Navigation – Plan du site
Lettre d'information

Lettre d'information n° 22 (4/2005)

traduite et résumée par J.-C. Thouret
Association Internationale des Géomorphologues

« L’avenir de l’Association internationale des géomorphologues » : discours de M. Andrew Goudie, nouveau Président de l’AIG, à Saragosse, Espagne, le 9 septembre 2005.

En introduction, le nouveau Président résume les activités importantes que l’Association a conduites sous l’égide de Mario Panizza (Président italien) de 2001 à 2005. Il cite le programme de soutien en faveur des jeunes chercheurs géomorphologues, notamment des pays en développement, mis en œuvre par Mauro Soldati (Italie), qui continuera ce programme au sein du nouveau comité exécutif. Il a apprécié le travail du webmestre, Dr Zibi Zwolinski (Pologne), qui a établi une liste des géomorphologues du monde entier et qui continuera son œuvre au sein du nouveau comité. Carol Harden (États-Unis) a régulièrement produit les « Newsletters » et Mike Slattery (États-Unis) continuera la tâche entreprise. Le Président a admiré l’organisation de la conférence régionale à Mexico en 2003 et il loue le travail accompli par Irasema Alcantara Ayala (Mexique) à cette occasion. Le Comité exécutif, et surtout Denes Loczy (Hongrie), ont su encourager la création de groupes nationaux de géomorphologues dans plusieurs pays, notamment les plus défavorisés. Grâce à Mario Panizza, l’AIG a été bien représentée lors du congrès international de géologie à Florence, et cette initiative devrait être répétée lors du prochain congrès à Oslo en 2008 ; ce fut aussi le cas lors du congrès international de géographie à Glasgow en 2005. Un nombre appréciable de publications de l’AIG a vu le jour durant ces quatre dernières années, pour lesquelles le Président félicite les collègues qui ont accepté de renoncer à leurs droits d’auteurs, si bien que l’éditeur (Routledge) de l’Encyclopédie de Géomorphologie a pu reverser environ 32 000 euros au profit du compte de l’AIG. Les groupes de travail ont été actifs et ils seront désormais coordonnés par Mike Crozier (Nouvelle-Zélande) durant les quatre prochaines années.

Tous ces programmes engagés seront poursuivis dans l’avenir, mais le Président A. Goudie exprime la nécessité de conduire des recherches géomorphologiques sur de nouvelles pistes, qu’il résume autour de cinq thèmes de recherches à développer de façon concertée.

1 – Le paysage terrestre est le domaine du géomorphologue. Le président pense que le concept de paysage a d’ores et déjà pris une place capitale au plan politique national et international. Avec le développement des voyages, le grand public est davantage mis au contact des grands paysages. L’AIG doit être consciente de l’importance de la désignation des sites inscrits au patrimoine mondial ou de l’humanité, des géosites et des géoparcs, ainsi que des nouveaux accords comme la convention européenne des paysages. Les champs en développement actuel de la « géodiversité » et de « l’intégrité géomorphologique » doivent être explorés. L’AIG a été invitée par l’IUCN à participer à la sélection des sites des patrimoines de l’humanité, et elle mettra donc sur pied un comité ad hoc, dont font déjà partie le Président fondateur de l’AIG, Denys Brunsden (Grande Bretagne), et Piotr Migon (Pologne).

2 – La géomorphologie est utile, et l’AIG doit encourager le développement de la géomorphologie appliquée ou celle de l’ingénieur, ou encore de la géomorphologie environnementale, au moyen de publications, de la mise au point d’un code déontologique, du développement de techniques appropriées et du transfert d’expertise. De même, les géomorphologues doivent s’exprimer en tant que tels et avec empressement lorsque de grands désastres surviennent. Le site Internet de l’AIG peut être développé dans cette perspective. L’AIG a créé un groupe de travail consacré aux aléas et aux risques géomorphologiques sous la responsabilité des Professeurs Irasema Alcantara Ayala (Mexique), Sunil De (Inde) et Mohamed Benazzouz (Algérie).

3 – Le monde fait face aux changements climatiques planétaires ou global change. La communauté géomorphologique n’a pas été suffisamment impliquée dans l’essor des activités liées au global change, que ce soit en termes de science, de politique ou de gestion. Notre apport au sein du Comité Intergouvernemental d’étude du Changement Climatique (IPPC), comparé à celui des biologistes et des spécialistes en sciences sociales et, a fortiori, au rôle des climatologues, a été modeste jusqu’ici. Dans certaines zones sensibles qualifiées de « points chauds » par A. Goudie, des changements géomorphologiques peuvent s’avérer considérables. Le Président évoque l’article récent de David Thomas et collaborateurs, publié dans Nature, qui suggère que, à la fin de ce siècle, la quasi totalité du Kalahari deviendra un paysage éolien réactivé. L’écoulement subaérien dans de nombreuses zones semi-arides sera probablement réduit de 60 % ou davantage – quelles en seront alors les conséquences géomorphologiques ? L’AIG devrait exprimer, de façon concertée, sa position et son avis sur les implications géomorphologiques des changements planétaires à venir, et elle mettra sur pied un nouveau groupe de travail dirigé par l’ex-Président Olav Slaymaker (Canada).

4 – Nous devons tenter de nouer des liens avec la communauté géophysique, surtout celle des États-Unis, où l’AIG n’est pas affiliée à l’AGU. Les recherches actuellement menées sur les taux de dénudation et sur le cycle géochimique en relation avec la tectonique et le climat représentent la « science dure » de grande importance, et l’AIG doit y engager ses experts. En liaison avec ce qui précède, il est indispensable de participer à la Earth System Science et le Professeur Lothar Schrott (Allemagne) dirigera un nouveau groupe de travail dans ce domaine, qui devra être actif lors du congrès prévu à Loughborough, en Grande-Bretagne, en 2006.

5 – Les études de géomorphologie planétaire représentent une autre frontière pour la recherche géomorphologique. Les images satellitaires de Mars et l’information qui peut être glanée sur la nature du relief sous-marin, à partir des études sismiques 3D et des levés réalisés grâce au sonar latéral se révèlent stupéfiantes. Ce dernier domaine est lié à l’exploration du relief sous-marin pour les ressources en combustibles fossiles, et des régions comme les cônes sous-marins du Congo et du Nil possèdent d’extraordinaires caractéristiques quant aux mouvements de masse, aux processus fluviaux et à la tectonique par halocinèse. Le Président se dit impressionné par la disponibilité croissante d’images gratuites de notre propre planète – le site internet de la NASA à propos des images Landsat 7, le nouveau site Terre chez Google, celui de l’Université de Maryland et enfin celui des images MODIS – qui permettent au géomorphologue de reconnaître et de cartographier la répartition planétaire des phénomènes, comme les grands ergs du monde, les zones affectées par des tempêtes de sable, les lacs « orientés » de la toundra, les dépressions d’origine éolienne dans le monde, etc. Il s’agit d’un domaine de recherche à mener dans le cadre d’une collaboration internationale.   

Le Président a ainsi souligné cinq domaines de recherche à promouvoir : la conservation des paysages, l’application de la géomorphologie, les implications géomorphologiques du « global change », le rôle des processus géomorphologiques dans la science du « Système Terre », et les études de géomorphologie planétaire sur Mars, sur le plancher océanique et sur la surface de la Terre, en utilisant les nouvelles technologies liées à la télédétection. Il est urgent de délivrer le message selon lequel la géomorphologie est une discipline primordiale et active, et le Président a le plaisir d’annoncer que le Professeur David Higgitt (Singapour) sera le premier responsable de l’AIG chargé de la communication et des relations publiques.

Cependant, le Président exprime son inquiétude face à la viabilité financière de l’AIG et il demande par conséquent d’en accroître les ressources financières, jugées trop modestes. Les publications peuvent y contribuer et il accueille favorablement la décision de produire un manuel de géomorphologie sous la direction de Basil Gomez (États-Unis). Pourquoi pas un manuel de géomorphologie appliquée ? Un guide des sites géomorphologiques les plus remarquables dans le monde ? Nous devrions aussi entreprendre une démarche de mécénat et prendre contact avec des fondations et des grosses entreprises. Il faudrait aussi augmenter les souscriptions nationales, au moins pour les ajuster à l’inflation, mais aussi pour les rendre comparables à celles perçues par des associations similaires à la nôtre comme l’INQUA. Ceci sera examiné par l’assemblée générale de l’AIG lors du prochain congrès. André Ozer (Belgique), qui a été un excellent Trésorier durant la dernière période de quatre ans, transmettra cette importante responsabilité à Francisco Gutiérrez (Espagne)

Pour conclure, le Président A. Goudie se déclare très honoré de la charge qui lui a été confiée et il espère que chacun prenne contact et lui suggère comment promouvoir notre discipline dès aujourd’hui et jusqu’au congrès de Melbourne (Australie), en juillet 2009. Le comité exécutif a programmé une série de conférences régionales et douze groupes de travail pour les quatre années à venir. Enfin, le Président exprime son hommage à Mateo Gutiérrez-Elorza et à ses collègues (Espagne) pour avoir organisé un magnifique congrès à Saragosse. La qualité de l’organisation de la part de nos collègues espagnols sera difficile à égaler dans l’avenir.

Résumé du compte rendu de la réunion du comité exécutif de l’AIG, Saragosse, le 8 Septembre 2005.

Sont présents : Franck AUDEMARD (Vice-Président, Vénézuela), Michael CROZIER (Vice-Président, Nouvelle-Zélande), Morgan DE DAPPER (Secrétaire, Belgique), Andrew GOUDIE (Président Grande-Bretagne), Francisco GUTTIEREZ (Trésorier, Espagne), Michael SLATTERY (chargé des publications, Etats-Unis). Sont présents à partir du point 3 de l’ordre du jour : David HIGGIT, Mauro SOLDATI et Zbigniew ZWOLINSKI. Sont excusés : Dan BALTEANU, Monique FORT et Ying WANG.

L’avenir de l’AIG – mise en perspective stratégique

Le Président dessine les contours de sa vision de l’avenir de l’AIG (qu’il présentera lors de la seconde assemblée générale, cf. ci-dessus), en mettant l’accent sur la nécessité d’augmenter le nombre des groupes de travail, afin qu’ils couvrent les principaux thèmes que la géomorphologie développe actuellement.

Cooptation de membres au comité exécutif

Les membres dont les noms suivent sont cooptés au sein du comité exécutif : Dan BALTEANU (Roumanie), Monique FORT (France), David HIGGIT (Singapour), Mauro SOLDATI (Italie), Ying WANG (Chine), Zbigniew ZWOLINSKI (Pologne). Un effort est prévu pour coopter aussi un membre d’Afrique subsaharienne : l’éventuel candidat serait Mohammed UMER, de l’université d’Addis Abeba, Éthiopie.

Tâches des membres du comité exécutif

Franck AUDEMARD, Vice-Président et Amérique latine ; Dan BALTEANU, Europe centrale ; Michael CROZIER, Vice-Président, Australie, Nlle Zélande, Océanie et groupes de travail ; Morgan DE DAPPER , Secrétaire ; Monique FORT, Europe occidentale (de langue romane) et Moyen Orient ; Andrew GOUDIE, Président ; Francisco GUTTIEREZ, Trésorier ; Michael SLATTERY, chargé des publications et du groupe des Etats-Unis ; David HIGGIT, chargé des relations publiques et de l’Asie du Sud-est ; Mauro SOLDATI : chargé du programme de formation des jeunes géomorphologues ; Ying WANG, Chine ;  Zbigniew ZWOLINSKI, chargé du site Internet (webmestre).

Tâches à remplir et postes à occuper : pays de langue allemande en Europe (Lothar SCHROTT, Allemagne et groupe de travail « Earth System Science ») ; Europe du Nord (Achim BEYLICH, Norvège et groupe de travail SEDIBUD) ; Afrique du Nord (Mohamed T. BENAZZOUZ, Algérie, et groupe de travail « Aléas géomorphologiques ») ; Afrique sub-saharienne (Mohammed UMER ?) ; sous-continent Indien (Sunil Kumar DE, Inde et groupe de travail « Aléas géomorphologiques ») ; Amérique centrale (Irasema ALCANTARA-AYALA, Mexique et groupe de travail « Aléas géomorphologiques »).

Budget et politique financière

Il existe environ 62 000 euros sur le compte bancaire de l’AIG, mais le Président fait remarquer que cette somme comprend les 32 000 euros versés une fois pour toutes par l’éditeur à l’AIG pour les droits d’auteurs de l’Encyclopédie de Géomorphologie. Il indique aussi que l’AIG assure des dépenses substantielles au profit des groupes de travail, des cours de formation et des réunions du comité exécutif. Il suggère que l’AIG augmente ses recettes par les publications et note que le « Manuel de Géomorphologie » (édité par B. Gomez et al.) pourrait rapporter près de 9 000 euros. En outre il suggère plusieurs pistes pour augmenter les recettes potentielles : un programme de mécénat à élaborer ; la suppression de la contribution de 2 000 $US payée à l’ICL « Conseil international pour l’étude des glissements de terrain » (décision approuvée par le comité exécutif) ; la question posée de la souscription personnelle auprès de l’AIG ; la recherche du mécénat commercial ; la proposition d’augmentation des souscriptions des groupes nationaux (lors de la prochaine réunion générale), et les encouragements de l’AIG auprès des organisateurs de la Conférence de Melbourne et d’autres réunions internationales, afin qu’une part des profits substantiels fasse l’objet d’une contribution au budget général de l’AIG. Enfin, l’ex-Trésorier A. Ozer transmettra l’état du budget et des finances au nouveau Trésorier (F. Gutierrez) en janvier 2006.

Site Internet

Zbigniew Zwolinski, précédent et nouveau Webmestre, fait état de son rapport : la base de données des membres de l’AIG est en cours d’élaboration, mais la réponse est lente et faible ; un nouvel appel sera lancé. Pour accroître la quantité et la qualité des informations sur le site internet de l’AIG, une implication de la part des géomorphologues est indispensable. David HIGGIT propose de délivrer une information rapide par Internet lors des événements géomorphologiques majeurs qui font la une des journaux : inondations, glissements de terrain, séismes, éruptions volcaniques, cyclones, tsunamis.

Formation des jeunes géomorphologues

Mauro Soldati, à nouveau chargé des programmes de formation, informe le comité que durant les quatre dernières années, de nombreux jeunes géomorphologues (surtout issus des pays moins favorisés) ont reçu une aide qui leur a permis de participer à des cours de formation, à des symposiums et à des conférences régionales ou internationales. Le comité exécutif exprime à l’unanimité son accord pour continuer cet effort. Durant les prochaines années, on doit s’attendre à davantage de demandes de financement. Par conséquent se pose la question de la gestion de cet afflux. Le Président suggère de continuer à aider les activités déjà couronnées de succès (par exemple les ateliers ou les cours en Terre de Feu et à Windsor). Un budget minimum sera défini afin de gérer à bon escient les propositions reçues. Lors de la prochaine réunion du comité exécutif, une décision concernera le budget pour les deux prochaines années. En attendant,  il est décidé de financer les activités suivantes durant l’année 2006 :

• Cours de formation par le Groupe britannique de géomorphologie destiné aux étudiants « post-gradués », à Windsor en Grande Bretagne, en décembre 2006 : deux bourses pour des doctorants de l’Europe de l’Est (commission d’évaluation formée par A. Goudie, M. Soldati et B. Zwolinski).

• Atelier de formation sous l’égide de CONICET IV destiné aux étudiants « post-gradués » en Terre de Feu, en Argentine, en novembre 2006 : deux bourses pour de jeunes géomorphologues d’Amérique latine.

• La conférence régionale de l’AIG au Brésil en septembre 2006 : un nombre de bourses à définir pour de jeunes géomorphologues des pays moins favorisés (excepté l’Amérique latine).

Il est convenu que le comité exécutif devra encourager les organisateurs des conférences régionales à consacrer une partie de leur budget au programme de bourses pour les jeunes géomorphologues.

Publications

Les publications sont très importantes pour l’AIG. La contribution de J. Wiley a récemment décliné mais celle de Cambridge University Press va probablement augmenter. Plusieurs publications à venir ont été suggérées :

• Groupe de travail sur le « Global Change », édité par Olav Slaymaker.

• Groupe de travail sur les aléas, édité par Irasema Alancatara-Ayala.

• Manuel ou guide de géomorphologie appliqué, incluant les questions juridiques.

• Glossaire de Géomorphologie pour les étudiants et multilingue (Anglais, Français, Espagnol).

• Biographies (sur le modèle de l’History of Geomorphology, par Dorothy Sacks), pour lesquelles Andrew Goudie proposerait ses propres archives de photographies.

• Un ouvrage des formes de relief remarquables, édité par Piotr Migon.

Newsletter

Un moyen de diffusion plus efficace s’avère nécessaire. Michael Slattery consultera Carol Harden, précédemment chargée des publications de l’AIG, sur ce point.

Réunions scientifiques

• 2006, Mongolie. Un congrès international sur les « Changements environnementaux et les processus de surface dans les régions arides et tempérées » sera organisé en Mongolie du 9 au 15 juin par l’Institut de Géographie et l’Académie mongolienne des Sciences, l’Union géomorphologique japonaise, l’Union Géographique Internationale et l’université Kanazawa. Les organisateurs ont demandé le soutien officiel de l’AIG. Le comité exécutif est d’accord à l’unanimité à condition qu’il n’y ait aucune implication financière.

• Conférences régionales de l’AIG :

- septembre 2006, Goiâna, Brésil. Franck Audemard y participera ;

- juin 2007, Malaisie orientale ;

- juillet 2007, Archipel de Svalbard, Spitsberg, Norvège ;

- avril 2008, Israël ;

- septembre 2008, Bra¾ov, Roumanie.

• Congrès International de Géologie, 5-14 août 2008, à Oslo en Norvège. Monique Fort préparera un programme des sessions.  

• UNESCO et IUGS : Année Internationale de la Planète Terre en 2008.

• Conférence Internationale de Géomorphologie à Melbourne en Australie en 2009.

Groupes de travail

• Quatre groupes de travail continueront leurs activités :

- Géoarchéologie : Eric Fouache (France).

- Grandes Rivières : Avijit Gupta (Grande Bretagne).

- Sites géomorphologiques : Emmanuel Reynard (Suisse).

- Régions arides : Yang Xiaoping (Chine).

• Huit nouveaux groupes de travail sont mis sur pied :

- SEDIBUD « Bilans sédimentaires dans les environnements froids » : Achim Beylich (Norvège).

- Géomorphologie des côtes rocheuses : Wayne Stephenson (Australie).

- Groupe de travail régional « Carpatho-Balkano-Dinarique » : pas encore défini.

- Impact humain sur les paysages : Dénes Loczy (Hongrie).

- Petits bassins versants : Andrzej Kostrzewski (Pologne).

- «Système Terre » : Lothar Schrott (Allemagne).

- Aléas géomorphologiques : Irasema Alacantara-Ayala (Mexique), Sunil Kumar De (Inde) et Mohamed T.Benazzouz (Algérie).

- Changement planétaire et Géomorphologie : Olav Slaymaker (Canada).

Un budget doit être mis sur pied pour les huit nouveaux groupes de travail. La décision budgétaire sera prise lors du prochain comité exécutif. Les groupes de travail doivent formuler une stratégie et doivent montrer des résultats tangibles (manuels de formation, réunions internationales et publications).

Sites du patrimoine de l’humanité

L’AIG coopérera avec l’« Union Internationale de la Conservation dans le Monde » (IUCN, www.iucn.org) à ce propos. Une commission ad hoc (un appel aux membres actifs doit être lancé mais Denys Brunsden, Grande-Bretagne, Piotr Migon, Pologne, Michael Crozier, Nouvelle-Zélande, Andrew Goudie (Grande-Bretagne) sont d’ores et déjà prêts à y participer) formulera une liste des vingt paysages les plus importants devant être protégés dans le monde.

Autres affaires en suspens

Michael Slattery formulera un avis à propos de l’organisation du groupe, important, des géomorphologues américains qui sont à présent dilués dans différentes organisations : l’Union Américaine de Géophysique (AGU), la Société Géologique des États-Unis (GSA) et le Groupe spécial des Géomorphologues de l’Association des Géographes Américains (AAG).

Prochaine réunion du comité exécutif

Andrew Goudie réunira le prochain comité exécutif à Oxford en Grande-Bretagne du 31 mars au 1er avril 2006. Le programme comprendra un dîner informel le vendredi soir et une réunion toute la journée (9 h – 17 h) du comité le samedi. L’AIG financera le logement et les repas mais une partie au moins du coût du voyage devrait être prise en charge par les institutions ou les groupes nationaux des membres du comité exécutif.

Jeunes Géomorphologues

Bourses de l’AIG pour les ateliers de formation à la recherche en faveur des étudiants post-gradués (Post-graduate Research Training Workshop) à Cumberland Lodge, Windsor Great Park (Grande-Bretagne), 18-21 décembre 2005. La procédure de sélection des six doctorants en géomorphologie de l’Europe de l’Est, qui ont soumis une demande de financement auprès de l’AIG, s’est achevée après l’examen des CV et des projets de recherche des candidats. Les bourses de l’AIG ont été attribuées à Marek Ewertowski (Pologne) et à Luminita Preoteasa (Roumanie).

Note de l’éditeur de la lettre d’information de l’AIG 

Le succès de la lettre d’information dépend des contributions que nous recevons. Vous pouvez y contribuer en envoyant des commentaires, des comptes rendus de réunions et d’excursions  régionales ou nationales, des résumés de sujets pertinents pour la géomorphologie et des annonces de réunions et d’ateliers à venir. Vos contributions doivent parvenir au responsable des publications de l’AIG :

Mike Slattery, Institute for Environmental Studies
and Department of Geography,
PO Box 298830, Texas Christian University,
Fort Worth TX, 76129, USA. Fax (817) 257-7789 ;
Phone (817) 257-7506 ; E-mail : m.slattery@tcu.edu

  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Groupe français de géomorphologie
  • Revues.org