Navigation – Plan du site

La dynamique contrastée du ravinement dans le massif des Beni Saïd (Rif oriental, Maroc) : processus, facteurs et évolution

Contrasted dynamics of gullying in the Beni Saïd massif (Eastern Rif, Morocco): processes, causes and evolution
Évelyne Gauché
p. 45-60

Résumés

L'étude a pour but de mettre en évidence, dans les bassins versants montagneux des Beni Saïd (Rif oriental, Maroc), la dynamique exacerbée du ravinement et les facteurs physiques, sociaux et économiques, historiques et actuels qui en sont à l'origine. Le suivi de ravins équipés de piquets a été effectué dans différents types de formations et sur des versants cultivés et en friche. Il a permis d'obtenir des données quantitatives sur la vitesse de progression du ravinement, de mettre en évidence des rythmes contrastés d'évolution des formes, et d'analyser les divers processus à l'œuvre (incision linéaire ou accumulation, décapage sur le fond, sapement et effondrement des berges, suffosion, activité éolienne). Tandis que les rigoles et les ravines lacèrent les couvertures colluviales des versants montagneux, les formations alluviales sont affectées par un ravinement très actif en association avec la suffosion ; les piémonts inscrits dans les marnes sont disséqués par un réseau de badlands très développés. L'ensemble est la manifestation d'une véritable crise érosive. Celle-ci s'est déclenchée après plusieurs phases successives de fragilisation du milieu au cours de l'histoire, en relation avec les mutations récentes affectant les pratiques culturales et la diminution drastique des superficies cultivées, à la suite de l'hémorragie démographique qui touche la région.

Haut de page

Notes de la rédaction

Remerciements
L'auteur remercie vivement les différents organismes marocains qui ont permis de mener à bien les travaux de terrain (Caïdat de Dar Kebdani, Province de Nador). Est associé à ces remerciements le laboratoire de Géomorphologie de l'université Lyon 2, qui a effectué les analyses granulométriques et densimétriques des échantillons. Une reconnaissance particulière s'adresse, enfin, aux rédacteurs et relecteurs, ainsi qu'à M. Davie, Y. Gunnell et J. Wainwright pour la révision du texte en anglais, et à L. Barthélemy pour son aide lors de la réalisation informatique des figures.

Texte intégral

Introduction

1Le massif des Beni Saïd (922 m d'altitude, 300 mm de précipitations moyennes annuelles), situé à l'extrémité orientale de la chaîne rifaine (fig. 1), est actuellement le théâtre d'une crise érosive, qui conduit à une dégradation accélérée des terres (Gauché, 2000, 2002). Le ravinement, sous des formes diverses particulièrement actives, en est la principale manifestation. Les massifs montagneux du Rif oriental (El Abbassi, 1999) sont d'ailleurs l'une des régions du Maroc où le ravinement est le plus développé. Face aux proportions spectaculaires prises par le ravinement et l'ampleur de ses manifestations, le but de cette étude est donc de comprendre l'origine de l'excessive dégradation du milieu et de déterminer les facteurs qui ont joué en sa faveur.

Fig. 1 – Localisation du massif des Beni Saïd.
Fig. 1 – Location of the Beni Saïd range.

Fig. 1 – Localisation du massif des Beni Saïd.Fig. 1 – Location of the Beni Saïd range.

1 : limites de la zone d'étude ; 2 : reliefs montagneux ; 3 : plaines et bas plateaux.
1 : boundaries of the study area ; 2 : mountainous relief ; 3 : plains and low plateaux.

2Le massif des Beni Saïd est une moyenne montagne littorale, aux versants, en pente forte, inscrits essentiellement dans des schistes (à l'exception de quelques parties calcaires et d'un petit massif volcanique au nord-est), scellés par des croûtes calcaires supportant un manteau de colluvions rouges limoneuses d'épaisseur variable. Les piémonts, relativement courts, sont constitués de glacis d'accumulation et de collines dans des marnes et des schistes marneux, formant un ensemble très hétérogène. L'ensemble du massif retombe brutalement, au sud, sur des plaines aux épaisses formations alluviales limono-argileuses. À cause de la grande extension des pentes fortes et des substrats meubles peu résistants, auxquels s'ajoutent la tendance au soulèvement du massif montagneux (Barathon, 1989), une couverture végétale très clairsemée et un climat méditerranéen semi-aride aux pluies pouvant être particulièrement agressives, le milieu naturel constitue un contexte très favorable au ravinement.

3Afin d'évaluer la vitesse d'évolution du ravinement et de comprendre sa dynamique, des piquets ont été installés dans les différents types de formations affectées. La méthode a consisté en l'étude de l'évolution du profil transversal de sept ravins (fig. 2) le long de plusieurs transects, placés à intervalles réguliers à l'intérieur de leurs différentes sections. Chaque ravin a fait l'objet d'une dizaine de transects, espacés de 2 mètres et équipés de 5 à 7 piquets répartis entre les interfluves, les versants et le talweg. Les variables considérées étaient, d'une part, la longueur des piquets dépassant du sol, afin de mesurer la valeur de l'ablation et de l'accumulation, et d'autre part, la distance entre les piquets et les différents points de repères à l'intérieur des ravins (têtes, berges et fond de talweg notamment). Ces mesures ont été effectuées durant deux années d'observation, de septembre 1999 à juillet 2001, à raison de relevés tous les deux ou trois mois. Elles ont permis d'obtenir des données quantitatives sur la vitesse de progression du ravinement en relation avec la lithologie (approfondissement et élargissement des talwegs, recul des versants, remblaiements), de mettre en évidence des rythmes contrastés d'évolution des formes, et d'analyser les divers processus à l'œuvre. Le suivi de l'évolution des formes de ravinement s'est accompagné d'analyses granulométriques et densimétriques. Des relevés systématiques de la pluviométrie ont également été effectués pendant les deux années de mesures. Plusieurs pluviomètres ont été installés chez l'habitant, le plus près possible des sites équipés en piquets, c'est-à-dire à une distance comprise entre 50 mètres et 1 kilomètre (fig. 2). Faute de pluviographe à disposition, les données concernant les intensités de pluie instantanées sont inexistantes. En revanche, les intensités horaires moyennes de chaque événement pluvieux ont été estimées en rapportant la quantité de pluie tombée à la durée de l'événement.

Fig. 2 – Carte de localisation des équipements et des photos.
Fig. 2 – Location map of instrumentation and photographs.

Fig. 2 – Carte de localisation des équipements et des photos. Fig. 2 – Location map of instrumentation and photographs.

1 : montagne ; 2 : piémonts ; 3 : plateaux ; 4 : plaines ; 5 : ravin équipé en piquets de mesure ; 6 : pluviomètre ; 7 : centre rural ; 8 : point coté ; 9 : principaux oueds ; 10 : localisation et n° des clichés photographiques.
1 : mountains ; 2 : piedmonts ; 3 : plateaus ; 4 : plains ; 5 : gully instrumented with measurement pins ; 6 : rain gauge ; 7 : rural centre ; 8 : spot elevation ; 9 : main wadis ; 10 : location and code number of pictures shot.

4Non seulement le ravinement est favorisé par un milieu physique extrêmement fragile, mais sa dynamique est également très dépendante des travaux et de l'utilisation du sol. Celle-ci se compose, en relation avec le système agropastoral traditionnel d'exploitation du milieu, de terres en céréaliculture (orge pour l'essentiel, les labours étant majoritairement effectués à l'araire en montagne, au tracteur ailleurs) associées à une petite arboriculture sèche (figuier, olivier, amandier, caroubier), à quelques terres irriguées par gravité dans les fonds de vallées, et à des parcours extensifs dont la végétation est très dégradée. La répartition spatiale de ces différents éléments de l'occupation du sol, en particulier les terres cultivées et les parcours, sont en relation très étroite avec le ravinement. Ces relations sont le fait d'une longue évolution, c'est-à-dire le fruit des mutations socio-économiques que connut la région au cours de l'histoire et qui s'accélèrent aujourd'hui.

5On s'attachera dans cette étude, à mettre en évidence non seulement les facteurs physiques, mais aussi les facteurs anthropiques liés à l'utilisation et aux travaux du sol, qui expliquent le fonctionnement du ravinement et sa dynamique actuelle exacerbée. Et l'on essaiera, aussi, de dégager les différentes étapes de l'évolution historique et récente des rapports entre l'homme et le milieu, afin de situer dans le temps les principales ruptures ayant créé les conditions favorables au développement du ravinement.

Ampleur et diversité des manifestations du ravinement

6Les reliefs du massif des Beni Saïd et de son avant-pays sont profondément marqués par le ravinement. Celui-ci affecte en effet 19 % de la superficie dans le massif montagneux, 23 % sur les piémonts et 5 % dans les plaines. En fonction des différentes unités topographiques et lithologiques, non seulement le ravinement se manifeste sous des formes très diverses, mais il évolue aussi sous l'effet de processus variés et selon des rythmes très contrastés.

Sur les versants en montagne

7C'est dans le massif montagneux que se rencontrent les formes de ravinement les plus diverses. Les pentes y sont très fortes : 90 % des versants ont en effet une déclivité de plus de 20° ; les pentes de 30 à 40° sont fréquentes et celle des versants les plus raides peut atteindre 50°. Les sols sont en grande majorité peu évolués (Direction Provinciale de l'Agriculture de Nador, 1994), et le plus souvent squelettiques. Ce sont des lithosols sur roche-mère cohérente (schistes, calcaires, basaltes ou croûte calcaire) et des régosols sur roche-mère meuble, essentiellement des formations superficielles (altérites, colluvions ou argiles de décalcification). Ils sont caractérisés par une texture limoneuse à limono-sableuse et une teneur en matière organique relativement faible, inférieure à 1 ou 2 % (DPA, Nador, 1994). Ces sols ayant en grande majorité moins de 10 cm d'épaisseur, le ravinement se développe essentiellement dans les formations superficielles. Celles-ci sont représentées pour la plupart, en dehors des altérites, par des formations colluviales, rouges, grisâtres ou blanches, d'épaisseur très inégale. L'essentiel de ces dépôts de versants, essentiellement holocènes et pléistocènes (El Abbassi, 1999), semblent être issus du remaniement de produits de la pédogenèse (Laouina, 1990).

8L'érosion en rigoles est le processus le plus répandu. Elle affecte le plus souvent les versants où la couverture colluviale est de faible épaisseur, inférieure à 15 ou 20 cm, ce qui permet à la roche en place ou la croûte calcaire d'être affleurante ou subaffleurante. Au contraire, là où les formations meubles sont plus épaisses, atteignant parfois plus d'un mètre, le ruissellement concentré a la possibilité de creuser des formes profondes, indépendantes, qui se généralisent parfois à l'ensemble d'un versant. Les ravins ont le plus souvent un profil en V et des berges très raides, également disséquées. Tant que la croûte n'est pas atteinte, ils évoluent moins par élargissement latéral au niveau des berges que par incision linéaire : quelques pluies de forte intensité (5 mm/h pendant 15 minutes) peuvent suffire à entraîner un creusement sur plusieurs décimètres de profondeur au fond des talwegs. Mais que ce soit pour les rigoles ou les ravins, les processus changent lorsque le ravinement atteint la croûte. Le creusement par le ruissellement concentré est bloqué en effet sur ce niveau de résistance, et le ruissellement diffus, agissant par décapage latéral aux dépens des colluvions, prend le relais du ravinement. Les formes s'élargissent et évoluent alors vers un profil en U, à fond plat, laissant ainsi apparaître de grandes plaques de croûte sur les versants. Enfin, sur certains versants en exposition nord, les plus humides, ceux qui supportent de grandes épaisseurs de colluvions ou de formations altérées, le ravinement prend le relais des mouvements de masse. Les cicatrices d'arrachement constituent en effet des impluviums qui favorisent la concentration du ruissellement ; dans les matériaux glissés, celui-ci donne lieu au développement de ravines qui se rassemblent en un exutoire unique à l'aval du glissement.

9Ainsi, en montagne, les différentes formes de ravinement agissent en interaction complexe avec les autres processus d'érosion sur les versants (décapage et mouvements de masse), ainsi que l'exprime la notion de relais (Marre, 1998 ; El Abbassi, 1999 ; De Noni et al., 2001). Ces formes d'érosion témoignent de la forte dégradation du milieu, ce qui est également le cas pour une grande partie des piémonts de ce massif.

Sur les piémonts façonnés dans les marnes

10Les piémonts du massif, façonnés dans les marnes, sont littéralement dévastés par le ravinement généralisé sous la forme de badlands. Certes, ce modelé de dissection n'a rien d'original dans une région méditerranéenne semi-aride où affleurent des sédiments marneux relativement homogènes (Barathon, 1989) : les badlands sont en effet une constante dans le paysage méditerranéen, comme en témoignent par exemple les calanchi d'Italie (Neboit, 1971, 1977 ; Bousquet et al., 1987), ou encore, en montagne, les roubines des Alpes (Dumas et al., 1987) et des Préalpes du Sud (Cemagref, 1987 ; Lecompte et al., 1996, 1997, 1998). Ils sont cependant ici particulièrement étendus, les superficies affectées pouvant atteindre 20 km2 d'un seul tenant. Ces badlands forment un véritable réseau dendritique de ravins aux talwegs très étroits (10 à 50 cm), à profil en V et aux versants raides (30 à 50°), séparés par des interfluves de forme convexe également étroits, l'ensemble témoignant de la vigueur de l'incision linéaire. Les versants marqués de cicatrices d'arrachement et de griffures, les talwegs au profil longitudinal très irrégulier, encombrés de paquets de marnes effondrés des versants, de morceaux de croûte calcaire, de blocs provenant du démantèlement d'un conglomérat sommital ou de débris issus de quelques bancs de cinérites présents dans les marnes, témoignent de la diversité des processus contribuant à l'évolution de ces secteurs ravinés.

11Les marnes sont caractérisées par une granulométrie dominée par les argiles. Quasiment aucune végétation ne pousse sur ces roches dénudées et craquelées par un réseau très dense et profond (plus de 20 cm) de fentes de dessiccation. Cependant, contrairement aux apparences, l'étude de deux ravins équipés de piquets (fig. 2, site 1), effectué entre septembre 1999 et juillet 2001, n'a pas montré d'évolution spectaculaire. L'activité érosive a uniquement consisté en des approfondissements de quelques centimètres localisés en certaines sections des talwegs, de petites accumulations en d'autres, puis la reprise du creusement dans les matériaux déposés ou de nouvelles accumulations aux endroits précédemment creusés. Par ailleurs, aucun effondrement ni glissement ne s'est produit sur les versants. Des marqueurs ou des éléments-traceurs (cailloux et galets peints) représentant les quelques matériaux grossiers n'ont pratiquement pas été déplacés.

12Cette absence de phénomènes érosifs majeurs est due à la faible pluviométrie de ces deux années (respectivement 132 et 192 mm) qui n'ont pas connu, d'après les relevés pluviométriques (Gauché, 2002), d'épisodes de très forte intensité : l'intensité maximale observée fut de 80 mm/h pendant 5 minutes le 24 octobre 2000, la plupart des pluies n'ayant pas dépassé 30 mm/h. Par comparaison, dans les Baronnies méridionales (Lecompte et al., 1998), les intensités sont considérées comme fortes à partir de 50 mm/h durant 6 minutes et peuvent atteindre 100 mm/h. Il faut ajouter, comme cela a d'ailleurs été constaté dans d'autres secteurs marneux de la montagne rifaine (Laouina, 1998), le rôle des fentes de dessiccation, qui ont absorbé une grande partie de l'eau et ont eu un effet important dans le ralentissement du ruissellement sur les versants.

Fig. 3 – Évolution de la section transversale du ravin Baaj au niveau des piquets 7 et 8 entre septembre 1999 et juillet 2001.
Fig. 3 – Evolution of the Baaj gully cross-section at the level of pins 7 and 8 between September 1999 and July 2001.

Fig. 3 – Évolution de la section transversale du ravin Baaj au niveau des piquets 7 et 8 entre septembre 1999 et juillet 2001. Fig. 3 – Evolution of the Baaj gully cross-section at the level of pins 7 and 8 between September 1999 and July 2001.

1 : 19 septembre 1999 ; 2 : 7 décembre 1999 ; 3 : 9 mars 2000 ; 4 : 12 décembre 2000 ; 5 : 22 juillet 2001.
1 : September 19, 1999 ; 2 : December 7, 1999 ; March 9, 2000 ; 4 : December 12, 2000 ; 5 : July 22, 2001.

13Ces observations ne signifient pas que ces ravins sont peu actifs mais que leur dynamique évolue essentiellement par à-coups, connaissant quelques changements brutaux et rapides lors de pluies particulièrement abondantes et intenses, puis restant pour ainsi dire figés pendant des périodes plus ou moins longues (Tribak, 1988 ; Maurer, 1988, 1991 ; Barathon, 1989 ; El Abbassi, 1999). Il n'en reste pas moins que l'érosion régressive progresse à un rythme rapide, ainsi que le constatent les paysans dont les champs situés en bordure de badlands sont toujours grignotés par le recul des ravins (photo 1). Cette évolution du ravinement, par à-coups dans les formations marneuses contraste avec l'activité beaucoup plus continue des ravins qui affectent les formations alluviales.

Photo 1 – Évolution du ravinement en badlands par érosion régressive.
Photo 1 – Passage from gullying to badlands through headward erosion.

Photo 1 – Évolution du ravinement en badlands par érosion régressive. Photo 1 – Passage from gullying to badlands through headward erosion.

Les ravins, creusés dans des marnes surmontées de colluvions, sur le piémont sud du massif, ont reculé de 10 à 15 mètres depuis 1975, sur une profondeur de 4 à 5 mètres. Le personnage se trouve approximativement à l'emplacement des têtes de ravins en 1975 (cliché E. Gauché, mars 2000).
The gullies, incised into the marls covered with colluvium on the south piedmont of the range, have cut back by 10 to 15 m since 1975 with a depth of 4 to 5 m. Note person standing near the site of the gully head in 1975 (E. Gauché, March 2000).

Dans les plaines alluviales

14La particularité de la dynamique du ravinement dans les formations alluviales des plaines provient de l'influence remarquable de la suffosion (Laffan et Culter, 1977). Ce phénomène de soutirage par des sous-écoulements emportant les sels et le gypse solubles (Amirèche, 1994 ; Tribak, 1997), sous climat steppique et dans des formations à granulométrie fine (Neboit, 1991), aboutit à la création de conduits souterrains, tunnels et cavités, qui évoluent par effondrement. Ainsi, dans ces formations affectées par la suffosion, non seulement le ruissellement superficiel mais aussi les eaux d'infiltration ont un rôle dans la progression du ravinement. C'est pourquoi tous les types de pluies, que l'intensité soit forte ou faible, ont une action érosive, d'où l'efficacité particulière de la suffosion dans l'élaboration des formes de dissection et l'évolution rapide du ravinement, y compris dans le cas des années dites sèches. C'est ce qu'ont montré deux ravins ayant fait l'objet d'un suivi dans ces formations alluviales : de nombreux changements ont en effet été constatés, dans les talwegs et au niveau des berges.

Tableau 1 – Bilan de l'évolution du profil transversal du ravin Baaj au niveau de différents piquets, entre le 19 septembre 1999 et le 22 juillet 2001.
Table 1 – Sediment budget of the evolution of the cross-section of the Baaj gully at the level of different pins between September 19 and July 22, 2001.

Tableau 1 – Bilan de l'évolution du profil transversal du ravin Baaj au niveau de différents piquets, entre le 19 septembre 1999 et le 22 juillet 2001. Table 1 – Sediment budget of the evolution of the cross-section of the Baaj gully at the level of different pins between September 19 and July 22, 2001.

*Matériaux effondrés provenant des berges. **Affouillement à la base de la berge sur 5 cm de haut.
*Materials collapsed from the banks. **Undermining at the base of the bank to a height of 5 cm.

15L'évolution fut particulièrement spectaculaire dans les alluvions de l'oued Baaj (fig. 2, site 2), taillé dans des matériaux de granulométrie limoneuse à limono-argileuse. Le ravin présente de nombreux méandres, ainsi que des tunnels et ponts de suffosion dans le talweg, des alignements de trous en arrière des berges et parallèlement à elles et des fentes de dessiccation béantes de plusieurs centimètres de large dans les parois. Celles-ci, ainsi déstabilisées, s'effondrent par sapement à la base lors d'un écoulement dans le talweg ou sous l'effet de la simple gravité à sec. Au cours des deux années d'observation, toutes les sections du ravin ont connu un creusement, un remblaiement ou un effondrement. Le tableau 1 présente l'évolution du profil transversal du ravin au niveau de différents piquets entre septembre 1999 et juillet 2001. Le ravin fut ainsi particulièrement actif, les changements les plus importants ayant été relevés à l'automne et secondairement en hiver. L'évolution s'est traduite par un creusement de 60 cm dans la section amont du ravin et par un remblaiement de 6 cm dans la section aval (hors matériaux effondrés). Par ailleurs, de nombreux petits effondrements ont affecté les berges, particulièrement les rives concaves, dont le recul maximum mesuré fut de 20 cm. Les modifications les plus spectaculaires se sont produites au niveau des piquets 7 et 8 (photo 2, fig. 3). Le ravin s'est en effet élargi de plus d'un mètre sous l'effet de l'effondrement, sur ses deux rives, de pans entiers de parois. Ces dernières furent déstabilisées par l'action conjointe des fentes de dessiccation et de la suffosion, ouvrant des fentes béantes parallèlement aux berges. L'effondrement observé en rive gauche a concerné un volume d'environ 1,14 m3, estimé d'après les blocs provenant de la berge et reposant au fond du talweg. Les deux effondrements se sont produits à l'automne 1999 pour le premier et à l'automne 2000 pour le second, malgré une pluviométrie mensuelle inférieure à 20 mm et des intensités relativement faibles. En effet, dans les formations affectées par la suffosion, non seulement le ruissellement superficiel mais également les eaux d'infiltration (Laffan et Culter, 1977), même en cas de faible pluviométrie, jouent un rôle dans la progression du ravinement. Une importante activité concerna également le second ravin ayant fait l'objet d'un suivi, mais selon des modalités sensiblement différentes.

Photos 2 – Évolution de la section transversale du ravin Baaj au niveau des piquets 7 et 8 (plaine de l'oued Baaj, cliché E. Gauché). 1 cm = 0,5 m au centre du ravin.
Photos 2 – Evolution of the Baaj gully cross-section at the level of stakes 7 and 8 (Baaj wadi plain, E. Gauché). 1 cm= 0.5 m at the centre of the gully.

Photos 2 – Évolution de la section transversale du ravin Baaj au niveau des piquets 7 et 8 (plaine de l'oued Baaj, cliché E. Gauché). 1 cm = 0,5 m au centre du ravin. Photos 2 – Evolution of the Baaj gully cross-section at the level of stakes 7 and 8 (Baaj wadi plain, E. Gauché). 1 cm= 0.5 m at the centre of the gully.

A : 19 septembre 1999, la rive droite est déstabilisée ; B : 7 décembre 1999, la rive droite s'est effondrée ; C : 9 mars 2000, une fente en rive gauche s'est agrandie ; D : 22 juillet 2001, la rive gauche s'est effondrée.
A : September 19, 1999, the right bank is unstable ; B : December 7, 1999, the right bank has collapsed ; C : March 9, 2000, a fissure in the left bank has widened ; D : July 22, 2001, the left bank has collapsed.

16Dans l'important remblaiement limono-argileux gris jaunâtre qui constitue la terrasse principale rharbienne (Holocène) de l'oued Kert (Barathon, 1989), le ravinement dessine un véritable labyrinthe, formant un réseau de ravins profonds à l'aspect dendritique. Un tel ravinement généralisé évoque celui des badlands ; cependant les formes et les processus d'évolution du ravinement y sont, au moins pour partie, différents de ceux qui façonnent ces derniers. En effet, le ravin qui a été étudié (fig. 2, site 3), incisé sur environ 10 mètres de profondeur, a montré que les formes évoluent, en fonction des saisons, sous l'effet de l'érosion hydrique et éolienne. L'activité essentielle s'est concentrée dans le fond du talweg. Sa dynamique consiste en un colmatage pendant la saison sèche (photo 3A), sous l'effet de la descente, par gravité à sec, d'une pellicule de limons sur les versants déstabilisés par le vent, alternant avec le creusement dans les matériaux précédemment accumulés, pendant les pluies d'automne et d'hiver (photo 3B). Cette alternance de processus dans le fond du talweg en relation avec la dynamique des versants qui le dominent, témoignant de l'importance de la saisonnalité dans le fonctionnement du ravinement (Harvey, 1987), est tout à fait l'inverse de ce qui a été observé, par exemple, dans les marnes des Baronnies (Lhénaff et al., 1993 ; Lecompte et al., 1998), où, certes dans un autre contexte climatique, les écoulements concentrés nettoyant les talwegs s'effectuent en été, tandis qu'en hiver ces derniers s'encombrent de matériaux issus des versants.

Photo 3 – Évolution du talweg dans un ravin développé dans les terrasses alluviales de l'oued Kert (rive gauche de la basse vallée du Kert, cliché E. Gauché).
Photo 3 – Evolution of the gully channel developed in the alluvial terraces of the Kert wadi (left bank, downstream of the Kert valley, photo E. Gauché).

Photo 3 – Évolution du talweg dans un ravin développé dans les terrasses alluviales de l'oued Kert (rive gauche de la basse vallée du Kert, cliché E. Gauché).Photo 3 – Evolution of the gully channel developed in the alluvial terraces of the Kert wadi (left bank, downstream of the Kert valley, photo E. Gauché).

A : en saison sèche (15 septembre 1999), des limons, déstabilisés par le vent et descendus des versants par gravité, viennent colmater le fond du talweg. B : en saison humide (8 décembre 1999), creusement dans les matériaux précédemment accumulés. L'échelle est donnée par le mètre sur la photo B.
A : during the dry season (September 15, 1999), silt fallen from the slopes is filling the bottom of the thalweg ; B : during the wet season (December 8 1999), incision of the previously deposited materials. Tape indicates scale on photo B.

17Si les conditions physiques du milieu créent un contexte très favorable au ravinement, selon des processus et des rythmes d'évolution très différents en fonction de la lithologie, les formes sont également très étroitement liées à l'utilisation du sol. Celle-ci explique une bonne partie des inégalités spatiales observées dans leur répartition, leur extension et leur dynamique, montrant ainsi le poids des facteurs anthropiques dans l'évolution du ravinement.

Le rôle fondamental de l'utilisation du sol dans la dynamique du ravinement

18Tandis que les formes apparaissent de manière localisée sur les terres cultivées, les superficies les plus importantes affectées par le ravinement concernent les terres non cultivées, en particulier les friches.

Un ravinement localisé et contenu, mais actif, sur les terres cultivées

19Si des formes mineures de ravinement se créent fréquemment dans les champs mais sont régulièrement effacées par les labours, les traces visibles du ravinement sur les terres cultivées se manifestent essentiellement par quelques formes majeures, en général localisées.

20À l'occasion des pluies, des rigoles (d'une profondeur inférieure à 20 cm et dépassant rarement 40 ou 50 cm) apparaissent fréquemment dans les champs (Gauché, 2002). Afin de préciser les effets de ce ravinement dans les terres de cultures, quelques mesures ont été effectuées. Le tableau 2 montre ainsi l'effet érosif d'une pluie survenue au cours de l'hiver 2000 sur des terres labourées du massif montagneux (fig. 2, site 5), constituées de colluvions rouges limoneuses surmontant les schistes encroûtés, sur une pente de 20° exposée au nord. Le 9 janvier 2000, un orage d'une durée de 35 mm ayant précipité 29 mm de pluie pour une intensité moyenne de 50 mm/h (l'une des plus fortes observées durant les deux années de relevés), a été à l'origine de la formation de nombreuses rigoles dans les champs. Cette averse orageuse s'est produite après deux journées pluvieuses survenues neuf jours plus tôt : 9 mm le 30 décembre 2000 et 2 mm la veille. Les céréales étaient encore peu levées (semis au début décembre) et cet événement pluvieux a engendré des rigoles profondes de 9 à 35 cm, larges de 15 à 70 cm et longues de 4 à 50 mètres. Ces formes de ravinement, quoique mineures, ont été provoquées sur des sols peu humidifiés et par des pluies d'intensité relativement faible. Elles témoignent ainsi de la fragilité des terres et de leur sensibilité au ravinement. Cependant il s'agit de microformes éphémères qui ne subsistent généralement pas plus d'un an puisqu'elles sont régulièrement effacées par les labours. C'est pourquoi le ravinement est n'est guère perceptible dans les terres travaillées, surtout si l'on observe les champs juste après les labours. Néanmoins, à terme, l'appauvrissement du sol n'en est pas moins inéluctable (Laouina et al., 1992 ; Prinz et al., 1994) : d'après les recherches menées en moyenne montagne méditerranéenne algérienne (Roose et al., 1997), l'érosion en rigole, ajoutée à l'érosion mécanique sèche par les instruments aratoires, serait responsables d'une ablation spécifique de 4 mm/an.

Tableau 2 – Mesures de rigoles (9 janvier 2000) dans des terres labourées, sur une pente de 20° et en exposition nord (partie centrale du massif montagneux).
Table 2 – Measurements (January 9, 2000) of small gullies in ploughed fields on a north-facing, 20° slope (central part of the massif).

Tableau 2 – Mesures de rigoles (9 janvier 2000) dans des terres labourées, sur une pente de 20° et en exposition nord (partie centrale du massif montagneux).Table 2 – Measurements (January 9, 2000) of small gullies in ploughed fields on a north-facing, 20° slope (central part of the massif).

21Ainsi, seules les formes de ravinement de trop grandes dimensions pour être effacées par les labours marquent durablement les terres cultivées. Ces formes, généralement situées dans les fonds de talwegs, à la base ou en limite de parcelle, sont essentiellement des ravins de grande dimension, ineffaçables par les labours (Gauché, 2000). Leur évolution est freinée par les travaux du sol qui favorisent l'infiltration et entravent l'érosion régressive. Mais bien que contenu et contrarié, le ravinement progresse cependant. C'est ce qu'a permis de constater le suivi de deux ravines (fig. 2, site 4), équipées de piquets sur une longueur de 15 mètres, localisées dans des champs labourés sur les colluvions rouges du massif montagneux, et respectivement situées sur des pentes de 30° en exposition nord et sud.

22La première, exposée au nord, atteint une profondeur maximale de 110 cm et la seconde, au sud, de 60 cm. Sur les deux années d'observations, la ravine exposée au sud s'est élargie de 2 à 5 cm (± 1 cm) dans les sections équipées de piquets et sa tête a reculé de 6 cm. Mais les effets de l'érosion ont été quelque peu masqués par les labours, qui ont engendré un remblaiement sur 10 à 20 cm dans le fond du talweg lors du passage de l'araire et qui contournent les formes de ravinement trop profondes. En revanche, la ravine exposée au nord (plus longue et plus profonde), semble avoir connu une dynamique légèrement plus active. La tête a reculé de 5 cm et la ravine s'est élargie de 5 à 14 cm selon les sections, même si ce n'est pas le cas de toutes les sections. Le talweg a été remblayé sur 4 à 15 cm selon les sections, sous l'effet des labours. Mais il s'est aussi approfondi d'environ 30 cm dans la section aval, à l'endroit où la ravine atteint sa profondeur maximale, par la création, en son centre, d'une rigole étroite (5 à 10 cm de large) mais de 4 mètres de long.

23Ainsi, en dépit des effets des labours qui en ralentissent l'évolution, le ravinement est malgré tout actif sur les terres cultivées, témoignant de leur sensibilité à l'érosion. Il l'est encore plus sur les terres non cultivées, où aucune pratique culturale ne vient en entraver la progression. Ce sont ainsi les terres les plus dégradées, où la dynamique du ravinement peut s'exercer librement.

Un ravinement exacerbé sur les terres non cultivées

24Les terres utilisées pour le parcours des troupeaux correspondent à la plus grande extension des superficies dégradées par le ravinement. Il s'agit essentiellement d'anciennes terres cultivées actuellement en friches, pour 90 % des terres de parcours dans le massif montagneux, contre seulement 10 % pour les terres n'ayant jamais été mises en culture. Le ravinement est le processus dominant dans l'évolution de ces versants, à l'exception de quelques-uns en cours de stabilisation par la dynamique végétale.

25Les versants en friche dont la mise en culture a cessé, il y a seulement une trentaine ou même une vingtaine d'années, sont aujourd'hui striés de griffures et de rigoles et dégradés par les morsures de ravines et de ravins (photo 4). S'ils ne sont pas griffés ou ravinés, il ne reste plus que la croûte ou la roche à l'affleurement, complètement débarrassée de la couverture détritique qui la recouvrait. La dégradation des versants sous l'effet des rigoles est particulièrement rapide, comme en témoigne l'observation de l'état des terres en friche, confrontée à la date d'arrêt de la mise en culture donnée par leur propriétaire. Il en est de même pour les formes majeures de ravinement, qui s'étendent sans contraintes, que ce soit sur les versants montagnards ou dans les formations alluviales. Aucune végétation ne parvient à reconquérir ces versants colonisés par une erme très dégradée et qui s'acheminent le plus souvent, en relation avec la progression du ravinement, vers une dégradation irréversible. La végétation est caractérisée par une évolution régressive, où les espèces xérophiles adaptées aux sols dégradés deviennent peu à peu dominantes : les plantes héliophiles pionnières, telles l'inule visqueuse (Inula viscosa), qui colonisent les jachères et les jeunes friches, sont progressivement remplacées par l'armoise (Artemisia herba alba) ou le thym (Thymus sp), puis par des buissons épineux épars tels Onea arborescens. La couverture végétale est donc de moins en moins couvrante, ce qui favorise d'autant plus la progression et la diffusion du ravinement. Il existe cependant quelques exceptions à cette évolution.

Photo 4 – Ravinement sur des terres en friche, dans des colluvions surmontant des formations marno-volcaniques. La mise en culture du versant érodé par les rigoles et les ravines a cessé en 1979.
Photo 4 – Gullying on fallow land in colluvium topping marly and volcanic formations. Tilling on the rill- and gully-eroded slope stopped in 1979.

Photo 4 – Ravinement sur des terres en friche, dans des colluvions surmontant des formations marno-volcaniques. La mise en culture du versant érodé par les rigoles et les ravines a cessé en 1979. Photo 4 – Gullying on fallow land in colluvium topping marly and volcanic formations. Tilling on the rill- and gully-eroded slope stopped in 1979.

Remarquer le contraste avec la partie du versant toujours cultivée, sans traces de ravinement (partie orientale du massif, cliché E. Gauché, juillet 2000).
Note the contrast with the part of the slope that is still cultivated and shows no trace of gullying (eastern part of the massif, E. Gauché, July 2000).

26En effet, dans le massif montagneux, sur quelques rares versants en friche ou n'ayant jamais été cultivés, des formes de ravinement, le plus souvent anciennes, sont en cours de végétalisation. Le versant est alors recolonisé par le matorral : Inula viscosa est d'abord remplacée par des cistes, des espèces épineuses buissonnantes telles Ulex parvifolius ou des herbacées (Anthyllis cistoïdes). Au bout de quelques années (5 à 10 ans en général), les arbres réapparaissent, notamment les thuyas. Cette couverture végétale relativement dense, qui ralentit le ruissellement sur les versants (Brandt et Thornes, 1987 ; Thornes, 1990), constitue une protection efficace contre l'extension du ravinement, et corrélativement des thuyas parviennent à pousser dans les ravins. Mais cette stabilisation des formes de ravinement reste tout à fait exceptionnelle puisqu'elle ne concerne que 3 % des surfaces affectées par le ravinement (Gauché, 2002).

27La dynamique du ravinement sur les versants non cultivés apparaît ainsi très contrastée. C'est cependant l'évolution régressive du milieu qui prédomine, attestant de la vigueur et de la rapidité du ravinement, en particulier sur les terres en friche. Le rôle de l'utilisation du sol apparaît donc fondamental dans la répartition des formes et leur dynamique. La question reste maintenant de savoir depuis quand se manifeste cette accélération du ravinement, principal agent de la morphogenèse actuelle et expression d'une véritable crise érosive. Est-ce un phénomène ancien ou récent et quelle en est l'origine ? Et comment réussir à faire la part de responsabilité des facteurs physiques face à celle des facteurs anthropiques ? Cette crise est en réalité l'aboutissement de plusieurs phases successives de fragilisation du milieu, qui ont contribué à la mise en place des conditions favorables à l'exacerbation actuelle de la dynamique du ravinement.

Historique de la dynamique du ravinement

28C'est en relation avec le mode d'exploitation du milieu, lui-même lié à l'évolution de la société et de l'économie, que s'est développé le ravinement, et c'est le croisement des facteurs physiques avec les facteurs sociaux et économiques, historiques et actuels, qui explique la répartition et la dynamique des formes de ravinement.

L'époque pré-coloniale : des manifestations limitées du ravinement

29À l'époque pré-coloniale, la montagne était très peuplée, avec des densités estimées à plus de 40-50 hab/km2 au milieu du xvie siècle (Noin, 1970) et atteignant 70 hab/km2 dans la dernière décennie du xixe siècle (Lamartinière et Lacroix, 1894). Ceci contrastait avec un avant-pays vide d'habitants, en raison de l'insécurité qu'y faisaient régner les tribus nomades voisines, et utilisé comme parcours extensifs. Cette population nombreuse de paysans sédentaires montagnards vivait d'une économie fondée sur l'agriculture et l'élevage (ovins et caprins), l'utilisation des forêts (agriculture sur brûlis, bois d'œuvre, bois de feu, charbonnage itinérant) et la complémentarité entre les terroirs. L'exploitation traditionnelle du milieu était contrôlée par les jemaâ-s, assemblées représentatives de la communauté villageoise, qui étaient chargées d'assurer la conservation et le renouvellement des ressources (Fay, 1972, 1987).

30En montagne, tandis que les cultures se trouvaient sur les meilleurs terroirs (essentiellement les sommets d'interfluves et les versants nord), labourés à l'araire, la plus grande partie des finages était occupée par la forêt (Gauché, 2002, 2003). Il s'agissait pour l'essentiel d'une forêt de thuyas, particulièrement dense dans les parties les plus élevées du massif montagneux. En raison du couvert forestier, le ravinement était relativement limité, comme en témoignent encore les vieux paysans évoquant la situation à la fin du xixe siècle. Il n'y en a d'ailleurs aucune forme sous les quelques rares îlots de forêts qui subsistent actuellement. Le ravinement se traduisait essentiellement par quelques formes majeures, amorcées dans les formations colluviales épaisses des bassins de réception des oueds.

31Dans l'avant-pays, en dehors des plaines alluviales, domaine de la steppe à épineux, les badlands des piémonts développés dans les marnes, occupés par une steppe à doum, et le ravinement généralisé des terrasses du Kert, marquaient déjà les paysages par "de grands ravins produits par l'action érosive des pluies" (Yniguez, 1913). Les badlands sont évidemment très difficiles à dater et, de même que dans le bassin méditerranéen en général, leur origine, anthropique ou climatique, est sujette à discussion (Mathieu, 1977 ; Maurer, 1988 ; Laouina, 1995 ; Ballais, 1996 ). Cependant, il n'en reste pas moins qu'ils occupent depuis longtemps des superficies importantes, vraisemblablement proches des superficies actuelles.

32Ainsi, les formes majeures et le ravinement généralisé témoignaient déjà de la dégradation du milieu et de sa fragilité. Mais ils étaient surtout présents dans les sites favorables marqués par la grande extension des formations meubles et par une végétation ouverte. Cette situation fut bouleversée au début du xxe siècle par l'installation de la colonisation espagnole, qui provoqua une première rupture dans l'évolution de la dynamique du milieu.

La période coloniale (1912–1956) : des conditions favorables au développement du ravinement

33La colonisation espagnole provoqua une fragilisation brutale du milieu. D'une part, des routes et des pistes furent ouvertes dans les formations colluviales meubles de montagne, sur des versants en pentes très raides, ou dans les marnes ravinées en badlands, sans tenir compte de la nature du substrat pour l'adaptation du tracé. D'autre part, en relation avec une politique systématique d'exploitation irraisonnée de la végétation (Geografía de Maruecos, 1936), la colonisation entraîna en quelques années la disparition totale des forêts des Beni Saïd. Ainsi, les versants les plus fragiles, qui jusque-là avaient échappé aux défrichements, ont été brutalement dépourvus de protection. Les forêts de thuyas du massif montagneux furent remplacées par une végétation secondaire très dégradée, sorte de matorral bas plus ou moins dense, offrant évidemment une protection beaucoup moins efficace du sol. Ce changement brutal et radical de la couverture végétale fut ainsi à l'origine de l'amorce de nouvelles formes de ravinement sur des versants auparavant stables, et de l'exacerbation de l'érosion régressive dans les formes anciennes. Enfin, en relation avec la croissance démographique et l'installation de la sécurité dans les basses terres, la période coloniale fut caractérisée par une modification importante de l'utilisation du sol : l'appropriation et la mise en culture des terres de parcours dans les plaines alluviales de l'avant-pays. Ainsi, en quelques décennies, la période coloniale bouleversa complètement l'organisation traditionnelle du système agropastoral et la stabilité relative du milieu qui l'accompagnait, au profit d'une exploitation non conservatrice et individualiste des ressources. Ces changements se révélèrent fondamentaux car ils créèrent les conditions favorables au développement du ravinement et à son exacerbation ultérieure.

La période post-coloniale : un ravinement contenu puis libéré

34La période post-coloniale fut, jusque dans les années 1980, une période intermédiaire de préparation de la crise érosive. Elle fut en effet le théâtre de nouveaux bouleversements de la dynamique du milieu, sous l'effet de mutations démographiques et de l'évolution de l'économie et de la société (Gauché, 2002, 2003).

35Les années 1960 et 1970, en relation avec la forte augmentation des densités de population qui fit suite à l'Indépendance, furent une phase de pression maximale sur le milieu, qui contribua à nouveau fortement à sa fragilisation. En effet, la forte croissance démographique provoqua une extension très importante des superficies cultivées, qui gagnèrent toutes les terres cultivables ; corrélativement la diminution des terres de parcours, réduites au minimum, entraîna un très fort surpâturage. La charge en bétail atteignait 1,5 tête à l'hectare en 1975 (Service vétérinaire, Caïdat de Dar Kebdani), ce qui est important ; en comparaison, dans les steppes nord-africaines surpâturées, la densité de bétail est d'un peu plus d'1 tête à l'hectare, ce qui est 4 à 5 fois supérieur à la capacité de charge naturelle de ces parcours (Le Houérou, 1995). Tandis que le tracteur faisait son apparition dans les plaines, en montagne, les défrichements gagnaient les terres marginales, les plus raides et les plus sensibles au ravinement, celles que la période coloniale avait dépouillées de leur couverture forestière, remplacées jusque-là par un matorral bas très dégradé. Afin de protéger ces terres sensibles contre le ravinement et le décapage, la mise en culture des versants s'accompagnait de l'installation de diverses pratiques anti-érosives, notamment des cordons de pierres sèches (El Abbassi, 2000). Ces aménagements anti-érosifs, de même que les travaux du sol, soignés et assurés par une main d'œuvre abondante, étaient donc les conditions indispensables et fondamentales de la stabilité de ces terroirs fragiles nouvellement cultivés. Ainsi, le ravinement était contrôlé et ses manifestations constamment freinées et contrariées par les travaux du sol.

36Cependant, en raison du défrichement et de la mise en culture des terres les plus fragiles, du surpâturage des parcours et de l'introduction du tracteur dans les plaines, tout se passa comme si cette période connaissait l'accumulation d'un potentiel de dégradation favorable au ravinement, prêt à se libérer au moindre relâchement du contrôle exercé par l'homme. Or, le début des années 1980 fut marqué par une inversion de la tendance démographique, qui entraîna la rupture de l'équilibre du système fondé sur le maintien de fortes densités. Les Beni Saïd passèrent en effet d'une situation de surpeuplement et de surexploitation du milieu dans le cadre d'une société paysanne à une situation de dépeuplement dans un contexte de crise économique et sociale (Gauché, 2002). Cette inversion de la tendance démographique, la population ayant diminué de 30 % entre 1982 et 2001, fut fatale à la stabilité des versants.

37En effet, non seulement le début des années 1980 est caractérisé par une tendance à la dégradation de la pluviométrie, d'ailleurs générale au Maroc (Fay, 2000), mais aussi par une évolution des mentalités en relation avec le développement de l'émigration vers l'Europe (Bonnet et Bossard, 1973 ; Guitouni, 1995 ; El Abbassi, 1999). Il en est résulté une désaffection grandissante de la société pour l'agriculture et l'élevage qui, conjuguée à l'hémorragie démographique, furent à l'origine d'un important manque de main d'œuvre dans ces campagnes. L'objectif des paysans étant désormais d'économiser en travail et en investissements, l'ensemble s'est traduit par une dégradation des pratiques culturales : utilisation croissante du tracteur, y compris sur des terroirs inadaptés en pente forte (jusqu'à 20°), labours dans le sens de la pente et réduction du nombre de labours des jachères dans l'année. Ces mutations ont eu inévitablement des conséquences très importantes sur la dynamique du ravinement.

38Si cette dernière s'est trouvée accélérée sur les terres cultivées en relation avec les changements intervenus dans les pratiques culturales, elle l'est encore plus sur les terres non cultivées, c'est-à-dire les friches, compte tenu de leur grande susceptibilité au ruissellement. Celle-ci est favorisée, en effet, par des sols très battants, ainsi que l'ont montré des mesures effectuées sur des parcelles d'érosion (Gauché, 2002), associés à une forte pierrosité qui contribue à augmenter les volumes ruisselés (Yair et Klein, 1973 ; Van Den Brink et Jungerius, 1983 ; Poesen et Ingelmo Sanchez, 1992 ; Poesen et Lavee, 1991). L'arrêt de la mise en culture et, corrélativement, de l'entretien de tous les aménagements anti-érosifs traditionnels (cordons de pierres sèches, talus de terre) sur les versants, conduit alors à leur dégradation rapide sous l'effet du ravinement, d'autant plus que les terroirs délaissés les premiers sont généralement les plus médiocres et donc les plus fragiles. De plus, malgré la diminution des effectifs de bétail, les parcours sont maintenus en état de surpâturage en raison de la sécheresse persistante, ce qui entrave la reprise de la végétation.

39À l'inverse, les quelques rares versants en friche où les formes de ravinement sont en cours de stabilisation par la reconquête végétale correspondent uniquement à certains bons terroirs, sur les versants nord du massif montagneux, abandonnés précocement et où la charge en bétail est devenue très faible corrélativement à la dépopulation. La dynamique végétale parvient alors, exceptionnellement, à prendre le pas sur la dynamique érosive.

Conclusion

40Les formes de ravinement, leur vitesse et leurs rythmes d'évolution sont très différents en fonction de la lithologie. On observe en effet une grande variété dans les processus d'évolution de ces formes : incision linéaire, décapage de la croûte calcaire sur le fond des ravins creusés dans les colluvions, glissements superficiels dans les marnes, effondrements de berges, suffosion, déflation et gravité à sec dans les formations alluviales, l'ensemble étant particulièrement actif. Les changements sont brutaux lors des pluies de forte intensité, pour l'ensemble des formations affectées, ainsi que l'ont observé également les différents auteurs ayant travaillé dans la région (Barathon, 1989 ; Tribak, 1988, 1997 ; El Abbassi, 1999). Mais les formes les plus actives sont celles qui évoluent sous l'effet de la suffosion et se développent dans les formations alluviales, d'autant plus que celles-ci enregistrent les effets des modifications affectant la dynamique du ruissellement sur les versants dans la partie amont des bassins versants. Si la nature des formations superficielles constitue un facteur favorable à la grande sensibilité du milieu au ravinement, ce sont cependant les mutations affectant l'utilisation du sol qui sont responsables de son exacerbation récente.

41Comme l'a souligné G. Maurer (1991), une partie importante des formes d'érosion des montagnes rifaines et telliennes est le résultat d'un héritage, tels les grands ravins déjà fonctionnels au Quaternaire. Mais cette crise érosive, qui s'exprime par l'exacerbation de la dynamique du ravinement, est essentiellement d'origine anthropique, puisqu'elle provient d'une évolution inadaptée des pratiques sur un milieu initialement fragile. À partir d'un héritage séculaire d'exploitation et de fragilisation du milieu, ce sont les modalités de l'évolution récente de l'occupation humaine, par la progression des surfaces labourées au tracteur, la réduction et la dégradation des travaux du sol, et surtout l'extension des friches, qui expliquent l'accélération actuelle du ravinement. Étant donné que la mise en culture avait progressé des meilleurs terroirs vers les plus médiocres et que l'enfrichement suit globalement le cheminement inverse, les terroirs les plus dégradés par le ravinement sont, non pas les plus anciennement exploités, mais à la fois les plus récemment mis en culture et les plus anciennement abandonnés.

42Les deux dernières décennies furent ainsi une phase de diffusion rapide du ravinement dans l'espace, que ce soit à partir des formes anciennes ou par la création de nouvelles formes. Par conséquent, même si les effets de la dégradation sont anciens, il semble bien que l'on puisse parler, pour reprendre l'expression de J. J. Dufaure (1984), d'une "crise morphogénique actuelle et d'un emballement soudain et sans précédent connu de la morphogenèse", avec une dynamique du ravinement qui s'est avérée inséparable de l'évolution de l'occupation humaine et de l'utilisation du sol.

Haut de page

Bibliographie

Amirèche H. (1994) – Formes et processus érosifs dans le Tell nord-constantinois. Cas des bassins des oueds Kotton et Fessa (Algérie). Méditerranée, 3/4, 41-50.

Ballais J. L. (1996) – L'âge du modelé de roubines dans les Préalpes du Sud : l'exemple de la région de Digne. Géomorphologie : relief, processus, environnement, 4, 61-68.

Barathon J. J. (1972) – Sédimentation néogène, néotectonique et évolution récente du bassin de Kebdani et de ses bordures. Revue de Géographie du Maroc, 61-73.

Barathon J. J. (1989) – Bassins et littoraux du Rif oriental (Maroc) : évolution morphoclimatique et tectonique depuis le Néogène supérieur. Thèse d'État, université de Poitiers, 584 p.

Bonnet J., Bossard R. (1973) – Aspects de l'émigration temporaire des travailleurs du Rif oriental vers l'Europe. Revue de Géographie du Maroc, 23/24, 5-49.

Bousquet B., Dufaure J. J., Neboit R. (1987) – Formes héritées et dynamique actuelle dans deux bassins versants élémentaires de la vallée du Sinni (Lucanie). Études méditerranéennes, Poitiers, 162-178.

Brandt J., Thornes J.B. (1987) – Erosional energetics. In K.J. Gregory, An energetics of physical environment, 51-87.

Cemagref (1987) – Bassins versants expérimentaux de Draix. Compte rendu de recherches n° 1 en érosion et en hydraulique torrentielle, Grenoble, 128 p.

De Noni G., Viennot M., Asseline J., Trujillo G. (2001) – Terres d'altitude, terres de risque. La lutte contre l'érosion dans les Andes équatoriennes. IRD Éditions, 219 p.

Direction Provinciale de l'Agriculture de Nador (1994) – Étude pédologique de reconnaissance au 1/100000 en vue de la mise en valeur agricole dans les cercles du Rif et de Driouch. Province de Nador. Rapport et Annexes, Bureau d'Études J.M. Coquant, Casablanca, Royaume du Maroc, Ministère de l'Agriculture et de la mise en valeur Agricole, 221 p.

Dufaure J. J. (1984) – La mobilité des paysages méditerranéens. Hommage à P. Birot. Ed. Revue Géographique des Pyrénées et du Sud-Ouest, travaux II, 387 p.

Dumas B., Guéremy p., Lecompte M., Lhénaff R., Raffy J. (1987) – Mouvements de terrain et érosion hydrique dans les Baronnies méridionales : méthodes d'étude et premiers résultats. Travaux de l'Institut Géographique de Reims, 69/72, 68-93.

El Abbassi H. (1999) – Les campagnes du Rif Oriental marocain : géomorphologie, occupation humaine et érosion des sols. Thèse de Doctorat d'État ès Lettres, université Chouaib Doukkali, El Jadida (Maroc), 393 p.

El Abbassi H. (2000) – Le savoir-faire des populations locales et gestion des eaux et des sols dans une moyenne montagne méditerranéenne semi-aride, Rif oriental (Maroc). Département de Géographie, université de El Jadida, Maroc. Bulletin du réseau Érosion 20, Influence de l'homme sur l'érosion, vol. 2 : bassins versants, élevage, milieux urbain et rural, IRD, 399-428.

Fay G. (1972) – Recherches sur l'organisation de la vie rurale et sur les conditions de la production dans la Basse montagne rifaine. Thèse de 3e cycle, université Denis-Diderot, (Paris 7), 520 p.

Fay G. (1987) – Ré-inventer la jma'a : réflexions pour le développement des milieux pastoraux. Bulletin économique et social du Maroc, 159/161, 113-128.

Fay G. (2000) – Sagesse ancienne, erreurs modernes dans la gestion des eaux de surface au Maroc. Bulletin de l'Association de Géographes Français, 1, 44-51.

Gauché E. (2000) – Dégradation et territoire, les enjeux de la gestion du risque : le cas des Beni Saïd, Rif oriental, Maroc. Actes du Colloque international Risques et Territoires, UMR CNRS 5600, Environnement, ville, société, 16-18 mai, ENTPE, Vaulx-en-Velin, 253-267.

Gauché E. (2002) – Les campagnes des Beni Saïd (Rif oriental, Maroc) : l'exemple de la crise d'une montagne et de son avant-pays. Thèse de doctorat, Université Paris X-Nanterre, 2t., 603 p.

Gauché E. (2003) – Crise d'un système agropastoral montagnard et recompositions spatiales : le territoire des Beni Saïd (Rif oriental, Maroc). Actes du Colloque Crises et mutations des agricultures de montagne. CERAMAC, université Blaise Pascal, (Clermont-Ferrand 2), 12 et 13 décembre 2002, 73-88.

Geografía de Marruecos (1936) – Protectorados y posesiones de España en Africa. Comisión Histórica de las campañas de Marruecos. Tetouan.

Guitouni A. (1995) – Le Nord-Est marocain. Thèse d'État de l'université François Rabelais, Tours, 474 p.

Harvey A.M. (1987) – Seasonality of processes on eroding gullies : a twelve-year recording erosion rates. Processus et mesure de l'érosion, CNRS éditions, 393-454.

Laffan M.P., Cutler E.J.B. (1977) – Landscapes, soils, and erosion of a catchment, in the Wither Hills, Marlborough. 2 Mechanism of tunnel-gully erosion in Wither Hills soils from loessial drift and comparison with other loessial soils in the South Island, New Island. Journal of Science 20, 279-289.

Lamartinière H.M.P., Lacroix N. (1894) – Documents pour servir à l'histoire du nord-ouest africain. Gouvernement Général, Service des Affaires Indigènes, Alger, 553 p.

Laouina A. (1990) – Le Maroc nord-oriental, relief, modelés et dynamique du calcaire. Publication du rectorat de l'université Mohammed 1er, Oujda, n° 1, 590 p.

Laouina A., Chaker M., Naciri R. et Nafaa R. (1992) – L'érosion anthropique en pays méditerranéen, le cas du Maroc septentrional. Travaux du Laboratoire de Géomorphologie de l'université Mohammed V, n°1, Faculté des Lettres et Sciences Humaines, département de Géographie, Rabat, 23-39.

Laouina A. (1995) – Démographie et dégradation des sols dans le Rif. Réseau érosion, ORSTOM, 15, 69-77.

Laouina A. (1998) – L'environnement des montagnes du Nord : atouts, contraintes et processus de dégradation. In Berriane M. et Laouina A., eds., Le développement du Maroc septentrional, Point de Vue de Géographes, Nahost und Nordafrika, 15-59.

Lecompte M., Lhénaff R., Marre A. (1996) – Premier bilan de 6 années de mesures sur l'ablation dans des roubines des Baronnies méridionales (Préalpes françaises du Sud). Revue de Géographie Alpine, n° spécial "Les processus d'érosion en milieu montagnard. Bilan et méthodes", 84, 2, 11-16.

Lecompte M., Chodzko J., Lhénaff R., Marre A. (1997) – Marls gullying : canonical analysis of erosion and sedimentation sequences (Baronnies, France). Geodinamica Acta, 13, 3, 115-124.

Lecompte M., Lhénaff R., Marre A. (1998) – Huit ans de mesures du ravinement des marnes dans les Baronnies méridionales (Préalpes françaises du Sud). Géomorphologie : Relief, Processus, Environnement, 4, 351-375.

Le Houérou H.N. (1995) – Bioclimatologie et biogéographie des steppes arides du nord de l'Afrique : diversité biologique, développement durable et désertisation. Options méditerranéennes, Série B, Études et recherches, n° 10, 273 p.

Lhénaff R., Coulmeau p., Lecompte M., Marre A. (1993) – Erosion and transport processes on slopes in Baronnies mountains (French Southern Alps). Geografia fisica e dinamica quaternaria, 16, 65-73.

Marre A. (1998) – Rythmes et bilans de l'érosion en domaine méditerranéen. In Y. Veyret (coord.), L'érosion entre nature et société. Dossier des Images Économiques du Monde, SEDES, 121-135.

Mathieu L. (1977) – La géomorphologie et la géologie quaternaire comme bases fondamentales pour une juste définition et une cartographie des milieux. Application à la province de Taza (Maroc) et dans la cuvette d'Andapa (Madagascar). Thèse de l'université de Gembloux, Belgique, 1017 p.

Maurer G. (1988) – Héritage et dynamique actuelle dans les bassins versants : exemple du Rif et du Prérif. "Géomorphologie et dynamique des bassins versants élémentaires en régions méditerranéennes", Études méditerranéennes 12, CIEM, Poitiers, 179-197.

Maurer G. (1991) – Les dynamiques agraires dans les montagnes rifaines et telliennes au Maghreb. Bulletin de l'Association de Géographes Français, 4, 267-279.

Neboit R. (1971) – Morphogenèse récente des formations tendres en Lucanie (Italie du sud). Méditerranée, 701-719.

Neboit R. (1977) – Un exemple de morphogenèse accélérée dans l'Antiquité. Les vallées du Basento et du Cavone en Lucanie (Italie). Méditerranée, 39-50.

Neboit R. (1991) – L'homme et l'érosion : l'érosion des sols dans le monde. Publication de la faculté des Lettres et Sciences humaines, université Blaise Pascal, fasc. 34, 2e édition, Clermont-Ferrand, 43-67.

Noin D. (1970) – La population rurale du Maroc. Paris, p.U.F, t. 1, 279 p.

Poesen J., Lavee H. (1991) – Effets of size and incorporation of synthetic mulch on runoff and sediment yield from interrills in a laboratory study with simulated rainfall. Soil and Tillage Research, 21, 209-223.

Poesen J., Ingelmo-Sanchez F. (1992) – Interrill runoff and sediment yield from topsoils with different structure as affected by rock fragment cover and position. Catena, 19, 451-474.

Prinz D., Gomer D., Belz S. (1994) – Studies of the causes of soil erosion on marl soils in northern Algeria : the role of traditionnal soil tillage. Land degradation and rehabilitation, 5, 271-280.

Roose E., Arabi M., Brahamia K., Chebbani R., Mazour M., Morsli B. (1997) – Recherches sur la réduction des risques d'érosion par la GCES en moyenne montagne méditerranéenne algérienne. Réseau érosion, ORSTOM, 17, 161-167.

Thornes J. B. (1990) – Vegetation and erosion. Processes and Environments. John B. Thornes Editor, Publ. Wiley, John & Sons, Incorporated, 536 p.

Tribak A. (1988) – L'érosion du Prérif oriental : contribution à l'étude de la dynamique actuelle dans quelques bassins prérifains au nord de Taza (Maroc). Thèse de l'université Joseph- Fourier (Grenoble 1), 258 p.

Tribak A. (1997) – Fonctionnement actuel d'une ravine d'érosion dans une zone de marnes miocènes (région de Tarmast, Prérif oriental, Maroc). Réseau érosion ORSTOM, 17, 46-54.

Van Den Brink J.W., Jungerius p.D. (1983) – The deposition of stony colluvium on clay soil as a cause of gully formation in the Rif mountains, Morocco. Earth Surface Processes and Landforms, 8, 181-285.

Yair A., Klein M. (1973) – The influence of surface properties on flow and erosion processes on debris covered slopes in an arid area. Catena, 1, 1-18.

Yniguez F. (1913) – Por tierras de Marruecos : valor agrícola de la zona española. Hijos de Rues Editores, Madrid, 62 p.

Haut de page

Annexe

Abridged English version

Gully erosion has left deep scars in the Beni-Saïd landscape (Gauché, 2000, 2002) (fig. 1). In the mountains, rills, often associated with forest clearing, cut into soil-capped slopes where the mantle of colluvium is thin, whereas major incision associated with landslides occurs on slopes covered by thicker regolith. The gullies are most often single-stemmed or in simple networks. They can also spread and develop into quite unusual badlands, incising the cover of red colluvium of the steep mountain slopes. On the marly piedmonts, vast badland areas (continuous tracts of up to 20 km) reminiscent of other Mediterranean landscapes occur (Neboit, 1971, 1977 ; Bousquet et al., 1987 ; Dumas et al., 1987 ; Lecompte et al., 1996, 1998). They can change dramatically and episodically at times of heavy rainfall through various processes (shallow landslides, slope failure, linear incision and deposition, etc.). Furthermore, piping (Laffan and Culter, 1977) considerably accelerates gullying (table 1 and fig. 2) in the valley bottoms of marly and mountainous catchments and in the alluvial deposits of the plains (Barathon, 1989).

In order to estimate rates of badland evolution and understand the gullying process, erosion pins were placed at appropriate sites. The method consisted in monitoring the profiles of seven gullies (fig. 2) through measurements along several transects located at regular intervals. The measured variables were, on the one hand, the pin lengths above ground level in order to measure accumulation or erosion, and on the other hand, the distance between the posts and several benchmarks in the gullies (especially at the heads, banks and river bottoms). Measurements were carried out over two years, from September 1999 to July 2001, at a rate of one observation every two or three months. The observations produced quantitative data on the rate of gullying in relation to lithology, expressed by the deepening and widening of valley bottoms and by slope erosion. The data also highlight the periodicity of landform evolution and provides insight into the erosional processes at play. The monitoring of landform evolution was completed by granulometric and densimetric analyses and, in certain cases, clay analyses by X-Ray diffraction. Systematic rainfall data were also collected during the two-year observation period. Several rain gauges were set up as close as possible to the different sites, i.e. between 50 m and 1 km from the pins (fig. 2). No data were available for rainfall intensity, but the mean hourly intensity of each rainfall was evaluated by dividing the quantity of rain obtained by the duration of the event.

The physical conditions of the environment (Barathon, 1972) were found to be conducive to gullying. However, the landforms, their distribution and their evolution rates are closely related to land use (Prinz et al., 1994 ; El Abbassi, 2000). On cultivated slopes, gullying manifests itself as a minor form of erosion appearing during rainy periods (Table 2). The rills are generally destroyed by ploughing, but erosional landforms also appear in the form of major gullies. Such gullies are, most of the time, isolated, and cannot be removed by ploughing, although the latter does dampen their development. However, gullying dynamics operate freely across pasture and particularly fallow land, where the process is no longer impeded by farming practices, and degrades the mountain slopes rapidly and irreversibly. There are a few exceptional cases where the scars formed by the gullies can be healed by vegetation regrowth (Thornes, 1990), but this happens only in certain favourable conditions (north-facing slopes, thick mantle of colluvium, low livestock pression…).

The current erosional crisis is mostly occurring through accelerated gully dynamics and it is the result of several successive stages through which the environment became gradually more fragile. This process has triggered conditions that favour the current acceleration of gullying, namely the opening of tracks and deforestation during the colonial period (Geografía de Maruecos, 1936), the generalised cultivation of mountain slopes in the 1960s and 1970s, and the abandonment of those same slopes since the early 1980s. These are years during which land husbandry slackened due to ongoing climatic, social and economic changes.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Localisation du massif des Beni Saïd.Fig. 1 – Location of the Beni Saïd range.
Légende 1 : limites de la zone d'étude ; 2 : reliefs montagneux ; 3 : plaines et bas plateaux.1 : boundaries of the study area ; 2 : mountainous relief ; 3 : plains and low plateaux.
URL http://geomorphologie.revues.org/docannexe/image/233/img-1.png
Fichier image/png, 69k
Titre Fig. 2 – Carte de localisation des équipements et des photos. Fig. 2 – Location map of instrumentation and photographs.
Légende 1 : montagne ; 2 : piémonts ; 3 : plateaux ; 4 : plaines ; 5 : ravin équipé en piquets de mesure ; 6 : pluviomètre ; 7 : centre rural ; 8 : point coté ; 9 : principaux oueds ; 10 : localisation et n° des clichés photographiques.1 : mountains ; 2 : piedmonts ; 3 : plateaus ; 4 : plains ; 5 : gully instrumented with measurement pins ; 6 : rain gauge ; 7 : rural centre ; 8 : spot elevation ; 9 : main wadis ; 10 : location and code number of pictures shot.
URL http://geomorphologie.revues.org/docannexe/image/233/img-2.png
Fichier image/png, 85k
Titre Fig. 3 – Évolution de la section transversale du ravin Baaj au niveau des piquets 7 et 8 entre septembre 1999 et juillet 2001. Fig. 3 – Evolution of the Baaj gully cross-section at the level of pins 7 and 8 between September 1999 and July 2001.
Légende 1 : 19 septembre 1999 ; 2 : 7 décembre 1999 ; 3 : 9 mars 2000 ; 4 : 12 décembre 2000 ; 5 : 22 juillet 2001.1 : September 19, 1999 ; 2 : December 7, 1999 ; March 9, 2000 ; 4 : December 12, 2000 ; 5 : July 22, 2001.
URL http://geomorphologie.revues.org/docannexe/image/233/img-3.png
Fichier image/png, 19k
Titre Photo 1 – Évolution du ravinement en badlands par érosion régressive. Photo 1 – Passage from gullying to badlands through headward erosion.
Légende Les ravins, creusés dans des marnes surmontées de colluvions, sur le piémont sud du massif, ont reculé de 10 à 15 mètres depuis 1975, sur une profondeur de 4 à 5 mètres. Le personnage se trouve approximativement à l'emplacement des têtes de ravins en 1975 (cliché E. Gauché, mars 2000).The gullies, incised into the marls covered with colluvium on the south piedmont of the range, have cut back by 10 to 15 m since 1975 with a depth of 4 to 5 m. Note person standing near the site of the gully head in 1975 (E. Gauché, March 2000).
URL http://geomorphologie.revues.org/docannexe/image/233/img-4.png
Fichier image/png, 458k
Titre Tableau 1 – Bilan de l'évolution du profil transversal du ravin Baaj au niveau de différents piquets, entre le 19 septembre 1999 et le 22 juillet 2001. Table 1 – Sediment budget of the evolution of the cross-section of the Baaj gully at the level of different pins between September 19 and July 22, 2001.
Légende *Matériaux effondrés provenant des berges. **Affouillement à la base de la berge sur 5 cm de haut.*Materials collapsed from the banks. **Undermining at the base of the bank to a height of 5 cm.
URL http://geomorphologie.revues.org/docannexe/image/233/img-5.png
Fichier image/png, 2,3k
Titre Photos 2 – Évolution de la section transversale du ravin Baaj au niveau des piquets 7 et 8 (plaine de l'oued Baaj, cliché E. Gauché). 1 cm = 0,5 m au centre du ravin. Photos 2 – Evolution of the Baaj gully cross-section at the level of stakes 7 and 8 (Baaj wadi plain, E. Gauché). 1 cm= 0.5 m at the centre of the gully.
Légende A : 19 septembre 1999, la rive droite est déstabilisée ; B : 7 décembre 1999, la rive droite s'est effondrée ; C : 9 mars 2000, une fente en rive gauche s'est agrandie ; D : 22 juillet 2001, la rive gauche s'est effondrée.A : September 19, 1999, the right bank is unstable ; B : December 7, 1999, the right bank has collapsed ; C : March 9, 2000, a fissure in the left bank has widened ; D : July 22, 2001, the left bank has collapsed.
URL http://geomorphologie.revues.org/docannexe/image/233/img-6.png
Fichier image/png, 368k
Titre Photo 3 – Évolution du talweg dans un ravin développé dans les terrasses alluviales de l'oued Kert (rive gauche de la basse vallée du Kert, cliché E. Gauché).Photo 3 – Evolution of the gully channel developed in the alluvial terraces of the Kert wadi (left bank, downstream of the Kert valley, photo E. Gauché).
Légende A : en saison sèche (15 septembre 1999), des limons, déstabilisés par le vent et descendus des versants par gravité, viennent colmater le fond du talweg. B : en saison humide (8 décembre 1999), creusement dans les matériaux précédemment accumulés. L'échelle est donnée par le mètre sur la photo B.A : during the dry season (September 15, 1999), silt fallen from the slopes is filling the bottom of the thalweg ; B : during the wet season (December 8 1999), incision of the previously deposited materials. Tape indicates scale on photo B.
URL http://geomorphologie.revues.org/docannexe/image/233/img-7.png
Fichier image/png, 619k
Titre Tableau 2 – Mesures de rigoles (9 janvier 2000) dans des terres labourées, sur une pente de 20° et en exposition nord (partie centrale du massif montagneux).Table 2 – Measurements (January 9, 2000) of small gullies in ploughed fields on a north-facing, 20° slope (central part of the massif).
URL http://geomorphologie.revues.org/docannexe/image/233/img-8.png
Fichier image/png, 1,6k
Titre Photo 4 – Ravinement sur des terres en friche, dans des colluvions surmontant des formations marno-volcaniques. La mise en culture du versant érodé par les rigoles et les ravines a cessé en 1979. Photo 4 – Gullying on fallow land in colluvium topping marly and volcanic formations. Tilling on the rill- and gully-eroded slope stopped in 1979.
Légende Remarquer le contraste avec la partie du versant toujours cultivée, sans traces de ravinement (partie orientale du massif, cliché E. Gauché, juillet 2000).Note the contrast with the part of the slope that is still cultivated and shows no trace of gullying (eastern part of the massif, E. Gauché, July 2000).
URL http://geomorphologie.revues.org/docannexe/image/233/img-9.png
Fichier image/png, 608k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Évelyne Gauché, « La dynamique contrastée du ravinement dans le massif des Beni Saïd (Rif oriental, Maroc) : processus, facteurs et évolution », Géomorphologie : relief, processus, environnement, vol. 11 - n° 1 | 2005, 45-60.

Référence électronique

Évelyne Gauché, « La dynamique contrastée du ravinement dans le massif des Beni Saïd (Rif oriental, Maroc) : processus, facteurs et évolution », Géomorphologie : relief, processus, environnement [En ligne], vol. 11 - n° 1 | 2005, mis en ligne le 01 juillet 2007, consulté le 30 avril 2017. URL : http://geomorphologie.revues.org/233 ; DOI : 10.4000/geomorphologie.233

Haut de page

Auteur

Évelyne Gauché

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Groupe français de géomorphologie

Haut de page
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Groupe français de géomorphologie
  • Revues.org