Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Juan José González Trueba, El Macizo central de Los Picos de Europa : geomorphología y sus implicaciones geoecológicas en la alta montaña cantábrica

Thèse européenne de géographie soutenue devant l'université de Cantabrie, à Santander, le 12 janvier 2007, 820 p., 258 fig., 76 tab., résumé en anglais
Dominique Sellier
p. 348-350

Texte intégral

1La thèse de Juan José González Trueba, dirigée par E. Serrano Cañadas (université de Valladolid) et par L. V. García Merino (université de Cantabrie), traite de la géomorphologie du massif culminant de la chaîne cantabrique. Au-delà de la somme d'informations qu'elle apporte sur le relief de ce massif et sur les dynamiques qui le déterminent, elle constitue d'abord une étude exemplaire de géographie physique globale, significative d'une volonté d'analyser les éléments du paysage à chacun de leurs niveaux d'échelle ; elle s'inscrit, de ce fait, dans la suite des travaux menés par les géographes espagnols sur la notion de paysage. Cette thèse contribue, ensuite, à la définition des montagnes de la façade atlantique de l'Europe par un examen méthodique des formes pré-quaternaires, des héritages pléistocènes, glaciaires et périglaciaires, puis des systèmes morphogéniques fonctionnels ; elle fournit ainsi un jalon supplémentaire dans la série des études réalisées à ce sujet dans les îles Britanniques, en Scandinavie et plus récemment, dans la Serra da Estrela, au Portugal ; elle offre, en même temps, le moyen d'établir des comparaisons avec les autres composants de cette entité géographique. La thèse apporte, enfin, une illustration du concept de patrimoine géomorphologique à travers un inventaire des géomorphosites représentatifs du parc naturel des Picos de Europa et témoigne, en cela, de l'utilité d'une vulgarisation de la géomorphologie auprès du public, telle qu'elle s'accomplit actuellement dans plusieurs pays.

2Cette thèse constitue un ouvrage fondamental sur les Picos de Europa. Sa principale source documentaire provient d'une pratique systématique du terrain, menée dans la perspective d'une détermination de marqueurs de processus passés et actifs, d’isolignes caractéristiques, puis des contours d'étages. Au terme de nombreux transects, la méthode permet ainsi de fournir des limites glaciaires, tardiglaciaires, périglaciaires et phytogéographiques précises, qui aboutissent à des propositions argumentées sur la mobilité des étagements. Le travail est du plus grand intérêt, en raison d'une démarche rigoureuse, d'une présentation claire, de tableaux récapitulatifs pratiques, de photographies parfois exceptionnelles et de figures de synthèse pertinentes, aboutissant à une carte géomorphologique de l'ensemble du massif.

3La thèse, construite selon un plan pédagogique, comprend six chapitres concernant :

  1. l'armature morphostructurale du massif central des Picos de Europa ;

  2. la part du modelé glaciaire dans le paysage (formes d'ablation et de dépôt, extension, dynamique et chronologie de l'englacement, circonstances de la déglaciation du massif) ;

  3. les modelés postglaciaires (milieux nivo-périglaciaires et élaboration du relief actuel, séquence paraglaciaire, évolution morphogénique depuis la déglaciation, morphogenèse actuelle) ;

  4. les interactions entre les facteurs géomorphologiques, phytogéographiques et anthropiques (évaluation de l'évolution de la couverture végétale depuis le dernier maximum glaciaire, synthèse phytogéographique actuelle, évolution des interactions entre géomorphologie et couvert végétal) ;

  5. la valorisation du patrimoine géomorphologique d'un massif de haute montagne (géodiversité, hydrodiversité et biodiversité, valorisation des sites d'intérêt géomorphologique et des espaces naturels protégés, évaluation du patrimoine géomorphologique) ;

  6. une synthèse géoécologique et géomorphologique sur les étagements. Le sommaire de cette thèse témoigne de la variété des thèmes traités. Quatre d'entre eux sont significatifs de préoccupations permanentes de l'auteur.

4Les Picos de Europa, qui se situent au contact de trois provinces, Asturies, Cantabrie et Léon, constituent d'abord la plus haute montagne calcaire de la façade atlantique européenne (2 648 m). Ils comprennent ainsi des versants de près de 2 300 m de dénivellation, qui fournissent des conditions exceptionnelles pour l'étude des étagements en Europe occidentale. Ils appartiennent à la zone cantabrique, qui s'oppose à l'ouest à la zone asturo-léonienne. Ils sont formés, pour l'essentiel, de calcaires cambro-ordoviciens et carbonifères, qui offrent des conditions relativement constantes à la morphogenèse. Leur armature morphostructurale résulte de déformations hercyniennes réactivées au cours de l'orogenèse cénozoïque, notamment de nappes et d'écailles à vergence vers le sud.

5Les Picos se présentent donc comme une montagne dont la lithologie est homogène et dont les lignes topographiques majeures correspondent à des crêts chevauchants à regard sud, séparés par des revers. Ils fournissent ainsi un cas exemplaire, mais peu connu, de relief calcaire. Cette propriété s'exprime par des formes d'érosion mécanique très développées, notamment par des héritages glaciaires et périglaciaires omniprésents, en particulier par de multiples cirques et par de grands versants de gélifraction à pentes d'éboulis. Elle s'exprime également par les manifestations d'une érosion chimique diversifiée : karst superficiel et endokarst, qui fournissent les moyens d'estimer la vitesse de l'érosion postglaciaire à partir des parois, roches moutonnées et surfaces d'abrasion glaciaire. L'un des mérites de cette thèse est de ne jamais perdre de vue les paramètres lithologiques et d'être, indirectement, d'un grand apport à la géomorphologie lithologique.

6Les Picos de Europa comprennent des paysages qui s'apparentent à ceux du nord du Portugal (Serra da Estrela) et de la Galice (Serra de Ancares), mais qui ne sont pas non plus sans analogie avec ceux des Highlands d'Écosse ou de la Norvège centrale (Dovre-Rondane). Ce fait confirme l'identité de la haute montagne atlantique, qui se caractérise, d'une façon générale, par des vents violents et fréquents, par une forte humidité (nébulosité élevée, précipitations abondantes, fort cœfficient de nivosité), par des rythmes thermiques peu contrastés (amplitudes faibles et extrêmes thermiques décalés, mais alternances de gel-dégel nombreuses et isothermes rabattues vers la mer en raison d'étés frais et courts) et, finalement, par des types de temps instables. Les Picos de Europa appartiennent, pour leur part, à une montagne jeune, ce qui est exceptionnel sur la façade atlantique, et leurs sommets, supérieurs à 2 600 m, ne se trouvent qu'à une vingtaine de kilomètres de l'océan, ce qui renforce leur singularité, même par rapport aux Pyrénées occidentales et à la Norvège. Par son sujet et par ses résultats, la thèse de J. J. González Trueba constitue donc une contribution majeure à la caractérisation de la montagne atlantique en Europe.

7Elle traite d'abord, et à juste titre, des manifestations du vent, qui agit sur la végétation au point d'abaisser la limite supérieure de l'arbre entre 1 350 et 1 650 m (soit 1 000 m de moins que dans les Alpes), de faire des Picos une montagne en grande partie supraforestière et d'introduire une dissymétrie phytogéographique ouest-est qui concurrence, par endroits, une dissymétrie nord-sud pourtant affirmée.

8Les précipitations sont aussi élevées sur les sommets des Picos que sur les hautes terres du nord-ouest de l'Ecosse (2 500-3 000 mm), ce qui rapporte les étages supérieurs à un milieu hyper-océanique et rend le ruissellement très actif. Ces étages connaissent un enneigement de décembre à mai, mais un couvert neigeux discontinu dans le temps, ce qui est également caractéristique des montagnes atlantiques. La neige participe au fonctionnement du système périglaciaire actuel. Elle a  provoqué des englacements pléistocènes étendus, à des époques où les Picos constituaient, avec les Pyrénées occidentales, la montagne atlantique la plus élevée en dehors des régions d'inlandsis. Une calotte glaciaire, d'où dépassaient des nunataks, recouvrait le massif pendant le dernier pléniglaciaire (40 000-18 000 ans BP), en émettant des langues vers les vallées jusqu'à moins de 800 m. Ces conditions de l'englacement, dues à une exposition directe aux influences océaniques, expliquent qu'en dehors de la structure, les traits majeurs du relief résultent des héritages glaciaires, comme dans toutes les montagnes réparties du Portugal à la Norvège. Elles expliquent l'omniprésence des cirques, mais aussi de hautes parois rocheuses et de crêtes de recoupement, la fréquence des horns et des cols de transfluence, finalement responsables d'un relief « alpin », similaire à celui de massifs norvégiens comme les Rondane. L'inventaire des formes glaciaires et des dépôts morainiques a permis de déceler les héritages de plusieurs englacements pléistocènes, de tracer les contours et la LEG des glaciers würmiens, de reconstituer les étapes de la déglaciation et de réavancées tardiglaciaires (14 000-10 000 ans BP), de repérer les marques de glaciers du petit âge glaciaire. L'auteur fournit des estimations sur les conditions climatiques propres à chacun de ces épisodes (7° C de moins que l'actuel pour le pléniglaciaire würmien, 1° C de moins et 300 mm de précipitations de plus pour le PAG). Quatre petits glaciers relictuels subsistent actuellement en contrebas de sommets culminants à 2 600 m, sur des versants exposés vers le nord, où ils sont significatifs des effets convergents de conditions climatiques caractéristiques d'un milieu fortement océanisé.

9La connaissance des régimes thermiques des montagnes atlantiques souffre partout de la rareté des stations météorologiques d'altitude et, en l'occurrence, de leur absence, en dehors de la station de Fuente Dé, située à 1 608 m. Ainsi, après d'autres, J. J. González Trueba a dû recourir à l'extrapolation. Il indique que l'isotherme annuelle 0 °C recoupe les sommets vers 2 500 m, que l'isotherme annuelle +4 °C (couramment considérée comme une limite de climat froid) passerait vers 1 800 m et que les températures moyennes mensuelles demeurent négatives pendant six mois au-dessus de 2 500 m (où elles seraient de –7 °C en février). Il estime que 56 cycles de gel-dégel, environ, se produiraient à 2 050 m et 13 cycles à 2 515 m (à 20 cm de profondeur), sans parvenir, pour l'instant, à définir avec plus de précision le régime thermique des sols, ni à estimer les variations thermiques interannuelles propres aux montagnes atlantiques, en dépit d'essais de mesures méthodiques.

10Ceci conduit à la troisième propriété du Picos de Europa, « la montagne atlantique la plus exposée de l'Europe du sud-ouest » selon l'auteur, propriété qui est de comporter un étage périglaciaire fonctionnel dans sa partie supérieure. L'absence de glaciers autres que relictuels suggère que l'étage glaciaire dépasse de peu les sommets (à l’instar des Rondane en Norvège). La recherche méticuleuse des limites inférieures de l'étage périglaciaire, sur le modèle des travaux des périglacialistes espagnols et à partir de marqueurs analogues à ceux qui peuvent être utilisés au Portugal, en Irlande et en Ecosse (petits lobes de gélifluxion, ostioles, petits sols structurés, sols striés), montre que cet étage descend jusqu'aux environs de 1 800 m. En revanche, l'auteur conclut à l’absence de pergélisol, en dehors d'un pergélisol sporadique éventuel et en dépit d'altitudes propices. Cette situation pourrait provenir de l'absence de phénomène de culmination, mais aussi de la proximité entre la limite inférieure de l'étage périglaciaire et l'altitude théorique de la LEA, du fait d'amplitudes thermiques réduites. Les Picos occupent néanmoins une place originale parmi les montagnes atlantiques sans pergélisol. Ils comportent un étage périglaciaire actif de 600 à 800 m d'élévation (exactement comme en Ecosse, mais à 1 500 m d'altitude plus haut), tandis que cet étage se limite au sommet des reliefs dans la Serra da Estrela au Portugal, sinon à 100 m en contrebas (comme en Irlande). En fait, les Picos constituent une entité intermédiaire entre l'Ecosse (sans glacier ni pergélisol) et les Rondane (sans glacier mais avec un pergélisol) sur la façade atlantique de l'Europe.

11Les Picos comprennent ainsi un milieu de haute montagne au-dessus de 1 800 m, entre les isothermes annuelles +4 °C et –1 °C, qui réunit une forte nébulosité, des précipitations élevées et un manteau neigeux instable, mais qui comprend des névés corrélatifs de l'océanité ambiante, au-dessus de 2 100-2 200 m, des héritages glaciaires prépondérants et une gélifraction active, en raison de la gélivité du calcaire. L'un des intérêts de la thèse est d'établir une distinction entre deux étages périglaciaires : un étage supérieur, cryonival, entre les points culminants et 2 200 m, étage rocheux à parois et crêtes de recoupement, reliefs glaciaires et karstiques, enneigement permanent et culots de glace résiduels, où la morphogenèse est commandée par le gel ; un étage inférieur, nivo-périglaciaire, à alpages, entre 2 200 et 1 800 m. La gélifraction des parois supérieures à 1 800 m, qui fonctionnerait surtout en automne et au printemps, est le premier des processus périglaciaires. Les autres sont caractéristiques des régions à gel saisonnier des sols. Il s'agit de mouvements de masse mineurs (terrassettes et lobes de gélifluxion, blocs laboureurs) et de formes de cryoturbation élémentaires (ostioles et petits cercles de pierres, surtout à partir de 2 300 m, qui comptent effectivement parmi les meilleurs indicateurs des milieux périglaciaires), auxquelles s'ajoutent, sur les pentes d'éboulis, des coulées de débris, formes plurizonales, mais très répandues dans les montagnes atlantiques. L'absence de glaciers rocheux actifs ne ferait que confirmer celle du pergélisol.

12Les séquences morphogéniques postérieures au maximum glaciaire sont reconstituées dans leurs grandes lignes : réchauffement et début de la déglaciation entre 20 000 et 15 000 ans BP, marqués par des formes d'incision, par des phénomènes de décompression paraglaciaire sur les parois (remarquables dans les calcaires) et par des processus périglaciaires très actifs (notamment l'éboulisation) ; puis remontée des températures, éboulisation et solifluxion au Tardiglaciaire. En fait, beaucoup de formes périglaciaires présentes dans le paysage résultent d'une morphogenèse immédiatement postglaciaire et sont simplement entretenues. Elles datent de périodes pendant lesquelles les processus déterminés par le gel étaient les plus actifs, sans liens génétiques automatiques avec le paraglaciaire. Elles n'offrent pas toujours la possibilité de faire la part de ce qui est tardiglaciaire, postglaciaire fossile, ou encore actif. La remarque vaut notamment pour les éboulis, corrélatifs de la gélifraction des parois et de la régularisation des versants, qui comptent parmi les éléments majeurs du paysage actuel, dont l'élaboration a accompagné le retrait des glaciers et les séquences périglaciaires postglaciaires successives, mais qui continuent de fonctionner. La cinquantaine de transects effectués sur des pentes d'éboulis, selon des méthodes apparentées à celles de B. Francou, révèle des inclinaisons croissantes vers l'apex, des profils concaves et des pentes moyennes redressées, comme c'est communément le cas dans les calcaires (en raison de la production de matériaux fins et de cimentations internes), ainsi qu'une granulométrie décroissante habituelle vers l'apex. Les cônes, associés à des formes de différentes origines (cônes d'éboulis, d'avalanches ou composites), sont prépondérants, mais ne sont pas toujours différenciés des talus par leurs propriétés topographiques et sédimentologiques. Les relations morphologiques et dynamiques entre parois et pentes d'éboulis, de même que l'activité et les remaniements des éboulis, demeurent à préciser. La part des processus périglaciaires reste aussi à établir par rapport aux mouvements de masse, aux avalanches et aux effets des eaux de fonte à l'intérieur du système morphogénique actuel de la haute montagne cantabrique.  

13Comme toutes les montagnes atlantiques, les Picos se caractérisent par leur réactivité aux changements climatiques. Ils se caractérisent aussi par la variété de leurs milieux, augmentée par les contrastes d'exposition, mais aussi par leur situation à la frontière de plusieurs aires phytogéographiques. Ils représentent l'une des montagnes atlantiques où les étagements sont les plus variés, de tempéré océanisé aux limites de l'étage glacio-nival. En contrebas de la haute montagne s'étendent en effet un étage subalpin jusqu'à 1 600 m (à Juniper et à Arctostaphilus, comme en Écosse vers 300-500 m), un étage montagnard en partie forestier, jusqu'à 500 m environ (à sorbier, à bouleau et à chêne), puis un étage collinéen (à chêne, hêtre et chêne vert par endroits), chacun de ces étages de végétation devenant discontinu pour des raisons naturelles ou anthropiques. Ce travail comporte une excellente synthèse géoécologique, qui traite des effets morpho-bio-climatiques de l'altitude, des pentes et de l'exposition sur le couvert végétal. Cette synthèse concerne aussi les effets de la dynamique géomorphologique, commandée par l’incision des versants et des fonds de vallées, par les mouvements de masse, mais aussi par les avalanches, dont les conséquences sur la destruction du couvert forestier et sur l'instabilité des pentes sont spectaculaires.

14L'intérêt du massif des Picos de Europa lui a valu d'être érigé en parc national. L'un de  ceux de cette thèse est de montrer en quoi le concept de patrimoine géomorphologique s'applique à ce massif. Il s'agit d'assurer, en l'occurrence, la valorisation d'un relief de haute montagne par la conservation et par la vulgarisation, au sein d'un espace naturel protégé. La démarche est de considérer les sites d'intérêt géomorphologique comme des « géotopes géomorphologiques », ou « géomorphosites », en commençant par les inventorier à partir du terrain et de la carte géomorphologique présentée en annexe, puis à en établir une typologie en fonction de propriétés générales (singularité, représentativité,...). Elle consiste ensuite à dresser une évaluation de chaque géomorphosite, selon des critères déjà exposés dans un article de J. J. González Trueba et de E. Serrano Cañadas, publié dans la revue Géomorphologie : relief, processus, environnement (n° 3/2005) : valeur scientifique du site (morphologie, dynamique, structure, genèse, degré de rareté), valeur culturelle (intérêts patrimonial, touristique et esthétique), conditions d'observation et de gestion (accessibilité, fréquentation, vulnérabilité, risques de dégradation et impacts anthropiques, limites d'aménagement acceptables). Elle aboutit à l'élaboration d'une carte des géomorphosites et de 22 fiches d'évaluation et de présentation générale de ces derniers, classés en fonction de leurs intérêts.

15Le résultat témoigne d'une compétence scientifique et d'une réflexion méthodologique remarquables. Il est donc d'un intérêt exemplaire parmi les travaux qui s'engagent partout sur la valorisation du patrimoine géomorphologique, qui procèdent d'une volonté de vulgariser une science encore trop méconnue et qui participent ainsi à sa rénovation. Il est louable qu'un travail universitaire de cette ampleur aboutisse à un chapitre révélateur d'une telle volonté. Il est seulement dommage qu'il n'apporte pas plus de précisions sur les modalités de ses applications, l'enjeu étant aussi d'apprendre au public à regarder et à comprendre.

16En conclusion, la thèse de J. J. González Trueba présente un contenu novateur par ses objectifs, par ses méthodes et par ses résultats, tout en conservant une forme classique par sa démarche générale. Elle constitue un excellent travail d'analyse et de synthèse sur le massif des Picos de Europa, la plus haute montagne calcaire en même temps que la plus haute montagne périglaciaire de la façade atlantique. Elle constitue un travail de référence, qui déborde largement du cadre de la chaîne Cantabrique et de la péninsule Ibérique. Il justifie ainsi parfaitement la mention européenne qui lui a été attribuée.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Dominique Sellier, « Juan José González Trueba, El Macizo central de Los Picos de Europa : geomorphología y sus implicaciones geoecológicas en la alta montaña cantábrica », Géomorphologie : relief, processus, environnement, vol. 13 - n° 4 | 2007, 348-350.

Référence électronique

Dominique Sellier, « Juan José González Trueba, El Macizo central de Los Picos de Europa : geomorphología y sus implicaciones geoecológicas en la alta montaña cantábrica », Géomorphologie : relief, processus, environnement [En ligne], vol. 13 - n° 4 | 2007, mis en ligne le 06 mars 2008, consulté le 20 octobre 2017. URL : http://geomorphologie.revues.org/4952

Haut de page

Auteur

Dominique Sellier

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Groupe français de géomorphologie

Haut de page
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Groupe français de géomorphologie
  • Revues.org