Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Murray GRAY, Geodiversity, valuing  and conserving abiotic nature

Ed. J. Wiley & Sons, Chichester, 2004, 434 p.
Ralph Lugon

Texte intégral

1« Geodiversity : valuing and conserving abiotic nature » est un ouvrage dédié exclusivement à la conservation et à la valorisation du patrimoine géologique et géomorphologique de la Terre, y compris pédologique. Comme le souligne l’auteur, le terme géodiversité est fortement lié à d’autres néologismes tels que géoconservation, géohéritage ou encore géo-indicateurs. Tous ces termes défendent l’idée que les activités humaines menacent la diversité des roches, des sols et des formes du relief ainsi que la dynamique des processus qui les génère. Pour l’auteur, le monde abiotique est tout aussi digne de protection que le vivant, la biodiversité, car « une société sensible à l’environnement agit afin d’éviter les pertes et protéger ce qui est vulnérable » (p. 175). Bien sûr, l’idée n’est pas nouvelle mais le mérite de M. Gray est de nous livrer une vaste synthèse sur le rôle de la géodiversité comme concept organisateur et outil pratique de la géoconservation. L’ouvrage fourmille également d’exemples concrets sur les menaces, les initiatives de conservation (prises à l’échelle locale, nationale ou internationale), les modes de gestion et les techniques de restauration de la géodiversité. Je recommande donc vivement la lecture de Geodiversity à tous les collègues géomorphologues qui s’intéressent à la dimension patrimoniale des objets géomorphologiques et souhaitent éclairer le sens à donner à leur recherche.

2Le chapitre 1 introduit brièvement le concept de géodiversité dont la définition est inspirée des chercheurs australiens, en particulier ceux de Tasmanie (p. 8) : « the natural range (diversity) of geological (rocks, minerals, fossils), geomorphological (land form, processes), and soil features. It includes their assemblages, relationships, properties, interpretations and systems ». Un long chapitre décrit ensuite les facteurs qui produisent cette diversité. Ce dernier est peu utile car il fournit seulement des informations géologiques et géomorphologiques de base, déjà disponibles dans de nombreux livres de référence. M. Gray aborde ensuite le vif du sujet. Tout d’abord, le chapitre 3 discute des valeurs que l’on peut attribuer à la géodiversité, c’est-à-dire les valeurs intrinsèques, culturelles, esthétiques, économiques, fonctionnelles et éducatives (dont la recherche). La valeur culturelle de la géodiversité comprend par exemple des éléments du folklore, de l’histoire et/ou de l’archéologie, des valeurs spirituelles et même l’attachement au lieu des habitants, le « sense of place » des anglophones. Les trois chapitres suivants traitent respectivement des menaces qui pèsent sur la géodiversité (chapitre 4), de la conservation (chapitre 5) et des nouvelles approches pour gérer la géodiversité (chapitre 6). Ces deux derniers thèmes sont chers à M. Gray, qui les place d’ailleurs au centre de ses préoccupations. à son avis, le but de la géoconservation devrait être de maintenir un échantillonnage représentatif de la géodiversité d’un pays ou d’une région et les approches institutionnelles décrites dans le chapitre 5 (réglementation, désignation d’aires protégées) sont insuffisantes pour atteindre cet objectif. De plus, la géoconservation reste un cas particulier plutôt qu’un objectif standard de la préservation de la nature. L’auteur pense que les principes de la géoconservation devraient également être appliqués partout sur l’ensemble de la planète et pas seulement dans les zones protégées. La gestion durable de la ressource géodiversité implique donc une approche holistique de la géoconservation où biodiversité et géodiversité sont gérées de manière intégrée. Cette thèse est brièvement développée dans le chapitre 7, qui esquisse également la manière dont on pourrait quantifier cette géodiversité. La conclusion est une défense du concept de géodiversité, concept idéal selon M. Gray non seulement pour valoriser et conserver le monde abiotique mais aussi pour promouvoir l’importance des géosciences dans sa participation à la gestion durable des ressources de la planète.

3Comme le précise Z. Zwolinski (2004), le concept de géodiversité est peu développé sur le plan méthodologique. Cette faiblesse est évidente à la lecture de l’ouvrage de M. Gray. En effet, comment quantifier la géodiversité ? Comment évaluer le plus objectivement possible la valeur de la géodiversité ? L’auteur n’apporte pas beaucoup de réponses à ces questions essentielles et il le reconnaît d’ailleurs. Les mesures de la géodiversité décrites se limitent à une simple statistique spatiale. Puisque ces mesures rigoureuses font défaut, du moins pour l’instant, pourquoi ne pas choisir une autre alternative et réfléchir en terme de géotope (ou géosite : Reynard 2004), concept qui semble assez largement adopté aujourd’hui, en tout cas en Europe ? Ce concept a également une valeur intégrative (géotope / biotope) et l’unité spatiale du géotope semble assez bien définie.

4Geodiversity, pour être complet, aurait mérité une synthèse et une mise au point théorique des méthodes d’évaluation des géotopes qui permettent, justement, de quantifier les valeurs que l’on attribue à la géodiversité. L’auteur élude ces questions importantes. à titre d’exemple, des méthodes numériques semi-quantitatives (analyse multicritères) ont été développées ces dernières années en Suisse (Grandgirard 1997, 1999), en Espagne (Rivas et al. 1997) et en Italie (Panizza et Piacente 1993), dans le cadre d’inventaires géologiques, géomorphologiques ou d’études d’impact sur l’environnement. Ces travaux permettent de réduire la subjectivité inhérente à toute entreprise d’évaluation et de renforcer ainsi la crédibilité de la géoconservation.

5Le travail de Murray Gray s’inspire essentiellement de publications de langue anglaise ; c’est pourquoi la plupart des exemples cités dans son livre proviennent de pays tels que le Royaume-Uni, l’Australie, les états-Unis ou le Canada. On peut évidemment regretter le petit nombre de références aux recherches effectuées dans d’autres pays aux sensibilités culturelles différentes, en particulier au monde latin, germanique ou scandinave. Ceci est révélateur d’un problème de diffusion internationale des publications sur la géodiversité, dont nombre de travaux importants sont souvent peu accessibles. à mon sens, il manque donc à la communauté scientifique un support de diffusion international, une revue scientifique qui permettrait de diffuser plus largement les idées sur la géodiversité et la géoconservation.

6A la lecture de Geodiversity, on constate également l’importance des travaux effectués par les praticiens de la protection de la nature et du paysage. Au Royaume-Uni et aux antipodes par exemple (la Tasmanie méritant une mention spéciale), des spécialistes en sciences de la Terre engagés par les services publics apportent une contribution scientifique importante, non seulement dans la gestion et la conservation de la géodiversité de leur région mais aussi dans la réflexion conceptuelle, domaine traditionnellement réservé aux académiciens. Ainsi, le concept de géodiversité a été développé en Tasmanie au début des années 1990 dans un but utilitaire : fournir les bases théoriques nécessaires à la conservation de la diversité géologique, géomorphologique et pédologique dans les Parcs de cette région d’Australie (Sharples, 2002). Malheureusement, beaucoup de ces travaux non publiés sont déposés dans les bibliothèques d’offices nationaux ou régionaux et sont donc peu accessibles. La géoconservation gagnerait en reconnaissance grâce à une meilleure diffusion des connaissances acquises au cours de ces expériences pratiques de conservation de la géodiversité.

7Pour M. Gray, l’étude de la géodiversité a comme but la préservation et une gestion durable de cette ressource. Une recherche purement académique qui vise à la simple accumulation des connaissances n’a pas de sens selon lui. L’auteur constate que notre communauté de géomorphologues est très à l’aise pour sélectionner des géosites et discuter ensuite de leur mérite respectif, mais que nous sommes peu impliqués pour proposer des mesures de gestion ou pour essayer d’influencer les non-initiés, le public et les décideurs. Les géoscientifiques devraient donc également jouer un rôle de médiateur entre ces différents acteurs. Dans ce sens, l’excellent ouvrage de M. Gray est un succès. Il démontre en effet que nous avons là une belle occasion de répondre à des besoins concrets de la société, un « retour sur investissement » que celle-ci nous demande de plus en plus souvent.

Haut de page

Bibliographie

Grandgirard V. (1997) – Géomorphologie, protection de la nature et gestion du paysage. Université de Fribourg, faculté des sciences, thèse de doctorat 1163, imprimerie St-Paul, Fribourg, 210 p.

Grandgirard V. (1999) – L’évaluation des géotopes. Geologica Insubrica 4, 59-66

Panizza M., Piacente S. (1993) – Geomorphological assests evaluation. Zeitschrift für Geomorphologie N. F., Suppl. Bd., 87, 13-18

Reynard E. (2004) – Geosite. In Goudie A.S. (ed.) : Encyclopedia of Geomorphology, Vol. 1, 440.

Rivas V., Rix K., Frances E., Cendrero A., Brundsen D. (1997) – Geomorphological indicators for environmental impact assessment : consumable and non-consumable geomorphological ressources. Geomorphology, 18, 169-182.

Sharples C. (2002) – Concepts and Principles of Geoconservation. PDF document, Tasmanian Parks & Wildlife Service website, 79 p.

Zwolinski Z. (2004) – Geodiversity. In Goudie A.S. (ed.) : Encyclopedia of Geomorphology, Vol. 1, 417-418.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Ralph Lugon, « Murray GRAY, Geodiversity, valuing  and conserving abiotic nature », Géomorphologie : relief, processus, environnement [En ligne], vol. 11 - n° 3 | 2005, mis en ligne le 01 juillet 2007, consulté le 01 mai 2017. URL : http://geomorphologie.revues.org/416

Haut de page

Droits d’auteur

© Groupe français de géomorphologie

Haut de page
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Groupe français de géomorphologie
  • Revues.org