Navigation – Plan du site
Comptes rendus

B. Van Vliet-Lanoë, La planète des glaces. Histoire et environnements de notre ère glaciaire

Vuibert, Paris, 2005, 470 p.
Monique Fort

Texte intégral

1On ne présente plus l’auteure, tant le nom de Brigitte Van Vliet-Lanoë est immanquablement lié aux études sur les processus périglaciaires et de la glace dans le sol. Cet ouvrage arrive donc à point nommé, avec une approche, un contenu qui viennent compléter et, à certains égards, préciser l’autre ouvrage de référence en français récemment publié par A. Godard et M.-F. André sur les régions polaires. Le titre du livre est original, accompagné d’une magnifique image du glacier de la Malaspina et de ses déformations si caractéristiques de son comportement à accélérations brutales (surges) qui l’ont rendu célèbre. Le ton est donné : l’ouvrage traitera de la glace, où qu’elle soit, quelle qu’en soit la forme, et l’auteure ne veut surtout pas se cantonner à l’étude stricte du domaine périglaciaire.

2L’ouvrage est constitué de cinq parties et de seize chapitres, qui s’enchaînent selon un plan logique. La première partie présente « L’eau dans tous ses états ». La physique de l’eau et de la glace est une mise au point fort utile et très claire, qui intègre toutes les échelles de grandeur, de la molécule aux grandes calottes de glace du Quaternaire. Le deuxième chapitre expose la glace et ses formes diverses, tandis que le troisième chapitre insiste sur ses propriétés mécaniques et thermiques, en particulier sur son rôle dessiccateur. La deuxième partie est consacrée aux « Périodes froides : contrôles climatiques et conséquences ». Après avoir évoqué les mécanismes de « l’englaciation » (chapitre 4), B. Van Vliet-Lanoë traite de l’ère cénozoïque et de l’entrée en glaciation (chapitre 5), avant d’aborder le pergélisol et son extension (chapitre 6) puis les climats froids et la formation du pergélisol (chapitre 7). Dans cette partie, le lecteur est pris à contre-pied puisque, contrairement à ce que laisse entendre le titre, l’auteure insiste davantage sur les facteurs tectoniques que sur ceux d’origine climatique, affirmant même à plusieurs reprises que « le facteur tectonique préalable au démarrage d’une ère glaciaire est un facteur de premier ordre » (p. 59). Des imprécisions sont d’ailleurs relevées çà et là, qui pourraient fâcher nombre de spécialistes de tectonique. Sans nier l’importance de la répartition des masses continentales et océaniques (et des paléogéographies successives liées à la tectonique des plaques) sur la circulation atmosphérique et océanique planétaire, les facteurs orbitaux restent néanmoins de premier ordre pour expliquer les variations paléoclimatiques au cours des ères. En revanche, B. Van Vliet-Lanoë emporte la conviction dans ses développements concernant le pergélisol, les modalités de sa mise en place et son évolution, aspects que l’auteure connaît parfaitement. La troisième partie est consacrée aux « Dynamiques et processus : le glaciaire et le glaciel ». Si la dynamique glaciaire (chapitre 9) est traitée de façon classique, à l’instar de ce que l’on trouve dans d’autres manuels de géomorphologie, le chapitre 10 évoque en quelques pages denses le rôle des glaces annuelles et des icebergs. La quatrième partie porte sur les « Dynamiques et processus : les dynamiques cryogènes, azonales et pédologiques ». Le chapitre 11, le plus long de l’ouvrage, traite de la dynamique cryogène dont B. Van Vliet-Lanoë est sans conteste l’une des grandes spécialistes. Les différents processus et leurs conséquences aux échelles de grandeur variées (du terrain au microscope) sont magnifiquement illustrés par de multiples croquis et photos. Avec les dynamiques azonales en domaine froid (chapitre 12), puis la végétation et les sols (chapitre 13), le fil conducteur de l’ouvrage se distend quelque peu, puisque l’on passe insensiblement des milieux englacés ou à pergélisol aux milieux froids, où la glace n’est pas toujours présente. Il en est de même pour le chapitre 14, consacré aux « bilans sédimentaires cénozoïques et (la) stratigraphie séquentielle ». La cinquième partie, intitulée « Héritage et perspectives », aborde d’une part « l’état du milieu en fin d’interglaciaire holocène » puis « l’évolution récente du climat et l’intégration des différents forçages » et, d’autre part, en évoque les différents facteurs, naturels ou anthropiques, ainsi qu’un point de vue de l’auteure sur les modélisations climatiques.

3Le volume, de lecture aisée, richement illustré, est complété d’un glossaire fourni et de références bibliographiques nombreuses et récentes, essentiellement anglophones, mais curieusement placées soit en fin de chapitre soit en fin de partie ou bien encore en fin d’ouvrage. On pourra regretter le faible nombre de titres en français, en dépit de l’importance des contributions sur les milieux périglaciaires que l’on doit à la communauté francophone. En revanche, on appréciera la liste de sites internet, particulièrement utiles pour des mises au point rapides et des compléments d’illustration. L’ouvrage « Planète des glaces » est avant tout celui d’une chercheuse engagée, revendiquant à la fois sa formation transdisciplinaire, ce qui fait toute la richesse de ce livre, et son indépendance par rapport aux écoles de pensée, qui lui ont permis de « transgresser sans remords un certain nombre de tabous disciplinaires ou médiatiques ». C’est ainsi que dans son épilogue B. Van Vliet-Lanoë conclut sur l’évolution future de la planète vers une « englaciation » et une aridification croissantes, réfutant par là même l’idée d’un réchauffement global inéluctable. Les thèses de l’auteure ne laisseront pas indifférents et ne convaincront sans doute pas tous ses lecteurs. Mais au terme de l’examen de cet ouvrage, qui représente la somme de trente années de recherche sur des terrains variés (Spitzberg, Labrador, Scandinavie, Sibérie, Alpes, Massif central, Flandres, etc.), on retiendra surtout la vision holistique d’une véritable spécialiste des domaines périglaciaires. Plus qu’un manuel didactique, l’ouvrage de B. Van Vliet-Lanoë est un manifeste, une position de recherche originale et personnelle, dont la lecture stimulante et critique sera surtout appréciée des étudiants avancés et des enseignants-chercheurs.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Monique Fort, « B. Van Vliet-Lanoë, La planète des glaces. Histoire et environnements de notre ère glaciaire », Géomorphologie : relief, processus, environnement [En ligne], vol. 12 - n° 3 | 2006, mis en ligne le 01 juillet 2007, consulté le 27 juin 2017. URL : http://geomorphologie.revues.org/181

Haut de page

Auteur

Monique Fort

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Groupe français de géomorphologie

Haut de page
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Groupe français de géomorphologie
  • Revues.org