Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Christian Giusti (coordonnateur), Approche géographique multiscalaire des facteurs de réactivité du relief

Colloque de l’Association de géographe français, Institut de géographie, Paris, 13 janvier 2007
Christian Giusti
p. 61-62

Texte intégral

1À l'inverse d’une idée assez largement répandue (Summerfield, 2000), les formes du relief anciennes ne sont pas l’exclusivité des plateformes tectoniquement stables et des domaines hyper-arides, chauds ou froids. Le colloque organisé à Paris en janvier 2007 avait pour but de rassembler sur le thème des formes héritées en contexte de mobilité tectonique, de variabilité eustatique et de changement climatique, des communications en partie inédites ou présentées oralement à Saragosse, en septembre 2005, lors de la 6e Conférence internationale de Géomorphologie.

2L’idée de ce colloque revient à B. Lemartinel, qui introduisit le débat à l’aide de remarquables photos des paysages classiques de la Sierra Nevada, des dômes du Yosemite (Tuolumne Meadows) et des chaînes nord-américaines, du bouclier canadien, de la plaine russo-carélienne, de la surface du Haut-Veld et de l’escarpement du Drakensberg. Dans leur revue des études du relief de la Bretagne péninsulaire, B. Hallégouët, Y. Lageat et D. Sellier montrent comment plusieurs travaux récents tirent argument de l’incision du réseau hydrographique pour proposer que le relief du Massif armoricain soit tout entier dépendant de la réactivation pléistocène d’un réseau de failles. Or, contrairement à l’hypothèse qu’un soulèvement différentiel quaternaire suffirait seul à rendre compte de la géomorphologie du massif ancien, il est rappelé que, au-delà la sensibilité manifeste des formes en creux (alvéoles, bassins, vallées), l’évidente rémanence des paléosurfaces d’aplanissement géographiquement identifiables est une autre donnée de l’observation, qui permet de replacer l’évolution des formes du relief dans la longue durée du temps géologique.

3J.-P. Peulvast, V. Claudino-Sales et F. Bétard rappellent que des versants abrupts forment l’escarpement marginal du Nordeste brésilien, au-dessus d’une basse surface d’aplanissement passant vers la côte à un piémont composite. Des pédiments disséqués et des cônes d’épandage y suggèrent une activité érosive récente ou actuelle. L’analyse de types morphostructuraux choisis ne montre un contrôle tectonique apparent que sur quelques-uns de ces escarpements. La plupart d’entre eux sont des formes héritées, nées lors du rifting crétacé ou en réponse au soulèvement marginal ultérieur. La sédimentation détritique néogène sur les piémonts et les régions côtières reflète l’influence de périodes sèches avec des phases d’ablation poussée des sols, voire l’attaque de la roche en place sur les versants et les piémonts. Des phases de dissection sont intervenues lors de périodes plus humides et/ou de bas niveau marin. Le volume modeste de la sédimentation détritique néogène implique des taux d’érosion et de soulèvement modérés jusqu’à l’Actuel, favorables à des effets de résistance morphologique et lithologique dans les paysages.

4Des bassins de la Haute-Loire et du Haut-Allier au seuil de Naurouze, le bord sud-oriental du Massif central français a fait l’objet de trois communications complémentaires. E. Defive rappelle que l’évolution géomorphologique néogène du Massif central est à l’origine d’un relief polyphasé qui tient ses caractères des influences croisées de la tectonique, des contextes morpho-litho-structuraux et du climat sur la progression de l’encaissement des rivières. Les topographies très faiblement différenciées du Miocène supérieur devaient alors être assimilables à des formes vives, sur lesquelles l’ablation s’exerçait de manière probablement uniforme. Une fois l’impulsion donnée par la tectonique, les progrès de l’encaissement ont provoqué une forte rétraction des domaines susceptibles de porter des formes vives, faisant passer au statut d’héritages les topographies laissées à l’écart du champ de l’incision. Bien que spatialement discontinus, ces plans hérités restent géographiquement repérables. Ils constituent une preuve de la résistance morphologique du relief au changement et peuvent donc être vus comme des formes transitoires, un mode d’ajustement du relief au cours du Néogène et du Quaternaire. Dans les Cévennes vivaraises, pour le laps de temps infiniment plus court d’une séquence climatique quaternaire, l’étude de secteurs de lits rocheux des vallées en gorge du Chassezac et de ses affluents permet à N. Jacob d’aborder la question des processus morphogéniques et de la durée nécessaire à leur efficacité. Les formes élaborées dans la roche en place comme leur distribution longitudinale ou latérale sont souvent mises à l’actif de la puissance de l’écoulement de crues exceptionnelles. Les observations ne négligeant ni les données structurales propres à l’encaissant, ni l’étude de la charge alluviale héritée et des conditions de sa mobilisation, conduisent à relativiser ce primat accordé à l’hydraulique. Ainsi, un certain nombre de formes du lit se révèlent stables à l’échelle d’au moins une séquence glaciaire–interglaciaire (Jacob et al., 2006). Dans l’extrême sud du Massif central et de nouveau à l’échelle du temps profond de la longue durée géologique, C. Giusti montre que la classique opposition du revers atlantique long et peu incliné au rebord méditerranéen court et abrupt n’est pas l’expression d’un simple basculement tectonique monophasé, quelle que puisse être l’ancienneté de celui-ci. Pour spectaculaire qu’elle soit, l’énigmatique haute surface du Caroux n’a pas l’importance qui lui est reconnue dans la littérature et ne mérite en aucune façon d’être qualifiée de « surface fondamentale ». La forme repère, à l’échelle régionale, est une surface de piedmont qui ceinture presque sans solution de continuité l’ensemble des hautes terres des Monts de Lacaune, depuis le plateau de Villespassans près de Saint-Chinian jusqu’au Plo de Laurier sur l’avant-causse de Lunas, et, du plateau de Montfranc au nord de Lacaune à celui de Montredon-Labessonié, à l’est de Castres, dans tout le Ségala méridional. L’analyse des rapports entre cette surface repère et les séquences de formes qui l’encadrent (plans et volumes résiduels culminants en contre-haut, formes de dissection emboîtées en contrebas) permet d’argumenter l’existence d’un découplage survenu dans l’histoire géomorphologique de ce segment de marge passive en cours d’activation. L’asymétrie topographique serait en fait le résultat d’une asymétrie morphogénétique, entre un domaine ségali ayant longtemps fonctionné en régime acyclique et un domaine cévenol passé plus précocement à un mode d’évolution polycyclique.

5Enfin, deux communications ont plus spécialement porté sur le cas des domaines orogéniques actifs. Pour B. Farines, les chaînons des zones internes des Cordillères bétiques orientales de la région d’Alméria sont caractérisés par la présence de hautes surfaces culminantes datées du Néogène tardif. Une approche multicritère permet d’expliquer la jeunesse et la bonne conservation de ces formes singulières depuis 5 Ma dans un contexte d’importante activité tectonique. M. Calvet et Y. Gunnell élargissent la réflexion aux paysages à haut degré d’inertie dans les orogènes en situation de déséquilibre, lesquels portent fréquemment à leur faîte des restes d’aplanissements. Ce cas, somme toute banal, s’intègre mal dans les modèles géodynamiques actuels et pose la double question du façonnement des plans et de leur conservation ultérieure. Les auteurs proposent une revue méthodologique de ces problèmes et montrent que les explications alternatives comme l’altiplanation ne sont pas vraiment généralisables. Dans ces domaines actifs, les forçages néotectoniques restent prépondérants même si leurs moteurs profonds relèvent d’hypothèses encore mal démontrées. Une question clé demeure celle de la paléo-altitude des surfaces lors de leur formation et des moyens de l’apprécier.

6Les concepts de la landscape sensitivity (Brunsden et al., 1979), d’essence systémique, sont parfaitement pertinents à l’échelle des modelés, des sols et des couverts végétaux (Brunsden, 2001), tant en domaine méditerranéen (Brandt, 2000) que dans les milieux frais et humides des domaines plus septentrionaux (Thomas et al., 2001). Mais ils s’avèrent difficilement extrapolables aux échelles spatio-temporelles des grands volumes de relief pour lesquels le concept d’héritage reste plus opérationnel que celui de forme transitoire. Les recherches consacrées aux paysages « insensibles » (insensitive landscapes) montrent que dans leur très grande diversité, les formes du relief aux différentes échelles spatio-temporelles ne sont que partiellement et incomplètement ajustées au système morphoclimatique ambiant. Le géomorphologue doit toujours s’interroger sur la nature et les limites des objets qu’il choisit d’étudier dans le relief d’un paysage donné (Calvet et al., 2005), le continuum topographique étant pour l’essentiel un palimpseste géomorphologique dû à la coexistence spatiale, latéralement et verticalement, de toutes sortes d’héritages, un concept que celui de formes transitoires ne recouvre qu’en partie.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Christian Giusti, « Christian Giusti (coordonnateur), Approche géographique multiscalaire des facteurs de réactivité du relief », Géomorphologie : relief, processus, environnement, vol. 14 - n° 1 | 2008, 61-62.

Référence électronique

Christian Giusti, « Christian Giusti (coordonnateur), Approche géographique multiscalaire des facteurs de réactivité du relief », Géomorphologie : relief, processus, environnement [En ligne], vol. 14 - n° 1 | 2008, mis en ligne le 04 juin 2008, consulté le 30 avril 2017. URL : http://geomorphologie.revues.org/5363

Haut de page

Droits d’auteur

© Groupe français de géomorphologie

Haut de page
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Groupe français de géomorphologie
  • Revues.org