Navigation – Plan du site
Compte rendu

Bernard DELCAILLAU, Reliefs et tectonique récente, Ed. Vuibert, Paris, 2004, 259 p.

Jean-Jacques Dufaure

Texte intégral

1J. Aubouin le souligne en préface, il s'agit d'une "synthèse très nouvelle de la géomorphologie des zones tectoniquement actives", nourrie par une longue pratique de l'Himalaya et de Taïwan (où la surrection dépasse 5 mm/an), exemples qui tendent à cannibaliser l'ouvrage. Les incursions dans les autres types de chaînes sont ponctuelles, comme les références aux marges littorales où les jeux néotectonique-érosion-eustatisme ne se résument pas à la cosismicité. On a choisi de ne pas aborder les reliefs sous-marins (pourtant souvent conditionnés par la tectonique vivante), ni les grands boucliers (et leurs bourrelets liminaires), témoins du temps profond des cratonisations et des aplanissements mais trop "stables". Il est vrai que ces deux domaines ont fait l'objet d'un traitement exhaustif dans la récente somme de J.-P. Peulvast et J.-R. Vanney (Géomorphologie structurale, 2003). Le sous-titre "Nouveau précis de géomorphologie" surprend donc un peu. C'est en fait un aggiornamento de données de base de géomorphologie au contact des acquis récents en tectonique active, en somme un essai de géomorphologie tectonique. L'introduction (1. Géomorphologie : études des reliefs continentaux, 3-19) rappelle la place du système morphogénique, mais se hasarde à une (fausse) symétrie entre le modèle davisien et un concept d'équilibre dynamique de J. Hack, adapté à la Gipfelflur des grandes chaînes. N'est-ce pas jouer avec les échelles ? car la longévité de ce "niveau des crêtes" (à préférer en tout cas à "surface d'érosion dynamique", ambigu et inexact) exprime un équilibre entre tectonique et érosion appelé à disparaître dans le temps profond, étant donné l'impermanence des champs de contrainte à cette échelle.

2On suivra plus volontiers B. Delcaillau dans son effort novateur pour systématiser les apports foisonnants des études qui gravitent depuis 30 ans autour du thème néotectonique et morphogénèse. Fallait-il pour autant ostraciser certains ouvrages antérieurs, comme le traité de P. Birot (Morphologie structurale, PUF, 1958) ? Si l'on néglige les errata, le message passe bien car soutenu par des illustrations généreuses et, en encadrés, de petites monographies fouillées, souvent issues de l'expérience directe de l'auteur. D'abord, les formes structurales (Chap2, 22-89) sont revisitées à deux échelles. Les mégastructures distensives sont traitées assez rapidement : les rifts sur fissures crustales (Afar) et les bassins continentaux, des bassins sédimentaires classiques aux effondrements à grandes failles normales ou liés aux relais distensifs de failles décrochantes (pull-apart). On se focalise sur les mégastructures compressives, classées selon leur genèse (subduction, obduction, collision) mais en privilégiant la collision continent-continent par rapport aux systèmes cordillères-arcs insulaires. C'est que la collision, empilant les lames chevauchantes, incorporant au plissement les dépôts d'avant-pays, dope le potentiel érosif, diversifié par l'ampleur des étagements morphoclimatiques, mais sous l'étroit contrôle de la dissection fluviatile. L'hyper-collision himalayenne est donc le modèle idéal de géomorphologie tectonique. À moyenne échelle, on revoit les formes structurales familières sous l'angle néotectonique, au détriment des formes dérivées, détaillées dans les traités classiques, comme les cuestas (assez caricaturées ici). Failles et plis se prêtent bien à un dépoussiérage des formes primitives qui, c'est vrai, étaient plutôt un résidu d'analyses partant de l'érosion différentielle. Changement à vue ici ; même les figures très parlantes pour illustrer la cinématique, négligent la variable lithologique, y compris pour les facettes de failles normales, ce qui peut s'admettre pour l'alignement basal frais sous le contrôle des derniers rejeux (encore qu'elles puissent exister en contexte de pure érosion différentielle, P. Birot le rappelait) ; mais les plus anciennes facettes se modifient vite en fonction de la lithologie, de la fracturation héritée, des variations morphoclimatiques (talus bréchiques etc.). Peut-on vraiment court-circuiter ces contingences par la morphométrie ? Sur les escarpements polyphasés, plus parlants nous paraissent les replats successifs aux reculs (à partir de la ligne de faille nivelée lors de ce recul, ce qui ne correspond pas à un escarpement de ligne de faille, comme dit la légende des fig. 2.21 et 2.23). Moins sujets à controverse sont les développements fort intéressants sur les failles inverses, chevauchements et plis-failles ; ils rendent accessibles les avancées dans la compréhension de la cinématique de ces pièces essentielles des reliefs de plissement évolutifs (anticlinal de Pakuashan, Taïwan).

3La troisième partie (3. Tectonique et indicateurs géomorphologiques, 91-183) dense et neuve, expose le rôle majeur d'entités géomorphologiques comme marqueurs néotectoniques. Au risque d'instrumentaliser la géomorphologie ? On ne fera pas ce procès à l'auteur qui centre bien le débat sur l'interaction érosion/tectonique. En décortiquant la réaction de l'érosion à la déformation, il détermine des types d'inflexions des systèmes morphogéniques, utilisables en retour comme indices et étalons dans la diagnose des déformations. L'érosion peut d'ailleurs conduire à une modification des déformations (effet épiglyptique alors, dans la lignée de la morphotectonique de L. Lutaud, oublié lui aussi). Les critères simples sont les ruptures de surface sismiques (faille nord anatolienne), les déformations de niveaux-repères (y compris les virtuelles "surfaces enveloppes" sur lesquelles, heureusement, l'auteur garde un oeil critique), les témoignages du karst (mais il n'est pas exact qu'un alignement de dolines soit un marqueur néotectonique à soi seul). En limite de plaques convergentes, où l'orogénèse est rythmée d'effets cosismiques patents, le couplage tectonique/érosion conduit certes à un "état stationnaire" du niveau des crêtes, mais de très haute énergie (mouvements de masse, torrentialité...) qui perdure par réajustement isostatique. La migration horizontale de la déformation (avec des diramations coulissantes complexes) entretient la croissance des fronts de chaînes, vrais laboratoires de géomorphologie tectonique. Les réactions fluviatiles (ajustement de la morphologie des lits fluviaux, réponses des réseaux aux anticlinaux et à la propagation des plis frontaux,) entre antécédences et déviations sont illustrées par les cas emblématiques de Taïwan et des Siwaliks (cf. aussi le jeu de l'Oued Fodda avec l'anticlinal d'El Asnam). Pour les réactions aux décrochements, on aurait pu saluer l'œuvre pionnière du Néo-zélandais C.A. Cotton. On s'en tient à une figure théorique pour les rifts, qui peuvent être des systèmes assez complexes où les fortes contre-pentes des blocs basculés kilométriques successifs peuvent induire des inversions de drainage (avec windgaps) au détriment du front et non du revers (cf. le rift corinthien). Toutes ces interactions débouchent sur un fort transfert de matière dont on présente un bilan suggestif à l'échelle de l'Himalaya (fig. 3.40) et que l'on détaille par bassins versants à Taïwan (fig. 3.43), modèle de vitesse de l'érosion exacerbée (jusqu'à 7,5 mm/an pour les grands bassins et 16 mm pour les moyens). En domaine intra-plaque (la France), on fait flèche de tout bois pour débusquer les indices fugaces (parfois fort contestés, cf. la faille des Cévennes) de tectonique active, dont l'influence morphogénique reste discrète par rapport au jeu de l'érosion différentielle, même le long de failles sismiques avérées (Trévaresse, Durance). En fait, cette néotectonique sporadique interfère avec les mouvements à grand rayon de courbure (sur lesquels on est discret) qui interagissent, mais à une autre échelle, avec la dissection, voire la genèse d'aplanissements ; ce sont alors des interactions "faibles" par rapport aux interactions "fortes" dont il est ici question. Dans les deux cas, ces interactions ont un intégrateur sédimentaire.

4Cet aspect est abordé dans la dernière partie (4. Le message sédimentaire, 185-235). Les dépôts sont eux-mêmes des indices sans égal pour visualiser la géométrie des déformations car leur pente de mise en place est généralement très bien connue. Les dépôts fluviatiles quaternaires (dits "fluvio-temporels" p. 185 ; coquille ?) présentent l'avantage supplémentaire d'avoir été démultipliés en nappes par les variations morphoclimatiques, d'où le grand intérêt des terrasses fluviatiles dont on détaille des figures classiques d'interaction (convergence/divergence ; superposition/emboîtement/étagement) à l'aide de bons exemples ainsi que les réponses aux plissements (migration de plis, croissance des fronts de chaîne) grâce à l'analyse de cas de déformations de terrasses holocènes dans les foothill de Taïwan et de terrasses pléistocènes sup.-holocènes sur le front Siwalik du Népal. La précision est telle qu'on peut, dans les cas favorables, calculer le raccourcissement horizontal absorbé par la croissance d'un pli de propagation. Les cônes alluviaux qui ourlent systématiquement les fronts actifs sont souvent immenses comme dans la plaine indo-gangétique (cf. la Kosi, Teraï) car inféodés à quelques vallées antécédentes à grands bassins versants. Au pied des abrupts de faille, leur agencement est révélateur du degré d'activité : superposés au droit d'une faille vivante, ils tendent à s'étaler (aggradation distale) et à se juxtaposer (cônes "segmentés") si le front est moins actif et disséqué (l'expression "front ennoyé" prête à discussion, s'agissant surtout de sinuosités d'embayments). L'histoire des bassins intramontagnards (typologie utile à partir de l'Himalaya) est précisée grâce aux relations complexes entre piégeages, vidanges et dissections (exemple des bassins "disjoints" du front himalayen). Enfin les formations sédimentaires syntectoniques permettent de remonter au-delà du Pléistocène supérieur, car l'intensité actuelle de la dissection fait que l'évolution de longue durée des chaînes n'est en fait accessible qu'à travers leur témoignage : la géométrie en 3D des corps sédimentaires mio-plio-pléistocènes, les relations entre faciès grossiers proximaux et faciès distaux, les figures de progradation/rétrogradation, de discordances progressives, permettent de déduire le fonctionnement grandiose du front des Siwaliks, à partir de l'organisation des faciès des trois séries Siwaliks ; le bassin d 'avant-pays de Taïwan enregistre aussi les étapes de la première collision (8-3 MA) puis de celle qui s'active depuis 3 MA. La même grille d'analyse vaut pour les sous-ensembles de chaînes organisés en chevauchements et gouttières orthoclinales (duns himalayens) ; à cette échelle, le jeu n'est pas univoque entre fronts actifs progradants (prisme Siwalik supérieur dans la zone de chevauchement des duns, fig. 4.24) et fronts sujets à des alternances de déformations courtes et de relaxations longues enregistrées par des niveaux d'érosion (plutôt que "surfaces"), à l'instar du front intra-Siwalik dans la vallée de la Karnakali (fig. 4. 25). On termine donc sur cette note inattendue d'esprit quasiment cyclique ! Mais, bien sûr, l'auteur reste résolument centré sur le contrôle de la tectonique récente. Ainsi orienté, son essai sera très utile pour deux publics : d'un côté les jeunes générations de géologues (ou de géographes...) assez ignorants des fondamentaux de la géomorphologie et donc prompts à voir la néotectonique comme une clef magique ; de l'autre, des géomorphologues patentés intéressés par le concret et la novation des analyses du couplage tectonique/érosion. C'est tout le champ des formes "primitives" et ...du stade de "jeunesse" du modèle davisien qui prend, c'est le cas de le dire, un coup de jeune. Mais sans perdre de vue qu'il existe une plus longue durée que la vie des chaînes de collision actuelles, laissant ouverts, et valides, les débats autour de la genèse des grands aplanissements.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Jacques Dufaure, « Bernard DELCAILLAU, Reliefs et tectonique récente, Ed. Vuibert, Paris, 2004, 259 p. », Géomorphologie : relief, processus, environnement [En ligne], vol. 11 - n° 1 | 2005, mis en ligne le 01 juillet 2007, consulté le 21 août 2017. URL : http://geomorphologie.revues.org/264

Haut de page

Auteur

Jean-Jacques Dufaure

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Groupe français de géomorphologie

Haut de page
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Groupe français de géomorphologie
  • Revues.org