Navigation – Plan du site

Nouvelles données morpho-stratigraphiques et géochronologiques sur le cordon littoral externe (SIM 5-c) de Rabat–Témara, Maroc

New morphostratigraphic and geochronologic datas on the MIS 5-c external coastal ridge of Rabat-Temara, Morocco
Driss Chahid, Larbi Boudad, Arnaud Lenoble, Abdellah El Hmaidi, Amel Chakroun et Zenobia Jacobs
p. 253-264

Résumés

Les formations quaternaires de la région côtière atlantique de Témara (SO de Rabat, Maroc) forment de longs cordons littoraux allongés, subparallèles au trait de côte. Plusieurs études anciennes ont abordé leur constitution et leur âge, mais leurs conclusions restent contradictoires. Cette étude porte sur l’analyse morpho-litho-stratigraphique du cordon littoral consolidé le plus récent. Il en ressort une structure commune à l’ensemble du cordon, où dominent des calcarénites éoliennes au sein desquelles s’intercale un dépôt supratidal. Les observations stratigraphiques sont complétées par des datations OSL montrant que la totalité des unités constituant ce cordon s’est mise en place au cours du sous-stade isotopique 5c.

Haut de page

Notes de la rédaction

Article soumis le 08 novembre 2014, reçu sous sa forme révisée le 07 octobre 2015. Définitivement accepté le 30 juin 2016.

Texte intégral

Ce travail a été réalisé dans la cadre d’un Projet CNRST/CNRS dirigé par Larbi Boudad et Arnaud Lenoble. Les auteurs remercient les responsables de la mission archéologique au Maroc, M.A. El Hajraoui et R. Nespoulet, pour les facilités offertes sur le terrain. Les auteurs remercient chaleureusement A. Weisrock pour ses précieuses discussions sur le terrain ainsi que pour ses corrections et ses suggestions sur le manuscrit. Un grand merci également au relecteur anonyme.

1. Introduction

1La région de Témara est bien connue par ses sites archéologiques ayant fait l’objet d’occupations humaines tout au long du Pléistocène supérieur et de l’Holocène. Les investigations archéologiques ont été accompagnées de recherches géologiques et géomorphologiques afin de reconstituer les paysages et leur évolution au cours du temps. C’est à Gentil (1918) et Lecointre (1918, 1926) qu’on doit les premières caractérisations des formations quaternaires du littoral marocain. Ce travail, effectué dans le cadre du programme franco-marocain d’étude des sites préhistoriques de la région de Rabat-Témara, (El Hajraoui et Debenath, 2012 ; El Hajraoui et al., 2012 ; Nespoulet et El Hajaroui, 2012 ; Stoetzel et al., 2014) propose une révision des anciens travaux et de la stratigraphie régionale (Lenoble et Boudad, 2010 ; Chahid, 2011 ; Chahid et al., 2014). L’évolution des méthodes de datation et de chronostratigraphie permet aujourd’hui de réaliser une révision du contexte géologique de la région de Rabat-Témara, comparable aux derniers travaux effectués dans la région de Casablanca (El Graoui, 1994 ; Lefèvre et al., 1994 ; Lefèvre et Raynal, 2002 ; Plaziat et al., 2008 ; Texier et al., 2002, 2008), de Kénitra (Aberkan, 1989 ; Plaziat et al., 2006), de Tanger (Alouane, 1986 ; Aboumaria, 2009 ; Aboumaria et al., 2009) et Agadir (Weisrock et al., 1999 ; Weisrock, 2012). L’étude présentée ici concerne le premier cordon littoral grésifié de Témara, c’est-à-dire le plus bas et le plus proche de la mer, dans lequel est taillée la falaise vive.

2L’objectif de ce travail est de caractériser précisément les formations de ce cordon en se basant sur la description des faciès sédimentaires à des échelles macro et microscopiques, sur la reconstitution des géométries des corps sédimentaires et sur l’analyse stratigraphique des unités distinguées. La chronostratigraphie a été précisée par la datation des dépôts en utilisant la méthode de luminescence simulée optiquement (OSL) sur grains de quartz.

2. Cadre géologique et géomorphologique

3La bande côtière de Témara fait partie de la Meseta côtière marocaine constituée de plaines et de plateaux. La Meseta côtière présente une morphologie en gradins doucement inclinés vers l’Atlantique et s’étend de Safi jusqu’aux environs de Rabat. Les gradins sont recouverts par un système de cordons littoraux constitués de calcarénites plio-quaternaires d’origine marine et éolienne (Beaudet, 1969 ; Beaudet et al., 1967 ; Stearns, 1978 ; Akil, 1980 ; Lefèvre et Raynal, 2002). Ces cordons sont subparallèles à la côte actuelle (Guilcher et Joly, 1954 ; fig. 1-2). Entre le premier cordon et une ligne de falaises mortes se trouve une gouttière ou un sillon, dépression plus ou moins parallèle au trait de côte, appelée communément « oulja » (Guilcher et Joly, 1954 ; Weisrock, 1980, 2012 ; Weisrock et Fontugne, 1991).

Fig. 1 – Carte géomorphologique de la région de Rabat-Témara-Skhirat (d’après Beaudet, 1969, modifié).
Fig. 1 – Geomorphologic map ofthe region of Rabat-Temara-Skhirat (after Beaudet, 1969, modified).

Fig. 1 – Carte géomorphologique de la région de Rabat-Témara-Skhirat (d’après Beaudet, 1969, modifié).  Fig. 1 – Geomorphologic map ofthe region of Rabat-Temara-Skhirat (after Beaudet, 1969, modified).

1. Cordons littoraux consolidés ; 2. Falaise vive ; 3. Falaise morte « ouljienne ».
1. Consolidated costal ridges; 2. Active cliff; 3. « Ouljian » dead cliff.

Fig. 2 – Carte géologique représentant les cordons littoraux plio-quaternaires de la région de Rabat-Témara (Lacroix, 1974, modifié).
Fig. 2 – Geological map showing coastal plio-quaternary ridges in the region of Rabat-Temara (Lacroix, 1974, modified).

Fig. 2 – Carte géologique représentant les cordons littoraux plio-quaternaires de la région de Rabat-Témara (Lacroix, 1974, modifié).  Fig. 2 – Geological map showing coastal plio-quaternary ridges in the region of Rabat-Temara (Lacroix, 1974, modified).

1. Cours d’eau ; Cordons Plio-quaternaire : 2. Pliocène ; 3. Pléistocène inférieur-moyen ; 4. Pléistocène moyen-supérieur ; 5. Dépôts des plateaux Quaternaire.
1. Watercourse; Plio-quaternary coastal ridges: 2. Pliocene; 3. Lower-middel Pleistocene; 4. Midde-upper Pleistocene; 5. Quaternary land deposits.

4Entre l’oued Bou Regreg au nord-est et l’oued Ykem au sud-ouest, six principaux cordons « dunaires » s’allongent plus ou moins parallèlement au littoral (Beaudet, 1969). De la côte vers le continent, leurs sommets atteignent, respectivement, les altitudes suivantes : 30-40 m, 50-60 m, 100-110 m, 160-170 m, 190-200 m et 240-250 m. Il ne s’agit ici que des principales formes, elles-mêmes constituées de plusieurs rides. Nos investigations ont permis de distinguer jusqu’à douze cordons littoraux sur les onze kilomètres en partant de la côte (Lenoble et Boudad, 2010 ; Chahid et al., 2012). Le profil topographique AA’ (fig. 3) montre les premiers cordons littoraux de la région de Témara.

Fig. 3 – Profil topographique (AA’) avec identification et âges des différents cordons littoraux de Témara (Lenoble et Boudad, 2010, modifié).
Fig. 3Topographical profile (AA’) with identification and age of different Temara coastal ridges (Lenoble and Boudad, 2010, modified).

Fig. 3 – Profil topographique (AA’) avec identification et âges des différents cordons littoraux de Témara (Lenoble et Boudad, 2010, modifié).  Fig. 3 – Topographical profile (AA’) with identification and age of different Temara coastal ridges (Lenoble and Boudad, 2010, modified).

5Ces formations se développent sur un substratum constitué de marnes et sables biodétritiques miocènes (Chabli, 2009), de calcaire givetien (oued Ykem) et de schistes primaires (Lacroix, 1974). L’ensemble du secteur montre une inclinaison vers l’océan Atlantique (fig. 3). L’âge des formations quaternaires littorales de la région de Témara s’étend depuis le Moghrébien (Choubert et Ambroggi, 1953) jusqu’au Rharbien (Choubert et Marçais, 1947 ; Lecointre, 1952 ; Gigout, 1957 ; Beaudet, 1969).

6Dans la première « oulja » (fig. 2, 4), nous étudions successivement les coupes de la falaise vive (Dar es Soltane, El Harhoura, Miramar, Gayville) c’est-à-dire les coupes du cordon littoral externe proprement dit, puis les coupes disponibles dans le sillon ouljien (Miramar, Gayville), qui devraient permettre d’établir des relations chrono-stratigraphiques entre le cordon externe et la falaise morte « ouljienne ». Les datations isotopiques ne concernant pour le moment que le cordon externe, nous limiterons donc le propos de cet article à ce dernier.

Fig. 4 – Localisation des coupes étudiées sur le littoral de Rabat-Témara.
Fig. 4Location of the studied sections on the Rabat-Temara coast.

Fig. 4 – Localisation des coupes étudiées sur le littoral de Rabat-Témara.  Fig. 4 – Location of the studied sections on the Rabat-Temara coast.

1. Dar es Soltane ; 2. El Harhoura ; 3. Miramar ; 4. Gayville ; 5. Plage de Témara ; 6. Sidi El Abed ; 7. Val d’Or.
1. Dar es Soltane; 2. El Harhoura; 3. Miramar; 4. Gayville; 5. Temara beach; 6. Sidi El Abed; 7. Val d’Or.

3. Matériel et méthodes

7Pour l’étude du cordon du littoral de la région de Témara, plusieurs coupes ont été choisies entre Dar es Soltane et Val d’Or. Toutes ces coupes sont localisées sur la falaise vive.

8Sur le terrain, une description macroscopique des faciès sédimentaires a été effectuée dans le but de reconstituer la géométrie des corps sédimentaires et l’analyse stratigraphique des unités distinguées. Cette étude a été complétée au laboratoire par une analyse des microfaciès au microscope (Chahid, 2011). Les valeurs de la taille des grains notés lors des descriptions lithologiques et pétrographiques concernent des grains aussi bien bioclastiques que silicoclastiques.

9La chronostratigraphie des unités sédimentaires a été obtenue sur des grains de quartz par la méthode de luminescence stimulée optiquement (OSL, tab. 1) effectuée à la School of Earth and Environmental Sciences de Wollongong (Australie). Des échantillons sous forme de gros blocs ont été prélevés sur le terrain et traités au laboratoire où, sous une lumière contrôlée, des grains de taille de 180-212 µm ont été sélectionnés (Jacobs et al., 2011). La méthode OSL utilisée est de type mono-grain (Mercier, 2008) et elle est d’une grande fiabilité surtout pour les dépôts éoliens (Galbraith et al., 1999 ; Jacobs et Roberts, 2007 ; Mercier, 2008).

Tab.1 – Résultats de la datation OSL du cordon littoral externe de Témara.
Tab. 1OSL datation’s results of Temara external coastal ridge

Tab.1 – Résultats de la datation OSL du cordon littoral externe de Témara.  Tab. 1 – OSL datation’s results of Temara external coastal ridge

4. Lithostratigraphie et sédimentologie des formations du cordon littoral

10Sur une dizaine de kilomètres entre Rabat et Skhirate, cinq localités ont été retenues pour cette étude avec Dar es Soltane, au nord, jusqu'à Sidi El Abed, au sud (fig. 4).

4. 1. Coupe de Dar es Soltane

4.1.1. Description

11La coupe de Dar es Soltane se situe sur la falaise vive à Dar es Soltane à 7 m au-dessus du niveau de la mer (33°58'18.56"N, 6°54'30.30"O), au niveau de la station de pompage où le cordon apparait constitué par la superposition de quatre unités (fig. 5).

Fig. 5 – Dar es Soltane.
Fig. 5Dar es Soltane.

Fig. 5 – Dar es Soltane.  Fig. 5 – Dar es Soltane.

A. Profil entre la falaise morte « ouljienne » et la falaise vive ; B. Coupe détaillée au niveau de la falaise vive.
A. Profile between the « ouljian » dead- cliff and the present cliff; B. Detailed section of the present cliff.

12L’unité C-1, située sous l’action directe des vagues, est visible sur plus de 5 m d’épaisseur sans que sa base n’apparaisse. C’est une calcarénite indurée constituée d’un sable moyen à grossier jaunâtre. Les lits, décimétriques à pluridécimétriques, présentent une stratification plane oblique et une inclinaison de 22° vers l’est. Le passage à l’unité sus-jacente est marqué par un contact diffus. Sous le microscope, cette unité est une calcarénite grainstone de sables grossiers (taille moyenne 0,8 mm). Les grains arrondis, moyennement triés, sont formés de rares grains minéraux, de silicoclastes et surtout de bioclastes (algues, échinodermes et mollusques). Les enveloppes micritiques et une recristallisation sparitique des bioclastes attestent d’une maturation par diagénèse précoce du matériel sédimentaire. Le ciment sparitique comble la plus grande partie des vides intergranulaires tandis que des figures de dissolution (pores intergranulaires) témoignent d’une évolution significative du sédiment après dépôt.

13L’unité C-2 est une calcarénite de structure massive constituée de sables moyens bien classés, riches en fragments de coquilles de taille millimétrique. Son épaisseur est d’environ 1,7 m. Elle est séparée du dépôt qui la surmonte par un contact assez net. En recul de la falaise, où l’unité C-3 sus-jacente se biseaute, le sommet de l’unité C-2 se marque alors par une calcrète pluricentimétrique laminée discontinue, de couleur rosâtre. La partie sommitale de cette unité referme par endroit des rhizolithes. Le microfaciès est identique à celui du dépôt sous-jacent.

14L’unité C-3 est une formation assez peu consolidée, composée de sables fins légèrement limoneux rougeâtres, très riches en coquilles bien conservées ou en débris de gastéropodes terrestres et marins. Son épaisseur est variable, d’une puissance d’un mètre au niveau de la falaise. Le dépôt est biseauté par la surface topographique actuelle en s’éloignant du front de la mer. Ce dépôt a été qualifié régionalement de « Marnes de Témara » par Bourcart (1943) et de « grès roses » par Gigout (1957). Le contact avec l’unité C-4 sus-jacente est net et rectiligne.

15Le microfaciès est distinctif (fig. 6). La quasi-totalité des bioclastes sont anguleux et les grains minéraux, représentés par des quartz auxquels s’ajoutent quelques feldspaths et augites, forment une fraction significative du dépôt. La fraction limoneuse est présente sous la forme de coiffes qui enrobent partiellement les grains et la roche reste une calcarénite grainstone, mais mal triée. Enfin, la cimentation est moins importante, limitée à la formation d’un ciment microspartique impur revêtant les grains ou colmatant les pores les plus petits.

Fig. 6 – Dar es Soltane : lames minces des unités 1 et 3.
Fig. 6Dar es Soltane: thin-sections of Units 1 and 3.

Fig. 6 – Dar es Soltane : lames minces des unités 1 et 3.  Fig. 6 – Dar es Soltane: thin-sections of Units 1 and 3.

A. Unité 3 – b. Bioclaste ; q. Quartz. B. Unité 1– a. Algue ; bm. Bioclastemicritisé ; bs. Bioclastesparitisé ; pi. Porosité intragranulaire ; pv. Porosité vacuolaire.
A. Unit 3 – b. Bioclast; q. Quartz.
B. Unit 1 – a. Algae; bm. Micritizedbioclast; bs. Sparitizedbioclast; pi. Intragranular porosity; pv. Vuggy porosity.

16L’unité C-4 est une calcarénite composée d’un sable moyen jaunâtre, bien classé et riche en débris de coquilles. Par endroits, on observe un litage en plan incliné de 3° à 5° vers l’est, c’est-à-dire vers le continent. Elle recèle quelques coquilles complètes de gastéropodes pulmonés de différents types. Son épaisseur augmente (de 0 à 0,80 m) vers la mer (épaisseur sur le bord de la falaise 0,80 m). Sa surface est fortement lapiazée avec des concrétionnements calcaires rosâtres (calcrètes). Le microfaciès est assez proche de celui des dépôts présents à la base du cordon, en ce sens que les grains minéraux sont rares et que les bioclastes sont recristallisés et subarrondis à arrondis. Il s’en distingue toutefois par une taille moyenne des grains un peu moindre (0,75 mm) et par une cimentation sparitique ne colmatant que partiellement la porosité.

4.1.2. Interprétation 

17La coupe de Dar es Soltane est formée de quatre unités. La structure de l’unité de base (unité C-1), avec un litage plan fortement incliné de 22°E, est un bon indicateur d’une formation dunaire (Bird, 2008 ; McKee, 1979 ; Purser, 1980 ; Reineck et Singh, 1975). La direction du pendage indique l’orientation des vents ayant conduit à l’édification de la dune littorale, à savoir des vents marins dirigés vers le continent. 

18L’unité C-2 se distingue de l’unité précédente par la disparition de la structure sédimentaire, les autres caractéristiques de nature, de taille ou de classement des grains restant identiques ; d’où le contact diffus entre ces deux unités. Le caractère massif peut être mis en relation avec un arrêt de sédimentation s’accompagnant d’une bioturbation attestée par la présence de rhizolites (Purser, 1980). Ces caractères témoignent d’une calcarénite éolienne, ou éolianite (Reineck et Singh, 1975 ; Bridge et Demicco, 2008).

19L’unité C-3, en revanche, présente un mauvais tri des constituants sableux et une association de fractions sableuse et limoneuse qui ne permettent plus d’y reconnaître un dépôt éolien. L’absence de toute trace de décarbonatation du dépôt exclut également l’origine de sa formation comme un sol par décarbonatation d’une calcarénite, tel qu’il a été décrit dans les éolianites littorales fossiles au nord de Rabat (Aberkan, 1989). Ce dépôt se caractérise en revanche par une association de deux sources sédimentaires : un stock marin représenté par les nombreux bioclastes et un stock continental figuré par les grains minéraux plus nombreux ainsi que par la fraction limoneuse ou encore par les coquilles entières ou fragmentées de gastéropodes continentaux. Une seconde caractéristique de ce dépôt est le renouvellement du stock marin qui le constitue. Ce dernier n’est plus, à la différence des dépôts sous-jacents, un sédiment ayant maturé à l’espace intertidal ou sur les hauts de plage, comme l’atteste l’absence de toute forme de diagenèse précoce et le mauvais arrondi des grains, mais il représente un apport en sédiment frais prélevés vraisemblablement en dehors de la zone d’action des vagues. Cette dernière caractéristique peut marquer un prélèvement de sédiments marins à l’étage supratidal par un ou plusieurs événements exceptionnels (Frebourg et al., 2008, 2010 ; Caron, 2011 ; Chahid et al., 2016).

20Au niveau de la calcarénite de l’unité C-4, le bon classement et la nature des grains (bioclastes arrondis à diagenèse précoce) témoignent d’un dépôt littoral nourri par des sables prélevés sur la plage. Le litage subhorizontal indique la constitution d’une nappe éolienne venant couvrir un relief déjà constitué, tandis que la taille moyenne des grains (750 µm) refléterait la distance (ici faible) par rapport à la source, c’est-à-dire du rivage (Weisrock et al., 2002). Cette unité aurait donc pu se former en phase régressive sur un cordon déjà formé, alors que le reste des accumulations dunaires se situerait à quelques centaines de mètres ou quelques kilomètres à l’ouest, dans un secteur aujourd’hui submergé. La calcrète rosâtre qui se superpose au sommet de ce dépôt résulte, quant à elle, de la redistribution des carbonates par altération du toit de cette calcarénite depuis sa formation et sa coloration pourrait être due aux oxydes de fer.

4.2. Coupe d’El Harhoura

21La coupe d’El Harhoura (33°57'31.32"N, 6°56'7.58"O), localisée au niveau de la falaise vive, est constituée de quatre unités (fig.  1, 2, 7, 10A).

Fig. 7 – El Harhoura.
Fig. 7El Harhoura.

Fig. 7 – El Harhoura.  Fig. 7 – El Harhoura.

A. Profil entre la falaise morte « ouljienne » et la falaise vive ; B. Coupe détaillée au niveau de la falaise vive.
A. Profile between the « ouljian » dead cliff and the present cliff; B. Detailed section of the present cliff.

4.2.1. Description

22L’unité C-1 est exposée à l’action directe des vagues. Elle affleure sur une épaisseur de 4 m au plus. Le faciès est celui d’une calcarénite brunâtre constituée de sables moyens à moules internes millimétriques de débris de coquilles. La structure est celle d’une stratification plane oblique par superposition de lits centimétriques à infradécimétriques inclinés de 20° vers l’est.

23L’unité C-2 repose en discordance angulaire sur l’unité précédente. Il s’agit d’une calcarénite jaunâtre composée de sables moyens riches en débris de coquilles et épaisse d’environ 4 m. Elle est composée de lits pluricentimétriques subhorizontaux à faiblement inclinés vers l’est. Elle se termine vers le sommet, à certains endroits, par une calcrète rosâtre à blanchâtre d’épaisseur inférieure à 3 cm.

24L’unité C-3 repose sur la surface irrégulière du toit de l’unité C-2. Elle est massive, moyennement consolidée et son épaisseur ne dépasse pas 0,5 m. Elle est caractérisée par une teinte rougeâtre et une texture sablo-limoneuse avec de nombreuses coquilles complètes ou brisées de gastéropodes. Il s’agit essentiellement de gastéropodes terrestres (pulmonés) auxquels s’ajoutent quelques coquilles marines. Des manchons racinaires de diamètre très variables se surimposent au dépôt. Le passage à l’unité C-4 est brutal et légèrement irrégulier.

25L’unité C-4 est une calcarénite jaunâtre, massive, constituée de sables moyens associés à des coquilles entières ou fragmentées de gastéropodes pulmonés cristallisés. Son épaisseur de 0,35 m est faible. Tout comme à Dar es Soltane, les unités C-3 et C-4 ne sont préservées que localement. Leur extension latérale ne dépasse pas quelques dizaines de mètres.

4.2.2. Interprétation 

26La similitude stratigraphique et lithologique entre cette coupe et celle de Dar es Soltane est remarquable. À la base du cordon, la stratification de l’unité C-1, plane à forte inclinaison des lits de 20°E, indique qu’elle s’agit d’une formation éolienne (Purser, 1980 ; Reineck et Singh, 1975). Ensuite, l’unité 2, elle aussi calcarénite éolienne, diffère de la précédente par sa structure. À El Harhoura, la stratification du dépôt, partiellement préservée avec un litage de faible inclinaison vers l’est, indique une accumulation formée au toit du cordon, une fois ce dernier constitué. La surface d’érosion, séparant cette unité de la précédente, ne représenterait qu’une surface de réactivation du cordon et par conséquent la succession d’unités n’impliquerait pas obligatoirement deux phases distinctes de formation du cordon, mais probablement une seule. En effet, l’accroissement du cordon et le déplacement corrélatif des fronts d’avalanche des dunes suffisent à générer une telle succession de structures (McKee, 1979 ; Bridge et Demicco, 2008).

27Enfin, les faciès des unités C-3 et C-4 sont similaires à ceux observés à Dar es Soltane. C’est pourquoi la même interprétation peut être proposée, celle d’une unité C-3 issue d’un remaniement à l’étage supratidal d’un dépôt continental enrichi en apports marins, alors que l’unité C-4 représenterait une nouvelle phase d’accrétion du cordon à la suite de nouveaux apports éoliens remaniés ou colluvionnés sur place.

4. 3. Profil de Miramar

28Au niveau de Miramar (33°56'51.36"N, 6°56'7.58"O), en bordure septentrionale de la crique de Témara, peuvent être observés les dépôts formant le cordon, ainsi que leurs relations avec les dépôts plus récents préservés dans l’oulja. Ce secteur de Miramar est souvent inondé lors des marées hautes grâce à l’existence de passes entaillées dans le premier cordon. Du rivage atlantique jusqu'au centre de l’oulja, un profil a été choisi pour représenter les différents dépôts mis en place (fig. 8).

Fig. 8 – Profil de Miramar représentant les différentes unités superposées, emboitées ou se relayant latéralement (d’après Gigout, 1957, modifié).
Fig. 8Profile of Miramar representing different superposed units, nested or taking turns laterally (after Gigout, 1957, modified).

Fig. 8 – Profil de Miramar représentant les différentes unités superposées, emboitées ou se relayant latéralement (d’après Gigout, 1957, modifié).  Fig. 8 – Profile of Miramar representing different superposed units, nested or taking turns laterally (after Gigout, 1957, modified).

4.3.1. Unités du cordon (C)

29L’unité C-1, à Miramar, est immergée même à marée basse, d’où l’impossibilité d’en donner une description.

30L’unité C-2 est une calcarénite éolienne de texture sableuse (sable moyen à grossier) riche en débris de coquilles millimétriques, à litage subhorizontal. Son épaisseur, maximale avec environ 4 m sur le bord de la falaise, diminue progressivement de puissance vers le continent.

31L’unité C-3 présente une épaisseur d’environ 0,75 m au maximum. Elle se biseaute vers l’ouest et latéralement dans la direction nord-sud. Elle est formée d’un sédiment rouge clair sablo-limoneux riche en coquilles, complètes ou brisées, de gastéropodes marins et terrestres auxquels s’ajoutent de nombreux moules de racines et de rares lithoclastes de calcarénites in- fradécimétriques.

32L’unité C-4 est une calcarénite ayant une épaisseur d’environ 20 cm de couleur jaune clair, massive, de texture sableuse (sable moyen), présentant un bon classement. Sa surface est faiblement lapiazée et présente par endroits une calcrète finement laminée rougeâtre.

4.3.2. Unités du fond de l’oulja (O)

33Au fond de l’oulja à Miramar, une lumachelle jaunâtre massive a été identifiée, caractérisée par des éléments figurés infracentimétriques représentés par des débris de coquilles et des lithoclastes. Des galets, d’environ 4 cm de longueur, aplatis et de pétrographie variée, peuvent localement y être observés. Elle présente une épaisseur d’environ 40 cm sans que sa base ne soit atteinte. Son toit lapiazé est tapissé d’une couche centimétrique de calcrète finement laminée brune à rougeâtre. Cette lumachelle est attribuée à un cordon bordant la falaise morte « ouljienne » non étudiée dans ce travail.

34L’oulja a été comblée ensuite par un corps sédimentaire composé des unités morphostratigraphiques suivantes :

35L’unité O-1 formée de limons meubles caractérisés par une texture limono-sableuse de couleur rougeâtre et ayant une structure massive. Leur épaisseur est faible, de l’ordre du décimètre. Elle comble pour partie les poches du lapiaz de la lumachelle sous-jacente. Cette unité est attribuée au Soltanien supérieur par Gigout (1957).

36L’unité O-2 se développe sur une longueur d’environ 100 m transversalement à l’oulja et se suit de façon discontinue sur plusieurs kilomètres entre Dar es Soltane au nord et Miramar au sud. Cette unité se présent sous la forme de deux faciès qui varient latéralement (2a et 2b). Le premier faciès (2a) en direction du cordon et de la falaise vive est un grès fin rouge clair massif, d’épaisseur décimétrique, qui repose sur le lapiaz de l’unité C-2 conformément à la topographie du cordon. Il renferme des gastéropodes pulmonés et des lithoclastes de tailles variables, généralement anguleux et revêtus d’une couche de calcrète rouge. Il s’agit d’un caractère spécifique permettant de distinguer ce placage rougeâtre du faciès de l’unité 3 qui lui est très proche. En direction du centre de l’oulja, le faciès 2a s’interdigite avec le faciès 2b. Ce dernier est un grès grisâtre induré avec alternance des lits de sable fin à moyen (riches en débris de coquilles) et des lits brun clair de sable grossier à moyen à grands fragments de coquilles complètes. Parmi ces coquilles, on relève la présence de moules, parfois sous la forme d’amas. Des lithoclastes rougeâtres de tailles et de formes variables que l’on pense issus de l’unité C-3 démantelée, sont fréquemment associés à ces amas de moules. La surface de cette unité est généralement plane, localement lapiazée. Des structures métriques à inframétriques en auges témoignent de paléochenaux (fig. 9).

Fig. 9 – Les structures de chenaux du faciès 2b.
Fig. 9Structure of channels in facies 2b.

Fig. 9 – Les structures de chenaux du faciès 2b.  Fig. 9 – Structure of channels in facies 2b.

A. Vue de surface ; B. et C. Section latérale du faciès 2b et l’unité O-3.
A. View of the surface; B. and C. Lateral section of the facies 2b and the unit
O-3.

37L’unité O-3 est composée d’un sable coquillier, brun, fin à moyen, lité et faiblement induré. Elle est observée sur une épaisseur inférieure au mètre. Sa structure livre une alternance de lits centimétriques à décimétriques, très riches en coquilles marines (bivalves, patelles, oursins, etc.) où des structures entrecroisées de paléo-chenaux peuvent être aisément reconnues.

4.3.3. Interprétation

38L’étude de la coupe de Miramar permet de relever les points suivants :

39 Sur le bord de la falaise actuelle s’observe la succession d’éolianites à grès rouge intercalé reconnue à Dar es Soltane et à El Harhoura. Elle forme la séquence « classique » du cordon.

40 Deux faciès de dépôts gréseux rouges contenant des pulmonés peuvent et doivent être distingués. Le premier (unité C-3) est intercalé dans le cordon dunaire littoral, tandis que le second (faciès 2a de O-2) nappe le pied d’un cordon interne. Ces deux faciès se superposent à la calcarénite éolienne de l’unité C-2 sans qu’il y ait de continuité lithostratigraphique entre eux. Ces dépôts présentent des caractères distincts, à savoir la présence, dans le faciès 2a, de lithoclastes à calcrète laminée indiquant que ce faciès se nourrit, pour partie, des sédiments repris à l’unité C-3 surincombante. Cette caractéristique permet de reconnaître, contrairement à Gigout (1957), que les unités C-3 et O-2 sont bien deux unités distinctes.

41 Le contact entre le grès gris (faciès 2b) et le deuxième placage de grès rougeâtre (faciès 2a) prend la forme d’une interdigitation. Un tel contact témoigne de la contemporanéité de ces deux faciès dans une même unité (unité O-2).

42Au final, il en ressort que les dépôts présents en bordure externe de l’oulja s’emboitent dans le cordon externe. Il s’agit donc de dépôts plus récents, qui ont été attribués à l’Holocène (Mellahien) par Gigout (1959) sur la foi de datations radiocarbones sur les coquilles marines recueillies par l’auteur dans les dépôts rattachés à l’unité O‑3.

43Concernant le faciès lumachellique (2b) il correspond probablement à un paléo-platier qui se retrouve plus clairement au sud (cf. coupe de Gayville ci-dessous).

4.4. Coupe synthétique de Gayville

4.4.1. Description

44Cette coupe synthétique, de 40 m de longueur, permet de décrire les dépôts venant s’adosser à la falaise morte « ouljienne » (Gigout, 1965) sur le rebord interne de l’oulja (fig. 10). La description des formations se fera de l’ESE vers l’ONO.

Fig. 10 – Coupe synthétique de Gayville.
Fig. 10Synthetic section of Gayville.

Fig. 10 – Coupe synthétique de Gayville.  Fig. 10 – Synthetic section of Gayville.

A. Facies 3a avec des blocs de calcarénite ; B. L’interdigitation entre les faciès 3a et 3b.
A. 3a facies with the calcarenite boulders; B. Interdigitation between 3a and 3b facies.

45La falaise « ouljienne » est façonnée dans une calcarénite jaune formée de deux unités distinctes :

46 Une lumachelle bien consolidée de texture sableuse (sables moyens à grossiers), riche en débris de coquilles marines. D’une puissance minimale de 3 m, elle forme la base de l’escarpement formant la paléo-falaise, sans que sa base ne soit reconnue. Les sédiments se caractérisent par une stratification plane et une lamination horizontale ou, occasionnellement, oblique. Quelques lits de granules litho- et bioclastiques s’intercalent dans le dépôt. La surface sommitale de cette unité est lapiazée.

47 Une calcarénite constituée de sables moyens à grossiers bien classés, à litage plan incliné vers l’océan. Epaisse d’un peu plus d’un mètre, elle repose directement sur l’unité sous-jacente.

48Adossée à cette falaise fossile s’observe la succession de deux faciès formant l’unité C-3. Ces faciès présentent également une interdigitation (changement latéral de faciès). Le faciès 3a regroupe les sédiments rougeâtres massifs riches en coquilles marines entières ou fragmentées ainsi qu’en coquilles de pulmonés. Il s’agit des « Marnes de Témara » des auteurs. La présence d’ossements de vertébrés et de quelques silex taillés est notable. Mais ce qui caractérise le plus ce faciès, dans sa position de prisme de dépôt adossé à la falaise, ce sont les blocs de calcarénite, parfois volumineux, qui y sont englobés. La diminution progressive de la taille de ces blocs est remarquable : ils forment un véritable chaos au pied de la paléo-falaise pour passer au-delà à des cailloux d’abord gros, puis petits, pour laisser finalement place à un sable limono-argileux pauvre en débris au niveau de l’actuelle ligne de rivage. Au-delà encore, ce faciès passe par interdigitation à une calcarénite litée grise (faciès 3b). Ce faciès 3b est un dépôt de sables moyens lumachelliques à litage plan faiblement incliné vers l’océan). Il peut être observé actuellement à marée basse sur une puissance de 1,4 m.

49Une collecte de coquilles issues de la calcarénite rougeâtre (faciès 3a) au niveau de Gayville a permis d’établir une liste malacologique. Les Gastéropodes continentaux sont représentés par les espèces Helix sp., Helix vermiculata, Helix lapicida et Rumina decollata. Les Gastéropodes marins contiennent les espèces Cerithium rupestre, Columbella rustica, Gibbula sp., Narona coronata, Nassa reticulata, Nassarius circumcinctus, Thais haemastoma, Trivia monacha, Trochus sp. et Turbo sp. Les Lamellibranches sont représentés par les espèces Arca sp., Cardium sp., Cardium echinatum, Ostrea sp. et Cardium exiguum.

4.4.2. Interprétation 

50La paléo-falaise observée dans le secteur de Gayville est remarquable. Sa position en bordure de l’oulja permet d’y reconnaître une falaise « ouljienne » telle qu’elle a été définie par Gigout (1965). En outre, la bonne conservation de la morphologie originelle de la falaise, dont atteste l’encoche marine préservée à sa base, permet de situer, à environ 2 m à peine au-dessus du niveau actuel de la mer, la position de la mer ayant façonné la falaise fossile. L’information principale livrée par cette coupe tient dans la succession de faciès des dépôts ennoyant cette falaise (unité C-3). Ces derniers passent successivement d’un talus de blocs à un dépôt supra-littoral bioclastique rouge puis à un grès marin.

51Au sein de ces faciès, le terme le plus distal des sables bioclastiques rougeâtres rapportés à l’unité C-3 ressemble en tous points aux dépôts décrits sur les coupes de Dar es Soltane, d’El Harhoura et de Miramar. La position de ce faciès dans la toposéquence, coincée entre un pôle continental (dépôts de pente riche en blocs) et un pôle marin (sables bioclastiques lités), accrédite l’interprétation d’un sédiment formé par un mélange de ces deux stocks sédimentaires. Il permet, en outre, de préciser la position supratidale de ce faciès.

52Le caractère progressif, voire l’interdigitation, qui marque les transitions de faciès démontre la synchronie de leur formation et, dans la mesure où ce dépôt est postérieur à la falaise ouljienne qu’il ennoie, tous ces faciès sont donc à rapporter à une seule période de mise en place qui succède à un haut niveau marin du dernier interglaciaire s.s.

53Il est intéressant ici de relever que le contenu malacologique de l’unité C-3, où sont associés Thais haemastoma, Nassarius circumcinctus, donne à cet ensemble un « cachet ouljien » (Brébion, 1979). En contenant des taxons, à l’image des Nassarius, qui ne sont pas présents à l’actuel dans les eaux atlantiques marocaines, ce contenu malacologique exclut, à tout le moins, que cette unité puisse s’être formée en relation avec la mer holocène. Si elle n’est pas strictement contemporaine du dernier haut niveau marin, la mise en place de cette unité est toutefois en relation avec le dernier niveau ouljien. Les différentes hypothèses chronologiques qu’autorisent ces déductions sont discutées plus loin (cf. paragraphe 5.2).

5. Discussion

5.1. Structure du cordon externe

54Les différentes coupes étudiées dans la région de Témara (fig. 4) ont permis l’établissement d’une corrélation entre les différents points d’observation (fig. 11).

Fig. 11 – Corrélation entre les coupes importantes au niveau de la falaise vive de la côte de Témara.
Fig. 11Correlation between significant sections at the sharp cliff on the coast of Temara.

Fig. 11 – Corrélation entre les coupes importantes au niveau de la falaise vive de la côte de Témara.  Fig. 11 – Correlation between significant sections at the sharp cliff on the coast of Temara.

55Cette corrélation permet de confirmer que le cordon « externe » montre, sur l’ensemble de la zone d’étude, une remarquable homogénéité stratigraphique. Une coupe synthétique fait apparaître une succession de plusieurs unités sur l’ensemble de la zone (fig. 12).

Fig. 12 – Coupe synthétique du cordon littoral de la côte de la région de Témara.
Fig. 12Synthetic section of the costal ridge of the Temara region.

Fig. 12 – Coupe synthétique du cordon littoral de la côte de la région de Témara.Fig. 12 – Synthetic section of the costal ridge of the Temara region.

56Il débute par un corps dunaire (unité C-1 et unité C-2) composé d’une calcarénite éolienne. L’unité suivante (unité C-3) présente les mêmes caractéristiques sur tous les points d’observation. Il s’agit de sa couleur rouge clair, de l’abondance des coquilles de gastéropodes pulmonés et de coquillages marins, d’un contact net avec les unités sous-jacentes, légèrement irrégulier mais non lapiazé. Une cimentation peu prononcée et une fraction sableuse carbonatée « fraîche » s’observe au microscope, avec des grains peu arrondis et des fragments bioclastiques non cristallisés. Ce faciès est interprété comme le résultat du remaniement d’un dépôt continental enrichi en éléments marins au cours d’une phase de transgression marine. Cela est bien documenté sur le site de Gayville où une remarquable succession de faciès latéraux permet de lier ce dépôt à l’étage supratidal, inséré entre un dépôt de pente fossilisant la falaise ouljienne et la plage contemporaine de sa formation.

57L’unité sus-jacente (unité C-4) est une calcarénite à sable moyen ou grossier riche en débris de coquilles et contenant parfois des coquilles terrestres complètes cristallisées. À sa surface se développe une couche de calcrète rougeâtre d’épaisseur centimétrique.

58En s’éloignant des unités C-3 et C-4 en direction de l’oulja, on trouve les unités (O) du fond de l’oulja : un autre placage rougeâtre nappe le pied du cordon (faciès O-2a). Ce dépôt est décrit dans les travaux antérieurs (Gigout, 1957 ; Bourcart, 1943) où il est perçu comme le prolongement de l’unité C-3. Les observations faites sur le site de Miramar montrent cependant qu’il s’agit d’une unité différente tant sur la base de sa lithologie (présence de lithoclastes formés de calcarénite remaniée et auréolés de calcrète rougeâtre) que sur sa relation avec les dépôts plus récents préservés dans l’oulja.

59Vers le fond de l’oulja apparait un dépôt marin, constitué de grès gris riche en coquilles de moules (faciès 2b), dans lequel se distinguent des structures de chenaux. Ces dernières indiquent la direction des courants marins qui ont pénétré dans l’oulja lors d’une période de haut niveau marin que Gigout (1957) attribue au Mellahien, comme l’ont confirmé ultérieurement les dates radiométriques obtenues par cet auteur (Gigout, 1959). Si la fiabilité de ces dates réalisées par radiocarbone sur un lot de coquilles variées (Mytilus africanus, Cardium edula, Patella intermedia et autres espèces) peut être remise en cause, il n’en demeure pas moins que la présence de moules et de patelles de type intermedia semble distinguer ce niveau des niveaux marins pléistocènes.

5.2. Âge de la formation du cordon

60Plusieurs éléments permettent de discuter l’âge de l’édification du cordon. À l’exception des dépôts les plus récents de l’oulja, rattachés à l’Holocène (Mellahien de Gigout, unité O-2), le cordon est constitué de deux phases éoliennes au sein desquelles s’intercale le dépôt supratidal de l’unité C-3. La coupe de Gayville indique que cette dernière s’est formée en relation avec un niveau marin à une élévation comparable à celle de l’océan actuel. Ce site permet également d’observer que ce faciès est postérieur au façonnement de la falaise ouljienne qui est alors fossilisée par des dépôts de pente. Le façonnement de ce niveau de falaise est rapporté au dernier haut niveau marin (Gigout, 1965) en relation avec le stade isotopique marin (SIM) 5e (Lefèvre et Raynal, 2002 ; Texier et al., 2002, Plaziat et al., 2008, Weisrock, 2012). L’unité C-3 s’est donc formée au cours d’un haut niveau marin situé à quelques mètres plus bas que celui de la mer « ouljienne » ayant façonné la falaise morte.

61Les dates montrent finalement que ce cordon s’est constitué dans un temps relativement court, de l’ordre d’une dizaine de milliers d’années. Ces résultats conduisent à privilégier l’hypothèse d’une formation du cordon lors du stade 5c (unité 1 et 2, fig. 13 et 14).

Fig. 13 – Localisation des datations et âges des différentes unités de la coupe de El Harhoura.
Fig. 13Location of datings and ages of different units of El Harhoura section.

Fig. 13 – Localisation des datations et âges des différentes unités de la coupe de El Harhoura.  Fig. 13 – Location of datings and ages of different units of El Harhoura section.

Fig. 14 – Cadre chronostratigraphique du cordon d’El Harhoura.
Fig. 14Chronostratigray of El Harhoura costal ridge.

Fig. 14 – Cadre chronostratigraphique du cordon d’El Harhoura.  Fig. 14 – Chronostratigray of El Harhoura costal ridge.

A. Variations eustatiques au cours du Pléistocène moyen et supérieur (Funnel, 1995) et corrélation des étages marins marocains avec les stades isotopiques (Stearns, 1978 ; Plaziat et al., 2008) ; B. Report des âges du cordon de Temara sur les modèles de variations mondiales du niveau marin (Shackleton, 2000 ; Jouzel et al., 2002).
A. Eustatic sea level changes during the Middle and Late Pleistocene (Funnel, 1995) and correlation of Moroccan marine nomenclature with isotopic stages (Plaziat et al., 2008); B. Report of the ages of the Temara external ridge on global sea level change models (Shackleton, 2000; Jouzel et al., 2002).

62Le niveau supratidal intercalé (Unité C-3) se serait, quand à lui, formé lors du même stade isotopique 5c (99 ± 8 ka).Une reprise d’accrétion éolienne prend place à la suite ou peu de temps après ce dépôt, et achève la constitution de ce cordon, vraisemblablement au cours du la fin du stade 5c (Shackleton, 2000 ; Jouzel et al., 2002).

6. Conclusions

63Au cours du stade 5c, la région de Témara a connu l’édification d’un cordon dunaire aujourd’hui grésifié et soumis à l’action des vagues qui l’ont taillé en falaise vive, en criques et en courtes plages.

64L’étude lithologique, pétrographique et géochronologique a permis de caractériser les différentes unités constituant ce cordon. Sur l’ensemble de la région et en se basant sur plusieurs coupes, le cordon est subdivisé en quatre unités. Au début du sous-stade isotopique marin 5c, les dunes côtières se mettent en place et constituent le corps du cordon (unités C-1 et C-2). Vers la fin de ce même stade, un dépôt supratidal (unité C-3) bien différent par sa couleur rouge et ses constituants se met en place par mélange d’un stock marin (sables bioclastiques) et continental (limons rouges et sables quartzo-feldspathiques). Sa datation absolue par la méthode OSL donne un âge de 99,9 ± 8,0 ka. Ce dépôt est coiffé par une quatrième unité de calcarénite dunaire de faciès similaire à ceux de la base du cordon, et prenant place peu de temps après l’édification de ce dernier (94 ± 7 ka).

65Au fond de l’oulja, le dépôt de l’unité O-2 nappe le pied du cordon en montrant un changement latéral de faciès entre un dépôt rougeâtre et grisâtre. Ce dernier, attribué au Mellahien par Gigout (1959), conduit à rattacher cette dernière phase de formation à l’Holocène. Cette dernière interprétation mérite cependant d’être validée par de nouvelles datations du contenu malacologique du dépôt, dans la mesure où les âges obtenus dans les années soixante l’ont été sur un lot de coquilles marines mêlant tout autant des organismes filtrants que des gastéropodes de littoral rocheux susceptibles de fixer des carbonates anciens et, par voie de conséquence, d’altérer les résultats radiométriques.

Haut de page

Bibliographie

Aberkan M. (1989) – Etudes des formations quaternaires des marges du bassin du Rharb (Maroc nord-occidental). Thèse de doctorat, Université de Bordeaux, 290 p.

Aboumaria K. (2009) – Les formations littorales quaternaires de la péninsule de Tanger (Maroc nord occidental) : lithostratigraphie, processus sédimentologiques, pétrologie et corrélations à l’échelle de la Méditerranée centre-occidentale. Thèse de doctorat, Université Mohamed V, Rabat, 237 p.

Aboumaria K., Zaghloul M.-N., Battaglia M., Loiacono F., Puglisi D., Aberkan M. (2009) – Sedimentary processes and provenance of Quaternary marine formations from the Tangier Peninsula (Northern Rif, Morocco). Journal of African Earth Sciences, 55, 10-35.
DOI : 10.1016/j.jafrearsci.2008.12.004

Akil M. (1980) – Contribution à l’étude sédimentologique des formations littorales quaternaire de la région de Rabat (Maroc). D. E. S. Université Mohmed V, Rabat, 212 p.

Alouane M. (1986) – Les formations quaternaires du littoral atlantique de la province de Tanger (Maroc). Thèse de doctorat. Université de Bordeaux, 180 p.

Beaudet G. (1969) – Le plateau central marocain et ses bordures : étude géomorphologique. Thèse de doctorat. Université Mohammed V, Rabat, 480 p.

Beaudet G., Maurer G., Ruellan A. (1967) – Le Quaternaire marocain. Observations et hypothèses nouvelles. Revue de Géographie Physique et de Géologie Dynamique, 2, IX (4), 269-310.

Bird E. (2008) – Coastal Geomorphology: An Introduction. Wiley, 2nd Edit., 436 p.

Bourcart J. (1943) – La Géologie du Quaternaire au Maroc. La Revue Scientifique, Paris, 81, 311-336.

Brébion P. (1979) – Etude biostratigraphique et paléoécologique du Quaternaire marocain. Annales de Paléontologie, 65, 1, 42 p.

Bridge J., Demicco R. (2008) – Earth Surface Processes, Landforms and Sediment Deposits. Cambridge University Press, 815 p.

Caron V. (2011) – Contrasted textural and taphonomic properties of high-energy wave deposits cemented in beach-rocks (St. Bartholomew Island, French West Indies). Sedimentary Geology, 237 (3-4), 189-208.
DOI : 10.1016/j.sedgeo.2011.03.002

Chabli A. (2009) – Etudes sédimentologique et néotectonique des formations plio-quaternaires littorales entre Rabat et Casablanca. Thèse. Univ. Mohammed V, Rabat, 246 p.

Chahid D. (2011) – Etude lithologique et pétrographique du cordon littoral post-ouljien de Témara (Maroc). Mémoire de Master, Univ. Moulay Ismaïl, Meknès, 84 p.

Chahid D., Boudad L., El Hmaidi A., Essahlaoui A., Lenoble A. (2012) – Contribution of GIS and radar imagery in the study of coastal ridges in the Témara area. In Proceedings of the International Conference of GIS-users. Univ. Sidi Mohamed Ben Abdellah, Faculté Polydisciplinaire de Taza & Laboratoire Ressources naturelles et Environnement, Fès, 546-548.

Chahid D., Boudad L., Lenoble A., El Hmaidi A., Chakroun A., Jacobs Z., Nespoulet R., El Hajraoui M.A. (2014) – Etude lithologique et pétrographique du cordon littoral post-ouljien de Témara (Maroc). Actes du colloque RQM 6, 60-72.

Chahid D., Boudad L., Lenoble A., Van Vliet-Lanoë B. (2016) – Enregistrements sédimentaire d’événements de haute énergie, exemples de la côte atlantique de Rabat-Skhirat (Maroc). Quaternaire, 27 (2), 157-171.
DOI : 10.4000/quaternaire.7543

Choubert G., Ambroggi R. (1953) – Note préliminaire sur la présence de deux cycles sédimentaires dans le Pliocène marin au Maroc. Not. Mém. Ser. Géol. Maroc, 117, 5-53.

Choubert G., Marcais J. (1947) – Le Quaternaire des environs de Rabat et l’âge de l’Homme de Rabat. C.R. Acad. Sciences, Paris, 224, 1645-1647.

El Hajraoui M.A., Debénath A., (2012) – Partie 3. Grotte d’El Mnasra: Chapitre XV. Contexte géologique et remplissage sédimentaire. In El Hajraoui, A.M., Nespoulet, R., Debénath, A., Dibble, H. (Eds.), Préhistoire de la région de Rabat-Témara, Villes et Sites Archéologiques du Maroc, vol. III. Royaume du Maroc, Ministère de la culture, Institut National des Sciences de l'Archéologie et du Patrimoine, Rabat, 108-109.

El Hajraoui A.M., Nespoulet R., Debénath A., Dibble H. (2012) – Préhistoire de la région de Rabat-Témara. In Villes et Sites Archéologiques du Maroc, vol. III. Royaume du Maroc, Ministère de la culture, Institut National des Sciences de l'Archéologie et du Patrimoine, Rabat, 300 p.

El Graoui M. (1994) – Contribution à l’étude des formations littorales quaternaires de la région de Casablanca (Maroc) : sédimentologie, microfaciès et minéraux lourds, Thèse de doctorat, Université de Bordeaux, 293 p.

Frebourg G., Hasler C.-A., Davaud E. (2010) – Catastrophic event recorded among Holocene eolianites (Sidi Salem Formation, SE Tunisia). Sedimentary Geology, 224 (1-4), 38-48.
DOI : 10.1016/j.sedgeo.2009.12.006

Frebourg G., Hasler C.-A., Le Guern P., Davaud E. (2008) – Facies characteristics and diversity in carbonate eolianites. Facies, 54, 175-191.
DOI : 10.1007/s10347-008-0134-8

Funnel B.M. (1995) – Global sea-level and the (pen-) insularity of late Cenozoïc Britain. In Preece R.C. (Ed.). Island Britain: a Quaternary perspective. Geological Society Special Publication, 96, 3-13.
DOI : 10.1144/gsl.sp.1995.096.01.02

Galbraith R.F., Roberts R.G., Laslett G.M., Yoshidah H., Olley J.M. (1999) – Optical dating of the single and multiple grains of quartz from Jinmium Rock Shelter, northern Australia: part I, experimental design and statistical models. Archaeometry, 41 (2), 339-364.
DOI: 10.1111/j.1475-4754.1999.tb00987.x

Gentil L. (1918) – Notice sur les titres et les travaux scientifiques de L. Gentil Larose, Paris, p.119.

Gigout M. (1957) – Recherche sur le Quaternaire marocain. Trav. Inst. Sc., Sér. Géol. Géo.Phy. Maroc, 7, 77 p.

Gigout M. (1959) – Ages, par radiocarbone, de deux formations des environs de Rabat (Maroc). C.R. Acad. Sciences, Paris, 249 (25), 2802-2803.

Gigout M. (1965) – Valeur de l’étage Ouljien. Not. Ser. Géol. Maroc, 185, 91-93.

Guilcher A., Joly F. (1954) – Recherches sur la morphologie de la côte atlantique du Maroc. Trav. Inst. Sc., Sér. Géol. Géo.Phy., Maroc, 2, 140 p.

Jacobs Z., Meyer M.C., Roberts R.G., Aldeias V., Dibble H., El Hajraoui M.A. (2011) – Single-grain OSL dating at La Grotte des Contrebandiers (‘Smugglers’ Cave’), Morocco: improved age constraints for the Middle Paleolithic levels. Journal of Archaeological Science, 38 (1-2), 3631-3643.
DOI : 10.1016/j.jas.2011.08.033

Jacobs Z., Roberts R.G. (2007) – Advances in optically stimulated luminescence dating of individual grains of quartz from archeological deposits. Evolutionary Anthropology, 16 (6), 210-223.
DOI : 10.1002/evan.20150

Jouzel J., Hoffmann G., Parrenin F., Waelbroeck C. (2002) – Atmospheric oxygen 18 and sea-level changes. Quaternary Science Reviews, 21 (1-3), 307-314.
DOI : 10.1016/s0277-3791(01)00106-8

Lacroix M.A. (1974) – Carte géotechnique de la zone de Rabat (1/50 000). Not. Mém. Ser. Géol., Maroc, n° 238.

Lecointre G. (1918) – Sur le Pléistocène marin de la Chaouia (Maroc central). C.R. Séance Acad. Sciences, t. CLXVII, 396 p.

Lecointre G. (1926) – Recherches géologiques dans la Méséta marocaine. Mém. Soc. Sci. Nat. Maroc, 14, 158 p.

Lecointre G. (1952) – Recherches sur le Néogène et le Quaternaire marin de la côte Atlantique du Maroc, Not. Mém. Ser. Géol. Maroc, 99, t. 1, 197 p.

Lefèvre D., Raynal J-P., (2002) – Les formations plio-pléistocènes de Casablanca et la chronostratigraphie du Quaternaire Marin du Maroc revisitées, Quaternaire, 13 (1), 9-21.
DOI : 10.3406/quate.2002.1700

Lefèvre D., Texier J.-P., Raynal J.-P., Occhietti S., Evin J. (1994) – Enregistrements- réponses des variations climatiques du pléistocène supérieur et de l’Holocène sur le littoral de Casablanca (Maroc). Quaternaire, 5 (3-5), 173-180.
DOI : 10.3406/quate.1994.2029

Lenoble A., Boudad L. (2010) – Formations quaternaires et sites préhistoriques du littoral atlantique entre Kénitra et Skhirate (Approches morphostratigraphique et chronostratigraphique). Rapport Annuel Projet CNRST/CNRS, 10 p.

Mckee E.D. (1979) – A study of global sand seas. U.S. Govt. Print. Off. Washington, 429 p.

Mercier N. (2008) – Datation des sédiments quaternaires par luminescence stimulée optiquement: un état de la question. Quaternaire, 19 (3), 195-204.
DOI : 10.4000/quaternaire.3932

Nespoulet R., El Hajraoui M.A. (2012b) – L’industrie lithique paléolithique (Chapitre XII). In El Hajraoui,M.A., Nespoulet R., Debénath A., Dibble H. (Eds.), Préhistoire de la Région de Rabat-Témara. Villes et Sites Archéologiques du Maroc. Partie 2: Grotte d’El Harhoura 2, vol. III, 91-102.

Plaziat J.-C., Aberkan M., Reyss J.-L. (2006) – New late Pleistocene seismites in a shoreline series including eolianites, north of Rabat (Morocco). Bulletin de la Société Géologique de France, 177 (6), 323-332.
DOI : 10.2113/gssgfbull.177.6.323

Plaziat J.-C., Aberkan M., Ahmamou M., Choukri A. (2008) – The quaternary deposits of Morocco. In The Geology of Morocco, A. Michard et al. (Eds.), Springer, Berlin, 359‑379.

Purser B.H. (1980) – Sédimentation et diagenèse des carbonates néritiques récents. Technip (Ed.), Paris, 366 p.

Reineck H.E., Singh I.B. (1975) – Depositional sedimentary environments. Springer-Verlag (Ed.), Berlin Heidelberg, 2, 439 p.

Shackleton N.J. (2000) – The 100,000-Year Ice-Age Cycle Identified and Found to Lag Temperature, Carbon Dioxide, and Orbital Eccentricity. Science, 289, 1897-1902.
DOI : 10.1126/science.289.5486.1897

Stearns C.E. (1978) – Pliocene-Pleistocene emergence of the Moroccan Meseta. Geological Society of the American Bulletin, 89, 1630-1644.
DOI : 10.1130/0016-7606(1978)89<1630:peotmm>2.0.co;2

Stoetzel E., Campmas E., Michel P., Bougariane B., Ouchaou B., Amani F., El Hajraoui M.A., Nespoulet R. (2014) – Context of modern human occupations in North Africa: Contribution of the Témara caves data. Quaternary International, 320, 143-161.
DOI : 10.1016/j.quaint.2013.05.017

Texier J.-P., Lefèvre D., Raynal J.-P., El Graoui M. (2002) – Lithostratigraphy of the littoral deposits of the last one million years in the Casablanca region (Morocco). Quaternaire, 13 (1), 23‑41.
DOI : 10.3406/quate.2002.1701

Texier J.-P., Raynal J.-P., Lefèvre D, Daugas J.-P., Sbihi-Alaoui F.-Z. (2008) – Le site néolithique de Rouazi à Skhirat (Maroc):contexte stratigraphique et évolution morpho-dynamique de son environnement littoral. Quaternaire, 19 (3), 239-247.
DOI : 10.4000/quaternaire.4252

Weisrock A. (1980) – Géomorphologie et Paléoenvironnements de l’Atlas Atlantique, Maroc, Thèse, Paris 1. In Notes et Mémoires du Service Géologique du Maroc, Rabat, n°332, 1993, 487 p.

Weisrock A. (2012) – Late-middle Pleistocene, late Pleistocene and Holocene palaeo-sea-level records at Agadir and the Atlantic Atlas coastal reach, Morocco. Quaternaire, 23 (3), 211-225.
DOI : 10.4000/quaternaire.6252

Weisrock A., Fontugne M. (1991) – Morphogenèse éolienne littorale au Pléistocène supérieur et à l'Holocène dans l'oulja atlantique marocaine. Quaternaire, 2 (3-4), 164-175.
DOI : 10.3406/quate.1991.1965

Weisrock A., Occhietti S., Hoang C.T., Lauriat-Rage A., Brébion P., Pichet P. (1999) – Les séquences littorales pléistocènes de l’Atlas atlantique entre Cap Rhir et Agadir, Maroc. Quaternaire, 10 (2), 227-244.
DOI : 10.3406/quate.1999.1645

Weisrock B., Adele B., Charif A., Tannouch-Bennani S. (2002) – Dunes littorales et dunes continentales au Maroc atlantique semi-aride (29-30° N) du Pléistocène supérieur à l’Holocène. Cuaternario y Geomorfologia, 16 (1-4), 43‑56.

Haut de page

Annexe

English Abridged Version

The region of Temara is well known for its archaeological sites that have been the subject of human occupation throughout the Late Pleistocene and Holocene (El Hajraoui and Debenath, 2012; El Hajraoui et al., 2012; Nespoulet and El Hajaroui, 2012).

The Atlantic coast at Temara is a part of the Moroccan coastal Meseta. The latter has a morphology of planar surfaces gently inclined towards the Atlantic. The lower platforms are covered by a system of coastal ridges that consist of Pliocene and Quaternary calcarenites of marine and aeolian origin (Beaudet, 1969; Beaudet et al., 1967; Stearns, 1978; Akil, 1980; Lefèvre and Raynal, 2002). These ridges are subparallel to the present coast (Guilcher and Joly, 1954). Between the first external ridge and a line of internal dead cliffs extends a longitudinal depression, commonly called "oulja" (Guilcher and Joly, 1954; Weisrock, 1980, 2012; Weisrock and Fontugne, 1991). The present study is mainly devoted to the external ridge at Temara.

The lithological and petrographic study of the present cliff allowed to characterize the various units constituting the external ridge. Furthermore, chronostratigraphy of these sedimentary units was obtained on the quartz grains by the method of optically stimulated luminescence (OSL). The OSL method used is a single-grain one (Mercier, 2008) and is highly reliable, especially for aeolian deposits (Galbraith et al., 1999; Jacobs and Roberts, 2007; Mercier, 2008).

Overall of this region, and based on several sections, the ridge is divided into four units (C-1, C-2, C-3 and C-4). In the early marine isotope substage 5c, coastal dunes established and built the body of this external ridge (units C-1 and C-2). Towards the end of that stage, a supratidal deposit (Unit C-3), very different by its red color and its constituents, is set up by a mixture of i) marine, bioclastic sands and ii) continental red silts and quartzo-feldspathic sands. Absolute dating of C3 gives an age of 99.9 ± 8.0 ka. This deposit is topped by a fourth (C-4) aeolianite, similar to those of the basis of the ridge and taking up shortly after the building of this last (94 ± 7 ka).

The edification of this ridge will contribute to the formation of the “oulja”, landward open on the sea and that will host further high-level marine deposits with a mixture of marine and continental faunas. New deposits filling the bottom of the oulja were formerly attributed to the Holocene (Gigout, 1959). Their marine faunal content indicates more a MIS 5 property, but, unfortunately at this time, we are still waiting their datations.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Carte géomorphologique de la région de Rabat-Témara-Skhirat (d’après Beaudet, 1969, modifié). Fig. 1 – Geomorphologic map ofthe region of Rabat-Temara-Skhirat (after Beaudet, 1969, modified).
Légende 1. Cordons littoraux consolidés ; 2. Falaise vive ; 3. Falaise morte « ouljienne ».1. Consolidated costal ridges; 2. Active cliff; 3. « Ouljian » dead cliff.
URL http://geomorphologie.revues.org/docannexe/image/11419/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 988k
Titre Fig. 2 – Carte géologique représentant les cordons littoraux plio-quaternaires de la région de Rabat-Témara (Lacroix, 1974, modifié). Fig. 2 – Geological map showing coastal plio-quaternary ridges in the region of Rabat-Temara (Lacroix, 1974, modified).
Légende 1. Cours d’eau ; Cordons Plio-quaternaire : 2. Pliocène ; 3. Pléistocène inférieur-moyen ; 4. Pléistocène moyen-supérieur ; 5. Dépôts des plateaux Quaternaire. 1. Watercourse; Plio-quaternary coastal ridges: 2. Pliocene; 3. Lower-middel Pleistocene; 4. Midde-upper Pleistocene; 5. Quaternary land deposits.
URL http://geomorphologie.revues.org/docannexe/image/11419/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 2,1M
Titre Fig. 3 – Profil topographique (AA’) avec identification et âges des différents cordons littoraux de Témara (Lenoble et Boudad, 2010, modifié). Fig. 3Topographical profile (AA’) with identification and age of different Temara coastal ridges (Lenoble and Boudad, 2010, modified).
URL http://geomorphologie.revues.org/docannexe/image/11419/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Titre Fig. 4 – Localisation des coupes étudiées sur le littoral de Rabat-Témara. Fig. 4Location of the studied sections on the Rabat-Temara coast.
Légende 1. Dar es Soltane ; 2. El Harhoura ; 3. Miramar ; 4. Gayville ; 5. Plage de Témara ; 6. Sidi El Abed ; 7. Val d’Or. 1. Dar es Soltane; 2. El Harhoura; 3. Miramar; 4. Gayville; 5. Temara beach; 6. Sidi El Abed; 7. Val d’Or.
URL http://geomorphologie.revues.org/docannexe/image/11419/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 3,0M
Titre Tab.1 – Résultats de la datation OSL du cordon littoral externe de Témara. Tab. 1OSL datation’s results of Temara external coastal ridge
URL http://geomorphologie.revues.org/docannexe/image/11419/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 232k
Titre Fig. 5 – Dar es Soltane. Fig. 5Dar es Soltane.
Légende A. Profil entre la falaise morte « ouljienne » et la falaise vive ; B. Coupe détaillée au niveau de la falaise vive. A. Profile between the « ouljian » dead- cliff and the present cliff; B. Detailed section of the present cliff.
URL http://geomorphologie.revues.org/docannexe/image/11419/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Titre Fig. 6 – Dar es Soltane : lames minces des unités 1 et 3. Fig. 6Dar es Soltane: thin-sections of Units 1 and 3.
Légende A. Unité 3 – b. Bioclaste ; q. Quartz. B. Unité 1– a. Algue ; bm. Bioclastemicritisé ; bs. Bioclastesparitisé ; pi. Porosité intragranulaire ; pv. Porosité vacuolaire. A. Unit 3 – b. Bioclast; q. Quartz. B. Unit 1 – a. Algae; bm. Micritizedbioclast; bs. Sparitizedbioclast; pi. Intragranular porosity; pv. Vuggy porosity.
URL http://geomorphologie.revues.org/docannexe/image/11419/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 2,1M
Titre Fig. 7 – El Harhoura. Fig. 7El Harhoura.
Légende A. Profil entre la falaise morte « ouljienne » et la falaise vive ; B. Coupe détaillée au niveau de la falaise vive. A. Profile between the « ouljian » dead cliff and the present cliff; B. Detailed section of the present cliff.
URL http://geomorphologie.revues.org/docannexe/image/11419/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Fig. 8 – Profil de Miramar représentant les différentes unités superposées, emboitées ou se relayant latéralement (d’après Gigout, 1957, modifié). Fig. 8Profile of Miramar representing different superposed units, nested or taking turns laterally (after Gigout, 1957, modified).
URL http://geomorphologie.revues.org/docannexe/image/11419/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Titre Fig. 9 – Les structures de chenaux du faciès 2b. Fig. 9Structure of channels in facies 2b.
Légende A. Vue de surface ; B. et C. Section latérale du faciès 2b et l’unité O-3. A. View of the surface; B. and C. Lateral section of the facies 2b and the unitO-3.
URL http://geomorphologie.revues.org/docannexe/image/11419/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 416k
Titre Fig. 10 – Coupe synthétique de Gayville. Fig. 10Synthetic section of Gayville.
Légende A. Facies 3a avec des blocs de calcarénite ; B. L’interdigitation entre les faciès 3a et 3b. A. 3a facies with the calcarenite boulders; B. Interdigitation between 3a and 3b facies.
URL http://geomorphologie.revues.org/docannexe/image/11419/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 564k
Titre Fig. 11 – Corrélation entre les coupes importantes au niveau de la falaise vive de la côte de Témara. Fig. 11Correlation between significant sections at the sharp cliff on the coast of Temara.
URL http://geomorphologie.revues.org/docannexe/image/11419/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 596k
Titre Fig. 12 – Coupe synthétique du cordon littoral de la côte de la région de Témara.Fig. 12Synthetic section of the costal ridge of the Temara region.
URL http://geomorphologie.revues.org/docannexe/image/11419/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 872k
Titre Fig. 13 – Localisation des datations et âges des différentes unités de la coupe de El Harhoura. Fig. 13Location of datings and ages of different units of El Harhoura section.
URL http://geomorphologie.revues.org/docannexe/image/11419/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 548k
Titre Fig. 14 – Cadre chronostratigraphique du cordon d’El Harhoura. Fig. 14Chronostratigray of El Harhoura costal ridge.
Légende A. Variations eustatiques au cours du Pléistocène moyen et supérieur (Funnel, 1995) et corrélation des étages marins marocains avec les stades isotopiques (Stearns, 1978 ; Plaziat et al., 2008) ; B. Report des âges du cordon de Temara sur les modèles de variations mondiales du niveau marin (Shackleton, 2000 ; Jouzel et al., 2002). A. Eustatic sea level changes during the Middle and Late Pleistocene (Funnel, 1995) and correlation of Moroccan marine nomenclature with isotopic stages (Plaziat et al., 2008); B. Report of the ages of the Temara external ridge on global sea level change models (Shackleton, 2000; Jouzel et al., 2002).
URL http://geomorphologie.revues.org/docannexe/image/11419/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 464k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Driss Chahid, Larbi Boudad, Arnaud Lenoble, Abdellah El Hmaidi, Amel Chakroun et Zenobia Jacobs, « Nouvelles données morpho-stratigraphiques et géochronologiques sur le cordon littoral externe (SIM 5-c) de Rabat–Témara, Maroc », Géomorphologie : relief, processus, environnement, vol. 22 - n° 3 | 2016, 253-264.

Référence électronique

Driss Chahid, Larbi Boudad, Arnaud Lenoble, Abdellah El Hmaidi, Amel Chakroun et Zenobia Jacobs, « Nouvelles données morpho-stratigraphiques et géochronologiques sur le cordon littoral externe (SIM 5-c) de Rabat–Témara, Maroc », Géomorphologie : relief, processus, environnement [En ligne], vol. 22 - n° 3 | 2016, mis en ligne le 23 septembre 2016, consulté le 20 octobre 2017. URL : http://geomorphologie.revues.org/11419 ; DOI : 10.4000/geomorphologie.11419

Haut de page

Auteurs

Driss Chahid

Muséum National d’Histoire Naturelle, Département de Préhistoire, UMR 7194 – Paris, France (dchahid@edu.mnhn.fr). Tél : +212 535 537 321.

Larbi Boudad

Université Moulay Ismail, Faculté des Sciences, Département de Géologie – BP. 11202, Zitoune, Meknès, Maroc (l.boudad@fs.umi.ac.ma).

Articles du même auteur

Arnaud Lenoble

Université Bordeaux I, PACEA, UMR CNRS 5199 – 33405 Talence, France (a.lenoble@pacea.u-bordeaux1.fr).

Abdellah El Hmaidi

Université Moulay Ismail, Faculté des Sciences, Département de Géologie – BP. 11202, Zitoune, Meknès, Maroc (elhmaidi@yahoo.fr).

Amel Chakroun

Université de Tunis, Faculté des Sciences, Département de géologie, Campus Universitaire – 2092, El Manar II, Tunisie (chakroun_amel@yahoo.fr).

Zenobia Jacobs

University of Wollongong, Centre for Archaeological Science, School of Earth and Environmental Sciences – Wollongong, NSW 2522, Australia (zenobia@uow.edu.au).

Haut de page

Droits d’auteur

© Groupe français de géomorphologie

Haut de page
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Groupe français de géomorphologie
  • Revues.org