Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Yvette Dewolf et Guilhem Bourrié, Les formations superficielles. Genèse - Typologie – Classification – Paysages  et environnements – Ressources et risques

Ellipses Edition Marketing, Paris, 2008, 896 p.
Monique Fort
p. 62-63

Texte intégral

1Dans une chronique précédente, nous avions eu l’occasion de regretter la disparition, sur les rayons des librairies, du manuel de M. Campy et J.-J. Macaire « Géologie des formations superficielles », publié il y a près de vingt ans (voir Géomorphologie : relief, processus, environnement, 2004, 4, 322-324). L’ouvrage que proposent Y. Dewolf et G. Bourrié vient très largement combler cette lacune, tout en apportant une vision certes moins sédimentologique mais plus ample, plus géographique des formations superficielles, avec une attention plus grande portée aux ressources et aux risques que celles-ci constituent, parti qui devrait rapidement séduire bon nombre de lecteurs. Il s’agit en effet d’une somme de plus de 800 pages, à laquelle ont contribué 53 auteurs aux compétences variées (géologues, géomorphologues, pédologues, physiciens ou chimistes, praticiens et ingénieurs) dont les approches complémentaires donnent tout son intérêt à l’ouvrage qui vient enfin de paraître. Car l’entreprise fut longue et laborieuse, tant il fut difficile de trouver en France un éditeur osant se lancer avec courage dans une publication aussi volumineuse, agrémentée de très nombreux croquis et d’un feuillet central de 67 planches en couleur. Sans la détermination et le pouvoir de persuasion d’Yvette Dewolf, ces textes n’auraient sans doute pas vu le jour. Saluons donc le résultat obtenu.

2L’introduction résume parfaitement le contenu de ce livre : les formations superficielles relevant de plusieurs disciplines, savoir les définir et les classer n’est pas chose aisée et requiert une réflexion collective. C’est tout le mérite des deux coordinateurs d’avoir réussi à fédérer autant de collaborateurs ayant chacun leur approche privilégiée, et de proposer un découpage en cinq parties qui s’enchaînent avec logique. De la genèse des formations superficielles (première partie), on passe à leur classification en fonction de la nature des matériaux constituants (seconde partie) ; la troisième partie s’attache aux méthodes et techniques d’étude tandis que la quatrième traite de la distribution des formations superficielles dans les paysages. La dernière en présente à la fois l’intérêt en tant que ressources mais également les dangers et risques potentiels, en particulier pour les travaux de génie civil.

3La première partie (110 pages) est consacrée à la genèse des formations superficielles. Sur bien des aspects, elle rend disponible et abordable pour les jeunes générations des travaux dispersés, parfois devenus introuvables ou restés jusqu’alors confinés à certaines disciplines. Cette partie renouvelle des textes de manuels de géomorphologie de langue française, et même si on peut parfois regretter une bibliographie un peu vieillie, celle-ci n’en demeure pas moins fort pertinente. La démarche suivie est cohérente : de la fracturation initiale des roches, où tectonique et décompression trouvent une juste place (chapitre 1), on passe à la météorisation sous toutes ses formes et dans tous les milieux (chapitre 2), avec des mises au point fort utiles sur la fragmentation mécanique, la cryogenèse, la désagrégation granulaire et l’arénisation, l’altération chimique et biochimique, dont le bilan cumulé est évalué qualitativement et quantitativement en fin de chapitre. La pédogenèse et les paléopédogenèses sont plus rapidement évoquées (chapitre 3), ainsi que certaines formations spécifiques (séismites et vulcanites) liées à la dynamique interne (chapitre 4). L’approche pluridisciplinaire et les nombreux croquis, diagrammes ou photos, font de cette partie un texte de référence, à recommander aux étudiants dès la licence.

4La deuxième partie (270 p.) est organisée selon la classification des formations superficielles présentée et justifiée en introduction, s’appuyant en particulier sur la topographie et les dynamiques auxquelles ces formations ont été soumises, deux données qui déterminent fondamentalement leur nature et leur comportement. Les trois premiers chapitres sont donc consacrés respectivement aux formations autochtones, subautochtones et allochtones. Dans la première catégorie (chapitre 5), on trouve les régolithes, les altérites, les argiles sur karsts, les argiles à silex et le sidérolithique, mais également les organites, toutes formations essentielles dans la reconstitution des paléoenvironnements. La classe des formations subautochtones (chapitre 6) inclut les différentes formations de versants, dont la dénomination générique habituelle de colluvions est utilisée par facilité et commodité cartographique, tant leur variété est grande. Les dynamiques sur les versants et les formations associées sont d’abord évoquées ; certaines formes et formations spécifiques sont ensuite présentées, comme celles qui sont engendrées par les avalanches (de neige, de blocs, voire sèches) ou par les glaciers rocheux en haute montagne, ou encore les heads, les grèzes litées ou arènes litées en région de moyenne montagne ou de bas plateau, héritages d’ambiances plus froides, ainsi que les formations corrélatives de la genèse des glacis sous les climats plus secs. Le chapitre se termine par une évocation de l’évolution des sols sur les versants et des interrelations entre la morphogenèse et la pédogenèse. Les formations superficielles allochtones sont examinées dans le chapitre 7, qui est construit selon une classification devenue classique tant pour les géomorphologues que les géologues, et qui s’appuie sur une solide bibliographie, en général bien à jour. Les formations fluviatiles, glaciaires, littorales, lacustres, éoliennes, sont successivement abordées avec, dans chaque cas, une bonne mise en valeur des liens avec les dynamiques et processus en action, avec les formes caractéristiques créées (terrasses fluviales, types de moraines, dunes des déserts et des littoraux, plateaux loessiques), ainsi qu’avec leur répartition géographique actuelle ou héritée. Le chapitre 8 est consacré aux formations superficielles consolidées (indurations et consolidations par les carbonates, croûtes salines, silicifications et cuirasses latéritiques) dont la présence joue un rôle essentiel dans les paysages morphologiques. Le chapitre 9 présente un dernier type, souvent oublié, les formations superficielles dites anthropiques, parce que remaniées par les hommes, que l’on peut subdiviser en deux grandes catégories, les remblais et les haldes. Leur structure interne est variable, leurs impacts sur l’environnement ne sont pas négligeables, sans parler des risques qu’ils font courir tant dans leurs zones d’accumulation que d’extraction.

5La troisième partie (150 p.) traite des méthodes et techniques d’étude des formations superficielles. D’une façon générale, il ne s’agit pas de méthodes a priori originales, mais leur mise en œuvre combinée permet précisément de passer d’un intérêt strictement scientifique à une valorisation économique potentielle. L’identification de l’existence de formations superficielles peut se faire soit directement, par enquête de terrain (chapitre 10), soit par d’autres approches comme la télédétection (chapitre 11) ou les MNT (chapitre 12), deux méthodes sans doute utiles pour les reconnaissances générales et la mise en relation des formations superficielles dans leur contexte topo-morphologique, mais qui demandent encore à être affinées pour être vraiment opérationnelles, compte tenu de la résolution nécessaire à acquérir par rapport au terrain. En revanche, la caractérisation des matériaux constitutifs des formations superficielles passe par différentes études géophysiques de prospection de surface (sismiques, gravimétriques, magnétiques, électriques) exposées dans le chapitre 13, puis par les méthodes plus classiques (sédimentologiques, chimiques, micrographiques) d’étude des formations superficielles en laboratoire, répertoriées dans le chapitre 14. La datation des formations superficielles n’est pas chose aisée, et requiert parfois des méthodes très modernes, comme celle des nucléides cosmogéniques produits in situ (chapitre 15), couplées aux méthodes éprouvées de la lithostratigraphie et de la chronostratigraphie (chapitre 16). Le recours à l’expérimentation (chapitre 17) est souvent nécessaire pour bien préciser le rôle de chaque paramètre ou processus intervenant dans la genèse et le comportement géomécanique des formations superficielles. Enfin, la cartographie (chapitre 18) reste un outil indispensable tant pour comprendre la logique de distribution des formations superficielles que pour mener à bien des projets d’aménagement. Au total, on peut regretter que certains chapitres de cette troisième partie ressemblent davantage à des exposés théoriques de méthodes ou techniques sans véritablement en montrer l’application concrète dans le domaine des formations superficielles. Malgré cela, l’ensemble forme un corpus très utile à consulter avant de se lancer dans une étude systématique des formations superficielles.

6La quatrième partie (130 p.) aborde la distribution des formations superficielles dans les paysages morphologiques, thème cher aux géomorphologues géographes. Sur les huit chapitres de cette partie, quatre traitent de paysages zonaux, quatre autres de paysages azonaux. Le chapitre 19 aborde les paysages périglaciaires, en particulier les modelés actuels liés à la présence d’un permafrost, mais également les modelés de versants, façonnés par les processus périglaciaires ou glaciaires, avant d’aborder les modelés périglaciaires hérités, que l’on retrouve fréquemment dans les régions tempérées. Le chapitre 20, qui traite des paysages méditerranéens, reflète la diversité des formations superficielles rencontrées, liées aux divers contextes morpho-tectoniques et aux nombreuses fluctuations climatiques subies par ces régions. Les paysages désertiques (chapitre 21) sont sans doute plus typés, et les formations superficielles qui leur sont associées se différencient selon leurs conditions d’élaboration (in situ ou lointaines), et selon leur répartition dans les paysages morphologiques et bioclimatiques, marqués par différents degrés d’aridité, qu’elle soit actuelle ou passée. Les paysages tropicaux (chapitre 22) se distinguent surtout par des indurations métalliques très variées qui sont autant de jalons d’une évolution morphopédologique complexe, ce qui n’exclut d’ailleurs pas les formations superficielles variées azonales. Les paysages azonaux retenus sont d’abord ceux des montagnes (chapitre 23), caractérisées par des phénomènes d’étagement des formes et formations superficielles quelles que soient les latitudes. Les paysages littoraux (chapitre 24) sont ensuite présentés : si les estrans, les cordons et dunes littorales, ou les embouchures de cours d’eau, peuvent effectivement être considérés comme des formations azonales, davantage de variété liée au climat s’observe dans les plaines et dépressions sub-littorales (sebkha littorales, lagons et récifs coralliens). Cette quatrième partie ne serait pas complète sans l’évocation des paysages volcaniques (chapitre 25) et karstiques (chapitre 26), dont les formations superficielles spécifiques ne sont en général pas oubliées des manuels de géomorphologie existants. Au total, cette partie, nécessaire pour comprendre la logique de répartition des formations superficielles à travers le monde et dans le temps, apparaîtra sans doute moins nouvelle pour les géomorphologues géographes, mais garde toute sa pertinence dans un manuel général consacré à ces formations.

7La partie cinq (130 p.) aborde des questions pratiques auxquelles sont de plus en plus souvent confrontés scientifiques et aménageurs, tant au niveau des ressources que des risques associés aux formations superficielles. Le chapitre 27 pose le cadre général des relations entre formations superficielles et environnement naturel. Dans le chapitre 28, les formations superficielles sont considérées comme des ressources en matériaux : c’est surtout le cas des alluvions, utilisées comme granulats, mais d’autres formations –a priori moins adaptées (dépôts morainiques, poudingues, colluvions…)– peuvent aussi être utilisées comme matériaux de substitution pour les remblais ou d’autres usages, tant les besoins actuels pour les travaux publics ou la construction sont grands. La prospection et l’étude des gisements potentiels passe par la compréhension des modalités de leur mise en place et de la logique géomorphologique de leur répartition. Un autre aspect complémentaire (chapitre 29) est lié à la fonction d’aquifère des formations superficielles, meubles et poreuses comme les alluvions, ou au contraire à leur fonction de contrôle des conditions hydrodynamiques des nappes phréatiques (toit imperméable). Le chapitre 30 envisage les formations superficielles comme support de l’agriculture, tandis que le chapitre 31 essaie d’évaluer leur rôle dans les aléas et risques naturels, reprenant sous un angle peu différent ce qui a déjà été exposé dans le chapitre 6. En revanche, le rôle des formations superficielles dans le développement des risques anthropiques (chapitre 32), tels les risques géotechniques ou les phénomènes de contamination des sols, aurait mérité davantage de développement. Le dernier chapitre intitulé « Formations superficielles et aménagement global » reste un peu en deçà de ce que l’on attendait, ne trouvant pas le juste milieu entre généralités et études de cas très (trop) précises, où finalement la spécificité des formations superficielles ne ressort pas clairement. La conclusion de ce chapitre aurait pu servir de point de départ à une véritable synthèse de l’ensemble de l’ouvrage, pour en montrer tout l’intérêt et les prolongements.

8Au terme de la lecture d’un tel ouvrage, le bilan est largement positif. Certes, comme tout ouvrage collectif, certains chapitres sont mieux réussis que d’autres, les références bibliographiques sont inégales, classiques et parfois un peu désuètes, ou au contraire tirées des meilleures revues internationales, tantôt très françaises ou au contraire exotiques. Quoi qu’il en soit, le fil conducteur est clairement apparent tout au long de l’ouvrage, fruit d’un travail éditorial exigeant de la part des deux coordinateurs. Les figures sont nombreuses, et même si certaines ne sont pas toujours parfaitement lisibles (passage de la couleur au noir et blanc ?), elles sont souvent inédites et fort bienvenues. Riche de très nombreuses mises au point par des spécialistes de différentes disciplines qui ont su travailler ensemble et fournir là une somme importante de données, cet ouvrage apparaît comme original dans la production scientifique française, souvent trop cloisonnée. Au total, on ne peut que vivement en recommander la lecture à tous ceux, étudiants ou enseignants, ingénieurs et techniciens, géographes, géologues ou pédologues, agronomes ou forestiers, que préoccupent l’aménagement durable des territoires et la gestion des milieux.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Monique Fort, « Yvette Dewolf et Guilhem Bourrié, Les formations superficielles. Genèse - Typologie – Classification – Paysages  et environnements – Ressources et risques », Géomorphologie : relief, processus, environnement, vol. 14 - n° 1 | 2008, 62-63.

Référence électronique

Monique Fort, « Yvette Dewolf et Guilhem Bourrié, Les formations superficielles. Genèse - Typologie – Classification – Paysages  et environnements – Ressources et risques », Géomorphologie : relief, processus, environnement [En ligne], vol. 14 - n° 1 | 2008, mis en ligne le 04 juin 2008, consulté le 24 juillet 2017. URL : http://geomorphologie.revues.org/5373

Haut de page

Auteur

Monique Fort

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Groupe français de géomorphologie

Haut de page
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Groupe français de géomorphologie
  • Revues.org