Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Robert Vivian, Glaciers du Mont-Blanc

La Fontaine de Siloé, Montmélian, 2005, 319 p.
Denis Mercier

Texte intégral

1Robert Vivian avait soutenu une thèse de doctorat d’État le 22 juin 1974, publiée l’année suivante sous le titre « Les glaciers des Alpes occidentales, étude géographique » et comme sous-titre « l’emprise de la glaciation actuelle et ses fluctuations récentes ; le rôle des eaux ; l’aménagement du paysage montagnard par les glaciers ». Trente ans après ce travail universitaire, qu’apporte de nouveau ce livre grand public ? L’ouvrage, magnifiquement illustré, s’ouvre sur une préface d’Emmanuel Le Roy Ladurie qui revient sur la notion de variabilité à appliquer au petit âge glaciaire (PAG). Il écrit même « il ne faut pas forcer l’expression de « petit âge glaciaire », ni lui en faire dire « plus qu’elle n’en est capable. » L’auteur même de ce concept, introduit dès 1967, veut en nuancer la portée et Robert Vivian s’y atèle à plusieurs reprises. Le livre dont il est question ici se compose de deux parties.

2La première, intitulée « ces glaciers, ces inconnus… Deux mille ans de fascination et d’étude », comporte huit chapitres, certainement les plus intéressants, même si la seconde partie, audacieusement baptisée « Galerie des Glaces (alpines) », est plus novatrice. Elle propose une découverte des glaciers par grands bassins (celui de l’Arve supérieure, du Bon Nant, de l’Isère, de la Doire de Veni, de la Doire de Ferret, de la Drance de Ferret, du Trient…) avec, à chaque fois, une carte d’identité des glaciers superbement illustrée et une analyse thématique (description géographique, fluctuations du glacier, les catastrophes…). Robert Vivian rappelle tout d’abord, brièvement, que pour que les glaciers puissent s’installer lors de la crise climatique du Pléistocène, il est nécessaire de prendre en considération l’orogenèse cénozoïque, qui porte en altitude des reliefs susceptibles de les accueillir à des latitudes aussi tempérées. On retrouve là la succession temporelle orogenèse-glaciation, connue préalablement dans l’histoire de la planète. Il évoque les fluctuations glaciaires récentes et les premières étapes d’occupation par l’homme de cette région peu hospitalière au cours de l’Holocène. L’histoire du peuplement du massif du Mont-Blanc est analysée en relation avec celle des glaciers, ce qui est novateur par rapport à la thèse d’État. Les craintes des risques liés à la présence des glaciers (chute de glace, crues glaciaires, inondations, libération de poches d’eau…), dont certains auraient pu être qualifiés de paraglaciaires, sont abordées. R. Vivian aime à rechercher l’étymologie des noms de lieux, mais également des termes couramment usités en géomorphologie. Le terme « glacier », identifié pour la première fois dans un texte de 1332, était d’usage courant des Chamoniards, alors que les gens de l’extérieur les dénommaient « glacières ». Il faut attendre le XVIIIe siècle pour que « le temps des glaciers » prenne le relais du « temps des glacières » grâce à la cartographie. C’est Horace Benedict de Saussure qui introduisit ce terme savoyard « glacier » dans la littérature scientifique, de même que les termes « moraines », « séracs ». R. Vivian insiste sur les fluctuations spatiales des glaciers au sein même de la grande période du petit âge glaciaire, en rappelant par exemple que les glaciers de Chamonix ont reculé de 500 m entre 1690 et 1697 ! On retrouve alors la notion de variabilité évoquée par E. Le Roy Ladurie dans sa préface. L’attrait des glaciers du Mont-Blanc aux XVIIIe et XIXe siècles prend corps notamment dans la littérature (Jean-Jacques Rousseau, Victor Hugo, Alphonse de Lamartine…). Mais la fascination exercée sur les premiers alpinistes (J. Balmat et M.-G. Paccard en tête…) et scientifiques (Horace Benedict de Saussure…), accompagnés de talentueux artistes, y est pour beaucoup dans la popularité naissante de ces montagnes. Il faut en effet saluer l’iconographie de ce livre avec les lithogravures, lithographie, gouaches, aquarelles, cartes anciennes, de même que les somptueuses photographies, notamment celles de Cesare Balbis. La cartographie devient plus précise, et donc scientifiquement utilisable, à partir de 1730, mais il faut attendre la fin du XIXe siècle pour que « la cartographie gagne ses galons de science ». Les travaux cartographiques du scientifique anglais James David Forbes, auteur de l’explication des fameuses bandes, dites de Forbes, de la Mer de Glace, sont soulignés avec justesse. Cette analyse critique des sources cartographiques est parfaitement bien illustrée et d’une grande utilité pédagogique. R. Vivian aborde aussi la naissance des compagnies des guides (1821), celle des Clubs alpins à partir de 1857, les premières photographies au sol de la région (1856), et la série de 52 missions photographiques aériennes depuis 1939 pour Chamonix, et leurs apports à la connaissance des glaciers du Mont-Blanc et de la science glaciologique en plein essor. R. Vivian souligne à juste titre l’intérêt croisé des hydroélectriciens et des scientifiques, dans la connaissance des dynamiques sous-glaciaires, dont il avait déjà montré tout l’apport dans sa thèse. Le massif du Mont-Blanc devient « terre de science » avec les premières observations d’Horace Benedict de Saussure, ou celles de J. Hutton qui, en 1795, proposa pour la première fois une explication glaciaire pour les blocs qualifiés aujourd’hui d’erratiques. Avec la naissance de la glaciologie moderne, il faut retenir aussi les noms de Venetz, Charpentier, Perraudin, Agassiz. Ensuite, ce sont les études géomorphologiques qui deviennent particulièrement intéressantes avec les contributions majeures de Brückner, Davis, Penck, Hess, de Martonne, Ahlmann, Blache, Forel …

3Robert Vivian résume la bataille scientifique autour de l’érosion glaciaire et les trois courants de pensées qui l’ont animée. Le premier réunit les anti-glacialistes (l’école des glaciers protecteurs). Le deuxième regroupe des ultra-glacialistes (l’école du lit glaciaire) faisant de la glace un agent d’érosion autonome. Le dernier fédère des transactionnels (école analytique, dite parisienne) menée par E. de Martonne, dont les articles fondateurs de 1910 et 1911 allaient proposer une nouvelle théorie. Sans nier l’efficacité de l’érosion glaciaire, elle lui attribue « une action subordonnée qui l’oblige à respecter partout, ou même à mettre en valeur, certaines traces caractéristiques de l’érosion fluviale préglaciaire ou interglaciaire ». Robert Vivian n’oublie pas de souligner l’importance considérable du travail des eaux sous-glaciaires, celui de l’abrasion et du défonçage proglaciaire. Ensuite, il développe l’importance des moraines dans les reconstitutions paléogéographiques. Les « délaissées glaciaires », ou « glarier », ou « fond du glacier », correspondant aux espaces abandonnés par le glacier suite à son recul, sont abordées. Ce sont des espaces d’expression des dynamiques paraglaciaires par excellence. R. Vivian conclut cette analyse des formes d’érosion en rappelant une des grandes conclusions de sa thèse d’État : « Les glaciers, agents d’érosion puissants, se comportent davantage comme de formidables aménageurs qui marquent le paysage haut-montagnard de leur empreinte que comme les créateurs proprement dits de la vallée glaciaire ». Il est regrettable que le facteur fondamental de la température basale des glaciers ne soit pas évoqué dans cet ouvrage.

4Au-delà des formes, l’analyse de la position des fronts et l’établissement du bilan de masse des glaciers servent de repères pour établir les relations avec les fluctuations climatiques. Mais les glaciers ne sont que « des indicateurs imparfaits de l’évolution des climats », car, comme le note R. Vivian, ils dépendent avant tout de leur environnement (superficie, configuration, exposition, pente, altitude des bassins d’alimentation, géologie, hydrologie sous-glaciaire…). D’où les évolutions asynchrones des glaciers appartenant à un même massif comme ceux du Mont-Blanc. Il est dommage que certains travaux du laboratoire de glaciologie de Grenoble, le célèbre LGGE (Six et al., 2001, notamment), ne soient pas cités par l’auteur de ce livre. Car, comment en 2005 passer sous silence les relations des glaciers avec les oscillations climatiques reconnues maintenant, comme l’Oscillation Nord-Atlantique ? Cette variabilité climatique apporte en effet bien des lumières à la connaissance des cyclicités glaciaires, jusqu’ici appréhendées par la seule étude des chroniques. À une autre échelle, celle du massif du Mont Blanc, R. Vivian fait le parallèle entre l’altitude moyenne des glaciers, 2 500 m, et l’altitude moyenne de l’isotherme 0°C du printemps, de même altitude. D’où, l’importance de la variabilité interannuelle de cette saison sur l’évolution des glaciers, souvent négligée, selon lui, dans l’étude glaciologique par rapport à d’autres saisons comme l’été pour l’ablation et l’hiver pour l’accumulation. Le recul tant médiatisé des glaciers alpins est relativisé à juste titre par l’auteur, au vu des fluctuations holocènes. Il rapporte les propos de W. Kilian de 1901 annonçant « la disparition prochaine des glaciers alpins ». Ce à quoi avait répondu F.A. Forel « Hélas ! La mémoire de l’homme est bien courte, et ses comparaisons bien incertaines. » Conclusion toujours d’actualité ! On regrettera la trop courte bibliographie en fin d’ouvrage, délaissant des ouvrages et des articles récents sur l’espace étudié. Il est par ailleurs surprenant qu’une aussi belle édition n’ait pas su éviter les scories, avec de nombreuses césures de mots en milieu de ligne par exemple.

5En somme, le géomorphologue relira avec toujours autant de bonheur la thèse passionnante de R. Vivian (1975), mais avec le présent ouvrage en toile de fond, pour le décor en somme. En revanche, le grand public, auquel cet ouvrage est destiné, découvrira avec délectation tout l’intérêt de la géomorphologie, notamment glaciaire. Cette mission est largement bien remplie par Robert Vivian, ce qui ne peut qu’être salué et encouragé pour le grand bénéfice de notre discipline.

Haut de page

Bibliographie

Martonne E. de (1910 et 1911) - L’érosion glaciaire et la formation des vallées alpines. Annales de géographie, XIX, 289-317 et XX, 1-29.

Vivian R (1975) - Les glaciers des Alpes occidentales, étude géographique. Thèse d’État, Université de Grenoble, Imprimerie Allier, Grenoble, 513 p.

Six D., Reynaud L., Letréguilly A (2001) – Bilans de masse des glaciers alpins et scandinaves, leurs relations avec l’oscillation du climat de l’Atlantique nord. Comptes-rendus de l’Académie des Sciences, Paris, Sciences de la terre et des planètes, 333, 693-698.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Denis Mercier, « Robert Vivian, Glaciers du Mont-Blanc », Géomorphologie : relief, processus, environnement [En ligne], vol. 12 - n° 3 | 2006, mis en ligne le 01 juillet 2007, consulté le 23 juillet 2017. URL : http://geomorphologie.revues.org/186

Haut de page

Droits d’auteur

© Groupe français de géomorphologie

Haut de page
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Groupe français de géomorphologie
  • Revues.org