Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Eduard A. KOSTER (editor), The physical geography of Western Europe

Oxford University Press, 2005, 438 p.
Monique Fort

Texte intégral

1Cet ouvrage fait partie d’une série sur les « Environnements régionaux », qui inclut déjà la Fennoscandie, l’Afrique, l’Asie du Sud-Est et l’Eurasie du Nord. Cette nouvelle contribution porte sur un domaine qui n’est d’ailleurs pas clairement délimité, mais qui comprend plus ou moins les grands bassins sédimentaires (du sud de l’Angleterre à l’Aquitaine et au sud de l’Allemagne), les massifs anciens jusqu’au Massif Bohémien, ainsi que les chaînes alpines (Alpes et Pyrénées). Si la France, les pays du Benelux, l’Allemagne ainsi que la Suisse sont couverts par l’ouvrage, les pays méditerranéens (Espagne et Italie notamment) n’en font pas partie. En dépit de son titre, l’essentiel de l’ouvrage porte sur des thèmes qui intéressent très directement les géomorphologues. Les vingt et un chapitres, rédigés par des auteurs représentant sept pays européens, sont regroupés en trois parties.

2Dans la première partie Systematic framework, l’espace régional est décrit à travers plusieurs thèmes synthétiques qui s’enchaînent et se complètent parfaitement. Le cadre morphostructural est d’abord présenté (chap. 1, A. Demoulin), suivi par un chapitre spécifiquement consacré à la néotectonique (F. Dramis et E. Tondi), deux contributions claires et efficaces. Les héritages morphoclimatiques, en particulier ceux liés aux glaciations, sont ensuite détaillés par J. Ehlers dans le chapitre 3, alors que le quatrième chapitre rédigé par M. Böse traite de la dernière glaciation. Dans les deux cas, la part consacrée aux héritages du nord de l’Allemagne apportent des illustrations nouvelles par rapport aux manuels existants. La géomorphologie périglaciaire n’est pas oubliée et fait l’objet, grâce à E. Kolstrup, d’une présentation sobre mais assez complète. Le chapitre 6 (E. Koster) aborde les environnements fluviatiles, en liaison avec les changements climatiques et les impacts humains, à la fois de façon synthétique et très didactique. Les environnements côtiers et marins (chap. 7, rédigé par A. Kroon) sont traités sous l’angle généraliste des processus mais également dans une perspective régionale. Cette même approche est retenue pour les environnements éoliens (E. Koster), dunes côtières, sables et loess soufflés, ainsi que pour les problèmes de conservation de leurs sols. La première partie de l’ouvrage s’achève sur les tourbières (chap. 9, E. Koster et T. Favier), écosystèmes particuliers d’intérêt biologique, hydrologique, économique et anthropologique dont il est donné une synthèse très utile.

3La deuxième partie de l’ouvrage traite de cinq « environnements régionaux » dont le découpage géographique est parfois discutable et n’est pas forcément exhaustif (on ne saura finalement rien des régions de bas plateaux ou des moyennes montagnes, pas plus que de l’Aquitaine et des Pyrénées, pourtant évoquées dans les deux premiers chapitres). Le chapitre 10 (J. Hofstede) est consacré aux marais des côtes hollandaises, allemandes et danoises, chapitre qui ne fait pas double emploi avec le 7e, dans la mesure où sont bien développées ici à la fois l’histoire holocène de ces marais et leur évolution récente en relation  avec l’anthropisation croissante de ces littoraux. Les massifs anciens allemands et le piémont alpin font l’objet du chapitre 11 rédigé par E. Koster. L’approche géomorphologique et sédimentologique est privilégiée, suivie d’une régionalisation plus poussée, utile pour faire connaître de nombreux travaux de langue allemande. Le chapitre 12 (B. Etlicher) reprend, pour les hautes terres belges et françaises, la même construction que le précédent : mise en place des unités morphostructurales, évolution quaternaire, différenciation régionale (Ardennes, Vosges, Massif central). Le Bassin parisien (Y. Dewolf et C. Pomerol) bénéficie d’un chapitre à part, où héritages tertiaires et quaternaires sont soulignés, notamment dans la mise en place des formations superficielles ainsi que dans l’évolution des systèmes hydrologiques. Y. Battiau-Queney termine ce tour d’horizon régional avec les Alpes françaises et leurs piémonts (chap. 14), et apporte quelques données (climat, transect végétal) venant compléter une approche qui reste là encore essentiellement géomorphologique (morphostructures, héritages glaciaires, aléas naturels).

4La troisième partie, « Environnement et impacts humains », est la plus géographique, sans pour autant mettre complètement de côté la géomorphologie. Le chapitre 15 (C. Schuurmans), consacré au climat, évoque d’abord les caractéristiques et paramètres du climat actuel, sa variabilité à divers pas de temps, et son évolution récente en liaison avec les activités humaines. Sans transition, le chapitre 16 (J. Sevink et O. Spaargaren) aborde les questions d’altération et de formation des sols holocènes, souligne les problèmes de classification des sols, qui diffère selon les pays, et insiste sur les pollutions récentes (acidification, nitrates) et l’artificialisation croissante des sols. Les forêts font leur apparition dans le chapitre 17 (J. Fanta), et sont étudiées selon cinq de leurs composantes : abiotiques (topographie et climat), phytogéographiques (zonations latitudinales et altitudinales notamment), historique (des héritages post-glaciaires et périodes historiques récentes), écologique et anthropique, ce dernier aspect couvrant essentiellement l’exploitation forestière. Le chapitre 18 (O. Maquaire) revient sur des thèmes plus géomorphologiques « aléas géomorphologiques et risques naturels », selon un plan thématique et classique (inondations, séismes, mouvements de terrain), qui s’achève par des considérations sur la prévention et l’assurance contre les risques. Les questions de pollution de l’air, de l’eau et des sols sont traitées dans le chapitre 19 par A. Farmer, qui s’attache surtout aux vieilles régions industrielles des vallées du Rhin, de la Moselle et de la Meuse et des bassins miniers du Nord, et délaisse totalement d’autres secteurs tout aussi menacés (vallées du Rhône, de la Seine et de la Loire en aval…). E. de Mulder et C. Bremmer abordent (chap. 20) les problèmes d’urbanisation, d’industrialisation et d’exploitation minière, montrant la menace que fait peser sur les sociétés l’exploitation ou l’aménagement intensif des sous-sols. L’ouvrage s’achève avec un bref chapitre sur la « géoconservation » par G. Gonggrijp, qui part du concept de géosite, en retrace l’historique et montre l’intérêt de préserver, pour les générations futures, certains lieux et paysages présentant un intérêt géomorphologique évident.

5On l’aura compris, plus que de géographie physique, cet ouvrage traite en définitive davantage de géomorphologie. L’approche régionale est certes incomplète, et l’on peut s’interroger sur la construction de l’ouvrage et la place de certains chapitres : pourquoi les tourbières sont-elles dans la première partie et les forêts dans la troisième ? Pourquoi le climat n’est-il pas dans la première partie « cadre systématique » ? Ce sont là des remarques mineures. L’intérêt essentiel d’un tel ouvrage est d’amorcer une géographie physique régionale de l’Europe et de rendre plus accessible des travaux réalisés par nos voisins européens dans leur langue maternelle. Ce livre est une mine d’informations, pour la plupart bien actualisées, qui va prendre le relais de celui, un peu vieilli, édité par C. Embleton, il y a plus de 20 ans déjà. Pour sa bibliographie, pour ses croquis inédits, pour son effort de synthèse, nous recommandons la lecture de cet ouvrage à une époque où plus que jamais la construction européenne, fondée sur une connaissance réciproque, doit progresser, dans les universités et ailleurs.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Monique Fort, « Eduard A. KOSTER (editor), The physical geography of Western Europe », Géomorphologie : relief, processus, environnement [En ligne], vol. 12 - n° 1 | 2006, mis en ligne le 01 juillet 2007, consulté le 25 juin 2017. URL : http://geomorphologie.revues.org/492

Haut de page

Auteur

Monique Fort

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Groupe français de géomorphologie

Haut de page
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Groupe français de géomorphologie
  • Revues.org