Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Marie-Anne Geurts, Tufs et travertins en bordure du 60e parallèle, Ouest canadien

Acta Geographica Ottaviensia, Volume 1, 2007, 146 p.
André Weisrock
p. 59-60

Texte intégral

1Ce premier volume des Acta Geographica Ottaviensia rassemble neuf articles rédigés par M.-A. Geurts, depuis les années 1992, seule ou en collaboration, sur les travertins de l’Ouest canadien, documents qui étaient restés jusqu’à présent dispersés ou peu accessibles. Il apporte une contribution fondamentale à la compréhension de la genèse des travertins dans le milieu boréal.

2Le premier article présente les environnements géologiques qui ont produit les dépôts carbonatés de Hungry Lake, Coal River Springs et Liard Hot Springs dans le sud du Yukon. Les dépôts et leurs extensions sont décrits et un modèle de croissance est proposé pour chaque site. Dans les deux premiers sites, malgré une grande différence d’extension et d’épaisseur, les dépôts forment des séries de barrages ou phytohermes de plusieurs mètres de hauteur caractérisés par des encorbellements normaux ou inverses, ou des formes en balcons arrondis. À Liard Hot Springs, le barrage montre une face aval presque verticale avec des cascatelles décimétriques, comme dans les « crons » de Belgique. Une typologie est établie à partir de l’étude des divers modèles de croissance des édifices et du niveau de leur développement, montrant que la morphogenèse des travertins s’inscrit toujours dans un continuum de formes.

3Le deuxième article entre davantage dans le détail des faciès millimétriques à décimétriques observés sur les barrages de Coal River Springs. Les faciès bryophitiques montrent différentes mousses : Bryum sp .et Cratoneuron sp. participent activement à la croissance en hauteur des barrages, mais l’abondance de Cratoneuron, qui peut pousser sous l’eau, induit aussi une composante horizontale à la croissance. Gymnostonum sp. produit un épaississement des faces aval de barrage. Le faciès en glomérule est un faciès d’épaississement des barrages. Il se forme lors des phases d’abaissement du plan d’eau ou des phases de vidange des bassins à l’amont d’un barrage. Le faciès cyanobactérien couvre n’importe quel support et participe également à l’épaississement. Il est lié à des écoulements actifs qui lissent les glomérules ou les faciès bryophitiques. Enfin le faciès pelletoïde, au fond des bassins, correspond à un remplissage associé aux autres débris incrustés.

4Le troisième article donne les résultats des datations U/Th effectuées par B. Ghaleb sur les travertins de Coal River Springs, qui couvrent une terrasse fluvioglaciaire et son talus. Au sud, les travertins du sommet donnent des âges de 14 000 et 12 000 ans BP. Des blocs issus de l’effondrement d’un barrage ont un âge de 6 000 ans BP, tandis que certains édifices sont toujours fonctionnels. Au nord, les travertins forment un cône qui montre au moins deux générations, l’une datant de 5 400 ans BP et l’autre toujours active. L’incision de la rivière contribue au développement des travertins en créant le talus de la terrasse. Ainsi, deux générations de travertins, en plus de l’actuelle, ont été créées depuis la fin de la période glaciaire. Les travertins anciens, riches en uranium, indiquent l’influence des eaux hydrothermales, dont les sources sont associées à une ligne de faille.

5Le quatrième article présente une étude de la végétation actuelle autour du lac Hungry. À partir des comptages effectués sur vingt-six sites, les résultats montrent la prédominance de Picea glauca, Populus tremuloides, Populus balsamifera et Salix. Moins abondant est Betula glandulosa. Dans les sites plus secs, on trouve Juniperus, Shepherdia et Viburnum. Les Ericacées sont peu fréquentes. Les analyses polliniques de ces relevés montrent une sur-représentation des pollens de pin et une sous-représentation des pollens de peuplier, une sur-représentation des pollens de Betula glandulosa lorsqu’ils apparaissent. Les pollens d’Alnus ne sont pas fréquents et ceux de Salix sont sous représentés, comme ceux des Ericacées. Cette étude sera une référence extrêmement précieuse pour la comparaison et l’interprétation des spectres polliniques fossiles de la région.

6Le cinquième article étudie les spectres de pollens piégés dans les travertins actifs du sud du Yukon et du nord de la Colombie Britannique et les compare à l’environnement végétal actuel. Les spectres sont riches en Picea sp. et reflètent le couvert forestier boréal qui entoure les sites. Parfois, le spectre est dominé par le bouleau ou le saule dans les endroits plus ouverts. Des taxons peu fréquents sont indicateurs de l’environnement aquatique et hydrothermal le cas échéant. Il y a peu de pollens d’Ericacées, malgré leur présence dans la forêt. Par contre les Cypéracées et les Composées, fréquentes sur les sites, sont bien représentées.

7Le sixième article est encore une contribution très importante à l’interprétation des spectres polliniques. Une analyse pollinique des dépôts de tufs de la berge du lac Hungry a montré une variation importante du spectre au passage d’un faciès de barrage à un faciès détritique. C’est que la flottabilité des grains bi-ailés de Pinus et Picea leur permet d’être exportés lorsque l’eau coule plus rapidement. Leur proportion relative diminue alors. Inversement, en arrière des barrages, le grain est ralenti, il se couvre de calcite et il se sédimente : sa proportion relative augmente. M.-A. Geurts a voulu vérifier que des variations de spectre ne traduisent pas toujours des variations climatiques, mais peuvent s’expliquer par des changements hydrodynamiques locaux. Elle a étudié treize échantillons provenant de faciès détritiques de bassin et seize échantillons provenant de mousses de barrages. Les résultats montrent que les proportions de pollens bi-ailés ont des fréquences relatives plus faibles dans les mousses de barrages que dans les sédiments détritiques de bassins, confirmant bien l’hypothèse de départ.

8Le septième article reprend les résultats des travaux de P. de Bastiani sur le remplissage holocène d’un vallon du Williscroft Creek dans le sud du Yukon. Des sédiments fins y surmontent des dépôts graveleux, sur 2,60 m d’épaisseur totale. Les datations et les analyses polliniques indiquent que la forêt dense à Picea régnait autour de 5 480 ans BP et de 3 850 ans BP jusqu’à aujourd’hui. Les fréquences de Picea, ainsi que les petits pics de Shepherdia sont comparables à ceux de Hungry Lake. Les faibles fluctuations des fréquences polliniques suggèrent que la forêt de basse altitude n’a pas été affectée par les changements climatiques du Néoglaciaire telles qu’elles peuvent être reconnues à haute altitude. En revanche, les variations qui existent dans le diagramme peuvent traduire des modifications environnementales liées aux déplacements des chenaux d’un cône alluvial qui borde ce vallon.

9Le huitième article reprend et précise la discussion des diagrammes polliniques de dépôts holocènes éoliens de la rivière Bluefish, à 67° N, au nord du Yukon, à partir de quatre sites déjà publiés (Lauriol et al., 2002) et d’un diagramme inédit du « Site éolien ». Deux zones apparaissent clairement, une zone inférieure de 140 à 35 cm de profondeur relativement pauvre en pollens, traduisant un paysage végétal très ouvert, qui peut dater du début de l’Holocène ou du Pré-Holocène ; la deuxième, de 35 cm à la surface, montre le passage du paysage ouvert à une formation arbustive, puis forestière, cette dernière étant datée à 5 320 ans BP. Ce diagramme est surtout intéressant pour son aspect floristique, avec la présence de Shepherdia, Selaginella, Portulaceae, Tsuga, Pterocarya et Corylus. Certaines espèces inattendues ici sont la marque soit d’apports lointains, soit de remaniements de sédiments plus anciens.

10Le neuvième article, écrit en hommage à la mémoire de B. Bastin, porte sur la phytogéographie des Sélaginelles trouvées dans les dépôts éoliens du nord du Yukon. Il précise la signification paléoenvironnementale des Sélaginelles et leur extension.

11Comme dans sa thèse Genèse et stratigraphie des travertins de fond de vallée en Belgique, publiée dans les Acta Geographica Lovaniensia (1976), M.-A. Geurts donne ici un très bel exemple d’étude environnementale détaillée et très pertinente d’un milieu carbonaté original. Elle développe surtout trois aspects de l’étude des travertins : leur morphogenèse, leur chronologie et la traduction de leur environnement végétal dans les spectres polliniques qui y sont piégés. Tout en nuançant la signification paléoclimatique de ces édifices, elle introduit un lien puissant entre la forêt boréale actuelle et le Boréal palynostratigraphique des chercheurs européens. Au-delà des résultats qui concernent donc surtout le milieu boréal et l’Holocène, ce livre donne une fort précieuse leçon de méthodologie, où la démarche naturaliste repose sur une solide analyse morphologique.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

André Weisrock, « Marie-Anne Geurts, Tufs et travertins en bordure du 60e parallèle, Ouest canadien », Géomorphologie : relief, processus, environnement, vol. 14 - n° 1 | 2008, 59-60.

Référence électronique

André Weisrock, « Marie-Anne Geurts, Tufs et travertins en bordure du 60e parallèle, Ouest canadien », Géomorphologie : relief, processus, environnement [En ligne], vol. 14 - n° 1 | 2008, mis en ligne le 04 juin 2008, consulté le 24 septembre 2017. URL : http://geomorphologie.revues.org/5353

Haut de page

Auteur

André Weisrock

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Groupe français de géomorphologie

Haut de page
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Groupe français de géomorphologie
  • Revues.org