Navigation – Plan du site
Hommage à Maurice Jorda

Maurice Jorda, un géomorphologue de terrain passionné : la montagne méditerranéenne entre climat et anthropisation

Maurice Jorda • 1938 - 2015
Thierry Rosique, Cécile Miramont et Christophe Jorda

Texte intégral

1Maurice Jorda nous a quittés le 22 décembre 2015 à l’âge de 77 ans au terme d'une longue maladie. Il laisse un grand vide dans la communauté des géographes d’Aix-en Provence et plus largement des chercheurs et scientifiques qui l’ont connu et apprécié.

2Né en 1938, Maurice Jorda a accompli toute sa carrière d’enseignant-chercheur à l'Université d’Aix-Marseille, après un parcours d’élève à l’Ecole Normale d’Aix-en-Provence, d’instituteur en 1961, de professeur certifié en 1964 puis d’agrégé de géographie en 1965. C’est en 1967 qu’il intègre l’Institut de Géographie d’Aix-en-Provence en tant qu’Assistant, puis Maître-Assistant en 1971 et, enfin, Maître de Conférences en 1985, jusqu’à sa retraite en 2002.

3Spécialiste renommé de la géomorphologie alpine, Maurice Jorda a été un acteur majeur de l’école de géographie physique aixoise. Seul ou intégré à des équipes pluridisciplinaires, il a consacré ses recherches à la reconstitution des paléoenvironnements des Alpes du Sud et de la Provence, s’intéressant plus particulièrement aux effets combinés des changements du climat et des impacts des sociétés. Les thématiques de ses recherches ont évolué au fil de sa carrière, reflétant sa formation initiale en géologie puis ses collaborations avec de nombreux autres chercheurs issus de la géographie, de l’archéologie et de la paléoécologie. Ses travaux, articulés selon différentes échelles de temps et d’espace, ont couvert un vaste champ scientifique :

4Les caractéristiques et les conséquences morphogéniques de la tectorogenèse plio-quaternaire sur le front subalpin de Digne
Par un travail méticuleux de terrain, Maurice Jorda démontra les conséquences fondamentales de la néotectonique sur l’évolution du bassin de la Bléone. Il proposa ainsi, une interprétation originale des hautes terrasses alluviales spectaculairement déformées du bassin de Marcoux.

5Le Pléistocène des Alpes françaises méridionales
Grace à une connaissance approfondie des dispositifs fluviatiles et glaciaires des principaux bassins sud-alpins (haute et moyenne Durance, Ubaye, Bléone et Verdon), il envisagea très tôt un scénario précis de l’évolution du détritisme alluvial et une chronologie inédite de l’englacement du Pléistocène supérieur. C’est ainsi que dans les années 1980, il fut un des premiers quaternaristes européens à proposer un modèle chronostratigraphique de la déglaciation würmienne, étayé par des datations radiométriques. Plus tard, en 2000, il valida avec son élève Thierry Rosique ses premières hypothèses par la datation 14C de deux débris de bois subfossiles découverts dans le célèbre complexe morainique frontal du Poët-Rourebeau (Durance), premières datations directes d’un dispositif morainique obtenues dans les Alpes occidentales.

6L'évolution morphoclimatique tardi- et postglaciaire des environnements alpins et nord-méditerranéens
Dans les années 1980, les travaux de Maurice Jorda sur le détritisme des vallées et des versants sud-alpins ainsi que sur l’évolution des systèmes glaciaires d’altitude ont été à la base de la définition d’un schéma chronostratigraphique détaillé. Il s’agit là sans conteste d’un des apports les plus novateurs de ses recherches. Il démontra en effet, l’étroite corrélation au cours des quinze derniers millénaires entre les grandes tendances de l’évolution de la sédimentation dans les vallées, les fluctuations des fronts glaciaires et les changements paléoclimatiques. Ce modèle, auquel on doit le concept de Remblaiement Postglaciaire Principal repris par la suite dans diverses publications, a été complété depuis, sans jamais être contesté. C’est sous son inspiration, et grâce à de nouvelles approches méthodologiques, que ses élèves ont pu faire progresser plus tard la compréhension des processus de sédimentation dans les vallées subalpines ; on pense ici, en particulier, aux études dendrogéomorphologiques menées par Cécile Miramont et Olivier Sivan sur les gisements de bois subfossiles des bassins-versants marneux de la Durance alpestre.

7La recherche des causalités - naturelles et anthropiques - responsables de l’évolution des milieux au cours des derniers millénaires de l’Holocène
A la fin des années 80, alors que les anglo-saxons développent la notion de géoarchéologie, Maurice Jorda met en évidence le poids croissant des sociétés anciennes sur leur milieu et propose une chronologie des processus d’anthropisation. Dès lors, ses recherches sur la torrentialité de la montagne sud-alpine ou conduites parallèlement en basse Provence, en collaboration avec les géographes et archéologues aixois, participèrent étroitement à la montée en puissance des thématiques consacrées à l’anthropisation. Dans les années 90, il publiera avec ses collègues, de nombreux articles sur ces aspects de l’évolution des paysages. Le bilan de ces recherches est très riche et il est étonnant de constater que nombre d’études prennent encore aujourd’hui leur source dans ces travaux fondateurs, à l’image du développement de la géoarchéologie française, dont il est un des incontournables fondateurs.

8Aussi Maurice Jorda est-il l’auteur de nombreuses publications scientifiques, ouvrages, articles et cartes géologiques et géomorphologiques, des travaux qui font encore référence et constituent le substrat incontournable des recherches actuelles sur les paléoenvironnements alpins et méditerranéens. Membre de l’AFEQ, il contribua activement à différentes revues de géographie physique, de géographie générale et de géologie : le Bulletin de l’AFEQ et sa version ultérieure, la revue Quaternaire, la revue de Géographie Alpine, le Bulletin de l'Association de Géographes Français, Physio-Géo, Géographie Physique et Quaternaire, les Comptes Rendus de l’Académie des sciences, le Bulletin de la société Géologique de France, Géoperspectives et les publications du BRGM. Il publia également avec ses collègues et amis archéologues dans des revues comme Gallia, Le Bulletin de la Société Préhistorique Française et les cahiers Ligures de la Préhistoire. Il appartint à une génération de chercheurs dont les résultats majeurs étaient publiés dans des revues de langue française. Ce n’est qu’à la fin de sa carrière, lorsque commençait la course aux publications en langue anglaise, qu’il publia avec ses étudiants des articles dans des revues internationales comme Radiocarbon ou Dendrochronologia. Une liste complète de ses publications est disponible dans le numéro spécial de la Revue Méditerranée paru en 2004 en son hommage à l’occasion de son départ à la retraite.

9Maurice Jorda a su transmettre sa vocation à de nombreux étudiants, formant ainsi plusieurs chercheurs et enseignants-chercheurs. Ceux-ci se souviennent du talent qu’exprimaient ses écrits, ses illustrations formalisées ou improvisées et ses démonstrations. Ils se rappellent de l’acuité inégalée de ses observations et analyses de terrain. Ils gardent l’exemple d’un pédagogue enthousiaste, animé par une grande rigueur et clarté d’exposé, ponctuant toujours son discours de sourires bienveillants. Ils s’amusent encore en songeant à l’arpenteur infatigable et bondissant de la montagne méditerranéenne, dispensant autour de lui une énergie si communicative qu’elle était souvent capable d’atténuer notre fatigue physique et intellectuelle.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://geomorphologie.revues.org/docannexe/image/11313/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 179k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Thierry Rosique, Cécile Miramont et Christophe Jorda, « Maurice Jorda, un géomorphologue de terrain passionné : la montagne méditerranéenne entre climat et anthropisation », Géomorphologie : relief, processus, environnement [En ligne], vol. 22 – n° 1 | 2016, mis en ligne le 19 avril 2016, consulté le 18 octobre 2017. URL : http://geomorphologie.revues.org/11313

Haut de page

Auteurs

Thierry Rosique

LIVE-UMR 7362 CNRS, Université de Strasbourg

Articles du même auteur

Cécile Miramont

IMBE, UMR Université Aix Marseille / CNRS 7263 / IRD 237 / Avignon Université

Christophe Jorda

INRAP, ASM-UMR 5140

Haut de page

Droits d’auteur

© Groupe français de géomorphologie

Haut de page
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Groupe français de géomorphologie
  • Revues.org