Navigation – Plan du site

Nathalie Carcaud et Gilles Arnaud-Fassetta (sous la dir.), La géoarchéologie française au XXIe siècle – French Geoarcheology in the 21st century

CNRS Editions avec le concours de l’INRAP, Paris, 2015, 311 pages (et autant pour la traduction anglaise)
André Weisrock
p. 385-388
Référence(s) :

Nathalie Carcaud et Gilles Arnaud-Fassetta (sous la dir.), La géoarchéologie française au XXIe siècle – French Geoarcheology in the 21st century, CNRS Editions avec le concours de l’INRAP, Paris, 2015, 311 pages (et autant pour la traduction anglaise)

Texte intégral

1Après une introduction de J. Burnouf : « Historiographie, attendus épistémologiques et concepts de la géoarchéologie » (4 pages), l’ouvrage est composé de cinq parties :

  1. Paléoenvironnements, biogéographie et paysages (4 chapitres, 56 pages)

  2. Les hydrosystèmes fluviaux, entre climat et anthropisation (5 chapitres, 78 pages).

  3. Alluvionnement, peuplement, stratégies et formes d’adaptation (5 chapitres, 56 pages)

  4. Ressources en eau, risque et aménagement (4 chapitres, 54 pages)

  5. De la mobilité du trait de côte à la contrainte portuaire (4 chapitres, 42 pages)

2L’ouvrage se termine par une conclusion de A. Brown : « Environnement, sociétés et futur de la géoarchéologie » (4 pages).

3Cet ouvrage s’apparente aux modèles anglo-saxons du genre en réunissant autour d’un thème majeur des contributions qui sont autant d’articles – plus que des « chapitres » au sens classique du terme –, et en présentant par ailleurs en double-face une traduction anglaise intégrale qui devrait aider à sa diffusion. Il ne s’agit donc pas d’un « traité » ou d’un « précis » classique, faisant le point sur une discipline donnée, mais plutôt d’un « état de la question en France » au début de ce siècle : les éditeurs de cet ouvrage ont rassemblé vingt-deux études françaises récentes parmi les plus achevées sur ce domaine. Mais il ne s’agit pas seulement d’un changement de forme, car « un état de la science normale, hérité du XIXe siècle, a disparu dans les vingt dernières années du XXe s. et, (qu’) après une phase de turbulences, ce livre témoigne que l’on est entré dans un nouvel état de la science normale après des changements radicaux dans le champ scientifique… » (Burnouf, p. 11). Le livre intègre cette révolution de la géoarchéologie et s’adresse donc d’emblée à des lecteurs spécialisés, ou tout au moins très avertis, plongés directement dans les détails de la nouvelle science. Les lecteurs non spécialistes auront quelque peine à trouver d’emblée une présentation globale du sujet, définissant la genèse, les objectifs et les méthodes de la géoarchéologie nouvelle. S’armant de patience cependant, ils trouveront dans beaucoup d’articles un effort méritoire d’explication, qui persiste à s’appuyer sur des travaux pionniers (d’avant les années 2000, où l’on faisait peut-être de la géoarchéologie sans le savoir ? ; chapitre V, chapitre X, chapitre XVI), qui définit les termes et les méthodes spécifiques de la recherche (chapitres XVI, XXI et XXII) ou qui donne clairement l’exemple du cheminement de la pensée scientifique avec l’évolution progressive de ses objectifs (chapitre XI).

4Le compte rendu peut difficilement faire l’examen exhaustif des articles sans tomber dans la paraphrase. Les chapitres-articles sont, en fait, sauf notables exceptions, autant d’études de cas. Leur classement a sans doute répondu à un besoin d’équilibre entre les différentes parties, celles-ci ne pouvant masquer la part écrasante prise par les études portant sur les fouilles archéologiques en contexte fluviatile : en fait, les quatre premières parties ont presque entièrement trait aux archives sédimentaires fluviales, seule la dernière étant consacrée aux fouilles archéologiques en contexte littoral.

5Trois des quatre articles de la première partie sont représentatifs de la tendance actuelle de la géoarchéologie, qui est parvenue à une connaissance très pointue grâce à la conjonction de fouilles archéologiques menées avec des techniques très professionnelles et d’analyses de laboratoire parfois sophistiquées, choisies en fonction des problèmes spécifiques rencontrés dans des milieux fort variés. La géoarchéologie nouvelle exige une mise en commun totale des données de chacun, « une interdisciplinarité exigeante et respectueuse de la documentation des uns et des autres » (Burnouf, p. 11). Ainsi en est-il de l’étude de l’évolution environnementale du marais de Dourges (Nord) au Tardiglaciaire (Deschodt et al.), où le croisement des données chrono-lithostratigraphiques, paléontologiques et archéologiques permet de retracer l’histoire de la dépression et les fluctuations de l’humidité d’une manière extrêmement détaillée pour 10 premières phases du Tardiglaciaire qui vont de 14922 ± 267 cal. BP à 12933 ± 109 cal. BP. Dans le Pays Dogon, au Mali (Le Drezen et al.), ce sont des méthodes originales appliquées aux milieux fluvio-palustres tropicaux holocènes qui sont appliquées : étude des assemblages de phytolithes qui permettent la reconstitution des dynamiques paysagères, étude des particules charbonneuses au sein de sédiments laminés préalablement replacés dans une chrono-stratigraphie très fine. Les charbons de différentes tailles et présentant divers degrés de réflectance permettent de déterminer un « signal incendie » et de suivre l’histoire des incendies sur plusieurs millénaires. Ainsi, « l’enregistrement d’incendies réguliers et récurrents dans les dépôts saisonniers prouve une fréquence annuelle des feux de végétation depuis plus de 5 000 ans dans les savanes du Plateau de Bandiagara », et, corrélativement, l’anthropisation du paysage dès l’Holocène moyen. En basse Alsace (Schneider et al.), c’est l’étude de l’érosion des terres agricoles sur les collines loessiques, unissant archéologie, micromorphologie, carpologie, palynologie, qui sert de support à une reconstitution de l’anthropisation protohistorique : après l’érosion au Néolithique, on constate une stabilité morphodynamique à l’Âge du Bronze, puis une nouvelle érosion à l’Âge du Fer. Le quatrième article (Ecochard et al.) présente un stade plus précoce de la démarche géoarchéologique, où le géomorphologue intervient pour donner aux archéologues le cadre morphodynamique sur lequel se sont établis des sites antiques : ici, un cône deltaïque holocène de Méditerranée orientale et les diverses fluctuations des écoulements et alluvionnements durant les occupations humaines.

6De par la richesse des matériaux considérés, l’ancienneté des études, l’ampleur des dimensions chronologique et géographique du sujet (le Quaternaire de la vallée de la Somme et régions voisines) et l’importance des collaborations scientifiques mises en œuvre, le premier article (chapitre V) de la deuxième partie (Antoine et al.) occupe une position majeure. Il intègre dans la perspective actuelle plus d’un siècle et demi de recherches sur des sites emblématiques de l’archéologie préhistorique française. Il présente une classification morphosédimentaire et chronologique des sites en fonction de leur contexte (de plateau, de versant et de fond de vallée), résumée en une figure synthétique (fig. 3, p. 75) qui « replace les occupations archéologiques au sein d’un schéma complet d’évolution de la vallée ». Il donne ensuite trois « modèles » d’évolution géomorphologique conditionnant les occupations humaines : modèle de fond de vallée du Tardiglaciaire et occupations des « derniers chasseurs » ; modèle mixte (fond de vallée et versant) d’occupation paléolithique en contexte interglaciaire (tufs du MIS 5e à Caours) ; modèle des séquences loessiques de plateau qui permettent d’établir un bilan pédo-sédimentaire du dernier cycle interglaciaire-glaciaire (du MIS 5 au MIS 2) en 5 phases chrono-climatiques principales. Deux conclusions principales se dégagent du renouveau des études intégrées effectuées depuis une vingtaine d’années : aucun nouveau site acheuléen en place n’a pu être découvert et les premières occupations humaines importantes remontent au début du MIS 12 (à environ 450 ka) ; durant le dernier cycle climatique, l’occupation est fort discontinue, « avec une relation avérée entre l’intensité du peuplement humain et le contexte climatique et surtout environnemental ». Si la géoarchéologie est surtout l’étude des « relations sociétés-milieux » (Burnouf, p. 11), on comprend mieux que l’intérêt des chercheurs se focalise plutôt sur les périodes où l’on passe « du naturel à l’anthropisé », ce qu’illustrent les trois articles suivants consacrés aux fonds de vallée du Bassin Parisien (Pastre et al.), du bassin de la Moselle (Cordier et al.) et de la Loire moyenne (Castanet et al.). Les méthodes utilisées sont assez comparables mais les résultats évoqués ici sont différents, allant de l’exposé exhaustif (Bassin Parisien) ou plus discontinu (bassin de la Moselle) des métamorphoses fluviales en relation avec les sites archéologiques, à l’établissement d’une chronologie des inondations de la Loire moyenne orléanaise depuis 10 000 ans. Dans tous les cas, autant que l’on puisse réellement l’établir, l’influence humaine se répand surtout à partir du Néolithique bien sûr, mais plus on entre dans le détail et plus on se rapproche des temps historiques et moins le déterminisme de la relation climat-activités humaines est manifeste. C’est un des apports principaux que souligne le chapitre IX, synthèse très documentée sur « les contextes régionaux du Néolithique en Anatolie » (Kuzukuoglu). Même si son sujet n’est pas directement en rapport avec le thème « hydrosystèmes fluviaux », il en constitue une des conclusions : « la très grande variabilité régionale (et) culturelle dans le temps et l’espace a pour effet de faire perdre toute évidence claire du parallélisme climat/culture ».

7Cette idée est reprise dans le chapitre XI: « Dépasser le déterminisme : pour une approche locale des interactions Nature/sociétés dans le sud des Balkans à la transition du Néolithique à l’Âge du Bronze » (Lespez et al.), qui illustre parfaitement le titre de la troisième partie « Alluvionnements, peuplement, stratégies et formes d’adaptation ». Après un paragraphe passionnant sur la question du déterminisme environnemental (p. 159-161), les auteurs exposent avec grand soin leur objectif, affiné durant de nombreuses années : l’étude de la transition Néolithique–Âge du Bronze dans le Sud-Est des Balkans, qui pose un problème archéologique (hiatus ou continuité du peuplement et des cultures ?) lequel a reçu des solutions environnementales « déterministes » parfois péremptoires (Weninger et al., 2009). Les auteurs détaillent les moyens (Programme Balkans 4000) et les méthodes mis en œuvre dans la basse vallée du Strymon avant de donner leurs résultats : chronostratigraphie d’un transect basé sur 6 carottages et une coupe, 27 datations à une précision de moins de 50 ans entre 5341 avant J.C. et l’actuel, des associations de faciès spécifiques permettant de retracer l’évolution hydromorphologique de la plaine alluviale, le tout couplé aux données des diagrammes polliniques distinguant 5 palynozones. Ces données très précises sont mises en relation avec observations archéologiques sur le site principal étudié et avec les périodes d’occupation connues régionalement. S’il y a bien effectivement un hiatus Néolithique/Bronze ancien, « tout laisse penser qu’il s’agit plutôt de choix locaux (de déplacements), même si ceux-ci ont pu obéir à des forçages communs » (p. 169)… car, « dans des milieux contrastés, il suffit de se déplacer de peu pour trouver des conditions environnementales différentes » (p. 170). Les auteurs proposent donc de passer à une « démarche anthropocentrée », capable de « renverser la perspective, afin d’observer la manière dont se développent les systèmes socio-environnementaux et dont ils ont pu être affectés par des mutations d’origine climatique ». Le thème général de la troisième partie est décliné dans trois autres chapitres. Le premier, très didactique (Franc et Vérot-Bourrély) reprend chronologiquement les résultats de travaux ininterrompus depuis les années 1980 relatifs au site de la confluence Rhône-Saône à Lyon, avec un hommage bienvenu au rôle pionnier de J.-P. Bravard ; il donne en particulier un tableau chronologique fort utile des fluctuations hydrosédimentaires des cours d’eau de Lyon depuis le Pléniglaciaire, mises en rapport avec les traces d’occupation humaine entre le Néolithique et l’Antiquité (fig. 5 p. 154). Le deuxième sur la question prend les plaines du Roussillon pour terrain d’étude et a pour originalité de concentrer ses efforts d’utilisation d’une démarche géoarchéologique adaptée à la période du Bas Moyen Âge, avec l’intéressante question de l’abandon de certains sites et du recours à des stratégies nouvelles d’occupation lors de la transition climatique OCM/PAG (Carozza et al.). Le troisième article nous ramène dans l’immensité des territoires africains et dans la mythique vallée du Nil, plus précisément en Haute Egypte sur le site de Karnak (Ghilardi) : il précise la nature des sédiments récents du fleuve sur ce site (à partir du IIIe millénaire avant J.-C.) et la position de ses écoulements aux abords du complexe cultuel. En revanche, le dernier chapitre sur « les enjeux de la sauvegarde des patrimoines de l’oasis de Figuig (Maroc) » (Gillot et Vallat) est curieusement hors sujet au sein de cette partie (et peut-être même de l’ouvrage).

8La quatrième partie « Ressources en eau, risque et aménagement » est illustrée par trois articles : tout d’abord un exemple des difficultés d’approvisionnement en eau en milieu insulaire méditerranéen avec « l’eau dans la ville antique de Délos », où S. Desruelles et E. Fouache décrivent le système original d’alimentation en eau associant puits, citernes et réservoirs à alimentation mixte utilisé lorsque la ville a dépassé « quelques milliers d’habitants » entre le VIe et le Ier siècle av. J.-C. Inversement, en milieu karstique, avec l’étude du site protohistorique de Sovjan et du Lac Maliq en Albanie méridionale, E. Fouache et al. abordent les contraintes d’installation des cités lacustres confrontées aux variations du plan d’eau, mettant en évidence deux moments propices où l’homme s’installe à la faveur de bas niveau lacustre, au début de l’Holocène, puis du Néolithique récent au début du Bronze ancien ; le site est abandonné au début de l’Âge du Fer, lorsque le lac connaît une extension importante. Plus de vingt ans de travaux en Camargue, soutenus par des projets de recherche collectifs entre 1995 et 2004, permettent à G. Arnaud-Fassetta et C. Landuré d’établir un état précis du risque fluvial dans le delta du Rhône de l’époque grecque au haut Moyen Âge. Les crues du Rhône engendrent trois phénomènes essentiels ayant chacun leur signature sédimentologique : épandages de plaine d’inondation, deltas de rupture de levée (DRL) et défluviations, les deux derniers étant les plus contraignants pour les sociétés rurales. Les coupes relevées sur les différents paléochenaux datés du Rhône permettent d’établir une synthèse du fonctionnement paléohydrologique du fleuve dans son delta (fig. 5) définissant trois périodes de régime hydrologique dominé par les crues (RDC), de 800 à 500 av. J.-C., de 100 av. J.C. à 200 apr. J.-C. et de 450 à 700 apr. J.-C. Ces données très précises sont confrontées aux localisations des 155 sites archéologiques recensés entre le VIe s. av. J.-C. et le Xe apr. J.-C. (fig. 6) et à l’estimation de leur occupation et/ou de leur abandon. Ces sites, pourtant établis sur des points hauts, et en dépit de quelques précautions (enrochements de berge, fossés de drainage) ont présenté une forte vulnérabilité face aux aléas hydrologiques. Pourtant, les exemples étudiés en détail montrent qu’« il n’y a pas de réponse univoque des sociétés face au risque fluvial » : ainsi, paradoxalement, c’est au cours de la période du RDC3 que « les bras actifs du Rhône ont attiré et fixé les sociétés alors très vulnérables aux crues » (fig. 10). Le chapitre se termine par un essai de définition de la notion d’intensité du risque fluvial et de son « statut » (relatif, subi ou accepté) de l’époque grecque au haut Moyen Âge. Un quatrième article (XVIII) sur « les terres noires dans l’approche géoarchéologique des contextes urbains » (Borderie et al.) fait un bilan intéressant de leurs méthodes d’étude et de leurs propriétés, ainsi que de leur apport à la connaissance de la vie urbaine au Moyen Âge ; essentiellement méthodologique, il eût sans doute été mieux placé dans la première partie.

9La cinquième partie « De la mobilité du trait de côte à la contrainte portuaire » est consacrée aux milieux littoraux, avec deux chapitres pour chaque sous-thème. O. Sivan et al. étudient « les mutations des paysages littoraux de la Baie des Anges en phases terminales des grands épisodes transgressifs pléistocènes et holocènes » où l’on remarque toujours le remplacement des dépôts sableux de plages et dunes par les cordons de galets. Leur analyse géomorphologique, étayée par de nombreuses datations 14C pour l’Holocène, montre que ce phénomène ubiquiste, quoique localement diachronique, est dû à la redistribution des apports du Var et d’autres fleuves côtiers lors de la remontée marine, n’enregistrant aucunement quelque influence anthropique. L’« Étude géoarchéologique de la Plaine de Thessalonique, un exemple d’adaptation des sociétés humaines à la mobilité holocène du trait de côte », de M. Ghilardi, présente un condensé de ses recherches sur les étapes du comblement deltaïque d’un golfe (et d’un espace lacustre voisin) lors de la remontée marine holocène. La richesse des sites archéologiques, des textes historiques et des carottages effectués permet d’établir une carte précise des traits de côte successifs. Les ports antiques constituent des lieux d’étude particulièrement féconds pour les géoarchéologues puisqu’ils sont les lieux privilégiés des activités humaines sur les littoraux, ainsi que des pièges de premier ordre pour le matériel archéologique. Une science géoarchéologique originale « à problématique transdisciplinaire et méthodologie pluridisciplinaire » s’est développée depuis une vingtaine d’années et il faut remercier C. Morhange et al. de nous y initier dans le chapitre XXI, « Géoarchéologie des ports antiques en Méditerranée », particulièrement clair. Parmi les progrès récents, retenons la définition de séquences chronostratigraphiques portuaires basées sur les données sédimentologiques, géochimiques et paléoécologiques ; « la caractérisation et l’intensité des impacts d’origine anthropique ; l’acquisition et l’interprétation des données sur la variation relative du niveau de la mer ». Trois exemples d’étude de ces ports antiques situés en milieux deltaïques (Ostie sur le Tibre, Alexandrie et Avaris sur le Nil) sont donnés ensuite par J.-Ph. Goiran et al., après avoir précisé la terminologie des faciès sédimentaires, celle des limites de séquences sédimentaires et apporté des compléments méthodologiques sur les apports de la macrofaune, des Ostracodes et de la granulométrie. Ces données permettent des distinctions fines entre les bassins intérieurs et d’avant-port en contexte maritime (Alexandrie), les ports de contexte fluvio-marin (Ostie) et de contexte fluvio-deltaïque (Avaris).

10La conclusion de A. Brown « Environnement, sociétés et futur de la géoarchéologie » souligne le rôle primordial de la contribution des écoles françaises actuelles au domaine méditerranéen (100 % des chapitres de la cinquième partie de cet ouvrage par exemple) et le fait qu’elles traitent souvent de questions « multi-périodes » (principalement du Néolithique au Haut Moyen Âge). Elle apprécie aussi « les énormes progrès méthodologiques réalisés » et décèle deux orientations futures prometteuses : « 1) la modélisation dynamique 3-D et 4-D des changements environnementaux incluant l’élément humain et 2) la conceptualisation de plus en plus sophistiquée des relations Homme-environnements », en entrant par exemple plus avant dans le domaine cognitif vs. paléoenvironnements à travers l’étude des artéfacts.

11Il reste à souligner la présentation agréable de l’ouvrage, la richesse et la qualité de son illustration à mettre au crédit des Editions du CNRS, ainsi que l’énorme travail effectué par N. Carcaud, G. Arnaud-Fassetta et A. Brown pour réunir, relire, harmoniser et traduire les contributions.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

André Weisrock, « Nathalie Carcaud et Gilles Arnaud-Fassetta (sous la dir.), La géoarchéologie française au XXIe siècle – French Geoarcheology in the 21st century », Géomorphologie : relief, processus, environnement, vol. 21 – n° 4 | 2015, 385-388.

Référence électronique

André Weisrock, « Nathalie Carcaud et Gilles Arnaud-Fassetta (sous la dir.), La géoarchéologie française au XXIe siècle – French Geoarcheology in the 21st century », Géomorphologie : relief, processus, environnement [En ligne], vol. 21 – n° 4 | 2015, mis en ligne le 14 décembre 2015, consulté le 27 juin 2017. URL : http://geomorphologie.revues.org/11219

Haut de page

Auteur

André Weisrock

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Groupe français de géomorphologie

Haut de page
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Groupe français de géomorphologie
  • Revues.org