Navigation – Plan du site

Les transformations anthropiques d’un cours d’eau de faible énergie et leurs conséquences, approche géomorphologique et géoarchéologique dans la moyenne vallée de la Seulles, Normandie

The anthropogenic transformations of a low energy river and their consequences, geomorphological and geoarchaeological approach in the Seulles valley, Normandy
Axel Beauchamp, Laurent Lespez, Anne-Julia Rollet, Cécile Germain-Vallée et Daniel Delahaye

Résumés

En Normandie, la connaissance des dynamiques hydrosédimentaires des cours d'eau pendant la mise en place des nombreux aménagements hydrauliques au cours du Moyen-Âge et de l’Époque moderne est très fragmentaire. On connaît mal les rythmes d'érosion et de sédimentation des cours d'eau normands durant les deux derniers millénaires ainsi que les forçages anthropiques et climatiques qui ont influencé ces processus. L'enjeu est aujourd'hui de comprendre et de mesurer la part des héritages hydrauliques dans le fonctionnement actuel des cours d’eau afin d’aider à leur gestion contemporaine. Pour apporter des éléments de réponse, des recherches géomorphologiques et géoarchéologiques ont été menées dans la moyenne vallée de la Seulles. Celles-ci mettent en exergue le poids des aménagements hydrauliques et notamment les aménagements liés aux moulins dans la mise en place de la plaine alluviale. La structuration complète du cours d'eau depuis le Moyen-Âge central a complètement transformé le tracé de la Seulles ainsi que la pente de la ligne d'eau. Elle a cloisonné le lit mineur favorisant sa stabilité latérale et la sédimentation par débordement dans la plaine alluviale. Cela est visible en de nombreux sites comme celui du Heuzé. Cette structuration et l'accélération de la sédimentation limoneuse qui l’accompagne depuis 600 ans sont à l'origine de la mise en place d'un équilibre dynamique et des formes hydrosédimentaires de la Seulles actuelle. L'abandon de la gestion des installations hydrauliques ou leur destruction depuis une cinquantaine d'années viennent remettre en cause cet équilibre.

Haut de page

Notes de la rédaction

Soumis le 15 février 2017, reçu sous sa forme révisée le 06 juin 2017. Définitivement accepté le 07 juin 2017.

Texte intégral

Les recherches présentées dans cet article sont issues d'une thèse financée par la région Normandie, et d'un projet de prospection thématique « L’aménagement hydraulique des fonds de vallées normands : chronologie, finalité et impacts environnementaux », financé par le Service Régional d'Archéologie de Normandie et le Conseil départemental du Calvados.

1. Introduction

1Depuis une vingtaine d'années, la gestion des rivières françaises a connu de nombreux changements notamment du fait de la mise en place de la Directive Cadre sur l'Eau (DCE) en 2000 et de la Loi sur l'Eau et les Milieux Aquatiques (LEMA) de 2006. Ces politiques prônent la restauration de la qualité des masses d'eau notamment par le rétablissement des continuités écologiques et sédimentaires. La réalisation de ces objectifs passe en particulier en France par l'arasement des ouvrages construits dans le lit mineur des cours d'eau qui forment des obstacles à ces continuités (Germaine et Barraud, 2013). Ces obstacles, pour beaucoup désuets aujourd'hui, constituent les témoins de la longue histoire de l'aménagement des rivières européennes pour des raisons essentiellement économiques (Lespez et al., 2016). Ils attestent de la transformation profonde des cours d'eau par les sociétés humaines depuis plus de trois millénaires (Brown, 1997 ; Notebaert et Verstraeten, 2010 ; Lespez et al., 2015). Aujourd'hui, les opérations de démantèlement de ces ouvrages viennent altérer les dynamiques hydrosédimentaires qui se sont progressivement établies au cours des siècles passés (Pizzuto, 2002 ; Walter et Merritts, 2008 ; Csiki et Rhoads, 2010 ; Gartner et al., 2015 ; Poeppl et al., 2015). Des études commencent à mettre en évidence le poids de l'aménagement des cours d'eau dans la mise en place des sédiments alluviaux (Wohl, 2015). Il devient alors indispensable de ne plus négliger l'impact de ces aménagements dans la dynamique sédimentaire des fonds de vallée.

2En Normandie, des études ont retracé la longue histoire de l'aménagement des cours d'eau depuis la fin de l'Antiquité. Les moulins à eau installés depuis le Haut Moyen-Âge ont progressivement saturé le réseau hydrographique (Lespez et al., 2005; Lespez, 2012). Cet équipement est caractéristique des cours d’eau de tout l’Ouest de la France et marque le long contrôle hydraulique par l’Homme. (Pichot, 2002 ; Lespez et al., 2005 ; Barraud, 2009). Ainsi, la compréhension de l'impact des transformations anthropiques sur les dynamiques des cours d'eau nécessite de prendre en compte l’évolution des équipements hydrauliques. Aujourd'hui, ce sont principalement les ouvrages abandonnés (barrages, seuils, vannages) liés à l’industrie meunière qui se trouvent au cœur des actions de restauration hydromorphologique (Lespez et Germaine, 2016). Mais on sait encore peu de choses sur les rythmes d'érosion et de sédimentation qui ont affecté les cours d'eau normands durant le dernier millénaire et sur les forçages anthropiques qui ont influencé ces processus. L'objectif est ainsi de mesurer la part des héritages dans le fonctionnement actuel des cours d’eau normands afin de mieux orienter leur gestion. Il s’agit également de mettre en perspective les enjeux actuels en réfléchissant à l’évolution des interactions Nature-Société sur le temps long des systèmes fluviaux. Les recherches menées dans la moyenne vallée de la Seulles (fig. 1) permettent d’appréhender les dynamiques hydrosédimentaires du chenal et de sa plaine alluviale au cours des derniers millénaires et de saisir les rythmes d’érosion et de sédimentation au sein de ces systèmes. L’enjeu est aussi d’améliorer les connaissances sur l'histoire et les modalités de l’aménagement de la rivière afin de déterminer le poids de cette artificialisation dans les héritages sédimentaires. L'étude de deux moulins et de leurs aménagements sur le site du Heuzé (commune de Saint-Vaast-sur-Seulles) permet de mieux comprendre les perturbations hydrosédimentaires liées à la mise en place et au fonctionnement de ces ouvrages.

2. Cadre géographique

3Le secteur étudié se situe dans la vallée de la Seulles, fleuve côtier d’une longueur de 72 km qui s’écoule à l'ouest de l’agglomération caennaise et draine un bassin versant d’une superficie de 421 km² (fig. 1). Il est positionné sur la zone de contact entre les roches cristallines du Massif Armoricain qui arment les collines du Pré-bocage dans sa moitié amont, et les couches sédimentaires de la Plaine de Caen dans sa moitié aval. Cette position en fait un secteur représentatif des cours d’eau normands à forte diversité géomorphologique, pédologique et paysagère (Viel et al., 2013).

Fig. 1 – Localisation du bassin de la Seulles et du site du Heuzé (sources. BD alti, IGN).
Fig. 1 – Location of the catchment of the Seulles River and the study area of Heuzé (sources. BD alti, IGN).

Fig. 1 – Localisation du bassin de la Seulles et du site du Heuzé (sources. BD alti, IGN).Fig. 1 – Location of the catchment of the Seulles River and the study area of Heuzé (sources. BD alti, IGN).

1. Limite du bassin versant ; 2a. Massif cristallin ; 2b. Bassin sédimentaire ; 3. Trait de côte ; 4. Station hydrologique de la DREAL ; 5. Agglomérations principales ; 6. Site du Heuzé ; 7. Réseau hydrographique.
1. Catchment of the Seulles river; 2a. Crystalline rock; 2b. Sedimentary rock; 3. Coastline; 4. Hydrological station; 5. Main cities; 6. Study area of Heuzé; 7. hydrographic network.

4Cette partie de la Normandie est soumise à un climat océanique avec des précipitations annuelles estimées à 740 mm par an en moyenne à la station météorologique de Caen-Carpiquet. Le module de la Seulles est de 2,71 m³/s à la station hydrologique de Tierceville (8 km de l'exutoire). Cependant, la lame d’eau écoulée varie fortement à l’échelle du bassin avec 600 mm/an à proximité du littoral et plus de 1 000 mm/an au niveau des collines du Pré-bocage en amont du bassin (Trzpit, 1970). La Seulles possède des pentes qui varient entre 1 et 10 ‰. Elle présente des puissances spécifiques comprises entre 2 et 85 W/m² et pour 85 % du linéaire, elles sont inférieures à 25 W/m² (Viel, 2012). Le tracé est majoritairement caractérisé par un méandrage peu actif, voire inactif, au sein d'une plaine alluviale cohésive (Nanson and Croke, 1992) composée majoritairement de limons argileux qui reposent sur des sédiments grossiers issus du remaniement de la grave weichsélienne. Le secteur étudié est localisé dans la moyenne vallée de la Seulles (fig. 1) juste en amont de la zone de contact entre les terrains Précambrien et du Secondaire. Elle draine alors un bassin versant de 110,7 km² et présente un débit moyen annuel de 1,27 m³/s. Le site du Heuzé est situé plus précisément à la confluence de la Seulles et de deux petits affluents, le Candon et le Doux-Cailloux. Dans ce secteur, le cours d’eau s'écoule dans un fond de la vallée encaissé d’une trentaine de mètres dans les matériaux schisto-gréseux du Briovérien supérieur. Les versants, dont les pentes varient entre 7 et 12 %, sont établis dans leur partie supérieure dans les conglomérats sablo-argileux du Trias (Keuper supérieur) surmontés par des lambeaux de lœss décarbonatés weichséliens qui recouvrent la majeure partie des plateaux du nord de la Plaine de Caen (Lautridou, 1985). La plaine alluviale présente une largeur de 270 m au niveau de la confluence des trois cours d’eau et qui se réduit à 40 m au niveau du promontoire rocheux de Saint-Vaast-sur-Seulles. La portion de la Seulles analysée dans le cadre de cette recherche présente des tronçons quasi-rectilignes et des tronçons très méandriformes. Six ont été identifiés en fonction de la sinuosité, de la pente du chenal et de la largeur du fond de vallée (fig. 2A). Les tronçons n°2 et n°6 ont des indices de sinuosité élevés, compris entre 1,7 et 2,8, les trois autres ont des tracés beaucoup plus rectilignes avec des indices proches de 1.

Fig. 2 – Site d'étude du Heuzé (sources. BD alti, IGN).
Fig. 2 – Study area of Heuzé (sources. BD alti, IGN).

Fig. 2 – Site d'étude du Heuzé (sources. BD alti, IGN).  Fig. 2 – Study area of Heuzé (sources. BD alti, IGN).

A. Localisation. B. Photo du lit et de la berge de la Seulles. C. Aperçu des tranchées en 2014. 1. Tracé actuel de la Seulles et de ses affluents ; 2. Bief de moulin ; 3. Sondage 2015 ; 4. Sondage 2014 ; 5. Localisation des profils en travers du cours d’eau ; 6. lit majeur de la Seulles découpé en tronçons.
A. Location map. B. Picture of riverbed and ban.; C. Overview of trenches in 2014. 1. Hydrographic network; 2. Mill race; 3. Trenches location in 2015; 4. Trenches location in 2014; 5. Location of river cross-section; 6. Seulles's floodplain sections.

3. Méthode et données

5Afin de reconstituer l’histoire de la Seulles et de sa plaine alluviale et pour comprendre l’impact de son aménagement au fil des siècles, une approche pluri-disciplinaire a été menée. Elle repose sur des investigations de terrain qui ont fourni des données sur le remplissage sédimentaire du fond de vallée, ainsi que sur une série de levés topographiques qui ont permis de caractériser les conditions hydrologiques actuelles et passées du lit mineur. Ces approches ont été complétées par une analyse de photos aériennes pour reconstituer l’évolution du tracé du fleuve.

3.1. Étude du remplissage sédimentaire de la plaine alluviale au Heuzé et évolution du tracé en plan

6Les sondages dans le fond de la vallée ont été mis en place à l'automne 2015 sous forme de tranchées réalisées au tractopelle sur toute la largeur du fond de vallée. Ces recherches font suite à des premiers travaux opérés dans cette partie de la vallée en 2014 (Beauchamp et al., 2017). Les sondages sont situés entre le bief du moulin de Saint-Vaast et le cours de la Seulles (fig. 2A). La localisation des tranchées correspond à des parties de la vallée où la Seulles s'écoule au pied des versants. Cette situation a permis d’accéder aux sédiments de la totalité de la plaine alluviale sans être gêné par le cours d'eau.

7Au total, quatorze tranchées ont été faites de façon discontinue par tronçons (environ 10 m de longueur) espacés d'une dizaine de mètres (fig. 2C) afin de couvrir toute la largeur du fond de vallée. Ce choix est motivé par l'homogénéité de la sédimentation alluviale observée d'une tranchée à l'autre. Pour chaque sondage, l'objectif est d'atteindre le sommet de la grave weichséliènne qui constitue la base du comblement holocène de la plaine alluviale située à environ deux mètres de profondeur sous la surface actuelle (Beauchamp et al., 2017). À quelques reprises, la grave de fond a été traversée afin de mesurer son épaisseur ainsi que la profondeur d'apparition du substrat rocheux. Au pied du versant occidental, l'objectif était aussi de creuser jusqu'au substrat pour localiser la limite entre les dépôts de versant et ceux de la plaine alluviale. L’emplacement des tranchées et la topographie du fond de vallée au niveau du transect ont été levés au DGPS de manière à pouvoir représenter la coupe stratigraphique du fond de vallée (fig. 3).

Fig. 3 – Transect stratigraphique de la plaine alluviale de la Seulles au site du Heuzé.
Fig. 3 – Cross-section of the Seulles floodplain at Heuzé site.

Fig. 3 – Transect stratigraphique de la plaine alluviale de la Seulles au site du Heuzé.Fig. 3 – Cross-section of the Seulles floodplain at Heuzé site.

1. Schiste ; 2. Galet, cailloux, sable (US1) ; 3. Limon argileux ocre (US2) ; 4. Cailloutis et sable organique (US3) ; 5. Sable gris-ocre (US4) ; 6. Limon sableux organique (US5) ; 7. Limon argileux sableux gris à brun (US6) ; 8. Remblais caillouteux (US7) ; 9. Sable fin à grossier (US8) ; 10. Limon argileux gris organique (US9a/US9b) ; 11. Limon brun (US10) ; 12. Limon brun clair caillouteux (US11) ; 13. Limon brun clair (US12) ; 14. Datation radiocarbone ; 15. Datation non retenue ; 16. Emplacement des tranchées.
1. Schistous rock; 2. Gravel and sand (US1); 3. Ocher silty clay (US2); 4. Organic sand (US3); 5. Gray-ocher sand (US4); 6. Organic sandy loam (US5); 7. Gray sandy clay loam (US6); 8. Rocky fill (US7); 9. Fine to coarse sand (US8); 10. Organic clay loam (US9a / US9b); 11. Brown silt (US10); 12. Light brown stony silt (US11); 13. Light brown silt (US12); 14. Radiocarbon dating; 15. Dating not retained; 16. Trench location.

8Les données géomorphologiques ont été complétées par l’analyse de photographies aériennes issues de la BD ORTHO® de résolution 50 cm, (IGN-2012) et des photographies aériennes anciennes (IGN-1947, résolution 150 cm et IGN-1955, résolution 130 cm) afin de reconstituer le tracé en plan. En effet, un ancien tracé de la Seulles a laissé une légère dépression topographique dans le fond de vallée. Il présente par ailleurs une humidité plus importante avec une végétation hydromorphe associée. La lecture des photographies aériennes actuelles et anciennes permet de localiser cet ancien tracé et d’identifier une succession de paléoméandres au sein de la plaine alluviale de la Seulles qui formait un paléochenal unique (fig. 4). Une partie de ce paléochenal a été recoupée par les tranchées géomorphologiques, permettant ainsi d’établir son évolution stratigraphique et spatiale.

Fig. 4 – Identification des paléoméandres au Heuzé par photo-interprétation (sources. BD ortho IGN 2012) et levés de terrain.
Fig. 4 – Identification of the palaeomeanders in Heuzé site (sources. BD ortho IGN 2012).

Fig. 4 – Identification des paléoméandres au Heuzé par photo-interprétation (sources. BD ortho IGN 2012) et levés de terrain.Fig. 4 – Identification of the palaeomeanders in Heuzé site (sources. BD ortho IGN 2012).

A. Photographie aérienne du site ; B. Cartographie des paléochenaux identifiés ; C. Reconstitution cartographique du paléochenal médiéval ; 1. Paléoméandres identifiés ; 2. Tracé suggéré du paléochenal au Moyen-Âge ; 3. Plaine d'inondation ; 4. Bief de moulin ; 5. Hydrographie actuelle ; 6. Tranchées de 2015 ; 7. Localisation des profils en travers.
A. Aerial photography of the site; B. Map of identified paleochenals; C. Reconstruction of the medieval paleochenal 1. Identified palaeomander; 2. Suggested palaeo-watercourse from the Middle Ages; 3. Floodplain; 4. Mill race; 5. Current hydrography; 6. Trenches of 2015.

3.2. Datations

9Le remplissage sédimentaire des paléochenaux et de la plaine d’inondation a été daté à l’aide d’analyses radiocarbones AMS réalisées par le laboratoire radiocarbone de Poznan (Pologne) et de Beta Analytics (USA). Au total, 16 datations ont été effectuées (tab. 1) sur des échantillons de matière organique (bois, charbon et fibre végétale). Elles ont permis de fixer un cadre chronologique solide de l’évolution du remplissage sédimentaire holocène de ce secteur du fond de la vallée de la Seulles.

Tab.  – Datations par le radiocarbone réalisées sur le site d'étude.
Tab. 1 – Radiocarbon dating of the study area.

Tab.  – Datations par le radiocarbone réalisées sur le site d'étude. Tab. 1 – Radiocarbon dating of the study area.

3.3. Étude des conditions hydrologiques actuelles et passées

10Afin d’évaluer et comparer les conditions hydrauliques actuelles et passées sur le site du Heuzé, des mesures topographiques ont été effectuées pour modéliser les débits à plein bord et les puissances spécifiques du cours d’eau. L’hypothèse est que les géométries du paléochenal étaient naturelles et correspondaient aux conditions hydrologiques de la période de son fonctionnement.

11L’identification des anciens chenaux de la Seulles en plan et en coupe permet en effet d’estimer les paléo-débits du cours d’eau à partir de relations qui existent entre les paramètres géométriques du chenal et les débits à plein bord (Dury, 1961; Bjerklie et al., 2005 ; Castanet, 2008 ; Arnaud-Fassetta et al., 2010 ; David, 2016 ; Vayssière et al., 2016). Le calcul de récurrence de ce débit à plein bord permet ainsi d'estimer la fréquence de débordement du cours d’eau sur sa plaine alluviale et d'en déduire des temps théoriques d'engraissement sédimentaire du lit majeur en éléments fins (limon de débordement) lors de la période de décrue (Nanson et Croke, 1992). La définition de ce débit à plein bord (actuel et passé) est basée sur l’équation de Manning-Strickler (Manning, 1891 ; Strickler, 1923) fréquemment utilisée pour des exercices similaires (Castanet, 2008 ; Arnaud-Fassetta et al., 2010 ; David, 2016 ; Vayssière et al., 2016).

            

            [1]

12Cette équation permet de relier le débit (Q) aux paramètres géométriques du lit mineur que sont la pente (P), le rayon hydraulique (R), et la rugosité du chenal (K) où K correspond à l'inverse du coefficient de Manning (n) (Chow, 1959).

13Pour cela, le profil en long du chenal a été levé au niveau de chantier en période d’étiage sur près de 3 200 m de long avec une précision de ± 1,5 cm (fig. 5). Cela a permis d’obtenir la pente du fond du chenal, de la ligne d’eau et des berges. Ces mesures ont été complétées par la réalisation de six profils en travers du chenal, un dans chaque tronçon identifié, afin d’obtenir les paramètres morphologiques du lit de la Seulles nécessaires au calcul du débit de plein bord. Ainsi sur chaque transect a été relevé la section mouillée et la largeur à plein bord qui permettent d’obtenir le périmètre mouillé et le rayon hydraulique (tab. 2). La détermination du profil à plein bord est basée sur la définition donnée par Navratil (2005) à partir des bords de berges. Les données morphologiques du paléochenal sont issues des relevés stratigraphiques des coupes obtenues grâce aux tranchées réalisées en travers du fond de la vallée. Il faut noter une incertitude sur la pente du paléochenal. Néanmoins, l’homogénéité du remplissage (épaisseur et faciès sédimentaire) du chenal et de la plaine d’inondation ainsi que la régularité de la paléotopographie ont permis de déterminer de façon fiable le dénivelé et la pente de la Seulles avant aménagement entre les tronçons n°1 et n°4. Pour les deux périodes considérées (ancienne et actuelle), le coefficient de Manning est évalué à = 0,040 d'après les tables de Chow, et a pu être estimé, d’après les mesures de débits de la Seulles actuelle à = 0,045 (Koudinoff et al., 2005). Les débits modélisés à partir de ces deux coefficients font ressortir une marge d'erreur liée à cette incertitude d’environ 6 %, qui est acceptable vu le degré de précision recherché (tab. 2). Afin de valider cette approche, les débits modélisés actuels ont été comparés aux débits de crue associés à une période de retour de 1,5 an, mesurés à la station hydrologique de la DREAL située 3 km en aval du site de Juvigny. En effet, dans la littérature, ces débits sont régulièrement pris comme référence pour définir le débit à plein bord d’un cours d’eau sur substrat imperméable avec un bassin de drainage inférieur à 250 km² (Dury, 1961 ; Williams, 1978 ; Petit et Pauquet, 1997). Pour cette analyse comparative, nous avons calculé la puissance spécifique du cours d’eau (ω) par tronçon (tab. 2) à partir de l’équation suivante :

            

             [2]

14La puissance spécifique d’un cours d’eau représente la capacité de travail de ce dernier rapportée à la largeur à plein bord (Bravard et Petit, 1997) et s’obtient à partir du débit à plein bord (Qb), la largeur à plein bord (W), la pente du chenal (P), la masse volumique de l’eau (ρ) et l’accélération de pesanteur (g).

Fig. 5 – Profil en long de la ligne d'eau à l'étiage, du fond du chenal et du haut de berge sur le site du Heuzé.
Fig. 5 – Longitudinal profile of low water surface, channel bottom and top of the bank at the Heuzé site.

Fig. 5 – Profil en long de la ligne d'eau à l'étiage, du fond du chenal et du haut de berge sur le site du Heuzé.  Fig. 5 – Longitudinal profile of low water surface, channel bottom and top of the bank at the Heuzé site.

1. Tracé actuel de la Seulles ; 2. Plaine alluviale ; 3. Limite de tronçon ; 4. Tracé des biefs de moulin ; 5. Profil de la berge gauche ; 6. Profil de la ligne d’eau ; 7. Profil du fond du chenal.
1. Hydrographic network; 2. Floodplain; 3. Section limit; 4. Mill race; 5. Left bank profile; 6. Water surface profile; 7. River bottom profile.

Tab. 2 – Paramètres morphométriques des méandres actuels et paléoméandres.
Tab. 2 – Morphometric parameters of current meanders and palaeomeanders.

Tab. 2 – Paramètres morphométriques des méandres actuels et paléoméandres.Tab. 2 – Morphometric parameters of current meanders and palaeomeanders.

4. Résultats

4.1. Un équipement hydraulique dense et ancien

15Les premières mentions de moulin remontent au début du Moyen-Âge central. En effet, on retrouve dans les actes de donations pour la fondation de l’abbaye de la Sainte-Trinité de Caen des mentions de dons de cinq moulins datés de 1066 (Fauroux, 1961). Entre le XIIe et le XIIIe siècle, 19 nouvelles mentions de moulins différents sur le cours de la Seulles et ses affluents apparaissent dans les chartes des abbayes et des évêchés du secteur (Léchaudé d’Anisy, 1834 ; Delisle, 1851 ; Saige, 1895 ; Bourrienne, 1902). Le terrier de la seigneurie de Tilly-sur-Seulles (Angers, 2010) fait état de trois moulins en fonctionnement en 1378 sur un tronçon de moins de 3 km de long. Sur les premières cartes topographiques levées à petite échelle en 1720 par Mariette de la Pagerie, soixante moulins à eau sont représentés au sein du bassin. Ce chiffre monte à soixante-quatre sur la carte de Cassini dressée en 1759 et on atteint un maximum de soixante-quatorze moulins et usines en activité sur les cartes topographiques du milieu du XIXe siècle (source : Archives Départementales du Calvados, Fi 1846 W66, W72 et W79). Ce nombre va décroitre rapidement à la fin du XIXe siècle suite à l’invention de la machine à vapeur et l’industrialisation des activités de meunerie. En 1883, on ne compte plus que trente-six moulins et usines en activité et seulement douze en 1960. La dernière usine de meunerie sur la Seulles cesse son activité en 1995. Aujourd’hui seul un moulin exploite encore l’énergie du cours d’eau pour un usage privé. La majeure partie de ces moulins sont bâtis en dérivation du cours d’eau principal avec un seuil submersible construit au sein du lit mineur. Celui-ci permet d’acheminer l’eau au moulin via un bief creusé en pied de versant. De nombreuses plaintes déposées au XIXe siècle font état d’inondation régulière du fond de vallée lors des crues du fait qu’un certain nombre de seuils n’étaient pas équipés en vannage pour réguler les niveaux d’eau. Ces débordements étaient tellement récurrents, qu’un arrêté préfectoral est pris le 29 mars 1803 concernant l’abaissement des vannes et déversoirs des moulins ou usines (source : Archives départementales du Calvados, S 12983). Aujourd’hui, sur les trente-huit moulins recensés uniquement sur le cours principal de la Seulles, seuls deux présentent une forme de moulin dite « en chaussée » érigée directement au fil de l’eau. Un moulin implanté dans la partie amont du bassin, fonctionnait à partir d’éclusés issues de trois étangs successifs. Si on ne se focalise que sur le cours principal de la Seulles en laissant de côté les équipements de ses principaux affluents que sont la Thue et la Mue (Lespez et al., 2005), on comptabilise un moulin tous les 2 km de cours d’eau environ. Sur certains secteurs cette densité de moulin augmente avec parfois moins de 500 m de distance entre deux seuils de moulins successifs (fig. 6). Les biefs d’adduction des moulins présentent des longueurs comprises le plus souvent entre 300 et 500 m, mais certains peuvent mesurer plus de 1 500 m de long dans les parties les moins pentues en aval.

Fig. 6 – Répartition diachronique des moulins sur la Seulles.
Fig. 6 – Diachronic distribution of Seulles watermills.

Fig. 6 – Répartition diachronique des moulins sur la Seulles.Fig. 6 – Diachronic distribution of Seulles watermills.

1. Réseau hydrographique ; 2. Bassin versant de la Seulles ; 3. Emplacement des seuils de moulin ; 4. Profil en long de la Seulles ; 5. Substrat schisteux ; 6. Substrat sédimentaire (Vernhet et al., 2002).
1. Hydrographic network; 2. Catchment of the Seulles river; 3. Location of mill dam; 4. Longitudinal profile of Seulles river; 5. Schistous rock; 6. Sedimentary rock. (Vernhet et al., 2002).

16Tous les seuils de moulin construits en travers du lit mineur ont progressivement étagé la ligne d’eau de la Seulles. Les relevés actuels basés sur le référentiel des obstacles à l’écoulement (ROE) dressés par l’ONEMA et complétés par nos investigations de terrain mettent en évidence que 75 % des seuils de moulin sur la Seulles se trouvent aujourd’hui partiellement ou complètement arasés. Les seuils encore en place présentent des hauteurs de chute qui varient entre 1,50 et 3 m. Ainsi, le cours de la Seulles est étagé aujourd’hui à hauteur de 20 % (rapport de la somme des hauteurs des seuils sur la hauteur totale du dénivelé naturel du cours d'eau). Lors de la période d’équipement maximum à la fin du XVIIe siècle, en supposant une hauteur de chute moyenne de 1,70 m pour tous les seuils de moulins, ce qui correspond à la moyenne des hauteurs de seuil encore en place (valeur minimum sans prendre en comptes les effets de pente du cours d’eau), l’étagement de la Seulles atteignait les 40 %. Si on s’intéresse à la longueur de cours d’eau sous l’influence du remous lié à l’effet du seuil (chute des vitesses d’écoulement et augmentation de la sédimentation), on observe qu’aujourd’hui 23 % du linéaire de la Seulles se trouve sous l’influence d’un seuil de moulin. Cette valeur passe à plus de 60 % de linéaire total influencé pour le XVIIIe et dépasse 85 % sur les deux tiers aval de la Seulles (les plus aménagés) pour cette même période. Ces observations sont confirmées par de nombreux profils en long dressés par les ingénieurs des Ponts et Chaussés lors des règlements d’eau des moulins dans la deuxième moitié du XIXe siècle. En effet, sur les moulins relevés, les remous hydrauliques en amont des seuils de moulins ont des longueurs variant entre 500 m et 1 700 m ce qui représentait fréquemment la totalité de la distance séparant deux moulins. La ligne d’eau de la Seulles présentait alors une profonde artificialisation de sa pente avec une maîtrise quasi-complète des écoulements pour le fonctionnement des moulins. Ce système mis en place depuis 1 000 ans atteint un contrôle maximum entre la fin du XVIIIe et le début du XIXe siècle.

4.2. Les moulins de Saint-Vaast-sur-Seulles

17Le site du Heuzé présente un aménagement hydraulique dense avec une succession de deux moulins sur un linéaire de moins de 2 500 m de long. Ces deux moulins comportent chacun un système de dérivation avec une chaussée, un bief et un canal de fuite. Le moulin de Saint-Vaast, le plus en amont, comporte un bief d'une longueur de 1 400 m, qui longe le pied du versant oriental et forme une chute d'une hauteur de 3 m au niveau du moulin (fig. 5). La prise d'eau du bief correspond à un seuil qui barre le cours d'eau. Celui-ci, percé depuis les années 1960, devait former une chute d'environ 1,60 m de haut d’après les vestiges encore en place. D’après la pente moyenne du chenal (fig. 5), il formait un remous hydraulique qui devait s'étendre sur 1 400 m. Le moulin n'est plus aujourd'hui en état de fonctionnement, ses propriétaires l’ont transformé en gîte touristique. Cet abandon d’usage a entrainé le comblement naturel du bief faute de curage. Il n'est plus en eau aujourd'hui, mais il reste encore bien marqué dans la topographie. Peu de documents font mention de ce moulin, mais des indices historiques convergent pour une construction au cours de la deuxième moitié du XVe siècle lors de la refondation du domaine de Saint-Vaast à la fin de la Guerre de Cent Ans (Blangy, 1889 ; Decaens, 1987). Le deuxième moulin, dit « des Dauberts », se situe à un peu plus de 1200 mètres en aval du moulin de Saint-Vaast. Ce moulin, qui appartenait aussi au Comte de Blangy au XIXe siècle, présente des caractéristiques similaires au premier avec un bief de 90 m de long encore alimenté par la Seulles malgré la destruction quasi totale du seuil. Ce seuil, actuellement haut de 50 cm, devait présenter une hauteur de chute de 1,30 m pendant sa période de fonctionnement d'après les vestiges encore en place. Le remous hydraulique devait s'étendre sur 1 200 m (fig. 5). Les indications chronologiques concernant ce moulin sont aussi rares que pour celui de Saint-Vaast, mais les formes de construction et leur appartenance au domaine de Blangy laissent supposer que les constructions sont contemporaines. Différentes plaintes de riverains adressées au Préfet du Calvados en 1805 et 1807 font état d’inondations régulières du fond de la vallée lors des crues de la Seulles liées au mauvais curage des biefs par les propriétaires et à l’absence de vannages sur les déversoirs des moulins. Malgré les injonctions du préfet, aucune vanne n’est mise en place afin de « donner aux eaux le plus grand écoulement possible lors des crues ». On peut supposer alors que pendant les cinq siècles d’utilisation des moulins, il n’y avait aucune régulation du débit lors des crues et les seuils représentaient des obstacles permanents aux débits solides et liquides. L’activité des moulins est arrêtée en 1898 (source : Archives départementales du Calvados, 3P 6959). Ils seront reconvertis en gîtes à la fin du XXe siècle.

4.3. Chronostratigraphie du remplissage sédimentaire du fond de vallée

18Les sondages réalisés dans le fond de vallée ont permis de mettre en évidence une succession de douze unités stratigraphiques que nous appellerons « US » (fig. 3). Dans toutes les tranchées réalisées, la base du remplissage est constituée de sédiments très chargés en éléments grossiers de taille centimétrique à pluri-décimétrique avec une matrice sableuse intermédiaire (US1). Ils sont principalement formés d’éléments schisto-gréseux, toujours émoussés et présentent un tri granulométrique décroissant de la base de l'unité vers le sommet. Aucune datation n'a été effectuée sur cet horizon, mais, il a été fréquemment observé à la base des remplissages sédimentaires du bassin et a été attribué à la dernière époque glaciaire (Lespez et al., 2008 ; Lespez, 2012). Au pied du versant sud, cette grave grossière est recouverte par des dépôts limoneux lœssiques en position remaniée. Ils présentent une forte pédogénèse avec un niveau de sol conservé dans sa partie supérieure (US2). La datation d'un charbon issu de ce paléosol donne un âge de 2476-2288 cal. BC. Ce sol est scellé par des limons bruns légèrement caillouteux associés à des colluvions (US11). Au centre de la vallée, les dépôts grossiers sont toujours recouverts par un horizon sablo-graveleux gris foncé (US3) qui contient de nombreux fragments de bois (brindilles et branches), mais aussi des morceaux de tronc d'arbre plurimétriques. De nombreuses graines ont été retrouvées dans cette couche (glands de chêne, noisettes et faines de hêtre) donnant un bon aperçu de la végétation forestière environnante. Les datations radiocarbone de ces éléments organiques s'étalent entre 4800 cal. BC et 1900 cal. BC (Beauchamp et al., 2017). Cette formation présente une épaisseur variable (de 30 à 70 cm) avec des contours difficilement définissables latéralement. Elle semble remanier l'horizon inférieur et présente de nombreux lits de sable interstratifiés avec des horizons plus fins et très organiques.

19La granulométrie des sédiments s'affine vers le haut de l'unité et des chenaux s'individualisent vers le sommet de la stratigraphie avec une couleur des sédiments qui devient gris-ocre et une disparition des fragments organiques (US4). Ces chenaux viennent s'insérer entre plusieurs formations limoneuses très organiques (US5) qui se trouvent surmontées par une couche argileuse grise très homogène (US6). Les datations radiocarbone montrent que ces différentes couches limono-argileuses et les chenaux sableux intermédiaires se sont déposés entre 95 cal. BC et 340 cal. AD. Sur l'ensemble des tranchées, ces argiles et les chenaux sableux présentent une délimitation franche avec l’unité supérieure (US10). Ces unités (US5 et US6) se trouvent incisées par endroits par des chenaux de 8 m à 10 m de large (fig. 7). Ces chenaux présentent un remplissage sablo-graveleux à la base avec quelques fragments organiques datés entre 1466 et 1637 cal. AD (US8). Ces sédiments sont très probablement issus de la remobilisation des sédiments grossiers hérités. Cette remobilisation a rendu difficilement appréciable sur le terrain la profondeur réelle de ces chenaux sauf au niveau de la tranchée T3 où la paléoforme du chenal se distinguait très clairement dans la stratigraphie (fig. 7).

Fig. 7 – Vue et stratigraphie du paléochenal médiéval dans la tranchée n°3

Fig. 7 – View and stratigraphy of medieval paleochenal in trench n°3

Fig. 7 – View and stratigraphy of medieval paleochenal in trench n°3

20Deux petits aménagements de berges ont été mis en évidence (tranchées T3 et T7, fig. 3, 7). Ils consistent en de simples remblaiements de gros blocs de schiste disposés en vrac sur les berges gauches (US7). Une datation réalisée dans la tranchée T7 date cet ouvrage entre 1427 et 1515 cal. AD. Dans les paléochenaux, le remplissage grossier s'interrompt brusquement pour laisser la place à des remplissages limono-argileux très riches en matière organique (US9b) entrecoupés par des limons argileux gris très purs (US9a). Il marque la fin des écoulements énergiques et la mise en place de sédiments de décantation en milieu humide caractéristiques des dépôts de bras mort. Les datations réalisées dans ces comblements marquent un abandon de ces chenaux entre 1427 cal. AD et 1639 cal. AD. Latéralement, aucun nouveau paléochenal n'a été retrouvé dans la stratigraphie, ce qui laisse penser qu'à partir de cette période la Seulles coule à son emplacement actuel. Aucun indice de migration latérale des paléochenaux n'a été observé (barre de méandre), ce qui révèle leur forte stabilité spatiale. L’ensemble des sédiments est par la suite scellé par des dépôts limoneux qui couvrent toute la largeur du fond de la vallée sur une épaisseur qui varie entre 1,30 et 1,80 m d'épaisseur (US10 et US12). Une datation réalisée dans la partie basse de ces dépôts (tranchée T12) permet d'estimer le début de cette sédimentation vers 1151-1264 cal. AD (fig. 3). Ces dépôts limoneux représentent partout les derniers remplissages sédimentaires du fond de vallée. Leurs très faibles teneurs en matière organique n'ont pas permis d'affiner la chronologie de leurs dépôts. Les quelques datations réalisées sur des charbons vraisemblablement remaniés proposent une chronologie discordante et n'ont pas été retenues pour la datation de cette unité stratigraphique. Des drains en céramiques régulièrement espacés dans la parcelle sondée en 2015 ont été mis au jour au sein de ces remplissages limoneux. Ils se trouvaient toujours entre 40 cm et 50 cm de profondeur sous la surface actuelle. L’inventaire statistique des drainages du Calvados dressé en 1861 (source : Archives Départementales du Calvados, S 12975) indique que ces drains ont été mis en place en 1857. Cela indique une très faible aggradation de la plaine alluviale depuis le milieu du XIXe siècle.

4.4. Morphométrie, estimations paléohydrologiques et énergie de l’ancien chenal

4.4.1. Artificialisation du tracé et modification partielle du style fluvial

21L'acquisition de données topographiques sur le terrain à l'aide du profil en travers de la vallée ainsi que l'interprétation de photos aériennes, mettent en évidence un paléochenal méandriforme qui parcourait une partie de la plaine alluviale (fig. 4A-B). Cet ancien lit de la Seulles est aujourd’hui visible de manière discontinue avec des méandres encore marqués dans la topographie qui correspondent à des zones très hydromorphes. Au niveau du tronçon n°3, ce paléochenal a été en partie curé par l’agriculteur pour améliorer le drainage de la parcelle. La position de ce paléochenal en surface concorde parfaitement avec les trois paléochenaux médiévaux observés en coupe qui n’en forme finalement qu’un (fig. 3, fig. 4C). Leur emplacement dans le fond de vallée correspond à chaque fois à des tronçons où le linéaire actuel du cours d’eau est rectiligne (tronçons n°1, n°3, n°4 et n°5) sauf un seul secteur sur le tronçon n°2 où un ancien méandre a été recoupé artificiellement à la fin du XIXe siècle (fig. 4C). La bonne préservation en plan permet d'extrapoler des indices de sinuosité (rapport entre la largeur moyenne et le rayon de courbure) qui varient entre 1,9 et 3,1. Ces valeurs se rapprochent des indices mesurés sur la partie méandriforme actuelle de la Seulles au niveau des tronçons n°2 et n°6 qui se situe entre 1,7 et 2,8 (fig. 4C). Cette configuration laisse penser que les tronçons rectilignes correspondent à des creusements artificiels du cours de la Seulles. Ces nouveaux lits mineurs ont court-circuité les anciens chenaux qui se sont alors transformés en bras-mort comme le montre leur remplissage au niveau de US9a et US9b par des dépôts organiques et des apports limoneux lors des crues débordantes (fig. 3, 7). L’absence de chenaux intermédiaires observée en coupe confirme l’hypothèse d’un changement de lit brusque d’origine anthropique. Le tracé du lit actuel de la Seulles dans les tronçons n°1, n°3, n°4 et n°5 (fig. 4C) a donc été déporté artificiellement au pied des versants. Sur les 3 450 m de longueur étudiée sur le site du Heuzé, près de 1 850 m ont été creusés par l'Homme. On peut ainsi estimer que la simplification du tracé aurait diminué la longueur d’écoulement de près de 1 000 m. Aucune source historique ne fait mention de ces travaux, mais la datation des niveaux d’abandon des paléochenaux observés en coupe au niveau de US9b (fig. 3) apporte un repère chronologique. Ainsi, les analyses radiocarbones obtenues dans les tranchées T3 et T7 (fig. 3) datent respectivement la déconnexion hydrologique entre 1470-1639 cal. AD et 1427-1515 cal. AD, soit un abandon situé globalement autour du XVIe siècle. Cela coïncide avec les datations supposées de construction des moulins de Saint-Vaast et des Dauberts d’après les sources historiques. De plus, lorsqu’on regarde le profil en long du fond du chenal actuel (fig. 5) on s’aperçoit que les pentes des tronçons rectifiés sont très faibles, respectivement 0,64 ‰, 0,28 ‰ et 0,16 ‰ pour les tronçons n°1, n°3 et n°5 (fig. 5) et qu’ils sont situés à chaque fois directement à l’amont des seuils des moulins. Ainsi, ces tronçons rectifiés correspondent aux retenues d’eau pour l’alimentation des moulins. La très faible pente du fond du chenal et le profil incisé permet alors de stocker un maximum d’eau en amont du seuil sur de longues distances. On se trouve donc face à un système de moulin hybride qui présente une retenue d’eau dans un chenal unique artificiel avant son captage pour la dérivation qui alimente la roue (bief).

4.4.2. Estimation des débits et des puissances spécifiques

22Au bilan, l’application de la modélisation de Manning-Strickler sur ces profils donne des débits qui varient en fonction des tronçons entre 4 et 39 m³/s (tab. 2). Le débit de crue de période de retour de 1,5 an, modélisé à la station hydrologique de la DREAL située 3 km en aval du site, est de 14 m³/s. Ce débit reconstitué au site du Heuzé en tenant compte de la taille du bassin versant, selon une méthode classique (Bravard et Petit, 1997), est de 12 m³/s. Il concorde avec la moyenne des débits à plein bord, 16 m³/s, estimé sur le tronçon par la formule de Manning-Strickler et conforte ainsi le choix de cette formule pour la modélisation hydrologique.

23La réalisation des profils en travers du lit mineur actuel a permis de mesurer les caractéristiques géométriques du chenal dans chaque tronçon (tab. 2) alors que l’analyse morphométrique du paléochenal médiéval permet d’estimer sa capacité d’ajustement. Ainsi trois périodes peuvent être distinguées en fonction de l’impact des aménagements liés aux moulins sur les dynamiques hydrosédimentaires.

24Lorsqu’on applique la modélisation hydraulique au paléochenal médiéval avant son aménagement, on obtient un débit à plein bord de 4 ± 0,5 m³/s avec une puissance spécifique de 5 W/m² en tenant compte de la marge d'erreur portant sur la rugosité du chenal. On aurait donc pour cette période un chenal unique méandriforme avec une énergie très faible. L’absence d’autres chenaux conservés dans la plaine alluviale et d’indices de migration latérale des paléoméandres à la fois en plan et dans le remplissage alluvial renforcent l’idée d’un paléochenal unique extrêmement stable en plan.

25Lors de la construction des moulins et pendant leur période de fonctionnement entre le XVe et le XIXe siècle, la rectification d’une grande partie du linéaire ne modifie pas, fondamentalement, la capacité d’ajustement du chenal et sa dynamique fluviale. En effet, sur les tronçons rectifiés, la diminution de la pente n’a, proportionnellement, que peu impacté la puissance du cours d’eau qui reste très faible, entre 2 et 6 W/m² (tab. 2). Celle-ci est alors insuffisante pour que le cours d’eau se réajuste naturellement, ce qui explique l’immobilisme de ces tronçons artificiels depuis cinq siècles. Pour les tronçons qui demeuraient sinueux, aucune mesure de débit et de puissance n’a pu être effectuée pour les chenaux de l’époque, mais les seuils des moulins en place dérivaient une grande partie des eaux du chenal vers les biefs, et ce, même lors des crues. On sait que les systèmes techniques du moulin étaient alors transparents pour éviter, tant que faire se peut, qu’ils ne soient cassés par les eaux qui s’engouffraient dans les dérivations. Ainsi, au niveau des tronçons n°2 et n°6, les débits étaient scindés en deux et l’énergie du cours d’eau s’en trouvait diminuée. Ce partage a dû limiter la migration latérale du chenal. Cette situation est confirmée par la remarquable stabilité du chenal méandriforme, comme cela a pu être montré pour la période du XVIIe au XXe siècle sur des tronçons situés immédiatement en aval de la vallée de la Seulles (Lespez et al., 2015).

26Aujourd’hui, les largeurs à plein bord du chenal sont toujours globalement homogènes entre les différents transects (entre 7,08 et 8,58 m). Cependant, les variations se retrouvent sur la pente ainsi que la profondeur à plein bord qui modifie la section mouillée. Les tronçons rectifiés (n°1, n°3 et n°5), malgré l’arasement des seuils, possèdent toujours des pentes très faibles comprise entre 0,16 ‰ et 0,64 ‰, ce qui leur confère des puissances spécifiques toutes inférieures à 7 W/m². En revanche, en aval des seuils, le cours d’eau retrouve son « talweg naturel », et présente une pente beaucoup plus forte comprise entre 3,8 ‰ et 3,1 ‰ pour les tronçons n°2 et n°6 (fig. 5). Dans ce cas, les puissances spécifiques sont toutes supérieures à 80 W/m², dépassant ainsi le seuil théorique d’auto-ajustement de 35 w/m² (Brookes, 1988). Le chenal initialement immobile a pu acquérir une mobilité latérale et verticale. Des premières études ont été menées sur le tronçon n°2 du site du Heuzé (Viel, 2012 ; Carbon, 2016). Elles ont permis de mesurer des reculs de berge compris entre 5 et 15 cm/an sans relation directe apparente entre la vitesse d'érosion et la position de la zone d’érosion au sein du méandre (Carbon, 2016). Ces vitesses d'érosion s'accordent aux vitesses calculées en retraçant l'évolution du chenal sur ce tronçon à partir des photos aériennes de 1955 et de 2012 de l'IGN et montrent la dynamique en plan de ces chenaux. Si on extrapole ces vitesses aux cinq derniers siècles, on obtient des migrations latérales du chenal entre 25 et 75 m qui sont incompatibles avec les données chronostratigraphiques historiques disponibles et qui montrent que cette évolution ne peut être que récente.

27Ainsi, le calcul des pentes et des puissances spécifiques font ressortir une hétérogénéité contemporaine de la dynamique alluviale (tab. 2) qu’il convient d’expliquer. La longueur du chenal ne peut être évoquée, car elle est globalement stable sur ces tronçons, mais en revanche deux autres facteurs ont dû jouer un rôle majeur. Après l’abandon des moulins, l’ouverture des seuils et le comblement des biefs font que depuis environ 60 ans, l’intégralité des écoulements se fait dans le lit mineur, amplifiant la capacité d’érosion latérale et favorisant l’incision du chenal. Parallèlement, la suppression des seuils favorise progressivement la dissipation de l’énergie. En effet, l’énergie du cours d’eau auparavant consommée uniquement au niveau de la chute du seuil se retrouve étalée sur une zone plus longue en amont et en aval de celle-ci. Le cours de la Seulles doit se réadapter à cette nouvelle configuration de pente, ce qui peut favoriser l’incision du fond du chenal. Celle-ci a pu être notable en particulier à l’aval immédiat du seuil du tronçon n°2, et en amont des anciennes retenues du tronçon n°4. Ainsi, les fortes pentes actuelles sont le résultat de l’artificialisation du chenal, de l’augmentation contrainte des débits du fait de leur nouvelle concentration puis d’un réajustement longitudinal du fond du lit.

5. Interprétation et discussion

5.1. Évolution hydromorphologique de la Seulles au cours de l’Holocène à Saint-Vaast

28L'analyse chronostratigraphique permet de proposer une interprétation des environnements hydrosédimentaires qui se sont succédés dans cette partie de la vallée de la Seulles au cours de l'Holocène. Cette histoire a déjà été largement décrite et interprétée dans des travaux antérieurs pour la première partie de l’Holocène (Lespez., 2012 ; Lespez et al., 2015) et nous développerons surtout les nouveaux éléments obtenus dans le cadre de cette recherche sur l’histoire récente du fond de vallée, notamment depuis la fin de l’Antiquité. Cette évolution peut-être découpée en plusieurs phases.

5.1.1. Un cours d'eau naturel (anté 100 av. J.-C.)

29Nous retrouvons classiquement à la base du remplissage une sédimentation grossière constituée de galets et blocs pluricentimétriques (US1) mis en place lors de la dernière déglaciation à la fin du Weischélien (fig. 8A). Entre le début de l'Holocène et la fin de l'Âge du Bronze, cette grave grossière va être remaniée par des écoulements actifs mal chenalisés. Les sédiments de ces chenaux (US3) contiennent de nombreux fragments de bois de taille métrique et des souches entières ainsi que de nombreux macrorestes végétaux (branches, glands de chêne, noisettes et faines de hêtre, etc.) (fig. 8A). Cette configuration suppose un cours d'eau à chenaux multiples de type "anabranche", qui circule dans un milieu très végétalisé, sans doute boisé comme cela a déjà été décrit à l’aval de la Seulles (Lespez et al., 2015). Les nouvelles investigations ont permis de mettre au jour au pied des versants, des reliques de dépôts lœssiques du dernier maximum glaciaire, non érodés au début de l'Holocène. Elles forment des terrasses (US2) surélevées par rapport au lit fluvial (fig. 8A). Ces terrasses présentent une pédogénèse très marquée avec la mise en place au cours de cette période d'un sol brun très lessivé avec des horizons A, E et Bt bien conservés dans la stratigraphie comme cela a pu être observé ponctuellement dans la vallée de la Mue (Lespez et al., 2008). Cette pédogénèse renforce l'idée d'un fond de vallée très végétalisé caractérisé par un faible hydrodynamisme.

Fig. 8 – Évolution chronostratigraphique de la plaine alluviale de la Seulles sur le site du Heuzé.
Fig. 8 – Chronostratigraphic evolution of the Seulles floodplain at Heuzé site.

Fig. 8 – Évolution chronostratigraphique de la plaine alluviale de la Seulles sur le site du Heuzé.  Fig. 8 – Chronostratigraphic evolution of the Seulles floodplain at Heuzé site.

1. Galet, cailloux, sable (US1) ; 2. Limon argileux ocre (US2) ; 3. Cailloutis et sable organique (US3) ; 4. Évolution du chenal ; 5. Évolution sédimentaire ; 6. Sable gris-ocre (US4) ; 7. Limon sableux organique (US5) ; 8. Limon argileux sableux gris à brun (US6) ; 9. Limon brun clair caillouteux (US11) ; 10. Remblais caillouteux (US7) ; 11. Limon brun (US10) ; 12. Sable fin à grossier (US8) ; 13. Limon argileux gris organique (US9a/US9b) ; 14. Limon brun (US10) ; 15. Limon brun clair (US12).
1. Gravel and sand (US1); 2. Ocher silty clay (US2); 3. Organic sand (US3); 4. River evolution; 5. Sedimentary evolution; 6. Gray-ocher sand (US4); 7. Organic sandy loam (US5); 8. Gray sandy clay loam (US6); 9. Light brown stony silt (US11); 10. Rocky fill (US7); 11. Brown silt (US10); 12. Fine to coarse sand (US8); 13. Organic clay loam (US9a / US9b); 14. Brown silt (US10); 15. Light brown silt (US12).

5.1.2. Atterrissement et premiers impacts anthropiques dans le fond de vallée (100 av. J.-C. – 1300 ap. J.-C.)

30Si l’histoire hydrosédimentaire de la plaine alluviale au cours de cette période est globalement connue, nos recherches, qui permettent d’affiner la chronologie des rythmes d’érosion et de sédimentation dans la plaine alluviale, montrent cependant quelques divergences avec le modèle d’ensemble (Lespez et al., 2015). Ainsi, on observe entre 100 av. J.-C. et 500 ap. J.-C., l’arrivée des premiers limons de débordement (US6) dans la plaine alluviale (fig. 8B). Ils marquent très certainement les premiers signes d'érosion des versants et plateaux alentour du fait du développement d'activités agro-pastorales déjà mis en évidence sur d’autres secteurs du bocage normand (Germain-Vallée et Lespez, 2006). Les quatre datations (n°1, n°2, n°8 et n°12) effectuées dans cette unité (tab. 1) permettent d’estimer une vitesse de sédimentation d’environ 0,8 mm/an (fig. 9). L’aggradation de la plaine alluviale, s'accompagne d'une chenalisation progressive du cours d'eau marquée par un resserrement des chenaux sablo-graveleux (US4) qui forment alors un cours d'eau avec plusieurs bras faiblement encaissés dans la plaine alluviale limoneuse (US6) (fig. 8B). Ces observations indiquent que la première métamorphose d’origine anthropique intervient plus tard dans la moyenne vallée de la Seulles que pour les cours d’eau de la plaine de Caen, dont ses affluents de rive droite, la Mue et la Thue (Lespez et al., 2008, 2015).

Fig. 9 – Évolution des vitesses de sédimentation et granulométrie des sédiments de la plaine alluviale de la Seulles au Heuzé.
Fig. 9 – Evolution of sedimentation rate and grain size in floodplain at Heuzé site.

Fig. 9 – Évolution des vitesses de sédimentation et granulométrie des sédiments de la plaine alluviale de la Seulles au Heuzé.  Fig. 9 – Evolution of sedimentation rate and grain size in floodplain at Heuzé site.

31Le passage au Haut Moyen-Âge (500-1000 ap. J.-C.) marque vraisemblablement un temps d'arrêt dans la sédimentation de fond de vallée. En effet, aucun sédiment n’est daté de cette période et la transition entre les unités stratigraphiques US6 datant de l’Antiquité (fig. 8B) et US10 datant du Moyen-Âge central (fig. 8D) se fait de façon brutale. Cette stabilité de la plaine alluviale est accompagnée par une incision de chenaux dans les formations antérieures de plus d'un mètre par rapport aux remplissages antiques et une augmentation des largeurs à plein bord qui atteignent environ huit mètres (fig. 7). L’étude en plan et en coupe des chenaux (fig. 3, 4) montre qu’à partir du Haut Moyen-Âge, on a un chenal unique qui méandre au sein d'une plaine alluviale limoneuse. La stratigraphie de ce chenal ne montre pas de forme d'érosion latérale ni de structure de dépôts de méandre pouvant mettre en évidence une mobilité latérale. L’arrêt de la sédimentation et l'incision du chenal peuvent être interprétés comme les témoins d’une déconnexion sédimentaire entre les plateaux et le fond de vallée, correspondant à une fermeture du paysage à cette époque. Cet arrêt de la sédimentation ne semble pas cantonné à la moyenne vallée de la Seulles, car des observations similaires ont été faites en tête de bassin et dans d’autres bassins versants armoricains (Lespez, 2012) et des analyses polliniques réalisées dans la partie amont du bassin font état d'un développement du milieu forestier entre le VIIe et le VIIIe siècle ap. J.-C. (Clet-Pellerin et Verront, 2004). Au cours du Moyen-Âge central (1000-1300 ap. J.-C.), le chenal unique méandriforme est toujours actif et stable. On peut supposer une érosion verticale régulière, car aucun élément daté dans le fond du chenal n’appartient à cette période. Comme le montre US10, on observe une légère reprise des dépôts limoneux sur la plaine alluviale (fig. 8D). La datation radiocarbone n°14 (tab. 2) permet d’estimer un taux de sédimentation de 0,6 mm/an depuis la transition avec l’unité inférieure (US6). Cette reprise de la sédimentation en plaine alluviale résulte sans doute d'une réouverture de la végétation dans le bassin versant suite au développement des pratiques agropastorales et une connectivité sédimentaire plateau/vallée de nouveau fonctionnelle comme cela a pu être observé dans d’autres secteurs de la Normandie occidentale (Lespez et al., 2008, 2015).

5.1.3. Un cours d'eau sous l'emprise des aménagements hydrauliques (1300 ap. J.-C.-actuel)

32À la fin du Moyen-Âge sont construits les moulins de Saint-Vaast et des Dauberts. Les biefs d'alimentation sont creusés au pied du versant oriental et les seuils en lit mineur sont construits pour créer les chutes d'eau. Ces travaux sont accompagnés par le recreusement complet du lit mineur de la Seulles au niveau des tronçons n°1, n°3 et n°6 (fig. 4). D’après les formes actuelles et l’observation en coupe, les dimensions de ce nouveau chenal diffèrent peu de l’existant. Les largeurs à plein bord varient entre 7 et 8 m et les hauteurs de berges sont estimées entre 1 et 1,20 m (fig. 3, 7). Cependant, les pentes du chenal se trouvent complètement transformées en fonction des tronçons (tab. 2), et la ligne d’eau est surélevée de façon permanente en amont des seuils. Ces rectifications entrainent l’abandon de certaines parties de l’ancien chenal qui se transforme en zone humide avec le dépôt de sédiments très organiques (US9a) (fig. 8E). Les changements au sein du chenal sont accompagnés par de l'alluvionnement limoneux (US10) sur la plaine alluviale qui participe aussi au comblement des bras morts (US9b) (fig. 8E). Les datations effectuées dans ces bras morts suggèrent un comblement rapide en moins d’un siècle.

33L'Époque Moderne (1500-1800 ap. J.-C) correspond à la période de fonctionnement des deux moulins du site. Elle est marquée par un alluvionnement limoneux (US12) toujours important sur la plaine d'inondation (fig. 8F), ainsi que des colluvionnements au pied des versants (US11) (fig. 8F). Cette fourniture sédimentaire marque l'apogée de l'ouverture des paysages environnants avec au début du XIXe siècle, 80 % des surfaces du bassin versant en culture ouverte (contre 50 % actuellement) et très probablement une connectivité sédimentaire maximum entre les versants cultivés et le fond de la vallée (Germaine et Lespez, 2012). En effet, les fonds de vallée de cette période se composaient majoritairement de biens communaux sous forme de prairies humides (Lespez, 2012) dont les chemins, fossés et cours d'eau connexes étaient régulièrement entretenus, favorisant le transit sédimentaire vers le cours d’eau.

34La fin de l'Époque Contemporaine marque l’arrêt des deux moulins et au milieu du XXe siècle la destruction des seuils en lit mineur. Parallèlement, il s'opère un ralentissement puis un arrêt de la sédimentation limoneuse dans le fond de vallée. Cette dynamique n'a pas pu être datée avec précision, mais aujourd'hui on n'observe plus -ou très rarement- des débordements de crue sur le lit majeur (Viel, 2012). Des documents d’archives de la fin du XIXe et du début du XXe siècle font état de curage régulier du lit mineur de la Seulles « à vifs fonds et à vifs bords » afin « d’assurer le libre cours des eaux et leur conservation dans leur lit » (source : Arrêté préfectoral de curage des cours d’eau du Calvados, 1915, Archives Départementales du Calvados : S 12837). Ces curages ont sans nul doute altéré le profil des chenaux sans que l’on puisse en connaître aujourd’hui le degré.

5.2. Rôle des aménagements dans la construction de la plaine alluviale limoneuse

35Ces nouvelles investigations montrent que sur le site du Heuzé, la Seulles passe d'un tracé à chenaux multiples à la fin de l’Âge du Bronze, à un chenal unique méandriforme au début du Moyen-âge, du fait de l'arrivée des premiers sédiments limoneux d’origine colluvio-alluviale. Cette dynamique est à mettre en lien avec le changement général du paysage dû à des variations du climat et d’occupation du sol bien décrites dans la région (Germain-Vallée et Lespez, 2006 ; Lespez, 2012), en particulier dans la vallée de la Mue, (Lespez et al., 2008) mais aussi sur les rivières du Bassin parisien (Pastre et al., 2002) et dans les fonds de vallées d'Angleterre (Brown and Keough, 1992 ; Foulds and Macklin, 2006). Les processus sédimentaires associés à la faible puissance de la Seulles favorisent la fixation du chenal avant même son artificialisation par les premiers aménagements hydrauliques. L’absence de mobilité latérale est compensée par une accélération de l’aggradation de la plaine alluviale liée principalement à des dépôts limoneux de crues récurrentes. Sur le site du Heuzé, cette dynamique va être amplifiée à la fin du Moyen-Âge par le redimensionnement et la rectification du cours de la Seulles pour l'alimentation des moulins. Ces travaux, qui concernent 60 % de la longueur de la rivière, ont eu pour effet de cloisonner de façon permanente le lit mineur de la Seulles pour le fonctionnement des deux moulins. Ils ont entrainé son étagement quasi complet et provoqué une diminution générale des vitesses d'écoulement. Cette situation, en freinant le transport sédimentaire, a favorisé la sédimentation à l’amont des ouvrages et dans la plaine d’inondation. L’absence de vannage et le manque d’entretien ont vraisemblablement provoqué une élévation progressive du niveau d'eau dans le chenal et ainsi favorisé les débordements qui ont entrainé des plaintes de riverains. Cette dynamique, couplée jusqu’au début du XXe siècle à une augmentation de la fourniture sédimentaire suite à la mise en valeur intensive du bassin, peut expliquer l’élévation rapide du niveau de la plaine alluviale limoneuse. L’alluvionnement a pu être volontairement accentué en raison de pratiques de baignage de prairie par débordement comme cela a été observé ailleurs en France, (Guichané, 1993 ; Cabouret, 1999 ; Jacob-Rousseau et al., 2016) mais aussi sur certains cours d'eau de la région (Dupré, 1982 ; Hédin, 1951). En extrapolant à l'échelle du bassin versant, 60 % du remplissage holocène de la plaine alluviale se serait mis en place au cours des derniers 600 ans. Ainsi, depuis le XIe siècle, la multiplication des moulins à eau sur la Seulles et l’étagement de la ligne d’eau auraient fortement contribué à l’édification de la plaine alluviale limoneuse. Celle-ci constitue l’héritage sédimentaire d'un cours d'eau au fonctionnement contrôlé par l'activité humaine. Les nouvelles données obtenues sur le site du Heuzé suggèrent que le modèle de construction de la plaine alluviale "Stable Bed Aggrading Bank" proposé par Brown and Keough (1992) pour décrire les rivières des Midlands en Angleterre et repris par Lespez et al. (2015) pour la Seulles s’applique à la moyenne vallée étudiée ici. Elles font surtout ressortir que l'aménagement ancien et complet du chenal est sans doute en grande partie responsable de la stabilité latérale et des débordements fréquents de la Seulles au cours d'une période où la fourniture sédimentaire est maximale comme cela a aussi pu être mis en évidence sur les cours d’eau du nord-est des États-Unis (Walter et Merritts, 2008 ; Pearson et al., 2016) et en Europe centrale (Larsen et al., 2013 ; Wilder et al., 2014).

5.3. Désaménagement et dynamique du cours d'eau

36Depuis le début du XIXe siècle et suite à son abandon, l'équipement hydraulique de la Seulles n’est plus entretenu (Lespez et al., 2005 ; Germaine et Lespez, 2012). Le désaménagement sur la Seulles et sur la majorité des rivières est d’abord le fruit de la désuétude des ouvrages (Lespez et Germaine, 2016). Mais, à partir des années 2000, la mise en place des politiques européennes de rétablissement des continuités écologiques et sédimentaires le favorisent. Cela engendre un décloisonnement graduel du chenal (Melun, 2012). L’abandon des structures hydrauliques fait ressortir tout leur poids sur les dynamiques hydrosédimentaires. En effet, au Heuzé, les tronçons recreusés pour la création de retenue constituent encore aujourd’hui la majeure partie du lit mineur de la Seulles. La très faible pente artificielle inhibe l’énergie du cours d’eau qui est incapable de se réadapter malgré le percement des seuils et le décloisonnement du chenal. À l’inverse, du fait du comblement des biefs et de leur abandon, la concentration des écoulements sur les quelques tronçons non rectifiés préservés provoque l’augmentation de l’énergie du cours d’eau et de sa capacité de réajustement. Cela est parfaitement illustré sur le site du Heuzé où des reculs de berge conséquents ont été mesurés sur le tronçon n°2 (Viel, 2012 ; Carbon, 2016), alors que l'étude sur la longue durée montre que le chenal de la Seulles a été très stable avant et après son aménagement. Ces résultats vont clairement dans le sens d’études récentes qui ont mis en évidence un bilan sédimentaire actuel largement négatif avec une remobilisation des stocks de fond de vallée par le cours d’eau (Viel, 2012 ; Lespez et al., 2015). Ces mécanismes participent pour moitié à l'export sédimentaire total à l'exutoire. On assiste donc à un réajustement contemporain du cours de la Seulles suite à son décloisonnement partiel depuis une cinquantaine d'années et à une déconnexion du chenal d'avec son lit majeur du fait de l'augmentation des hauteurs de berge. Le système fluvial de la Seulles, dominé depuis 600 ans par des processus de dépôts de sédiments au sein de la plaine alluviale, bascule actuellement vers une nouvelle phase dominée par l'érosion actionnée par les processus d’ablation qui entraîne leur déstockage. Les nouvelles données obtenues au Heuzé permettent de faire évoluer le modèle "Stable Bed Aggrading Bank" en place depuis plus d'un millénaire comme cela avait été suggéré par Lespez et al. (2015). Elles montrent également que, localement, la déstabilisation observée actuellement est bien antérieure aux impacts des actions de restauration des continuités écologiques, mais que celles-ci pourraient l'accentuer.

6. Conclusion

37La recherche présentée dans cet article montre le rôle de l'Homme dans la transformation des fonds de vallées depuis 3 000 ans. À travers l'étude des archives sédimentaires, historiques et archéologiques de la Seulles, cette recherche a permis de mettre en exergue le rôle des actions humaines dans la métamorphose d'un cours d'eau normand au cours du dernier millénaire. Cette métamorphose s’explique par les répercussions des pratiques agropastorales qui se traduisent par des arrivées sédimentaires limoneuses dans le fond de vallée depuis la fin de l'Âge du Fer, fréquemment documentées dans la région. Cette fourniture sédimentaire qui s'accélère au cours du Moyen-Âge pour perdurer jusqu'à la fin du XIXe siècle est à l'origine de la mise en place d'un chenal unique immobile qui méandre au sein d'une plaine alluviale limoneuse, comme cela a largement été démontré en Europe de l’Ouest (Brown, 1997 ; Pastre et al., 2002 ; Foulds et Macklin, 2006 ; Notebeart et Verstraeten, 2010). Mais l'étude réalisée permet de manière plus spécifique et plus originale de démontrer le poids des aménagements hydrauliques et notamment les aménagements liés aux moulins sur la transformation des formes du chenal, de la plaine alluviale et des flux qui les parcourent. Elle montre également la diversité des répercussions de l’étagement du lit mineur et de son désaménagement sur un cours d’eau de faible énergie. En effet, la structuration complète du cours d'eau depuis le Moyen-Âge central a complètement artificialisé le tracé du chenal, la pente de la ligne d'eau et cloisonné le lit mineur. Cela a favorisé sa stabilité latérale et la sédimentation par débordement dans la plaine alluviale. Cette structuration et la sédimentation limoneuse qui lui est associée sont à l'origine de la mise en place d'un équilibre dynamique et des formes hydrosédimentaires depuis 600 ans. L'abandon de la gestion des structures hydrauliques et leur destruction depuis le début du XIXe siècle, qui s’est accéléré depuis une soixantaine d'années, vient remettre en cause cet équilibre. L’exemple de la Seulles souligne la complexité locale du rôle des héritages et de leurs impacts sur le système fluvial comme de l’hétérogénéité des dynamiques du fait du réajustement en cours. Dans un contexte de promotion des opérations de démantèlement des ouvrages en travers, elle montre qu’il est aujourd’hui indispensable de définir et de prendre en compte cet héritage à des échelles fines pour comprendre et anticiper au mieux l’impact du désaménagement sur les dynamiques hydrosédimentaires des cours d’eau de faible énergie.

Haut de page

Bibliographie

Angers D. (2010) – Le terrier de Philippe d’Harcourt et Jeanne de Tilly, seigneurs de Tilly-sur-Seulles (1375-1415). Publications du CRAHM, 321p.

Arnaud-Fassetta G., Carcaud N., Castanet C., Salvador P.G. (2010) – Fluviatile palaeoenvironments in archaeological context: Geographical position, methodological approach and global change - Hydrological risk issues. Quaternary International, 216, 93‑117.
DOI : 10.1016/j.quaint.2009.03.009

Barraud R. (2009) – La rivière aménagée et le moulin à eau. Un héritage en déshérence ? Trajectoires, modèles et projets de paysage. Exemple des vallées sud-armoricaines. Bulletin de l'Association des Géographes Français, 86, 32‑45.
DOI : 10.3406/bagf.2009.2652

Beauchamp A., Lespez L., Delahaye D. (2017) – Impacts des aménagements hydrauliques sur les systèmes fluviaux bas-normands depuis 3000 ans, premiers résultats d’une approche géomorphologique et géoarchéologique dans la moyenne vallée de la Seulles. Quaternaire, sous-presse, 4 p.

Bjerklie D.M., Moller D., Smith L.C., Dingman S.L., (2005) Estimating discharge in rivers using remotely sensed hydraulic information. Journal of Hydrology, 309, 191‑209.
DOI : 10.1016/j.jhydrol.2004.11.022

Blangy A. (1889) – Journal des fouilles de St-Vaast : Siège de 1356. Typographie-lithographie E. Valin, 177 p.

Bourrienne V. (1902) – Antiquus cartularius Ecclesiae Baiocensis : livre noir. Tome 2. A. Lestringant (Rouen), 459 p.

Bravard J.P., Petit F. (1997) – Les cours d’eau, dynamique du système fluvial. Coll. U, Géographie, Armand Colin, 222 p.

Brookes A. (1988) – Channelized Rivers: Perspectives for Environmental Management. Wiley, Chichester, 342 p.

Brown A.G. (1997) – Alluvial geoarchaeology. Floodplain archaeology and environmental change. Cambridge manuals in Archaeology. Cambridge University Press, Cambridge, 404 p.

Brown A.G., Keough M.K. (1992) – Palaeochannels and palaeolandsurfaces: the geoarchaeological potential of some Midland (U.K.) floodplains. In Needham S., Macklin M. (Eds.), Archaeology Under Alluvium. Oxbow, Oxford, 185‑196.

Cabouret M. (1999) – L’irrigation des prés de fauche en Europe occidentale, centrale et septentrionale : essai de géographie historique. KARTHALA (Ed.), 319 p.

Carbon D. (2016) – Mobilité et rôle de la charge de fond dans le fonctionnement géomorphologique des cours d’eau bas-normands. Mémoire de Master, Université de Caen Basse-Normandie, 198 p.

Castanet C. (2008) – La Loire en val d’Orléans : dynamiques fluviales et socio-environnementales durant les derniers 30 000 ans : de l’hydrosystème à l’anthroposystème. Thèse de doctorat, Université Paris 1 Panthéon Sorbonne, 545 p.

Chow V.T. (1959) – Open channel hydraulics. McGraw-Hill Book Company, Inc; New York, 705 p.

Clet-Pellerin M., Verron G. (2004) – Influence de l'Homme sur l'évolution des paysages normands pendant l'Holocène. In Richard H. (Ed.), Néolithisation précoce. Premières traces d'anthropisation du couvert végétal à partir de données polliniques. Annales Littéraires, Série Environnement, sociétés et archéologies, Presses Universitaires Franc-Comtoises, Besançon, 7, 53‑68.

Csiki S., Rhoads B.L. (2010) – Hydraulic and geomorphological effects of run-of-river dams. Progress in Physical Geography, 34 (6), 755-780.
DOI : 10.1177/0309133310369435

David M. (2016) – Dynamique fluviale de la Garonne à l’anthropocène : trajectoire d’évolution du tronçon fluvial compris entre les confluences de l’Ariège et du Tarn (Garonne toulousaine, 90 km) Thèse de doctorat, Université Toulouse le Mirail, 285p.

Decaens J. (1987) – Les origines du village et du château de Saint-Vaast-sur-Seulles (Calvados). Anglo-Norman Studies, X, Procedings of the Battle Conference, 83‑100.

Delisle L. (1851) – Études sur la condition de la classe agricole et l’état de l’agriculture en Normandie, au Moyen-Âge. Hérissey, 820 p.

Dupré P. (1982) – Évolution du patrimoine industriel dans la vallée de I’Orbiquet. Annales de Normandie, 32, 209‑235.

Dury G.H. (1961) – Bankfull discharge: an example of its statistical relationships. Int. Assoc. Sci. Hydrol. Bull., 6, 48‑55.
DOI : 10.1080/02626666109493230

Fauroux M. (1961) – Recueil des actes des ducs de Normandie de 911 à 1066. Caron, 560p.

Foulds S.A., Macklin M.G. (2006) – Holocene land-use change and its impact on river basin dynamics in Great Britain and Ireland. Progress in Physical Geography, 30, 589‑604.
DOI :
10.1177/0309133306071143

Gartner J.D., Magilligan F.J., Renshaw C.E. (2015) – Predicting the type, location and magnitude of geomorphic responses to dam removal: Role of hydrologic and geomorphic constraints. Geomorphology, 251, 20‑30.
DOI : 10.1016/j.geomorph.2015.02.023

Germaine M.A., Lespez L. (2012) – Le poids des héritages dans la gestion des paysages. In Lespez L. (Ed.), Paysages et Gestion de L’eau : sept millénaires d’histoire des vallées en Normandie. Presses universitaires de Caen, 273‑302.

Germaine M.A., Barraud R. (2013) – Les rivière de l’ouest de la France sont-elles seulement des infrastructures naturelles ? Les modèles de gestion à l’épreuve de la directive-cadre sur l’eau. Natures Sciences Sociétés, 21, 3, 373‑384.

Germain-Vallée C., Lespez L. (2006) – Dynamique holocène d'un fond de vallée normand (Laizon, Calvados), approche géomorphologique et micromorphologique.
In Allée P., Lespez L. (Eds.). L'érosion entre Société, Climat et Paléoenvironnement. Table Ronde en l'honneur de René Neboit-Guilhot, Clermont-Ferrand, France. Presses Universitaires Blaise Pascal, 279‑284.

Guichané R. (1993) – L’aménagement hydraulique de la Claise tourangelle et de ses affluents du Moyen-Âge à nos jours. Rev. Archéologique Cent. Fr., 32, 109‑152.
DOI : 10.3406/racf.1993.2688

Hédin L. (1951) – Les conditions d’exploitation de la prairie en Normandie, depuis le XIXe siècle. Ann. Normandie, 1, 45‑69.
DOI : 10.3406/annor.1951.4198

Jacob-Rousseau N., Tscheiller C., Météry F., Navratil O. (2016) – La petite hydraulique agricole et industrielle, de l’histoire économique à l’évaluation quantitative des pressions sur les écoulements, XIXe–début XXe siècle. Bassins de l’Arroux, de la Grosne et de la petite Grosne (Bourgogne, France). Bulletin de la Société Géographique de Liège, 67, 143‑160.

Koudinoff C., Lemaitre M., Chaussis R., Gouvazé J. (2005) – Détermination des coefficients de Manning sur le bassin-versant de la Seulles, Projet tutoré de Géographie. Université de Caen, 39 p.

Larsen A., Fuelling A., Larsen J. (2013) – The legacy of mill dams in central European loworder streams. Geophysical Research Abstracts, Vol. 15, EGU2013-12696.

Lautridou J.P. (1985) – Le cycle périglaciaire pleistocène en Europe du Nord-Ouest et plus particulièrement en Normandie. Thèse de doctorat, Université de Caen, 908 p.

Léchaudé d'Anisy A.L. (1834) – Extrait des chartes, et autres actes Normands ou Anglo- qui se trouvent dans les archives du Calvados. 550 p.

Lespez L. (2012) – Paysages et gestion de l’eau: sept millénaires d’histoire des vallées et des plaines littorales en Basse-Normandie. Presses universitaires de Caen, 335 p.

Lespez L., Garnier E., Cador J.M., Rocard D. (2005) – Les aménagements hydrauliques et la dynamique des paysages des petits cours d’eau depuis le XVIIIe siècle dans le nord-ouest de la France : l’exemple du bassin versant de la Seulles (Calvados). Aestuaria, 7, 89‑109. 

Lespez L., Clet-Pellerin M., Limondin-Lozouet N., Pastre J.F., Fontugne M., Marcigny C. (2008) – Fluvial system evolution and environmental changes during the Holocene in the Mue valley (Western France). Geomorphology, 98, 55‑70.
DOI :
10.1016/j.geomorph.2007.02.029

Lespez L., Viel V., Rollet A.J., Delahaye D. (2015) – The anthropogenic nature of present-day low energy rivers in western France and implications for current restoration projects. Geomorphology, 251 (15), 64‑76.
DOI : 10.1016/j.geomorph.2015.05.015

Lespez L., Germaine M.A. (2016) – La rivière désaménagée ? Les paysages fluviaux et l'effacement des seuils et des barrages en Europe de l'Ouest et en Amérique du Nord-Est. Bulletin de la Société Géographique de Liège, 67, 223-254.

Lespez L., Germaine M.A., Barraud R. (2016) – L'évaluation par les services écosystémiques des rivières ordinaires est-elle durable ? VertigO - la revue électronique en sciences de l'environnement [En ligne], Hors-série 25 août 2016, mis en ligne le 26 août 2016. URL : http://vertigo.revues.org/17443 ;
DOI :
10.4000/vertigo.17443

Manning R. (1891) – On the flow of water in open channels and pipes. Trans. Inst. Civ. Eng. Irel. XX, 161‑207.

Melun G. (2012) – Évaluation des impacts hydromorphologiques du rétablissement de la continuité hydro-sédimentaire et écologique sur l’Yerres aval. Thèse de doctorat, Université Paris-Diderot - Paris VII, 336 p.

Nanson G.C., Croke J.C. (1992) – A genetic classification of floodplains. Geomorphology, 4, 459-486.
DOI : 10.1016/0169-555X(92)90039-Q

Navratil O. (2005) – Débit de pleins bords et géométrie hydraulique : une description synthétique de la morphologie des cours d’eau pour relier le bassin versant et les habitats aquatiques. Thèse de doctorat, Institut National Polytechnique de Grenoble, 308 p.

Notebaert B., Verstraeten G. (2010) – Sensitivity of West and Central European river systems to environmental changes during the Holocene: A review. Earth-Science Reviews, 103, 163‑182.
DOI : 10.1016/j.earscirev.2010.09.009

Pastre J.F., Gauthier A., Le Jeune Y., Leroyer C., Limondin-Lozouet N., Orth P., Fontugne M. (2002) – Variations paléoenvironnementales et paléohydrologiques durant les 15 derniers millénaires : les réponses morphosédimentaires des vallées du Bassin Parisien (France). In Bravard J.P. et Magny M. (Eds.), Les fleuves ont une histoire. Paléoenvironnement des rivières et des lacs français depuis 15000 ans. Ed. Errance, 2002, 29‑44.

Pearson A.J., Pizzuto J.E., Vargas R. (2016) – Influence of run of river dams on floodplain sediments and carbon dynamics. Geoderma, 272, 51‑63.
DOI :
10.1016/j.geoderma.2016.02.029

Petit F., Pauquet A. (1997) – Bankfull discharge recurrence interval in gravel-bed rivers. Earth Surface Processes and Landforms, 22, 685‑693.
DOI : 10.1002/(SICI)1096-9837(199707)22:7<685::AID-ESP744>3.0.CO;2-J

Pichot D. (2002) – Le moulin et l’encellulement dans l’ouest français (XIe–XIIIe siècle). In Mousiner (Ed.), Moulins et meuniers dans les campagnes européennes : IXe-XVIIIe siècle : actes des XXIes Journées internationales d'histoire de l'Abbaye de Flaran, 3-5 septembre 1999, 111‑130.

Pizzuto J. (2002) – Effects of Dam Removal on River Form and Process Although many well-established concepts of fluvial geomorphology are relevant for evaluating the effects of dam removal, geomorphologists remain unable to forecast stream channel changes caused by the removal of specific dams. BioScience, 52, 683‑691.
DOI :
10.1641/0006-3568(2002)052[0683:EODROR]2.0.CO;2

Poeppl R.E., Keesstra S.D., Hein T. (2015) – The geomorphic legacy of small dams-An Austrian study. Anthropocene, 10, 43‑55.
DOI :
10.1016/j.ancene.2015.09.003

Reimer P.J., Bard E., Bayliss A., Beck J.W., Blackwell P.G., Bronk Ramsey C., Buck C.E., Cheng H., Edwards R.L., Friedrich M., Grootes P.M., Guilderson T.P., Haflidason H., Hajdas I., Hatté C., Heaton T.J., Hoffmann D.L., Hogg A.G., Hughen K.A., Kaiser K.F., Kromer B., Manning S.W., Niu M., Reimer R.W., Richards D.A., Scott E.M., Southon J.R., Staff R.A., Turney C.S.M., van der Plicht J. (2013) – IntCal13 and Marine13 radiocarbon age calibration curves 0–50,000 years cal BP. Radiocarbon, 55 (4), 1869‑1887.
DOI : 10.2458/azu_js_rc.55.16947

Saige M.J.J.G. (1895) – Cartulaire de la seigneurie de Fontenay le Marmion provenant des archives de Matignon, publié par ordre de S.A.S. le prince Albert Ier, prince souverain de Monaco. Impr. de Monaco. 230 p.

Strickler A. (1923) – Beiträge zur Frage der Geschwindigkeitsformel und der Rauhigkeitszahlen für Ströme, Kanäle und geschlossene Leitungen. Eidg. Amt für Wasserwirtschaft, Bern, 265‑268.

Trzpit J.P. (1970) – Atlas de Normandie, Article de présentation du climat. Association pour l’Atlas de Normandie, Caen, 3 planches et texte sur le climat.

Vayssière A., Depret T., Castanet C., Gautier E., Virmoux C., Carcaud N., Garnier A., Brunstein D., Pinheiro D. (2016) – Étude des paléoméandres holocènes de la plaine alluviale du Cher (site de Bigny, moyenne vallée du Cher). Géomorphologie. Relief, Processus, Environnement, 22 (2), 163‑176.
DOI : 10.4000/geomorphologie.11369

Vernhet Y., Maurizot P., Le Gall J., Gigot P., Dupret L., Barbier G., Lerouge G., Besombes J.C., Pay T., avec la collaboration de Pellerin J., Dugue O., Fily G. (2002) – Notice explicative, Carte géol. France (1/50 000), feuille Villers-Bocage (145). Orléans : BRGM, 229 p.

Viel V. (2012) – Analyse spatiale et temporelle des transferts sédimentaires dans les hydrosystèmes normands. Exemple du bassin versant de la Seullles. Thèse de doctorat, Université de Caen, 369 p.

Viel V., Rollet A.J., Delahaye D., Lespez L., Cador J.M. (2013) – Creation of an observatory of sediment transfers in Lower Normandy hydrosystems (western France) in the context of the European Water Framework Directive application. Eur. Cont. Hydrosystems, 113‑124.

Walter R.C., Merritts D.J. (2008) – Natural Streams and the Legacy of Water-Powered Mills. Science, 319, 299‑304.
DOI :
10.1126/science.1151716

Wilder N., Larsen A., Lungershausen U. (2014) – Historical impact of dams and weirs on the fluvial system in the low order rivers of central Europe. Geophysical Research Abstracts Vol. 16, EGU2014‑4482.

Williams G.P. (1978) – Bank-full discharge of rivers. Water Resources Research, 14, 1141‑1154.
DOI :
10.1029/WR014i006p01141

Wohl E. (2015) – Legacy effects on sediments in river corridors. Earth-Science Reviews, 147, 30‑53.
DOI : 10.1016/j.earscirev.2015.05.001

Haut de page

Annexe

Abridged English version

Over the last twenty years, the management of French rivers has seen many changes. Mainly as a result of the new politics advocating the restoration of water quality especially the reestablishment of the ecological and sedimentary continuity. The realization of these objectives has been carried out in France by the destruction of all artificial structures crossing riverbeds which inhibit this continuity. Many of these obstacles are now obsolete but are witness of the essential economic history of the European rivers. Its shows the profound effect that human society has had on rivers over the last 2,000 years. Today, the removal or leveling of these constructions is altering the hydrosedimentary dynamics of rivers which have been establish progressively over the course of the century. This is beginning to reveal the consequences of these installations on alluvial sediments. It has become imperative to take account of the impact of these installations on the sedimentary dynamic in the valley.

In Normandy, the first studies have shown a long history of the construction along the water course since the roman period. Since the beginning of Middle-Ages, these installations have been largely watermills. They progressively saturated the hydrographic network of Normandy. They characterize the anthropogenic control over the river in the west of France since the Middle-Ages. The understanding of the impact of anthropogenic transformations on the dynamics of rivers requires the study of the evolution of hydraulic equipment over the time. Today, structures related to the milling industry (dams, weirs, sluice gate, etc.) are at the heart of river restoration. The knowledge of the hydrosedimentary dynamic in rivers before and during the construction of these structures is very fragmentary. Thus, we know little about the cycle of erosion and sedimentation which has played its part in Norman Rivers during the last 1,000 years and the anthropogenic forces which have influenced these processes. The objective today is to understand and measure the effects of these historic events on the functioning of the rivers in Normandy. This will allow us to improve the contemporary management of river and to put into perspective the actual effect of long term interactions between Nature and Society on the fluvial system.

To better understand the effects of Nature and Society on the fluvial system, researches have been done on the Heuzé site situated in the middle section of the Seulles valley. The objective was to reconstitute the hydrosedimentary dynamics of the channel over at least the last 2,000 years to better understand the cycle of erosion and sedimentation in the floodplain. The idea was also to refine the knowledge concerning the history and the methods of mills construction on the Seulles and to analyze the effects of these artificial constructions on river sedimentation. For this, a complete census of watermills along the Seulles was carried out which revealed more than 60 mills, one third of which already existed during the Middle-Ages. The study of two mills and their installation on the Heuzé site permitted to refine our understanding the hydrosedimentary disturbance link to the construction and use of these mills. This study showed the historic effect of the transformation caused by humans on the rivers of Normandy. This metamorphosis was principally caused by the repercussions of agricultural practices which have cause silty sedimentation in the valley since the Iron Age. Since then, a unique, immobile and meandering channel was constructed in the silty alluvial plain. Before, the building of the mills on the Heuzé reach, the modeled is 4 ± 0.5 m³/s with a low specific power (5 W/m²) taking into account the margin of error from the bed rugosity. This explains the low mobility of the channel during the 1st millennium AD.

This study permitted also to highlight the effects of hydraulic constructions and notably watermill on the floodplain. This construction since the mid Middle-Ages has artificially and totally changed the course, often divided in two streams, and partitioned the river. The construction of watermill was locally accompanied by a change in the river' course making it artificially straight as seen at the Heuzé site. This artificial river course have less slope and the calculated specific power for the reach of this period remain very low, between 2 et 6 W/m², while the silting of the floodplain increased. Thus, it appears that the silty sedimentation have been associated with a new dynamic equilibrium caused by the implantation of watermills over the last 600 years.

The end of the hydraulic system and the progressive destruction of hydraulic structures (weir and leat) over the last fifty years have an effect on this former equilibrium. When the course of the river stay in the former artificial and straightened channel, the destruction of obstacle to flow have low consequences because the longitudinal slope remain low as the specific power, always less than 7 W/m². On the contrary, when the river flows in the former “natural talweg”, the slopes increase and the gain in specific power can be impressive, up to 80 W/m². So, locally, it has also provoke a vertical and lateral erosion associated with channel mobility which was more or less nonexistent over the previous 2,000 years. This has also favored the disconnection between the river course and its floodplain. It diminished the frequencies of flooding as well as the amount of sedimentation in the floodplain despite the increase of sedimentary connectivity over the last fifty years in the catchment area.

To conclude, the current dynamics of the Seulles is complex, partly inherited from the 2,000 years old regulated river and partly the fruit of their recent destabilization which had begun before the implementation of the environmental rules of management. Today, it is crucial to improve our knowledge of the long term effect of the river management on the hydrogeomorphic processes even for small rural rivers. The knowledge of the sedimentary legacy should be taken into account to anticipate the consequences of the application of the new environmental politics.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Localisation du bassin de la Seulles et du site du Heuzé (sources. BD alti, IGN).Fig. 1 – Location of the catchment of the Seulles River and the study area of Heuzé (sources. BD alti, IGN).
Légende 1. Limite du bassin versant ; 2a. Massif cristallin ; 2b. Bassin sédimentaire ; 3. Trait de côte ; 4. Station hydrologique de la DREAL ; 5. Agglomérations principales ; 6. Site du Heuzé ; 7. Réseau hydrographique. 1. Catchment of the Seulles river; 2a. Crystalline rock; 2b. Sedimentary rock; 3. Coastline; 4. Hydrological station; 5. Main cities; 6. Study area of Heuzé; 7. hydrographic network.
URL http://geomorphologie.revues.org/docannexe/image/11702/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 2,1M
Titre Fig. 2 – Site d'étude du Heuzé (sources. BD alti, IGN). Fig. 2 – Study area of Heuzé (sources. BD alti, IGN).
Légende A. Localisation. B. Photo du lit et de la berge de la Seulles. C. Aperçu des tranchées en 2014. 1. Tracé actuel de la Seulles et de ses affluents ; 2. Bief de moulin ; 3. Sondage 2015 ; 4. Sondage 2014 ; 5. Localisation des profils en travers du cours d’eau ; 6. lit majeur de la Seulles découpé en tronçons. A. Location map. B. Picture of riverbed and ban.; C. Overview of trenches in 2014. 1. Hydrographic network; 2. Mill race; 3. Trenches location in 2015; 4. Trenches location in 2014; 5. Location of river cross-section; 6. Seulles's floodplain sections.
URL http://geomorphologie.revues.org/docannexe/image/11702/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 3,8M
Titre Fig. 3 – Transect stratigraphique de la plaine alluviale de la Seulles au site du Heuzé.Fig. 3 – Cross-section of the Seulles floodplain at Heuzé site.
Légende 1. Schiste ; 2. Galet, cailloux, sable (US1) ; 3. Limon argileux ocre (US2) ; 4. Cailloutis et sable organique (US3) ; 5. Sable gris-ocre (US4) ; 6. Limon sableux organique (US5) ; 7. Limon argileux sableux gris à brun (US6) ; 8. Remblais caillouteux (US7) ; 9. Sable fin à grossier (US8) ; 10. Limon argileux gris organique (US9a/US9b) ; 11. Limon brun (US10) ; 12. Limon brun clair caillouteux (US11) ; 13. Limon brun clair (US12) ; 14. Datation radiocarbone ; 15. Datation non retenue ; 16. Emplacement des tranchées.1. Schistous rock; 2. Gravel and sand (US1); 3. Ocher silty clay (US2); 4. Organic sand (US3); 5. Gray-ocher sand (US4); 6. Organic sandy loam (US5); 7. Gray sandy clay loam (US6); 8. Rocky fill (US7); 9. Fine to coarse sand (US8); 10. Organic clay loam (US9a / US9b); 11. Brown silt (US10); 12. Light brown stony silt (US11); 13. Light brown silt (US12); 14. Radiocarbon dating; 15. Dating not retained; 16. Trench location.
URL http://geomorphologie.revues.org/docannexe/image/11702/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Titre Fig. 4 – Identification des paléoméandres au Heuzé par photo-interprétation (sources. BD ortho IGN 2012) et levés de terrain.Fig. 4 – Identification of the palaeomeanders in Heuzé site (sources. BD ortho IGN 2012).
Légende A. Photographie aérienne du site ; B. Cartographie des paléochenaux identifiés ; C. Reconstitution cartographique du paléochenal médiéval ; 1. Paléoméandres identifiés ; 2. Tracé suggéré du paléochenal au Moyen-Âge ; 3. Plaine d'inondation ; 4. Bief de moulin ; 5. Hydrographie actuelle ; 6. Tranchées de 2015 ; 7. Localisation des profils en travers.A. Aerial photography of the site; B. Map of identified paleochenals; C. Reconstruction of the medieval paleochenal 1. Identified palaeomander; 2. Suggested palaeo-watercourse from the Middle Ages; 3. Floodplain; 4. Mill race; 5. Current hydrography; 6. Trenches of 2015.
URL http://geomorphologie.revues.org/docannexe/image/11702/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 5,4M
Titre Tab.  – Datations par le radiocarbone réalisées sur le site d'étude. Tab. 1 – Radiocarbon dating of the study area.
URL http://geomorphologie.revues.org/docannexe/image/11702/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 512k
URL http://geomorphologie.revues.org/docannexe/image/11702/img-6.png
Fichier image/png, 1,3k
URL http://geomorphologie.revues.org/docannexe/image/11702/img-7.png
Fichier image/png, 1,7k
Titre Fig. 5 – Profil en long de la ligne d'eau à l'étiage, du fond du chenal et du haut de berge sur le site du Heuzé. Fig. 5 – Longitudinal profile of low water surface, channel bottom and top of the bank at the Heuzé site.
Légende 1. Tracé actuel de la Seulles ; 2. Plaine alluviale ; 3. Limite de tronçon ; 4. Tracé des biefs de moulin ; 5. Profil de la berge gauche ; 6. Profil de la ligne d’eau ; 7. Profil du fond du chenal.1. Hydrographic network; 2. Floodplain; 3. Section limit; 4. Mill race; 5. Left bank profile; 6. Water surface profile; 7. River bottom profile.
URL http://geomorphologie.revues.org/docannexe/image/11702/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 1,6M
Titre Tab. 2 – Paramètres morphométriques des méandres actuels et paléoméandres.Tab. 2 – Morphometric parameters of current meanders and palaeomeanders.
URL http://geomorphologie.revues.org/docannexe/image/11702/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 284k
Titre Fig. 6 – Répartition diachronique des moulins sur la Seulles.Fig. 6 – Diachronic distribution of Seulles watermills.
Légende 1. Réseau hydrographique ; 2. Bassin versant de la Seulles ; 3. Emplacement des seuils de moulin ; 4. Profil en long de la Seulles ; 5. Substrat schisteux ; 6. Substrat sédimentaire (Vernhet et al., 2002). 1. Hydrographic network; 2. Catchment of the Seulles river; 3. Location of mill dam; 4. Longitudinal profile of Seulles river; 5. Schistous rock; 6. Sedimentary rock. (Vernhet et al., 2002).
URL http://geomorphologie.revues.org/docannexe/image/11702/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 952k
Titre Fig. 7 – View and stratigraphy of medieval paleochenal in trench n°3
URL http://geomorphologie.revues.org/docannexe/image/11702/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 3,9M
Titre Fig. 8 – Évolution chronostratigraphique de la plaine alluviale de la Seulles sur le site du Heuzé. Fig. 8 – Chronostratigraphic evolution of the Seulles floodplain at Heuzé site.
Légende 1. Galet, cailloux, sable (US1) ; 2. Limon argileux ocre (US2) ; 3. Cailloutis et sable organique (US3) ; 4. Évolution du chenal ; 5. Évolution sédimentaire ; 6. Sable gris-ocre (US4) ; 7. Limon sableux organique (US5) ; 8. Limon argileux sableux gris à brun (US6) ; 9. Limon brun clair caillouteux (US11) ; 10. Remblais caillouteux (US7) ; 11. Limon brun (US10) ; 12. Sable fin à grossier (US8) ; 13. Limon argileux gris organique (US9a/US9b) ; 14. Limon brun (US10) ; 15. Limon brun clair (US12). 1. Gravel and sand (US1); 2. Ocher silty clay (US2); 3. Organic sand (US3); 4. River evolution; 5. Sedimentary evolution; 6. Gray-ocher sand (US4); 7. Organic sandy loam (US5); 8. Gray sandy clay loam (US6); 9. Light brown stony silt (US11); 10. Rocky fill (US7); 11. Brown silt (US10); 12. Fine to coarse sand (US8); 13. Organic clay loam (US9a / US9b); 14. Brown silt (US10); 15. Light brown silt (US12).
URL http://geomorphologie.revues.org/docannexe/image/11702/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 2,7M
Titre Fig. 9 – Évolution des vitesses de sédimentation et granulométrie des sédiments de la plaine alluviale de la Seulles au Heuzé. Fig. 9 – Evolution of sedimentation rate and grain size in floodplain at Heuzé site.
URL http://geomorphologie.revues.org/docannexe/image/11702/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Axel Beauchamp, Laurent Lespez, Anne-Julia Rollet, Cécile Germain-Vallée et Daniel Delahaye, « Les transformations anthropiques d’un cours d’eau de faible énergie et leurs conséquences, approche géomorphologique et géoarchéologique dans la moyenne vallée de la Seulles, Normandie », Géomorphologie : relief, processus, environnement [En ligne], vol. 23 - n° 2 | 2017, mis en ligne le 14 juin 2017, consulté le 20 novembre 2017. URL : http://geomorphologie.revues.org/11702 ; DOI : 10.4000/geomorphologie.11702

Haut de page

Auteurs

Axel Beauchamp

Université de Caen Normandie, CNRS, UMR LETG 6554 – Esplanade de la Paix, 14032 Caen, France (axel.beauchamp@unicaen.fr). Tél : +33 6 75 18 47 95.

Laurent Lespez

Université de Paris-Est Créteil, CNRS, Laboratoire Géographie Physique UMR 8591 – 1 place Aristide Briand, 92195 Meudon, France (laurent.lespez@u-pec.fr).

Articles du même auteur

Anne-Julia Rollet

Université de Rennes 2, CNRS, UMR LETG 6554 – Place du Recteur Henri Le Moal, 35043 Rennes, France (anne-julia.rollet@univ-rennes2.fr).

Articles du même auteur

Cécile Germain-Vallée

Service Archéologique du Conseil Départemental du Calvados – 36 rue Fred Scamaroni, 14000 Caen, France (cecile.germain@calvados.fr).

Daniel Delahaye

Université de Caen Normandie, CNRS, UMR LETG 6554 – Esplanade de la Paix, 14032 Caen, France (daniel.delahaye@unicaen.fr).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Groupe français de géomorphologie

Haut de page
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Groupe français de géomorphologie
  • Revues.org