Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Jean-René Vanney et Loïc Ménanteau, Géographie du golfe ibéro-marocain

Instituto Hidrográfico, Lisbonne et Casa de Velázquez, Ed. 2004, 228 p., ISBN 84-95555-51-4
Lucien Laubier

Texte intégral

1Les auteurs de cet ouvrage, dont la conception est fort originale, en ont donné, dans leur épilogue, une excellente définition : « le golfe ibéro-marocain est la plus profonde empreinte laissée par la convergence des milieux solides, fluides et vivants, des civilisations et des trafics entre les bords occidentaux de l’Afrique et de l’Europe dressés au-dessus de la partie d’océan vrai la plus précocement intégrée à ce que les géographes anciens appelaient l’œkoumène, c’est-à-dire l’espace habité » (p. 195). Définition particulièrement riche, puisqu’elle combine, fait extrêmement rare, sinon unique, la géomorphologie de l’océan profond, du littoral et des terres émergées, avec les caractéristiques climatiques et hydroclimatiques ou proprement océanographiques, les implantations humaines et leur longue histoire, les principales activités, à terre comme en mer, …etc. À notre connaissance, c’est la première fois qu’une entité régionale de l’océan est traitée comme une région terrestre. Comme l’écrit fort justement dans la préface, l’Amiral José Torres Sobral, directeur de l’Institut Hydrographique de la Marine Portugaise, il s’agit d’une « analyse foncièrement géographique passant en revue tous les aspects constitutifs du milieu océanique naturel certes, mais aussi les peuplements et les activités des côtes et du large du golfe, c’est-à-dire de tous les éléments qui le composent, depuis les grands fonds abyssaux jusqu’à la côte, depuis les phénomènes naturels relevant des géosciences marines jusqu’aux transformations économiques et humaines, celles-ci devenant si importantes dans une partie clé de l’Atlantique depuis toujours traversée par une des grandes voies de l’économie et de la stratégie mondiales ».

2Cette approche largement pluridisciplinaire est le fruit de la connaissance très poussée qu’ont les deux auteurs de cette région, dans laquelle ils ont pu à diverses reprises exercer leurs talents de géographes, sans oublier la documentation et la bibliographie particulièrement riches qu’ils ont utilisées. Le résultat final est un ouvrage de géographie globale d’une région particulièrement complexe, qui a joué un rôle socio-économique et culturel singulier dès les premiers âges des civilisations méditerranéennes.

3L’ouvrage se compose de cinq chapitres, chacun d’eux comprenant deux parties complémentaires, l’ensemble étant précédé, comme il se doit, d’un prologue et suivi d’un épilogue. À eux seuls, les titres donnés à chacun des chapitres mettent bien en évidence la complexité de l’approche. Le premier chapitre est intitulé « L’insertion frontalière » ; histoire naturelle et histoire des sociétés interviennent presque à égalité dans les deux sous-chapitres, respectivement intitulés « Un argument incomparable » et « Un affrontement perpétué ». Le deuxième chapitre porte sur les « Les bilans bénéficiaires ». Le troisième chapitre « Les forçages contraires » est principalement consacré aux circulations marines, les auteurs choisissant ici de distinguer entre les forçages hauturiers et les forçages bordiers, parmi lesquels les échanges d’eau à Gibraltar, objet d’études récentes et d’alarmes et d’émerveillements antiques, constituent une des grandes originalités de cette région. Une carte très détaillée dessine le cheminement sinueux et parfois les véritables cataractes de l’eau profonde méditerranéenne sur le flanc nord du golfe ibéro-marocain. Le quatrième chapitre s’intitule « Les fluctuations géographiques » et se rapporte aux régimes auxquels sont soumises les eaux du golfe, entre « Les régimes durables » (les flux d’ouest) et « Les régimes temporaires », venant du nord et de l’est. Enfin, le cinquième chapitre « Les paradoxes du confinement » est plus particulièrement consacré à l’histoire des sociétés humaines, étroitement imbriquées avec l’histoire géologique de la région, depuis le temps « Des contraintes anciennes… » jusqu’« Aux nouveaux risques » de l’époque moderne. Sur ce dernier point, le jugement prononcé avec une fermeté qui dissimule mal une profonde tristesse est sans appel : « Longtemps vide ou sous-peuplée, voire désertée, la ceinture côtière du golfe ressent de plus en plus les effets d’une littoralisation galopante, mercantile et dévastatrice. L’industrialisation et la villégiature ont sacrifié le littoral à la pollution, à la détérioration des reliefs et des bilans hydriques, et au béton pour une bonne moitié de son front de mer. » À l’évidence, la panacée technocratique de la gestion intégrée des zones côtières n’est plus de mise à ce stade avancé de dégradation…

4La consultation de l’ouvrage est facilitée et enrichie par une soixantaine de figures aux légendes toujours substantielles, dont de nombreuses cartes thématiques pour la plupart inédites, préparées par les auteurs, une douzaine de tableaux, de nombreuses notes infrapaginales, qui complètent le texte principal et permettent d’approfondir de nombreuses questions. Le recours à de nombreux encadrés facilite la présentation d’un certain nombre de sujets qui, pour importants qu’ils soient, ne peuvent être qu’effleurés en une ou deux phrases dans le texte principal. L’un des premiers encadrés, qui occupe deux pleines pages, fournit une liste de « Quelques événements historiques survenus dans le golfe » ; il permet au lecteur, tout en rafraîchissant sa mémoire, de constater qu’en effet, le golfe ibéro-marocain a tenu une place à part depuis l’époque antique. La bibliographie compte près de 600 titres, ouvrages, articles de revues, rapports divers ; un glossaire et un index sont également à la disposition du lecteur. L’édition et la préparation de l’illustration ont été faites par le laboratoire du CNRS Géolittomer-Nantes, que dirige à présent L. Ménanteau, et par l’Institut Hydrographique de la Marine du Portugal, qui s’est également chargé de l’impression. L’ensemble de ce travail est de très bonne venue ; tout au plus peut-on regretter la qualité de reproduction des photographies satellitaires, en particulier pour les cartes de température de surface de la mer qui, reproduites en noir et blanc, sont très difficilement exploitable.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Lucien Laubier, « Jean-René Vanney et Loïc Ménanteau, Géographie du golfe ibéro-marocain », Géomorphologie : relief, processus, environnement [En ligne], vol. 13 - n° 2 | 2007, mis en ligne le 24 octobre 2007, consulté le 23 juillet 2017. URL : http://geomorphologie.revues.org/1171

Haut de page

Droits d’auteur

© Groupe français de géomorphologie

Haut de page
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Groupe français de géomorphologie
  • Revues.org