Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Stéphane Jaillet, Le Barrois et son karst couvert

Karstologia Mémoires, n° 12, 2005, 336 pages
André Weisrock

Texte intégral

1Voici un ouvrage excellent qui fait honneur à la géomorphologie française. Sous un titre plus court et plus général, il reprend les éléments essentiels de la thèse de l'auteur, soutenue à Bordeaux en 2000 « Un karst couvert de bas-plateau : le Barrois. Structure, fonctionnement, évolution ».

2Après une introduction qui définit les karsts sous couverture, rappelle les bases de la démarche systémique et résume la teneur de l'ouvrage, la trilogie annoncée est reprise dans les trois livres : approche structurelle des éléments du système karstique, approche fonctionnelle des caractères du système karstique et approche temporelle retraçant l'histoire du karst du Barrois. L'auteur a poussé le classicisme à donner trois chapitres à chaque livre, mais ce n'est pas par artifice, tant la pensée est logique et les démonstrations convaincantes.

3Le livre 1 insiste beaucoup sur l'originalité du karst couvert du Barrois et démontre que s'il y a karst actif, avec zone de transit vertical et horizontal, c'est bien à cause de la couverture et de son recul. Les formes de surface se structurent au contact stratigraphique de la couverture argilo-sableuse sur la masse calcaire, les drains verticaux se localisent sous cette zone d'introduction en des points spécifiques correspondant à des épaisseurs seuils de la couverture, et les drains horizontaux sont en relation avec les niveaux de base locaux. Les réajustements, comme les reculs de pertes et de puits ou les captures des drains horizontaux, sont légion dans ce système, et essentiellement liés au recul de la couverture. Le résultat actuel est la coexistence de quatre types de formes karstiques : des formes héritées, des formes relictuelles, des formes actives (une remarquable illustration, sous la forme d'un cahier couleur spécial de 16 pages, du réseau du Rupt du Puits, est présentée à ce propos), et des formes en devenir.

4Le livre 2 est consacré au fonctionnement des systèmes karstiques du Barrois, à partir des exemples des réseaux de Rupt aux Nonains, le plus étendu, qui draine les eaux de la Saulx et de l'interfluve Saulx-Marne, et du Rupt du Puits, plus modeste, mais le mieux exploré. Les systèmes sont d'abord délimités par le traçage et la cartographie, puis leurs fonctionnements hydrologiques sont établis : infiltration rapide, surtout pour le Rupt du Puits où la couverture est bien conservée, karst noyé de liaison avec la Saulx, très efficient pour le système de Rupt aux Nonains. Le fonctionnement hydrologique de crise est étudié en détail pour le Rupt du Puits, à l'aide des techniques hydrologiques habituelles, mais aussi avec des innovations très intéressantes pour en évaluer les effets sur la dynamique érosive : plaquettes calcaires étagées associées aux limnigraphes et calcul des volumes de carbonates dissous exportés. Vingt cinq pour cent de l'érosion a lieu durant les grandes crues qui ne représentent que deux pour cent des situations hydrologiques. C'est dire l'importance de ces crues, dont l'enregistrement sous forme de passées argileuses dans la croissance des spéléothèmes, alterne avec celui des étiages, durant lesquels se construisent les lamines de calcite. Couplées aux datations U/Th, ces observations ouvrent la voie à une prometteuse reconstitution de l'histoire des crues.

5Le livre 3 essaie de reconstituer l'évolution géomorphologique quaternaire des karsts du Barrois selon trois échelles de temps principales, grâce aux datations U/Th effectuées par Y. Quinif et de E. Pons-Branchu. La première est celle des karsts anciens à remplissages ferrugineux. Celui de Poissons donne lieu à une étude fort intéressante, à la fois historique, à travers les recherches contemporaines des exploitations de minerai de fer fort aux XVIIIe et XIXe siècles, mais aussi à partir des rares échantillonnages encore possibles. Elle aboutit à privilégier l'hypothèse d'une karstification effectuée déjà sous couverture, peut-être au Quaternaire ancien, ou antérieurement. Une analyse très intelligente des rapports entre la karstification et le démantèlement de la couverture sablo-argileuse du Valanginien est effectuée à ce propos. Des preuves de karstification au Quaternaire moyen existent dans le réseau du plateau de Trampot, par ailleurs toujours actif, avec notamment la belle résurgence de la Manoise au spectaculaire site du Cul du Cerf, une des rares reculées des confins de la Lorraine, et une connexion inattendue avec les sources du Rongeant, situées bien plus à l'ouest. Cette phase intermédiaire est celle des grands bouleversements du réseau hydrographique, avec des pertes et des captures. Plus de certitudes chronologiques existent pour le Pléistocène supérieur et surtout l'Holocène, grâce toujours au Rupt du Puits et à la vallée de la Saulx. S. Jaillet démontre les liens étroits qui existent entre la karstification et l'incision finale du réseau hydrographique à son niveau actuel, notamment par le biais des formes étagées retrouvées dans les méandres encaissés de la Saulx. Les variations climatiques du Pléistocène terminal et de l'Holocène sont appréhendées également à travers l'existence des dépôts de travertins inactuels à l'exutoire du Rupt du Puits, ainsi que des "fosses" de la rivière Saulx, qui sont séparées en réalité par des barrages travertineux. La conclusion générale reprend les conclusions partielles de chaque chapitre et synthétise les principaux acquis. L'auteur démontre donc avec force, grâce à ces nombreux exemples, la non-linéarité des processus morphologiques, à la fois dans l'espace et dans le temps.

6Cet ouvrage très riche est en outre doté d'une illustration exceptionnelle par son abondance, sa variété et sa qualité : photos de puits, de gouffres, de galeries qui raviront les spéléologues, reproductions de cartes postales anciennes judicieusement choisies, mais surtout excellentes cartes, coupes géologiques, blocs-diagrammes, schémas systémiques explicatifs. Au total, c'est une mine de documentation dont la portée générale dépasse largement le cadre du Barrois. Un regret est que l'anglais des légendes et de l'abstract, par ailleurs bien trop court pour un travail de cette importance, ne soit pas du même niveau. C'est dommage, car l'ouvrage risque de ne pas connaître de ce fait le grand retentissement qu'il mérite.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

André Weisrock, « Stéphane Jaillet, Le Barrois et son karst couvert », Géomorphologie : relief, processus, environnement [En ligne], vol. 13 - n° 2 | 2007, mis en ligne le 24 octobre 2007, consulté le 29 mai 2017. URL : http://geomorphologie.revues.org/1161

Haut de page

Auteur

André Weisrock

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Groupe français de géomorphologie

Haut de page
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Groupe français de géomorphologie
  • Revues.org