Navigation – Plan du site

Géomorphosites : définition, évaluation et cartographie

Une introduction
Emmanuel Reynard et Mario Panizza

Texte intégral

1Les géomorphosites sont des formes du relief ayant acquis une valeur scientifique, culturelle et historique, esthétique et/ou socio-économique, en raison de leur perception ou de leur exploitation par l’Homme (Panizza, 2001). Il peut s’agir de simples objets géomorphologiques ou de grandes portions du paysage. Les géomorphosites peuvent être modifés, endommagés, voire détruits par les impacts des activités humaines. Leur valeur est généralement peu connue du grand public et des scientifiques d’autres disciplines. Par conséquent, il est nécessaire d’améliorer la connaissance des géomorphosites, de développer de nouvelles méthodes d’évaluation de leurs caractères scientifique, culturel, esthétique et socio-économique, et finalement de mieux les protéger. C’est ce qui a poussé l’association internationale des géomorphologues (AIG) à mettre sur pied un groupe de travail consacré aux géomorphosites pour la période 2001-2005. Les travaux issus de ce groupe ont porté sur quatre niveaux de réflexion : la définition des géomorphosites, les méthodes d’évaluation, les méthodes de cartographie et la protection.

2Le principal enseignement tiré de la mise en œuvre des méthodes d’évaluation réside dans la nécessité d’élaborer des critères clairs et transparents pour décrire et mesurer les différentes composantes d’un géomorphosite. Des chercheurs des universités de Cantabrie, Valladolid, Modène et Lausanne ont ainsi développé différentes méthodes d’évaluation. Les collègues des universités de Pavie et Modène ont mis au point une légende utilisable dans un système d’information géographique (SIG) et liée à une base de données contenant d’autres paramètres utiles à l’appréhension des géomorphosites. En vue de la protection des géomorphosites, une premier niveau de réflexion porte sur l’appréciation de leur vulnérabilité naturelle ou acquise, due d’abord au fait qu’il s’agit souvent de sites déjà occupés par d’autres fonctions. Afin de réduire cette vulnérabilité, plusieurs actions sont proposées : l’élaboration de méthodes d’évaluation permettant de sélectionner les sites à protéger ; la formation des professionnels de la gestion du territoire (urbanistes, gestionnaires de réserves naturelles, etc.) afin de les sensibiliser à la valeur géomorphologique du territoire ; la mise sur pied de structures, telles que les géoparcs, permettant la gestion des géomorphosites ; le développement de mesures légales de protection, tant au plan des politiques publiques que des droits de propriété. Les expériences des différents chercheurs impliqués dans le groupe de travail ont été partagées à l’occasion d’ateliers et de conférences internationales à Modène (atelier, 2002), Cagliari (atelier, 2003), Mexico-City (Conférence régionale de géomorphologie, 2003), Florence (32e Congrès international de géologie, 2004) et Saragosse (6e Conférence internationale de géomorphologie, 2005). Ce numéro de Géomorphologie : relief, processus, environnement regroupe six contributions qui livrent un aperçu des activités du groupe de travail.

Photo 1 – Bloc erratique (Ravoire, Massif du Mont-Blanc, Suisse).

Photo 1 – Bloc erratique (Ravoire, Massif du Mont-Blanc, Suisse).

Les blocs erratiques sont des géomorphosites importants car ils nous renseignent à propos des anciennes extensions des glaciers et de l’histoire du climat. Ce géomorphosite a été mis en valeur par un panneau didactique reconstituant les anciennes extensions du glacier du Trient (massif du Mont-Blanc) dans le passé.

3Dans le premier article, E. Reynard propose une réflexion sur les relations entre les géomorphosites et les études consacrées au paysage. Une revue des deux principaux courants concernant la recherche sur le paysage est d’abord conduite : le premier, écologique, considère que le paysage constitue la structure d’un écoystème, tandis que le second, humaniste, porte son attention principale sur la perception et la représentation du paysage par l’Homme. Puis l’auteur explique que les paysages, et donc également les géomorphosites, doivent être étudiés en tenant compte de cette double composante, objective et subjective. Les perceptions variées des formes du relief par les individus et les sociétés, qui dépendent de la culture, de la formation, du niveau social, etc., confèrent aux géomorphosites différentes valeurs scientifique, écologique, culturelle, esthétique et économique. E. Reynard propose donc une double définition des géomorphosites : la première, restrictive, tient compte uniquement de la valeur scientifique des géomorphosites comme objets permettant de reconstituer l’histoire de la Terre et du climat, tandis que la seconde définition, plus large, tient compte également des cinq valeurs mentionnées.

4Les deux articles suivants s’inspirent de cette double définition. J.-P. Pralong propose une méthode numérique pour l’évaluation des géomorphosites dans un contexte touristique. La méthode comporte deux volets. Le premier s’adresse à la valeur intrinsèque des sites. En raison du contexte, c’est-à-dire le développement touristique fondé sur la valorisation du paysage et des géomorphosites, c’est la définition élargie qui est utilisée et l’évaluation porte alors sur quatre valeurs (scientifique, culturelle, esthétique et économique). Pour chaque valeur, plusieurs critères d’évaluation sont proposés. La seconde partie traite de l’usage touristique des sites. Ici, l’auteur propose une évaluation à deux niveaux, le degré et la modalité, qui considèrent respectivement l’extension spatio-temporelle et le mode d’utilisation touristique des sites. L’auteur teste ensuite sa méthode dans deux régions touristiques alpines : Chamonix-Mont Blanc en France et Crans-Montana-Sierre en Suisse. Travaillant dans le Parc national du Picos de Europa en Espagne, E. Serrano et J.J. González-Trueba proposent une méthode permettant de procéder à un inventaire des géomorphosites et à une évaluation de leur caractère à la fois naturel et culturel, mais dans un contexte de réserve naturelle. Trois catégories d’évaluation sont définies : la valeur scientifique ou intrinsèque, la valeur culturelle ou ajoutée, fondée sur la prise en compte de l’environnement naturel et culturel tendant à péjorer ou au contraire à enrichir la valeur intrinsèque, et finalement la valeur d’usage ou de gestion, fondée sur des composantes territoriales et sur le potentiel d’utilisation des géomorphosites par l’Homme. La méthode est ensuite utilisée pour l’évaluation et le classement de vingt-deux géomorphosites dans le périmètre du Parc national des Picos de Europa.

5La quatrième contribution décrit la cartographie des géomorphosites. A. Carton, P. Coratza et M. Marchetti ont développé des techniques de cartographie utiles pour identifier, sélectionner et évaluer des géomorphosites et permettent de stocker des informations spatiales destinées à un public recherchant des informations sur ces sites. L’article insiste sur deux points particuliers : l’échelle des cartes et les techniques de stockage de l’information. Les lignes directrices que les auteurs proposent ont été testées sur différents sites en Italie du Nord.

6Les deux dernières contributions sont davantage orientées vers les problèmes de gestion des géomorphosites. B. Smith a travaillé sur la Chaussée des Géants (Irlande du Nord), un site classé au patrimoine mondial de l’humanité par l’UNESCO en 1986, principalement pour sa qualité géologique. Un plan de gestion du site est actuellement en cours d’élaboration. L’auteur identifie et discute un certain nombre de conflits liés à la gestion du site, par exemple, entre les objectifs de conservation des habitats écologiques et ceux de la protection géologique. Il insiste sur la nécessité de maintenir la nature dynamique du site. L’article de N. Zouros aborde les problèmes de gestion des géomorphosites dans la région égéenne, plus particulièrement dans le Géoparc de la forêt pétrifiée de Lesvos. L’auteur conclut que les géoparcs constituent des structures de gestion adéquates pour protéger et dans le même temps promouvoir les géomorphosites auprès d’un large public.

7Ces six articles livrent un aperçu des principales problématiques de recherche visant à définir, évaluer, cartographier et gérer les géomorphosites dans les pays européens. La recherche consacrée à ces objets est toutefois encore relativement jeune et doit être étayée par de nouvelles études. Nous proposons les quatre pistes de recherche suivantes. Tout d’abord, dans le domaine de l’évaluation et de la cartographie, des études empiriques dans différents contextes géomorphologiques sont nécessaires ; il s’agit également de développer et publier des méthodes d’évaluation. En second lieu, la protection des géomorphosites est peu développée, alors que les impacts et la pression des activités humaines sont en constante augmentation, tant dans les pays industrialisés que dans les pays en développement. De meilleures connaissances en matière de géoconservation sont nécessaires, notamment à propos du jeu des acteurs, des politiques publiques ou encore des droits de propriété. En troisième lieu, le secteur touristique est l’un des domaines économiques qui pourrait davantage utiliser les résultats des recherches menées sur le patrimoine géomorphologique. Dans ce sens, il est essentiel de mieux ancrer la recherche sur les géomorphosites dans le développement de l’éco- et du géotourisme. Une attention particulière doit être portée au développement d’activités de recherche dans les géoparcs en cours de création. Enfin, les programmes de formation à la valeur du patrimoine géomorphologique, tant dans l’enseignement primaire que secondaire, mais également auprès du grand public et des médias, sont actuellement insuffisants. Il est urgent de développer des programmes cohérents d’éducation à propos des géomorphosites, aussi bien pour les étudiants et les universitaires qu’auprès du grand public.

Haut de page

Bibliographie

Panizza M. (2001) Geomorphosites: concepts, methods and example of geomorphological survey. Chinese Science Bulletin, 46, Suppl. Bd, 4-6.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Photo 1 – Bloc erratique (Ravoire, Massif du Mont-Blanc, Suisse).
Légende Les blocs erratiques sont des géomorphosites importants car ils nous renseignent à propos des anciennes extensions des glaciers et de l’histoire du climat. Ce géomorphosite a été mis en valeur par un panneau didactique reconstituant les anciennes extensions du glacier du Trient (massif du Mont-Blanc) dans le passé.
URL http://geomorphologie.revues.org/docannexe/image/336/img-1.png
Fichier image/png, 381k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Emmanuel Reynard et Mario Panizza, « Géomorphosites : définition, évaluation et cartographie », Géomorphologie : relief, processus, environnement [En ligne], vol. 11 - n° 3 | 2005, mis en ligne le 01 octobre 2007, consulté le 01 mai 2017. URL : http://geomorphologie.revues.org/336

Haut de page

Auteurs

Emmanuel Reynard

Articles du même auteur

Mario Panizza

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Groupe français de géomorphologie

Haut de page
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Groupe français de géomorphologie
  • Revues.org