Navigation – Plan du site
Compte rendu

Géomorphologie dynamique et environnement. Processus et relais dans les bassins versants

Paris, Armand Colin, Collection U – Géographie, 2015, 336 p.
Emmanuel Reynard
p. 409-410
Référence(s) :

Géomorphologie dynamique et environnement. Processus et relais dans les bassins versants. Paris, Armand Colin, Collection U – Géographie, 2015, 336 p.

Texte intégral

1L’ouvrage que nous proposent Monique Fort, François Bétard et Gilles Arnaud‑Fassetta, tous trois enseignants-chercheurs à l’Université Paris-Diderot, spécialistes respectivement de géomorphologie des montagnes, de géomorphologie tropicale et de géomorphologie fluviale, se veut une approche renouvelée de la géomorphologie dynamique, organisée autour de la notion de bassin versant.

2Tout au long des 336 pages, organisées en sept chapitres, les auteurs mettent en évidence l’importance de la dynamique des processus et les moteurs de cette dynamique. C’est ainsi la compréhension des processus qui est au centre de l’ouvrage alors que les formes – objet d’étude classique de la géomorphologie – passent au second plan, vus plutôt comme le résultat de la dynamique des processus que comme un objet d’étude en soi. Les intitulé des chapitres et sous-chapitres sont d’ailleurs exemplaires à ce titre : la plupart des titres de chapitres font référence aux processus (érosion, météorisation, processus de transfert, chute, affaissement, bascule, glissement, écoulements, modalités d’écoulement à l’échelle du versant, etc.), aux caractéristiques de ces processus (nature du mouvement, vitesse, degré d’activité, intensité, etc.) et aux agents et facteurs influençant les processus (facteurs d’instabilité, facteurs influençant la fourniture en sédiments, etc.). Ces titres de chapitre traduisent bien la visée des auteurs : l’analyse des processus morphogéniques, des conditions de développement de ces mécanismes et des caractéristiques physiques (vitesse, intensité) des processus.

3Le livre est organisé en un chapitre introductif, puis trois parties comprenant chacune deux chapitres. Le premier chapitre, intitulé un peu prosaïquement « Qu’est-ce que la géomorphologie ? » propose en une cinquantaine de pages une brève histoire de la géomorphologie, les grands principes de la science géomorphologique et un aperçu des tendances actuelles de cette discipline. Cette partie introductive est très bien documentée, relaie autant la littérature française que la littérature internationale et, surtout, elle met en évidence les développements très récents de la discipline dans des domaines aussi variés que les risques, les changements globaux, la géoarchéologie et les sciences paléoenvironnementales ou encore les sciences du patrimoine. Tout cela démontre une parfaite connaissance des évolutions récentes de la géomorphologie et un ancrage international indéniable des trois auteurs.

4Les deux chapitres suivants sont inclus dans une partie intitulée « Les cadres de production des débris et des solutés ». L’objectif est de comprendre comment le contexte géomorphologique influence les processus eux-mêmes. Le chapitre 2 présente la notion de bassin versant et ses principales caractéristiques et considère (p. 68 et suivantes) que ce dernier constitue le cadre géographique parfait pour mettre en œuvre des procédures de quantification de la dénudation et des taux d’ablation, permettant ainsi des comparaisons géographiques. Une section importante (p. 78 et suivantes) est dédiée à la notion importante de budget sédimentaire. Le chapitre 3 décline les principaux processus de météorisation mécanique et chimique des roches. Ce chapitre, relativement technique, se lit toutefois très bien grâce à un effort de présentation didactique à relever.

5La deuxième partie porte sur les processus de transfert et d’érosion. On se demande d’ailleurs pourquoi les auteurs n’ont pas inversé l’ordre de ces deux processus dans le titre, l’érosion (l’arrachement) précédant le transfert des sédiments. Cette deuxième partie est également organisée en deux chapitres. Le chapitre 4 présente les principaux mouvements de terrain qui se développent sur les interfluves. Sont d’abord étudiés les critères de classification des mouvements de versant, puis les principaux processus et finalement les facteurs de déclenchement et d’instabilité, y compris les facteurs aggravants. Le chapitre se termine par une courte section sur les solutions techniques de stabilisation des mouvements de terrain. Le chapitre suivant est intitulé « De l’érosion hydrique « instantanée » à l’évolution des versants sur le long terme ». Les auteurs ne remettent pas en question le rôle fondamental de l’eau comme agent d’érosion primordial – ce que W.M. Davis regroupait sous le terme d’érosion « normale » – mais ils s’attachent à étudier en détail la variabilité spatio-temporelle des processus d’érosion liés à l’eau. Les processus d’érosion hydrique sont ainsi déclinés autant sous un angle d’approche « vertical » (de la saltation pluviale à l’écoulement de subsurface en passant par le rôle fondamental des sols) que du point de vue surfacique (écoulement laminaire et concentré, suffosion). Ils sont également abordés à différentes échelles spatiales (du chenal au bassin versant en passant par le système pente) et temporelle (de l’érosion « instantanée » à l’évolution à long terme). Il s’agit là d’une présentation systémique des interactions spatiales et temporelles des processus d’érosion hydrique particulièrement réussie.

6La dernière partie concerne les processus et les formes associés aux cours d’eau. Le chapitre 6 se focalise sur les cours d’eau comme agents de transport. Sont abordées successivement les notions de variables géométriques et hydrauliques, les différents types de régimes d’écoulement, ainsi que les modalités de l’érosion et du transport fluvial. Le dernier chapitre, intitulé « Les cours d’eau, agents de morphogenèse », s’attache à démontrer le rôle structurant des cours d’eau à l’échelle des paysages. On passe ici à l’échelle des vallées, les auteurs traitant successivement de la plaine alluviale, des terrasses alluviales et des cônes de déjection. Dans la foulée, le chapitre se termine par une analyse des embouchures des rivières dans la mer en traitant des estuaires et des deltas. Le chapitre conclusif de l’ouvrage est court (2 pages) ; il justifie surtout le choix du bassin versant comme échelle d’analyse et ouvre sur quelques perspectives de développement de la géomorphologie. L’ouvrage contient également un index très utile et une riche bibliographie, particulièrement à jour.

7Géomorphologie dynamique et environnement est un ouvrage essentiel sur la géomorphologie, rédigé en langue française, que tout géomorphologue devrait avoir dans sa bibliothèque. Il vient compléter, et renouveler, les ouvrages classiques rédigés dans les années 1950‑1960 (le Précis de géomorphologie et les Formes du relief terrestre de Max Derrau ; les différents ouvrages de géomorphologie climatique et de géomorphologie dynamique de Jean Tricart) et le dernier ouvrage général de géomorphologie publié par Roger Coque en 1977 dans la collection U, maintes fois réédité par la suite. Il vient également compléter les deux tomes de géomorphologie structurale de Jean-Pierre Peulvast et Jean-René Vanney, publiés au début des années 2000, et plusieurs ouvrages de géomorphologie consacrés à des contextes particuliers, publiés dans la collection U (sur les littoraux, par Alain Paskoff en 1993 ou sur les milieux polaires, par Alain Godard et Marie‑Françoise André en 1999). L’ouvrage s’inscrit par ailleurs dans la tradition des approches systémiques, processuelles et quantitatives de la géomorphologie anglo-saxonne, auxquelles les auteurs font d’ailleurs référence à plusieurs reprises (par ex. Physical Geography : A System Approach, de Chorley et Kennedy (1971), Hillslope Form and Processes, de Carson et Kirkby (1972), Fundamentals of Geomorphology de Huggett (2007) ou encore Geomorphology. The Mechanics and Chemistry of Landscapes, de Anderson et Anderson (2010).

8On ne regrettera que deux points. D’une part, en raison du choix du bassin versant comme unité géographique d’analyse, les auteurs n’ont pas pu traiter des processus dans tous les contextes morphodynamiques. Il n’y a dès lors que très peu de mentions des environnements glaciaires, de la morphodynamique de la cryosphère, des environnements karstiques ou encore de la morphologie littorale ou des déserts. Si l’on comprend que les environnements désertiques, karstiques ou côtiers s’insèrent assez difficilement dans une approche centrée sur les bassins versants, on comprend moins le choix de se désintéresser totalement des processus de la cryosphère (environnements glaciaires et périglaciaires). En effet, ils auraient pu être traités sous la forme d’un chapitre particulier traitant par exemple des têtes de bassin versant. Cette absence de la cryosphère est d’autant plus étonnante que Monique Fort est une spécialiste reconnue des environnements de haute montagne et que la cryosphère constitue un milieu dans lequel les processus géomorphologiques sont particulièrement intenses actuellement en raison du réchauffement climatique : ils doivent dès lors être abordés sous l’angle de la géomorphologie dynamique. D’autre part, on aurait aimé un traitement un peu plus étendu du concept de cascade sédimentaire, qui constitue une manière d’aborder de manière systémique les transferts sédimentaires entre les différents compartiments morphodynamiques d’un bassin versant.

9Malgré ces quelques remarques, on retiendra surtout la présentation complètement renouvelée de la géomorphologie dynamique offerte par les trois auteurs, ainsi que la très bonne complémentarité entre leurs spécialités respectives qui débouche sur un ouvrage très didactique, agréable à lire, bien documenté, que l’on peut considérer comme essentiel pour les étudiants en géomorphologie.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Emmanuel Reynard, « Géomorphologie dynamique et environnement. Processus et relais dans les bassins versants », Géomorphologie : relief, processus, environnement, vol. 22 - n°4 | 2016, 409-410.

Référence électronique

Emmanuel Reynard, « Géomorphologie dynamique et environnement. Processus et relais dans les bassins versants », Géomorphologie : relief, processus, environnement [En ligne], vol. 22 - n°4 | 2016, mis en ligne le 16 janvier 2017, consulté le 20 novembre 2017. URL : http://geomorphologie.revues.org/11592

Haut de page

Auteur

Emmanuel Reynard

Université de Lausanne – Institut de géographie et durabilité, Géopolis, CH – 1015 Lausanne, Suisse (emmanuel.reynard@unil.ch). Tel +41 21 692 30 65 (Lu, Ma, Je), +41 27 205 73 29 (Me, Ve), Mobile +41 79 331 72 44. Website: www.unil.ch/igd  –  http://igd.unil.ch/reynard

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Groupe français de géomorphologie

Haut de page
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Groupe français de géomorphologie
  • Revues.org