Navigation – Plan du site

Texte intégral

1L’un des objectifs d’étude majeurs de la géomorphologie est la compréhension de l’impact du changement climatique global actuel sur le système morphogénique. Dans le même temps, les régions arides tendent à gagner approximativement la moitié des terres émergées sur le globe, alors qu’elles n’abritent que 20 % de la population mondiale. Il est donc devenu crucial de savoir comment les régions arides peuvent réagir au changement global. L’objectif principal de ce numéro spécial est ainsi de rassembler de nouveaux résultats de recherches qui peuvent accroître nos connaissances sur les réponses des géosystèmes et écosystèmes arides et semi-arides aux changements climatiques, du Pléistocène supérieur à l’Actuel. C’est ce que s’efforcent de démontrer quatre études de cas issues de trois continents différents.

2La réponse géomorphologique au changement global a l’un des impacts les plus marqués sur les paysages et les hommes. Dans les régions arides et semi-arides du Sud-Ouest du Maroc (A. Weisrock, L. Wahl, A. Ouammou, L. Chakir), ce n’est pas tant l’absence de pluie que les processus géomorphologiques tels que les crues, la déflation éolienne, la migration des dunes, les tempêtes de poussières, qui affectent les paysages, et plus spécialement le réseau hydrographique. Ce sont les dépôts alluviaux du Pléistocène supérieur et de l’Holocène qui donnent ici la perspective du long terme, indiquant des changements paléoclimatiques à différentes échelles de temps : périodes longues, comme durant le stade isotopique 3 (environ 55-25 ka), ou épisodes courts, comme l’optimum néolithique ou le petit âge glaciaire.

3Les impacts du changement global diffèrent d’un paysage à l’autre. Cependant, les données enregistrées en Australie méridionale aride pour le Pléistocène supérieur (M. Williams, N. Nitschke, C. Chor) ressemblent beaucoup à celles du Maroc. La reconstitution des processus de transport et dépôt de poussières éoliennes, associée à un modèle de calcul numérique, permet aux auteurs d’établir que la température moyenne annuelle avait baissé de 6°C durant la période 35-18 ka. Mais les lacs sont restés à un niveau élevé durant cette période sèche, à cause de la baisse corrélative de l’évaporation.

4Certains changements dans les paysages reflètent le changement climatique global, tandis que d’autres ne sont liés qu’à des phénomènes locaux ou régionaux. C’est le cas du Nord de la Syrie (J.-B. Rigot), où l’étude des dépôts de terrasses alluviales holocènes et historiques montre une notable atténuation des processus d’érosion/alluvionnement par rapport aux régions méditerranéennes voisines aux mêmes périodes. Des facteurs topographiques, ainsi que des pratiques agricoles protectrices, notamment la construction de murets sur les versants, ont pu certainement intervenir pour expliquer cette différence.

5Comme l’indiquent généralement les études des loess péri-désertiques du Plateau des Loess, les déserts du nord-ouest de la Chine apparaissent très anciens, déjà formés au milieu du Tertiaire (Yang Xiaoping). Mais il y a d’autre part des évidences abondantes de changements climatiques au Quaternaire supérieur au sein des grands déserts sableux, ce qui rend difficile l’établissement d’un lien géomorphologique entre ces deux générations de formes désertiques. Cependant, une nouvelle explication de l’origine et de la conservation des mégadunes du désert de Badain Jaran prend en compte le rôle important des eaux souterraines. Durant les périodes humides, des lacs inter-dunaires permanents ont induit des cimentations calcaires dans les sables, provoquant ainsi la stabilité des mégadunes.

6In fine, F. Joly dresse un rappel des notions de base de l’hydrologie des déserts, complété par un compte rendu de Dryland Rivers, Hydrology and Geomorphology of semi-arid channels, édité par L.J. Bull et M.J. Kirkby, qui développe les concepts modernes de la géomorphologie fluviale en régions arides (A. Weisrock).

7J’aimerais remercier mes collègues pour tous les avis reçus lors de l’élaboration de ce numéro, avis que j’ai tenté d’incorporer aux différents articles. Je remercie J.-L. Ballais et J. Riser qui ont été les initiateurs de ce numéro spécial, ainsi que le comité de rédaction : J.-C. Thouret, J. Raffy, Y. Gunnell, E. Anthony, A. Héquette, et les relecteurs de la revue Géomorphologie : relief, processus, environnement pour leurs contributions invisibles mais efficaces.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

André Weisrock, « Géomorphologie des régions sèches, des déserts et de leurs marges : réponses morphologiques aux changements climatiques en régions arides », Géomorphologie : relief, processus, environnement [En ligne], vol. 12 - n° 4 | 2006, mis en ligne le 01 octobre 2008, consulté le 18 août 2017. URL : http://geomorphologie.revues.org/45

Haut de page

Auteur

André Weisrock

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Groupe français de géomorphologie

Haut de page
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Groupe français de géomorphologie
  • Revues.org