Navigation – Plan du site

Texte intégral

1André Journaux s’est éteint à Caen le 4 juillet 2006. Né à Langres le 27 janvier 1915, il fit des études secondaires au lycée Diderot de cette ville, devint, de 1937 à 1939, maître d’internat dans cet établissement afin de poursuivre sa formation, que la mobilisation interrompit en 1939. Fait prisonnier en 1940, il fut retenu de longues années en Prusse orientale et ne fut libéré qu’en juin 1945. Aussitôt, il reprit ses études et fut reçu major de l’agrégation de géographie en 1947. Débuta alors une longue carrière universitaire accomplie dans sa totalité à l’université de Caen. Assistant du Doyen René Musset, il prit sa succession en 1954, en devenant professeur de géographie physique et directeur de l’Institut de Géographie. Il fut assesseur du doyen de la Faculté des Lettres et Sciences humaines de Caen en 1966 et 1967 puis Doyen de 1967 à 1970. En 1962, il réunit et anima le groupe des fondateurs du Centre de Géomorphologie du CNRS dont il assuma la construction et en fut le directeur de 1964 à 1980.

2André Journaux a été, toute sa vie, un infatigable voyageur et un organisateur. Son double souci en tant que géographe était, d’une part, d’acquérir le plus de connaissances possibles sur la planète Terre et son occupant, l’Homme et, d’autre part, de les diffuser par le livre et la carte. Son fonds inestimable de dizaines de milliers de diapositives est déposé et numérisé à la Maison de la Recherche en Sciences humaines de l’Université de Caen. Soulignons que, pour André Journaux, la géographie physique se devait d’avoir deux objectifs : assurer la formation de base théorique par l’enseignement magistral et participer par ses applications à l’aménagement du milieu naturel. Cette conception est à l’origine de la création au sein de l’Institut de Géographie de Caen du « Laboratoire des sols » qui deviendra plus tard, en 1981, le CREGEPE (Centre de Recherche en Géographie Physique de l’Environnement), sous la direction de Jean-Claude Flageollet, puis l’actuel GEOPHEN.

3Sa thèse sur Les plaines de la Saône et leurs bordures montagneuses : Beaujolais, Mâconnais, Côte d’Or, Plateaux de la Haute-Saône, Jura occidental, étude morphologique, préparée sous la direction d’André Cholley et Pierre Birot, soutenue en 1954, et publiée en 1956, fit date dans le milieu géographique français. Elle était une des premières à faire une large place à l’analyse des dépôts corrélatifs aussi bien tertiaires que quaternaires pour détecter et dater les étapes successives d’évolution des reliefs et déterminer les processus responsables de la morphogenèse des plateaux et des versants. Cette passion pour l’étude des formations superficielles sera permanente. En témoignent les orientations de recherche des personnes qu’il a recrutées. Celles d’Henri Elhaï dont la majeure partie de la thèse porte sur les formations littorales et les plages marines pléistocènes entre la Seine et le golfe normand-breton ainsi que sur la palynologie des zones de marais de la Basse-Normandie. Celles d’Yvette Dewolf qui sera l’animatrice du « Laboratoire des sols » et dont le sujet de la thèse de spécialité, publiée en 1965, s’intitule Intérêt et principes d’une cartographie des formations superficielles. Celles, enfin, comme premier chercheur CNRS du Centre de Géomorphologie, de Jean-Pierre Lautridou qui, après sa thèse sur Les formations superficielles de Saint-Romain (Pays de Caux), publiée en 1968, poursuivit une longue et riche carrière de spécialiste du Quaternaire, en particulier des processus périglaciaires en tant que responsable du laboratoire de cryoclastie de ce centre de recherche.

4La réputation du Centre de Géomorphologie dans l’étude des formations superficielles attira de nombreux stagiaires étrangers. Elle entraîna, en particulier, la signature d’une convention avec l’Institut de Géographie de l’Université de Sao Paulo, à l’origine de plusieurs missions de recherche et de formation entre 1972 et 1977 et de l’organisation, en 1978, sous la responsabilité des professeurs José Pereira de Queiroz Neto et André Journaux, d’un important colloque interdisciplinaire franco-brésilien sur L’étude des formations superficielles et ses applications en région tropicale.

5À la suite de ses missions en Alaska, au Canada et en Sibérie, André Journaux s’attacha à l’étude des phénomènes périglaciaires. Il en résulta la mise en place dans le Centre de Géomorphologie d’un ensemble de dispositifs expérimentaux pour l’étude des effets du gel sur les roches et dans les sols. Ces équipements, rénovés, sont toujours utilisés, souvent avec des partenaires étrangers car, aujourd’hui, le nombre de laboratoires de géomorphologie disposant de moyens expérimentaux s’est considérablement réduit. La station de gel qu’il fit édifier en 1967, permit dans le cadre d’une coopération avec le Laboratoire Central des Ponts-et-Chaussées et avec le Laboratoire d’Aérothermique du CNRS, le développement d’un vaste programme pour la mise hors gel du réseau routier français et, plus tard, au travers d’un programme franco-canadien, de fixer des normes pour l’installation de gazoducs en zone arctique. Avec Albert Pissart, André Journaux organisa, en 1971, le colloque international de géomorphologie Liège-Caen consacré à L’étude des phénomènes périglaciaires en laboratoire. Le Centre de Géomorphologie apporta aussi une forte contribution à la vie de la Commission pour l’étude des phénomènes périglaciaires du CNFG.

6Diffuser et valoriser les connaissances acquises passent par la publication et, là encore, André Journaux s’est dépensé sans compter. Outre la parution d’un nombre élevé d’articles scientifiques parmi lesquels nous retiendrons ceux qui se rapportent à l’étude des dépôts périglaciaires des hautes latitudes, de la Normandie et du Châtillonnais, ainsi qu’aux formations superficielles de l’Amazonie et du Centre-Est du Brésil ou encore à la vulnérabilité des sols à l’érosion, on lui doit la conception, l’animation et des contributions à plusieurs collections : le Bulletin du Centre de Géomorphologie du CNRS pour diffuser les travaux expérimentaux ou de terrain de son laboratoire ; les Publications de la Faculté des Lettres et Sciences humaines de Caen, prémices des Presses Universitaires de Caen ; la Collection Hatier pour l’enseignement secondaire ; la Collection A. Journaux de manuels pour l’enseignement primaire destinés aux élèves des DOM-TOM et des pays d’Afrique francophone ; la co-direction et les contributions aux trois volumes de géographie de l’Encyclopédie de La Pléïade.

7Toujours dans un souci de diffusion et de valorisation, deux associations furent créées à Caen : l’Association Normande de Géographie qui proposait aux étudiants des documents pour les travaux pratiques, l’Association pour l’étude des formations superficielles qui gérait les missions et l’élaboration de rapports et de publications relatives à ce vaste domaine.

8André Journaux a toujours eu un attrait particulier pour l’expression cartographique du milieu naturel et de son occupation par l’Homme. Il favorisa la naissance au sein de la Licence de Géographie de Caen d’un certificat de cartographie avec deux années de travaux pratiques. Comme nous l’avons déjà mentionné, les premiers travaux cartographiques publiés furent ceux qui illustrent la thèse de Y. Dewolf et proviennent de missions de terrain à but appliqué. Ils furent suivis par ceux de plusieurs feuilles régulières à l’échelle de 1/50 000 levées autour de Caen. Lorsque Fernand Joly lança la RCP 77 du CNRS consacrée à la cartographie géomorphologique, le laboratoire de Caen y fut associé et plusieurs cartes à 1/50 000 furent dressées et publiées. À partir de 1974, A. Journaux s’intéressa à la dynamique de l’environnement et à sa cartographie pour laquelle il mit au point une légende détaillée. Il obtint la présidence d’un groupe de travail puis celle d’une commission au sein de l’Union Géographique Internationale, ce qui l’amena à organiser trois colloques internationaux : à Caen en 1979 et 1984 et à Sandeï en 1981. Trois des cartes diffusées dans ces colloques ont trait à la Basse-Normandie. Par ailleurs, il joua un rôle fondamental dans la réalisation et la diffusion de l’Atlas de Normandie, atlas géographique régional qui fut reconnu comme un des plus réussis en raison de la diversité des modes d’expression cartographique retenus et de leur qualité esthétique.

9Président du Comité National français de Géographie de 1973 à 1981, André Journaux eu également la lourde tâche d’organiser à Paris, en 1984, le 25e Congrès international de Géographie. Il avait antérieurement créé et animé au sein du CNFG deux commissions spécialisées : la commission française d’étude des formations superficielles et des processus de versant et celle de cartographie de l’environnement. Nous avons eu, personnellement, la chance de suivre ses enseignements et de faire partie de son équipe du Centre de Géomorphologie et tenons à lui témoigner, une dernière fois, notre reconnaissance.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Pierre Coutard, « André Journaux (1915-2006) », Géomorphologie : relief, processus, environnement, vol. 12 - n° 4 | 2006, 307-308.

Référence électronique

Jean-Pierre Coutard, « André Journaux (1915-2006) », Géomorphologie : relief, processus, environnement [En ligne], vol. 12 - n° 4 | 2006, mis en ligne le 01 juillet 2007, consulté le 21 octobre 2017. URL : http://geomorphologie.revues.org/115 ; DOI : 10.4000/geomorphologie.115

Haut de page

Droits d’auteur

© Groupe français de géomorphologie

Haut de page
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Groupe français de géomorphologie
  • Revues.org