Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Piotr Migoń, Granite Landscapes of the World

Oxford University Press, 2006, 384 p.
Marie-Françoise André

Texte intégral

1Après un premier volume consacré par A. Goudie aux grands déserts chauds du globe, la collection « Geomorphological Landscapes of the World » publiée par les Presses Universitaires d’Oxford nous convie à un voyage au pays du granite. Comme l’indique P. Migon, dans sa préface, la géomorphologie du granite a déjà donné lieu à la publication de quatre ouvrages de référence, depuis la Klimamorphologie des Massengesteine de H. Wilhelmy (1958) jusqu’aux Basement Regions (2001) d’A. Godard, J.-J. Lagasquie et Y. Lageat, traduction anglaise d’un ouvrage collectif paru en 1994. Dans l’intervalle ont été publiés Pays et paysages du granite d’A. Godard (1977) et Granite Landforms de R. Twidale (1982).

2P. Migon justifie son entreprise à la fois par l’ampleur des avancées scientifiques récentes dans le domaine, et par la nécessité de mettre davantage en relief certains aspects concernant notamment les traits spécifiques des littoraux granitiques, la place cardinale occupée par les modelés de détail dans les paysages du granite, et plus généralement l’importance du contrôle structural des formes.

3L’ouvrage est organisé en dix chapitres dont le premier, consacré à la géologie du granite (minéralogie, texture, fracturation, pétrologie, etc.), s’enchaîne très logiquement sur l’examen des formes et des produits de la météorisation. Intitulé « Boulders, Tors and Inselbergs », le chapitre 3 s’ouvre par une mise au point terminologique débouchant sur l’examen successif des blocs et boules granitiques (in situ et ex situ), des tors, puis des inselbergs et bornhardts, formes ubiquistes que l’on rencontre des savanes tropicales jusqu’aux socles englacés des hautes latitudes. Consacré aux microformes du granite (vasques, taffonis et cupules, cannelures,…etc.), le chapitre suivant les passe en revue, en examine les différentes théories explicatives, ainsi que les relations entretenues par ces formes mineures avec leur cadre climatique. Une typologie des versants granitiques –en roche saine et arénisée– est ensuite dressée au chapitre 5, qui intègre également une mise au point sur les signatures sédimentaires des paléoprocessus à l’origine des formations de versant. Les littoraux granitiques, dont l’auteur regrette qu’ils aient été peu traités par les auteurs antérieurs (à l’exception de Godard, 1977), sont ensuite passés en revue, une place particulière étant accordée aux falaises et plateformes associées. Le chapitre 7 est consacré aux paysages morphologiques des socles des régions froides, l’occasion pour l’auteur de reprendre les principaux termes de la controverse sur la genèse des tors du Dartmoor et d’appliquer aux régions granitiques la classification des paysages d’érosion glaciaire proposée par D. Sugden en 1974. Dans le chapitre 8, très central dans l’ouvrage, l’accent est mis par P. Migon sur le contrôle structural des formes granitiques et ce, à différentes échelles spatiales : l’échelle continentale, celle de l’insertion des formes dans leur cadre tectonique (marges passives, socles repris dans des orogènes récents, etc.) ; les échelles régionale à locale, qui révèlent les liens entretenus par les formes avec les différenciations minéralogiques, texturales et tectostatiques. L’auteur tente, au chapitre 9, l’exercice difficile d’une typologie des paysages du granite en s’appuyant très largement sur les Pays et paysages du granite d’A. Godard (1977) ; il consacre une place de choix aux aplanissements et clôt le chapitre par une discussion sur les fondements respectifs des contrôles structural et climatique des paysage du granite avancés par les auteurs antérieurs. Enfin, l’ouvrage se termine par un chapitre consacré aux relations entretenues par les sociétés avec les paysages du granite, mettant en scène les alignements mégalithiques de Carnac et la Grande Muraille de Chine, mais laissant curieusement dans l’ombre la place occupée par les « pierres branlantes » et autres « pierres à sacrifices » dans l’univers légendaire des pays d’Europe occidentale et centrale.

4À l’issue de la lecture, on est partagé entre deux sentiments : l’admiration face à l’ampleur de l’entreprise, à l’abondance de la littérature scientifique exploitée et à la qualité de l’illustration, et le regret que l’auteur n’ait pas adopté plus ouvertement une posture scientifique proposant, par-delà la compilation, une vision renouvelée de ces paysages du granite pour lesquels il nourrit une véritable fascination.

5Granite Landscapes of the World met indéniablement à la disposition de la communauté internationale des géomorphologues un corpus impressionnant de références, de mises au point sur une série de controverses scientifiques, et d’études de cas excellemment illustrées. En cela, P. Migon a incontestablement fait œuvre utile. L’ouvrage comporte notamment d’excellents développements sur les modelés de détail et les microformes (chap. 3 et 4), et une discussion intéressante quoiqu’un peu datée sur les limites du contrôle climatique des microformes proposé par H. Wilhelmy. Cet auteur considérait, il y a un demi-siècle, que les cannelures étaient tropicales, les taffonis méditerranéens et les vasques tempérées humides. L’ubiquité de ces microformes, que l’on rencontre toutes, des pôles à l’équateur, est un fait établi depuis longtemps et même si les modalités de leur genèse demeurent en partie mystérieuses, ce sont là typiquement – comme les dômes rocheux et autres tors – des « formes de convergence », pour reprendre une expression chère à A. Godard.

6De manière assez surprenante, il faut attendre la page 294 pour que les vastes horizons aplanis des socles granitiques fassent leur entrée dans l’ouvrage, dans le cadre d’un développement –au demeurant fort intéressant –consacré aux etchplains. Tout plan est certes contraignant et la question des surfaces d’aplanissement est très complexe, mais compte tenu de leur emprise spatiale dans les boucliers tropicaux et subpolaires comme dans les massifs anciens tempérés, on aurait pu attendre à leur propos un traitement plus vaste et surtout plus précoce. De même, au chapitre traitant des domaines froids, on aurait aimé de la part de l’auteur une plus large utilisation des notions de « glace à base froide » et de « palimpseste glaciaire » développées par les chercheurs scandinaves, et une référence plus explicite aux travaux français sur les arènes litées et fauchées, ou encore sur le rôle de l’altération préalable et de la microfissuration des quartz dans la gélivité des granites.

7Plus généralement, on regrettera quelque peu que P. Migon ne ponctue pas son panorama des paysages du granite de quelques vues plus personnelles qu’il ne peut manquer d’avoir compte tenu de sa vaste expérience de terrain, qui l’a conduit de la Scandinavie jusqu’en Namibie en passant par les Sudètes. Lorsqu’il expose les termes des diverses controverses qui ont agité la communauté scientifique –notamment sur la genèse des aplanissements, des tors, ou des felsenmeers– il demeure étrangement extérieur aux débats, se bornant pour l’essentiel à renvoyer dos à dos les auteurs. Sa seule véritable « posture » consiste à affirmer haut et fort l’importance du contrôle structural, ce qui n’est guère révolutionnaire. Mais peut-être cette importance n’est-elle un fait acquis que pour la communauté francophone nourrie depuis plus de trois décennies des enseignements de P. Birot et de A. Godard ? Lithodépendance, prédisposition structurale et formes de convergence sont depuis les années 1970 au cœur de notre appréhension des paysages du granite et il nous paraît étrange –et comme décalé– que P. Migon fasse du contrôle structural son cheval de bataille dans un ouvrage publié en 2006. Nous avons sans doute tort car, ce faisant, l’auteur de Granite Landscapes of the World a le double mérite d’« enfoncer le clou » en direction des Anglo-saxons tout en donnant une leçon aux géomorphologues français trop peu enclins à diffuser leurs idées dans la langue de Shakespeare.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marie-Françoise André, « Piotr Migoń, Granite Landscapes of the World », Géomorphologie : relief, processus, environnement [En ligne], vol. 13 - n° 2 | 2007, mis en ligne le 24 octobre 2007, consulté le 23 mai 2017. URL : http://geomorphologie.revues.org/1141

Haut de page

Auteur

Marie-Françoise André

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Groupe français de géomorphologie

Haut de page
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Groupe français de géomorphologie
  • Revues.org