Navigation – Plan du site

Géoarchéologie

Christophe Morhange et Mireille Provansal

Texte intégral

1Ce numéro thématique rassemble les contributions d’auteurs venus de disciplines différentes, géologues, géographes, archéologues, historiens et préhistoriens qui mettent en commun leurs compétences pour étudier les relations qui se sont établies de fait entre la Nature et les sociétés humaines, au cours de l’Holocène. À l’exception d’un article, qui traite d’une partie du littoral mauritanien (Barusseau et al.), les cinq autres ont pour cadre des milieux de la rive nord de la Méditerranée (Grèce, basse vallée du Rhône) ou en relation avec elle (Alpes occidentales), milieux qui recèlent une extraordinaire richesse de vestiges archéologiques tant ils sont occupés et exploités par les sociétés préhistoriques et antiques depuis des millénaires. C’est le terrain de prédilection des études géoarchéologiques qui se développent depuis une vingtaine d’année.

2En apparente contradiction avec la démarche largement pluridisciplinaire qui prévaut en géoarchéologie, quatre articles sont signés par un seul auteur (Vött, Lespez, Allinne, Leveau). Pourtant chacun d’eux par ses travaux antérieurs (voir les références) a l’expérience de collaborations fructueuses avec des spécialistes fort divers dont les apports respectifs ont abouti à des réflexions ouvrant des pistes de recherche dans chacune des disciplines, ce dont se félicitent tout particulièrement C. Allinne et Ph. Leveau. Les articles présentés ici reflètent les facettes de cette approche pluridisciplinaire qu’est la Géoarchéologie.

3L’article de J.-P. Barusseau et al., met en évidence le rôle possible des vestiges archéologiques comme signal d’une évolution morphologique dont ils permettent de caler le déroulement. Sur une partie de la côte mauritanienne, près du Banc d’Arguin, les analyses géomorphologiques indiquent une succession de paléo-rivages qui aboutirent au comblement de baies et à la régularisation du littoral. L’originalité réside dans la présence, sur chacune des micro bermes, d’un abondant matériel archéologique et d’amas de coquilles qui matérialisent le tracé des hauts de plage et témoignent de la présence de populations néolithiques vivant des ressources de la mer. Entre 5 000 et 2 500 BP environ, ces populations durent accompagner le déplacement du trait de côte pour maintenir leur mode de vie. Les matériaux archéologiques servent de datation relative dans le contexte du Néolithique mauritanien, informations complétées par des datations radiométriques. Les dépôts littoraux demeurant à la même altitude, l’analyse prouve que l’évolution géomorphologique s’est produite au cours des cinq derniers millénaires, sans variation du niveau de la mer, en bordure de cette partie de l’Afrique occidentale.

4L’article de Vött est une parfaite illustration de la Géoarchéologie telle que Waters (1992) la définit. Autour de la cité antique d’Oiniadai implantée sur l’ancienne île de Trikardo, aujourd’hui au coeur du delta de l’Acheloos, au nord-ouest de la Grèce, la présence de vestiges portuaires intrigue depuis longtemps les archéologues. A. Vött se livre à l’analyse systématique de nombreux carottages, extraits du sous-sol du delta, proche des installations portuaires, utilisant le maximum de techniques disponibles pour dresser des stratigraphies fines qui lui permettent de reconstituer les variations des milieux de sédimentation sous l’influence de la progradation du delta et des déplacements des bras enserrant des lagunes, des lacs, des marais, etc. L’auteur en déduit que les ports antiques qui ont été déplacés, depuis le premier établissement datant de la période Helladique ancienne, étaient situés au bord de lagunes, ou sur l’Acheloos. Sauf découverte nouvelle, l’existence d’un port maritime le long des rivages de l’ancienne île de Trikardo n’est pas démontrée. Ainsi un problème soulevé par les archéologues conduit à une étude environnementale du milieu deltaïque qui débouche sur la mise en lumière de l’archétype d’un avant-poste fluvial, au cœur d’un delta, milieu paralique à la fois protégé par les lagunes et en relation direct avec la pleine mer.

5L’étude de Pavlopoulos et al. sur une baie de l’île de Skyros, en mer Égée, se classe dans la même ligne que l’article précédent. La découverte de sites préhistoriques remontant à l’âge du bronze moyen-supérieur est à l’origine d’une analyse minutieuse des formations holocènes de part et d’autre du trait de côte actuel. Les auteurs en tirent des informations sur le milieu littoral qui fut occupé par une lagune, sur une forte présence humaine se livrant à l’agriculture et à l’élevage, sur la position relative du niveau de la mer entre 3 750 ans BP et 765 BP et le déplacement concomitant de la ligne de rivage.

6Les recherches de L. Lespez se placent dans une perspective plus large : faire la part des facteurs naturels et anthropiques dans l’origine des alluvionnements holocènes, à travers l’étude de bassins versants de petites, moyennes et grandes dimensions de Macédoine, en vue d’une synthèse régionale. Il s’agit de montrer les effets des emboîtements d’échelle sur les flux hydrosédimentaires dans des cours d’eau d’ordre différent, flux influencés par les variations climatiques combinées à l’inégale densité de l’occupation humaine, dans l’espace et dans le temps, à laquelle s’ajoutent les évolutions dans les modes d’utilisation des sols. Ici c’est toute la dimension géographique qui est prise en compte dans sa composante naturelle et dans sa composante humaine et sociétale. Pour les périodes préhistoriques et antiques, les vestiges et pièces archéologiques servent de marqueurs pour dater et estimer l’érosion des sols, l’importance des populations et les activités auxquelles celles-ci se livraient. L’auteur aboutit à la conclusion que chaque petit bassin versant possède sa propre évolution géomorphologique, mais que celle-ci ne se traduit pas de manière identique ou parallèle dans les bassins d’ordre supérieur. Ce faisant, il met en garde vis-à-vis des généralisations hâtives à partir d’études de cas à la portée limitée.

Fig. 1 – Port nord d’Oniadai (Grèce) présentant les rampes de halage datées des Ve - IIIe siècles avant J.-C. Le bassin se localise à gauche de la photographie.
Fig. 1 – The northern harbour of Oiniadai (Greece) looking northwest, showing shipsheds dating from the 5th to 3rd centuries BC. The inner harbour lies to the left of the photo.

Fig. 1 – Port nord d’Oniadai (Grèce) présentant les rampes de halage datées des Ve - IIIe siècles avant J.-C. Le bassin se localise à gauche de la photographie. Fig. 1 – The northern harbour of Oiniadai (Greece) looking northwest, showing shipsheds dating from the 5th to 3rd centuries BC. The inner harbour lies to the left of the photo.

Cliché F. Melles in Vött and Brückner (2006) Versunkene Häfen im Mittelmeerraum. Antike Küstenstädte als Archive für die Kultur- und Umweltforschung. Geographische Rundschau, 58 (4), 12-21.
Photograph taken by F. Melles, in Vött and Brückner (2006): Versunkene Häfen im Mittelmeerraum. Antike Küstenstädte als Archive für die Kultur- und Umweltforschung. Geographische Rundschau, 58 (4), 12-21.

7Le chemin parcouru par C. Allinne apparaît différent. Cet auteur examine les procédés utilisés pour les constructions romaines publiques ou privées implantées au bord de cours d’eau, de lacs ou d’étangs, sujets à des débordements (hautes eaux, crues, remontées de nappes phréatiques) avec comme objectif de souligner la maîtrise relative des techniques pour se protéger des inondations et des infiltrations. Elle en déduit la perception de l’aléa et du risque qu’en avaient les sociétés romaines. Deux conclusions, tirées d’un panorama des résultats acquis à travers l’Europe occidentale, se dégagent. 1) Les grands aménagements antiques ont parfois transformé les paysages naturels (assèchement de vastes marécages, détournement ou enterrement de cours d’eau,) au point de modifier leur fonctionnement voire dans certains cas aggraver ou déplacer le risque d’inondation. 2) Le fait de découvrir des ruines romaines dans des secteurs aujourd’hui soumis aux inondations ne doit pas laisser penser qu’au moment de la construction des villas ou des quartiers, les crues ne se produisaient jamais. Il existe des situations où le risque était accepté. Dans les deux cas, l’hydrologue ou le géographe ne doit en inférer systématiquement que le régime des cours d’eau était différent à telle époque de l’histoire romaine.

8Cette mise en garde contre des conclusions hâtives ou des généralisations abusives tirées de quelques faits de nature archéologique, palynologique, historique, ou géomorphologique constitue le fil directeur de l’article de Ph. Leveau. À propos de l’exemple des Alpes occidentales et de l’état précis de leur romanisation, mais avec bien d’autres cas en tête, le spécialiste de l’histoire romaine met en évidence le fruit des collaborations entre toutes les disciplines qui ont pour objet l’étude des milieux naturels et des sociétés antiques voire préhistoriques. Pour organiser ses recherches, l’archéologue doit penser que les milieux qu’il a sous les yeux aujourd’hui ont subi une évolution géomorphologique depuis qu’ils ont été occupés par les sociétés qu’il étudie. Faute de pouvoir retrouver les effets d’un modèle de société sur l’environnement (par exemple la crise érosive associée au modèle romain d’exploitation agricole) dans différentes contrées, l’historien ou le géographe ne doit pas systématiquement en déduire soit la faiblesse du peuplement soit l’absence d’influence de ladite société au même moment. Toute reconstitution des pratiques pastorales, dans les Alpes, (estive ou transhumance vers les alpages d’altitude ou les espaces conquis sur la forêt), doit être validée par des études botaniques et palynologiques. En somme, Ph. Leveau dénonce la tendance à transférer des pratiques et des comportements d’une société à une autre, d’un milieu géographique à un autre, voire d’une manière encore plus anachronique d’une période historique à une autre. Cette nécessité de conserver une attitude critique vis-à-vis des faits historiques ou préhistoriques n’est pas éloignée de la démarche de L. Lespez à propos des enseignements à tirer des systèmes fluviaux selon leur taille et leur rang.

9Que les auteurs de ces articles si riches d’enseignement soient remerciés pour leurs contributions qui fournissent un bon échantillon des axes de recherche en Géoarchéologie, aujourd’hui.

Haut de page

Bibliographie

Waters M.R. (1992) – Principles of Geoarcheology: a north American Perspective. Tucson university of Arizona Press, 387 p.

Haut de page

Annexe

Geoarcheology

This special issue on Geoarchaeology gathers six articles from geologists, geographers, archaeologists, historians and prehistorians who have put together their expertise for studying the relationship between Nature and human societies during the Holocene. Except for a paper dealing with a part of the coast of Mauritania (Barusseau et al.) the topics of the five other contributions concern northern regions of the Mediterranean (Greece, lower Rhône valley) or adjacent areas (Western Alps). Numerous of archaeological remains have been discovered in these regions, which were inhabited by prehistoric people and ancient societies since several thousand of years. These areas encompass some of the favoured sites of the archaeological studies that were carried out during the last twenty years.

In apparent contradiction with the largely multidisciplinary approach that dominates geoarchaeological studies, four papers are single authored (Vött, Lespez, Allinne, Leveau). Each of them, however, experienced successful collaborative research with scientists from various fields (see list of references) that resulted in innovative and original questioning in different scientific domains, this being notably underlined by C. Allinne and Ph. Leveau. The articles presented in this issue thus reflect the multidisciplinary approach that makes Geoarchaeology.

J.-P. Barusseau et al. have elucidated the geomorphological evolution of the coast near Banc Arguin (Mauritania) using coastal deposits and anthropogenic shells middens that fringe a series of palaeo-shorelines. Because Neolithic coastal populations followed the prograding coastline to continue exploiting seafood resources, the middens retrace and date the infilling of former bays. Based on the constant elevation of micro berms, which indicate the position of successive shorelines, it is inferred that relative sea level was stable since 5000 BP on this coast of Western Africa.

Vött’s article is a perfect illustration of Geoarchaeology as Waters (1992) defines it. Harbour relicts of the past, around the former island of Trikardo, currently situated in the heart of the Acheloos delta in Northwest Greece, are an intriguing question for archaeologists. Using an array of techniques for analysing a series of sediment cores collected near the harbour remains, the author achieved detailed paleo-environmental reconstructions that revealed significant changes in the sedimentary environments that evolved from fluvial and lacustrine to lagoonal environments as the delta prograded. The author deduces that ancient harbours were displaced from swampy lagoonal shores to Acheloos meander as they were silting up in response to delta development. There is no sedimentary evidence showing that the Trikardo island ever had a harbour at the seafront. Therefore, a question raised by archaeologists leads to the environmental reconstruction of a deltaic environment, which reveals the existence of an ideal terrestrial outpost, well protected by lagoons and marshes, and with direct access to the sea.

K. Pavlopoulos et al.’s approach is similar. The authors describe the Palamari bay on the northeastern coast of Skyros island (Sporades island, Aegean Sea). A detailed analysis of Holocene deposits on the present coastal plain and submarine observations were performed after the discovery of a prehistoric archaeological site (Early Bronze Age-Middle Bronze Age). From these observations, the authors are able to suggest the former existence of a coastal lagoon, and infer a strong human presence associated with agricultural and grazing activities, as well as sea level rise between 3750 BP and 765 BP.

Lespez’s research is conducted in a larger perspective: to determine the respective importance of natural and anthropogenic factors in the environmental changes that took place in Macedonia (Northeast Greece) since the Neolithic. For this purpose, the author investigates the Holocene fluvial deposits in small, medium and large catchment basins. The objective is to demonstrate the role of stream order range on water and sediment discharges, the discharges being controlled by climatic changes coupled with space- and time-varying human settlements, and with land use. In this study, the whole geographic approach is taken into account as the natural, human and societal components are all considered. In this case, archaeological data (Prehistoric time and Antiquity) are used as markers for dating soil erosion, for assessing the number of ancient inhabitants and their activities. Lespez concludes that each small catchment has its own geomorphic evolution at a given time, which is not simultaneously recorded in larger valleys. The author therefore draws attention to the problem of excessive generalizing from small case studies with limited implications, which have to be interpreted with caution.

Allinne follows another approach. She presents a general survey of the potential archaeological data to shed light on the study of fluvial hazards and more generally on water risks, in Roman times. Different technical solutions were used to allow private houses or public constructions to be built along river front, lake or marsh shorelines when they were exposed to overflowing by high waters, floods or rising water table. Allinne ‘s objective is to outline the control of flood hazards by Roman societies and the perception of this type of risk all over Western Europe. Draining marshes, diverting or channelling rivers sometimes modified natural landscapes to such extent that some areas became more vulnerable, increasing flood hazard or shifting it downstream. The fact of discovering Roman sites in areas which are nowadays subject to floods does not imply that the risk was unknown when houses and part of cities were built, and consequently, it must not be systematically inferred that the hydrologic regime was different in the past.

This special issue closes with Leveau’s article on the myths that have guided research on the Romanisation of the western Alps and their relationships with palaeoclimate, erosion, and the exploitation of natural resources. The article calls upon palaeoenvironmentalists to exercise care when using the concept of ‘human impact’ in referring to the Roman management of the landscape. Moderating the discourse of Classical historians, prehistorians and archaeologists, the author underlines the need to remain critical of historical paradigms (particularly with reference to erosion during Roman times or late antiquity) and to avoid over-reliance on cultural chronologies, which have little sense when attempting to characterise physical processes. It is concluded that the relationship between climate and society must be envisaged within the context of the exploitation and management of natural resources.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Port nord d’Oniadai (Grèce) présentant les rampes de halage datées des Ve - IIIe siècles avant J.-C. Le bassin se localise à gauche de la photographie. Fig. 1 – The northern harbour of Oiniadai (Greece) looking northwest, showing shipsheds dating from the 5th to 3rd centuries BC. The inner harbour lies to the left of the photo.
Légende Cliché F. Melles in Vött and Brückner (2006) Versunkene Häfen im Mittelmeerraum. Antike Küstenstädte als Archive für die Kultur- und Umweltforschung. Geographische Rundschau, 58 (4), 12-21.Photograph taken by F. Melles, in Vött and Brückner (2006): Versunkene Häfen im Mittelmeerraum. Antike Küstenstädte als Archive für die Kultur- und Umweltforschung. Geographische Rundschau, 58 (4), 12-21.
URL http://geomorphologie.revues.org/docannexe/image/633/img-1.png
Fichier image/png, 382k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Christophe Morhange et Mireille Provansal, « Géoarchéologie », Géomorphologie : relief, processus, environnement [En ligne], vol. 13 - n° 1 | 2007, mis en ligne le 01 avril 2009, consulté le 23 juin 2017. URL : http://geomorphologie.revues.org/633

Haut de page

Droits d’auteur

© Groupe français de géomorphologie

Haut de page
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Groupe français de géomorphologie
  • Revues.org