Navigation – Plan du site
Compte rendu

Landforms of the Earth. An illustrated Guide.

Springer International Publishing Switzerland, 2016, 270 p.
Monique Fort
p. 277-278
Référence(s) :

Gutiérrez, F., Gutiérrez, M. (2016) – Landforms of the Earth. An illustrated Guide, Springer International Publishing Switzerland, 270 p.
DOI
10.1007/978-3-319-26947-4
ISBN 978-3-319-26945-0
ISBN 978-3-319-26947-4 (eBook)

Texte intégral

1Visualiser les formes de relief, savoir les identifier et en décrypter la signification sont des éléments essentiels dans l’apprentissage de la géomorphologie et dans l’intérêt que cette discipline suscite car, pour F. et M. Gutiérrez, la géomorphologie reste d’abord et avant tout une science de terrain, même si les progrès méthodologiques et techniques (datations, télédétection, SIG, etc.) récents sont venus l’enrichir. Or, la plupart des excellents manuels de géomorphologie, souvent très épais, affichent un nombre trop limité d’illustrations photographiques. Partant du principe que « une photo vaut mieux qu’un millier de mots », les deux auteurs ont conçu un ouvrage dans lequel l’essentiel de l’espace est laissé aux illustrations, photos de terrain pour l’essentiel, complétées par quelques images satellites bien choisies.

2L’ouvrage est organisé en 13 chapitres, dont l’enchaînement respecte une démarche désormais classique en géomorphologie. Après le chapitre introductif rappelant les objectifs premiers de notre discipline et ses concepts fondamentaux, trois parties (composées chacune de quatre chapitres) traitent tour à tour des reliefs « structuraux » (reliefs tectoniques, volcaniques, karstiques et granitiques), des reliefs liés aux processus qui façonnent les bassins versants (formes liées à la météorisation, aux mouvements de terrain, aux rivières, aux littoraux), avant de terminer sur les reliefs « climatiques » (formes de relief glaciaires, périglaciaires, désertiques et éoliennes). Chaque chapitre est construit comme un vocabulaire illustré : chaque forme de relief identifiée est définie par un court texte, accompagné d’une ou plusieurs photos, chaque photo ayant droit à une légende spécifique.

3Le chapitre 2 est consacré aux formes structurales telles que les mesas, les cuestas, les chevrons, pour n’en citer que quelques-unes. Dans certains cas, les définitions proposées diffèrent de celles dont on a l’habitude en France (c’est le cas de l’escarpement monoclinal) ou sont inusitées chez nous (comme le terme d’alcove, ou cavité, créée par érosion différentielle d’un terrain tendre surmonté d’une couche massive résistante). Le chapitre 3, consacré aux formes tectoniques, est sans doute plus difficile à suivre pour ceux qui n’ont pas l’habitude de tels terrains, et peut-être certaines formes comme les bassins de transtension (ou pull-apart en anglais) auraient-elles pu être ajoutées à la liste de celles retenues. Les deux chapitres suivants sur les formes volcaniques (ch. 4) et karstiques (ch. 5), particulièrement typées, posent moins de problème, et ce sont les plus illustrés (34 photos pour le premier ; 46 pour le second), avec parfois des interprétations libres sur ce que l’on appelle une forme : par exemple, peut-on considérer un geyser comme une forme de relief ? Dans ces deux chapitres, les différentes échelles de formes sont bien représentées, allant du paysage à l’affleurement, et l’on sent que ces thématiques sont particulièrement familières aux auteurs. Ceci semble être moins le cas pour le chapitre 6 consacré aux granites. Avec 10 photos seulement et 4 formes définies (Inselberg, Bornhardt, Tor et façonnement en boules), certains pourront se sentir un peu frustrés, mais cela est compensé par le chapitre suivant.

4Le chapitre 7, le premier de la deuxième partie de l’ouvrage, est en effet consacré aux formes crées par la météorisation à différentes échelles : des arches et cavités spectaculaires à l’échelle des paysages, on passe aux taffonis, vasques et plaques d’exfoliation, etc., observables à l’échelle des affleurements rocheux (grès, conglomérats, granites, gypses). Mais fallait-il pour autant séparer – voire dupliquer – dans ce chapitre l’altération en boule (spheroidal weathering) du façonnement en boule (corestone and granite boulder) du chapitre précédent ? Les mouvements de terrain sont brièvement traités dans le chapitre 8, avec des photos souvent originales et très parlantes, choisies dans tous les milieux bioclimatiques. Les formes fluviales (ch. 9), où photographies au sol et images satellitaires coexistent, donnent lieu à davantage de commentaires que le chapitre précédent, mais là encore on peut discuter sur l’inclusion des formes de suffosion (piping) comme des formes fluviales. Le chapitre 10, consacré aux formes littorales, offre des clichés spectaculaires avec, entre autres, une image de la baie du Mont‑St‑Michel.

5La troisième partie s’ouvre sur le chapitre 11, consacré aux formes glaciaires : ses nombreux exemples (34) couvrent toutes les latitudes, et sont également illustrés par des images satellitaires, ce qui est aussi le cas du chapitre 12 sur les formes périglaclaires, dans lequel les dépôts de « grèzes litées » sont mis en valeur. L’ouvrage s’achève avec les formes désertiques et éoliennes (ch. 13), très spectaculaires et là encore fort bien illustrées.

6Cet ouvrage, destiné à accompagner les étudiants dans leur apprentissage de la géomorphologie, atteint indéniablement son but, avec plus de 270 photos, prises dans 41 pays différents. Issues en majorité de la collection personnelle de F. Gutiérrez, ces photos ont été complétées grâce à d’autres collègues pour illustrer des environnements dont les auteurs étaient moins familiers (formes périglaciaires par exemple). Toutes sont la plupart du temps très démonstratives. Dans quelques cas néanmoins, le choix de présenter la photo « brute », sans annotation directe sur le cliché ou sans croquis interprétatif (ce qu’aurait permis la mise en page, souvent très aérée), peut en rendre la lecture un peu complexe pour le débutant, auquel l’ouvrage est destiné.

7En fait, l’ouvrage est un véritable outil de travail pour l’étudiant et l’enseignant, à partir duquel l’enseignant pourra développer toute une discussion sur les formes représentées, sur les nuances de classification à y apporter, avec parfois des contre-exemples tirés de son expérience personnelle. Les étudiants y trouveront aussi une occasion de se familiariser avec le vocabulaire et la littérature anglophone, incontournables désormais si l’on veut avoir accès aux derniers développements de notre discipline. Nous encourageons donc chaleureusement la lecture et l’utilisation de cet ouvrage, qui vient en complément du monumental « Geomorphology » (1017 p.), écrit par M. Gutiérrez et paru à l’occasion de la 8ème Conférence Internationale de l’IAG à Paris (2013), sans pour autant oublier tous les manuels de géomorphologie existant en langue française.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Monique Fort, « Landforms of the Earth. An illustrated Guide. », Géomorphologie : relief, processus, environnement, vol. 23 - n° 3 | 2017, 277-278.

Référence électronique

Monique Fort, « Landforms of the Earth. An illustrated Guide. », Géomorphologie : relief, processus, environnement [En ligne], vol. 23 - n° 3 | 2017, mis en ligne le 14 septembre 2017, consulté le 22 novembre 2017. URL : http://geomorphologie.revues.org/11802

Haut de page

Auteur

Monique Fort

Professeur Émérite, Université Paris Diderot Paris7 – 75 205 Paris Cedex 13, France (fort@univ-paris-diderot.fr).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Groupe français de géomorphologie

Haut de page
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Groupe français de géomorphologie
  • Revues.org