractéristiques morphologiques des cours d’eau aux conditions climatiques des écoulements.

2Le but de cet article, qui utilise les observations réalisées dans le cadre géographique du Sud-Ouest marocain, est double : d’une part, souligner ce qui dans les principaux bassins versants de cet espace peut sembler original, voire atypique par rapport aux modèles confirmés et, d’autre part, en tirer des enseignements possibles pour la compréhension des héritages pléistocènes et holocènes, relativement abondants ici. Au-delà des aspects très connus de la géomorphologie fluviale en milieu aride, le premier point concerne le processus d’ensemble de désorganisation du réseau hydrographique, ainsi que certains caractères morphodynamiques plus ponctuels des oueds de la région : extension du domaine à chenaux tressés et construction de cônes intérieurs, abondance et variété des phénomènes d’indurations calcaires, rôle des inféroflux, rapports originaux entre dépôts fluviatiles et dépôts dunaires. Le second point tente de comprendre les raisons des différences marquées qui existent généralement entre les dépôts du Pléistocène supérieur et ceux de l' Holocène dans les oueds du Sud-Ouest marocain.

Le système fluvial des oueds du sud-ouest du Maroc

3Le sud-ouest du Maroc (fig. 1), en situation subtropicale (29°N – 32°N), comporte un environnement montagneux élevé (plus de 4 000 m dans le Haut-Atlas occidental, plus de 2 500 m dans l’Anti-Atlas occidental) entrecoupé de dépressions relativement restreintes (Plaine du Souss, Bas-Plateau de Tiznit, Feijas de Goulimine). Ces conditions contrastées de relief sont accompagnées d’un réseau hydrographique à cours d’eau hiérarchisés, dont les plus importants, exoréïques, ont des bassins versants plus ou moins vastes (du nord au sud : oued Ksob, oued Tidzi, assif Iguezoullen, oued Tamri, assif Tamghart, oued Souss, oued Massa, oued Adoudou-Tamdroust, oued Noun).

Fig. 1 – Les bassins versants du Sud-Ouest marocain, Sahara occidental exclu.
Fig. 1The catchments of southwestern Morocco, except western Sahara.

Fig. 1 – Les bassins versants du Sud-Ouest marocain, Sahara occidental exclu. Fig. 1 – The catchments of southwestern Morocco, except western Sahara.

1 : massifs montagneux ; 2 : rebord de la Hamada du Draa ; 3 : point culminant ; 4 : cours d'eau pérenne ; 5 : oued ; 6 : limites de bassin versant ; 7 : station météorologique.
1: mountainous massifs; 2: front of the Hamada du Draa; 3: summit; 4 : perennial river; 5: wadi; 6: mountain and drainage divides; 7: meteorological station.

4Le dispositif montagneux renforce les totaux pluviométriques, particulièrement sur les versants exposés aux vents de secteur ouest (Delannoy, 1988). C'est le cas des stations d'Agadir et Aoulouz et (tab. 1A) qui enregistrent des totaux supérieurs à 250 mm pour la période 1985-2001, plus qu'à Essaouira, pourtant située plus au nord, mais influencée par l'upwelling qui génère une stabilisation des masses d'air.

Tab. 1A – Données pluviométriques moyennes mensuelles et annuelles de cinq stations du sud-ouest du Maroc pour la période 1985-2001.
Tab. 1A – Mean monthly and annual precipitation in five stations of south-western Morocco for the 1985-2001 period.

Stations

Alt.

JAN

FEV

MAR

AVR

MAI

JUN

JUI

AOU

SEP

OCT

NOV

DEC

ANNEE

AGADIR

23

42,7

29,9

35,1

12,3

4,5

1,0

0,1

0,3

1,8

19,7

34,4

81,7

263,7

ASSAKA

115

28,5

17,1

18,2

4,5

1,6

1,2

0,5

0,6

4,8

5,9

21,1

40,2

144,2

AOULOUZ

680

43,3

42,3

43,5

23,1

11,3

5,7

1,0

4,5

11,8

27,3

32,7

57,7

304,2

ESSAOUIRA

15

64,3

27,6

25,6

18,8

4,8

1,1

0,0

0,0

2,6

26,1

44,0

72,0

247,4

GOULIMINE

300

18,6

12,6

16,8

5,2

1,8

0,0

0,0

0,0

5,2

4,6

17,1

36,5

118,8

D'après les données de la Direction de l'Hydraulique d'Agadir et http://www.wetteronline.de.
Based on data of the Direction de l'Hydraulique of Agadir and http://www.wetteronline.de.

5Il en résulte qu’à ces latitudes déjà basses (Agadir se trouve à celle du Caire), les cours d’eau aux bassins ouverts aux trajectoires des dépressions cycloniques atlantiques ont des écoulements quasi-pérennes. Au contraire, les organismes plus continentaux, dirigés vers le nord (affluents de rive gauche de l'oued Tensift à l'aval de Chichaoua) ou vers le sud (oueds affluents de rive droite du Draa inférieur), ne connaissent que des écoulements éphémères hors des secteurs proches de leurs sources. Dans le bassin de l'oued Noun, où les totaux pluviométriques sont de moins de 150 mm annuels à Assaka, Goulimine, Bou Izakarn, Ifrane et Tarhjijt (tab. 1A et tab. 1B), de faibles écoulements persistent même en saison sèche dans la partie distale de l'oued grâce aux restitutions karstiques. Pentes raides et surtout épisodes pluvieux ponctuels de forte intensité (fig. 2), couvert végétal discontinu et forte pression anthropique favorisent la disponibilité et la prise en charge des sédiments ainsi que leur transport rapide lors des crues dans les oueds (terme qui désigne à la fois la vallée et son écoulement) vers les zones de dépôt que sont les piémonts et les dépressions intérieures, ainsi que vers l’Océan Atlantique pour les organismes exoréïques.

Tab. 1B – Données pluviométriques moyennes mensuelles et annuelles de sept stations du sud-ouest du Maroc pour la période 1951-1980.
Tab. 1B – Mean monthly and annual precipitation in seven stations of south-western Morocco for the 1951-1980 period.

Stations

Alt.

JAN

FEV

MAR

AVR

MAI

JUN

JUI

AOU

SEP

OCT

NOV

DEC

ANNEE

AGADIR

23

46,2

37,0

26,8

18,3

2,6

1,1

0,0

0,1

3,0

20,7

36,7

48,9

241.7

BOU-IZAKARN

570

30,1

23,1

17,2

9,2

1,6

0,4

0,1

1,8

7,4

11,9

19,2

24,7

146.7

ESSAOUIRA

15

39,5

42,9

36,7

30,0

9,1

2,0

0,2

1,4

4,8

26,2

41,3

51,2

285.2

GOULIMINE

300

19,4

17,1

14,7

5,5

2,5

0,8

0,3

0,6

3,6

6,9

17,7

23,4

102.0

IFRANE

600

17,0

16,9

12,0

7,0

0,5

0,4

0,4

0,8

9,0

16,7

41,9

27,2

149.8

MARRAKECH

460

27,4

31,2

35,9

31,7

17,1

7,0

1,7

3,4

7,0

20,1

37,2

28,2

247,9

TARHJIJT

590

10,4

14,2

10,2

2,9

0,5

1,6

1,1

2,3

8,9

8,2

20,0

20,7

101,0

D'après les données de la Direction de la météorologie de Casablanca.
Based on data of the Direction de la météorologie of Casablanca.

Fig. 2 – Carte synoptique simplifiée du 11 avril 2002 et précipitations enregistrées dans quatre stations du Sud-Ouest marocain.
Fig. 2 – Simplified synoptic map of 11 April 2002 and measured precipitations in four stations of south-western Morocco.

Fig. 2 – Carte synoptique simplifiée du 11 avril 2002 et précipitations enregistrées dans quatre stations du Sud-Ouest marocain. Fig. 2 – Simplified synoptic map of 11 April 2002 and measured precipitations in four stations of south-western Morocco.

1 : anticyclone ; 2 : dépression ; 3 : ligne isobare.
1: high pressure cell; 2: low pressure cell; 3: isobaric line.

Les oueds, cours d’eau éphémères

Pluies locales et écoulements spasmodiques

6La situation habituelle des cours d’eau est ici d’être à sec, puisque la sécheresse ordinaire s’étend d’avril à novembre au sud de l'Anti-Atlas, de mai à octobre plus au nord (tab. 1) ; encore les pluies sont-elles très discontinues dans les mois restants, et les totaux mensuels souvent le fait des abats d’un petit nombre de jours pluvieux.

7Au nord de l'Anti-Atlas, les pluies de saison froide engendrent des crues de très faible durée, de fréquence relativement importante et de puissance phénoménale par rapport à celle du module moyen annuel : les crues de plus de 1 000 m3.s-1 se produisent statistiquement une année sur cinq à l'exutoire de l'oued Souss, où le module moyen n'est que de 3 m3.s-1, ces valeurs s'entendant pour une période de référence de 1960 à 1990 (Saidi, 1994).

8Au sud de l'Anti-Atlas, les stations hydrométriques sont fort peu nombreuses : deux seulement par exemple dans tout le bassin de l'oued Noun (Agoussine, 1993), et peu représentatives (mesures sur un canal d'irrigation dérivé sur un barrage de l'oued et non sur l'oued lui-même à la station d'Assaka). C'est pourquoi on relatera ici l'exemple d'un événement pluviométrique entraînant une crue notable sur l’oued Noun, observé au Fort Oued Noun le 11 avril 2002, le seul depuis 1995 (fig. 2). Lors de cet événement, la crue généralisée à l’ensemble du bassin versant a mis plus d'une journée avant de s’écouler dans la partie distale de l’oued : les abats d’eau ne sont pas seulement discontinus dans le temps, mais aussi dans l’espace. Dans cette partie distale du cours d'eau qui franchit en gorge un relief appalachien essentiellement schisto-calcaire et quartzitique, les écoulements les plus impressionnants de cet épisode ont d’abord affecté, dans un premier temps, de petits affluents ordinairement toujours secs et pas forcément contigus. Au Fort Oued Noun, le 11 avril 2002, après la chute des premiers 10 mm de pluie en moins de trois heures, un ruissellement diffus s’est organisé sous la forme de rigoles plus ou moins marquées sur les versants et les interfluves, créant un réseau dentritique élémentaire à forte densité. La concentration des eaux a ensuite été rapide, à cause des pentes fortes de cette moyenne montagne. Au bout de trois heures, les ravins affluents de l'oued Noun ont été envahis par des flots tumultueux à fortes charges de fond et en suspension. L'écoulement restait cependant ponctuel dans l'oued principal. Les affluents ont eu ensuite des comportements différenciés, en fonction de la localisation des averses. Les phénomènes de rill-wash, puis de concentration des écoulements, sont donc ici les plus courants. En fonction de la lithologie, des conditions topographiques et du couvert végétal, ces écoulements entretiennent et approfondissent de spectaculaires badlands. En revanche, l’écoulement en nappe (le célèbre sheetflood de W.J. McGee, 1897) qui est souvent évoqué comme mode d’écoulement et de transport, notamment sur les glacis d’érosion, ne semble pas se produire, sauf peut-être sur certaines portions de cônes et dans les zones tout à fait distales, que nous n’avons pas parcourues durant cet épisode pluvieux. Ce dernier s’est poursuivi durant la journée du 11 avril sous forme d'averses plus ou moins longues, parfois très violentes, mais toujours localisées, et par intermittences durant la nuit suivante ; le lendemain, les affluents ne s’écoulaient plus que rarement et très ponctuellement, au contraire de l’oued principal. L'épisode pluvieux s'étant poursuivi sur le bassin versant, le pic de crue sur l'oued principal a eu lieu le 13 avril.

Le rôle morphogénique capital des crues : calibrage du lit

9Le façonnement des oueds est donc lié aux rares moments de fonctionnement des crues, dont les effets se traduisent par des formes évolutives d’érosion et d’accumulation. Dans les lits rocheux, on remarque une très grande irrégularité du profil en long ; ainsi l’oued Noun n’est-il que la succession de seuils rocheux au passage des rides appalachiennes calcaires ou quartzitiques et de gueltas (mares de plusieurs centaines de mètres de long, dont la profondeur peut atteindre cinq mètres) au passage des dépressions schisteuses. Si les seuils sont permanents à l’échelle humaine, les dimensions des gueltas sont parfois largement modifiées à la suite d’une crue. L’incision linéaire, difficile à quantifier, est fort irrégulièrement répartie : elle concerne surtout les zones amont, par ruissellement sur les fortes pentes, et aval, par érosion régressive. Dans la zone de transport, où la charge de fond caillouteuse peut être mobilisée, l'érosion est surtout latérale, par affouillements et éboulements consécutifs à la translation des sinuosités. Les tentatives de mesure de ces processus sont rares : dans l’oued Louaar, affluent du Souss près de Taroudannt, les piles en briques cimentées d’un aqueduc du XVIe siècle (Berthier, 1964) situé sur une sinuosité à grand rayon de courbure du cours ont été déchaussées au droit d'une mouille, alors qu’elles sont restées intactes ailleurs. Des débris métriques de ces piles ont effectué des trajets de plusieurs centaines de mètres. Selon les travaux de A. Aït Hssaïne (1994), un approfondissement des bad-lands de ce secteur se serait produit dès l’époque romaine, eu égard aux datations des banquettes basses qui y sont emboîtées. Plus directement visibles sont les résultats de l'érosion latérale qui entraînent de spectaculaires éboulements de berges, le déchaussement des radiers ou l’effondrement de routes et ponts (fig. 3A). Lorsque la lithologie s’y prête, comme dans le cas de la basse vallée de l’oued Tamri creusée dans les marnes du Crétacé, la translation des méandres vers l’aval progresse rapidement et s'accompagne du calibrage de la vallée.

Fig. 3A – L'érosion latérale : terrasse de l'Holocène récent et route principale emportées après la cue du 3 Novembre 1987 à Tamri.
Fig. 3A – Lateral erosion: Late Holocene terrace and main road removed away by the 3 November 1987 flood at Tamri).

Fig. 3A – L'érosion latérale : terrasse de l'Holocène récent et route principale emportées après la cue du 3 Novembre 1987 à Tamri. Fig. 3A – Lateral erosion: Late Holocene terrace and main road removed away by the 3 November 1987 flood at Tamri).

Photo : Weisrock.
Picture: Weisrock.

10Ce sont surtout les dépôts qui sont apparents après les crues. On a vu l’activité des ravins élémentaires lors des écoulements : il en résulte des apports locaux abondants, qui constituent des cônes encombrant les confluences au point d'y former de véritables barrages. Ces cônes sont ensuite tronqués dans leur partie distale par l’écoulement de l’oued principal. Dans les dépôts de ces cônes, on trouve des indices de remaniements longitudinaux du matériel local, mais rarement une superposition des apports longitudinaux sur les apports locaux, transversaux et colluviaux. Dans la plupart des cas, lorsqu’une séquence alluviale, signe d’un fonctionnement généralisé du système, est conservée, on observe la superposition inverse, ce qui démontre les plus grandes fréquence et durée des apports locaux, souvent les seuls à fonctionner, dans la constitution des remplissages de vallées.

11Lorsqu’on considère la zone de transport des grands oueds, la caractéristique majeure est la démesure de la largeur du lit : l’oued Souss à Igli mesure plus de deux kilomètres de large, cinq chenaux principaux enserrant de vastes lentilles de galets et de sable dont la végétalisation et l’anthropisation se manifestent à des degrés divers (fig. 3B).

Fig. 3B – La largeur démesurée du lit : le cône interne de l'oued Souss à Igli.
Fig. 3B – Excessive width of the bed: the Wadi Souss inner fan at Igli.

Fig. 3B – La largeur démesurée du lit : le cône interne de l'oued Souss à Igli. Fig. 3B – Excessive width of the bed: the Wadi Souss inner fan at Igli.

La bande active tressée (à droite) forme un cône interne comportant cinq chenaux principaux, séparés des chenaux secondaires affluents (dans le coin en haut à gauche) par une basse terrasse partiellement mise en culture. À l'aval, le cône interne est entaillé directement par un chenal unique sinueux.
The braided channel reach (on the right), with five main channels, is separated from the tributary channels (left corner) by a low, partially cultivated terrace. Downstream, the inner fan is cut by an unique sinuous channel.

Photo : Weisrock, 2000.
Picture: Weisrock, 2000.

Fig. 3C – La terrasse soltanienne de l'oued Tamri au « Pylône » : dépôts fluviatiles, colluviaux et éoliens sommitaux sur 18 m d'épaisseur.
Fig. 3C – The Soltanian terrace at "the Pylône" (Wadi Tamri): 18 m thick alluvial, colluvial and aeolian deposits at its top.

Fig. 3C – La terrasse soltanienne de l'oued Tamri au « Pylône » : dépôts fluviatiles, colluviaux et éoliens sommitaux sur 18 m d'épaisseur. Fig. 3C – The Soltanian terrace at "the Pylône" (Wadi Tamri): 18 m thick alluvial, colluvial and aeolian deposits at its top.

Photo : Weisrock, 2003.
Picture: Weisrock, 2003.

Fig. 3D – Le remplissage soltanien de l'oued Noun au Fort Oued Noun : dépôts de décantation limoneux épais de 25 m, en cours de dissection.
Fig. 3D – The Soltanian infilling of Wadi Noun at Fort Oued Noun: 25 m thick slackwaterflood silts, now dissected.

Fig. 3D – Le remplissage soltanien de l'oued Noun au Fort Oued Noun : dépôts de décantation limoneux épais de 25 m, en cours de dissection. Fig. 3D – The Soltanian infilling of Wadi Noun at Fort Oued Noun: 25 m thick slackwaterflood silts, now dissected.

Photo : Weisrock, 1998.
Picture: Weisrock, 1998.

12La forme la plus courante du lit est celle du tressage, avec des chenaux à faible sinuosité enserrant des lentilles caillouteuses, résultats de la très forte compétence des grands oueds ; tous les auteurs ont déjà abondamment souligné cette caractéristique majeure du transport par les crues boueuses. À l'oued Noun, on peut trouver actuellement, dans le lit ordinaire, des blocs cyclopéens de plus de 2 m d'axe longitudinal, dépourvus de lichens et d'enduits carbonatés durcis, ce qui montre leur mobilisation récente. D'après la taille de ces blocs et d'après l'altitude relative des dépôts de slackwater flood (Benito et al., 1998 ; Heine et Heine, 2002), abandonnés à la base des versants au passage des gorges rocheuses, on peut évaluer (Kochel et Baker, 1988) le débit de pointe des plus fortes crues à un ordre de grandeur de 5 000 m3.s-1, ce qui est très supérieur aux valeurs calculées à partir des hauteurs d'eau mesurées (Agoussine, 1993). La morphologie du lit montre des variantes, avec très souvent une évolution des chenaux vers le méandrage, accompagnée d' une diminution de la charge de fond et de l’augmentation corrélative des charges sableuses et limoneuses. Dans les parties distales, la morphologie fluviale change encore plus nettement, puisque seules parviennent les charges en suspension, constituant les épandages limoneux parfois épais de plusieurs mètres, à très fins litages, des estuaires, ainsi que ceux des plaines alluviales et des maader, vastes zones d'épandage des régions endoréïques (Riser, 1988).

L’organisation spatiale des écoulements éphémères

Discontinuités spatiales du réseau hydrographique

13L'organisation spatiale du tracé du réseau hydrographique est d’abord une conséquence directe du mode de fonctionnement de la pluviométrie et des écoulements, comme cela a été démontré par J.R. Vanney (1960) pour la Saoura. Lors d’une crue, l’écoulement du cours d’eau principal dépend de l’intensité et de la répartition des pluies dans le bassin : la distance parcourue par l’écoulement, de même que sa durée, sont donc variables. On observe cependant que les oueds, ou certaines de leurs portions, n’ont pas seulement un écoulement intermittent, mais peuvent devenir pérennes, particulièrement en montagne (surtout dans les affluents de l’oued Ksob, de l'oued Tamri et de l’oued Souss issus du Haut-Atlas). Le rôle des sous-écoulements à diverses profondeurs, que ce soient les écoulements hypodermiques utilisés par les rhettaras (galeries drainantes), mais aussi les exurgences de nappes souterraines, sans doute à la faveur de la fracturation (Agoussine, 1993), vient donc pondérer l’intermittence des écoulements, qui s’accroît graduellement du nord au sud de la région. Toutefois, la partie distale de l’oued Adoudou-Tamdroust et surtout celle de l’oued Noun, la plus méridionale, échappent à cette logique et restent pérennes, même après plusieurs années de sécheresse (Ouammou, 1994) : le rôle de restitution des nappes karstiques anti-atlasiques tempère ainsi notablement le tarissement du réseau par l’aridité. Ceci se traduit par l’apparition des gueltas à l’aval des exurgences, dans les zones basses du lit de l’oued ou à l’arrière de seuils. Lorsque la nappe d'eau dépasse le niveau du seuil, un écoulement se produit de proche en proche.

14L’écoulement intermittent et discontinu dans l’espace a également des conséquences morphodynamiques directes : chaque secteur de l’oued peut devenir tour à tour proximal, médian ou distal, ce qui induit une très grande mobilité de la localisation des phénomènes d’ablation ou d’accumulation. Les habitants, qui sont de fins observateurs, ont bien remarqué ces discontinuités le long des cours d’eau, donnant un nom différent à chaque tronçon, ce qui a longtemps surpris notre eurocentrisme. Les oueds sont en fait la réunion de plusieurs sous-systèmes fluviaux successifs ne fonctionnant en continuité que lors des plus grandes crues, ce qui a été formalisé déjà dans l’Ouest des Etats-Unis par F.A. Packard (1974) et W.B. Bull (1997).

Le fonctionnement des cônes intérieurs dans la zone de transfert

15Dans les grands bassins comme celui du Souss ou celui de l’oued Noun, le découpage classique (zones de production proximale, zone de transport médiane, zone de dépôt distale) n’est pas complètement respecté : les cônes intérieurs modifient la morphologie de la zone médiane. Il existe trois échelles de cônes intérieurs : des cônes intérieurs élémentaires, situés aux confluences, et dont on a vu plus haut l’importance dans le fonctionnement des cours d’eau éphémères, des cônes intérieurs actifs de grands oueds, longs de plusieurs kilomètres comme dans l'oued Souss (fig. 3B) ou son affluent l'oued Nokheïl (fig. 4), et des cônes intérieurs quaternaires, longs parfois de plus de 15 km. Les seconds, à l'instar des inner-fans de l'Ouest des Etats-Unis (Bull, 1997), sont des zones de rupture morphodynamique, à la fois successivement zones d’accumulation à chenaux tressés et zones d’érosion régressive par recul de têtes de ravins, puis zones de tranfert à chenal unique encaissé. Dans le détail de leur fonctionnement (fig. 4), à l'apex du cône, le chenal principal se subdivise. Il lui succède un secteur tressé qui crée un cône fonctionnel composite, lui-même résultat de la coalescence de multiples cônes élémentaires. L’ensemble du cône est progradant vers l’aval, avec une pente de plus en plus faible. Le front de progradation se compose de plusieurs petits cônes distincts qui produisent une rupture topographique haute de deux à trois mètres. Une brusque convergence des écoulements s'y produit, ce qui fait de cet endroit le point de départ d’une érosion régressive, ou headcut reach, à ravins encaissés (fig. 4).

Fig. 4 – Domaines caractéristiques d'un cône intérieur : exemple de l'oued Nokheïl, 20 km est de Taroudannt.
Fig. 4 – Characteristic reaches of an inner fan: Wadi Nokheïl example, 20 km east of Taroudannt.

Fig. 4 – Domaines caractéristiques d'un cône intérieur : exemple de l'oued Nokheïl, 20 km est de Taroudannt. Fig. 4 – Characteristic reaches of an inner fan: Wadi Nokheïl example, 20 km east of Taroudannt.

1 : bordure montagneuse ; 2 : chenal principal ; 3 : apex du cône ; 4 : domaine des chenaux tressés ; 5 : petits cônes ; 6 : rigoles éphémères et domaine de l'écoulement en nappe ; 7 : domaine de l'érosion par têtes de ravins ; 8 : courbes de niveau.
1: mountainous front; 2: main channel; 3: apex of the fan; 4: braided channel reach; 5: small fans; 6: ephemeral rills and sheet wash reach; 7: headcut reach; 8: contour lines.

16Le cône fonctionne ainsi à la fois comme zone d’accumulation et comme zone de transfert, de part et d’autre d’une zone de transition qui connaît de nombreuses et rapides mutations (Harvey, 2002). Avec des dimensions beaucoup plus vastes et une genèse longue et complexe (Bouzalim, 1987 ; Chakir, 1997), les cônes quaternaires des piémonts, bien qu'en grande partie figés par les encroûtements calcaires, reproduisent partiellement ce schéma, notamment lorsque leur dissection actuelle entraîne la formation de cônes adventices actifs. De part et d'autre des cônes internes (fig. 4), ainsi qu'à l'extrémité distale des cônes les plus longs, les épandages s'étalent largement et des écoulements en nappe peuvent se produire, comme cela a été décrit sur les cônes du piémont nord du Haut-Atlas ou du Tafilalet (Dresch, 1941 ; Joly, 1962). Le domaine de l'érosion régressive succède alors à celui du ruissellement éphémère en nappe, lorsque se produit la convergence des écoulements. Il faut noter enfin que sur les grands piémonts, les cônes induisent l'existence d' intercônes, où la sédimentation est particulière (Bhiry et Occhietti, 2004).

Les particularités des oueds du Sud-Ouest marocain

Importance et variété des accumulations carbonatées

17Ceci n’est pas une particularité exclusive de la région considérée, puisqu’elle s’étend aussi bien à l’ensemble du bassin méditerranéen riche en substrats calcaires. Elle se traduit aujourd’hui par la formation de travertins rubanés stromatolithiques construits de type cascade, de gours travertineux pouvant donner des barrages (Weisrock, 1980), d'oncolithes, de travertins à supports végétaux, principalement à roseaux et charophytes, sur les bords de gueltas et de chenaux (Wengler et al., 2002), d'encroûtements racinaires diffus ou de filaments et amas carbonatés, de nodules ou de dalles calcaires, principalement sur les piémonts (Moreau, 1981 ; Bhiry et al., 1991 ; Aït Hssaïne, 1994). La sécheresse accrue vers le sud fait que ces phénomènes y sont plus discrets ou prennent d’autres formes : encroûtements pulvérulents, travertins de fond de vallée, dépôts palustres carbonatés (Oliva, 1974 ; Ouammou, 1994 ; Wengler et al., 2002).

18Bien que la biolithogenèse soit toujours actuelle (Adolphe et Weisrock, 1985), ces dépôts sont essentiellement représentés par des héritages lorsqu’ils jouent un rôle morphologique notable dans l’agencement des lits d’oueds. Dans les oueds, les dalles calcaires peuvent avoir pour origine le battement de la nappe phréatique, qui conduit à la formation d’un ciment micritique, ou parfois sparitique, particulièrement résistant (Lang, 1981 ; Freytet et Verrechia, 1989). L’érosion régressive se fixe sur la dalle, ce qui induit souvent une rupture notable dans le profil en long de l’oued, ou bloque le recul des têtes de ravins ; sur l’oued Souss et certains affluents, les habitants creusent des galeries drainantes sous la dalle pour utiliser l’inféroflux. Mais ces dalles d’oued n’ont pas l’extension latérale des carapaces calcaires qui arment les glacis et les versants et qui procèdent d’autres phénomènes génétiques (Moreau, 1981). Les dépôts carbonatés liés aux écoulements des cours d'eau sont ponctuels, au contraire des autres encroûtements ainsi que des dépôts palustres et lacustres.

Relations avec les processus et dépôts éoliens

19Les dynamiques fluviatile et éolienne interfèrent surtout dans les zones de transfert et de dépôt, tout en se nourrissant mutuellement. Dans la partie moyenne de la Plaine du Souss, le large lit de l’oued, à sec une grande partie de l’année, de même que les zones d’épandage distales des affluents anti-atlasiques, constituent des aires de déflation quasi permanentes sous l’effet des vents dominants de secteur ouest (Adele, 1998 ; Charif, 2001 ; Weisrock et al, 2002). Des champs de dunes se construisent sous le vent, sous forme de manteaux dunaires assez continus mais peu épais, exportant dans certains cas quelques dunes mobiles. Le système gagne en ampleur lorsqu’il est contraint par un obstacle, comme c’est le cas pour les dunes de Biougra bloquées par le rebord de l’Anti-Atlas. Contrairement à une opinion répandue, les édifices éoliens situés dans les lits des oueds ou à leurs abords immédiats sont très peu affectés par les crues : leur inertie fait que les dépôts boueux les recouvrent le plus souvent sans les éroder : d'où l'interstratification fréquente des dépôts éoliens et fluviatiles. En revanche, l’humidité entretenue favorise leur végétalisation par des plantes psammophiles, comme Retama monosperma et Nicotia glauca (Peltier, 1982).

20Dans les zones distales des oueds exoréïques apparaissent de vastes systèmes dunaires qui sont d’une autre nature. Ce sont des systèmes de dunes littorales, qui atteignent ici de vastes proportions : 12 km de long à l’embouchure de l’oued Souss (Chahboun et Weisrock, 1987), la moitié à Tifnit et à l’oued Massa (Barrada, 1996). Les sables proviennent à la fois des oueds et des plages surtout, ce qui explique ces dimensions ; les accumulations envahissent les embouchures et créent des cordons qui sont étirés vers le sud par les houles et courants côtiers (Guilcher et Joly, 1954). À certaines périodes de l’année, ces cordons emprisonnent une lagune, comme c’est le cas pour l’oued Noun (Wengler et al., 2002). Dans la sédimentation de ces cordons, on observe toujours la superposition des sables sur les dépôts fluviatiles, ou parfois des passages latéraux, ce qui indique l’alternance ou la proximité des deux dynamiques en un point donné. Il peut donc se produire à certains moments des barrages ou « bouchons » éoliens dans les lits fluviaux, derrière lesquels la sédimentation se fait par décantation, même si ce phénomène ne connaît pas ici l’ampleur signalée en Algérie (Estorges et al., 1969 ; Ballais et Heddouche, 1997) ou en Arabie (Glennie, 1970).

21Enfin, bien qu’il soit plus difficile à mettre en évidence et ne soit pas véritablement fluviatile, un autre mode de dépôt original, qui concerne les fractions limoneuses fines et argileuses, consiste en retombées de poussières. Celles-ci peuvent avoir un lien avec les lits d'oueds : lors des situations dépressionnaires, de grands tourbillons ascendants se produisent, créant l'apparition de vents de poussières. La visibilité s'estompe et ne réapparaît qu'avec la chute d'une pluie qui enduit tous les supports d'un film rouge. Les poussières peuvent aussi être d'origine lointaine et se déposer lors de situations synoptiques particulières impliquant d’importants transferts sahariens (Coudé-Gaussen, 1991). Abondantes, elles contribuent alors à la sédimentation sous forme de limons ruisselés, ce qui a été mis en évidence pour certains dépôts holocènes (Rognon et Coudé-Gaussen, 1987 ; Simone, 2000). Dans un cadre plus régional, des transferts de poussières carbonatées expliquent la présence d’encroûtements sur des substrats cristallins ou métamorphiques (Oliva, 1974).

22On voit au total que les conditions climatiques actuelles vont plutôt dans le sens d’une forte réactivité des lits fluviaux du sud-ouest du Maroc, avec une tendance assez générale à la dissection dans les zones amont. L’exportation des sédiments s'effectue soit vers les cônes internes des zones de transfert, où les lits s’élargissent parfois considérablement, soit vers l’Océan Atlantique dans les parties distales. Comme les lits tressés largement étalés, les constructions éoliennes gagnent en extension durant les périodes sèches, ou sont réactivées par des pratiques pastorales ou culturales mal adaptées (Weisrock et al., 1998). En revanche, certains aspects pondérateurs des écoulements apparaissent, au premier rang desquels se situe le rôle tampon des nappes souterraines, dont la reconstitution est directement liée aux successions d’années pluvieuses.

Caractéristiques et significations morphodynamiques des héritages de l’Holocène et du Pléistocène supérieur

23Même si la dynamique fluviale actuelle est globalement destructrice des accumulations, elle n’a pas oblitéré totalement les héritages morphologiques quaternaires et plus précisément ceux du Pléistocène supérieur et de l’Holocène. Dans les oueds, ces héritages se présentent sous la forme de systèmes de terrasses plus ou moins complexes. Alors que les nappes alluviales des basses terrasses holocènes montrent des caractères à peu près identiques à ceux des dépôts actuels, il en va différemment de la terrasse « soltanienne » ( = Pléistocène supérieur terminal), essentiellement composée de dépôts silteux, y compris, lorsqu'elle existe, dans les zones proximales. A partir d'exemples connus de ce dispositif, les raisons de ces différences et des métamorphoses fluviales qu'elles impliquent sont discutées. En fait, le système fluvial intègre à la fois les effets de changements locaux (modifications topoclimatiques et/ou du couvert végétal au sein du bassin versant, anthropisation) et ceux de changements globaux particulièrement importants, comme les fluctuations du niveau océanique et les oscillations climatiques globales.

Les basses terrasses holocènes

24Les remarques qui suivent sont tirées des travaux sur l'oued Ksob (Delibrias et al. 1976 ; Weisrock, 1980 ; Chennaoui et al., 2005), l'oued Tamri (Sabelberg, 1978 ; Rohdenburg et Sabelberg, 1980), l'oued Tamghart (Rohdenburg et Sabelberg, 1980 ; Weisrock 1980), l'oued Souss et ses affluents (Bouzalim, 1987 ; Bhiry et al., 1991 ; Weisrock et al., 1991 ; Aït Hssaïne, 1994 ; Chakir, 1997 ; Adele, 1998 ; Charif, 2001 ; Weisrock et al., 2002 ; Tannouch-Bennani, 2003 ; Bhiry et Occhietti, 2004 ), l'oued Tamdroust (Ouammou, 1994), et l'oued Noun (Andres, 1977 ; Wengler et al., 2002 ; Mathieu et al., 2004).

25Dans la basse vallée de l'oued Noun (fig. 5A), les nappes alluviales des basses terrasses holocènes consistent quasiment toujours en empilements d'unités sédimentaires composées de couches basales caillouteuses recouvrant directement le substratum, plus rarement emboîtées dans des formations pléistocènes, et de couches sableuses et surtout limoneuses plus ou moins épaisses (fig. 5B).

Fig. 5A – La basse vallée de l'oued Noun.
Fig. 5A – The low valley of Wadi Noun.

Fig. 5A – La basse vallée de l'oued Noun. Fig. 5A – The low valley of Wadi Noun.

1 : Cambrien (schistes, quartzites, grès et calcaires) ; 2 : Moghrébien (calcarénites) ; 3 : Quaternaire (dépôts alluviaux et colluviaux) ; 4 : principaux crêts ; 5 : gorge ; 6 : falaise vive ; 7 : falaise morte moghrébienne.
1: Cambrian (schists, quartzites, sandstones and limestones); 2: Moghrebian (calcarenites); 3: Quaternary (alluvial and colluvial deposits); 4: main hogback; 5: gorge; 6: cliff; 7: Moghrebian dead cliff.

Fig. 5B – La terrasse holocène à la Cote 50, oued Noun.
Fig. 5BThe Holocene terrace at Cote 50, Wadi Noun.

Fig. 5B – La terrasse holocène à la Cote 50, oued Noun. Fig. 5B – The Holocene terrace at Cote 50, Wadi Noun.

D'après J. Mathieu et al. (2004), modifié.
After J. Mathieu et al. (2004), modified.

26L'ensemble est ordinairement peu consolidé, sauf cas particuliers, de dépôt entaillé par un méandre, ou de zone de battement de nappe, où la stagnation de l'eau entraîne la formation d'une cimentation phréatique parfois compacte. Dans les sables et les limons, on trouve des taches d'encroûtements diffus et des encroûtements racinaires embryonnaires. Les unités sédimentaires correspondent toujours à l'activité de crues plus ou moins importantes, avec les dépôts successifs de la charge de fond (dépôts en vrac ou dépôts classés de grandes lentilles de galets relevant vers l'aval), puis des charges en suspension, avec des sédimentations sableuses, limoneuses et argileuses de bord de chenaux, plus rarement accompagnées de dépôts de limons fins de décantation dans les zones plus éloignées des chenaux, ou de slackwater deposits (dépôts d'eaux calmes qui se produisent dans les zones de contre-courant). Il n'est pas rare de trouver alors d'autres indices de stagnation des eaux dans des mares temporaires ou gueltas, comme la coloration brune des limons par la matière organique et les enduits de fer et manganèse, la présence d'Unios et de Melanopsis, la présence d'efflorescences salines ou gypseuses. Des traces de pédogenèse, ainsi que des escargotières, des restes de foyers et des outillages néolithiques sont quelquefois associés aux dépôts limoneux (Weisrock, 1980 ; Chennaoui et al., 2005). En d'autres cas enfin, les unités supérieures comportent des sables éoliens typiques interstratifiés, ce qui indique l'invasion, au minimum saisonnière, du lit de l'oued par les dunes.

27Si l'on examine la fréquence de ces trois variantes (dépôts de crue torrentielle classique, dépôts à interstratifications éoliennes, dépôts d'eaux calmes), il apparaît clairement que les deux premiers cas dominent sans partage depuis 4 000 ans environ, date qui marque souvent la dernière grande incision verticale par les chenaux (Sabelberg, 1978 ; Weisrock, 1980 ; Ouammou, 1994) et surtout à partir de 3 500 ans BP. Bien que l'historique des grandes crues reste à établir, il semble que ceci traduise un accroissement récent de la torrentialité qui coïncide avec la mise en valeur systématique des terres arables et l'essor démographique, mais reflète aussi une péjoration climatique qui pourrait être l'équivalent local du petit âge glaciaire (Weisrock, 1980 ; Mathieu et al., 2004). Cette tendance se poursuit jusqu'aujourd'hui, avec également la fréquence de la présence des sables dunaires. Ceux-ci n'ont cependant souvent qu'une signification stationnelle et non générale : ils sont liés aux zones d'estuaires et, dans l'arrière-pays, à l'existence d'un stock disponible mobilisé par un vent dominant (Weisrock et al, 2002).

28En revanche, le dernier cas se localise très nettement autour de 5 ka, date fréquemment établie sur des fragments de charbon de bois, soit flottés au sein de dépôts limoneux d'eaux calmes, éloignés des charges de fond (Adele, 1998 ; Charif, 2001 ; Mathieu et al., 2004), soit restes de foyers présents sur ces limons (Weisrock, 1980 ; Chennaoui et al., 2005). Si l'inventaire floristique des charbons de bois reste à préciser, leur recrudescence correspond à un développement de la végétation et probablement, bien que ceci reste à établir, au début de son défrichement. Il est aussi probable que cette végétation ait contribué au piégeage des sédiments d'eaux calmes. Celles-ci ont pu également être le réceptacle de poussières éoliennes d'origine saharienne apportées sur la région par des circulations cycloniques de sud-ouest (Coudé-Gaussen, 1991 ; Simone, 2000).

29Les résultats disponibles pour la période située entre 10 et 5 ka montrent une évolution complexe (fig. 6). Autour de 10 ka se produit la fin d'une phase d'accumulation, qui s'effectue soit encore au sommet des dépôts de la terrasse soltanienne, comme à l'oued Tamdroust (Ouammou 1994) ainsi qu'au secteur amont de la vallée de l'oued Noun (Andres, 1977 ; Wengler et al., 2002), soit déjà dans une entaille de celle-ci, comme dans la partie distale actuelle de cet oued (Mathieu et al., 2004), ou dans le secteur médian de l'oued Souss (Weisrock et al. 1991 ; Tannouch-Bennani, 2003). Lorsqu'ils se trouvent en position sommitale de la terrasse soltanienne, ces dépôts sont constitués de limons fins et carbonatés qui comportent parfois des travertins et sont scellés par une croûte lamellaire peu épaisse.

Fig. 6 – Relations entre dépôts holocènes et dépôts soltaniens à l'oued Noun.
Fig. 6 – Relations between Holocene and Soltanian deposits at Wadi Noun.

Fig. 6 – Relations entre dépôts holocènes et dépôts soltaniens à l'oued Noun. Fig. 6 – Relations between Holocene and Soltanian deposits at Wadi Noun.

1 : Cambrien ; 2 : galets ; 3 : sable ; 4 : limon ; 5 : limon sableux ; 6 : limon à nodules calcaires ; 7 : limon et argile avec matière organique ; 8 : travertin ; 9 : Helix et Melanopsis ; 10 : coquille d'oeuf d'autruche ; 11 : charbon de bois ; 12 : âge en années B.P. ; 13 : principales incisions, 1 : fini-soltanienne, 2 : holocène inférieur, 3 : holocène supérieur.
1: Cambrian; 2: pebbles; 3: sand; 4: silt; 5: sandy silt; 6: silt with calcareous nodules; 7: silt and clay with organic matter; 8: travertine; 9: Helix and Melanopsis; 10: ostrich egg; 11: charcoal; 12: age, in yr.B.P.; 13: main incisions, 1: late Soltanian, 2: young Holocene, 3: late Holocene.

30Lorsqu'ils sont emboîtés, ils débutent par des lits de base caillouteux, souvent moins grossiers que ceux de l'Holocène récent. Ce dispositif variable signifie que l'incision linéaire dans les dépôts qui constituent la terrasse soltanienne ne s'est développée ni simultanément partout, ni avec les mêmes causes. Dans la basse vallée de l'oued Noun, elle a suivi une vague d'érosion régressive liée à un rapprochement du niveau de base océanique de l'ordre de 50 km (Weisrock et al., 2006). Pourtant, avant 10 ka B.P., l'érosion remontante ne s'est produite que sur une distance de 6 km entre l'emplacement de l'embouchure actuelle de l'oued Noun et la cote 50 (fig. 5A et fig. 6, Cote 50). Plus à l'amont, à Tiliouine et à la Cote 102 (fig. 6), les dépôts de l'Holocène inférieur ne sont que très légèrement emboîtés dans le sommet de l'accumulation soltanienne. La dissection principale a eu lieu après 9,9 ka et avant 5,9 ka B.P., et/ou encore plus tard. Dans la basse vallée de l'oued Ksob, à Tissouirine, site qui se trouve à 8 km du littoral et à 58 m d'altitude, l'incision des dunes de l'Holocène inférieur s'est effectuée avant 6,8 ka B.P. (Chennaoui et al., 2005) ; l'incision jusqu'au niveau actuel a eu lieu après 5 ka. Les effets de la remontée marine ne peuvent pas intervenir dans le secteur médian de la vallée de l'oued Souss, éloigné de plus de 50 km du trait de côte actuel. L'incision linéaire, entre 10 et 5 ka, va de pair ici avec une aridification prouvée par un important développement de dunes (Weisrock et al., 2002). Ceci est confirmé indirectement par l'absence presque totale de dépôts fluviatiles pour la période qui va de 9 à 6 ka, où l'érosion verticale et latérale semble avoir été prédominante.

31En résumé, l'Holocène a vu se succéder de nombreux épisodes de creusement et alluvionnement dans les oueds de cette région. Hormis lors d'un épisode biostasique caractérisé entre 6 et 5 ka qui a conduit à un comblement limoneux relativement bien défini, mais dont l'origine sédimentaire reste encore à préciser, ce sont les périodes de creusement qui ont prédominé, conduisant à l'établissement progressif des conditions actuelles.

Les terrasses soltaniennes

32Jusqu'à ces dernières années, les études sont restées très dépendantes de la limite basse des datations par le radiocarbone, à 35 ka. Ceci concerne pratiquement toutes nos connaissances sur l'oued Ksob (Weisrock 1980 ; Rognon et al., 1984), l'oued Tamri (Sabelberg, 1978 ; Rohdenburg et Sabelberg, 1980 ; Weisrock, 1980 ; El Ouahidi et Weisrock, 2005), l'assif Tamghart (Weisrock, 1980 ; Rohdenburg et Sabelberg, 1980), l'oued Souss (Bhiry et al., 1991 ; Bhiry et Occhietti, 2004 ; Weisrock et al. 1991), l'oued Tamdroust (Ouammou, 1994). Pour les études les plus récentes, qui concernent aussi les oueds les plus méridionaux, la méthode de datation des grains de quartz par OSL a pu être appliquée à l'oued Tissint (Thorp et al., 2002), ainsi qu' à l'oued Noun (Wengler et al., 2002 ; Weisrock, 2003 ; Weisrock et al., 2006) et a permis de démontrer que les unités inférieures des accumulations soltaniennes ont un âge minimal de l'ordre de 50 ka. Des datations U/Th ont également été effectuées sur des travertins associés à ces unités basales, donnant des âges plus anciens, de l'ordre de 90 ka : ceci ne permet donc pas encore de se prononcer sur l'âge du début des phases d'accumulation (Weisrock et al., 2006).

33Les terrasses soltaniennes sont loin d'être représentées dans tous les oueds de la même manière. H. Rohdenburg et U. Sabelberg (1980) ont insisté sur la rareté de leurs témoins dans la basse vallée de l'oued Tamri, où ce sont les terrasses de l'Holocène moyen et récent qui occupent aujourd'hui l'essentiel du paysage. Ceci peut être étendu à la plupart des oueds de la zone montagneuse semi-aride, où l'activité torrentielle s'est accrue durant l'Holocène. Ce sont donc les oueds les plus méridionaux (oued Tamdroust, oued Noun, et les affluents de rive droite du Draa), où l'érosion holocène a été moindre, qui montrent les restes les plus importants des formations du Pléistocène supérieur. Ainsi, deux types principaux d'accumulation se présentent-ils, opposant les domaines semi-aride et aride actuels.

Les terrasses soltaniennes du domaine semi-aride

34La terrasse du Pylône à l'oued Tamri (fig. 3C et fig. 7), constitue un bon exemple de formation fluviatile soltanienne classique : nappes caillouteuses bien développées à la base, surmontées par d'épaisses accumulations de sables et de limons, longtemps considérées comme étant d'ailleurs la principale caractéristique de l'étage soltanien dans l'ensemble du Maroc (Beaudet et Ruellan, 1971 ; Biberson, 1971).

Fig. 7 - La terrasse soltanienne au "Pylône", oued Tamri.
Fig. 7 -
The Soltanian terrace at "the Pylône", Wadi Tamri.

Fig. 7 - La terrasse soltanienne au "Pylône", oued Tamri. Fig. 7 - The Soltanian terrace at "the Pylône", Wadi Tamri.

Voir aussi fig. 3C.
See also fig. 3C.

35Des sables éoliens sont intercalés dans cette couverture limoneuse, mais aussi des lits de sables et graviers fluviatiles et de colluvions plus ou moins grossières. Les accumulations carbonatées y sont présentes sous différentes formes : encroûtements de type surtout phréatique au sein des lentilles de galets, nodules calcaires coalescents ou non, pouvant constituer de véritables dalles au sein des limons, et croûtes lamellaires terminales. En d'autres points qu'au Pylône de l'oued Tamri, les travertins, lorsqu'ils existent, sont également de nature variée : travertins rubanés stromatolithiques de type cascade à proximité des versants, travertins à roseaux, charophytes et oncolithes, directement sur les nappes de graviers. La présence des travertins construits est antithétique de celle des limons, puisque le détritisme leur est fatal : elle est un précieux indicateur de phases d'équilibre, où les eaux vives sont capables de dissoudre, transporter et redéposer les carbonates, à l'inverse des phases d'accrétions limoneuses. Les derniers limons, les plus épais, se sont mis en place lors de phases tardives du Soltanien, après 30-25 ka et jusque 17-14 ka d'après les dates obtenues en divers endroits, alors que la base grossière a été datée de plus de 40 ka. La mise en place des dépôts fins du Soltanien tardif est polyphasée. Au Pylône de l'oued Tamri, des couches épaisses de plus de 10 m de sables fins et de limons alluviaux présentent des stratifications à fines lamines (fig. 7). Ils surmontent directement les dépôts de charge de fond et correspondent à des dépôts d'inondation lors de crues généralisées dans les bassins versants. Plus haut, sur 5 m d'épaisseur, ce sont des sables fins éoliens, très bien triés, qui se sont déposés. La partie sommitale de la coupe est constituée de limons colluviaux et colluvio-éoliens ; parfois des éléments grossiers, notamment des débris de croûtes calcaires, y sont interstratifiés. Ces limons sommitaux forment un cône colluvial à pente assez accentuée, qui se raccorde au versant et constitue le sommet du remplissage de la vallée. On y trouve fréquemment une industrie lithique du Paléolithique supérieur. Ce phénomène, absolument ubiquiste dans le sud-ouest du Maroc, correspond à une mobilisation généralisée des versants : il traduit un éclaircissement du couvert végétal et une érosion des sols allant parfois jusqu'à la reprise du substratum. Enfin, les dunes sableuses de l'Holocène inférieur surmontent fréquemment l'ensemble, ce qui indique une aridification progressive.

Les terrasses soltaniennes du domaine aride

36À l'oued Tamdroust et à l'oued Noun, les accrétions sont plus épaisses que dans le domaine semi-aride, et surtout mieux conservées (fig. 3D et fig. 8).

Fig. 8 La terrasse soltanienne au Fort Oued Noun.
Fig. 8 The Soltanian terrace at Fort Oued Noun.

Fig. 8 – La terrasse soltanienne au Fort Oued Noun. Fig. 8 – The Soltanian terrace at Fort Oued Noun.

Voir aussi fig. 3D. 1 : outils du Paléolithique moyen.
See also fig. 3D. 1: Middle Palaeolithic tools.

D'après A. Weisrock et al., 2006, modifié.
After A. Weisrock et al., 2006, modified.

37Un second fait capital est que les nappes caillouteuses y sont rares et souvent constituées seulement de petits graviers. Enfin, les limons y sont beaucoup plus fins, ayant souvent des médianes inférieures à 10 microns : ils constituent incontestablement des masses considérables de dépôts de décantation, ou slackwater flood deposits (Weisrock et al., 2006), dont il reste à connaître la source initiale. Comme dans d'autres régions arides (Heine et Heine, 2002), ces caractères des limons vont à l'encontre d'une interprétation classique, torrentielle, des dépôts, puisqu'ici des crues nombreuses aux eaux très boueuses, mais se déposant en mode calme, n'auraient pas déposé de charge de fond. Ceci est concevable en secteur distal (zone de maader), ce qui n'était pas tout à fait le cas des sites étudiés qui se trouvaient à plus de 50 km du littoral au Soltanien, en période de régression marine. Toutefois, les dépôts concernés se trouvent dans des secteurs de gorges, à l'aval de dépression intérieures (Plaine de Tiznit et Feija de Guelmim), où la charge grossière a pu se déposer. Les limons ont obstrué les gorges à l'aval, désorganisant le système fluvial à la fin des crues et le métamorphosant, au moins temporairement, en un système différent, très certainement palustre ou même parfois lacustre, dans les portions de vallées concernées. Les éléments faunistiques (ossements de grands mammifères, Bovidés surtout) et les outillages du Paléolithique moyen (Wengler et al., 2002) trouvés dans ces limons indiquent l'établissement d'un environnement attractif, comme celui de berges palustres.

38Les exemples connus (oued Tamdroust, oued Noun, oued Tissint) montrent des vallées qui présentent toutes des obstacles franchis en gorges resserrées : épais cordon dunaire moghrébien pour l'oued Tamdroust, massif côtier pour l'oued Noun, chaînons du Bani pour l'oued Tissint. Morphologiquement, ces gorges jouent le rôle d'entonnoir et bloquent les charges fluviatiles à l'amont. Deux autres facteurs, qui restent toutefois à étayer par de nouvelles observations, peuvent avoir amplifié le phénomène de barrage : le dépôt de travertins (présents dans les trois cas) et les dépôts dunaires (cas de l'oued Tamdroust). À l'oued Noun, cette dernière hypothèse déjà envisagée par W. Andres (1977) est cependant peu probable en l'état actuel des observations. L'alimentation des zones de rétention humides ainsi créées a pu s'effectuer par l'affleurement pur et simple des nappes phréatiques, dans un contexte qui est aussi localement karstique. Ceci implique toutefois une alimentation satisfaisante de ces nappes par des pluies plus régulières qu'aujourd'hui : ainsi, la faune retrouvée à l'oued Noun dans ces couches de dépôts limoneux correspond à un environnement de prairie steppique (Wengler et al., 2002). Reste à expliquer l'importance de la sédimentation limoneuse et à en établir la source originelle. Les limons sont très partiellement d'origine locale, hormis la fraction de diamètre supérieur à 40 microns, plutôt rare, ou confinée aux confluences des cônes tributaires. Les limons fins ne peuvent être que le résultat d' apports plus distaux parvenus lors des crues, c'est-à-dire résulter de la mobilisation de limons antérieurement déposés dans le bassin versant, ou de l'érosion d'un important stock de paléosols (Oliva, 1972 ; Andres, 1977). Ils peuvent être aussi pour une part d'origine éolienne, et là encore, distale, puisque les sables fins coquilliers qui auraient pu provenir du plateau continental émergé sont absents. Si la part éolienne consiste en poussières sahariennes (Coudé-Gaussen, 1991), ceci implique que les circulations atmosphériques contemporaines de ces dépôts aient été plus fréquemment liées à des flux de sud ou de sud-ouest qu'aujourd'hui. 

39D'un point de vue chronologique, ces dépôts particuliers aux oueds les plus méridionaux du Sud-Ouest marocain sont aujourd'hui calés par deux séries de datations effectuées à l'oued Tissint (Thorp et al., 2002) et à l'oued Noun (Wengler et al., 2002 ; Weisrock et al., 2006). Ils se situent dans une fourchette qui va de plus de 55 ka à 25 ka. Après 25 ka, on observe une évolution similaire à celle du nord, c'est-à-dire la fin du comblement des vallées par des dépôts aux caractères de plus en plus proximaux.

L'influence eustatique

40Durant les derniers 120 ka, il s'est produit deux transgressions océaniques : celle de l'Ouljien, qui a connu au moins deux hauts niveaux, vers 120 ka et vers 80 ka, et celle du Mellahien, autour de 5 ka. Elles sont séparées par une longue période de régression qui correspond presque entièrement au Soltanien (80-10 ka). À leurs maxima respectifs, les transgressions n'ont guère dépassé le niveau marin actuel, mais cela a suffi pour ennoyer le plateau continental. Si on admet que celui-ci a pu être exondé jusqu'à – 150 m durant le Soltanien, c'est une longueur de parfois 50 km qu'il faut adjoindre aux oueds actuels durant la régression (fig. 1). La dynamique fluviale d'ensemble s'en est trouvée modifiée, les secteurs actuellement distaux des oueds exoréïques constituant alors des secteurs médians. Contrairement à une opinion courante, ces secteurs n'ont pas connu une recrudescence de l'érosion pendant cet abaissement du niveau de base, simplement parce que les portions exondées sur le plateau continental découvraient une pente bien plus faible qu'à l'amont (Blum et Törnqvist, 2000). On y observe au contraire une tendance marquée à l'aggradation durant le Soltanien s.l. (Sabelberg, 1978 ; Weisrock, 1980 ; Ouammou, 1994 ; Wengler et al., 2002). L'accumulation eustatique liée à une transgression est seulement repérable pour le maximum Mellahien dans les estuaires (Weisrock, 1980), mais pas au-delà. Au contraire, la vague d'érosion régressive qui met en évidence la terrasse soltanienne dans les basses vallées se déclenche dès l'Holocène inférieur, époque de la dernière remontée marine, avec la migration vers l'amont d'un nouveau niveau de base. Dans les bassins où la configuration morphostructurale a autorisé le stockage d'épais dépôts soltaniens, les étapes successives de la progression de l'érosion linéaire vers l'amont peuvent être mises en évidence. Ainsi, à l'oued Noun, dès 10 ka, l'incision atteint quasiment le substratum à la cote 50, tandis qu'à la cote 102, les dépôts ne sont profondément entaillés qu'après 5 ka. Plus à l'amont, l'incision verticale est encore plus tardive (fig. 5A et fig. 6) et se poursuit actuellement. Il est possible que la néotectonique favorise également l'érosion linéaire puisque l'ensemble des régions atlasiques et anti-atlasiques enregistre une tendance à la surrection (Medina, 1994). Toutefois, celle-ci est encore mal appréciée à l'échelle du Pléistocène supérieur et de l'Holocène.

Implications paléoclimatiques

41Le sud-ouest marocain et les régions voisines sont affectés par deux types de cyclogenèses majeures (Delannoy, 1988 ; Rognon et Coudé-Gaussen, 1987, 1996) : le premier relève d'une origine septentrionale et obéit aux fluctuations du front polaire. Des pluies se produisent lorsque de hautes pressions de blocage stagnent sur l'Europe occidentale et que les dépressions atlantiques prennent une trajectoire méridionale, ou lorsqu'une circulation méridienne s'installe, générant des coulées d'air froid et humide sur le Maroc. C'est presque toujours le cas aujourd'hui (plus de 80 % des situations pluvieuses observées entre 1995 et 2002 à l'oued Noun), avec des pluies d'hiver et des températures fraîches. Le second cas (11 % des situations) fait intervenir des pluies abondantes liées à une dépression canarienne, avec des circulations de sud-ouest et des températures clémentes. Ceci intervient aux saisons intermédiaires, printemps et automne, lorsque l'anticyclone des Açores est moins stable.

42La situation actuelle génère, on l'a vu, une dynamique globalement torrentielle dans les bassins versants et une situation de rhexistasie durant laquelle l'incision linéaire prédomine le long des oueds, à l'exception de certains secteurs d'accrétion de barres caillouteuses, sables et limons dans les lits majeurs, ainsi que sur les cônes de déjection locaux au pied des versants et aux confluences des tributaires. Au vu des archives fluviales conservées à l'oued Noun (fig. 9), il devait en être de même à la fin du Soltanien et au début de l'Holocène, ainsi qu'à l'Holocène récent. En revanche, les épaisses accumulations de limons très fins de décantation, qui se sont produites surtout entre 50 et 30 ka d'une part, autour de 5 ka d'autre part, impliquent des conditions environnementales biostasiques et un fonctionnement hydrologique faisant intervenir soit probablement une augmentation globale des totaux pluviométriques, soit une répartition différente des types de cyclogenèses, avec peut-être un accroissement relatif de la fréquence des circulations de sud-ouest. Les études sur l'origine saharienne des limons fins pléistocènes et holocènes (Coudé-Gaussen, 1991 ; Simone, 2000) sont cependant encore trop rares pour l'affirmer avec certitude.

Fig. 9 – Unités alluviales datées de l'oued Noun et événements morphologiques correspondants.
Fig. 9 – Dated alluvial units of Wadi Noun and correlative morphological events.

Fig. 9 – Unités alluviales datées de l'oued Noun et événements morphologiques correspondants. Fig. 9 – Dated alluvial units of Wadi Noun and correlative morphological events.

Types de datation et environnement morphologique. 1 : OSL, sur dépôt de chenal incisé ; 2 : OSL, sur dépôt de plaine d'inondation ; 3 : U/Th, sur travertin stromatolithique construit ; 4 : U/Th, sur travertin de chenal ; 5 : C14, sur charbon, in chenal incisé ; 6 : C14, sur coquille, ou œuf d'Autruche, in dépôts carbonatés ; 7 : C14 sur coquille, in laisses de crues. Processus morphodynamiques ; 8 : dépôts de cônes ; 9 : apport éolien ; 10 : incision majeure ; 11 : incision mineure ; 12 : alluvionnement ; 13 : dépôt de travertin.
Dating control and morphological environments. 1: OSL, on incised channel deposit; 2: OSL, on slackwaterflood deposit ; 3: U/Th, on built stromatolitic travertine; 4: U/Th, on travertine in channel; 5: 14C, on charcoal in incised channel; 6: 14C on shell or ostrich egg, in carbonated deposit; 7: 14C, on shell in slackwaterflood deposit. Morphodynamic processes. 8: fan deposits; 9: aeolian supply; 10: main incision; 11: minor incision; 12: alluviation; 13: travertine deposit.

D'après A. Weisrock et al., 2006, simplifié.
After Weisrock and al., 2006, simplified.

Conclusion

43On sait que les modifications des systèmes fluviaux ne sont pas le reflet de causes uniques, mais le résultat de l'interférence de nombreux facteurs, parmi lesquels le rôle morphodynamique propre du système, par son effet d'enchaînement des mécanismes, cascading process system de R.J. Chorley (1984) et ses rétroactions, feed-backs, est considérable. De plus, les différentes parties du système fluvial n'adoptent pas forcément la même réponse aux forçages externes. Dans le système actuel, où le rapport débit liquide/débit solide est élevé en zone proximale et parfois en zone distale, la seule zone d'accrétion notable est médiane, avec la construction des cônes intérieurs. Si l'on peut transférer cet exemple dans le passé (fig. 9), les périodes de fonctionnement ordinaire du système fluvial aride et semi-aride semblent se situer autour de 45 ka, entre 30-17 ka et pendant la presque totalité de l'Holocène, avec des transferts abondants vers les zones médianes et distales. Les archives des périodes 50-30 ka (avec une interruption autour de 45 ka) d'une part, et, de manière moins sensible, celles de 5 ka d'autre part, impliquent deux modes de fonctionnement différents. Premièrement, une absence temporaire de fonctionnement torrentiel s'est produite dans les zones amont, avec le développement d'un couvert végétal et la constitution de sols. En second lieu, des crues successives à dépôts fractionnés de l'amont vers l'aval ont entraîné la métamorphose temporaire de certaines zones médianes en zones palustres, voire lacustres, sur la bordure saharienne, tandis que des écoulements fluviatiles un peu plus réguliers, déposant surtout des limons, persistaient plus au nord. La végétation des zones basses humides a piégé les dépôts fins des crues, auxquels ont pu se joindre des limons éoliens péridésertiques, soit directement, soit sous forme colluviée. Au total, des conditions d'équilibre biostasique ont pu se développer lors de ces deux périodes. La reprise d'activité généralisée de l'alluvionnement de type aride dès 30 ka et surtout après 25 ka correspond bien à une dégradation des conditions antérieures, qui se manifeste dans l'ensemble du bassin méditerranéen occidental (Macklin et al., 2002). Cette aridification se reproduit également à l'Holocène moyen, après 5 ka.

Haut de page

Bibliographie

Abrahams A.D., Parsons A.J. (1994) Geomorphology of desert environment. Chapman et Hall, London, 674 p.

Adele B. (1998) Genèse du système dunaire des Chtoukas de l'Est. Thèse inédite, université de Nancy 2, 226 p.

Adolphe J.-P., Weisrock A. (1985) Différentes formes de concrétionnement carbonaté d'origine biogénique au Maroc atlantique et leur logique de développement. Spelunca Mémoires, 16, 101-106.

Agoussine M. (1993) Contribution à l'étude hydrogéologique de la Plaine de Guelmim (Anti-Atlas occidental marocain). Modélisation et gestion des ressources en eau souterraines. Thèse, université Cadi Ayyad, Marrakech, 203 p.

Aït Hssaïne A. (1994) Géomorphologie et Quaternaire du piémont de Taroudant-Ouled Teïma, Maroc. Thèse inédite, université de Montréal, 238 p.

Andres W. (1977) Studien zur jungquartären Reliefentwicklung des südwestlichen Anti-Atlas und seines saharischen Vorlandes (Marokko). Geographische Institut der Johannis Gutenberg Universität, Mainz, 9, 148 p.

Ballais J.L., Heddouche A. (1997) Bas Sahara septentrional et Grand Erg Oriental. In : Sahara, paléomilieux et peuplement préhistorique au Pléistocène supérieur, T. Tillet éd., l'Harmattan, Paris, 139-163.

Barrada M. (1996) Evolution morphologique du littoral des Chtouka Ouest (Maroc) depuis l'Ouljien. Thèse inédite, université de Nancy 2, 231 p.

Beaudet G., Ruellan A. (1971) - Le Quaternaire marocain, état des études. Revue de Géographie du Maroc, 3-57.

Benito G., Machado M.J., Perez-Gonzales A., Sopena A. (1998) Palaeoflood hydrology of the Tagus River, Central Spain. In G. Benito, V.R. Baker and K.J. Gregory (eds), Palaeohydrology and environmental Change, Wiley, Chichester, 317-334.

Berthier P. (1964) Les anciennes sucreries du Maroc et leurs réseaux hydrauliques. Thèse, Paris, 2 vol. , 349 p.

Bhiry N., Occhietti S. (2004) – Fluvial sedimentation in a semi-arid region : the fan and interfan system in the Middle Souss valley, Morocco. Proceedings of the Geologists Association, 115, 313-324.

Bhiry N., Rognon P., Occhietti S. (1991) Origine et diagenèse des sédiments quaternaires de la moyenne vallée du Souss, Maroc. Sciences Géologiques, 84, 2, 139-148.

Biberson P. (1971) Index-cards on the marine and continental cycles of the Moroccan Quaternary. Quaternaria, 1-76.

Blum M.D., Törnqvist (2000) Fluvial responses to climate and sea-level change : a review and look forward. Sedimentology, 47, 2-48.

Bouzalim M. (1987) Morphogenèse d'un piémont atlasique : la région des Ida Ou Zeddarh, Haut-Atlas, Maroc. Thèse inédite, université du Maine, 342 p.

Bull W. B. (1997) Discontinuous ephemeral streams. Geomorphology, 19, 227-276.

Bravard J.-P., Petit F. (1997) Les cours d'eau, dynamique du système fluvial. A. Colin, Paris, 222 p.

Chahboun A., Weisrock A. (1987) Le matériel du système dunaire à l'embouchure de l'oued Souss. Dirassat, 1, Agadir, 59-67.

Chakir L. (1997) Vallée moyenne du Souss et cônes atlasiques adjacents entre Taroudannt et Oued Issen, étude géomorphologique. Thèse inédite, université de Nancy 2, 259 p.

Charif A. (2001) Cônes plio-quaternaires du piémont nord de l'Anti-Atlas occidental, Maroc, et leur évolution récente. Thèse inédite, université de Nancy 2, 349 p.

Chennaoui K., Nahid A., Argant J., Nocairi M., Malek F., Sahbi H. (2005)  Étude intégrée d'un enregistrement morphosédimentaire anthropique holocène : l'escargotière de Tissouirine (Atlas atlantique, Maroc). Revue de Paléobiologie, Genève, 24 : 541-550.

Chorley R.J. (1984) Introduction, 3 : Cascading process systems. In Chorley R.J., Schumm S.A., Sugden D.E., Geomorphology. Methuen, London, 43-76.

Cooke R., Warren A., Goudie A. (1993) Desert Geomorphology. UCL Press, London, 526 p.

Coque R. (1968) Domaine aride : les systèmes morphogéniques, les familles de formes de relief. Encyclopaedia Universalis, Paris, 373-380.

Coudé-Gaussen G. (1991) Les poussières sahariennes, cycle sédimentaire et place dans les environnements et paléoenvironnements désertiques. J. Libbey Eurotext, Paris, 485 p.

Delannoy H. (1988) Précipitations saisonnières au Maroc cisatlasique et téléconnexions dans la circulation atmosphérique. Bulletin de l'Association de Géographes Français 5, 393-406.

Delibrias G., Rognon P., Weisrock A. (1976) Datation de plusieurs épisodes à limons roses dans le Quaternaire récent de l'Atlas atlantique marocain. Comptes Rendus à l' Académie des Sciences, 283 D, 593-596.

Dresch J. (1941) Recherches sur l'évolution du relief dans le massif central du Grand Atlas, le Haouz et le Sous, Thèse, université de Paris, 712 p.

Dresch J. (1982) Géographie des régions arides. Presses Universitaires de France, Paris.

El Ouahidi A., Weisrock A. (2005) La terrasse soltanienne de l'oued Tamri au Pylône, 3e Réunion des Quaternaristes marocains, Marrakech, 70-71.

Estorges P., Aumassip G., Dagorne A. (1969) El Haouita, un exemple de remblaiement fini-würmien. Libyca,17, 53-91.

Freytet P., Verrechia E. (1989) Les carbonates continentaux du pourtour méditerranéen, microfaciès et milieux de formation. Méditerranée, 23, 5-28.

Glennie K.W. (1970) Desert sedimentary environments. Elsevier, Amsterdam, 222 p.

Graf W.L. (1988) Fluvial processes in dryland rivers. Springer Verlag, Heidelberg, 346 p.

Guilcher A., Joly F. (1954) Recherches sur la morphologie de la côte atlantique du Maroc. Travaux de l'Institut Scientifique Chérifien, 2, 140 p.

Harvey A. (2002) Factors influencing the geomorphology of dry-regions alluvial fans: a review. In A. Perez-Gonzales, J. Vegas, M. Machado (eds), Aportaciones a la Geomorfologia de España en el inicio del tercer milenio, Madrid, 59-75.

Heine K., Heine J.T. (2002) – A paleohydrologic reinterpretation of the Homeb silts, Kuiseb River, central Namib Desert (Namibia) and paleoclimatic implications. Catena, 48, 107-130.

Joly F. (1962) Étude sur le relief du sud-est marocain, Travaux de l'Institut scientifique chérifien, Rabat, 10, 578 p.

Kochel R.C. , Baker V.R. (1988) Paleoflood analysis using slackwater deposits. In V.R. Baker, R.C. Kochel, P.C. Patton (eds), Flood Geomorphology, Wiley, New-York, 357-376.

Knighton D. (1984) Fluvial forms and processes. E. Arnold, London, 218 p.

Lang J. (1981) Classification des carbonates continentaux. Bulletin de l' Association française de Karstologie, 3, 101-112.

Leopold L. B., Wolman M.G., Miller J.P. (1964) Fluvial processes in geomorphology. Freeman, San Francisco, 522 p.

Macklin M.G., Fuller I.C., Lewin J., Maas G.S., Passmore D.G., Rose J., Woodward J.C., Black S., Hamlin R.H.B., Rowan J.S. (2002) Correlation of fluvial sequences in the Mediterranean basin over the last 200 ka and their relationship to climate change. Quaternary Science Review, 21, 1633-1641.

Mathieu J, Weisrock A., Wengler L., Brochier J.-E., Even G., Fontugne M., Mercier N., Ouammou A., Sénégas F., Valladas H., Vernet J.-L., Wahl L. (2004) – Holocene deposits in the lower section of the Wadi Assaka (South Morocco) : preliminary results. Quaternaire, 15, 1-2, 207-218.

McGee W. J. (1897) – Sheetflood erosion. Geological Society of America Bulletin 8, 87-112.

Medina F. (1994) Evolution structurale du Haut-Atlas occidental et des régions voisines du Trias à l'Actuel. Thèse, Université de Rabat, 272 p.

Moreau R. (1981) Matériaux superficiels et paléogenèse dans la région de Marrakech, Maroc. Travaux et Documents de l'ORSTOM, 139, Paris, 273 p.

Nanson G.C., Tooth S., Knighton A.D. (2002) A global perspective on dryland rivers : perceptions, misconceptions and distinctions. In L.J. Bull & M.J. Kirkby (eds), Dryland rivers, Wiley, Chichester, 17-54.

Oliva P. (1972) Aspects et problèmes morphologiques de l'Anti-Atlas occidental. Revue de Géographie du Maroc, 43-78.

Oliva P. (1974) La distribution des croûtes et encroûtements calcaires dans l'Anti-Atlas occidental. Une approche géomorphologique du problème des croûtes sur roches non calciques. CNRS, Travaux RCP 249, 47-77.

Ouammou A. (1994) Le Bas Plateau de Tiznit. Presses universitaires de Nancy, 149 p.

Packard F.A. (1974) The hydraulic geometry of a discontinuous ephemeral stream on a bajada near Tucson, Arizona. University of Arizona, Ph.D. Thesis, 127 p.

Peltier J.-P. (1982)La végétation du bassin versant de l'oued Souss. Thèse, Grenoble, 201 p.

Planhol X. de, Rognon P. (1970) Les zones tropicales arides et subtropicales. A. Colin, Paris, 487 p.

Riser J. (1988) Le Jbel Sarhro et sa retombée saharienne. Notes et Mémoires du Service Géologique du Maroc, n° 317, Rabat, 361 p.

Rognon P., Coudé-Gaussen G. (1987) Reconstitution paléoclimatique à partir des sédiments du Pléistocène supérieur et de l'Holocène du Nord de Fuerteventura (Canaries). Zeitschrift für Geomorphologie, N.F., 31,1, 1-19.

Rognon P., Coudé-Gaussen G. (1996) Palaeoclimates off North-West Africa (28-35°N) about 18,000 yr B.P. based on continental aeolian deposits. Quaternary Research, 46, 118-126.

Rognon P., Weisrock A., Olive P., Coudé-Gaussen G. (1984) Premières datations d'un paléosol du dernier maximum glaciaire (18 000 - 20 000 ans) au Maroc. Méditerranée, 52, 3, p. 65-69.

Rohdenburg H., Sabelberg U. (1980) Northwestern Sahara margin : terrestrial stratigraphy of the Upper Quaternary and some paleoclimatic implications. Palaeoecology of Africa, 12, 267-275.

Sabelberg U. (1978) JungQuartäre Relief- und Bodenentwicklung im Küstenbereich Südwest Marokkos. Landschaftgenese und -ökologie 1, Braunschweig, 170 p.

Saidi M.E. (1994) Genèse et propagation des crues en milieu sub-aride : exemple de l'oued Souss, Maroc. Bulletin de l' Association de Géographes Français, 71-1 , 94-111.

Schumm S.A. (1977) The Fluvial System. J. Wiley, New-York, 338 p.

Simone C. (2000)Le géosystème dunaire anthropisé d'Essaouira-Est, Maroc atlantique : dynamique et paléoenvironnements. Thèse, université d'Aix-Marseille 1, 200 p.

Tannouch-Bennani S. (2003) Paléolacs plio-quaternaires du Souss central (Maroc) et leurs couvertures sédimentaires récentes. Thèse, université de Nancy 2, 316 p.

Thomas D.S.G. (1989) Arid zone Geomorphology. Belhaven Press, London, 372 p.

Thorp M., Glanville P., Stokes S., Bailey R. (2002) – Preliminary optical and radiocarbon age determination for Upper Pleistocene alluvial sediments in the southern Anti-Atlas Mountains, Morocco. C.R. Geoscience, 334, 903-908.

Tricart J. et Cailleux A. (1960) – Le modelé des régions sèches. SEDES, Paris, 2 vol. , 129 et 179 p.

Vanney J. R. (1960) – Pluie et crue dans le Sahara nord-occidental. Monographies de l'Institut de Recherches sahariennes, 4, Alger.

Weisrock A. (1980) Géomorphologie et Paléoenvironnement de l’Atlas atlantique, Maroc.Thèse, Paris, 931 p., et Notes et Mémoires du Service Géologique du Maroc, n° 332, Rabat, 1993, 486 p.

Weisrock A. (2003) – About the dating of Upper Pleistocene fluvial deposits in the arid zone of Morocco : comparative data of radiocarbon, optic stimulation luminescence and uranium/thorium methods. C.R. Geoscience 335, 277-278.

Weisrock A., Adele B., Charif A., Tannouch-Bennani S. (2002) – Dunes littorales et dunes continentales au Maroc atlantique semi-aride (29-30°N) du Pléistocène supérieur à l'Actuel. Revista Cuaternario y Geomorfologia, Madrid, 16, 1-4, 43-56.

Weisrock A., Fontugne M., Adele B., Barrada M. (1998) – Genèse et anthropisation des dunes holocènes des Chtouka, Maroc. Bulletin de l'Association de Géographes Français, 2, 201-212.

Weisrock A., Ouammou A., Aït Hssaïne A. (1991) – Erosion et sédimentation dans les oueds du Sud-Ouest marocain à l'Holocène, Physio-Géo, 22-23, 95-100.

Weisrock A., Wengler L., Mathieu J., Ouammou A., Fontugne M., Mercier N., Reyss J.-L., Valladas H., Guery P. (2006) – Upper Pleistocene comparative OSL,U/Th and 14C dating of sedimentary sequences of South-Western Morocco (Oued Noun, 29° N). Quaternaire, 17, 45-59.

Wengler L., Weisrock A., Brochier J.-E., Brugal J.-P., Fontugne M., Mathieu J., Mercier N., Ouammou A., Reyss J.-L., Sénégas F., Valladas H. (2002) – Enregistrement fluviatile et paléoenvironnements au Pléistocène supérieur sur la bordure méridionale anti-atlasique (oued Assaka, S.O. marocain). Quaternaire, 13, 3-4, 179-192.

Haut de page

Annexe

English Abridged Version

The aims of this paper are to describe the main distinctive characters of the fluvial system of the wadis in the southwestern Morocco (Western Sahara except, fig. 1) and to compare these features to the Late Pleistocene and Holocene deposits, in order to explain the morpho-sedimentary differences between their respective terrace units.

Floods in southwestern Morocco are very scarce and irregular, as shown by the Wadi Noun example of 11 April 2002 (fig. 2) : rill-wash over the whole area, and then linear flows into some tributaries began after 10 mm of rain during 3 hours ; the flood was effective only a day later in the main wadi, and its effects, except the rill incision on the slopes, were mainly the construction of inner-fans at the mouth of the tributaries, the widening of the braided channel reach, and the exportation of the suspended load to the Ocean. Consequently, occurence of linear and lateral erosion in the whole catchment (fig. 3A), colluvial deposition down slopes, enlargement of the braided channels in the median zone (figs. 3B and 4), and silty deposits in the distal zone are to-day respectively the predominant processes. Two other characteristics are noteworthy : the various types of calcareous indurations and the interrelations with aeolian deposits. Calcrusts, and different kinds of travertine (stromatolithic cascading accretions on the slopes, "gours", detritic on reed or algal support travertines and oncolithes in the channel beds), similar to phreatic cements related to groundwater level oscillations, can induce step-like indurated channel floors within the wadis. The sandy aeolian deposits are fluvial sand dunes occuring in the channels of the median zone during the dry season, and permanent beach sand belts in the estuaries. Both can induce dams and resist floods, leading to interbedded sedimentation. Dusts of both local fluvial and distal origins make also a considerable morphogenic contribution when cyclogenic conditions occur : a fine uniform sheety sedimentation, inducing dusty calcrusts on non-calcareous substrates, developes.

The Holocene terraces, similar to the present deposits, generally show the classic succession of basal units of coarse pebbles and upper sandy and silty units (fig. 5B). The degree of hardness is highly variable, depending on the geomorphologic situation, limestone sources, water circulation and vegetation cover. This is the rule for all the deposits after ca. 4 ka, with an increase in inter-bedded aeolian sands, and also, but only for a few examples, at ca. 10 ka. On the other hand, around 5 ka, the sedimentary units look mainly silty, like slackwater flood deposits, with charcoal, Melanopsis and Unios which indicate still, shallow waters. Remnants of pedogenic phases and Neolithic tools are found throughout this Middle Holocene unit. Dated deposits are scarce between 10 and 6 ka, a fact that reveals the possible occurrence of a deep linear incision (fig. 6).

The Upper Pleistocene terraces (the so-called Soltanian terraces) have more complicated assemblages. Generally, they show strong basal coarse pebbly units, older than ca.50 ka, and upper sandy and silty units ; various calcrusts are well developed throughout and even at the surface (figs. 7 and 8). A distinctive feature is the ubiquity of a thick upper unit which was deposited between ca. 25 and 17 ka with colluvial sequences of mostly fine material, in some cases interbedded with aeolian sands (fig. 3C).The middle silty units are thickly developed only in the most southerly valleys (Wadi Tamdroust, Wadi Noun and Wadi Tissint). They were deposited as repeated sequences of slackwater flood deposits and decantation sediments into shallow, still waters, between ca. 50 and 30 ka (fig. 3D). Bones of large mammals and Middle Paleolithic tools are found throughout. These middle units correspond to repeated flood deposits inducing temporary palustrine and (or) lacustrine episodes at the Saharan border and perhaps to more frequent cyclogenic weather of southern origin. On the other hand, the upper colluvium indicates the progressive recovery of the arid climate across the whole area.

As shown by the Wadi Noun example (figs. 6 and 9), fluvial metamorphosis in the southwestern Morocco during the Upper Pleistocene and the Holocene does not depend directly on eustatic fluctuations : the main aggradation phases (50 – 30 ka) occur during a glacial regression. Conversely, a severe linear incision occurs during the Late Holocene marine transgression, with a regressive erosion starting from the new base level. The Middle Holocene terrace can only be of eustatic origin in the estuaries. The main reasons of the changes in this dryland fluvial sedimentation are subtle changes in climate which affected unequally the different reaches of the catchments.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Les bassins versants du Sud-Ouest marocain, Sahara occidental exclu. Fig. 1The catchments of southwestern Morocco, except western Sahara.
Légende 1 : massifs montagneux ; 2 : rebord de la Hamada du Draa ; 3 : point culminant ; 4 : cours d'eau pérenne ; 5 : oued ; 6 : limites de bassin versant ; 7 : station météorologique. 1: mountainous massifs; 2: front of the Hamada du Draa; 3: summit; 4 : perennial river; 5: wadi; 6: mountain and drainage divides; 7: meteorological station.
URL http://geomorphologie.revues.org/docannexe/image/11119/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 496k
Titre Fig. 2 – Carte synoptique simplifiée du 11 avril 2002 et précipitations enregistrées dans quatre stations du Sud-Ouest marocain. Fig. 2 – Simplified synoptic map of 11 April 2002 and measured precipitations in four stations of south-western Morocco.
Légende 1 : anticyclone ; 2 : dépression ; 3 : ligne isobare. 1: high pressure cell; 2: low pressure cell; 3: isobaric line.
URL http://geomorphologie.revues.org/docannexe/image/11119/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 544k
Titre Fig. 3A – L'érosion latérale : terrasse de l'Holocène récent et route principale emportées après la cue du 3 Novembre 1987 à Tamri. Fig. 3A – Lateral erosion: Late Holocene terrace and main road removed away by the 3 November 1987 flood at Tamri).
Crédits Photo : Weisrock. Picture: Weisrock.
URL http://geomorphologie.revues.org/docannexe/image/11119/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 900k
Titre Fig. 3B – La largeur démesurée du lit : le cône interne de l'oued Souss à Igli. Fig. 3B – Excessive width of the bed: the Wadi Souss inner fan at Igli.
Légende La bande active tressée (à droite) forme un cône interne comportant cinq chenaux principaux, séparés des chenaux secondaires affluents (dans le coin en haut à gauche) par une basse terrasse partiellement mise en culture. À l'aval, le cône interne est entaillé directement par un chenal unique sinueux. The braided channel reach (on the right), with five main channels, is separated from the tributary channels (left corner) by a low, partially cultivated terrace. Downstream, the inner fan is cut by an unique sinuous channel.
URL http://geomorphologie.revues.org/docannexe/image/11119/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 1,5M
Titre Fig. 3C – La terrasse soltanienne de l'oued Tamri au « Pylône » : dépôts fluviatiles, colluviaux et éoliens sommitaux sur 18 m d'épaisseur. Fig. 3C – The Soltanian terrace at "the Pylône" (Wadi Tamri): 18 m thick alluvial, colluvial and aeolian deposits at its top.
Crédits Photo : Weisrock, 2003. Picture: Weisrock, 2003.
URL http://geomorphologie.revues.org/docannexe/image/11119/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 636k
Titre Fig. 3D – Le remplissage soltanien de l'oued Noun au Fort Oued Noun : dépôts de décantation limoneux épais de 25 m, en cours de dissection. Fig. 3D – The Soltanian infilling of Wadi Noun at Fort Oued Noun: 25 m thick slackwaterflood silts, now dissected.
Crédits Photo : Weisrock, 1998. Picture: Weisrock, 1998.
URL http://geomorphologie.revues.org/docannexe/image/11119/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Titre Fig. 4 – Domaines caractéristiques d'un cône intérieur : exemple de l'oued Nokheïl, 20 km est de Taroudannt. Fig. 4 – Characteristic reaches of an inner fan: Wadi Nokheïl example, 20 km east of Taroudannt.
Légende 1 : bordure montagneuse ; 2 : chenal principal ; 3 : apex du cône ; 4 : domaine des chenaux tressés ; 5 : petits cônes ; 6 : rigoles éphémères et domaine de l'écoulement en nappe ; 7 : domaine de l'érosion par têtes de ravins ; 8 : courbes de niveau. 1: mountainous front; 2: main channel; 3: apex of the fan; 4: braided channel reach; 5: small fans; 6: ephemeral rills and sheet wash reach; 7: headcut reach; 8: contour lines.
URL http://geomorphologie.revues.org/docannexe/image/11119/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 572k
Titre Fig. 5A – La basse vallée de l'oued Noun. Fig. 5A – The low valley of Wadi Noun.
Légende 1 : Cambrien (schistes, quartzites, grès et calcaires) ; 2 : Moghrébien (calcarénites) ; 3 : Quaternaire (dépôts alluviaux et colluviaux) ; 4 : principaux crêts ; 5 : gorge ; 6 : falaise vive ; 7 : falaise morte moghrébienne. 1: Cambrian (schists, quartzites, sandstones and limestones); 2: Moghrebian (calcarenites); 3: Quaternary (alluvial and colluvial deposits); 4: main hogback; 5: gorge; 6: cliff; 7: Moghrebian dead cliff.
URL http://geomorphologie.revues.org/docannexe/image/11119/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Titre Fig. 5B – La terrasse holocène à la Cote 50, oued Noun. Fig. 5BThe Holocene terrace at Cote 50, Wadi Noun.
Crédits D'après J. Mathieu et al. (2004), modifié. After J. Mathieu et al. (2004), modified.
URL http://geomorphologie.revues.org/docannexe/image/11119/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 312k
Titre Fig. 6 – Relations entre dépôts holocènes et dépôts soltaniens à l'oued Noun. Fig. 6 – Relations between Holocene and Soltanian deposits at Wadi Noun.
Légende 1 : Cambrien ; 2 : galets ; 3 : sable ; 4 : limon ; 5 : limon sableux ; 6 : limon à nodules calcaires ; 7 : limon et argile avec matière organique ; 8 : travertin ; 9 : Helix et Melanopsis ; 10 : coquille d'oeuf d'autruche ; 11 : charbon de bois ; 12 : âge en années B.P. ; 13 : principales incisions, 1 : fini-soltanienne, 2 : holocène inférieur, 3 : holocène supérieur. 1: Cambrian; 2: pebbles; 3: sand; 4: silt; 5: sandy silt; 6: silt with calcareous nodules; 7: silt and clay with organic matter; 8: travertine; 9: Helix and Melanopsis; 10: ostrich egg; 11: charcoal; 12: age, in yr.B.P.; 13: main incisions, 1: late Soltanian, 2: young Holocene, 3: late Holocene.
URL http://geomorphologie.revues.org/docannexe/image/11119/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 600k
Titre Fig. 7 - La terrasse soltanienne au "Pylône", oued Tamri. Fig. 7 - The Soltanian terrace at "the Pylône", Wadi Tamri.
Légende Voir aussi fig. 3C. See also fig. 3C.
URL http://geomorphologie.revues.org/docannexe/image/11119/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 496k
Titre Fig. 8 – La terrasse soltanienne au Fort Oued Noun. Fig. 8 – The Soltanian terrace at Fort Oued Noun.
Légende Voir aussi fig. 3D. 1 : outils du Paléolithique moyen. See also fig. 3D. 1: Middle Palaeolithic tools.
URL http://geomorphologie.revues.org/docannexe/image/11119/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 544k
Titre Fig. 9 – Unités alluviales datées de l'oued Noun et événements morphologiques correspondants. Fig. 9 – Dated alluvial units of Wadi Noun and correlative morphological events.
Légende Types de datation et environnement morphologique. 1 : OSL, sur dépôt de chenal incisé ; 2 : OSL, sur dépôt de plaine d'inondation ; 3 : U/Th, sur travertin stromatolithique construit ; 4 : U/Th, sur travertin de chenal ; 5 : C14, sur charbon, in chenal incisé ; 6 : C14, sur coquille, ou œuf d'Autruche, in dépôts carbonatés ; 7 : C14 sur coquille, in laisses de crues. Processus morphodynamiques ; 8 : dépôts de cônes ; 9 : apport éolien ; 10 : incision majeure ; 11 : incision mineure ; 12 : alluvionnement ; 13 : dépôt de travertin. Dating control and morphological environments. 1: OSL, on incised channel deposit; 2: OSL, on slackwaterflood deposit ; 3: U/Th, on built stromatolitic travertine; 4: U/Th, on travertine in channel; 5: 14C, on charcoal in incised channel; 6: 14C on shell or ostrich egg, in carbonated deposit; 7: 14C, on shell in slackwaterflood deposit. Morphodynamic processes. 8: fan deposits; 9: aeolian supply; 10: main incision; 11: minor incision; 12: alluviation; 13: travertine deposit.
URL http://geomorphologie.revues.org/docannexe/image/11119/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 217k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

André Weisrock, Laurent Wahl, Abderrahmane Ouammou et Lahoucine Chakir, « Systèmes fluviaux du Sud-Ouest marocain et leur évolution depuis le Pléistocène supérieur. », Géomorphologie : relief, processus, environnement, vol. 12 - n° 4 | 2006, 229-248.

Référence électronique

André Weisrock, Laurent Wahl, Abderrahmane Ouammou et Lahoucine Chakir, « Systèmes fluviaux du Sud-Ouest marocain et leur évolution depuis le Pléistocène supérieur. », Géomorphologie : relief, processus, environnement [En ligne], vol. 12 - n° 4 | 2006, mis en ligne le 07 octobre 2015, consulté le 20 octobre 2017. URL : http://geomorphologie.revues.org/11119 ; DOI : 10.4000/geomorphologie.11119

Haut de page

Auteurs

André Weisrock

Université Nancy2, C.E.R.PA, B.P. 33-97, F - 54015 Nancy Cedex (andre.weisrock@univ-nancy2.fr).

Articles du même auteur

Laurent Wahl

Université Nancy2, C.E.R.PA, B.P. 33-97, F - 54015 Nancy Cedex.

Abderrahmane Ouammou

Université Ibn Zohr, Géographie, B.P. 29 S, Agadir Principal, Maroc (ouammouabder6@yahoo.fr)

Articles du même auteur

Lahoucine Chakir

Université Ibn Zohr, Géographie, B.P. 29 S, Agadir Principal, Maroc.

Haut de page

Droits d’auteur

© Groupe français de géomorphologie

Haut de page
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Groupe français de géomorphologie
  • Revues.org