Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Mario PANIZZA, Sandra PIACENTE, Geomorfologia culturale

Pitagora Editrice, Bologna, 2003, 350 p.
Emmanuel Reynard

Texte intégral

1Proche des sciences naturelles, la géomorphologie n’est pas a priori une discipline que l’on qualifie de culturelle. Toutefois, Mario Panizza et Sandra Piacente, professeurs de géomorphologie auprès du département des sciences de la Terre de l’université de Modène et Reggio Emilie, considèrent que la culture ne se limite pas à la sphère des activités humaines mais qu’elle prend en compte également les relations entre les aspects naturels –la géomorphologie par exemple– et l’histoire de l’humanité. Ces relations sont de deux types : d’une part, la géomorphologie, en tant qu’armature du paysage, peut être considérée comme une composante du patrimoine culturel (au sens large) d’un territoire, au même titre que les œuvres d’art, les monuments historiques ou encore les biens scientifiques ; d’autre part, les processus géomorphologiques étant des mécanismes naturels, ils peuvent affecter les biens culturels au sens strict (vestiges archéologiques, monuments historiques, bâtiments, etc.) et ces derniers doivent donc être étudiés en rapport avec le contexte géomorphologique dans lequel ils sont insérés. C’est sur la base de ce double jeu de relations que les auteurs proposent le nouveau concept de « géomorphologie culturelle » qu’ils définissent de la manière suivante : « discipline qui étudie la composante géomorphologique d’un territoire, soit comme un élément culturel du paysage, soit pour ses interactions avec les biens culturels de type archéologique, historique, architectural, etc. » (p. 3).

2L’ouvrage, conçu comme un manuel, vise deux publics principaux dont les objectifs sont différents : les étudiants en sciences humaines (histoire, histoire de l’art, architecture) et leurs homologues en sciences naturelles (géomorphologie, environnement). Pour les premiers, l’ouvrage cherche à montrer l’importance de la prise en compte des contingences géomorphologiques dans l’exercice de leur fonction (risques, processus d’altération des bâtiments historiques, par exemple). Pour les seconds, il s’agit de montrer le double système de relations entre la géomorphologie et la société (impacts des activités humaines sur les formes et processus du relief ; risques naturels induits par les processus géomorphologiques), ainsi que les potentialités ouvertes à la valorisation culturelle de la géomorphologie, par le géotourisme par exemple.

3Le contenu et le découpage de l’ouvrage, organisé en neuf chapitres, s’adressent aux deux types de public visés. Le premier chapitre traite du paysage. Les auteurs donnent une revue rapide de différentes définitions en insistant sur la nécessité d’appréhender le paysage sous un angle systémique. Le chapitre 2 « L’imagine del mondo » est consacré à l’histoire de la cartographie, spécialement en Italie. Les deux chapitres suivants, intitulés « Il sistema climatico » et « Geomorfologia e paesaggi » constituent en fait deux brefs traités de climatologie et de géomorphologie, respectivement de 30 et 100 pages. Le chapitre 5 montre le rôle de l’Homme comme agent géomorphologique. C’est dans le chapitre 6 (« I beni culturali ») que les auteurs développent véritablement leur thèse. Ils proposent une subdivision des biens culturels en deux grands groupes –ceux qui résultent de l’œuvre de l’Homme et ceux qui sont l’œuvre de la Nature, les biens naturels étant eux-mêmes subdivisés entre les phénomènes biotiques et les phénomènes abiotiques, dont les biens géomorphologiques font partie. Dans ce même chapitre, les auteurs rappellent les différents attributs (scientifique, esthétique, culturel, socio-économique) qui permettent de qualifier les biens géomorphologiques, thématique dont ils ont été les précurseurs (Panizza et Piacente, 1993) et qui est reprise par plusieurs auteurs dans ce volume 3 de la revue Géomorphologie : relief, processus, environnement. Ils présentent également un exemple concret d’évaluation des géomorphosites. Le chapitre se termine bizarrement sur une section relative aux aires protégées, qui met l’accent sur une classification du ministère de l’environnement italien. Le chapitre 7 insiste sur les relations de risque et d’impact entre la géomorphologie et la société sur la base d’un modèle d’analyse proposé en 1994 (Cavallin et al., 1994). L’exposé est étayé par toute une série d’exemples tirés des études que les deux auteurs ont menées au cours des vingt dernières années. Sur la base de ce modèle, l’avant-dernier chapitre propose un cadre de référence et des méthodes pour l’analyse des relations entre la géomorphologie et les biens culturels. Ici encore, les propositions théoriques et méthodologiques sont illustrées par des exemples concrets issus des propres recherches des auteurs. Dans le dernier chapitre, intitulé « La dimensione culturale dello sviluppo sostenibile », les auteurs rappellent brièvement l’histoire du concept de développement durable et proposent de mettre l’accent à l’avenir sur la communication culturelle, notamment dans le domaine des sciences de la Terre.

4Disons-le tout net, les chercheurs en géomorphologie qui s’intéressent aux géomorphosites ne trouveront pas leur compte dans l’ensemble de l’ouvrage. Les 178 premières pages constituent un traité classique d’introduction à la géomorphologie. On comprend toutefois la place dédiée à la présentation des processus et des formes du relief, de leur représentation ou encore du rôle du climat, étant donné que ce livre s’adresse notamment à un public d’étudiants non spécialisés en géomorphologie. La seconde moitié de l’ouvrage revêt en revanche un tout autre intérêt. Les auteurs synthétisent ici plus de vingt années de recherche théorique et appliquée en géomorphologie environnementale. Ils relisent leurs travaux, effectués par exemple dans le cadre d’études d’impact sur l’environnement, à la lumière du concept de géomorphologie culturelle qu’ils ont présenté dans le premier chapitre. Les propositions théoriques sont par ailleurs bien illustrées par des exemples concrets, tant en Italie qu’à l’étranger. Le tout constitue une illustration du bien-fondé de cette association des termes « géomorphologie » et « culture ».

5Geomorfologia culturale embrasse un spectre thématique très large : c’est aussi certainement l’une de ses faiblesses. En visant plusieurs publics aux objectifs différents, le livre perd un peu de son intérêt pour le spécialiste, qui aurait attendu une analyse plus fouillée de certaines problématiques telles que la géodiversité, les géoparcs ou encore la géoconservation, toutes trois à peine abordées, alors qu’elles nous semblent centrales dans toute approche culturelle de la géomorphologie. On aurait également attendu une plus grande ouverture bibliographique à certaines recherches proches des thématiques traitées, notamment à la littérature sur l’altération des pierres de taille (Prikryl et Viles, 2002 ; Prikryl, 2004) ou encore à d’autres régions culturelles d’Europe (Allemagne, Grande-Bretagne). Malgré ces quelques faiblesses, l’ouvrage représente un grand intérêt pour les géomorphologues engagés dans des recherches touchant à la géoconservation ou à la géomorphologie environnementale. Le texte n’étant disponible qu’en italien, une traduction des chapitres 5 à 9 serait la bienvenue.  

Haut de page

Bibliographie

Cavallin A., Marchetti M., Panizza M., Soldati M. (1994) – The role of geomorphology in environmental impact assessment. Geomorphology, 9, 143-153.

Panizza M., Piacente S. (1993) – Geomorphological assets evaluation. Zeitschrift für Geomorphologie N.F., Suppl. Bd., 87, 13–18.

Prikryl R., Viles H.A. (Eds) (2002) – Understanding and managing stone decay. The Karolinum Press, Prague, 367 p.

Prikryl R. (Ed) (2004) – Dimension Stone 2004. New perspectives for a traditional building material. Balkema, Leiden, 327 p.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Emmanuel Reynard, « Mario PANIZZA, Sandra PIACENTE, Geomorfologia culturale », Géomorphologie : relief, processus, environnement [En ligne], vol. 11 - n° 3 | 2005, mis en ligne le 01 juillet 2007, consulté le 19 octobre 2017. URL : http://geomorphologie.revues.org/417

Haut de page

Auteur

Emmanuel Reynard

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Groupe français de géomorphologie

Haut de page
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Groupe français de géomorphologie
  • Revues.org