Navigation – Plan du site

Éditorial

Laurent Astrade
p. 185-186
Traduction(s) :
Editorial

Texte intégral

1Ce numéro spécial de Géomorphologie : relief, processus, environnement, consacré à la bio-géomorphologie présente des travaux de recherche, d’une part, sur les interactions entre la végétation ligneuse établie sur des bancs alluviaux et les dynamiques hydrogéomorphologiques dans les corridors fluviaux, et, d’autre part, sur l’utilisation des arbres comme archive naturelle pour la reconstitution spatio-temporelle des dynamiques des versants de montagne.

2Les deux premiers articles s’intéressent au rôle des formations végétales et de l’hydrologie dans les trajectoires successionnelles et l’évolution du lit des rivières. Ainsi, V. Garófano-Gómez et al. retracent les processus naturels de succession sur un tronçon du cours inférieur de la rivière Allier, considéré comme l'un des derniers secteurs fluviatiles encore latéralement mobiles. Cette étude analyse la dynamique de la succession végétale sur une période de cinquante ans à partir de photographies aériennes, les trajectoires dominantes et leur relation avec des chroniques de débits historiques. Elle met en évidence un seuil critique de transition dans la succession végétale depuis le début du XXe siècle et facilite la compréhension de futures trajectoires d’évolution de l’écosystème riverain dans le contexte actuel du changement climatique global. C. Jourdain et al., en s’appuyant également sur un jeu de photographies aériennes et sur des données hydrologiques, mettent en relation, sur plus de vingt ans, la disparition des surfaces végétalisées et la création de sols nus (renouvellement des macroformes végétalisées) avec des épisodes hydrologiques (crues fréquentes et quatre crues décennales) dans un lit à galets fortement anthropisé, l’Isère endiguée en Combe de Savoie. Ces deux études présentent un fort intérêt opérationnel dans le contexte actuel des écosystèmes riverains européens des régions tempérées, qui ont perdu leur caractère dynamique en raison de leur chenalisation et de la régulation des débits. Elles améliorent les connaissances sur les relations facteurs hydro-sédimentaires/végétation et sur les potentialités d’auto-entretien des lits des rivières affectées par la végétalisation et pour la gestion d’une biodiversité dépendant étroitement d’un renouvellement régulier des formes fluviales. Les lâchers d’eau artificiels simulant des crues naturelles sont ainsi une option de plus en plus souvent considérée dans les rivières aménagées.

3Les deux articles suivants répondent, cette fois à l’échelle de la plante, aux questions générales sur les traits des espèces alluviales, les comportements et la survie des semis de ligneux pionniers dans différents environnements et sous différents niveaux de contraintes mécaniques pendant les épisodes de crue (stress, cisaillement, arrachage, enfouissement). La compréhension et la quantification de la variation des réponses morphologiques et biomécaniques au sein des populations en fonction de leur degré d’exposition à la contrainte mécanique est fondamentale pour mieux comprendre pourquoi et comment les plantes influent sur la géomorphologie. B. Hortobágyi et al. analysent des traits physiologiques de jeunes pousses de salicacées dans les différents environnements d’un lit de rivière. Leur étude empirique sur la rivière Allier apporte des quantifications s’appuyant sur des analyses statistiques de la relation entre les traits morphologiques et biomécaniques des réponses des parties aériennes et souterraines de peupliers noirs (Polulus nigra L.) et leur exposition à différents niveaux de contrainte mécanique. C.‑L. Wintenberger et al. étudient à fine résolution spatio-temporelle les conditions de survie de plantules de peupliers noirs (Populus nigra L.) et de saules blanc (Salix alba L.) aux crues, à la fois sur le terrain et en conditions contrôlées en pépinière. L’approche in situ est réalisée sur un banc sédimentaire de centre de chenal localisé en Loire moyenne. L’approche ex situ s’appuie sur des mesures fines de croissance racinaire et de croissance de tige ainsi que sur des mesures de résistance à l’arrachage. La confrontation des mesures réalisées ex situ avec les contraintes exercées in situ permettent d’affiner la compréhension de la répartition de la survie des semis.

4Enfin les deux derniers articles traitent de dynamiques de versant et de risques, en l’occurrence les laves torrentielles et les glissements de terrain qui sont, dans les Alpes, à l’origine de la destruction de nombreuses infrastructures routières, de bâtiments et dans certains cas, causent même la perte de vies humaines. J. Blanpied et al., sur les laves torrentielles d’un torrent du massif de la Chartreuse (torrent du ravin du Diable, Mont Granier) et J. Lopez‑Saez et al., sur le glissement de terrain de Schimbrig (Alpes Suisses), reconstituent et cartographient, par une étude intégrative appliquée (cartographie géomorphologique des formes associées à l’activité du processus, datation dendrogéomorphologique, analyse diachronique de photographies aériennes et archives historiques), la fréquence et l’extension spatiale de l’activité passée. Ces travaux mettent en évidence la complémentarité (face aux chroniques lacunaires tirées des archives historiques), la fiabilité et l’intérêt opérationnel de l’approche dendrogéomorphologique pour la connaissance, à haute résolution spatio-temporelle, des aléas et pour la gestion des risques futurs.

5Le comité de rédaction remercie les auteurs et l’ensemble de relecteurs pour leur contribution à ce numéro.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Laurent Astrade, « Éditorial », Géomorphologie : relief, processus, environnement, vol. 23 - n° 3 | 2017, 185-186.

Référence électronique

Laurent Astrade, « Éditorial », Géomorphologie : relief, processus, environnement [En ligne], vol. 23 - n° 3 | 2017, mis en ligne le 12 septembre 2017, consulté le 22 novembre 2017. URL : http://geomorphologie.revues.org/11775

Haut de page

Auteur

Laurent Astrade

Laboratoire EDYTEM/CNRS, UFR Sciences et Montagne, Université Savoie Mont Blanc – Pôle Montagne, Campus scientifique, 73 376 Le Bourget-du-Lac cedex, France (laurent.astrade@univ-smb.fr). Tél : +33 4 79 75 94 08.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Groupe français de géomorphologie

Haut de page
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Groupe français de géomorphologie
  • Revues.org