Navigation – Plan du site

Enregistrements d’événements extrêmes et évolution des paysages dans les basses vallées fluviales du Taravo et du Sagone (Corse occidentale, France) au cours de l’âge du Bronze moyen à final : une perspective géoarchéologique

Recording extreme events and reconstructing past landscapes within the Taravo and Sagone lower fluvial valleys (Western Corsica, France) during the Mid-to Late Bronze Age: a geoarchaeological perspective
Matthieu Ghilardi, Doriane Delanghe, François Demory, Franck Leandri, Kewin Pêche-Quilichini, Matteo Vacchi, Marc-Antoine Vella, Veronica Rossi et Sébastien Robresco
p. 15-35

Résumés

La côte occidentale de la Corse est caractérisée par la présence de nombreux marais continentaux et étangs littoraux situés à proximité des embouchures fluviales. La genèse ainsi que l’évolution morpho-hydrodynamique de ces interfaces ont été très peu étudiées d’un point de vue géomorphologique et paléoenvironnemental, alors que d’un point de vue archéologique l’occupation humaine est bien attestée entre l’Âge du Bronze ancien et l’Âge du Bronze final. Des questions relatives à l’existence de conditions environnementales particulières au cours de la seconde moitié du IIe millénaire avant notre ère, laissant le fond des vallées fluviales comme des espaces impropres à toute occupation (seules des statues menhirs sont identifiées et datées de l’Âge du Bronze final), ont souvent été évoquées mais sont restées sans réponse du côté des géomorphologues et des paléoenvironnementalistes. Les problématiques géoarchéologiques, qui visent à mieux appréhender les logiques d’implantation des sites d’occupation autour de ces zones humides, reposent sur une volonté de mieux comprendre l’évolution morpho-sédimentaire de ces dernières au cours de l’Holocène moyen, en lien avec les variations hydroclimatiques, et d’en comprendre les conséquences sur les phases d’occupation et d’abandon des sites de basses vallées fluviales. À cet effet, deux vallées majeures pour l’archéologie de l’île ont été sélectionnées dans le cadre du présent article : il s’agit de celles du Sagone et du Taravo. Les méthodes d’étude ont reposé sur la réalisation de carottages de référence dans trois étangs situés à courte distance des embouchures deltaïques ainsi que d’une étude sur l’origine des sources sédimentaires, menée à l’échelle du bassin versant du Taravo qui présente une lithologie plus variée que celle du Sagone. Les analyses de laboratoire ont reposé sur des études de granulométrie LASER et de susceptibilité magnétique des dépôts dans le but de reconstituer les dynamiques de sédimentation. Des identifications micro et macrofaunistiques ont permis de reconstituer les environnements. Enfin, 27 datations par le radiocarbone ont favorisé l’obtention de séquences chronostratigraphiques de référence pour chacun des sites étudiés. Les résultats les plus significatifs permettent de constater une forte mobilité des paysages littoraux et des basses vallées fluviales au cours de l’âge du Bronze moyen à final, notamment caractérisée par une augmentation notable des incursions marines (enregistrement de dépôts de tempêtes) entre 1650 et 1100 av. J.-C. En parallèle à l’enregistrement de ces évènements, un détritisme continental sans précédent est observé pour la période 1300-1000 av. J-C., entrainant un colmatage complet de certaines de ces zones humides. Pour expliquer ce double phénomène en partie synchrone, une origine climatique régionale, caractérisée par une période plus froide et plus aride, est proposée et semble être renforcée localement par une forte emprise de l’occupation humaine.

Haut de page

Plan

Haut de page

Notes de la rédaction

Soumis le 13 décembre 2016, reçu sous sa forme révisée le 01 février 2017. Définitivement accepté le 03 février 2017.

Texte intégral

Cet article est une contribution au Programme de Recherche Collectif dirigé par Matthieu Ghilardi (période 2013-2015) et intitulé « Géoarchéologie des basses vallées fluviales de Corse : la nécessaire prise en compte de l’approche paysagère ». Le financement des opérations de terrain et des analyses en laboratoire a été assuré par la Direction Régionale des Affaires Culturelles de Corse (Ministère de la Culture et de la Communication et Préfecture de Corse). Les recherches qui sont présentées ici ont également reçu le soutien financier du programme MISTRALS/PALEOMEX – Archeomed (CNRS INEE) dirigé par Laurent Carozza et Laurent Lespez. Certaines datations ont fait l’objet d’un soutien du programme national de datations ARTEMIS et nous remercions Christine Oberlin pour sa disponibilité. Les auteurs tiennent à remercier Joseph Cesari (Directeur régional honoraire de l’archéologie en Corse), Maxime Colleu, Yannick Crest, Joseph Ghilardi, Frédéric Guiter et Guilhan Paradis pour leur participation aux différentes opérations de carottage réalisées en 2013 et en 2014, ainsi qu’aux opérations de prélèvement dans le bassin versant du Taravo (2016). Enfin, les auteurs tiennent à remercier les deux relecteurs anonymes, ainsi que Kevin Walsh (Université de York, Royaume-Uni) pour leurs commentaires respectifs qui ont permis d’améliorer la qualité du présent article.

1. Introduction

1Depuis une dizaine d’années, les études géoarchéologiques tendent à cerner les effets directs (plus rarement indirects) des changements environnementaux, climatiques en particulier, sur le fonctionnement des sociétés humaines du passé (deMenocal, 2001) en Méditerranée, avec une attention particulière portée sur les périodes préhistoriques s’échelonnant depuis la transition Mésolithique/Néolithique (Weninger et al., 2006; Berger et Guilaine, 2009) jusqu’à la fin de l’Âge du Bronze (Weiss, 1982 ; Drake, 2012 ; Kaniewski et al., 2010, 2013). Certains de ces évènements ont plus récemment focalisé l’attention sur les conditions environnementales liées à une possible fin brutale des civilisations de l’Âge du Bronze (Drews, 1993), mettant en cause soit des évènements naturels cataclysmiques ponctuels (Cline, 2014), soit des changements climatiques rapides majeurs, tels que l’évènement 3,2 ka BP (Kaniewski et al., 2013), qui auraient pu directement modifier les rendements et pratiques agricoles, entrainant par la suite des réorganisations sociétales majeures. Bien souvent, ces études privilégient une approche déterministe, où les données archéologiques sont absentes et n’envisagent que très rarement des stratégies de résilience des sociétés humaines face aux modifications environnementales. Actuellement, un débat ouvert et nourri est initié sur les conséquences sociétales des changements climatiques rapides à l’Holocène à l’échelle de la Méditerranée, et de l’Europe plus généralement (Armit et al., 2014 ; Brooke, 2014). Si les données paléoécologiques (palynologie) provenant de carottages sont souvent utilisées pour tenter de reconstituer l’évolution de la végétation en contexte d’occupation humaine, les interprétations régionales et les implications sociétales sont souvent aléatoires en l’absence d’étude globale, et géoarchéologique, menée à l’échelle de bassins versants. Si les îles de Méditerranée orientale (Chypre et Crète en particulier) ont fait l’objet d’études plus attentives (Tsonis et al., 2010 ; Kaniewski et al., 2013), c’est en raison de l’existence de civilisations et de royaumes puissants (Minoens et Hittites plus particulièrement) qui paraissent avoir connu une fin brutale dans le dernier quart du IIe millénaire avant notre ère. Les îles de Méditerranée occidentale semblent, au contraire, avoir livré peu d’informations sur les conditions paléoenvironnementales de la fin des civilisations de l’Âge du Bronze (dont la chronologie est décalée par rapport à la Méditerranée orientale car la date d’environ 1200 av. notre ère correspond en Corse à la transition entre l’Âge du Bronze moyen et l’Âge du Bronze final) et les résultats les plus significatifs ont été obtenus en Sardaigne (Di Rita et Melis, 2013). D’un  point de vue paléoenvironnemental, géomorphologique et géoarchéologique, les vallées fluviales de Corse ont été relativement peu étudiées et les premières recherches concernant les dynamiques quaternaires et holocènes en particulier demeurent assez générales (Conchon, 1989, 1999) et ne faisaient à aucun moment référence à de possibles répercussions sur les dynamiques de l’occupation humaine. Le présent article se focalise sur les vallées du Sagone et du Taravo (fig. 1). Depuis les années 2010, des programmes de recherches géomorphologiques (Vella et al., 2014b ; Ghilardi et al., sous presse) permettent d’esquisser les grandes étapes de leur morphogenèse au cours de l’Holocène moyen à récent mais nécessitent d’avantage d’analyses paléoenvironnementales. Il s'agit notamment de privilégier les phases de transitions entre les différentes périodes archéologiques majeures de l’occupation de l’île et de déterminer les conditions paysagères et leurs éventuelles modifications brutales.

Fig. 1 – Carte de localisation des secteurs d’étude et du contexte géologique (données BRGM).
Fig. 1 – Location map of the study areas and geological background (BRGM data).

Fig. 1 – Carte de localisation des secteurs d’étude et du contexte géologique (données BRGM).Fig. 1 – Location map of the study areas and geological background (BRGM data).

1. Alluvions (Holocène) ; 2. Granite subsolvus et hypersolvus à biotite (Permien) ; 3. Rhyolite (régions d’Albitreccia et de Guargalé, Carbonifère supérieur) ; 4. Complexe basique et ultra basique composé de gabbros et de diorites (Carbonifère inférieur) ; 5. Granite leucocrate (Carbonifère inférieur) ; 6. Granodiorite à grain moyen (Carbonifère inférieur) ; 7. Granodiorite et monzogranite à gros grain (Carbonifère inférieur) ; 8. Monzogranite porphyroïde ou à grain moyen (région de Sagone, Carbonifère inférieur) ; 9. Gneiss et migmatites (région de Zicavo, anté-Silurien) ; Cors.. Corse ; Sard.. Sardaigne ; Tyrrh.. Mer Tyrrhénienne ; les carrés noirs représentent des localités ; les triangles indiquent un sommet avec leur altitude en m.
1. Alluvial deposits (Holocene); 2. Subsolvus and hypersolvus granite with biotite (Permian); 3. Rhyolite (areas of Albitreccia and Guargalé, Upper Carboniferous); 4. Basic and ultra-basic formations composed by gabbros and diorites (Lower Carboniferous); 5. Leucocrate granite (Lower Carboniferous); 6. Medium grained granodiorite (Lower Carboniferous); 7. Granodiorite and coarse grained monzogranite (Lower Carboniferous); 8. Porphyroide monzogranite or medium grained monzogranite (area of Sagone, Lower Carboniferous); 9. Gneisses and migmatites (areas of Zicavo, Pre-Silurian period); Cors.. Corsica; Sard.. Sardinia; Tyrrh.. Tyrrhenian Sea; black squares indicate the modern towns; triangles indicate summits with their elevation in m.

2. Contexte paléoenvironnemental du bassin occidental de la Méditerranée au cours de l’Âge du Bronze moyen à final

2.1. Variations relatives du niveau moyen de la mer au sein du bloc corso-sarde

2La Méditerranée occidentale présente un contexte tectonique relativement stable dans le secteur du bloc corso-sarde et en fait donc un secteur optimal des variations relatives du niveau marin au cours de l’Holocène (Vacchi et al., 2016). Ces dernières ont été appréhendées de manière générale au cours des années 1990 (Conchon, 1999) mais présentaient de trop grandes incertitudes pour les périodes archéologiques s’étalant du Néolithique à l’époque romaine, puis elles ont fait l’objet d’une attention particulière au cours des dernières années (Vacchi et al., 2016 ; Vacchi et al., sous presse) en se fondant sur une datation précise de séquences sédimentaires prélevées dans les lagunes de l’île et sur la datation de dalles de beachrocks submergées. Les résultats majeurs permettent de constater qu’au début du Néolithique en Corse, il y a environ 7500 ans, le niveau moyen de la mer était environ 8 m en-dessous de l’actuel, alors qu’à la fin de cette même période, il n’était plus qu’à environ 3,2 m sous le niveau actuel (Vacchi et al., 2016). Pour l’Âge du Bronze (2000-800 avant notre ère), le niveau de la mer était situé à environ 1,8 m sous l’actuel au début de cette période et à environ 1,4 m à la fin (Vacchi et al., 2016).

2.2. Morphogenèse et dynamiques sédimentaires sur le pourtour du Golfe du Lion et des vallées de Corse au cours du IIe millénaire avant notre ère

3Afin de pouvoir disposer d’éléments de compréhension du fonctionnement hydro-climatique des cours d’eau en Corse, en lien avec d’éventuels forçages climatiques et anthropiques, il est nécessaire de prendre des exemples sur le pourtour du golfe du Lion. Les travaux menés dans la basse vallée du Rhône démontrent clairement que l’Âge du Bronze se caractérise par une augmentation de l’aridité et une recrudescence des évènements de crues, d’incision et de colluvionnement, en même temps que les effets de l’anthropisation qui tendent également à contribuer à ces phénomènes (Berger et al., 2007). Une dynamique soutenue du détritisme, et de l’alluvionnement en particulier, est également observée dans le delta du Rhône (Arnaud-Fassetta et al., 2000, 2005 ; Arnaud-Fassetta et Suc, 2015) et dans les vallées de la côte languedocienne (Carozza et al., 2010 ; Carozza, 2011) à la fin de l’Âge du Bronze. Cette dernière période correspond également à une phase de forte emprise des sociétés humaines sur les versants, modifiant fortement les dynamiques naturelles du détritisme déjà soumises à des conditions climatiques plus froides et qui ont pour pic majeur l’évènement 3,2 ka BP. Ce dernier est un phénomène largement observé à l’échelle de la Méditerranée : d’un point de vue climatique, il se manifeste dans le bassin égéen par une réduction des précipitations (Finné et al., 2011 ; Drake, 2012) tandis que le secteur centre ouest de l’Europe semble être affecté par une plus forte humidité (Magny et al., 2009), et que le pourtour occidental de la Méditerranée connaît une aridité qui accroîtrait la torrentialité, les crues et les phénomènes d’incision (Berger et al., 2007). À ce propos, les reconstitutions climatiques récentes obtenues sur le pourtour du Golfe du Lion mettent en évidence une augmentation des phénomènes de crue vers le milieu du IIe millénaire avant notre ère (Jalali et al., 2016). L’alluvionnement des fleuves de Corse, en relation avec de possibles dégradations climatiques, reste peu étudié et il existe un nombre limité de travaux proposant des chronologies précises des phases de détritisme et d’incision des cours d’eau de l’île au cours de l’Holocène, alors que le Pléistocène et le Tardiglaciaire semblent relativement mieux documentés (Conchon, 1989 ; Forzoni et al., 2015) même si la caractérisation granulométrique des dépôts et les datations absolues sont peu abondantes. Les études tentant de mettre en relation les évènements climatiques holocènes et les dynamiques de sédimentation au cours de la Préhistoire sont quasi absentes ou concernent seulement des périodes récentes tels que le Petit Âge de Glace (Vella et al., 2014a, 2016). En Corse, de rares études sur les dynamiques sédimentaires holocènes, se fondant sur des séquences chronostratigraphiques, ont été menées dans la basse vallée du Taravo (Vella et al., 2014b), mais aucune n’a encore été menée sur les possibles effets de l’évènement climatique 3,2 ka BP sur les dynamiques hydro-sédimentaires en contexte de basses plaines fluviales anthropisées. La réalisation de carottages dans les étangs de Canniccia et de Tanchiccia (fig. 2B), ainsi que l’étude à l’échelle du bassin versant du Taravo des sources de la sédimentation, représentent donc une rare opportunité de pouvoir étudier par analogie la dynamique de sédimentation au cours de la seconde moitié du IIe millénaire avant notre ère.

2.3. Evènements climatiques et enregistrements d’évènements de tempête dans la 2ème moitié du IIe millénaire avant notre ère dans le NO de la Méditerranée

4Les reconstitutions paléoclimatiques mettent en évidence que plusieurs évènements arides interviennent au cours de l’Holocène (Jalut et al., 1997, 2000 ; Mayewski et al., 2004 ; Frigola et al., 2007) en Méditerranée occidentale, notamment au cours de la seconde moitié du IIe millénaire avant notre ère (Jalut et al., 2009 ; Martin-Puertas et al., 2010). Si la fin du IIe millénaire avant notre ère (autour de l’évènement 3,2 ka BP) se caractérise par une augmentation du détritisme sous la forme de crues et de colluvionnement renforcé, cette période est également marquée par une augmentation des phénomènes de tempêtes sur le pourtour du golfe du Lion (Sabatier, 2012 ; Sabatier et al., 2012) et le long des côtes espagnoles (Dézileau et al., 2016). Une corrélation entre phases de refroidissement climatique et augmentation de l’aridité avec une hausse des phénomènes de tempêtes semble d’ailleurs clairement s’établir le long des côtes de Méditerranée occidentale pour la période 3,6-3,2 ka BP (Sabatier et al., 2012 ; Dézileau et al., 2016). En Corse, aucun de ces dépôts de tempête (tempestite en anglais) n’a encore pu être renseigné en raison de la faiblesse des recherches paléoenvironnementales (autre que palynologiques) conduites dans les basses vallées et estuaires de l’île.

3. Présentation géomorphologique et histoire de l’occupation des secteurs d’étude

3.1. Vallée du Sagone

5D’une longueur d’environ 20 km, le fleuve Sagone s’écoule selon une direction NE-SO (fig. 1), à l’instar du Taravo, et incise profondément un substrat granitique. Le bassin versant couvre une superficie d’environ 79 km² et est marqué par de fortes pentes dans sa partie amont, alors qu’à proximité de son embouchure le fleuve a édifié une plaine deltaïque au cours des trois derniers millénaires (Ghilardi et al., sous presse). Au cours de l’Âge du Bronze ancien et moyen, un vaste marais d’une superficie d’1 à 2 km² devait occuper la partie occidentale de la plaine actuelle (Ghilardi et al., sous presse), dans le secteur du replat de Sant’Appianu et où a été identifiée la statue menhir de l’homme d’Appriciani (Mérimée, 1840) (fig. 2A). Sur la rive droite du Sagone, il y a d’ailleurs d’autres statues menhirs anthropomorphes (datées de manière imprécise de l’âge du Bronze final) mais elles ont été remaniées pour servir de pierres de parement à la cathédrale du XIIe siècle (Istria et Harnequaux, 2010). Au moins trois à quatre d’entre elles ont pu être identifiées (fig. 2A) et elles n’ont probablement pas été déplacées très loin de leur emplacement d’origine (Cesari et al., 2016). La transition entre l’Âge du Bronze moyen et final (~1200-1100 av. J.-C.) est marquée par une incursion de la mer vers le nord et une profonde baie marine perdurera jusque vers le VIIIe siècle avant notre ère (Ghilardi et al., sous presse). La présence et la datation des statues menhirs ont probablement un lien avec ces bouleversements paysagers des XIIe-XIe siècles av. J.-C.

Fig. 2 – Carte de localisation des carottages et des sites de l’Âge du Bronze.
Fig. 2 – Location map of the boreholes and sites dated from Bronze Age.

Fig. 2 – Carte de localisation des carottages et des sites de l’Âge du Bronze.Fig. 2 – Location map of the boreholes and sites dated from Bronze Age.

A. Basse vallée du Sagone. B. Basse vallée du Taravo. 1. Marais continental ayant existé entre 1600 et 1100 av. J.-C. (Ghilardi et al., sous presse) ; 2. Limite de l’extension marine vers 1200 av. J.-C. ; 3. Statue menhir (source. BD Patriarche, SRA Corse) ; 4. Groupement de statues menhirsa : a. Statue menhir de l’Homme d’Appriciani, b. Groupement de statues menhir de Sant’Appianu de Sagone (au moins 4 individus ont été identifiés ; Cesari et al., 2016), c. Statue menhir de Musolu, d. Statue menhir de l’Isula, e. Statue menhir du Paladinu ; 5. Site d’habitat daté de l’Âge du Bronze (source. BD Patriarche, SRA Corse) ; 6. Site d’I Calanchi Sapar’Alta (Bronze ancien) ; 7. Valdarello-Cintrone (Bronze moyen à final). Les cercles rouges indiquent la position des carottages (S. Sagone ; T. Tanchiccia ; C1. Canniccia 1 ; C2. Canniccia 2) étudiés dans cet article.
A. Lower Sagone valley. B. Lower Taravo valley. 1. Freshwater pond dated from ca. 1600 to 1100 cal. BC (Ghilardi et al., sous presse); 2. Extent of the shoreline at ca. 1200 cal. BC; 3. Menhir statue (source: BD Patriarche, SRA Corse); 4. Group of menhir statues, a. Menhir statue of the Man of Appriciani, b. Group of menhir statues of Sagone Sant’Appianu (at least 4 megaliths are identified; Cesari et al., 2016), c. Menhir statue of Musolu, d. Menhir statue of l’Isula, e. Menhir statue of Paladinu; 5. Bronze Age site of occupation (source. BD Patriarche, SRA Corse); 6. I Calanchi Sapar’Alta Early Bronze Age site; 7. Valdarello-Cintrone (Mid to Late Bronze Age). Red circles indicate the locations of the boreholes (S. Sagone; T. Tanchiccia; C1. Canniccia 1; C2. Canniccia 2) studied for the present article.

3.2. Vallée du Taravo

6Le bassin versant du Taravo couvre une superficie d’environ 487 km² (Simi, 1981 ; BRGM, 2007 ; Cubells et Gauthier, 2011) et se situe au SO de l’île (fig. 1). L’embouchure du troisième plus long fleuve de l’île (longueur approximative : 66 km), après le Golo et le Tavignano, se localise au nord du golfe du Valinco et à 25 km au sud de la ville d’Ajaccio (fig. 1-2B). Son écoulement de direction principale NE-SO suit l’axe des grandes vallées de l’île creusées au cours de la régression messinienne et lors des phases de remontée puis de descente du niveau de la mer au cours du Quaternaire (Cubells et Gauthier, 2011). Le substrat géologique du bassin versant est essentiellement composé de roches granitiques d’âge carbonifère à permien de type granodiorite, monzogranite et leucocrate (Cubells et Gauthier, 2011), faiblement magnétiques, mais on relève la présence de roches ultramafiques (gabbro-diorite) dans la partie aval et des roches métamorphiques (gneiss et migmatites) dans la région de Zicavo dans sa partie amont (Vezza, 1988), susceptibles de contenir des minéraux magnétiques. Quelques affleurements de rhyolite sont également observés au centre du bassin versant (fig. 1). Les étangs de Canniccia (superficie : 15 ha) et de Tanchiccia (superficie : 45 ha) localisés de part et d’autre du Taravo, et à courte distance de l’embouchure (fig. 2B), sont enserrés par des buttes composées de granodiorite et de lambeaux conglomératiques pliocènes, et ne sont pas directement alimentés par les apports hydro-sédimentaires du Taravo (fig. 1). D’un point de vue géomorphologique, peu d’études ont été réalisées pour tenter de comprendre les étapes de leur morphogenèse, seuls des travaux ponctuels en palynologie (Reille, 1998) ont permis de révéler la chronostratigraphie de l’étang de Canniccia (rive gauche) où les sédiments holocènes, d’origine continentale, couvrent les 16 premiers mètres. Autour de cette zone humide, de nombreux sites archéologiques datés de l’Âge du Bronze (I Calanchi Sapar’Alta, Saparedda, Salvaticu, etc.) (fig. 2B) et de nombreuses statues menhirs ont été retrouvés à proximité de l’étang, en surplomb immédiat d’un seuil qui sépare l’étang de Canniccia de la vallée du Taravo vers le nord. Cette dernière est d’ailleurs connue en Corse comme un axe majeur d’occupation depuis le Mésolithique jusqu’à l’Âge du Bronze, sans discontinuer. En rive droite, et à moins de 300 m du trait de côte actuel, l’étang de Tanchiccia est une étendue d’eau saumâtre, anciennement connectée à la mer par un grau (étang de Pistigliolo) (fig. 2B), ce dernier occupant vraisemblablement une ancienne embouchure (non datée) du Taravo. D’un point de vue géomorphologique et paléoenvironnemental, aucune étude n’a été conduite dans cette zone humide sur le pourtour duquel des sites de l’Âge du Bronze sont identifiés (Valdarello-Cintrone) (fig. 2B) (Cesari, 1985). À noter que pour ce dernier site, une chute brutale de la fréquentation est attestée entre le Bronze moyen et le Bonze final (Cesari, 1985), soit vers 1200 avant notre ère. Les réflexions engagées par les archéologues et les préhistoriens reposent sur la volonté de connaître i) l’état des conditions paléoenvironnementales (configuration du trait de côte et du réseau hydrographique et composition des paysages végétaux) au moment de l’implantation de ces sites d’occupation, ii) savoir si ces zones humides auraient pu être un facteur déterminant d’implantation des sociétés préhistoriques, et enfin iii) quelles peuvent être les raisons de l’abandon de la plupart des sites vers 1200 av. J.-C.

4. Occupation humaine de la Corse au cours de l’Âge du Bronze (2000-800 av. J.-C.) : une rupture à la fin de l’Âge du Bronze moyen

7Au cours de l’Âge du Bronze, les sociétés humaines de Méditerranée occidentale étaient hiérarchisées et bien structurées comme en témoigne la présence de nombreux vestiges archéologiques, principalement turriformes, que l’on nomme nuraghi en Sardaigne (Depalmas et Melis, 2011) et torre en Corse. Ces structures, que l’on retrouve en Corse quasi exclusivement au sud d’une ligne Ajaccio-Porto-Vecchio (Pêche-Quilichini, 2011) sont très abondantes dans la vallée du Taravo (fig. 3) et ont été majoritairement bâties entre le Bronze ancien 2 (1800 av. J.-C.) et la fin du Bronze moyen (1300 av. J.-C.) (Pêche-Quilichini, 2011). Le site d’I Calanchi Sapar’Alta (fig. 2B), implanté juste au nord de l’étang de Canniccia, semble être bâti plus anciennement, au cours de l’Âge du bronze ancien (Pêche-Quilichini, 2011). Les Castelli sont des fortifications aux remparts de pierre sèche qui occupaient généralement des crêtes ou des pitons rocheux et dominaient les plaines et vallées environnantes. Autour de ces fortifications, on retrouvait des enceintes construites en pierre sèche ainsi que des habitations de plan irrégulier (Cesari et Pêche-Quilichini, 2015). Aucune de ces formes d’habitat n’a jamais été identifiée dans le fond des vallées fluviales mais plutôt sur les versants ou en position sommitale. Si la possibilité de mieux contrôler visuellement l’espace en cas d’invasion a souvent été invoquée pour justifier leur implantation sur des chaos rocheux, rares sont les sites de l’Âge du Bronze moyen où des niveaux de destruction, indicateurs potentiels d’un climat général d’hostilité, voire d’une invasion, ont pu être identifiés avec certitude, annihilant ainsi toute hypothèse de l’arrivée des Shardanes en Corse (Camps, 1990). Ainsi, ces replis sur les hauteurs n’étaient pas forcément à mettre en relation avec un quelconque débarquement des « peuples de la mer » (dont les Shardanes faisaient partie), mais peut être liés à un contexte environnemental uniquement favorable à une implantation quasi exclusive sur les sommets et non dans les plaines. Dans ce contexte de débat nourri entre préhistoriens, archéologues, géomorphologues et paléoécologues, de nouvelles études pluridisciplinaires ont vu le jour en Corse pour tenter de mieux comprendre le contexte paléoenvironnemental des basses vallées fluviales du sud-ouest de la Corse, reconnues pour avoir abrité de nombreux sites turriformes de l’Âge du Bronze. Sur les crêtes de la vallée du Taravo, les sites d’occupation (I Castelli), dont on note un arrêt des constructions à partir de 1300 av. J.-C., sont désertés (Cesari et Pêche-Quilichini, 2015), alors que les Castelli se multiplient à la même époque dans les zones internes de l’île. En parallèle, les vestiges archéologiques les plus emblématiques de l’île que sont les statues menhirs semblent avoir été érigés au cours de l’Âge du Bronze final (fig. 3) (Cesari et Pêche-Quilichini, 2015). Ces stèles mégalithiques sont souvent représentées avec des traits humains et également accompagnées de signes distinctifs guerriers (Cesari et al., 2016 ; Guilaine et Leandri, 2016). D’un point de vue paléohydrologique, elles ont souvent été retrouvées en bordure de rive fluviale ou à proximité de résurgence d’aquifères et de marais temporaires (D’Anna et al., 2006, 2007). Ainsi, les basses vallées de l’ouest de l’île enregistrent une grande quantité de stèles mégalithiques découvertes soit en place (basse vallée du Taravo), soit réemployées dans des bâtiments d’époque médiévale, comme c’est le cas en rive droite du Sagone (Istria et Harnequaux, 2010 ; Ghilardi et al., sous presse). De nombreuses interrogations ont été formulées quant à la symbolique de l’implantation de ces stèles rarement retrouvées à proximité de sites d’habitation : indiquaient-elles une route, une limite de territoire ou signalaient-elles un particularisme environnemental (D’anna et al., 2007) ? Ces questions n’ont jamais été abordées du point du vue de la géomorphologie et des paléoenvironnements.

8Vers 1300-1200 avant notre ère, la Corse connait donc des mutations importantes dans l’implantation des sites, des formes de son habitat, de son mobilier, et jusque dans la symbolique sociétale. Cependant, les populations semblent être absentes du fond des vallées fluviales, préférant toujours les hauts de versants mais progressant de manière ponctuelle vers les cours d’eau en contexte de basse vallée fluviale (Ghilardi et al., sous presse). Cet article propose de mettre en perspective géoarchéologique le remplissage sédimentaire des basses vallées fluviales du Sagone et du Taravo, témoins toutes les deux de cette mutation sociétale de la fin de l’Âge du Bronze moyen.

Fig. 3 – Carte de répartition des sites de l’Âge du Bronze dans la vallée du Taravo.
Fig. 3 – Location map of the sites dated from the Bronze Age within the Taravo catchment basin.

Fig. 3 – Carte de répartition des sites de l’Âge du Bronze dans la vallée du Taravo.Fig. 3 – Location map of the sites dated from the Bronze Age within the Taravo catchment basin.

1. Site d’habitat du Bronze ancien à moyen (Torre et fortifications, source. BD Patriarche, SRA Corse) ; 2. Statue menhir daté du Bronze final (1200-800 av. J.-C., source. BD Patriarche, SRA Corse) ; 3. Localités modernes.
1. Sites dated from Early to Mid- Bronze Age (Torre and fortifications; source. BD Patriarche, SRA Corse); 2. Menhir dated from Late Bronze Age (1200-800 BC, source. BD Patriarche, SRA Corse); 3. Modern towns.

5. Méthodes

9Quatre carottages (fig. 2A-B ; tab. 1) ont été respectivement prélevés dans les marais de Canniccia (C1 et C2), de Tanchiccia (T) ainsi que dans la basse vallée du Sagone (S). Dans ce dernier cas, de précédentes études (Ghilardi et al., sous presse) ont démontré l’existence d’un marais continental sous les dépôts de plaine d’inondation et dont la partie supérieure a été datée entre 1600 et 1100 av. J.-C. Pour ce dernier carottage et pour les besoins du présent article, la séquence chrono-stratigraphique a été réutilisée et les sédiments ont fait l’objet de nouvelles analyses de laboratoire concernant l’identification microfaunistique et la granulométrie des sédiments palustres et marins datés de l’Âge du Bronze. Les techniques de carottage ont reposé sur l’utilisation d’un carottier à percussion (type Cobra TT avec extracteur hydraulique) à Tanchiccia (profondeur : 6,30 m) et à Sagone (profondeur : 6,30 m) tandis qu’un carottier monté sur chenilles a permis de prélever respectivement 5,5 m (C1) et 8,5 m (C2) de sédiments dans l’étang de Canniccia. L’altitude de chacun des carottages a été mesurée par DGPS et a été reportée dans le Tableau 1.

Tab. 1 – Coordonnées des carottages exprimées en WGS 84.
Tab. 1 – Geographic coordinates of the boreholes (expressed in WGS 84 geodetic system).

Tab. 1 – Coordonnées des carottages exprimées en WGS 84.Tab. 1 – Geographic coordinates of the boreholes (expressed in WGS 84 geodetic system).

5.1. Identification micro et macrofaunistiques

10Les quatre carottages prélevés ont fait l’objet d’identification d’ostracodes, de foraminifères et de mollusques. Seuls les carottages Sagone et Tanchiccia ont permis de révéler la présence de mollusques ou de micro-organismes d’origine lagunaire et marine. Les sédiments ont fait l’objet d’un échantillonnage systématique tous les 5 cm. Après un premier tamisage par voie humide (400 µm) et une mise à l’étuve (40°C), le résidu organique coquillier a ensuite été isolé des sédiments pour en déterminer les différentes espèces et en préciser les environnements. Ces identifications ont été réalisées grâce à un microscope Leica (CEREGE) et se sont fondées sur les assemblages malacologiques de référence en Méditerranée où les groupes écologiques sont bien définis (Péres et Picard, 1964 ; Péres, 1982). Pour les analyses microfaunistiques, les identifications ont été réalisées au laboratoire des Sciences de la Terre de l’Université de Bologne (Italie) après un tamisage à 400 µm et une observation au microscope des résidus de microfaune.

5.2. Analyses de granulométrie

11Elles ont été effectuées au CEREGE (laboratoire de sédimentologie). Pour les échantillons dont les particules ont une taille inférieure à 2 mm, une analyse en diffraction laser a été effectuée grâce à un granulomètre laser Beckman Coulter LS 13 320. Les résultats sont donnés sur 116 classes permettant, avec la technologie PIDS (Différences de diffusion des intensités polarisées), d’acquérir en une seule analyse le spectre des classes de taille de grains de 0,04 à 2000 µm avec un haut pouvoir séparateur. Le modèle optique utilise l’indice de réfraction RI = 1,33 à 20°C pour l’eau, et un intervalle correspondant aux indices de réfraction de la kaolinite pour la phase solide en solution (RI = 1,56). Les échantillons fins argilo-sableux ont été remis en suspension et dilués dans une solution d’héxamétaphosphate de sodium à 0,3 % afin d’obtenir un taux d’obscuration entre 8 et 16 % sur la cellule de diffraction, et entre 45 et 70 % sur la cellule PIDS. Une destruction préalable de la matière organique à l’eau oxygénée (H2O2) a été effectuée sur les sédiments présentant une teneur en matière organique, en accord avec le protocole décrit par Di Stefano et al. (2011).

5.3. Mesures de susceptibilité magnétique

12Les échantillons ont fait l’objet de mesures de la susceptibilité magnétique à basse (976 Hz) et à haute fréquence (15 616 Hz) au CEREGE avec un susceptibilimètre MFK1-FA (Agico). Les données brutes ont été rapportées au poids de l’échantillon afin d’avoir des valeurs de susceptibilité massique exprimées en  10-⁸m³.kg-¹. À côté d’une contribution paramagnétique de l’argile qui reste limitée, le signal magnétique est surtout lié à des grains magnétiques de petite taille (magnétite et hématite). L’augmentation du signal de susceptibilité magnétique est dépendant de plusieurs paramètres et parmi ceux-ci nous pouvons citer la composition minéralogique du bassin versant (Le Borgne, 1955 ; Oldfield, 1983 ; Weston, 2004 ; Ghilardi et al., 2008, 2015), l’influence des processus pédogénétiques (Fassbinder et al., 1990) et pyrogéniques (écobuage). Des études plus fines de concentration en minéraux magnétiques des sédiments issus des carottages et de prélèvements au sein du bassin versant du Taravo ont pu être réalisées grâce à des fractionnements granulométriques, susceptibles de révéler les classes granulométriques les plus riches en minéraux magnétiques (Walden et Slattery, 1993). Sur la base des courbes de susceptibilité magnétique, deux échantillons issus des carottages C1 et C2 et présentant parmi les susceptibilités magnétiques les plus élevées ainsi que deux échantillons de sédiments du Taravo ont fait l’objet des mesures de susceptibilité en fonction de la température afin de déterminer la présence du minéral magnétique responsable du signal (Ghilardi et al., 2013). Cette analyse a été faite à l’aide de l’option four CS3du susceptibilimètre MFK1 (Agico).

5.4. Datations par le radiocarbone

13Vingt-sept échantillons de matière organique, de restes végétaux, de charbons et de coquilles ont été prélevés (tab. 2) et ont fait l’objet d’un envoi au laboratoire de Poznań (Pologne), de Gif-sur-Yvette (Saclay) et à Beta Analytic pour datation par le radiocarbone. Les résultats ont ensuite été calibrés grâce au logiciel Calib 7.1 en utilisant les courbes de calibration Intcal13 et Marine13 (Reimer et al., 2013). Concernant l’effet réservoir marin, une correction ΔR = 46 ± 40 a été appliquée (Siani et al., 2000 ; Reimer et McCormac, 2002), même si l’appréciation du paléoeffet réservoir marin reste très difficile à estimer en raison de la diversité des environnements, des apports hydrosédimentaires d’origine continentale et de la variabilité du degré de salinité au cours de l’Holocène (Vött, 2007 ; Sabatier et al., 2010).

Tab. 2 – Résultats des datations par le radiocarbone.
Tab. 2 – Radiocarbon dating results.

Tab. 2 – Résultats des datations par le radiocarbone.Tab. 2 – Radiocarbon dating results.

* indique que les échantillons ont été corrigés avec la courbe de calibration MARINE13 (ΔR=46 ± 40) (Siani et al., 2000) ; ** indique que les résultats 14C ont été publiés dans Ghilardi et al. (sous presse).
* indicates that samples were corrected using MARINE13 calibration curve (ΔR=46 ± 40) (Siani et al., 2000); ** indicates that 14C results have been published in Ghilardi et al. (in press).

6. Résultats

6.1. Stratigraphie générale et facies des carottages

6.1.1. Tanchiccia (T)

14Six unités sédimentaires peuvent être identifiées depuis la base vers le sommet et couvrent à peu près l’Holocène (fig. 4).

15L’unité basale U1, épaisse de 2,75 m (entre 6,25 m et 3,50 m sous la surface) est composée de sables gris grossiers mélangés avec des graviers de taille millimétrique présentant des faces très anguleuses. La teneur en matière organique est relativement faible et aucun individu micro ou macrofaunistique n’a permis de déterminer l’environnement de dépôt. Cependant, au vu de la localisation du carottage, à quelques dizaines de mètres au pied des buttes conglomératiques pliocènes ainsi que le transport très limité des grains de quartz (émoussés luisants avec marques de choc de forte énergie), il semblerait que les sédiments aient été déposés dans un milieu détritique continental de type colluvial. La réalisation d’une datation par le radiocarbone dans la partie supérieure de U1 (4,17 m de profondeur) indique un âge de 4351-4254 av. J.-C. (tab. 2), tandis qu’une datation effectuée dans la partie inférieure de l’unité U2, située au-dessus de U1, indique un âge de 2335-2140 av. J.-C. La combinaison de ces deux datations semble indiquer raisonnablement que la transition entre U1 et U2 se situe vers 3500-2700 avant notre ère (Néolithique final) et que donc U1 a été principalement déposée au cours de la première moitié de l’Holocène.

16La seconde unité U2, épaisse de 1,30 m (entre 2,20 m et 3,50 m de profondeur) est composée d’argiles très organiques de couleur sombre, aucun mollusque, ostracode ou foraminifère n’a été retrouvé et les résultats de l’analyse palynologique se sont révélés stériles (problème évident de conservation des pollens en contexte granitique). Cependant, la forte teneur en matière organique et la granulométrie fine (moyenne < 4 µm) semblent indiquer un environnement calme de dépôt, de type marais, où l’on observe également la présence de macrorestes végétaux d’origine continentale. Une datation par le radiocarbone (tab. 2), réalisée dans la partie inférieure de U3 (sur bivalve lagunaire), et située à la transition entre U2 et U3, révèle un âge de 1744-1607 av. J.-C. L'unité U2, qui correspond à un environnement palustre continental, a été déposée entre le Néolithique final et le début du Bronze moyen.

17La troisième unité U3 se décompose en deux strates d’une dizaine de centimètres riches en matière organique (couleur très sombre). Elle se caractérise par la présence d’une malacofaune caractéristique des environnements lagunaires, composée uniquement de bivalves de type Cerastoderma glaucum (95 % de l’assemblage) et d’Abra segmentum (5 % de l’assemblage). Ces deux niveaux mettent également en évidence une très grande proportion de débris coquilliers des bivalves mentionnés ci-dessus et un nombre peu important d’organismes morts dans leur milieu de vie (présentant les deux valves). La datation par le radiocarbone permet de révéler une concordance dans les âges de dépôt : la strate inférieure a été déposée aux alentours des XVIIIe-XVIIe siècles avant notre ère tandis que celle située au-dessus est datée des XVIIe-XVIe siècles avant notre ère.

18L’unité U4 est également divisée en deux strates, la première est intercalée entre les deux couches constituant U3 et la seconde se situe à la transition avec U5. La strate inférieure d’U4 consiste en un banc de sables moyens à grossiers de couleur grise, et épais de 20 cm. Ce banc est mélangé à des dépôts organiques de couleur sombre. Une datation réalisée juste en dessous de ce niveau sableux, où aucun bioindicateur n’a été retrouvé, indique un âge renvoyant aux XVIIe-XVIe siècles av. J.-C. La strate supérieure d’U4 est peu épaisse (environ 10 cm, entre 1,84 et 1,94 m de profondeur) et se compose de sables gris moyens à grossiers dont la moyenne oscille entre 300 et 600 µm tandis que le mode est compris entre 300 et 700 µm. De microscopiques fragments de mollusques marins (bivalves) sont distingués mais ne peuvent être identifiés précisément. L’exoscopie des quartz révèle un milieu de dépôt très énergétique en raison de l’omniprésence de quartz émoussés luisants. Aucune datation par le radiocarbone n’a pu être directement réalisée sur ce niveau, que l’on interprète comme détritique. Il est cependant assez difficile de déterminer s’il s’agit de dépôts d’origine marine ou continentale.

19L’avant-dernière unité U5, épaisse de 0,40 m, est composée d’argiles limoneuses grises (moyenne granulométrique inférieure à 35 µm) présentant une quantité moyenne en bivalves lagunaires de Cerastoderma glaucum de taille pluricentimètrique. Une datation par le radiocarbone effectuée à la base d’U5, et sur les deux valves de l’un de ces mollusques (tab. 2) indique un âge de 1630-1405 avant notre ère, correspondant approximativement au début de l’Âge du Bronze moyen. Aucune datation n’a été réalisée au sommet de U5 et il est probable que cet environnement lagunaire, ayant tendance à être de plus en plus confiné vers le sommet, ait persisté tout au long de l’Âge du Bronze final.

20Enfin la dernière unité U6 se localise entre la surface et 1,45 m de profondeur et se compose majoritairement d’argiles grises homogènes présentant des traces d’oxydation (racines) et d’un banc argilo-limoneux de couleur jaune (marques d’oxydation) entre 0,3 et 0,1 m de profondeur. Cette unité U6 semble avoir été mise en place au cours des trois derniers millénaires d’après les résultats des datations par le radiocarbone et correspond à des dépôts palustres, tels que l’on peut les visualiser de nos jours dans le marais de Tanchiccia.

Fig. 4 – Log descriptif des différents environnements et analyses sédimentologiques (susceptibilité magnétique, granulométrie LASER et teneur en matière organique) pour le carottage Tanchiccia.
Fig. 4 – Core profile of Tanchiccia borehole where the environments and the sedimentological results (magnetic susceptilibity measurement at low frequency, LASER grain size and organic matter content) are presented.

Fig. 4 – Log descriptif des différents environnements et analyses sédimentologiques (susceptibilité magnétique, granulométrie LASER et teneur en matière organique) pour le carottage Tanchiccia.Fig. 4 – Core profile of Tanchiccia borehole where the environments and the sedimentological results (magnetic susceptilibity measurement at low frequency, LASER grain size and organic matter content) are presented.

1. Dépôts colluviaux ; 2. Tourbe ; 3. Niveau riche en débris de bivalves lagunaires de type Cerastoderma glaucum et Abra segmentum (pas morts in situ) pris dans une matrice tourbeuse ; 4. Environnement lagunaire (dépôt in situ de bivalves de type Cerastoderma glaucum) ; 5. Marais actuel (traces d’oxydation)
1. Slope debris; 2. Peat; 3. Rich layer of Cerastorderma glaucum and Abra segmentum lagoonal bivalves (not dead in situ) mixed with peaty sediments; 4. Lagoonal sediments (Cerastoderma glaucum bivalves found in situ); 5. Modern freshwater pond sediments (traces of oxidation).

6.1.2. Canniccia (C1 et C2)

21Quatre unités sédimentaires peuvent être caractérisées depuis la base vers le sommet et couvrent approximativement les quatre derniers millénaires.

22La première unité (D1) n’est identifiée que dans le carottage C2 (fig. 5) et se localise entre 8,35 et 6,90 m de profondeur (1,70 m d’épaisseur). D1 présente une granulométrie grossière : il s'agit de sables grossiers présentant une moyenne supérieure à 250 µm, avec la présence à la base d’un niveau riche en galets anguleux de granite de taille centimétrique, en graviers et en sables très grossiers entre 8,35 et 7,5 m de profondeur. Les valeurs de susceptibilité magnétique sont faibles et ne dépassent pas 25 x 10-⁸m³.kg-¹. La partie supérieure de D1, située entre 7,5 et 6,9 m, est constituée de sables moyens (moyenne granulométrique décroissante vers le sommet, passant de 200 à 80 µm) avec une teneur en matière organique comprise entre 15 et 25 %. Cet environnement détritique de granulométrie hétérogène et ne présentant pas un caractère très roulé laisse suggérer un dépôt de pente, de type colluvial. Aucune datation par le radiocarbone n’a pu être réalisée pour l’unité D1 mais un échantillon situé à la transition avec l’unité T1 située au-dessus, indique un âge de 1546-1429 av. J.-C. (fig. 5) et laisse donc envisager un dépôt pour D1 daté d’avant le milieu du IIe millénaire avant notre ère.

23La deuxième unité T1 est uniquement identifiée dans le carottage C2 (fig. 5). Cette strate, épaisse de 1,05 m (entre 6,9 et 5,85 m de profondeur), est constituée d’argiles limoneuses (environ 80 % des sédiments présentent une granulométrie inférieure à 63,4 µm) riches en matière organique (entre 20 et 30 %). Les mesures de susceptibilité magnétique restent faibles, identiques voire inférieures à celles l’unité D1, intégralement inférieures à 20 x 10-⁸m³.kg-¹. La réalisation de 4 datations par le radiocarbone, toutes concordantes entre elles et ne présentant pas d’inversion, permet de constater que l’unité T1 a été déposée entre 1546-1429 av. J.-C. et 1410-1029 av. J.-C. (fig. 5). Le taux de sédimentation est particulièrement rapide pour cette unité (environ 20 cm par siècle) alors que l’énergie de dépôt semble particulièrement faible, laissant suggérer un environnement calme de type marais continental.

Fig. 5 – Log descriptif des différents environnements et analyses sédimentologiques (susceptibilité magnétique, granulométrie LASER et teneur en matière organique) pour le carottage Canniccia 1.
Fig. 5 – Core profile of Canniccia 1 borehole where the environments and the sedimentological results (magnetic susceptibility measurements at low frequency, LASER grain size and organic matter content) are presented.

Fig. 5 – Log descriptif des différents environnements et analyses sédimentologiques (susceptibilité magnétique, granulométrie LASER et teneur en matière organique) pour le carottage Canniccia 1.Fig. 5 – Core profile of Canniccia 1 borehole where the environments and the sedimentological results (magnetic susceptibility measurements at low frequency, LASER grain size and organic matter content) are presented.

1. Colluvions ; 2. Alluvions moyennes à fines ; 3. Sédiment tourbeux ; 4. Dépôts palustres actuels.
1. Coarse slope debris; 2. Medium to fine grained alluvial deposits; 3. Peaty sediment; 4. Modern freshwater pond deposits.

24La troisième unité D2 est épaisse de 2,85 m (située entre 5,85 et 3 m de profondeur pour C2 et entre la base du carottage et 3,20 m de profondeur pour C1) et est identifiée dans les carottages C1 et C2 (fig. 5-6). Cette strate est composée de sables moyens à la base (entre 5,85 et 5,40 m de profondeur pour C2) devenant plus fins (alternance de bancs de sables fins et de limons vers le sommet). Les valeurs de susceptibilité magnétique sont relativement élevées, du moins plus significatives que dans l’unité D1, oscillant entre 20 et 120 x 10-⁸m³.Kg-¹. Il est intéressant de noter une corrélation proportionnelle relative entre la granulométrie des sédiments et les variations de susceptibilité magnétique, indiquant probablement une origine détritique du signal (fig. 7A-B). L’origine du signal magnétique a été déterminée grâce à la réalisation de mesures de la susceptibilité en fonction de la température. Il en ressort que malgré quelques processus de transformations minéralogiques responsables d’une augmentation de la susceptibilité, principalement dans la courbe de refroidissement, la perte de la propriété ferromagnétique du minéral portant le signal de susceptibilité se fait à 585°C (fig. 8A-B), température de curie de la magnétite. Au-delà de cette température le signal de susceptibilité est nul à négatif et montre la faible proportion voire l’absence d’hématite. La réalisation de datations par le radiocarbone indique que l’âge de dépôt des sédiments limono-sableux de D2 est compris entre 1372-1128 av. J.-C. et la fin du IIe millénaire avant notre ère. Une origine fluvio-torrentielle des dépôts de D2 semble se confirmer en raison des caractéristiques granulométriques et des paramètres de susceptibilité magnétique.

Fig. 6 – Log descriptif des différents environnements et analyses sédimentologiques (susceptibilité magnétique, granulométrie LASER et teneur en matière organique) pour le carottage Canniccia 2.
Fig. 6 – Core profile of Canniccia 2 borehole where the environments and the sedimentological results (magnetic susceptibility measurement at low frequency, LASER grain size and organic matter content) are presented.

Fig. 6 – Log descriptif des différents environnements et analyses sédimentologiques (susceptibilité magnétique, granulométrie LASER et teneur en matière organique) pour le carottage Canniccia 2.Fig. 6 – Core profile of Canniccia 2 borehole where the environments and the sedimentological results (magnetic susceptibility measurement at low frequency, LASER grain size and organic matter content) are presented.

1. Colluvions ; 2. Alluvions moyennes à fines ; 3. Sédiment tourbeux ; 4. Dépôts palustres actuels.
1. Coarse slope debris; 2. Medium to fine grained alluvial deposits; 3. Peaty sediment; 4. Modern freshwater pond deposits.

Fig. 7 – Granulométrie vs. χlf pour les sédiments d’origine détritique prélevés à partir des carottages T, C1 et C2.
Fig. 7 – Grain size vs. χlf for detrital sediments sampled on T, C1 and C2 boreholes.

Fig. 7 – Granulométrie vs. χlf pour les sédiments d’origine détritique prélevés à partir des carottages T, C1 et C2.Fig. 7 – Grain size vs. χlf for detrital sediments sampled on T, C1 and C2 boreholes.

A. Moyenne vs. χlf pour les carottages T, C1 and C2. B. Mode vs. χlf pour les carottages T, C1 and C2. C. Moyenne vs. χlf pour les carottages T, C1, C2 et les alluvions du Taravo.
A. Mean vs. χlf for T, C1 and C2 cores. B. Mode vs. χlf for T, C1 and C2 cores. C. Mean vs. χlf for T, C1 and C2 cores together with alluvial deposits from the Taravo River.

Fig. 8 – Susceptibilité magnétique vs. Température pour les carottages C1 (A : Can1C6, profondeur : 4,90 m) et C2 (B : Can2C4, profondeur : 3,69 m) et des alluvions du Taravo (C : fraction granulométrique comprise entre 63 et 400 µm pour l’échantillon Taravo 3 -basse vallée- et D ; fraction granulométrique comprise entre 63 et 400 µm pour l’échantillon Taravo 4 -basse vallée-).
Fig. 8 – Magnetic susceptibility vs. Temperature for C1 (A: Can1C6, depth: 4.90 m) and C2 (B: Can2C4, depth: 3.69 m) boreholes and for Taravo alluvial sediments (C: granulometric fraction comprised between 63 and 400 µm for the sample Taravo 3 -Lower valley- and D: granulometric fraction comprised between 63 and 400 µm for the sample Taravo 4 -Lower valley).

Fig. 8 – Susceptibilité magnétique vs. Température pour les carottages C1 (A : Can1C6, profondeur : 4,90 m) et C2 (B : Can2C4, profondeur : 3,69 m) et des alluvions du Taravo (C : fraction granulométrique comprise entre 63 et 400 µm pour l’échantillon Taravo 3 -basse vallée- et D ; fraction granulométrique comprise entre 63 et 400 µm pour l’échantillon Taravo 4 -basse vallée-).Fig. 8 – Magnetic susceptibility vs. Temperature for C1 (A: Can1C6, depth: 4.90 m) and C2 (B: Can2C4, depth: 3.69 m) boreholes and for Taravo alluvial sediments (C: granulometric fraction comprised between 63 and 400 µm for the sample Taravo 3 -Lower valley- and D: granulometric fraction comprised between 63 and 400 µm for the sample Taravo 4 -Lower valley).

La courbe rouge représente la chauffe et la courbe bleue représente le refroidissement.
The red curve indicates the heating process while the blue curve corresponds to the cooling process.

25La dernière unité T2, comprise entre la surface et environ 3 m de profondeur dans les deux carottages, a été déposée au cours des trois derniers millénaires et se compose de sédiments argilo-limoneux très riches en matière organique dans la partie inférieure de T2 (entre 40 et 80 %), un horizon tourbeux d’un mètre d’épaisseur est d’ailleurs observé entre 2,50 et 1,50 m de profondeur dans C2. T2 correspond à un environnement palustre. Les valeurs de susceptibilité magnétique sont inférieures à 20 x 10-⁸m³.kg-¹ et montrent une faible variation vers le sommet qui correspond sans doute au sol actuel. La partie supérieure de T2, située entre la surface et environ 1,50 m de profondeur, enregistre une légère augmentation de la granulométrie (limons à sables fins) alors que la teneur en matière organique baisse sensiblement (inférieure à 25 %).

6.1.3. Sagone (S)

26Le carottage Sagone a fait l’objet d’une étude sédimentologique préliminaire dans un précédent article (carottage Sagone 7 dans Ghilardi et al., sous presse) mais n’avait pas été détaillé pour les dépôts datés de l’Âge du Bronze moyen à final. Pour rappel, le carottage Sagone (S) se compose de cinq unités sédimentaires (fig. 9).

27S1 se situe à la base de la séquence et est épaisse de 1,5 m, entre 4,8 et 6,3 m de profondeur. La granulométrie est relativement homogène et constituée de sédiments argileux à forte teneur en matière organique (10 à 20 %) où les macrorestes végétaux (branches) sont nombreux. La forte concentration de pollens a permis de reconstituer la végétation pour cette unité et démontre l’existence d’un environnement de marais d’eau douce associé à S1. Les datations par le radiocarbone réalisées à la base et au sommet de S1 révèlent un âge compris entre 1611-1447 av. J.-C. et 1207-1004 av. notre ère. Dans la partie supérieure de cette dernière unité, on identifie au moins 4 bancs de sables moyens (épaisseur comprise entre 1 et 2 cm, moyenne granulométrique : ~300 µm, fig. 9A-B) riches en charbons, en gastéropodes marins (fig. 9C) de taille millimétrique et des restes microfaunistiques. Parmi ces derniers on distingue des foraminifères de type Elphidium crispum et Cibicides sp. (fig. 9D, 9F), deux espèces caractéristiques d’un environnement marin peu profond de type estuarien (Sgarella et Moncharmont Zei, 1993 ; Fiorini et Vaiani, 2001). Il est important de signaler que les microrestes identifiés étaient fortement érodés et n’étaient sans doute pas déposés in situ. En complément, quelques rares ostracodes de type Cyprideis torosa très bien conservés (fig. 9E), et indicateurs de variation de la salinité (environnement typiquement saumâtre de type lagunaire) (Athersuch et al., 1989 ; Montenegro et Pugliese, 1996 ; Ruiz et al., 2000 ; Marriner et al., 2014) ont pu être identifiés. Il semble donc que les dépôts sableux d’origine marine se soient intercalés dans les dépôts palustres continentaux vers la fin du IIe millénaire av. J.-C., modifiant localement, et très brièvement, les conditions environnementales, expliquant la présence éparse d’organismes lagunaires à saumâtres.

28L’unité S2, épaisse de 2,5 m (entre 4,8 et 2,3 m de profondeur), est composée de sables gris moyens à grossiers présentant une moyenne granulométrique de 300 µm et un mode de 340 µm. La présence de débris de foraminifères (Elphidium crispum) et de bivalves de taille millimétrique est attestée dans les sédiments de S2 mais leur taille trop réduite empêche une identification précise. Il est intéressant d’indiquer la présence de bancs de posidonies (Posidonia oceanica) à 4,6 et 3,3 m de profondeur. Des datations par le radiocarbone ont été réalisées à la base de S2 et indiquent un âge de 1207-1004 av. J.-C. tandis qu’au sommet (transition avec unité S3), un âge de 536-383 av. J-C. D’après les informations sédimentologiques et l’étude des biomarqueurs, l’unité S2 correspond à un environnement marin ouvert qui s’est mis en place à la fin du IIe millénaire av. J.-C. et s’est soudainement transformé en milieu lagunaire (unité S3) vers le milieu du Ier millénaire avant notre ère, et qui perdura jusqu’au début de notre ère.

29Les unités S4 et S5 correspondent à des environnements palustres et fluviatiles, dont la datation est postérieure à l’époque romaine et ne concernent pas le présent article.

Fig. 9 – Log descriptif des différents environnements pour le carottage Sagone. Pour plus de détails concernant les analyses de laboratoire, se référer à l’article Ghilardi et al. (sous presse).
Fig. 9 – Core profile of Sagone borehole where the environments are presented. For more detailed presentation of the laboratory analyses, please check the following reference; Ghilardi et al., (sous presse).

Fig. 9 – Log descriptif des différents environnements pour le carottage Sagone. Pour plus de détails concernant les analyses de laboratoire, se référer à l’article Ghilardi et al. (sous presse).Fig. 9 – Core profile of Sagone borehole where the environments are presented. For more detailed presentation of the laboratory analyses, please check the following reference; Ghilardi et al., (sous presse).

A. Photographie au stéréomicroscope (grossissement x10) des minéraux contenus dans l’échantillon Sagone 4,90 m (environnement marin). B. Distribution granulométrique des sédiments marins (4,90 m) et dépôts de tempêtes (5,00 et 5,16 m) ; noter la bonne superposition du mode. C. Assemblage composé de foraminifères et de gastéropodes caractéristique d’environnements marins. D. Cibicides sp. (foraminifère benthique). E. Cyprideis torosa (ostracode lagunaire). F. Elphidium crispum (foraminifère benthique). 1. Argiles organiques ; 2. Sables moyens à grossiers ; 3. Sables fins à moyens ; 4. Argiles grises ; 5. Sables fins à moyens jaunes.
A. Grains derived from marine sample Sagone 4.90 m. B. Laser grain-size distribution (cumulated percentages) of marine and storm samples; please note the good superimposition of the curve. C. Assemblage of characteristic foraminifera and gastropods from marine environment. D. Cibicides sp. (shallow marine benthic foraminifera). E. Cyprideis torosa (lagoonal ostracod). F. Elphidium crispum (shallow marine benthic foraminifera).1. Organic clays; 2. Medium to coarse sands; 3. Fine to medium sands; 4. Gray clays; 5. Fine to medium yellowish sands.

6.2. Étude et traçabilité du signal magnétique dans le bassin versant du Taravo

30L’échantillonnage des roches et sédiments meubles du bassin versant du Taravo permet d’établir une cartographie typologique des valeurs de susceptibilité magnétique mesurées à basse fréquence en fonction de la nature des dépôts et des formations géologiques (fig. 10). D’une manière générale, les roches granitiques de type leucocrate et monzogranite (qui forment une grande partie des affleurements géologiques dans le bassin versant) témoignent d’une homogénéité du signal avec des valeurs inférieures à 75 x 10-⁸m³.kg-¹. Seules les granodiorites que l’on retrouve en moyenne et basse vallée du Taravo et qui contiennent des amphiboles (magnétiques) présentent des valeurs plus élevées. Les roches basiques de type diorite, gabbro et filons de roches vertes dans les granite (non cartographiées sur les cartes géologiques car trop locales) révèlent des valeurs très élevées de susceptibilité magnétique comprises entre 250 et 4000 x 10-⁸m³.kg-¹. Enfin, les valeurs de χlf sont généralement comprises entre 20 et 300 x 10-⁸m³.kg-¹ pour les formations alluviales, mais présentent des différences entre la haute, la moyenne et la basse vallée. En fonction des valeurs de χlf, le bassin versant du Taravo peut être découpé en trois zones Z1, Z2 et Z3, depuis l’amont vers l’aval (fig. 10).

31- Z1 est comprise entre le col de Verde et la localité de Zicavo et englobe des granodiorites et des monzogranites ainsi que l’ensemble métamorphique anté-silurien de Zicavo : les valeurs de χlf sont généralement faibles, inférieures à 90 x 10-⁸m³.kg-¹ pour les roches (inférieures à 35 x 10-⁸m³.kg-¹ pour le complexe des roches métamorphiques et plutoniques de Zicavo) alors que les valeurs des sédiments fluvio-torrentiels du lit actuel du Taravo sont inférieures à 70 x 10-⁸m³.kg-¹ ; seuls des dépôts de crue (situés à quelques décimètres au-dessus du chenal) présentent des valeurs plus élevées (ca. 230 x 10-⁸m³.kg-¹) dans le secteur de Palneca (fig. 10).

32- Z2 se situe dans la partie médiane du cours du Taravo, entre Olivese et Pila Canale. Les valeurs de susceptibilité magnétique des roches vertes s’échelonnent entre 500 et quasiment 4000 x 10-⁸m³.kg-¹. Dans les secteurs de Sollacaro, la χlf des roches monzogranitiques indique des valeurs assez élevées, supérieures à 250 x 10-⁸m³.kg-¹, contrairement à celles relevées dans les secteurs Z1 et Z3. La χlf des formations alluviales est pour sa part assez élevée, comprise entre 100 et 300 x 10-⁸m³.kg-¹, les plus fortes valeurs mesurées dans le bassin versant (260 à 290-300 x 10-⁸m³.kg-¹) étant enregistrées au sud de Pila Canale. La réalisation de coupures tamis à 63 et à 400 µm permet de démontrer que la classe granulométrique la plus riche en minéraux magnétiques est celle des sables fins à moyens (tab. 3) avec un signal oscillant entre ~80 et 390 x 10-⁸m³.kg-¹ (tab. 3), alors qu’au-dessus de 400 µm, les valeurs de χlf sont généralement plus faibles, inférieures à 60 x 10-⁸m³.kg-¹. L’origine du signal magnétique des alluvions du Taravo a été déterminée de manière identique à celle opérée sur les carottages C1 et C2. Il est intéressant de noter que la classe granulométrique la plus riche en minéraux magnétiques pour les alluvions du Taravo et les sédiments prélevés dans les étangs de Canniccia et de Tanchiccia, est celle des sables fins dont la moyenne granulométrique est comprise entre 63 et 160 µm. Pour sa part, la susceptibilité vs. température démontre la présence quasi exclusive de magnétite (perte de signal à 585°C, fig. 8C-D), largement contenue dans les roches et en particulier dans les formations géologiques basiques (gabbro et diorite) et les granodiorites.

33- Z3 est située dans la basse vallée du Taravo, au sud de la localité de Stilliccione et jusqu’à l’embouchure du fleuve. Le signal magnétique des alluvions est généralement inférieur à 50 x 10-⁸m³.kg-¹ (notamment dans le secteur situé au NO de l’étang de Canniccia), tandis que celui des granodiorites et des monzogranites (qui encerclent les étangs de Canniccia et de Tanchiccia) est globalement inférieur à 90 x 10-⁸m³.kg-¹ (encadré de la fig. 10). Les coupures tamis à 63 et 400 µm (tab. 3) réalisées sur les alluvions du secteur Z3 montrent une homogénéité du signal aussi bien dans la fraction sableuse comprise entre 63 et 400 µm que dans celle supérieure à 400 µm.

34L’ensemble des résultats de χlf permettent de démontrer que les valeurs obtenues pour les dépôts des unités D2 (carottages C1 et C2) et U6 (carottage T) sont supérieures à celles obtenues pour les roches et les alluvions des secteurs Z1 et Z3 et que probablement une recharge en minéraux magnétiques s’opère dans le secteur Z2, en période de fort écoulement hydrique (crues).

Fig. 10 – Cartographie des valeurs de susceptibilité magnétique des formations géologiques et alluviales du Taravo.
Fig. 10 – Magnetic susceptibility mapping of geological and alluvial formations of the Taravo drainage basin together with Bronze Age sites and menhirs.

Fig. 10 – Cartographie des valeurs de susceptibilité magnétique des formations géologiques et alluviales du Taravo.Fig. 10 – Magnetic susceptibility mapping of geological and alluvial formations of the Taravo drainage basin together with Bronze Age sites and menhirs.

Arrière-plan : contexte géologique (données BRGM) et données topographiques ASTER. 1. Alluvions (Holocène) ; 2. Granite subsolvus et hypersolvus à biotite (Permien) ; 3. Rhyolite (régions d’Albitreccia et de Guargalé, Carbonifère supérieur) ; 4. Complexe basique et ultra basique composé de gabbros et de diorites (Carbonifère inférieur) ; 5. Granite leucocrate (Carbonifère inférieur) ; 6. Granodiorite à grain moyen (Carbonifère inférieur) ; 7. Granodiorite et monzogranite à gros grain (Carbonifère inférieur) ; 8. Gneiss et migmatites (région de Zicavo, anté-Silurien) ; A. Site d’habitat du Bronze ancien à moyen (Torre et fortifications, source. BD Patriarche, SRA Corse) ; B. Statue menhir daté du Bronze final (1200-800 av. J.-C., source. BD Patriarche, SRA Corse) ; C. localités modernes. Z1, Z2 et Z3 renvoient à la cartographie de susceptibilité magnétique des alluvions (cercles bleus) et des roches (carrés rouges) du bassin versant du Taravo (section 6.2) ; en haut à gauche : valeurs de susceptibilité magnétique de la basse vallée du Taravo exprimées en fonction du type de matériau mesuré (cercles bleus. alluvions et carrés rouges. roches).
Background: geological data from BRGM and ASTER elevation data. 1. Alluvial deposits (Holocene); 2. Subsolvus and hypersolvus granite with biotite (Permian); 3. Rhyolite (areas of Albitreccia and Guargalé, Upper Carboniferous); 4. Basic and ultra-basic formations composed by gabbros and diorites (Lower Carboniferous); 5. Leucocrate granite (Lower Carboniferous); 6. Medium grained granodiorite (Lower Carboniferous); 7. Granodiorite and Coarse grained monzogranite (Lower Carboniferous); 8. Gneisses and migmatites (areas of Zicavo, Pre-Silurian period); A. Sites dated from Early to Mid- Bronze Age (Torre and fortifications; source. BD Patriarche, SRA Corse); B. Menhir dated from Late Bronze Age (1200-800 BC, source. BD Patriarche, SRA Corse); C. modern towns. Z1, Z2 and Z3 refer to the magnetic susceptibility mapping for alluvial deposits (blue circles) and rocks (red squares) of the Taravo drainage basin (section 6.2); Top left: magnetic susceptibility values of the Lower Taravo valley expressed according to the type of material sampled (blue circles. alluvial deposits and red squares. rocks).

Tab. 3 – Résultats de susceptibilité magnétique pour les alluvions prélevés dans le bassin versant du Taravo. Des mesures globales et par fraction granulométrique ont été réalisées sur l’ensemble des échantillons.
Tab. 3 – Magnetic susceptibility measurements for alluvial deposits sampled within the Taravo drainage basin. Global signal together with granulometric fractioning have been performed on all samples.

Tab. 3 – Résultats de susceptibilité magnétique pour les alluvions prélevés dans le bassin versant du Taravo. Des mesures globales et par fraction granulométrique ont été réalisées sur l’ensemble des échantillons.Tab. 3 – Magnetic susceptibility measurements for alluvial deposits sampled within the Taravo drainage basin. Global signal together with granulometric fractioning have been performed on all samples.

7. Discussions

7.1. Deux phases détritiques identifiées vers 1600-1500 av. J.-C. et entre 1300 et 1000 av. notre ère dans le bas Taravo : une double origine climatique et anthropique ?

35Les études de granulométrie et de susceptibilité magnétique des sédiments réalisées sur les carottages Tanchiccia et Canniccia 1 et 2 permettent de reconstituer l’histoire sédimentaire de la basse vallée du Taravo au cours de la seconde moitié de l’Holocène, en particulier au cours du IIe millénaire avant notre ère. Dans le secteur de Canniccia, les deux carottages C1 et C2 réalisés dans l’étang mettent en évidence une phase de fort détritisme, avec environ 2,75 m de limons sableux à sables moyens accumulés entre ca. 1300 et 1000 av. J.-C., soit des taux d’accumulation d’environ 90 cm par siècle. Des taux comparables de sédimentation ont également été relevés dans un carottage marin réalisé au nord des îles Baléares, où environ 75 cm de sédiments se sont accumulés par siècle à la fin du IIe millénaire av. J.-C. (Frigola et al., 2007). Dans le carottage C2, cette phase de forte sédimentation est précédée par le développement de conditions palustres au cours de l’Âge du Bronze moyen (entre ~1600-1500 et 1300 av. J.-C.) et d’un colmatage complet par des sources locales granitiques (colluvionnement) au cours du Bronze ancien final (avant 1600 av. J.-C). Ce phénomène est également observé pour la même période dans la zone humide du plateau de Cauria, dans le Sartenais (D’Anna et al., 2007). Le fait majeur de la seconde phase de colmatage observée au cours de l’âge du Bronze moyen à final repose sur des apports qui se caractérisent par une plus forte susceptibilité magnétique (comprise entre 40 et 125 x 10-⁸m³.kg-¹) que celle observée pour les roches monzogranitiques encerclant l’étang de Canniccia (< à 40 x 10-⁸m³.kg-¹). La seule origine possible est celle du Taravo dont la signature magnétique des alluvions à granulométrie comparable avec les dépôts enregistrés dans l’étang de Canniccia indique une forte similitude (fig. 7C), avec en particulier une très grande quantité de magnétite (fig. 8A-B). La possibilité d’une altération climatique centrée autour de l’évènement froid et aride du 3,2 ka BP est plausible et pourrait ainsi avoir affecté l’ensemble du bassin versant, générant des crues et une mobilité latérale du tracé du Taravo vers l’étang de Canniccia : des dépôts d’inondation (puis de décantation) ont ainsi pu s’accumuler sous forme de lamines durant deux à trois siècles environ à l’ouest du marais de Canniccia. Le carottage C1 enregistre moins de lamines que C2, ce qui laisse suggérer une éventuelle position d’un ancien chenal du Taravo à proximité de C2 alors que C1 pourrait être protégé par la butte naturelle située au nord-ouest de l’étang. Des analyses microtopographiques LIDAR, associées à des relevés géophysiques, pourraient fournir des informations sur de possibles défluviations dans la partie orientale de la basse vallée. Dans le secteur de Tanchiccia, un évènement de sédimentation grossière est enregistré vers les XVI-XVe siècles avant notre ère. Cet épisode est assez bref dans le temps mais est très énergétique comme en témoignent l’hétérogénéité (graviers anguleux à sables) et la granulométrie grossière des dépôts (moyenne > 500 µm correspondant à des sables grossiers). L’exoscopie des quartz (omniprésence d’émoussés luisants) ainsi que l’absence de bio-indicateurs confirment une origine continentale. Les faibles valeurs de susceptibilité magnétique enregistrées par cet apport détritique colluvial (χlf < à 20 x 10-⁸m³.kg-¹) semblent exclure une origine fluviale (la χlf enregistrée dans l’étang de Canniccia et dans le secteur Z2 du Taravo présentent des valeurs plus élevées à granulométrie comparable) (fig. 7C) et laissent suggérer un colluvionnement à partir des roches monzogranitiques et des terrasses conglomératiques pliocènes riches en quartz et minéraux peu magnétiques dont la χlf est d’environ 10 x 10-⁸m³.kg-¹ (fig. 10).

36Si la composante climatique peut expliquer ce double phénomène de détritisme renforcé (colluvionnement et alluvionnement), comme cela a d’ailleurs été démontré dans d’autres secteurs de Méditerranée occidentale (Berger et al., 2007 ; Magny et al., 2009), il ne faut pas non plus négliger la part des activités anthropiques dans ce fort alluvionnement. En effet, l’Âge du Bronze moyen à final enregistre un nombre important de sites d’occupation (I Castelli), ceux-ci étant principalement situés sur les hauteurs (crêtes, promontoires rocheux) (fig. 3) ou sur les versants dans la partie aval du Taravo (secteurs Z2 et Z3) (fig. 10). La mise en valeur agricole qui s’accompagne d’une déforestation sur les hauts de versant, tandis que les basses plaines sont peu mises en valeur (Ghilardi et al., sous presse ; Currás et al., sous presse), a probablement contribué à renforcer le détritisme en contexte climatique aride de la période 3,6-3,2 ka BP en Méditerranée occidentale et à accentuer la recrudescence des évènements de crue. Il est par ailleurs intéressant de relever que la plus forte concentration des sites de l’Âge du Bronze moyen et final se localise dans le secteur Z2 (fig. 10), là où les valeurs de susceptibilité magnétique les plus élevées ont été enregistrées dans les alluvions et les formations géologiques du Taravo. De fait, la mise à nu des versants, ainsi que les fortes pentes, ont pu engendrer un lessivage des sédiments qui, transportés ensuite par le Taravo, sont venus se déposer dans la basse plaine alluviale.

7.2. Une augmentation des dépôts de tempête entre 1650 et 1100 av. notre ère

37L’étude microfaunistique et granulométrique du carottage Sagone (S) révèle l’intercalation d’au moins 4 bancs sableux (situés entre 3,80 et 3,30 m en-dessous du niveau marin actuel), riches en coquilles (foraminifères et mollusques) marines fortement altérées par un transport énergétique, au sein d’une unité palustre d’origine continentale, entre ca. 1300 et 1200-1100 av. J.-C. À cette époque, le niveau moyen de la mer est situé environ 1,5 m en dessous de l’actuel (Vacchi et al., 2016). Il semble donc assez évident que la zone palustre régulièrement envahie par des apports marins brefs était située en-dessous du niveau de la mer : il s’agissait probablement d’une zone déprimée d’un point de vue topographique, soit située à l’arrière d’anciens cordons littoraux pléistocènes, soit séparée de la mer par un seuil granitique dans la partie occidentale de la plaine du Sagone, comme ont pu le démontrer les résultats géophysiques de tomographie de résistivité électrique (Ghilardi et al., 2016). Les incursions répétées de dépôts marins ont contribué à modifier la qualité des eaux de l’ancienne zone palustre et le bref développement de conditions saumâtres (comme l’indique la présence éparse d’ostracodes lagunaires de type Cyprideis torosa). Ces changements répétés de salinité des eaux ont pu modifier la qualité des ressources hydriques pour les populations locales mais aussi affecter la composition de la végétation. Autre carottage à enregistrer des apports d’origine allochtone, celui de Tanchiccia, dont un niveau riche en débris de bivalves lagunaires est enregistré aux alentours des XVIIe-XVIe siècles avant notre ère, au début de l’Âge du Bronze moyen. Ces dépôts coquilliers très compactés et non retrouvés dans leur environnement de vie peuvent être interprétés comme des apports liés à un évènement de forte énergie ayant eu lieu depuis une lagune formée plus au sud (secteur de Pistigliolo ?). Il pourrait s’agir d’un évènement de type tempête qui aurait pu faire rompre un, ou plusieurs, cordons sableux et redistribuer les dépôts lagunaires jusque dans la zone palustre de Tanchiccia. À la suite de cette série d’évènements très énergétiques répétés et rapprochés dans le temps, un environnement lagunaire légèrement confiné se met en place, avec une connexion directe à la mer. Les résultats obtenus dans les carottages prélevés à Sagone et Tanchiccia font écho aux observations faites dans la Méditerranée occidentale (Languedoc et Espagne) où une période de recrudescence des évènements de tempêtes est enregistrée entre 1650 et 1100 avant notre ère (Sabatier et al., 2012 ; Dézileau et al., 2016). Pour la première fois en Corse, ces dépôts de tempête sont ainsi enregistrés sur la façade occidentale de l’île et viennent ainsi corroborer l’idée d’un changement climatique en contexte de refroidissement dans l’ouest de la Méditerranée (Sabatier et al., 2012). Ces paléotempêtes ont également eu pour conséquence de générer des incursions marines prolongées à l’intérieur des terres au cours de l’Âge du Bronze moyen (1600-1200 av. J.-C.) et final (1200-800 av. J.-C.) respectivement dans la partie occidentale de la basse vallée du Taravo et dans celle du Sagone. Les changements majeurs induits sont la modification du trait de côte et l’altération environnementale d’anciennes zones palustres continentales sur le pourtour desquelles des sites d’occupation étaient implantés. C’est peut-être l’appauvrissement de cette ressource hydrique d’origine continentale dans les basses vallées de Corse occidentale qui a poussé certains groupes de population à quitter les sites sommitaux (I Castelli) et à se réfugier vers l’intérieur des terres, là où les lacs de moyenne et haute montagne peuvent fournir de l’eau douce. Cet exode tend à souligner une résilience des sociétés humaines de l’Âge du Bronze en Corse face au changement environnemental et une modification sociétale importante.

7.3. Changements paysagers rapides au cours des Âges du Bronze moyen et final et conséquences pour l’occupation humaine

38Les données sédimentologiques issues des carottages prélevés dans les basses vallées du Sagone et du Taravo permettent d’esquisser une évolution rapide, voire brutale, des paysages, en particulier au cours du IIe millénaire avant notre ère. Dans la basse vallée du Sagone, des premiers travaux mettaient en évidence l’existence d’un marais continental entre ~1600 et 1200-1100 avant notre ère dans l’actuelle plaine deltaïque qui a ensuite été envahie par les eaux marines au début de l’Âge du Bronze final (Ghilardi et al., sous presse). Les données palynologiques mettaient en évidence une occupation ponctuelle de la basse plaine, essentiellement à des fins d’élevage (présence de spores coprophiles de type Sporormiella) sans réelle mise en valeur agricole intensive (peu de céréaliculture pratiquée) (Ghilardi et al., sous presse). Dans la basse vallée du Taravo, les étangs actuels de Canniccia et de Tanchiccia connaissent également une rapide et importante mobilité des paysages entre le début de l’Âge du Bronze moyen (~1600 av. J.-C.) et la fin de l’Âge du Bronze final (~800 av. J.-C.). Les paysages palustres actuels semblent établis dès le début de l’Âge du Fer, longévité de paysages jamais observée à l’échelle de l’Holocène récent dans les séquences sédimentaires prélevées. Dans l’étang de Tanchiccia, une phase de développement palustre est attestée entre ~3000-2500 et 1600-1500 av. J.-C. Cette période correspond d’ailleurs à une phase d’occupation humaine autour de l’étang de Tanchiccia, qui tend à diminuer au début du Bronze moyen. Sur la rive gauche du Taravo, l’étang de Canniccia connaît une évolution différente où la fin de l’Âge du Bronze ancien est marquée par un colmatage complet par des apports colluvionnaires. L’origine de ces apports de versant peut être discutée à la lumière des résultats sédimentologiques décrits dans le présent article et des données palynologiques non encore publiées (Reille, 1998). L’hypothèse d’une origine anthropique de ces apports semble plausible. La proximité au nord du site d’I Calanchi Sapar’Alta, occupé dès le Bronze ancien (et même dès le Chalcolithique -Terrinien- en Corse), pourrait avoir généré ce colluvionnement en contexte de forte emprise sur la couverture végétale. En effet, un diagramme palynologique (non publié) établi par M. Reille (1998) à partir des sédiments prélevés dans l’étang de Canniccia (carottage jusqu’à environ 15,3 m de profondeur dont la base est datée de 5837-5635 av. J.C.) (Reille, 1998) met en évidence une nette ouverture du paysage forestier avec une diminution importante des pollens de taxons arboréens, en particulier ceux de Quercus ilex et d’Erica arborea, au profit des pollens d’herbacées en lien avec l’anthropisation et l’agriculture (augmentation très nette des taxons de céréales, d’Apiaceae, de Cichorioidae, de Rumex et d’Asteroideae) entre 2488-2131 (3850 BP ± 70) et 1945-1692 (3500 BP ± 50) avant notre ère (Reille, 1998). Le caractère anguleux des dépôts ainsi que les faibles valeurs de susceptibilité, proches de celles obtenues pour le granite encaissant de l’étang de Canniccia, suggèrent une origine locale (colluvions) des sédiments. Par la suite, entre ~1500-1400 et ~1300-1200 av. J.-C., une nouvelle phase de développement palustre (granulométrie très fine et teneur en matière organique de 25 à 40 %) est observée alors que le site d’I Calanchi Sapar’Alta semble être moins fréquenté pour cette même période, voire même abandonné à la fin de l’Âge du Bronze moyen. Au cours de l’Âge du Bronze final, les étangs de Canniccia et de Tanchiccia ne sont plus des étendues d’eau douce mais sont respectivement colmatés par des apports sédimentaires (dont on discute l’origine dans le paragraphe 7.2) et transformés en étendue d’eau saumâtre (lagune). En parallèle, le marais d’eau douce, qui occupait l’actuelle plaine du Sagone, est envahi par une incursion marine qui durera près de trois siècles. Dans les deux basses vallées étudiées, la question de l’accès et de la disponibilité des ressources en eau douce est posée pour les sites d’occupation de l’Âge du Bronze final. Mise à part la présence des statues menhirs, dont la symbolique pourrait intégrer une dimension environnementale (défense des zones humides) (D’Anna et al., 2007) dans un contexte d’appauvrissement de la ressource hydrique dû à un contexte climatique plus aride autour de l’évènement climatique 3,2 ka BP, les sites d’occupation, voire de simple fréquentation, sont rares. Leur implantation à proximité des berges du Taravo et du Sagone pourrait signifier, outre une délimitation territoriale ou une indication d’axe de circulation, l’appropriation d’un accès à de l’eau douce par les élites, dans un contexte de sociétés humaines hiérarchisées où les résiliences sont logiquement plus complexes. Mais une question reste en suspens quant à la localisation des sites d’habitat de la fin de l’Âge du Bronze et les raisons qui poussent les sociétés humaines au début du Ier millénaire avant notre ère à se répartir dans d’autres vallées et plus à l’intérieur des terres. À partir de cette période, les logiques d’implantation ne semblent plus être les mêmes qu’au cours du Néolithique, du Chalcolithique et du Bronze ancien à moyen.

8. Conclusion

39À travers cet article, les interrelations entre les sociétés humaines et les environnements des vallées de Corse sont analysées puis interprétées, en particulier pour la transition entre l’Âge du Bronze moyen et le Bronze final, à la lumière de nouvelles données paléoenvironnementales. Les résultats obtenus dans le cadre de cette étude géoarchéologique des basses vallées fluviales du Sagone et du Taravo permettent, pour la première fois sur la côte occidentale de Corse, de mettre en évidence une augmentation d’évènements de tempêtes ainsi qu’une hausse marquée du détritisme (alluvionnement et colluvionnement) entre ~1600 et 1100 av. J.C. Pour cette dernière période, de précédentes études paléoenvironnementales mettaient déjà en évidence des bouleversements majeurs dans la morphologie et les environnements de certaines basses vallées fluviales de Corse occidentale avec notamment des phénomènes d’incursion marine. Les résultats présentés dans cet article permettent de corroborer les travaux menés à l’échelle du Golfe du Lion qui mettent en évidence une recrudescence des évènements extrêmes de tempêtes au cours de l’âge du Bronze moyen à final en Méditerranée occidentale. Le paramètre climatique, qui se caractérise par un refroidissement marqué et une augmentation de l’aridité en contexte hydro-climatique méditerranéen pour cette période de 1600-1000 av. J.-C., semble bien affecter la dynamique sédimentaire dans le bassin versant du Taravo, en générant à l’est (secteur de Canniccia) des crues importantes qui s’accompagnent d’une sédimentation de 0,75 m par siècle entre 1300 et 1000 av. J.-C. et d’un colluvionnement marqué à l’ouest vers les XVIe-XVe siècles avant notre ère (Tanchiccia). Ces dynamiques morphosédimentaires contribuent à colmater partiellement (Tanchiccia) ou complètement (Canniccia) les zones palustres de la basse vallée du Taravo. En parallèle, il faut également prendre en compte le paramètre de l’occupation humaine qui connaît un tournant majeur vers 1300-1200 av. J.-C. dans les vallées occidentales de l’île, avec un déclin notable de l’occupation des sites d’habitat. Il semblerait que des évènements sociaux-culturels, sans doute conjugués à des phénomènes hydro-climatiques défavorables, aient poussé les populations à quitter progressivement les habitats sommitaux (I Castelli) pour d’autres secteurs périphériques comme l’Alta Rocca et le Sartenais (Pêche-Quilichini, 2013), sans déclin évident des civilisations de l’Âge du Bronze. Il s’agit donc d’une réorganisation socio-culturelle face à un nouveau contexte environnemental plus qu’un réel déclin, comme des recherches en Méditerranée orientale peuvent le laisser supposer. La chronologie d’implantation des statues menhirs le long des rives du Taravo et du Sagone est encore débattue mais on l’attribue de manière relative au début de l’Âge du Bronze final (1200-1100 av. J.-C.). La présence de ces stèles témoigne également d’une fréquentation humaine dans les vallées du Taravo et du Sagone bien que les sites castraux aient été progressivement abandonnés. Par ailleurs, le phénomène de détritisme peut être mis en relation avec les phénomènes de sédimentation renforcée des cours d’eau de Corse occidentale, et daté autour de l’évènement du changement climatique rapide (RCC) de 3,2 ka BP. De nouvelles recherches paléoenvironnementales doivent être entreprises dans d’autres basses vallées fluviales de Corse occidentale et orientale de manière à déterminer d’autres manifestations des changements climatiques de l’Âge du Bronze moyen à final et de leurs conséquences sociétales. Sur ce point, des analyses palynologiques pourront peut-être aider à identifier d’éventuelles modifications des pratiques agricoles des sociétés humaines et des changements de la composition de la végétation, potentiellement révélateurs d’une dégradation climatique continue entre ca. 1600 et 1100 av. J.-C.

Haut de page

Bibliographie

Armit I., Swindles G.T., Becker K., Plunkett G., Blaauw M. (2014) – Rapid climate change did not cause population collapse at the end of the European Bronze Age. Proceedings of the National Academy of Sciences, 111 (48), 17045-17049. DOI : 10.1073/pnas.1408028111

Arnaud-Fassetta G., de Beaulieu J.L., Suc J.P., Provansal M., Williamson D., Leveau P., Aloïsi J.C., Gadel F., Giresse P., Oberlin C., Duzer D. (2000) – Evidence for an early land use in the Rhône delta (Mediterranean France) as recorded by late Holocene fluvial paleoenvironments (1640-100 BC). Geodinamica Acta, 13 (6), 377-389.
DOI : 
10.1080/09853111.2000.11105381 

Arnaud-Fassetta G., Bruneton H., Berger J.F., Beaudouin C., Boès X., Provansal M. (2005) – A ~8000-yr record of palaeohydrology and environmental change in fluviatile-influenced sediments from the urban Arles-Piton core, upper Rhône Delta, France. Zeitschrift für Geomorphologie, 49 (4), 455-484.

Arnaud-Fassetta G., Suc J.P. (2015) – Dynamique hydrogéomorphologique et végétale dans le delta du Rhône (France) de - 10 000 ans à demain. In Reynard E., Evequoz-Dayen M., Borel G. (Eds.), Le Rhône, entre nature et société, Cahiers de Vallesia, 29, 63-98.

Athersuch J., Horne D.J., Whittaker J.E. (1989) – Marine and brackish water ostracods (Superfamilies Cypridacea and Cytheracea): keys and notes for the identification of the species. In Kermack D.M., Barnes R.S.K. (Eds.), Synopses of the British Fauna, New Series, 43, 343 p.

Berger J.F., Guilaine J. (2009) – The 8200 cal. BP abrupt environmental change and the Neolithic transition: A Mediterranean perspective. Quaternary International, 200 (1-2), 31-49.
DOI : 10.1016/j.quaint.2008.05.013 

Berger J.F., Brochier J.L., Vital J., Delhon C., Thiebault S. (2007) – Nouveau regard sur la dynamique des paysages et l’occupation humaine à l’Âge du bronze en moyenne vallée du Rhône. In Mordant C., Richard H., Magny M. (Eds.), Environnements et cultures à l'âge du Bronze en Europe occidentale. Actes du 129e colloque du CTHS, Besançon, avril 2004, Editions du CTHS, Documents Préhistoriques, 21, 260-283.

BRGM (2007) – Evaluation des apports sédimentaires au golfe de Valinco en provenance des bassins versants du Taravo, Baracci et Rizzanese. Rapport final, Avril 2007.

Brooke J.L. (2014) – Climate Change and the Course of Global History: A Rough Journey. Cambridge: Cambridge University Press.

Camps G. (1990) – Statues-menhirs corses et shardanes, la fin d’un mythe. RAO, supplément n° 2, 207-215.

Carozza J.M. (2011) – L’évolution géomorphologique des basses plaines littorales méditerranéennes : un outil de compréhension des biais taphonomiques en archéologie ? Méditerranée, 117, 45-51.
DOI : 10.4000/mediterranee.5900 

Carozza J.M., Puig C., Odiot T., Valette P. (2010) – La plaine du Roussillon au cours de l’Holocène : acquis de la recherche et perspectives. In Delestre X. & Marchesi H. (dir.), Archéologie des rivages méditerranéens : 50 ans de recherche. Actes du colloque d’Arles 28-29-30 octobre 2009. Errance & Ministère de la Culture et de la Communication, Paris, 39-46.

Cesari J., Istria D., Leandri F. (2016) – Nouvelles découvertes de statues-menhirs du groupe de Sagone à Sant' Appianu (Vico, Corse-du-Sud). In Six millénaires en centre ouest Corse : Sevi, Sorru, Cruzzini, Cinarca : archéologie, histoire, architecture et toponymie. Actes du IIème colloque du Laboratoire régional d'archéologie, 15-17 novembre 2013. Patrimoine d’une île, 5, 13-23.

Cesari J., Pêche-Quilichini K. (2015) – L’Âge du bronze corse, l’émergence d’une élite. Dossiers d’archéologie, 370, 24-29.

Cesari J. (1985) – Site préhistorique de Valdarello-Cintrone Serra-di-Ferro (Corse du sud). Rapport de sauvetage urgent en 1985. Direction des Antiquités Préhistoriques de Corse, Ajaccio, 17 p.

Cline E.H. (2014) – 1177 BC, the year civilisation collapsed. Princeton, Princeton University Press, 237 p.

Conchon O. (1989) – Dynamique et chronologie du détritisme quaternaire en Corse, domaine méditerranéen montagnard et littoral. Bulletin de l'Association Française pour l'Etude du Quaternaire, 26 (4), 201-211.
DOI : 10.3406/quate.1989.1909 

Conchon O. (1999) – Le littoral de Corse (France) au Quaternaire. Quaternaire, 10(2), 95-105.
DOI : 10.3406/quate.1999.1634

Cubells J.F., Gauthier A. (2011) – Taravo, découvrir le patrimoine naturel. Centre Régional de la Documentation Pédagogique (CRDP), p. 44.

Currás A., Ghilardi M., Peche-Quilichini K., Fagel N., Vacchi M., Delanghe D., Dussouillez P., Vella C., Bontempi J.M., Ottaviani J.C. (sous presse) – Reconstructing past landscapes of the Eastern plain of Corsica (NW Mediterranean) during the last 6000 yr based on macrofaunal, sedimentological and palynological analyses. Journal of Archaeological Science: Reports.
DOI : 10.1016/j.jasrep.2016.09.016

D’Anna A., Guendon J.L., Pinet L., Tramoni P. (2007) – Le plateau de Cauria à l’âge du Bronze : de la lecture évènementielle à l’approche pluridisciplinaire anthropologique. Hommage à Roger Grosjean in Un siècle de construction du discours scientifique en Préhistoire, XXVIe Congrès Préhistorique de France « Congrès du Centenaire ». Avignon, septembre 2004, Société Préhistorique Française, Paris, 331-346.

D’Anna A., Guendon J.L., Pinet L., Tramoni P. (2006) – Espaces, territoires et mégalithes : le plateau de Cauria (Sartène, Corse-du-Sud) au Néolithique et à l’âge du Bronze. In Duhamel P. (dir.) Impacts interculturels au Néolithique moyen : du terroir au territoire : sociétés et espaces. Colloque Interrégional sur le Néolithique (Dijon, octobre 2001), Revue Archéologique de l’Est, 25 (supplément), 191-213.

Depalmas A., Melis R.T. (2011) – The Nuragic people: their settlements, economic activities and use of the land. In Martini P.I., Chesworth W. (Eds.): Landscape and Societies. Selected Cases. Springer, Netherlands, 167-185.

Dézileau L., Ruzafa A.P., Blanchemanche P., Degeai J.P., Raji O., Martinez P., Marcos C., Von Grafenstein U. (2016) – Extreme storms during the last 6500 years from lagoonal sedimentary archives in the Mar Menor (SE Spain). Climate of the Past, 12 (6), 1389-1400.
DOI : 
10.5194/cp-12-1389-2016

Di Rita F., Melis R.T. (2013) – The cultural landscape near the ancient city of Tharros (central West Sardinia): vegetation changes and human impact. Journal of Archaeological Science, 40 (12), 4271-4282.
DOI : 
10.1016/j.jas.2013.06.027 

Di Stefano C., Ferro V., Mirabile S. (2011) – Testing the grain-size distribution determined by Laser diffractometry for Sicilian soils. Journal of Agricultural Engineering, 42 (3), 39-48.
DOI : 
10.4081/jae.2011.3.39 

Drake B.L. (2012) – The influence of climatic change on the Late Bronze Age collapse and the Greek dark ages. Journal of Archaeological Science, 39 (6), 1862-1870.
DOI : 
10.1016/j.jas.2012.01.029 

Drews R. (1993) – The End of the Bronze Age: Changes in Warfare and the Catastrophe ca. 1200 B.C., Princeton University Press, 252 p.

Fassbinder J.W.E., Stanjekt H., Hojatollah V. (1990) – Occurrence of magnetic bacteria in soil. Nature, 343 (6254), 161-163.
DOI : 10.1038/343161a0

Finné M., Holmgren K., Sundqvist H.S., Weiberg E., Lidblom M. (2011) – Climate in the Eastern Mediterranean, and adjacent regions, during the past 6000 years – A review. Journal of Archaeological Science, 38 (12), 3153-3173.
DOI : 
10.1016/j.jas.2011.05.007

Fiorini F., Vaiani S.C. (2001) – Benthic foraminifers and transgressive–regressive cycles in the Late Quaternary subsurface sediments of the Po Plain near Ravenna (Northern Italy). Bollettino della Società Paleontologica Italiana, 40, 357-403.

Forzoni A., Storms J.E.A., Reimann T., Moreau J., Jouet G. (2015) – Non-linear response of the Golo River system, Corsica, France, to Late Quaternaryclimatic and sea level variations. Quaternary Science Reviews, 121, 11-27.
DOI : 
10.1016/j.quascirev.2015.04.021

Frigola J., Moreno A., Cacho I., Canals M., Sierro F.J., Flores J.A., Grimalt J.O., Hodell D.A., Curtis J.H. (2007) – Holocene climate variability in the western Mediterranean region from a deepwater sediment record. Paleoceonography, 22 (2), PA2209, p. 16.
DOI : 
10.1029/2006pa001307

Ghilardi M., Istria D., Curras A., Vacchi M., Contreras D., Vella C., Dussouillez P., Crest Y., Colleu M., Guiter F., Delanghe D. (sous presse) – Reconstructing the landscape evolution and the human occupation of the Lower Sagone River (Western Corsica, France) from the Bronze Age to the Medieval period. Journal of Archaeological Science: Reports.
DOI : 
10.1016/j.jasrep.2016.07.009

Ghilardi M., Cordier S., Carozza J.M., Psomiadis D., Guilaine J., Demory F., Delanghe-Sabatier D., Zomeni Z., Vella M.A., Bony G., Morhange C. (2015) – The Holocene fluvial history of the Tremithos River (south central Cyprus) and its linkage to archaeological records. Environmental Archaeology: The Journal of Human Palaeoecology, 20 (2), 184-201.
DOI : 
10.1179/1749631414y.0000000057

Ghilardi M., Colleu M., Pavlopoulos K., Fachard S., Psomiadis D., Rochette P., Demory F., Knodell A., Triantaphyllou M., Delanghe-Sabatier D., Bicket A., Fleury J. (2013) – Geoarchaeology of Ancient Aulis (Boeotia, Central Greece): Human occupation and Holocene landscape changes. Journal of Archaeological Science, 40 (4), 2071-2083.
DOI : 
10.1016/j.jas.2012.12.009

Ghilardi M., Kunesch S., Styllas M., Fouache E. (2008) – Reconstruction of Mid-Holocene sedimentary environments in the central part of the Thessaloniki Plain (Greece), based on microfaunal identification, magnetic susceptibility and grain-size analyses. Geomorphology, 97 (3-4), 617-630.
DOI : 10.1016/j.geomorph.2007.09.007

Guilaine J., Leandri F. (2016) – Menhirs et stèles de Corse, une hypothèse chronologique. L'Anthropologie, 120 (2), 107-124.
DOI : 10.1016/j.anthro.2016.03.001

Istria D., Harnequaux M. (2010) – Sevi - Sorru - Cruzzini - Cinarca., Ajaccio, CRDP de Corse, 37 p. ISBN 978-2-86620-251-4

Jalali B., Sicre M.A., Bassetti M.A., Kallel N. (2016) – Holocene climate variability in the North-Western Mediterranean Sea (Gulf of Lions). Climate of the Past, 12 (1), 91-101.
DOI : 
10.5194/cp-12-91-2016 

Jalut G., Dedoubat J.J., Fontugne M., Otto T. (2009) – Holocene circum-Mediterranean vegetation changes: Climate forcing and human impact. Quaternary International, 200 (1-2), 4-18.
DOI : 
10.1016/j.quaint.2008.03.012

Jalut G., Amat A.E., Bonnet L., Gauquelin T., Fontugne M. (2000) – Holocene climatic changes in the Western Mediterranean, from south-east France, to south-east Spain. Palaeogeography, Palaeoclimatology, Palaeoecology, 160 (3-4), 255-290.
DOI : 
10.1016/s0031-0182(00)00075-4

Jalut G., Amat A.E., Riera i Mora S., Fontugne M., Mook R., Bonnet L., Gauquelin T. (1997) – Holocene climatic changes in the western Mediterranean: installation of the Mediterranean climate. Comptes Rendus de l’Académie des Sciences, Paris, Sciences de la terre et des planètes, 325 (5), 327-334.
DOI : 10.1016/s1251-8050(97)81380-8

Kaniewski D., Paulissen E., Van Campo E., Weiss H., Otto T., Bretschneider J., Van Lerberghe K. (2010) – Late Second-Early First Millennium BC abrupt climate changes in coastal Syria and their possible significance for the history of the Eastern Mediterranean. Quaternary Research, 74 (2), 207-215.
DOI : 
10.1016/j.yqres.2010.07.010

Kaniewski D., Van Campo E., Guiot J., Le Burel S., Otto T., Baeteman C. (2013) – Environmental Roots of the Late Bronze Age Crisis. PLoS ONE, 8 (8).
DOI : 10.1371/journal.pone.0071004

Le Borgne E. (1955) – Susceptibilité magnétique anormale du sol superficiel. Annales de Géophysique, 11, 399-419.

Magny M., Peyron O., Gauthier E., Rouèche Y., Bordon A., Billaud Y., Chapron E., Marguet A., Petrequin P., Vannière B. (2009) – Quantitative reconstruction of climatic variations during the Bronze and early Iron ages based on pollen and lake-level data in the NW Alps, France. Quaternary International, 200 (1-2), 102-110.
DOI : 
10.1016/j.quaint.2008.03.011

Marriner N., Morhange C., Kaniewski D., Carrayon N. (2014) – Ancient harbor infrastructure in the Levant: tracking the birth and rise of new forms od anthropogenic pressure. Scientific Reports, 4, 11 p.
DOI : 
10.1038/srep05554 

Martin-Puertas C., Jiménez-Espejo F., Martinez-Ruiz F., Nieto-Moreno V., Rodrigo M., Mata M.P., Valero-Garcés B.L. (2010) – Late Holocene climate variability in the southwestern Mediterranean region: an integrated marine and terrestrial geochemical approach. Climate of the Past, 6 (6), 807-816.
DOI : 
10.5194/cp-6-807-2010

Mayewski P.A., Rohling E.E., Stager J.C., Karlen W., Maasch K.A., Meeker L.D., Meyerson E.A., Gasse F., van Kreveld S., Holmgren K., Lee-Thorp J., Rosqvist G., Rack F., Staubwasser M., Schneider R.R., Steig E.J. (2004) – Holocene climate variability. Quaternary Research, 62 (3), 243-255.
DOI : 
10.1016/j.yqres.2004.07.001

deMenocal P.B. (2001) – Cultural responses to climatic change during the late Holocene. Science, 292(5517), 667-673.
DOI : 10.1126/science.1059827

Mérimée P. (1840) – Notes d'un voyage en Corse, Paris, 256 p.

Montenegro M.E., Pugliese N. (1996) – Autoecological remarks on the ostracod distribution in the Marano and Grado Lagoons (Northern Adriatic Sea, Italy). Bollettino della Società Paleontologica Italiana, 3, 123-132.

Oldfield F. (1983) – The role of magnetic studies in palaeohydrology. In Gregory K.J. (Ed.) Background To Palaeohydrology: A Perspective. Wiley, Chichester, 141-165.

Pêche-Quilichini K. (2013) – De l’Âge du Bronze à l’Âge du Fer entre Ortolu et Rizzanese (Corse du sud) (II) : hypothèses paléodémographiques et territoriales. Etudes Corses, 76, 9-37.

Pêche-Quilichini K. (2011) – Les monuments turriformes de l’âge du bronze en Corse : tentative de caractérisation spatiale et chronologique sur fond d’historiographie. In Garcia D. (Ed.), L’Âge du bronze en Méditerranée – Recherches récentes. Editions Errance, 155-170.

Péres J.M. (1982) – Major benthic assemblages. In Kinne O. (Ed.), Marine Ecology, Part 1, vol. 5. Wiley, Chichester, 373-522.

Péres J.M., Picard J. (1964) – Nouveau manuel de Bionomie benthique de la Mer Méditerranée. Recueil des Travaux de la station Marine d'Endoume 47 (31), 3-137.

Reille M. (1998) – Diagramme palynologique du marais de Canniccia, Service Régional de l’Archéologie, DRAC Corse, inédit, 1 p.

Reimer P.J., McCormac F.G. (2002) – Marine radiocarbon reservoir corrections for the Mediterranean and Aegean Seas. Radiocarbon, 44 (01), 159-166.
DOI : 
10.1017/s0033822200064766

Reimer P.J., Bard E., Bayliss A., Beck J.W., Blackwell P.G., Bronk Ramsey C., Buck C.E., Cheng H., Edwards R.L., Friedrich M., Grootes P.M., Guilderson T.P., Haflidason H., Hajdas I., Hatte C., Heaton T.J., Hogg A.G., Hughen K.A., Kaiser K.F., Kromer B., Manning S.W., Niu M., Reimer R.W., Richards D.A., Scott E.M., Southon J.R., Turney C.S.M., van der Plicht J. (2013) – IntCal13 and MARINE13 radiocarbon age calibration curves 050000 years cal BP. Radiocarbon, 55 (4).
DOI : 
10.2458/azu_js_rc.55.16947

Ruiz F., Gonzalez-Regalado M.L., Baceta J.I., Menegazzo-Vitturi L., Pistolato M., Rampazzo G., Molinaroli E. (2000) – Los ostrácodos actuales de la laguna de Venecia (NE de Italia). Geobios, 33 (4), 447-454.
DOI : 
10.1016/s0016-6995(00)80078-9

Sabatier P. (2012) – Increased storm activity during Holocene cold events in the NW Mediterranean Sea. In Abstract book, INQUA, Bern Switzerland, 21-27th July 2011. Quaternary International, 279-280, 420.
DOI : 
10.1016/j.quaint.2012.08.1354

Sabatier P., Dézileau L., Colin C., Briqueu L., Bouchette F., Martinez P., Siani G., Raynal O., Von Grafenstein U. (2012) – 7000 years of paleostorm activity in the NW Mediterranean Sea in response to Holocene climate events. Quaternary Research, 77 (1), 1-11.
DOI : 
10.1016/j.yqres.2011.09.002

Sabatier P., Dézileau L., Blanchemanche P., Siani G., Condomines M., Bentaleb I. Piquès G. (2010) – The Holocene variations of radiocarbon reservoir ages in a mediterranean lagoonal system. Radiocarbon, 52 (1), 91-102.
DOI : 
10.1017/s0033822200045057

Sgarrella F., Moncharmont Zei M. (1993) – Benthic Foraminifera of the Gulf of Naples (Italy): systematics and autoecology. Bollettino Società Paleontologica Italiana, 32, 145-264.

Siani G., Paterne M., Arnold M., Bard E., Métivier B., Tisnerat N., Bassinot F. (2000) – Radiocarbon reservoir ages in the Mediterranean Sea and Black Sea. Radiocarbon, 42 (2), 271-280.
DOI : 10.1017/s0033822200059075

Simi P. (1981) – Précis de géographie physique, humaine et régionale de la Corse. Coll. "Corse d'hier et de demain". Bulletin de la Société des Sciences Historiques et Naturelles de la Corse, Bastia, 2, 608 p.

Tsonis A.A., Swanson K.L., Sugihara G., Tsonis P.A. (2010) – Climate change and the demise of the Minoan civilization. Climate of the Past, 6 (4), 525-530.
DOI : 10.5194/cp-6-525-2010

Vacchi M., Ghilardi M., Currás A. (2016) – Variations relatives du niveau moyen de la mer en Corse au cours des 6000 dernières années. In Ghilardi M. (Ed.), La géoarchéologie des îles de Méditerranée, Actes du colloque GEOMEDISLANDS (30 juin-2 juillet 2015, Cargèse), CNRS éditions Alpha, 97-108.

Vacchi M., Ghilardi M., Curras A., Spada G., Robresco S. (sous presse) – New insights into the sea-level evolution in Corsica (NW Mediterranean) since the Late Neolithic. Journal of Archaeological Science: Reports.
DOI : 10.1016/j.jasrep.2016.07.006

Vella M.A., Tomas E., Thury-Bouvet G., Muller S. (2014a) – Nouvelles données sur le petit âge de glace en Corse : apports de l’analyse croisée des informations géomorphologique, palynologique et archéologique de la Piève de Sato Pietro (Désert de l’Agriate, Corse). Méditerranée, 122, 99-111.
DOI : 10.4000/mediterranee.7170

Vella M.A., Ghilardi M., Cesari J., Leandri F., Pêche-Quilichini K., Demory F., Delanghe-Sabatier D., Ottaviani-Spella M.M., Tabbagh A. (2014b) – Evolution morpho-sédimentaire des marais de Canniccia à l’Holocène récent: implications paléoenvironnementales pour l’occupation du site d’I Calanchi/Sapar’Alta entre le Néolithique final et l’âge du Bronze final. In Sénépart I., Léandri F., Cauliez J., Perrin T., Thirault E. (Eds.), Chronologie de la Préhistoire récente dans le sud de la France. Actualités de la Recherche. Actes du colloque 10e Rencontres Méridionales de Préhistoire Récente (Porticcio, 18-20 Octobre 2012), Archives d’Ecologie Préhistorique, Toulouse, 351-360.

Vella C., Costa K., Istria D., Dussouillez P., Ghilardi M., Fleury J., Delanghe D., Demory F., Cibecchini F., Moreau J., Jouët G. (2016) – Evolution du fleuve Golo autour des sites antique et médiéval de Mariana (Corse, France). In Ghilardi M. (Ed.), La géoarchéologie des îles de Méditerranée. Actes du colloque GEOMEDISLANDS, 30 juin-2 juillet 2015, Cargèse. CNRS éditions Alpha, 229-244.

Vezza R. (1988) – Les formations métamorphiques de Zicavo (Corse centrale) et leur signification dans le cadre de l'orogène Varisque en Méditerranée. Comptes Rendus de l’Académie des sciences, 306 (11), 725-729.

Vött A. (2007) – Relative sea level changes and regional tectonic evolution of seven coastal areas in NW Greece since the mid-Holocene. Quaternary Science Reviews, 26 (7-8), 894-919.
DOI : 
10.1016/j.quascirev.2007.01.004

Walden J., Slattery M. (1993) – Verification of a simple gravity technique for separation of particle size fractions suitable for mineral magnetic analysis. Earth Surface Processes and Landforms, 18 (9), 829-833.
DOI : 
10.1002/esp.3290180907

Weiss H. (1982) – The decline of Late Bronze Age civilization as a possible response to climatic change. Climatic Change, 4 (2), 173-198.
DOI : 
10.1007/bf02423389

Weston D.G. (2004) – The influence of waterlogging and variations in pedology and ignition upon resultant susceptibilities: a series of laboratory reconstructions. Archaeological Prospection, 11(2), 107-120.
DOI : 
10.1002/arp.230

Weninger B., Alram-Stern E., Bauer E., Clare L., Danzeglocke U., Joris O., Claudia K.E., Gary R.F., Todorova H., van Andel T. (2006) – Climate forcing due to the 8200 cal yr BP event observed at Early Neolithic sites in the eastern Mediterranean. Quaternary Research, 66 (3), 401-420.
DOI : 10.1016/j.yqres.2006.06.009

Haut de page

Annexe

Abridged English version

The controversial debate on the (purported) Bronze Age civilisation collapse in the Mediterranean has produced an abundant literature over the last decades (Weiss, 1982; Drews, 1993; Kaniewski et al., 2013; Cline, 2014). Most of the works are either exclusively based on literary sources and archaeological data or are only based on paleoecological proxies. There are few studies that combine both approaches. In addition, much of this literature is dominated by catastrophists, and is deterministic in that many writers consider that natural extreme events (mainly earthquakes and tsunamis) and rapid climate changes (sudden drought; Drake, 2012) led to the collapse of Eastern Mediterranean civilisations such as the Minoan (Tsonis et al., 2010) and the Levantine realms. However, recently a few alternative theories have questioned this deterministic approach, based on geoarchaeological data (Armit et al., 2014), and indicate that past human societies were resilient to environmental changes and developed various social responses. In the Western Mediterranean, and in the South France in particular, major research conducted within the middle and the lower river valleys reveal that the Bronze Age is a period of important environmental evolution. Aridity, caused by a general drought, together with high human pressure on the valleys, created significant incision and fluvio-torrential activity in the rivers during the 2nd millennium BC (Berger et al., 2007). In the western Mediterranean islands, some research has been conducted in order to study, and disentangle, the complex relationships between environmental changes (abrupt, or on a longer time period) and the related resilience of human societies. The 2nd Millennium BC also saw extreme surges and storms along the western Mediterranean shoreline, mainly observed during the cold period dated to 3600-1200 cal. BP. Along the Languedoc coastline, lagoons record an increase of storm events during this period (Sabatier et al., 2010), and similar observations have been made in Spain (Dézileau et al., 2016). In Corsica, the fourth largest Mediterranean island, Bronze Age occupation (ca. 2250-800 cal. BC) is well attested and documented. The second Millennium BC comprises a major settlement shift with the occupation of the river valleys of the western and southwestern areas of the island. During the Middle Bronze Age (ca. 1600-1200 BC), settlement sites are mainly found on the crests and summits overlooking the lower river valleys and looking towards the sea. Their architecture includes defended towers (locally called “Torre”) built with large fortification walls and dry-stone areas. Archaeological excavation carried out over the last decades has not revealed any destruction layers, thus questioning the theory of an invasion by “Sea People”, locally called “Sardhanes”. At the end of the Middle Bronze Age, the Torre are almost abandoned and human groups moved to surrounding areas of the Taravo and Sagone valleys, in the region of Sartene and Alta Rocca (Pêche-Quilichini, 2013). During the Late Bronze Age period (1200-800 BC), the novel feature is the emergence of menhir statues. Many theories have been proposed concerning their origin and their location. Indeed, most of them they are adjacent to river channels and wetlands and are thought to “protect” water resources from any silting up (D’Anna et al., 2004, 2007). The Taravo and Sagone valleys are amongst the most densely settled of the Corsican valleys during Bronze Age and possess a series of freshwater ponds in their lower reaches. A geoarchaeological project has been conducted in both valleys in order to evaluate the impacts of the environmental changes on the landscape history and the human occupation; changes that include a record of extreme natural events (storms and fluvial floods). A series of four boreholes have been drilled within two freshwater ponds (Tanchiccia -T- and Canniccia -C1 and C2-) of the lower Taravo and of the Sagone deltaic plain (Sagone -S-). Laboratory methods comprised laser grain-size analyses, mollusc and microfaunal (ostracods and foraminifera) identifications. Magnetic susceptibility measurements were taken along the cores and on samples from across the drainage basin scale in order to identify the potential sedimentary sources of the fine-grained deposits recorded in Canniccia and Tanchiccia ponds. In addition, a series of 27 radiocarbon dates, from marine and lagoonal shells, peat, organic sediment and plant remains, facilitated the creation of a chronostratigraphic sequence for every core. Results indicate major environmental changes during the Bronze Age: in the Sagone Plain, a freshwater pond occupied the lower valley from at least 1600 cal. BC until the 11th Century BC (beginning of the Late Bronze Age). Subsequently, a marine incursion occurred approximately from the 11th to the 8th centuries BC, followed by a deltaic progradation, which has continued up until today. Sedimentological results reveal that at least four major storm events are recorded within the pond deposits from ca. 1400 to 1100 cal. BC. They consist of a homogeneous sandy layer (mean grain size of ca. 300 µm) intercalated between peat and rich organic deposits. The microscopic analyses reveal the presence of benthic foraminifera (Elphidium crispum and Cibicides sp.) together with rare and very well preserved lagoonal ostracods (exclusive presence of Cyprideis torosa). The forams are altered and indicate a high transport capacity, while the ostracods indicate a short-distance transport or a very local origin. In the lower Taravo river, similar marine incursions (probably related to storm events) are observed in the Tanchiccia pond, but dated to an earlier period; the 17th-16th Centuries cal. BC. Both sites correlate nicely with results obtained from along the Languedoc coastline of France where storm events have been dated to the Middle to Late Bronze Age (Sabatier et al., 2010). For the Taravo and the Sagone lower valleys, the increase of storm deposits is followed by a major environmental change: the freshwater ponds turned into brackish to lagoonal environments. The Canniccia pond, located on the east bank of the lower Taravo valley, records a mid to Late Holocene history of sedimentation. Two main phases of peat development are attested to from ca. 1550-1300 cal. BC and from ca. 1000 cal. BC onward. In addition, two periods of complete silting up of the swamps are attested to during the Early Bronze Age and the Late Bronze Age with impressive sediment accretion from ca. 1300 to 1000 cal. BC with rates of ca. 75 cm per century. Magnetic susceptibility measurements combined with laser grain-size distribution reveal two distinct sedimentary sources: during Early Bronze Age, the signal (showing low values) is independent from the grain size distribution (mainly fine to very coarse sands and gravels) and a local granitic source is likely, meanwhile during Late Bronze Age, a relationship between the mean grain size and the general increase of the magnetic susceptibility signal is established. A magnetic susceptibility mapping of the formations and alluvial deposits at the Taravo drainage basin scale exhibits high values for basic and ultrabasic rocks (mainly gabbros and diorites) while granite (except granodiorites) show low values in general. Based on the magnetic susceptibility signal, the catchment basin has been divided into three sectors, depending on the values obtained (from the upper reaches to the river mouth: sectors Z1, Z2 and Z3). It is notable that the upper and the lower catchment basins (sector Z1 and Z3) indicate low signals for the rocks, while sector Z2 exhibits very high values due to the outcropping of gabbro, peridotite and diorite formations. As a direct consequence, the signal of the alluvial deposits is higher in Z2 than in Z1 and Z3. The comparison of the magnetic fraction of sediments from C2 borehole and the Taravo fluvial deposits reveals that the richest granulometric fraction in magnetic minerals is comprised between 63 and 400 µm (fine to medium sands). From an archaeological point of view, sector Z2 was the most densely settled area during the Bronze Age, with important concentration of Torre and menhir statues. The results reveal that a combination of natural processes, corresponding to the global aridity observed during the 3.6-3.1 ka BP period (with peak during the 3.2 ka RCC event), combined with a high erosion/incision of the slopes due to intense human occupation, created a series of catastrophic floods in the lower river valley, that includes the Canniccia pond. The consequences of such a combination of climatic and socio-cultural parameters led to the displacement of populations to surrounding valleys (Pêche-Quilicihini, 2013). In such a context, the menhir statues were probably erected during the early phases of the Late Bronze Age, in order to “protect” freshwater wetlands from any silting up, similar observations have also been made for the Sartene area (D’Anna et al., 2007).

The geoarchaeological study of the Taravo and Sagone river valleys reveals a series of environmental events during the second millennium BC that broadly corresponds to the Bronze Age in Corsica. Amongst these phenomena, an increase of storm deposits is registered for the period 1600-1000 cal. BC, that also provoked the change from freshwater conditions to brackish and marine environments at the end of the 2nd millennium BC in the Sagone Valley and ca. 1650-1500 cal. BC in the west bank of the Taravo valley (Tanchiccia pond). Combined with these environmental modifications, a migration of the shoreline and site abandonments are observed in both cases. Meanwhile, menhir statues are probably erected during the last centuries of the 2nd millennium BC as a symbolic action designed to “protect” the only available freshwater resources from silting up.

This article provides an assessment of the complex relationships between climate changes and human resilience to environmental evolution. The geoarchaeological approach privileged here helps reveal that despite a series of extreme environmental events, linked with storms and high phases of detritism, Bronze Age human populations adapted to the changing landscape and to the availability of natural resources (mainly freshwater). Socio-cultural mutations, together with spatial reorganisation of the habitats in the surrounding valleys and inland areas were the responses to the relatively rapid environmental changes. Thus, our results clearly indicate that Bronze Age civilisation in Corsica did not collapse due to extreme environmental events, and in fact provide evidence for successful socio-cultural evolution.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Carte de localisation des secteurs d’étude et du contexte géologique (données BRGM).Fig. 1 – Location map of the study areas and geological background (BRGM data).
Légende 1. Alluvions (Holocène) ; 2. Granite subsolvus et hypersolvus à biotite (Permien) ; 3. Rhyolite (régions d’Albitreccia et de Guargalé, Carbonifère supérieur) ; 4. Complexe basique et ultra basique composé de gabbros et de diorites (Carbonifère inférieur) ; 5. Granite leucocrate (Carbonifère inférieur) ; 6. Granodiorite à grain moyen (Carbonifère inférieur) ; 7. Granodiorite et monzogranite à gros grain (Carbonifère inférieur) ; 8. Monzogranite porphyroïde ou à grain moyen (région de Sagone, Carbonifère inférieur) ; 9. Gneiss et migmatites (région de Zicavo, anté-Silurien) ; Cors.. Corse ; Sard.. Sardaigne ; Tyrrh.. Mer Tyrrhénienne ; les carrés noirs représentent des localités ; les triangles indiquent un sommet avec leur altitude en m.1. Alluvial deposits (Holocene); 2. Subsolvus and hypersolvus granite with biotite (Permian); 3. Rhyolite (areas of Albitreccia and Guargalé, Upper Carboniferous); 4. Basic and ultra-basic formations composed by gabbros and diorites (Lower Carboniferous); 5. Leucocrate granite (Lower Carboniferous); 6. Medium grained granodiorite (Lower Carboniferous); 7. Granodiorite and coarse grained monzogranite (Lower Carboniferous); 8. Porphyroide monzogranite or medium grained monzogranite (area of Sagone, Lower Carboniferous); 9. Gneisses and migmatites (areas of Zicavo, Pre-Silurian period); Cors.. Corsica; Sard.. Sardinia; Tyrrh.. Tyrrhenian Sea; black squares indicate the modern towns; triangles indicate summits with their elevation in m.
URL http://geomorphologie.revues.org/docannexe/image/11625/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 3,3M
Titre Fig. 2 – Carte de localisation des carottages et des sites de l’Âge du Bronze.Fig. 2 – Location map of the boreholes and sites dated from Bronze Age.
Légende A. Basse vallée du Sagone. B. Basse vallée du Taravo. 1. Marais continental ayant existé entre 1600 et 1100 av. J.-C. (Ghilardi et al., sous presse) ; 2. Limite de l’extension marine vers 1200 av. J.-C. ; 3. Statue menhir (source. BD Patriarche, SRA Corse) ; 4. Groupement de statues menhirsa : a. Statue menhir de l’Homme d’Appriciani, b. Groupement de statues menhir de Sant’Appianu de Sagone (au moins 4 individus ont été identifiés ; Cesari et al., 2016), c. Statue menhir de Musolu, d. Statue menhir de l’Isula, e. Statue menhir du Paladinu ; 5. Site d’habitat daté de l’Âge du Bronze (source. BD Patriarche, SRA Corse) ; 6. Site d’I Calanchi Sapar’Alta (Bronze ancien) ; 7. Valdarello-Cintrone (Bronze moyen à final). Les cercles rouges indiquent la position des carottages (S. Sagone ; T. Tanchiccia ; C1. Canniccia 1 ; C2. Canniccia 2) étudiés dans cet article.A. Lower Sagone valley. B. Lower Taravo valley. 1. Freshwater pond dated from ca. 1600 to 1100 cal. BC (Ghilardi et al., sous presse); 2. Extent of the shoreline at ca. 1200 cal. BC; 3. Menhir statue (source: BD Patriarche, SRA Corse); 4. Group of menhir statues, a. Menhir statue of the Man of Appriciani, b. Group of menhir statues of Sagone Sant’Appianu (at least 4 megaliths are identified; Cesari et al., 2016), c. Menhir statue of Musolu, d. Menhir statue of l’Isula, e. Menhir statue of Paladinu; 5. Bronze Age site of occupation (source. BD Patriarche, SRA Corse); 6. I Calanchi Sapar’Alta Early Bronze Age site; 7. Valdarello-Cintrone (Mid to Late Bronze Age). Red circles indicate the locations of the boreholes (S. Sagone; T. Tanchiccia; C1. Canniccia 1; C2. Canniccia 2) studied for the present article.
URL http://geomorphologie.revues.org/docannexe/image/11625/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 2,0M
Titre Fig. 3 – Carte de répartition des sites de l’Âge du Bronze dans la vallée du Taravo.Fig. 3 – Location map of the sites dated from the Bronze Age within the Taravo catchment basin.
Légende 1. Site d’habitat du Bronze ancien à moyen (Torre et fortifications, source. BD Patriarche, SRA Corse) ; 2. Statue menhir daté du Bronze final (1200-800 av. J.-C., source. BD Patriarche, SRA Corse) ; 3. Localités modernes.1. Sites dated from Early to Mid- Bronze Age (Torre and fortifications; source. BD Patriarche, SRA Corse); 2. Menhir dated from Late Bronze Age (1200-800 BC, source. BD Patriarche, SRA Corse); 3. Modern towns.
URL http://geomorphologie.revues.org/docannexe/image/11625/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,7M
Titre Tab. 1 – Coordonnées des carottages exprimées en WGS 84.Tab. 1 – Geographic coordinates of the boreholes (expressed in WGS 84 geodetic system).
URL http://geomorphologie.revues.org/docannexe/image/11625/img-4.png
Fichier image/png, 17k
Titre Tab. 2 – Résultats des datations par le radiocarbone.Tab. 2 – Radiocarbon dating results.
Légende * indique que les échantillons ont été corrigés avec la courbe de calibration MARINE13 (ΔR=46 ± 40) (Siani et al., 2000) ; ** indique que les résultats 14C ont été publiés dans Ghilardi et al. (sous presse).* indicates that samples were corrected using MARINE13 calibration curve (ΔR=46 ± 40) (Siani et al., 2000); ** indicates that 14C results have been published in Ghilardi et al. (in press).
URL http://geomorphologie.revues.org/docannexe/image/11625/img-5.png
Fichier image/png, 100k
Titre Fig. 4 – Log descriptif des différents environnements et analyses sédimentologiques (susceptibilité magnétique, granulométrie LASER et teneur en matière organique) pour le carottage Tanchiccia.Fig. 4 – Core profile of Tanchiccia borehole where the environments and the sedimentological results (magnetic susceptilibity measurement at low frequency, LASER grain size and organic matter content) are presented.
Légende 1. Dépôts colluviaux ; 2. Tourbe ; 3. Niveau riche en débris de bivalves lagunaires de type Cerastoderma glaucum et Abra segmentum (pas morts in situ) pris dans une matrice tourbeuse ; 4. Environnement lagunaire (dépôt in situ de bivalves de type Cerastoderma glaucum) ; 5. Marais actuel (traces d’oxydation)1. Slope debris; 2. Peat; 3. Rich layer of Cerastorderma glaucum and Abra segmentum lagoonal bivalves (not dead in situ) mixed with peaty sediments; 4. Lagoonal sediments (Cerastoderma glaucum bivalves found in situ); 5. Modern freshwater pond sediments (traces of oxidation).
URL http://geomorphologie.revues.org/docannexe/image/11625/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Titre Fig. 5 – Log descriptif des différents environnements et analyses sédimentologiques (susceptibilité magnétique, granulométrie LASER et teneur en matière organique) pour le carottage Canniccia 1.Fig. 5 – Core profile of Canniccia 1 borehole where the environments and the sedimentological results (magnetic susceptibility measurements at low frequency, LASER grain size and organic matter content) are presented.
Légende 1. Colluvions ; 2. Alluvions moyennes à fines ; 3. Sédiment tourbeux ; 4. Dépôts palustres actuels.1. Coarse slope debris; 2. Medium to fine grained alluvial deposits; 3. Peaty sediment; 4. Modern freshwater pond deposits.
URL http://geomorphologie.revues.org/docannexe/image/11625/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 692k
Titre Fig. 6 – Log descriptif des différents environnements et analyses sédimentologiques (susceptibilité magnétique, granulométrie LASER et teneur en matière organique) pour le carottage Canniccia 2.Fig. 6 – Core profile of Canniccia 2 borehole where the environments and the sedimentological results (magnetic susceptibility measurement at low frequency, LASER grain size and organic matter content) are presented.
Légende 1. Colluvions ; 2. Alluvions moyennes à fines ; 3. Sédiment tourbeux ; 4. Dépôts palustres actuels.1. Coarse slope debris; 2. Medium to fine grained alluvial deposits; 3. Peaty sediment; 4. Modern freshwater pond deposits.
URL http://geomorphologie.revues.org/docannexe/image/11625/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 488k
Titre Fig. 7 – Granulométrie vs. χlf pour les sédiments d’origine détritique prélevés à partir des carottages T, C1 et C2.Fig. 7 – Grain size vs. χlf for detrital sediments sampled on T, C1 and C2 boreholes.
Légende A. Moyenne vs. χlf pour les carottages T, C1 and C2. B. Mode vs. χlf pour les carottages T, C1 and C2. C. Moyenne vs. χlf pour les carottages T, C1, C2 et les alluvions du Taravo.A. Mean vs. χlf for T, C1 and C2 cores. B. Mode vs. χlf for T, C1 and C2 cores. C. Mean vs. χlf for T, C1 and C2 cores together with alluvial deposits from the Taravo River.
URL http://geomorphologie.revues.org/docannexe/image/11625/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 712k
Titre Fig. 8 – Susceptibilité magnétique vs. Température pour les carottages C1 (A : Can1C6, profondeur : 4,90 m) et C2 (B : Can2C4, profondeur : 3,69 m) et des alluvions du Taravo (C : fraction granulométrique comprise entre 63 et 400 µm pour l’échantillon Taravo 3 -basse vallée- et D ; fraction granulométrique comprise entre 63 et 400 µm pour l’échantillon Taravo 4 -basse vallée-).Fig. 8 – Magnetic susceptibility vs. Temperature for C1 (A: Can1C6, depth: 4.90 m) and C2 (B: Can2C4, depth: 3.69 m) boreholes and for Taravo alluvial sediments (C: granulometric fraction comprised between 63 and 400 µm for the sample Taravo 3 -Lower valley- and D: granulometric fraction comprised between 63 and 400 µm for the sample Taravo 4 -Lower valley).
Légende La courbe rouge représente la chauffe et la courbe bleue représente le refroidissement.The red curve indicates the heating process while the blue curve corresponds to the cooling process.
URL http://geomorphologie.revues.org/docannexe/image/11625/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 424k
Titre Fig. 9 – Log descriptif des différents environnements pour le carottage Sagone. Pour plus de détails concernant les analyses de laboratoire, se référer à l’article Ghilardi et al. (sous presse).Fig. 9 – Core profile of Sagone borehole where the environments are presented. For more detailed presentation of the laboratory analyses, please check the following reference; Ghilardi et al., (sous presse).
Légende A. Photographie au stéréomicroscope (grossissement x10) des minéraux contenus dans l’échantillon Sagone 4,90 m (environnement marin). B. Distribution granulométrique des sédiments marins (4,90 m) et dépôts de tempêtes (5,00 et 5,16 m) ; noter la bonne superposition du mode. C. Assemblage composé de foraminifères et de gastéropodes caractéristique d’environnements marins. D. Cibicides sp. (foraminifère benthique). E. Cyprideis torosa (ostracode lagunaire). F. Elphidium crispum (foraminifère benthique). 1. Argiles organiques ; 2. Sables moyens à grossiers ; 3. Sables fins à moyens ; 4. Argiles grises ; 5. Sables fins à moyens jaunes.A. Grains derived from marine sample Sagone 4.90 m. B. Laser grain-size distribution (cumulated percentages) of marine and storm samples; please note the good superimposition of the curve. C. Assemblage of characteristic foraminifera and gastropods from marine environment. D. Cibicides sp. (shallow marine benthic foraminifera). E. Cyprideis torosa (lagoonal ostracod). F. Elphidium crispum (shallow marine benthic foraminifera).1. Organic clays; 2. Medium to coarse sands; 3. Fine to medium sands; 4. Gray clays; 5. Fine to medium yellowish sands.
URL http://geomorphologie.revues.org/docannexe/image/11625/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 1,6M
Titre Fig. 10 – Cartographie des valeurs de susceptibilité magnétique des formations géologiques et alluviales du Taravo.Fig. 10 – Magnetic susceptibility mapping of geological and alluvial formations of the Taravo drainage basin together with Bronze Age sites and menhirs.
Légende Arrière-plan : contexte géologique (données BRGM) et données topographiques ASTER. 1. Alluvions (Holocène) ; 2. Granite subsolvus et hypersolvus à biotite (Permien) ; 3. Rhyolite (régions d’Albitreccia et de Guargalé, Carbonifère supérieur) ; 4. Complexe basique et ultra basique composé de gabbros et de diorites (Carbonifère inférieur) ; 5. Granite leucocrate (Carbonifère inférieur) ; 6. Granodiorite à grain moyen (Carbonifère inférieur) ; 7. Granodiorite et monzogranite à gros grain (Carbonifère inférieur) ; 8. Gneiss et migmatites (région de Zicavo, anté-Silurien) ; A. Site d’habitat du Bronze ancien à moyen (Torre et fortifications, source. BD Patriarche, SRA Corse) ; B. Statue menhir daté du Bronze final (1200-800 av. J.-C., source. BD Patriarche, SRA Corse) ; C. localités modernes. Z1, Z2 et Z3 renvoient à la cartographie de susceptibilité magnétique des alluvions (cercles bleus) et des roches (carrés rouges) du bassin versant du Taravo (section 6.2) ; en haut à gauche : valeurs de susceptibilité magnétique de la basse vallée du Taravo exprimées en fonction du type de matériau mesuré (cercles bleus. alluvions et carrés rouges. roches).Background: geological data from BRGM and ASTER elevation data. 1. Alluvial deposits (Holocene); 2. Subsolvus and hypersolvus granite with biotite (Permian); 3. Rhyolite (areas of Albitreccia and Guargalé, Upper Carboniferous); 4. Basic and ultra-basic formations composed by gabbros and diorites (Lower Carboniferous); 5. Leucocrate granite (Lower Carboniferous); 6. Medium grained granodiorite (Lower Carboniferous); 7. Granodiorite and Coarse grained monzogranite (Lower Carboniferous); 8. Gneisses and migmatites (areas of Zicavo, Pre-Silurian period); A. Sites dated from Early to Mid- Bronze Age (Torre and fortifications; source. BD Patriarche, SRA Corse); B. Menhir dated from Late Bronze Age (1200-800 BC, source. BD Patriarche, SRA Corse); C. modern towns. Z1, Z2 and Z3 refer to the magnetic susceptibility mapping for alluvial deposits (blue circles) and rocks (red squares) of the Taravo drainage basin (section 6.2); Top left: magnetic susceptibility values of the Lower Taravo valley expressed according to the type of material sampled (blue circles. alluvial deposits and red squares. rocks).
URL http://geomorphologie.revues.org/docannexe/image/11625/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 1,8M
Titre Tab. 3 – Résultats de susceptibilité magnétique pour les alluvions prélevés dans le bassin versant du Taravo. Des mesures globales et par fraction granulométrique ont été réalisées sur l’ensemble des échantillons.Tab. 3 – Magnetic susceptibility measurements for alluvial deposits sampled within the Taravo drainage basin. Global signal together with granulometric fractioning have been performed on all samples.
URL http://geomorphologie.revues.org/docannexe/image/11625/img-13.png
Fichier image/png, 68k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Matthieu Ghilardi, Doriane Delanghe, François Demory, Franck Leandri, Kewin Pêche-Quilichini, Matteo Vacchi, Marc-Antoine Vella, Veronica Rossi et Sébastien Robresco, « Enregistrements d’événements extrêmes et évolution des paysages dans les basses vallées fluviales du Taravo et du Sagone (Corse occidentale, France) au cours de l’âge du Bronze moyen à final : une perspective géoarchéologique », Géomorphologie : relief, processus, environnement, vol. 23 – n° 1 | 2017, 15-35.

Référence électronique

Matthieu Ghilardi, Doriane Delanghe, François Demory, Franck Leandri, Kewin Pêche-Quilichini, Matteo Vacchi, Marc-Antoine Vella, Veronica Rossi et Sébastien Robresco, « Enregistrements d’événements extrêmes et évolution des paysages dans les basses vallées fluviales du Taravo et du Sagone (Corse occidentale, France) au cours de l’âge du Bronze moyen à final : une perspective géoarchéologique », Géomorphologie : relief, processus, environnement [En ligne], vol. 23 – n° 1 | 2017, mis en ligne le 09 mars 2017, consulté le 22 août 2017. URL : http://geomorphologie.revues.org/11625 ; DOI : 10.4000/geomorphologie.11625

Haut de page

Auteurs

Matthieu Ghilardi

Centre Européen de Recherche et d’Enseignement en Géoscience et Environnement (CEREGE UM 34, UMR 7330 CNRS, Collège de France, IRD), Europôle de l’Arbois – BP 80 13545 Aix-en-Provence, France (ghilardi@cerege.fr). Tél : +33 4 42 97 17 78.

Articles du même auteur

Doriane Delanghe

Centre Européen de Recherche et d’Enseignement en Géoscience et Environnement (CEREGE UM 34, UMR 7330 CNRS, Collège de France, IRD), Europôle de l’Arbois – BP 80 13545 Aix-en-Provence, France (delanghe@cerege.fr).

François Demory

Centre Européen de Recherche et d’Enseignement en Géoscience et Environnement (CEREGE UM 34, UMR 7330 CNRS, Collège de France, IRD), Europôle de l’Arbois – BP 80 13545 Aix-en-Provence, France (demory@cerege.fr).

Articles du même auteur

Franck Leandri

Direction Régionale des Affaires Culturelles (Corse), Ministère de la Culture et de la Communication, TRACES UMR 5608 CNRS – Villa San Lazaro, 1, Chemin de La Pietrina, CS 10003, 20704 Ajaccio cedex 9, France (franck.leandri@culture.gouv.fr).

Kewin Pêche-Quilichini

INRAP-Méditerranée, RO Protohistoire Corse – 561, rue Etienne Lenoir Km Delta, 30900 Nîmes, France | CNRS UMR 5140 ASM, Université Montpellier III, MCC – 34970 Lattes, France (baiucheddu@gmx.fr).

Matteo Vacchi

Université P. Valéry Montpellier 3, CNRS UMR 5140 ASM, Labex Archimede, 34970 Lattes / Montpellier, France (matteo.vacchi@gmail.com).

Marc-Antoine Vella

Institut français d’études andines – La Paz, Bolivie (marc-antoine.vella@ifea.org.pe).

Articles du même auteur

Veronica Rossi

Universita di Bologna, Dipartimento di Scienze della Terra e Geologico Ambientali – Via Zamboni, 67 Bologna, Italia (veronica.rossi4@unibo.it).

Articles du même auteur

Sébastien Robresco

SIGOSphère, 1 bis Montée des Forts – 69300 Caluire et Cuire, France (srobresco@sigosphere.com).

Haut de page

Droits d’auteur

© Groupe français de géomorphologie

Haut de page
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Groupe français de géomorphologie
  • Revues.org